Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’argent c’est de la dette. Donc pas de dettes, pas (...)

L’argent c’est de la dette. Donc pas de dettes, pas d’argent

Beaucoup pensent que l'argent qui a été prêté aux grecs est sorti des caisses des prêteurs et qu'il est donc normal qu'ils le rendent. C'est méconnaître les mystères de la création monétaire. Car l'argent emprunté aux banques ce n'est pas comme l'argent que l'on emprunterait à un ami qui le prendrait sur sa cassette personnelle. Peu de monde a conscience que l'argent nait du crédit, que neuf euros en circulation sur dix, sont nés d'une dette auprès d'un établissement bancaire (le reste, ce sont les pièces et les billets)...

Quand on emprunte à une banque, cette dernière invente l'argent qu'elle prête. Ca peut paraître invraisemblable au commun des mortels, mais c'est tout à fait légal. C'est comme cela que ça marche. C'est d'ailleurs pour cela que les états, les entreprises, les particuliers s'endettent. Sans cela, pas d'argent.

Et comprenez bien que lorsque vous remboursez le capital emprunté, cet argent est détruit. C'est ainsi que c'est prévu : l'argent nait du crédit et meurt au remboursement du crédit. Donc, si tout le monde demain remboursait ses dettes, il n'y aurait plus d'argent en circulation... Dans ce système fou, qui paie ses dettes s'appauvrit.

Qu'est-ce que cela implique. Tout d'abord chacun doit comprendre que tous les euros qu'il a en stock sur son compte chèque ou planqué en suisse, Tout l'argent qu'il gagne pas son travail ou bien d'autre manière, est né d'une dette contracté par une personne physique ou morale. Ce ne sont finalement pas des euros, mais des dettes en euros...

Ensuite, comme l'argent meurt au remboursement de la dette qui l'a vu naitre, il faut toujours des emprunts nouveaux pour qu'il y ait de l'argent en circulation...(Surtout qu'une partie colossale de cet argent né de la dette ne servira jamais au remboursement de cette dette, puisque accumulé puis planqué par une minorité). On comprend donc que pour qu'il y ait des riches, il faut des pauvres qui s'endettent toujours plus..

Continuons. Au capital remboursé s'ajoutent les intérêts. Nous remboursons donc plus qu'emprunté. Il faut donc toujours plus de dettes nouvelles pour rembourser les emprunts antérieurs... C'est pourquoi la dette des états, des entreprises et des particuliers ne peut qu'augmenter ! Tous les économistes et politiciens qui vous imposent la rigueur au nom du remboursement de la dette sont donc des imbéciles ou des menteurs.

Le problème de tout cela est que ce système augmente la masse monétaire de manière exponentielle. Le nombre des euros depuis sa création a été multiplié par 10. (pourtant il n'y en a jamais assez pour le peuple. C'est étrange ?)

Et puisque la masse monétaire croit, il faut bien que l'économie tente de la suivre au même rythme sans quoi, l'argent perdrait de sa valeur. C'est pourquoi nous sommes contraints de courir après la croissance économique et c'est pourquoi il faut tout monétiser. (tout doit être marchandise).

Le problème, c'est que la croissance c'est fini. Faute de carburant et de matières premières. Et surtout, ça pollue et ce n'est plus supportable. Donc, je vous prédis sans risque de me tromper, la chute des monnaies dans les années à venir.

Mais le gros problème dans tout cela, il est avant tout démocratique... En effet, de tous temps, c'est celui qui créé la monnaie qui détient le pouvoir. Et ce ne sont plus les états qui le détiennent, mais les banques privées. Et cette tragédie est scellée dans l'article 123 du traité de Lisbonne. (on comprend maintenant pourquoi il le fallait ce traité).

Nos gouvernements sont donc totalement sous le joug des banques qui détiennent légalement le pouvoir de créer et détruire la monnaie qui régie nos faits et gestes...

Revenons-en aux grecs. Les banques privées ont donc prêté à outrance, sachant que les risques seraient pris en charges par d'autres états. Et c'est ce qui s'est produit car la France et l'Allemagne se sont endettés pour racheter la dette grecque. (qui c'est qui commande, c'est la banque).

Comment sortir de ce système qui nous mène vers l'abîme ? Tout d'abord en prenant conscience de cette folie. Il ne sert à rien de blablater pendant des heures sur le net ou ailleurs. Tant que les états, c'est-à-dire les peuples n'auront pas repris le pouvoir de la création monétaire, rien ne changera.


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

55 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 24 février 2015 12:15

    C’est toujours pénible ce genre d’article qui démarre sur des affirmations exacte et un raisonnement rigoureux pour semer petit à petit des conclusions erronées et autres artifices logiques.

    Par exemple : « On comprend donc que pour qu’il y ait des riches, il faut des pauvres qui s’endettent toujours plus ».
    Ceci est faux et probablement basé sur un présupposé ideologique ; car les riches et les entreprises s’endettent et donc il n’est pas nécessaire que les pauvres s’endettent pour faire le profit des autres.

    L’auteur aurait également pu faire le constat que sans un système de création monétaire adapté il n’aurait pas eu droit au développement économique et aux conditions de vie favorisées qu’il connait aujourd’hui.

    De manière générale la création monétaire est un mécanisme complexe qu’il n’est pas judicieux de de réduire à quelques principes grossiers qui mènent à des constats incomplets, voire fallacieux.


    • Pascal L 24 février 2015 13:37

      @tf1Groupie
      Ce ne sont effectivement pas les pauvres qui s’endettent, mais pour rembourser la dette ou à cause de la diminution de monnaie en circulation dans l’économie réelle, on diminue les salaires, les prestations sociales et tous le reste. Ils sont des victimes de la dette mais surtout de l’absence de création de richesse lié aux mécanismes de création monétaire.


      Le système de création monétaire basé principalement sur la dette ne permet pas le développement économique. Un projet de création de richesse prend le plus souvent des années pour être rentable et crée de l’incertitude. Il faut des capitaux permanents pour que cela fonctionne, sinon la dette va engloutir le projet avant la fin par le remboursement du capital et des intérêts. Les financiers trouvent qu’il est beaucoup plus efficace et moins risqué d’aller sur les marchés financiers que de créer du développement. Aujourd’hui, plus de 98% de la monnaie en circulation est sur de tels marchés. Lorsqu’une banque peut faire des transactions aller/retour en moins d’une milliseconde, j’aimerai voir où est la création de richesse ? Je dirai plutôt qu’il s’agit de prédation.
      La création monétaire basée sur la dette pourrait être contrebalancée par une balance extérieure bénéficiaire un une arrivée massive de capitaux étrangers. Malheureusement, si la monnaie n’est pas utilisée pour de l’investissement, la capacité d’exporter diminue régulièrement et les investisseurs fuient, sauf pour racheter ce qui reste de notre richesse a un prix défiant toute concurrence. Il aurait fallu des règles très contraignantes pour forcer l’investissement dès 1973 et cela aurait pu être viable.

      Un changement des règles de création monétaire permettrait de résoudre le problème. Il est possible de créer des capitaux permanents (donc non remboursable) lorsqu’il existe une valeur en contre-partie. Or la valeur future d’un projet peut être utilisée si on mutualise les projets et que cette valeur est surveillée de près. Les intérêts de prêts peuvent également être rendus négatif (on paye les intérêts lorsqu’on a de la monnaie inutilisée et on ne paye plus lorsque l’on a des dettes - cela oblige les financiers à s’impliquer dans la création de richesse).
      Ces changements impliquent de vrais choix politiques, techniques et sociétaux. Convaincre les financiers qu’ils doivent s’impliquer dans la création de richesse est à priori impossible.

    • ecophilopat 24 février 2015 14:40

      @tf1Groupie

      Est-ce un présupposé idéologique de dire que si j’ai 100 000€ sur mon compte je peux m’acheter une voiture à 50 000€ sans avoir recours à un crédit et que si par contre je ne possède que 1000€ d’économie je vais devoir passer par un crédit pour me payer une voiture d’occasion à 4000€, qui me coutera au final 5 ou 6000€.
      -
      Peut-on qualifier d’« adapter » un système qui fait que l’encours de la dette publique mondiale actuel est de 200 000 milliards de dollars. Il l’est certainement pour les prêteurs, en particulier les banques, qui, en détenant le pouvoir de créer l’argent, détiennent également celui de contrôler le Monde
      Soutenir ce système et croire qu’il est le seul possible c’est faire preuve d’un grand manque d’imagination.
      -
      En ce qui concerne la complexité de la création monétaire je vous renvoi à la citation de John Kenneth Galbraith, Économiste (1908-2006).
      Le procédé par lequel les banques créent de l’argent est tellement simple que l’esprit en est dégoûté.

      http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20150206trib0197e aef5/200-000-milliards-de-dollars-la-dette-mondiale-en-2014.html


    • tf1Groupie 24 février 2015 16:31

      @ecophilopat

      Mon assertion vous dérange et donc vous donnez des exemples qui ne la contredisent cependant pas mais qui montre que les « pauvres » aussi s’endettent, mais pas forcément pour les mêmes acquisitions que d’autres plus riches.
      Bref l’affirmation de l’auteur est orientée, vous pourriez au moins le reconnaitre.

      La dette publique mondiale a beau être de 200 00 milliards ça ne remet aucunement en cause le fait que le développement économique mondial est significatif et, si il y avait une répartition mondiale optimale, ce développement permettrait à 7 milliards d’humains d’être nourris et logés avec même un accès Internet pour chacun.

      Quant à dire que que la base de la création monétaire est simple ça n’enlève pas le fait que le système monétaire moderne a un fonctionnement beaucoup plus sophistiqué que certains ne voudraient le faire paraitre.
      La meilleure preuve c’est qu’il est souvent déstabilisé, entrainant les crises que l’on connait et connaitra.
      Une telle création monétaire avec une mauvaise régulation rendrait cette création totalement inefficace.

      Pareil : l’action de se nourrir est extremement simple, et pourtant tout le monde ne mange pas à sa faim.


    • ecophilopat 24 février 2015 17:33

      @tf1Groupie

      Disons que l’affirmation de l’auteur n’est pas exacte, remplaçons là par celle-ci « pour que certains s’enrichissent il faut que d’autres s’endettent ».
      -
      -
      La dette publique mondiale a beau être de 200 00 milliards ça ne remet aucunement en cause le fait que le développement économique mondial est significatif et, si il y avait une répartition mondiale optimale, ce développement permettrait à 7 milliards d’humains d’être nourris et logés avec même un accès Internet pour chacun.
      -
      Si l’on veut donc poursuivre ce développement il faut continuer à faire gonfler la dette et admettre qu’elle ne peut être remboursée.
      -
      -
      Il ne faut pas confondre création monétaire et ingénierie financière qui déstabilise le système à cause de gens comme spartacus qui nous explique un peu plus bas que l’argent est une marchandise comme une autre.
      -
      -
      Pareil : l’action de se nourrir est extrêmement simple, et pourtant tout le monde ne mange pas à sa faim.

      Cet exemple est intéressant dans le sens ou ceux qui n’ont pas accès à la nourriture sont ceux qui ne peuvent s’endetter.


    • tf1Groupie 24 février 2015 17:38

      @ecophilopat
      « pour que certains s’enrichissent il faut que d’autres s’endettent »

      ça n’est plus une vérité car on peut s’enrichir tout en s’endettant ; et on n’est pas forcément endetté en permanence.

      Ce besoin de d’inventer des « règles » économiques n’est pas forcément productif


    • ObjectifObjectif 24 février 2015 18:57

      @tf1Groupie qui a écrit :
      « Par exemple : « On comprend donc que pour qu’il y ait des riches, il faut des pauvres qui s’endettent toujours plus ».
      Ceci est faux
       »

      C’est bien l’auteur qui a raison : l’endettement des pauvres est bien sûr indirect, puisqu’ils n’ont pas de capital capable de garantir de nouveaux crédits. Leur dette augmente indirectement, par la dette publique, et par le remboursement indirect de la dette qui sert à la production de tous leurs achats. lisez donc Margrit Kennedy : http://kennedy-bibliothek.info/data/bibo/media/GeldbuchFranzoesisch.pdf Sans les dettes indirectes, tous les prix seraient plus bas d’au moins 50%, voire 70% pour l’immobilier. Les pauvres perdent donc au moins 50% de leurs revenus à rembourser la dette des autres.

      @tf1Groupie a écrit : "L’auteur aurait également pu faire le constat que sans un système de création monétaire adapté il n’aurait pas eu droit au développement économique et aux conditions de vie favorisées qu’il connait aujourd’hui.« 
      Ceci est pour le moins non démontré par tf1Groupie, probablement basé sur un présupposé idéologique smiley

      @tf1Groupie a écrit : »De manière générale la création monétaire est un mécanisme complexe« 

      Le mécanisme est obscurci à souhait par les prof d’économie et par les médias. La création monétaire est pourtant très simple, il s’agit juste pour une banque de créditer le solde des comptes de leurs clients, ie d’ajouter un nombre au montant.
       »Dans son essence, la création monétaire ex nihilo actuelle par le système bancaire est identique, je n’hésite pas à le dire pour bien faire comprendre ce qui est réellement en cause, à la création de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement condamnée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents." La Crise mondiale d’aujourd’hui. Pour de profondes réformes des institutions financières et monétaires., Maurice Allais, éd. Clément Juglar, 1999, p. 110

      Bernard Maris dévoile le secret de la création d’argent par les banques

    • tf1Groupie 24 février 2015 20:08

      @ObjectifObjectif,

      Beaucoup de reflexions assez ridicules ; effectivement les choses paraissent simple quand on survole les phrases sans essayer vraiment de les comprendre.

      Vous pourriez me dire que le principe de la fission nucléaire est un principe très simple donc que vous êtes capable de construire une centrale nucléaire.

      Vous êtes semblable a ces gens qui signent un contrat de prêt sans se poser de question et qui se retrouvent à la rue parce qu’il n’avaient pas cherché à comprendre comment marche un taux d’intérêt variable.

      Sachez d’ailleurs que tout le monde fait les soldes mais rares sont les gens qui ne se font pas pièger sur un simple calcul de pourcentage ...


    • ObjectifObjectif 25 février 2015 14:18

      @tf1Groupie

      Le livre des Lettres persanes en était un exemple célèbre il y a bien longtemps déjà, ce que beaucoup trouvent « ridicule » correspond à une ignorance du sujet.

      Avant de juger hâtivement, il est toujours possible de poser des questions, car le jugement caractérise surtout celui qui l’émet.


    • diogène diogène 24 février 2015 13:01

      Qu’appelez-vous l’argent ?


      Un métal (AG) ?

      Non ?

      Alors, si c’est la monnaie que vous appelez « argent » (pourquoi pas oseille, ou pognon, ou fraîche ?)., vous avez tort, car plus il y a de monnaie, moins il y a de dette.

      Par contre, si c’est la confiance qui vous est accordée pour effectuer une transaction alors que vous n’avez pas de monnaie, c’est un crédit, et dans ce cas vous contractez une dette, forcément. Et alors, le titre de votre billet devient : la dette, c’est la dette.
      C’est-à-dire un pléonasme, ou une tautologie (ça fait plus savant, mais c’est toujours aussi con !).

      • diogène diogène 24 février 2015 13:04

        @diogène


        pour compléter, le titre devrait être :

        " l’argent, c’est l’argent, donc pas de dette, pas de detts !

      • ObjectifObjectif 24 février 2015 13:25


         @diogène

        Pour comprendre, il faut distinguer :

        - le « prêt », quand on prêt quelque chose qui existe avant, une bicyclette, une voiture,...

        - le « crédit » qui est l’augmentation du solde d’un compte.

        Si je prête à un ami, je lui prête de la monnaie que j’ai gagnée avec mon travail, sur laquelle j’ai payé des impôts.

        Un banque fait elle un crédit, elle augmente le solde ( au sens étymologique) du compte de mon ami, et ces chiffres ne viennent d’aucun travail préalable, ils n’ont jamais payé d’impôts. La banque ne paye aucun intérêt sur ces chiffres, et elle nous fait payer des intérêts.

        Le prêt est une dette légitime. Le crédit est-il légitime ? Dans un pays libre avec une égalité de droit, pourquoi n’aurais-je pas le droit d’ajouter des chiffres sur un compte comme la banque ? De quel droit /loi provient ce droit unique / inique de la banque ?

        cf http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/scoop-la-banque-d-angleterre-149472

        et http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/renflouez-les-gens-pas-les-banques-156000

        Aussi http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-virus-le-plus-discret-cache-en-153489


      • ObjectifObjectif 24 février 2015 13:14

        Très bon article, mais encore en dessous de la réalité.

        "neuf euros en circulation sur dix, sont nés d’une dette auprès d’un établissement bancaire (le reste, ce sont les pièces et les billets)"

        La BCE fabrique les supports physiques, et elle ne les vend qu’aux banques, contre des titres monétaires ou non monétaires. Pour avoir des espèces, les agents non bancaires peuvent seulement les achèter aux banques contre de la monnaie bancaire.

        100% de la monnaie en circulation est de la monnaie bancaire créée par les banques, monnaie bancaire qui a parfois servi a acheter des supports physiques officiels.

        Pour le démontrer d’une autre manière, imaginez que chacun verse ses espèces dans une banque : il ne reste plus d’espèces en circulation. 100% de la monnaie en circulation est bien d’origine bancaire, et acheter des espèces au banques contre de la monnaie bancaire sur son compte est la seule solution pour remettre des espèces en circulation.


        • Allexandre 24 février 2015 15:50

          @ObjectifObjectif
          Absolument d’accord avec vous. Depuis que les Etats souverains ont abandonné leurs pouvoirs régaliens, dont celui de battre monnaie, le monde est parti à la dérive. Les grandes banques internationales, en revanche, ont gagné le jack pot et nous pauvres idiots que nous sommes, sommes condamnés à payer toujours plus parce qu’on nous intimes habilement l’ordre de consommer toujours plus, surtout à crédit. Il suffirait que 15% des habitants de la planète récupèrent leur argent en monnaie fiduciaire pour que le système s’effondre et nous avec. Mais peut-être serait-ce l’occasion de supprimer nos élites corrompues et de repartir sur de bonnes, ou moins mauvaises bases ?


        • Spartacus Spartacus 24 février 2015 15:04

          Dommage que ce soit expliqué à l’envers avec des clichés.


          « c’est celui qui créé la monnaie qui détient le pouvoir »
          Faux. Le créateur de la monnaie n’est pas la banque, c’est l’emprunteur. 
          La banque n’a aucun pouvoir de loi. Seul l’état dispose du pouvoir de coercition et de contrainte.

          « pour qu’il y ait des riches, il faut des pauvres qui s’endettent toujours plus »
          Faux. Les dettes des pauvres (comme des riches) constitue le risque du préteur. (riche ou pauvre). 

          En fait l’auteur essaye d’expliquer les défauts de ce qu’il croit un vil système libéral, et en fait ne comprend pas que ce sont les défauts d’un système de collectivisme de la monnaie.

          Le problème de la monnaie n’est pas qu’elle soit liée au crédit. C’est que nous ne puissions ou ne l’utilisons pas de manière consumérisque pour la mettre en concurrence.

          Exemple par la réalité que l’emprunt.

          Empruntez cette semaine 200 000€ à 3%
          Achetez aujourd’hui des USD à 1,13€ vous en aurez 226 000$. 
          Revendez dans 1 an quand 1€=1$. 
          Vous allez gagner 26 000€. Payez votre crédit (6000€). 
          Vous allez vous retrouver plus riche de 20000€ en un an.

          Pas besoin d’être riche, il suffit de comprendre que la monnaie est un vulgaire consommable et qu’elle agit sur un marché.

          • Spartacus Spartacus 24 février 2015 15:21

            Le problème avec la monnaie c’est que les profs de gauche n’enseignent pas l’économie ni le consumérisme.

            Une éducation nationale bloquée à Zola et Marx, crée des générations de crétins qui ne comprennent pas l’économie de marché et des ineptes à la compréhension bancaire.

            Ca fait 25 ans que les banques sans guichet offre des cartes bancaire gratuites et des comptes moins chers. 
            Pas 10% de la population n’a fait l’effort de se débarrasser de sa banque en dur faute de comprendre que la banque n’est qu’un commerce comme un autre.
            Qui ne crée rien. Rien de rien. 

            C’est l’emprunteur qui crée la monnaie pas le banquier, il n’est qu’un intermédiaire sans pouvoir.
            C’est sur youtube qui vous achetez de la musique. Cela ne fait pas de Youtube le créateur de la musique


          • Allexandre 24 février 2015 15:45

            @Spartacus
            Tu dis toujours n’importe quoi. Si l’emprunteur crée effectivement la monnaie, c’est par le crédit qu’il effectue, mais au profit de la banque. Celle ci peut émettre jusqu’à 9 fois son encaisse en numéraire. L’emprunteur en revanche doit rembourser un argent virtuel avec intérêts, qui eux ne le sont pas. Ton ultrassime libéralisme te fait disjoncter souvent dès que le sujet porte sur l’économie. Arrête de lire une certaine littérature qui pollue ton esprit


          • Rmanal 24 février 2015 15:46

            @Spartacus
            Vos connaissances en matière de création monétaire sont tout aussi limitées que celles de l’auteur.
            Pour vous et votre fanatisme idéologique, il faut toujours consommer plus pour créer de la croissance qui permettra de consommer plus etc etc Ce discours on le connait depuis le XVIIIè siècle, mais hélas les chiffres et surtout les crises prouvent que cela ne fonctionne pas. D’où d’ailleurs les théories Keynesiennes. Avez-vous lu Piketty : sur ce sujet, données factuelles à l’appui, la démonstration de fausseté est juste factuelle.
            Par ailleurs pour les banques le problème n’est pas de les voir comme de simples officines, ce qu’elles sont, mais du pouvoir unique de création de crédit. Est-ce que moi aussi je peux donner en crédit 10 fois ce que j’ai en poche ? Bien sûr que non, cela m’est interdit. D’où la question : pourquoi leur avoir donner un pouvoir essentiel à notre économie dans les mains ? Pour cela je vous laisse remonter en arrière et au tournant idéologique des années 80, poussé à fond par les grandes fortunes et les grands groupes qui finançaient les campagnes électorales.

            Pour l’auteur, le fait de pouvoir offrir en crédit plus que ce que l’on a existe depuis la nuit des temps. C’est ce qui a fait la fortune des Juifs au moyen âge (non pas parce qu’ils étaient Juifs, mais parce que le commerce de crédit était interdit aux catholiques) qui avaient bien compris qu’avec un réseau bien développé personne ne viendrait retirer l’ensemble des avoir, façon Madof. C’est aussi ce qu’ont utilisé de grandes familles comme les banquiers Italiens de la Renaissance. Donc rien de nouveau. Ce qui est nouveau c’est que les états ont perdu ce pouvoir là, et du coup compense par de l’emprunt, payé avec nos impôts, dont les intérêts vont dans les poches des mêmes banquiers. Faut bien reconnaitre que c’est quand même nous prendre pour des cons.


          • ObjectifObjectif 24 février 2015 19:04

            @Rmanal qui a écrit : « Faut bien reconnaitre que c’est quand même nous prendre pour des cons. »

            Le vrai problème c’est que nous acceptons la monnaie créée par d’autres, sans réciprocité Mais si quelqu’un accepte d’acheter la tour eiffel, c’est la faute de celui qui l’achète ou de l’escroc qui a le culot de la vendre ?


          • Spartacus Spartacus 24 février 2015 19:20

            @Rmanal


            Soyons clair Pikety est un tricheur.
            Il a avoué avoir triché sur les chiffres de ses statistiques. 
            Les vérifications ont montré que son livre est un torchon d’inexactitudes. 
            Mais en France ou l’éducation est Marxiste, et les journalistes de gauche, ca n’a pas fait beaucoup de lignes dans l’information.

            « Est-ce que moi aussi je peux donner en crédit 10 fois ce que j’ai en poche ? »
            En euros et dans une économie Keynésienne ou l’état régente tout effectivement, vous être prisonnier du collectivisme d’une monnaie d’état.
            C’est l’interventionnisme de l’état (régulation) qui impose ces règles prudentielles. 

            La concurrence comme ceux qui choisissent par exemple le Bitcoin feront exploser ces règles étatistes.

            Quand à la création monétaire, que ce soit la banque de France ou une banque privée ne change pas la donne en mieux. L’état n’agit pas en fonction des client mais des groupes de pression de ceux qui crient le plus fort.
             
            En plus avec les Keynésiens, c’est plus une vérité, avec le QE il n’est plus besoin d’un crédit pour créer de la monnaie.....

            Et arrêtez de chanter la messe des intérêts.
            Il arrive régulièrement que les taux soient négatifs. 
            De 2002 à 2005 les intérêts aux USA étaient négatifs pendant 3 ans. 
            En 2012 la France a emprunté à taux négatifs pendant 7 mois....

            Laissez le monopole d’émission à l’état, vous récoltez la connivence et l’abus. Tout ce que l’état touche il le détruit. Les taux seraient deux fois plus élevés. 

          • Rmanal 25 février 2015 11:30

            @Spartacus
            Le fanatisme économique m’étonne toujours. Comment peut-on déblatérer autant de certitude alors que les preuves statistiques existent, sont consultables, et prouvent l’inverse de ce que vous dites ?
            Pikety a juste donné des chiffres qui sont consultables par tout un chacun et proviennent des bases publiques, par exemple l’INSEE en France. Il suffit d’aller y jeter un coup d’oeil, ce que visiblement vous n’avez pas fait, pour les confirmer.
            - « En euros et dans une économie Keynésienne ou l’état régente tout effectivement » : dans le libéralisme aussi : citez-moi un auteur Libéral ayant pignon sur rue qui demande le retour à l’echange par le troc (ce qu’est indirectement le bicoin) ?
            - « 
            Quand à la création monétaire, que ce soit la banque de France ou une banque privée ne change pas la donne en mieux. » : vis-à-vis des emprunts d’états, cela change tout au contraire : comprenez-vous pourquoi ?
            - « 
            En plus avec les Keynésiens, c’est plus une vérité, avec le QE il n’est plus besoin d’un crédit pour créer de la monnaie » : le QE n’est pas Keynésien d’une part, d’autre part un crédit n’a jamais créé de monnaie fiduciaire.
            - « 
            Et arrêtez de chanter la messe des intérêts.

            Il arrive régulièrement que les taux soient négatifs. » : c’est sur, si j’ai de l’argent à placer je vais choisir un placement à -0.1%. Les taux d’intérêts négatifs n’existent pas. A la limite si on prend en compte l’inflation on peut avoir un taux effectif négatif, mais il y a des raisons à cela qui visiblement dépasse votre entendement.
            - « 
            Tout ce que l’état touche il le détruit. » : il suffit de voir la crise de 29, son traitement ou les 30 trentes glorieuses pour comprendre que vous êtes une des ces espèces de fanatique libérale qui conduirait le monde à la misère tant vos remèdes sont connus depuis Adam Smith et ont toujours montré leurs inefficacités. Au delà du fait que visiblement vous ne comprenez même pas, ou vous n’expliquez même pas, votre libéralisme.

          • HELIOS HELIOS 1er mars 2015 13:40

            @Rmanal


            ...helas, si tout n’est pas sincère dans le discours de Spartacus, il n’en reste pas moins que ses explications, comme celle d’un consultant dans n’importe quel domaine, restent vraies. Il occulte (ou oriente) certains détails, certes, mais c’est une vérité...

            Tenez, un exemple bien contextuel : de quelle couleur avez vous vu la robe ??? bleue et noire ou bien blanche et dorée...

            Spartacus et vous, la voyez différente, mais c’est toujours la même robe !!!

          • peimpourte peimpourte 2 mars 2015 22:01

            @Spartacus
            Tu ne veux pas comprendre ? Le problème de la création de la monnaie par le crédit avec intérêts c’est la création exponentielle de monnaie vécu une économie qui ne peut pas suivre. C’est aussi le fait que le réel pouvoir est aux mains des banques privées et donc agonie de la démocratie. Au sujet de ton exemple tu n’auras fait ton bénéfice qu si tu as un acheteur et donc un emprunteur qui aura contribue à l’endettement supplémentaire. 


          • ObjectifObjectif 24 février 2015 18:40

            Le titre pourrait être plus explicite :

            « L’argent c’est de la dette pour les citoyens, sans dette pas d’argent pour les citoyens »

            Pour les banques, la monnaie, l’argent, ce sont des nombres qu’elles écrivent pour endetter les citoyens.

            Pour celui qui obtient un crédit, il peut au moins essayer d’augmenter son capital, à condition d’en avoir un en garantie pour commencer. Mais au fond il se fait avoir aussi, car chacun devrait avoir droit à un crédit gratuit limité, la définition de la création monétaire souveraine.

            Pour celui qui n’a rien, il peut seulement rembourser les dettes des autres, et payer les frais financiers des autres, sachant que le revenu de son travail ne lui permet même pas d’épargner : plus il travaille, plus il est pauvre. Sans compter les dettes publiques qu’il supporte aussi avec son travail.

            N’oubliez pas l’étude de Margrit Kennedy : sans les frais financiers des dettes, tous les prix seraient plus bas de 50% au moins, voire 70% pour l’immobilier. http://kennedy-bibliothek.info/data/bibo/media/GeldbuchFranzoesisch.pdf


            • Gandalf Gandalf 24 février 2015 19:47

              Il me semble qu’il y a deux inexactitudes dans votre article.


              Si les riches ont de l’épargne, ce n’est pas tant du fait de l’endettement des pauvres que de celui des états. 

              La masse monétaire ne croît pas forcément exponentiellement. Il peut y avoir des équilibrages :
              - impact de l’investissement et de la consommation des intérêts perçus ;
              - monnaie permanente et sa vitesse de rotation (monnaie banque centrale) qui permet d’effacer les dettes. Mais les banques commerciales ont lutté et luttent toujours âprement (porte-monnaie électronique) contre cette monnaie qui ne leur rapporte rien et qu’elles doivent emprunter auprès de la banque centrale.

              Cependant, l’inégalité fiscale, et surtout l’évasion fiscale déstabilisent énormément les équilibres monétaires, créant des trappes à liquidités ici, des trappes à dettes là.
              Donc, les faits, valident en effet votre argument concernant la nécessité de l’exponentialité de la masse monétaire : la courbe des déficits publics l’illustre parfaitement.

              • HELIOS HELIOS 1er mars 2015 13:49

                @Gandalf


                Si on vous suit bien, il faudrait que la monnaie ne soit pas « fongible » et que votre compte en banque contienne des Euros-SocieteGénérale, des Euros-CreditAgricole... etc...

                C’est le souhait ultime des banques, c’est a dire être propriétaire de sa création monétaire comme Carrefour est propriétaire de ses produits ’libres".

                Sur le fond, si on oblige ces banques a devenir propriétaire de la monnaie (on accede a leur souhait suprême) et qu’on rajoute un petit article en petits caractères en bas, disant que ces banques sont obligées de preter, alors, les gouvernements recupereront le pouvoir.... au plus grand bien des peuples.

                Il ne rester a plus qu’a regrouper ces banques et un jour leur faire la peau, si nécessaire.

              • joletaxi 24 février 2015 20:01

                un petit kawa
                et une bonne vieille légende urbaine qui tel le monstre du Loch Ness réapparaît périodiquement.
                Et peu importe les arguments, comme des enclumes, ils vous la réécriront encore et encore

                non les banques ne créent pas la monnaie

                comme je l’ai déjà expliqué, l’argent qu’ils vous prêtent existe bel et bien, c’est le vôtre.
                et s’il en manque, c’est la BCE qui la crée.
                juste deux réflexions
                si une banque crée de la monnaie quand elle vous concède un prêt, comment peut- elle faire faillite ?
                et essayez toujours de me rédiger les écritures comptables( les banques sont soumises aux même règles comptable que toute société qui tient une comptabilité et publie des bilans) qui sont enregistrées quand une banque accorde un crédit, et montrez donc où se crée l’argent ?

                à partir de là, les prémices étant faux, le reste....


                • izarn 25 février 2015 11:27

                  @joletaxi
                  Le jorionisme a la vie dure. L’argent déposé ne suffit certainement pas a expliquer la totalité de l’argent preté, donc fabriqué « ex nihilo. » Le role des banques centrales n’est pas de créer la monnaie. La monnaie fiduciaire est fabriquée par les banques centrales et vendue aux banques privées. (Le terme vendre est la pour simplifier, la monnaie scripturale reçue annule la monnaie fiduciaire crée ex nihilo. C’est de la simple comptabilité)
                  En fait il est vrai que vos dépots sont pris en otage par les banques « généralistes. » Si la banque fait faillite techniquement, c’est a dire que ses défauts de paiement sont supérieurs à ses fonds propres, elle peut piquer vos avoirs avec autorisation de la BCE, comme ce fut le cas à Chypre.
                  Jorion dit c’est normal. Ce n’est pas normal, c’est du vol. C’est interdit d’origine dès la fondation de la BCE. Ca fait un paquet de temps que les traités européens sont des chiffons de papiers depuis 2009, et que Junker n’est qu’un escroc. Un Madoff en liberté.
                  Si votre banque prends 30% de vos dépots pour rembourser ses dettes, c’est tout simplement un hold-up à main armé.
                  Conseil ; si votre banque fait ça, changez en...


                • ObjectifObjectif 25 février 2015 14:12

                  @joletaxi

                  Bonjour, je vais essayer encore une fois de vous résumer, en commençant par l’écriture comptable d’un versement en espèce.

                  Vous versez un billet de 100€ à votre compte courant au guichet de votre banque, elle passe l’écriture suivante dans sa comptabilité :

                  • op1- Elle crédite de 100 son compte de caisse à son actif ;
                  • op2- Elle crédite de 100 votre compte courant à son passif (Subdivision du compte 251 « comptes ordinaires créditeurs clientèle », dans le Plan de gestion comptable des établissements de crédit, applicable au 1er janvier 1993).
                  Son bilan est équilibré, il a augmenté de 100.
                  Elle a respecté toutes les règles comptables.

                  La banque peut toujours utiliser le billet pour acheter ce qu’elle veut, et vous vous pouvez utiliser 100 de plus sur votre compte, qui ne viennent pas d’un autre compte par transfert : la quantité de monnaie en existence à augmenté de 100, car aucun autre compte n’a diminué.

                  Augmenter la quantité de monnaie en existence, c’est ce que l’on appelle une création.

                  Est-ce plus clair ?


                • joletaxi 1er mars 2015 21:15

                  @ObjectifObjectif

                  re petit kawa, re poilade habituelle

                  je ne me souviens pas bien, mais il se peut que nous ayons déjà discuté de cette problématique ?

                  et je constate que vous n’avez fait aucun progrès en comptabilité, ce qui est dommage, car ,comme la plupart qui ont commenté sur cet article, c’est l’ignorance crasse sur ce sujet qui fait réapparaître périodiquement ce genre de daube

                  petit rappel
                  un compte de passif reprend tout ce que la société doit
                  quand la banque inscrit sur un compte de passif qu’elle vous doit 100,ils ne sont pas disponibles.
                  Par contre , les 100 qu’elle inscrit à votre nom, sur son compte, eux ils sont disponibles, c’est le privilège de la banque,de faire de la régulation.c-à-d qu’elle s’oblige à assurer les opérations sur votre compte ouvert en ses livres, sans que les sommes y mentionnées y soient effectivement consignées.

                  Et une augmentation du total d’un bilan, n’a aucune signification monétaire.

                  Acceptez ce conseilpotassez la compta, vous verrez, cela devient plus clair.


                • ObjectifObjectif 3 mars 2015 17:50

                  @joletaxi

                  Je vous indique clairement le plan comptable utilisé par une banque,qui contient des parties en plus par rapport aux entreprises non banques, et en particulier les comptes de virement (ou comptes courants) des clients au passif du bilan. Vous pouvez vérifier par vous-même.

                  Je reformule. Vous versez un billet de 100€ à votre compte courant au guichet de votre banque, elle passe l’écriture suivante dans sa comptabilité :

                  • op1- Pour prendre en compte le billet qu’elle reçoit, elle crédite de 100 son compte de caisse à l’actif de son bilan ;
                  • op2- Elle augmente le solde de votre compte courant, en lui ajoutant 100, votre compte courant figure au passif de son bilan (Subdivision du compte 251 « comptes ordinaires créditeurs clientèle », dans le Plan de gestion comptable des établissements de crédit, applicable au 1er janvier 1993).
                  Comme le solde de votre compte courant a augmenté de 100, et qu’aucun autre compte courant n’a diminué dans cette opération, la somme des soldes des comptes courants a augmenté de 100 : ceci est une création monétaire pour la monnaie bancaire.

                  Le billet de 100 est toujours en circulation, car la banque l’a dans sa caisse et peut l’utiliser pour acheter ce qu’elle veut.

                  Elle a respecté toutes les règles comptables. Elle utilise le compte de classe 251 qui est spécifique aux établissements de crédit, ce qui est le nom officiel des « banques ».


                • peimpourte peimpourte 3 mars 2015 18:08

                  je n’ai jamais dit que ce que faisait les banques etait illegal. Votre exemple n’a rien à voir avec la création monétaire par le crédit donc la dette. Renseignez vous.pourquoi pas auprès de la banque de France. Vous n’êtes pas sans ignorer que la dette de la France par exemple est née avec le système de la création monétaire par la dette. Création déléguée aux banques privées par Pompidou, ancien banquier il me semble. Maintenant je n’exprime que des faits. Libre à vous de les accepter ou non


                • peimpourte peimpourte 3 mars 2015 18:22

                  @joletaxi
                  Ce sont les intérêts qui nourrissent la banque puisque l’argent créé par le crédit est détruit au remboursement. Il me semble que les faillites bancaires sont liées à autre chose. Du reste elles sont bien rares car les états se doivent de les renflouer afin d,éviter la chute et l,effondrement du système. Au fait comment un état endetté fait il pour renflouer une banque ? En s’endettant auprès d’établissements bancaires. C,est ainsi que l’on transferts les pertes à toute la collectivité. C’est difficile d’admettre que les euros que nous possédons sont en réalité des dettes en euros. Le système est fou.








                • SamAgora95 SamAgora95 24 février 2015 20:29

                  L’auteur de l’article ne semble pas comprend le mécanisme de la dette, l’idée véhiculé dans l’article est donc fondamentalement fausse !



                  • peimpourte peimpourte 2 mars 2015 22:02

                    @SamAgora95
                    Va falloir que tu m’expliques


                  • anomail 31 mars 2015 14:32

                    @SamAgora95

                    Belle argumentation smiley


                  • Piloukalos 24 février 2015 21:50

                    Bonsoir,

                    Oui malheureusement dans la croyance populaire c’est les dépôts c’est à dire l’argent sur nos comptes qui font les crédits hors dans la réalité ce sont les crédits qui font les dépôts.
                    L’argent que nous avons sur notre compte est issue d’une dette contractée par une tiers personne, on peut parler de vélocité monétaire (Nombre de fois qu’une unité de compte sert de paiement).
                    Exemple : Une personne vend une maison, elle reçoit l’argent de cette transaction qui a pour origine un crédit contracté par une personne B l’acheteur. Cette personne A peut ensuite acheter des biens avec cette argent qui je le répète n’existait pas avant, il faut bien le comprendre.
                    Les billets et les pièces que l’on nomme monnaie centrale corporelle dans le jargon économique correspond à 7% de la quantité totale d’argent en circulation, le reste n’est qu’une somme de ligne d’écriture dans un bilan bancaire.
                    Je vous recommande l’excellent documentaire de Gabriel RABHI « Crise,dette,chômage :Qui crée l’argent » https://www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo
                    Ce film fait preuve de beaucoup de pédagogie et permet de comprendre tous les rouages de la monnaie et de la finance.
                    Dans un domaine plus officiel la Banque de France avait édité en 2009, un fascicule expliquant les mécanismes de la création monétaire. http://www.citedeleconomie.fr/IMG/pdf/Livret_La_monnaie_nous.pdf
                    Il remet notamment en cause l’idée reçue de l’existence du troc avant l’apparition de la monnaie.

                    Bonne lecture et bon visionnage


                    • slave1802 slave1802 24 février 2015 22:50

                      @Piloukalos

                      La civilisation égyptienne a pourtant fonctionné à merveille sans monnaie pendant près de 2000 ans. C’est quand elle a adopté cette invention apportée par Alexandre que tout est partit en quenouille pour les pharaons...
                      Décidément les Grecs...


                    • izarn 25 février 2015 11:06

                      @Piloukalos
                      La monnaie est une valeur d’échange, pas une valeur réelle. Sur une ile déserte vous faites quoi avec votre or ? Rien....
                      Si votre monnaie ne vaut plus rien, vous ne pouvez plus échanger. On retourne au troc.
                      La monnaie n’apporte richesse que sur les marchés financiers. Quand on considère que c’est ça, la seule richesse qui compte ; c’est la fin de la civilisation occidentale.


                    • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 25 février 2015 05:52

                      ...et on ne prête qu’aux (t)riches à y perdre la dette

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès