Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Joseph Stiglitz, pourfendeur des plans de sortie de la crise

Joseph Stiglitz, pourfendeur des plans de sortie de la crise

L’auteur s’est fait connaître à la fois comme prix Nobel d’économie 2001 et également comme critique radical des pratiques du FMI, qu’il a dénoncées dans son livre « La grande désillusion  ». Il vient de publier « Le triomphe de la cupidité », que je vous recommande vivement.

Une analyse de la crise

Joseph Stiglitz propose une bonne synthèse, centrée sur les Etats-Unis. Pour lui, la cause est financière : « il y avait une bulle, et elle a éclaté, en apportant la dévastation dans son sillage. Cette bulle était alimentée par des prêts douteux des banques, qui acceptaient pour nantissement des actifs dont la valeur était gonflée par la bulle. Des innovations récentes ont permis aux banques de cacher une bonne partie de leurs prêts pourris, de les retirer de leur bilan, et d’accroître ainsi leur effet de levier, ce qui a rendu la bulle encore plus grosse et le chaos quand elle a éclaté encore plus grave ».

« La crise n’est pas un cataclysme qui serait ‘arrivé’ aux marchés financiers ; elle est de fabrication humaine : Wall Street se l’est lui-même infligée, à lui et au reste de la société. » Il dénonce le rôle d’Alan Greenspan, mis en place par Ronald Reagan pour favoriser une déréglementation à laquelle Paul Volcker était moins favorable. Il dénonce la course trimestrielle aux profits et la titrisation, qui permet surtout aux banques d’empocher de juteuses commissions et qui a relâché l’évaluation des prêts du fait qu’ils sont ensuite sortis des comptes.

Joseph Stiglitz décrit un monde financier mal conçu où les différentes incitations poussent tous les acteurs à adopter un mauvais comportement. Les prêts hypothécaires étaient conçus de manière à maximiser les gains des banques et la titrisation leur permettait de ne pas vraiment faire attention au risque de remboursement. Enfin, les modèles étaient mal étudiés pour prévoir les risques de risque puisque selon ceux couramment utilisés, « le type de krach boursier qui s’est produit le 19 octobre 1987 ne pouvait survenir qu’une fois toutes les 20 milliards d’années »…

L’auteur en profite pour dénoncer les excès d’un système inégalitaire puisque le revenu réel médian des ménages a baissé de près de 4% de 2000 à 2008 (alors que le prix de l’immobilier s’envolait et que le PIB par habitant a cru de 10%), preuve que seule une petite minorité en profitait. La croissance était alimentée par le crédit, les extractions hypothécaires des ménages pouvant représenter jusqu’à 7% du PIB en une année. Et cette inégalité se retrouve dans les aides aux banques alors que les ménages surendettés voient leur maison saisie : « les spéculateurs sont mieux traités que les travailleurs ».

Une critique féroce des administrations Bush et Obama

Joseph Stiglitz a la dent dure avec le précédent président, dont il rappelle toutes les déclarations infirmées par la réalité. Son analyse détaillée du TAARP (le plan de sauvetage des banques) fait froid dans le dos : 150 milliards de dollars pour acheter les votes du Congrès, les 180 milliards pour AIG. Il affirme même que les contribuables ont été « volés ». Il dénonce le fonds de rachat d’actifs toxiques, financé à 92% par l’Etat, qui en supporte les pertes mais ne recevra que 50% des profits (le reste allant au secteur privé, qui, en plus, peut se délester de ses actifs les plus pourris).

Mais il n’est guère moins dur avec Barack Obama, dont il qualifie la stratégie de « navigation à vue ». Pour lui, « il est frappant que le président Obama, qui avait fait campagne en promettant le changement auquel on peut croire, n’ait que légèrement redisposé les fauteuils sur le pont du Titanic ». Il dénonce le deux poids deux mesures d’une administration pour laquelle « les contrats des cadres supérieurs d’AIG étaient sacro-saints, mais les accords salariaux des ouvriers des entreprises automobiles qui recevaient de l’aide devaient être renégociés ».

Il souligne aussi les avantages que Goldman Sachs a tirés du sauvetage d’AIG (13 milliards de dollars) ou les milliards de bonus distribuées par des entreprises qui n’avaient pourtant dû leur survie qu’à l’aide de l’Etat. En un sens, il dénonce le gouvernement des banques, qui tirent profit de leur taille pour imposer la collectivisation de leur perte alors qu’elles conservent bien les profits. Il dénonce également les cadeaux de la Fed à l’ensemble du système bancaire. Il souligne enfin que cela correspond à la logique des plans de sauvetage du FMI, qui protègent toujours les créanciers occidentaux…

Joseph Stiglitz jette toute son autorité dans une analyse impitoyable qui montre la responsabilité des banques, qui ont engrangé d’immenses profits avant d’être sauvées par l’Etat alors que les citoyens ont triplement perdu : leur maison, la facture du TAARP et parfois leur emploi.

Source : Joseph Stiglitz, « Le triomphe de la cupidité », LLL, Les Liens qui Libèrent

Demain, Joseph Stiglitz, théoricien d’un autre système économique


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • testarossa 17 août 2010 13:25

    Bonjour,

    Votre article est intéressant, mais il semble que Joseph Stiglitz ne propose pas de réforme radicale : viser la suppression de ces satanées monnaies de papier, l’abolition pure et simple des banques centrales, la restauration de l’étalon or -et non de change or, la nuance est importante - ainsi que l’interdiction de la réserve fractionnaire.
    Peut être est-il encore un peu trop keynesien dans l’âme ?


    • plancherDesVaches 22 août 2010 14:18

      Hhmm... Je me permets de réagir à votre commentaire.

      Vous avez « raison ». Presque. Ainsi que la vérité absolue ainsi que la perfection doivent rester des objectifs inatteignables, car aussi destructeurs que leur inverse.

      Le juste milieu serait de retrouver une « égalité dans l’inégalité ». Je m’explique.
      Certes, certains humains ont des capacités, au sens général, plus importantes que d’autres humains. Ne perdons pas notre temps à en chercher les causes, ce serait du branlage intellectuel dont le « grand » freud est spécialiste. C’est un fait qu’il existe des ex-colonialistes qui méritent de vivre, comme des anciens colonisés qui méritent d’être reconnus.
      Tout comme en 1789, ceux qui ont eu la volonté d’en avoir marre n’ont pas coupé la tête de tous les nobles.

      Stiglitz critique. Et quand on voit ça :
      http://www.marianne2.fr/50-statistiques-qui-en-disent-long-sur-l-economie-americaine_a196531.html
      Malgré le trucage des chiffres et la propagande, la critique est facile, je pourrais même le faire, vous dire...

      Maintenant, « prévoir » l’avenir, là, ça ne rime à rien. Rien du tout. Que dalle, Nada.
      Voyez, histoire de vous marrer, les prévisions des « économistes » qui se trompent forcément dans 99 % des cas, le 1% étant du heureux hasard.
      Les astrologues sont plus intelligents car ils utilisent des termes tellement généraux que chacun peut les interpréter à sa guise... Ca simplifie smiley

      Par contre, quelque soit ce qui va nous arriver sur la figure, nous nous adapterons. Tout comme l’on fait en France nos parents et grand-parents en temps de guerre.
      Sans plus. Ni moins.
      Quelques moins, peut-être... Mais nous avions trop. Donc...


    • Le péripate Le péripate 17 août 2010 13:30

      Joseph Stiglitz mérite d’être amplement connu, notamment pour un travail bien payé qu’il effectua en 2002 pour le compte de Fannie Mae et Freddie Mac. Vous rappelez, ce sont ces deux institutions para étatiques qui garantissaient les sub primes, et dont les difficultés ont initié la dernière crise de l’étatisme.
      Et bien, dans un rapport qui a disparu du net (bizarre) il affirmait après avoir sans doute fait tourner un de ces merveilleux logiciels qui nous prédisent l’apocalypse climatique que ces institutions ne pouvaient faire faillite. Manque de bol. smiley
      Quand même un extrait, en anglais.
      To update that analysis, we commissioned Joseph Stiglitz (2001 Nobel Prize winner in economics), Jonathan Orszag, and Peter Orszag to examine the likelihood of the risk-based capital scenario. Their econometric analysis found that the probability of the stress test scenario is conservatively one in 500,000 and may be smaller than one in three million. As a result, they find that the risk of a default by these companies, if they hold sufficient capital to meet the stress test, is “effectively zero".

      Je dis que c’est un charlot.

       smiley


      • Proudhon Proudhon 17 août 2010 20:50

        Fannie Mae et Freddie Mac sont au mains du privé que je sache ! Leur ligne de crédit est garantie par l’Etat, ce qui n’a pas posé problème aux pourfendeur de l’Etat tant qu’elles faisaient du bénéfice...


      • Le péripate Le péripate 17 août 2010 21:00

        Proudhon, tant que vous n’aurez pas compris que l’État, c’est cette grande fiction à travers chacun cherche à vivre aux dépends des autres (et certains y réussissent, comme vous l’avez si subtilement remarqué smiley ...), vous pourrez tant que vous voulez réclamer votre part (et comme je vous comprends smiley) ), vous ne ferez qu’entretenir cette fiction.
        Lisez un peu Bastiat, vous verrez, c’est très frais. Une bouffée d’air pur.


      • vilistia 17 août 2010 21:07

        Peripate

        Un lambda qui compte sur l’État pour ses problèmes de clôture.

        La lacheté a du courage du côté de Libourne ?


      • vilistia 17 août 2010 21:16

        Peripate

        Tu as inventé l’eau chaude..... Nous y sommes... quel patate !

        Frédéric Bastiat - Wikipédia 


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 17 août 2010 21:22

        Salut, ami libéral

        Non, l’Etat n’est pas qu’une grande fiction dotée de mammelles et d’attributs sexuels secondaires masculins, autrement dit à la fois mère nourricière et père symbolique smiley

        Et non, l’Etat n’est pas non plus exclusivement un système répressif et ontologiquement ennemi des libertés smiley

        Toujours pas (pas encore) lu Basquiat, mais je n’y manquerai pas.


      • Le péripate Le péripate 17 août 2010 21:22

        Merci Villi. Sans vous le lecteur n’aurait pas connu wiki.


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 17 août 2010 21:24

        Pas Basquiat, Bastiat ! smiley
        (J’ai les neurones ilmbibés de couleurs.)


      • vilistia 17 août 2010 21:24

        Peripate

        Le Wiki en 10 tomes... tu es parfait !


      • Le péripate Le péripate 17 août 2010 21:25

        Le feu peut chauffer ou brûler, amie Cosmic. Les gens raisonnables ne le laissent pas sortir de l’âtre.


      • vilistia 17 août 2010 21:26

        Salut, ami libéral

        Non, l’Etat n’est pas qu’une grande fiction dotée de mammelles et d’attributs sexuels secondaires masculins, autrement dit à la fois mère nourricière et père symbolique 

        Et non, l’Etat n’est pas non plus exclusivement un système répressif et ontologiquement ennemi des libertés 

        Toujours pas (pas encore) lu Basquiat, mais je n’y manquerai pas.

        Relisez-la.... La betar....Incompréhensible !


      • vilistia 17 août 2010 21:28

        Peripate
        Le feu peut chauffer ou brûler, amie Cosmic. Les gens raisonnables ne le laissent pas sortir de l’âtre.

        Certainement le feu au cul.....Demande à Wald !


      • Waldgänger 17 août 2010 21:30

        Que sous-entends tu, pauvre malade perpétuellement obsédé par le sexe ?


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 17 août 2010 21:31

        C’est en cela et par grand principe vital que sur le sujet nous nous rejoignons, car tu sais à quel point je partage tes critiques, à mes yeux totalement justifiées, de la crainte totalitariste, quand bien même je ne peux céder sur ces colonnes vertébrales à mes yeux que sont l’éducation et la santé. Mais on fut interdits d’en parler, fut un temps smiley


      • vilistia 17 août 2010 21:31

        Wald

        On sonne...Et il arrive !

        Que demande le peuple ?


      • vilistia 17 août 2010 21:32

        C’est en cela et par grand principe vital que sur le sujet nous nous rejoignons, car tu sais à quel point je partage tes critiques, à mes yeux totalement justifiées, de la crainte totalitariste, quand bien même je ne peux céder sur ces colonnes vertébrales à mes yeux que sont l’éducation et la santé. Mais on fut interdits d’en parler, fut un temps 

        Pour l’éducation, on se passera de toi !


      • Waldgänger 17 août 2010 21:34

        Il a fallu que tu cites mon nom pile au moment où je quittais mes bouquins pour voir s’il y avait quelque chose à se mettre sous la dent ici, une coïncidence comme il y en a parfois.

        Et crois moi, c’est un pur hasard, ou un sixième sens si ta cervelle de dérangé croit à ce genre de choses.

      • vilistia 17 août 2010 21:34

        Quoique...Une éducation à la lampe torche chez Péripate dans ses vieilleries !


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 17 août 2010 21:35

        Salut Wald smiley

        Le drag-queen hystérique est encore de sorti. Elle n’a pas eu de vacances... entre autres.


      • vilistia 17 août 2010 21:35

        Et crois moi, c’est un pur hasard, ou un sixième sens si ta cervelle de dérangé croit à ce genre de choses.

        J’ai un septième sens !


      • vilistia 17 août 2010 21:37

        Salut Wald 

        Le drag-queen hystérique est encore de sorti. Elle n’a pas eu de vacances... entre autres.

        Le Dragon arrive.......Elle programme ses statistiques pour le mois Agoravox !




      • vilistia 17 août 2010 21:38

        Vacances.....MAMIE programme aussi ma vie !


      • birdy 17 août 2010 21:40

        Wald,


        Lors d’une de ses premières apparitions, la commère narrait comment son altruisme l’amena à masturber un handicapé, sans toutefois préciser la nature de l’handicap.

        Et la même personne jouait les saintes-nitouche avec AbdelKader17 Lord Volde et toute la clique islamiste. smiley

        Il est vrai que la Zakat peut se payer en liquide, mais quand même, traiter les occidentaux de dépravés quand on a une telle libido, c’est gonflé. 
         

      • Waldgänger 17 août 2010 21:47

        Salut Cosmic, smiley

        Drag queen, transexuel, même pas pour moi, il est aussi vide et inconsistant qu’un de ces « héros » de films tirés de jeu vidéo, la substance toute dans un amas de pixels et rien à l’intérieur.

        Je vous laisse toi et Peripate, avec qui je n’ai pas été juste ces derniers temps, vous avez sûrement pas mal à échanger, un mot qui aurait du constituer l’essence du site et bien oublié. Peripate est un peu abrupt (voire beaucoup), mais comme tu le sais, j’ai bonne mémoire et j’ai des souvenirs de comment la plupart des gens lui parlent quand ils lui adressent la parole (et je désapprouve aussi la manière dont Marsu ou Léon et Furtif lui parlent, sans parler des trolls de bas étage). 

        PS : Je t’ai envoyé un mail, j’espère que c’est bon pour toi aussi.



      • vilistia 17 août 2010 21:48

        Birdy MCM


        Lors d’une de ses premières apparitions, la commère narrait comment son altruisme l’amena à masturber un handicapé, sans toutefois préciser la nature de l’handicap.

        Tiens le vicieux ressort un post de ma part ....Bravo TOTO !

        Vous vous rendez compte ....Une fille masturbant une autre dans un cadre spécifié...Et l’handicap de la fille...En quoi cela te concerne !

        La masturbation...Je connais et toi, tu la pratique.

        Au revoir CONCIERGE.


      • vilistia 17 août 2010 21:50

        Wald

        Allo...Tu as bien reçu mon mail....Agoravox... Très utile !


      • birdy 17 août 2010 21:50

        Ceux qui critiquent Péripate feraient bien d’avoir la moitié de son intelligence avant de la ramener. 


      • vilistia 17 août 2010 21:51

        Ceux qui critiquent Péripate feraient bien d’avoir la moitié de son intelligence avant de la ramener.

        Justement, nous attendons l’autre moitié......

        Une blague belge...Tu en as ?


      • Waldgänger 17 août 2010 21:54

        Salut Birdy, il y a une scène de ce genre avec un vieillard dans le roman « Elisabeth Costello », du grand romancier sud-africain Coetzee, qui date malheureusement de l’époque où il commençait à ne plus rien avoir à dire (mais il faut lire par contre ses meilleures oeuvres comme « Mickaël K » ou « Disgrâce »).

        J’en apprends de belles sur Vili, mais qui se ressemble s’assemble comme on dit. Sinon, Paradisial se cherchait une femme à une époque, si Vili a envie, ils iraient bien ensemble et même s’il s’est marié, elle sera sa troisième femme. Par contre, la conversion risque d’être obligatoire.

      • vilistia 17 août 2010 21:57

        Wald
        Salut Birdy, il y a une scène de ce genre avec un vieillard dans le roman « Elisabeth Costello »,

        Il nous fait du France Culture périmé..

        Une autre , Melle Wald.....


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 17 août 2010 21:57

        Wald, moi non plus je n’ai pas du tout apprécié ces agressions bas de gamme dignes de combats de coqs sans enjeux ni combattants du côté de P., et pour ce qui concerne le dialogue, quand il est empêché par les paumés sexuels en ces lieux, dont les commentaires sur tous les fils polluent absolument toute tentative de discussion en étalant une bêtise crasse, une inculture absolue, une agressivité sans nom et une sottise érigée en étendard, il reste en effet des ailleurs.
        (Salut Birdy, entièrement d’accord !)


      • birdy 17 août 2010 22:01

        Oui jouer au bilboquet avec Paradisial semble être ce qui lui conviendra le mieux. Il pourra lui réciter des sourates tandis qu’elle jouera au poupées sous sa djellaba. 


      • vilistia 17 août 2010 22:02

        Wald, moi non plus je n’ai pas du tout apprécié ces agressions bas de gamme dignes de combats de coqs sans enjeux ni combattants du côté de P., et pour ce qui concerne le dialogue, quand il est empêché par les paumés sexuels en ces lieux, dont les commentaires sur tous les fils polluent absolument toute tentative de discussion en étalant une bêtise crasse, une inculture absolue, une agressivité sans nom et une sottise érigée en étendard, il reste en effet des ailleurs.
        (Salut Birdy, entièrement d’accord !)

        Lorque j’aime pas....Je change de crèmerie ... JE vais là dans le silence de l’intemporel :
        Cosmic Dancer 


      • vilistia 17 août 2010 22:05

        Agoravox te remerciera

        J’y compte bien !


      • birdy 17 août 2010 22:08

        Salut Cosmic,


        Comme vous le lisez, je sanctionne nolife poilue qui devient excessivement pénible, espérant la faire fuir vers d’autres intervenants.

        Mais c’est peine perdue, plus la maraude est rossée plus elle colle.

        Pourtant je promet que j’ai des bouffées de pitié, mais sitôt qu’elle ouvre la bouche l’état de grâce est fini. 

      • Waldgänger 17 août 2010 22:09

        Cosmic, se genre de sous-troll de m... n’est qu’un parasite qui a besoin des autres pour survivre, mais est trop déglingué pour s’en rendre compte, chassant tout le monde sans savoir qu’il se condamne aussi à rouiller une fois sa besogne accomplie. Le meilleur remède reste le recours à une vraie modération, sinon, l’indifférence absolue devant l’incarnation du néant.


        @ Birdy

         smiley smiley

        Et si elle n’est pas capable de réciter le coran par coeur au bout d’un an, gare à elle. 

      • vilistia 17 août 2010 22:10

        MCM
        Il nous joue la finale :

        Poilue...Tu as oublie la raie !


      • vilistia 17 août 2010 22:11

        Coran
        Et si elle n’est pas capable de réciter le coran par coeur au bout d’un an, gare à elle.

        Oh OUI , LA FESSEE !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès