Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’exploitation de l’information utile, face « cachée » du (...)

L’exploitation de l’information utile, face « cachée » du renseignement

En complément de ma série d’articles précédents sur l’intelligence économique, il me paraît important d’introduire le concept d’exploitation de l’information utile et de préconiser le renforcement du socle théorique de cette facette du renseignement encore trop peu étudiée. La nouvelle discipline ainsi promue doit se focaliser sur les méthodes de travail collectif en réseau permettant de capitaliser l’information utile et de porter en temps voulu à la connaissance de tous ceux qui en ont l’usage le renseignement ainsi produit.

Accompagnant la révolution technologique en cours, l’économie de l’information a engendré le concept d’intelligence économique dont certains déplorent parfois la "face cachée" qui s’apparenterait à de l’espionnage industriel[1]. Le renseignement reste en effet le plus souvent assimilé à l’espionnage, sa forme la plus ancienne qui a la faveur des romanciers et occupe toujours, en raison de son côté spectaculaire, le devant de la scène médiatique. L’exploitation de l’information utile, activité certes moins haute en couleur mais fonction ô combien essentielle du renseignement, s’en trouve ainsi totalement occultée au point que, paradoxalement, c’est elle qui en devient la véritable zone d’ombre du dispositif. Elle constitue pourtant, bien plus que l’espionnage ou toute autre forme d’action clandestine ou illicite, l’aspect du renseignement le plus utile et le plus moderne dans notre société de l’information en plein développement.

L’exploitation du renseignement est l’art d’extraire, de produire et de travailler l’information utile pour la rendre accessible à tous ceux qui en ont l’usage. Cette "industrie" au sens premier du terme[2] a dû s’adapter très rapidement à la société de l’information émergente et à la révolution technologique qui l’accompagne pour traiter des volumes et des flux en très forte augmentation. C’est désormais une activité à laquelle s’attachent de nombreuses pratiques nouvelles qui restent à formaliser, des méthodes innovantes qu’il faut théoriser, des savoir-faire à approfondir et à enseigner et des métiers nouveaux à définir. En un mot, il s’agit d’une véritable discipline à fort potentiel d’innovation, qu’il faut mettre sur pied et développer sur le plan de la recherche, de l’enseignement, de la formation, des méthodes et des procédés. C’est autour de cette discipline que pourra s’organiser l’indispensable profession dont la nouvelle société de l’information et son économie ont le plus grand besoin pour éviter l’anarchie et les développements désordonnés qui ne manquent jamais de se produire dans une communauté de pratiques sans cadre structuré.

Si l’aspect spectaculaire du renseignement et de son histoire faite essentiellement d’affaires d’espionnage et d’actions clandestines a déjà été très largement étudié, l’exploitation du renseignement, ses pratiques et les théories associées l’ont été, quant à elles, nettement moins. Dans un ouvrage publié en 1997[3], j’avais tenté, à la lumière de ce que l’histoire nous enseigne sur les grandes évolutions stratégiques et les différentes conceptions du renseignement militaire, d’appréhender les changements à l’œuvre dans le nouvel environnement international afin d’envisager les axes d’innovations possibles en matière d’organisation et de méthodes de travail. J’y décrivais les différents modes opératoires des grandes phases d’élaboration du renseignement, allant de l’observation des faits jusqu’à la prise de décision, afin de les ordonner entre eux, d’en expliciter les spécificités et d’en préciser les acteurs et les techniques. En matière d’adaptation aux nouvelles technologies de l’information et de travail en réseau, mon étude se bornait néanmoins à proposer en forme d’idées les grandes lignes de méthodes de travail fondées sur l’alimentation et la tenue à jour d’une "banque de connaissances" partagée en réseau, sans rentrer dans le détail de pratiques qui restaient à l’époque encore largement à inventer.

Dix ans après, la mise en œuvre de ces idées au sein d’un grand organisme d’exploitation a permis d’affiner les pratiques et de préciser les théories associées qui font l’objet de mes travaux actuels. Les nouvelles technologies de l’information ont considérablement progressé et les techniques de recherche associées sont désormais assez bien maîtrisées, même si les progrès envisageables grâce aux sciences de l’information encore balbutiantes sont encore immenses. En revanche, le travail collectif en réseau, pour délivrer l’information utile en temps voulu à celui qui en a l’usage, demeure un véritable casse-tête dont personne ne détient encore véritablement la clé.

Renseignement, ...savoir, connaissance, ...information, donnée, fait

Renseigner, c’est enseigner (instruire, indiquer) quelque chose en réponse à une demande. Un renseignement est donc, à première vue, une information estimée pour sa pertinence à l’égard d’une question posée. Mais le mot information, souvent employé comme ici de manière générique, regroupe en réalité tout un ensemble de nuances qui, à partir des faits et des données, se déclinent en informations, savoirs et connaissances pour aboutir, comme on le voit, au renseignement.

La bonne question à se poser pour faire le tri dans tout ce vocabulaire et en distinguer les nuances, c’est celle du critère essentiel de qualité :

- Un fait n’existe que s’il est avéré ; on dira que sa qualité essentielle est d’être avéré.

- Une donnée existe indépendamment de la véracité du fait qu’elle traduit, mais si elle n’est pas disponible, ce n’est plus une donnée mais une inconnue ; on dira que sa qualité essentielle est d’être "donnée" ou disponible ou encore accessible.

- Une information peut être fausse ou inaccessible, mais, si elle n’est pas porteuse d’une signification précise (signifiante), ce n’est plus une information ; on dira que sa qualité essentielle est d’être précise ou signifiante ou encore porteuse de sens.

- Un savoir peut être faux, inaccessible ou, s’il est trop imprécis pour signifier quelque chose de particulier, ne pas être une information, mais s’il n’est pas perçu et mémorisé, ce n’est plus un savoir ; on dira que sa qualité essentielle est d’être perceptible (concevable) et mémorisable.

- Une connaissance peut être erronée, inaccessible, ne rien signifier ou ne pas être formellement mémorisée, mais si elle n’est pas compréhensible, si, agrégée à d’autres éléments, elle ne se traduit pas en termes permettant la décision et l’action, elle n’a plus rien d’une connaissance ; on dira que sa qualité essentielle est d’être compréhensible.

- Un renseignement, enfin, peut être faux, inaccessible, sans signification, inconcevable ou incompréhensible, mais s’il ne répond pas à une demande, ce n’est plus un renseignement ; on dira que sa qualité essentielle est de répondre à une demande.

Un renseignement est donc, par essence, l’exposé de faits répondant à un besoin. Pour être bon, le renseignement doit correspondre à des faits avérés, accessibles (données), précis ou porteurs de sens (informations), concevables ou mémorisables (savoirs) et compréhensibles tous ensemble. Néanmoins, le travail théorique sur le renseignement qu’il est désormais important de mener doit s’intéresser prioritairement (essentiellement) à ce qui contribue à garantir sa qualité essentielle qui est de répondre en temps voulu à la demande. Que les faits soient ou non avérés, accessibles, précis, mémorisables ou compréhensibles, importe peu dans ce travail. Celui-ci doit se focaliser sur le seul problème véritablement essentiel qui est de répondre en temps utile au besoin afin que le renseignement élaboré mérite tout simplement son nom.

Répondre en temps utile (parfois dans l’instant) au besoin (souvent imprévisible)

Les méthodes et les techniques qui permettent de favoriser ou de garantir la compréhension (synthèse), la perception (argumentation), la précision (analyse), la disponibilité (recueil) ou la véracité (recoupement) du renseignement, sont bien connues. Elles sont aussi vieilles que le métier[4] lui-même et, l’augmentation des volumes d’information pas plus que les nouvelles technologies qui s’y rattachent n’en bouleversent fondamentalement les principes. Seules les techniques de recueil (recherche) ont considérablement évolué avec la numérisation croissante de l’information, réduisant d’autant la part de la recherche traditionnelle dans la panoplie du renseignement. Même si l’augmentation perpétuelle des volumes à traiter impose en permanence d’améliorer les performances des outils de recherche, ces nouvelles techniques sont dans l’ensemble bien maîtrisées. En revanche, dans un environnement caractérisé par une complexité croissante et des contraintes de temps imposant une réactivité accrue, la réponse utile en temps voulu est d’autant plus délicate à assurer que le besoin est difficile à exprimer en raison de l’augmentation des volumes et de la richesse des informations disponibles et nécessaires à la décision.

Le véritable problème du renseignement se situe désormais là. Il est, comme on l’a vu, essentiel au sens premier du terme. C’est cet impératif qui est actuellement le plus complexe à traiter, c’est pour le satisfaire que les pratiques ont dû évoluer, avec des résultats encore inégaux. C’est donc sur cet aspect que les efforts théoriques doivent porter en priorité et en particulier sur l’organisation de cette "banque de connaissances" dont j’avais introduit le principe dans mon ouvrage précédent.

La "banque de connaissances", interface essentielle entre producteurs et consommateurs de renseignements

Pour maîtriser le cycle du renseignement avec la réactivité imposée par un nouvel environnement caractérisé par son imprévisibilité, tous les consommateurs de renseignements qui sont souvent en même temps des producteurs de données, d’informations, de savoirs et de connaissances ont bien compris la nécessité de disposer de méthodes pratiques originales, adaptées au travail collectif et fondées sur une capitalisation et un partage dynamiques des connaissances en réseau tout en respectant les besoins d’en connaître de chacun. Les expériences de travail collectif (ou collaboratif) en réseau se multiplient, mais elles se heurtent toutes à des difficultés majeures d’organisation pour garantir à tous les utilisateurs ayant besoin d’en connaître (et à eux seuls) les réponses en temps utile à leurs besoins.

Une solution prometteuse passe par la mise en œuvre de techniques communes de rédaction et de "présentation" des connaissances en ligne reposant sur un ordonnancement commun, logique et répétitif des données, adapté à l’analyse de systèmes complexes comme à la synthèse des informations qui en résultent pour répondre à tous les besoins de renseignements relatifs aux systèmes concernés. Cette organisation de la présentation des connaissances en "dossiers systémiques" est doublée d’un rangement physique des documents, répondant à une tout autre logique destinée à gérer finement la "visibilité" à donner à chaque "bloc" de données, d’informations ou de connaissances. L’ensemble repose sur l’utilisation d’outils de bureautique classiques, simplement configurés pour faciliter la création et l’alimentation des "dossiers" de présentation (liens hypertextes) par les analystes eux-mêmes et le rangement physique des documents pour la gestion du "besoin d’en connaître". La "banque de connaissances" ainsi constituée permet un dialogue quasi-direct et en toute sécurité entre fournisseurs et consommateurs d’informations, assurant l’adéquation entre le produit et le besoin.



[1] Cf. mon article, L’intelligence économique à la recherche de son identité, Agoravox du 3 mai 2007 et le billet d’humeur, De bonnes résolutions pour l’intelligence économique ?, dans la lettre d’information VigIE du Master IECS de l’ICOMTEC de janvier 2007.

[2] Industrie : art d’extraire, de produire et de travailler les matières premières pour les façonner et leur donner une utilisation pratique.

[3] Renseignement et société de l’information, La Documentation française, 1997.

[4] On le dit aussi parfois, selon l’expression consacrée par une tout autre activité, "le plus vieux du monde".


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • vigie 28 août 2007 18:52

    Voilà bien un sujet qui ne passionne pas les francais tant semble être grand leur désintérêt sur le sujet, par méconnaissance ou par ennui, nous sommes un peuple qui semble pratiquer l’angélisme, c’est bien dommage car une grande partie de la bataille économique se jouera sur ce terrain, nos amis anglo-saxons l’ont déjà compris depuis longtemps (ce ne sont pas les seuls) malgré les efforts d’Alain juillet qui a alerté les pouvoir public sur la question notre retard est grandissime. La collecte de renseignement par le bais de publications scientifiques, colloques, think tank, manifestation économique, veille sur le web, ou autres outils froids d’investigations peu rapporter beaucoup au pays, le japon l’a bien intégré et a développé une collecte tout azimut des données scientifiques ouvertes. En matière économique la naïveté se paye cash nous l’avons déjà que trop appris a nos dépends.


    • Gandalf Tzecoatl 29 août 2007 07:56

      La veille technologique est cruciale afin de mener des souhaits à terme.

      La naïveté est l’un des meilleurs foyer de la créativité.


    • stephanemot stephanemot 29 août 2007 09:22

      Pour avoir piloté un pôle de strategic intelligence dans un secteur hautement concurrentiel et évolutif, je connais l’importance des outils, mais je sais aussi que la différence se fait sur l’humain, la capacité à / la volonté de travailler en réseau...

      La vraie difficulté aujourd’hui plus que jamais, c’est d’anticiper, d’avoir un temps d’avance sur le marché. Et le meilleur moyen de louper une rupture est de s’en remettre aux seuls outils - au mieux, elle sera captée au moment où d’autres y auront apporté une réponse.


      • stephanemot stephanemot 1er septembre 2007 12:43

        Demian,

        Il est question d’intelligence économique dans cet article, pas d’économie d’intelligence.

        PS : votre opération s’est-elle bien déroulée ?


      • Django 29 août 2007 09:54

        Oui, l’intelligence économique et le traitement de l’information sont essentiels pour établir des stratégies économiques efficaces.Malheureusement, nous avons pris un retard pénalisant en la matière, faute d’avoir su passer du renseignement à l’intelligence économique et d’avoir su instaurer des réseaux efficaces de collecte, de traitement, de diffusion de l’information ouverte et fermée. Ceci tient au fait que d’anciens agents de la sécurité nationale se sont reconvertis dans cette qualification, avec leurs anciennes pratiques. A cela s’ajoute la difficulté pour les Administrations telles les Finances à passer d’une culture de la rétention d’information à une culture de la diffusion ciblée de l’information.Heureusement la situation évolue, de nouvelles formations universitaires existent, les régions ont désormais des pôles de veille et de traitement de l’information. Reste à améliore les synergies entre les organisations, ne serait-ce qu’au niveau de l’Etat.


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 29 août 2007 11:03

          Françis BEAU

          J’ai bien apprécié votre article qui (je ne sais pas si vous m’avez écouté) est plus accessible aux non spécialistes que les précédents .

          Vous expliquez bien ce qu’est le renseignement et à quoi il sert et ce qu’il n’est pas . J’insisterais sur la différence entre le renseignement ouvert que l’on trouve partout et qui est 99% de l’information et le renseignement fermé qui lui interesse les « espions » et qui ne s’obtient que par des méthodes que la morale réprouve . Cela n’empéchera pas nos concitoyens de tout mélanger car chez nous le « rens » n’est pas un métier de seigneur comme chez les british et comme le dit fort bien vigie les Français globalement s’en foutent .

          Je dirais aussi que si les anciens des services de l’état ne s’étaient pas intéréssé à la question ce n’est pas du retard que nous aurions mais un grand vide .

          Je voudrais souligner le travail que fait la DST depuis plus de vingt ans pour sensibiliser les PME à la guerre économique en allant faire des formations dans toutes les entreprises .

          Je conseille de lire l’ ouvrage du Général Pichot Duclos sur « les guerres secrêtes de la mondialisation » LAVAUZELLE

          L’auteur que je connais très bien sait de quoi il parle .

          Militaires (DGSE DRM) et civils( RG DST) ont fait avancer le schmilblick mais il est vrai que de nouvelles générations formées dans les universités qui existent depuis plusieurs années doivent prendre la relève .

          En conclusion je voudrai dire que chez les Japonais les banques de données existent elles sont alimentées par tous les citoyens qui se déplacent à l’étranger . ils le font systèmatiquement , c’est culturel .Chez nous c’est mal vu .

          Je crois que l’essentiel de notre retard est là .

          Salut et fraternité .


          • alberto alberto 29 août 2007 13:53

            Cambonne je trouve votre commentaire avec un peu de retard et vous demande de bien vouloir m’en excuser.

            Je suis à peu près d’accord avec l’article et avec votre commentaire, sauf avec le dernier point concernant les banques de données japonaises alimentées par les citoyens de retour de l’étranger et comme quoi ça serait mal vu chez nous.

            C’est peut-être mal vu, mais pas du fait des citoyens français de retour de mission, mais sutout du fait que les professionnels français de la question ne font rien pour organiser les retours d’infos auprès des missionnaires civils qu’ils traitent avec une condescendance confinant au mépris si l’un de ceux-ci tente de leur faire parvenir un témoignage glané sur le terrain.

            Dans ces conditions le Renseignement se bidouille entre professionnels sans valoriser la masse d’infos recueillie par les citoyens lambda à travers le monde se qui fait que cette cuture du renseignement reste en France l’affaire de ce qui apparaît comme l’affaire d’une secte de spécialistes.

            Bien à vous.


          • CAMBRONNE CAMBRONNE 29 août 2007 17:19

            ALBERTO

            Merci pour votre témoignage et vous avez malheureusement raison mais c’est pire que vous ne le dites car c’est valable aussi chez les pros .

            Si vous sortez une information qui ne correspond pas à ce qu’on attend on n’en tient pas compte , mais ça c’est vieux comme le monde . Il faudra attendre que ce que vous aviez déniché soit confirmé si possible par des sources étrangères pour qu’enfin on considère cela comme utile et digne d’intérêt .

            Bien à vous .


          • finael finael 31 août 2007 12:38

            Désolé, je n’avais pas vu passer votre article.

            Toujours aussi bon sur un sujet qui, malheureusement, ne semble pas passionner les foules malgré son importance.

            Il me semble toutefois que si la technique a effectivement apporté de nouveaux moyens il ne faut pas négliger l’importance de l’élément humain dans la détermination de la pertinence de telle ou telle information, ou donnée, ainsi que ses relations avec telle ou telle autre.

            De mon temps (voix chevrotante) nous travaillions avec des thésaurus, avantageusement remplacés par l’hypertexte. Il reste que le choix des liens, et donc de leur pertinence, reste une qualité humaine que l’on n’a pas encore pu remplacer comme on le voit avec les problèmes de ce que l’on a appelé « intelligence artificielle » et qui est maintenant plus justement nommé « systèmes experts ».

            L’intuition reste, à cet égard, la clef de la compréhension (cum prendere = mettre ensemble) et donc de l’exploitation des données.


            • Francis BEAU Francis BEAU 31 août 2007 13:22

              100 % d’accord avec vous. Je crois qu’on est encore loin de réussir à remplacer l’intelligence humaine dans ce domaine. C’est tout l’intérêt des méthodes de présentation sur lesquelles je travaille. Elles sont destinées à donner une structure commune connue de tous pour faciliter les échanges, mais restant suffisamment souple pour permettre à l’intelligence (l’intuition) de chacun de s’exprimer pleinement. Cette intelligence là, en effet, aucun système expert ne pourra la remplacer. FB


            • finael finael 2 septembre 2007 10:20

              Ce doit être passionnant, la présentation des données : une des clef de la réussite ! Malheureusement sous-estimée, voire méprisée.


            • TALL 1er septembre 2007 12:00

              La clé de l’avenir en ce domaine ( entre autres ), c’est l’IA ( Intelligence Artificielle ). C’est mon job, et c’est pour ça que je ne vous en dirai rien smiley

              Bien le bonjour à Cybion


              • Jacqueline Ysquierdo, professeure J ; Ysquierdo Hombrecher 3 septembre 2007 12:33

                Appuyée sur une démarche cognitive et une approche très précise des processus de la pensée humaine, aidée d’agents intelligents, l’IA parviendra t elle à singer l’homme ?

                J’en doute personnellement et ce, sur un plan philosophique et linguistique....

                L’intelligence humaine reste encore bien difficile à maîtriser, car, à notre avis, il va être difficile de calculer ce que l’homme a encore de ressources..et c’est heureux...

                Cordialement

                Dr. J. Ysquierdo Hombrecher Auditrice à l’INHES, 18ième session nationale 2006-2007 ACRIE PAU VEILLESUD DEEPSIGHT CTT : Formation Conseil Intelligence Economique - Veille -Sécurité - Sûreté Réseau ACRIE est le réseau nationale d’Intelligence économique Expertise Europe - Amérique latine Mob. : 00 33 6 86 40 28 35 Email : jysq@free.fr / france@deepsight-ctt.com site : http://veillesud.veillefrance.com/ Tél. / Fax : 0954849840


              • Gandalf Tzecoatl 2 septembre 2007 11:07

                Enfin, je dirais que pour l’économie de l’information, googler n’est pas top, le téléphone arave reste plus performant.


                • Jacqueline Ysquierdo, professeure J ; Ysquierdo Hombrecher 3 septembre 2007 12:08

                  Bjr Commandant !

                  J’ai lu avec attention tous vos articles dont je partage le fond. La partie retenant beaucoup mon attention est celle concernant l’enseignement de l’IE, sur laquelle je travaille avec acharnement depuis 5 ans. Pour ma part j’ai une méthode flexible que j’ai su adapter à tous les milieux où j’ai formé à l’IE et la Veille stratégique dans ma région. J’en retire de nombreux enseignements que je consigne minutieusement chaque année. L’aspect pédagogique est à mon sens le plus important. Les termes gravitant autour de ce concept font partie des recherches que j’assigne à mes étudiants. En effet, dans tout cet affairement autour du sujet, et depuis bien longtemps, je ne lis ou n’entends aucun protagoniste reconnu s’interroger sur la terminologie. Il est nécessaire de mener des études comparatives non seulement à l’échelon national mais international. Autrement bonjour la cacophonie culturelle d’ici peu de temps... Je suis heureuse que vous attachiez autant d’importance à cette réflexion et j’espère d’ici peu satisfaire également cette zone d’ombre sur le sujet. je vous adresserai l’un de mes articles.

                  Cordialement,

                  Dr. J. Ysquierdo Hombrecher Auditrice à l’INHES, 18ième session nationale 2006-2007 ACRIE PAU VEILLESUD DEEPSIGHT CTT : Formation Conseil Intelligence Economique - Veille -Sécurité - Sûreté Réseau ACRIE est le réseau nationale d’Intelligence économique Expertise Europe - Amérique latine Mob. : 00 33 6 86 40 28 35 Email : jysq@free.fr / france@deepsight-ctt.com site : http://veillesud.veillefrance.com/ Tél. / Fax : 0954849840

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès