Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’incroyable hold-up !

L’incroyable hold-up !

4 589 milliards d’aide publique ont été injectés en Europe dans le système financier et bancaire pour qu’il survive à la crise !

Cette information, révélée par Arnaud Montebourg dans un entretien sur BFM-TV[1], m’indigne. Elle s’affiche quelques jours après celle divulguée par la Confédération syndicale Force Ouvrière indiquant que 25% de travailleurs gagnent moins de 750 euros par mois, soit plus de 6,25 millions de travailleurs en France.[2]

D’un côté les nantis, (ne confondez pas avec les fonctionnaires), ceux qui veulent assurer leur surnuméraire, celui de leurs enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants, et de l’autre les plus de 10 millions de Français qui galèrent pour trouver un boulot, un toit, ou pour manger, lorsque ce n’est pas tout à la fois.

Nos dirigeants nationaux seraient bien inspirés de ne pas trop vanter les mérites de la démocratie en marche dans les pays du Maghreb, lorsqu’en Europe ils s’assoient sur le vote des Français[3], des Irlandais et de tous les européens.

Dès avant le vote du 29 mai 2005, au vu du comportement de la classe dirigeante, Anne-Marie Le Pourhiet[4] a pu se demander si nous n'allions pas vers une forme de « post-démocratie ». « Ce mépris inouï de la démocratie est d'autant plus provocant que l'on se pique de donner des leçons aux Etats candidats en les soumettant à d'humiliants examens de passage. A quoi sert-il d'élire démocratiquement un parlement national dont la tâche ne se borne plus qu'à transposer les directives élaborées par des instances oligarchiques ? »[5]

La course aux profits devient le seul objectif. En vingt ans la part des salaires dans le produit intérieur brut français a baissé de 9,3 %. Cette affirmation vient d’un article de la Banque des règlements internationaux (BRI), une institution qui réunit chaque mois à Bâle (Suisse), les banquiers centraux afin de « coordonner les politiques monétaires et d’édicter des règles prudentielles ». Ce n’est pas vraiment un repaire de marxistes.

Le produit intérieur brut de la France, soit le total des richesses produites en une année, s’élève en 2009 à plus de 1 800 milliards d’Euros. C’est donc un pays riche. Lorsque ces économistes disent que la part des salaires dans cette richesse a perdu 9,3%, il s’agit de 167 milliards qui sont passés de la poche des salariés dans celle des banquiers, fonds de pensions, etc.

Lorsqu’on veut s’attaquer au système, une grande confusion est entretenue par les profiteurs et les professeurs d’économie orthodoxe. Ils veulent imposer la pensée selon laquelle, lorsqu’on s’attaque aux riches, on s’attaque aux entreprises. Or il n’y a rien de plus faux. Les riches actuels, sont les prédateurs des entreprises et du monde du travail. D’ailleurs n’est-ce pas aujourd’hui la bourse qui impose la cadence alors qu’elle a été créée pour aider l’entreprise et son investissement ?

C’est un système mafieux qui est entretenu par les partisans de la mondialisation, de la concurrence libre et non faussée, par ceux qui nous expliquent que la libéralisation des marchés est un bienfait tout en augmentant de 20% le prix du gaz et de l’électricité libérés !

C’est donc un choix politique du gouvernement actuel et de sa bande de supporters qui font payer la crise à ceux qui en ont le moins !

Enfin il est un fait qui doit nous rassurer. Les Tunisiens, les Egyptiens et tous les habitants des pays du Maghreb ne se battent pas pour imposer l’islam, mais pour conquérir leur liberté, un emploi et un revenu décent !

Ne nous trompons pas de cible !

C’est une lutte internationale qui est le fruit d’un mal international. La mondialisation des pertes et la concentration des profits.

Et si nous prenions le chemin de la Bastille ?

 


[2] FO hebdo février 2011 repris dans Marianne du 3 février 2011

[3] Votre traité constitutionnel Européen : Résultat du Congrès (sénateurs et députés) : 560 pour, 181 contre et 167 abstentions ce qui ne correspond en rien au 55% de votes contre exprimés par les Français le 29 mai 2005.

[4] Anne-Marie Le Pourhiet-politologue - Professeur de Droit Public à l'université Rennes-I. Le Monde - 12 mars 2005

[5] Le Monde du 11 mars 2005-Qui veut de la post-démocratie ? par Anne-Marie Le Pourhiet - Professeur de Droit Constitutionnel.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (137 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Aviator 1er mars 2011 09:54

    Effectivement je pense qu’il va falloir prendre le chemin de la bastille avec comme mot d’ordre : Sarkozy / DSK même combat ----) Dégagez .
    Nous vivons depuis 40 ans dans une illusion démocratique dans laquelle on nous présente une fausse alternance qui n’a en fait pour but de ne rien changer de fondamentale . La gauche bobo a accepté le libre marché ( et vote à Bruxelles pratiquement tous les textes que le propose la droite ... ) , les instances internationales et supra-nationales dictent leur loi aux états au mépris de la souveraineté de ces derniers ( on apprend récemment que les budgets nationaux des états membres de l’UE devront au préalable passer devant une commission d’agrément - dont l’Allemagne est en fait le garde chiourme - ) bref votre vote on s’en fout ...
    Et bien la seule manière d’envoyer paitre tous ces ploucs mondialistes néo libéraux est de faire comme au Maghreb.
     


    • lolet lolet 6 mars 2011 18:32

      Ce que j’aime dans Agoravox, c’est de voir que je ne suis pas seul à penser de cette manière, mais que nous sommes quelques uns !
      Ce texte étayé nous ramène à des faits basiques : qu’on les pende tous !!! smiley
      Merci ! pas de fioritures, que des faits : hélas, ma conclusion : nous sommes bien seuls avec des gens relativement égocentriques, égoïstes qui souhaiteraient devenir Calife à laplace du Calife ... je reste malgré tout pessimiste, m^me si ce genre d’article me remonte le moral !


    • just_a_life just_a_life 2 mars 2011 13:07

      Je te plains et te souhaite beaucoup de courage ,face a cette mafia !!!!

      quelle bande de parasites !!!!


    • lolet lolet 6 mars 2011 18:38

      Bon courage !


    • mac 1er mars 2011 10:22

      Le pire c’est qu’on tente de nous le faire croire que les financiers ont remboursé ce que l’état leur avait prêté et qu’il a été gagnant dans l’affaire. Ceci est peut-être vrai sauf que :
      - l’état aurait pu en profiter pour prendre le contrôle des banques, ce qu’il s’est refusé à faire comme par hasard.
      - la majeur partie de l’aide n’a pas été directement donnée au système financier mais à ce que l’on pourrait appeler ses créanciers (BTP et immobilier, automobile, banques étrangères, aides aux pays en faillite dans lesquels il risquait et risque encore de perdre sa chemise...) et ces montants que l’état a donnés, il ne les récupérera probablement jamais.

      Vient maintenant le temps de la rigueur : il faut faire payer les petits. Ils n’ont plus grand chose à donner mais comme ils sont de plus en plus nombreux, ça devrait permettre au système de tenir encore un peu. Pour le moyen ou long terme c’est une autre paire de manches...
      Mais le but pour un politique est-il autre que de sauver la face jusqu’à l’élection suivante ?


      • mac 1er mars 2011 10:34

        Rectification dans mon dernier commentaire :

        « la majeure partie de l’aide n’a pas été directement donnée au système financier mais à ce que l’on pourait appeler ses débiteurs » (et non ses créanciers !) 


      • Aviator 1er mars 2011 10:43

        Le comble de l’ignominie est que les banques ont pu se refinancer auprès de la FED ou de la BCE quasiment gratuitement mais qu’ensuite une fois qu’on leur a donné l’argent elles le reprettent aux états ( achat des bons du Trésor émis par ses derniers ) à des taux qui varient de 2,5 à 10 % et plus en fonction de la durée et des états concernés !
        Alors c’est sur maintenant elles peuvent venir jouer les gros bras vu le différentiel qu’elles ont empochés au passage ! sur le dos des peuples qui eux vont devoir ( en théorie ) rembourser cette fausse monnaie !


        • HASARD 1er mars 2011 10:52

          Après les fonctionnaires qui donnent à travers Marine LE PEN les VRAIS chiffres de l’immigration et de l’insécurité...A. MONTEBOURG révèle le montant du plan de sauvetage du système qui nous exploite.

          Elle monte, elle monte, la colère...contre ceux qui mettent à mal notre nation.


          • Leo Le Sage 1er mars 2011 17:50

            çà m’intéresserait de savoir en quoi les chiffres de Marine Le Pen soient vraies


          • alberto alberto 1er mars 2011 10:55

            Bonjour

            Oui vous avez raison : près de 10%de la richesse produite a été détournée depuis les salaires pour aller vers les actionnaires et les dirigeants des grandes entreprises et autres « traders » !

            Et nos économistes semblent tout surpris que la consommation intérieure « stagne » !

            Pour relancer l’économie sans relancer les salaires : ça ne va pas être facile...Et ce n’est pas en augmentant les impôts que ça va arranger les choses...

            Et puis j’ai bien aimé la vidéo du débat entre Montebourg et Saint Etienne, même si en tant que retraité je sois dans le collimateur. Mais je crois que les vieux seraient près à tous les efforts si cela pouvait porter l’espoir d’aider les jeunes de nous sortir de la mouise générée par 20 ans de libéralisme et de dérégulation à tout-va.

            Bien à vous.


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 1er mars 2011 12:22

              L’auteur affirme :
              « Lorsque ces économistes disent que la part des salaires dans cette richesse a perdu 9,3%, il s’agit de 167 milliards qui sont passés de la poche des salariés dans celle des banquiers, fonds de pensions, etc ».

              et Alberto confirme.

              Ces informations sont en parties fausses.
              La baisse de la part des salariés est vrai. Mais la part des actionnaires n’a pas bougé depuis plus de quarante ans. Ce sont ces mêmes financiers (que vous citez) qui l’affirme.

              La seule part qui a augmentée est celle des impôts et des charges :

              "De 1959 à 1973, la part des salaires est demeurée relativement stable autour de 67%. Durant cette période de forte croissance, les salaires et les profits augmentaient rapidement, soutenus par des gains de productivité élevés et des investissements massifs. Les années 70 voient au contraire les profits s’effondrer, tandis que les salaires continuent d’augmenter et que l’inflation bat des records. Le partage de la valeur ajoutée s’en est trouvé profondément déformé en faveur des salariés.

              La rigueur économique et l’ouverture de la France au commerce mondial de la fin des partage à un niveau proche de sa moyenne sur longue période. On note toutefois une augmentation de la part de l’Etat à travers les impôts, qui passent de 5% de la valeur ajoutée en 1972 à près de 10% en 2007. Le partage de la valeur ajoutée s’est stabilisé depuis 1987. La part des salaires dans la valeur ajoutée représente aujourd’hui 65% environ, et celle des profits 25%. Les 10% restants reviennent à l’Etat. années 80 a eu pour effet de ramener le " source la fondation : Institut Français pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques Publiques.


            • alberto alberto 1er mars 2011 13:03

              Quand j’écris « que les vieux seraient près » vous avez rectifié : qu’ils « seraient prêts »

              Au jeunehommelibre : il est possible que sur la planète Saturne cela soit différent, mais ici sur Terre, la pression des fonds de pensions et autres sociétés d’investissement n’a cessé de s’accentuer depuis des années 80 de 5 à 6% de profitabilité pour tangenter de nos jours les 20%. Les retraités britanniques et américains étant de plus en plus nombreux (démographie) et...gourmands(cupidité)

              Bien à vous.


            • Hétérodoxe 1er mars 2011 13:07

              « les impôts, qui passent de 5% de la valeur ajoutée en 1972 à près de 10% en 2007. »

              Ces 5 points correspondent à quoi ??

              Aller, au doigt mouillé, au remboursement de la « dette ». Quelle loi scélérate a été votée en 1973, déjà ?

              Et dans les poches de qui se retrouve cet argent ? Pas dans celles des salariés, en tout cas !!


            • lagabe 1er mars 2011 13:51

              c’est impossible de donner 15 a 20 %


            • Agor&Acri Agor&Acri 1er mars 2011 15:07

              @jesuisunhommelibre ,

              qu’il est pénible de rencontrer ces pitoyables tentatives de désinformation smiley

              Vous dites :
              « Ces informations sont en parties fausses.
              ...
              La seule part qui a augmentée est celle des impôts et des charges :

               »De 1959 à 1973, la part des salaires est demeurée relativement stable autour de 67%.
              ...
              On note toutefois une augmentation de la part de l’Etat à travers les impôts, qui passent de 5% de la valeur ajoutée en 1972 à près de 10% en 2007".
              ______________________________

              Vous omettez simplement de rappeler qu’une part de plus en plus considérable de nos impôts ne sert qu’à rembourser les intérêts d’emprunt que l’Etat verse...aux banques privées et donc à leurs actionnaires et aux rentiers.

              Une part de plus en plus grande de la richesse produite est donc bien détournée depuis les salaires vers des intérêts privés.
              CQFD.

              __________________________
              Rappel de quelques chiffres sur la dette publique française, chiffres rappelés par la Cour des Comptes dans son dernier rapport :

              maj : EN mai 2010, la dette de la France est de 1 600 Milliards d ’ euros et représente déjà pour chaque Français une ardoise de plus de 26 000 euros !

              En 2013, la dette publique de la France sera de 100% de son PIB

              Les intérêts de la dette de la France seront alors de 3500 euros par personne ayant un emploi.
              Les intérêt de la dette seront alors le double de ce que rapporte à l’ Etat l’impôt sur le revenu et l’équivalent de la CSG.
              Les intérêts de la dette de la France représenteront 10% des prélèvements obligatoires.

              source : http://www.impots-utiles.com/nouveaux-chiffres-sur-la-dette-de-la-france.php
              __________________________

              A l’origine du problème, se trouve la loi scélérate de 1973.


            • lagabe 1er mars 2011 15:24

              pas du tout d’accord , explique moi une chose alors comment l’allemagne a pu injecter + de 2000 milliards dans la RDA , fournir à li seul 40 % du budget de l’Europe et avoir une endettement plus bas que la France


            • lolet lolet 6 mars 2011 19:05

              Oui, peut être que du coup , certains se croient être libre comme « lhomme libre » par exemple !
              ça m’a fait pas mal marrer : « l’homme libre » !!!!
              Il doit venir d’une autre planète !!!
              Quand je vois son pseudo, je me dis en vl’a un qui est mal barré !
              Sinon, en tous point d’accord avec toi Mazmaz


            • JL JL 1er mars 2011 11:28

              10% de moins en vingt ans pour les salairiés, cela fait 10% de plus pour les autres.

              Mais il convient de savoir de quoi l’on parle. En supposant que le pouvoir d’achat des salariés a stagné, celui des autres, dans le même temps a augmenté de plus de 50% !

              En effet, on est passée d’un ratio 70/30 à un ratio 60/40, cela fait une augmentation de 58% pour les non revenus du capital.

              Alberto dit ci-dessus : « ... les vieux seraient près à tous les efforts si cela pouvait porter l’espoir d’aider les jeunes de nous sortir de la mouise générée par 20 ans de libéralisme et de dérégulation à tout-va. »

              Je ne suis pas d’accord : si les choses étaient équitables, les vieux ne devraient pas avoir à en payer le prix : nous n’avons pas volé notre retraite, ce sont les actionnaires qui, en fermant les yeux pour les plus pardonnables, ont laissé ce chômage de masse s’installer.

              La cupidité des possédant n’a pas de limite, et je crois qu’il faudrait faire de Madof un héros mondial qui leur a donné une bonne leçon. Hélas, les leçons ne guérissent pas la cupidité, surtout c’en est d’autres qui ont fait les frais.


              • alberto alberto 1er mars 2011 13:33

                @ JL : je n’ai pas dis que je voulais être le seul à cracher au bassinet.

                S’il faut se serrer la ceinture pour remettre l’économie sur les rails, pourquoi les vieux ne montreraient-ils pas l’exemple ?

                Mais dans mon esprit, il est hors de question qu’ils soient les seuls à cracher !

                Sous entendu : que tous participent aux efforts, à commencer par les plus hauts revenus, y compris (et surtout) les revenus du capital (les rentiers) et ceux réalisés sur les opérations financières (les spéculateurs).

                Et c’est ce que j’ai compris des propositions de Montebourg qui ne fait pas forcément parti de mes idoles, mais pourquoi le tacler quand il dit des choses intelligentes ?

                Bien à toi.


              • JL JL 1er mars 2011 14:00

                alberto,

                no pb, nous sommes d’accords sur ce point. 

                Cdt


              • Garnier Denis Gardarist 1er mars 2011 16:17

                extrait :

                En janvier 2008, François Ruffin[2] a reprit cette citation de Warren Buffet, qui place le capital en tête dans la lutte des classes, pour en faire un livre « La guerre des classes[3] ». Il expose les contrastes saisissants entre les précaires et les grandes fortunes. La course aux profits devient le seul objectif. En vingt ans, la part des salaires dans le produit intérieur brut français a baissé de 9,3 %, ce qui correspond à près de 150 milliards d’euros en partie transférés vers le capital.

                Cette affirmation, explique-t-il, vient d’un article de la Banque des règlements internationaux (BRI), une institution qui réunit chaque mois, à Bâle (Suisse), les banquiers centraux afin de « coordonner les politiques monétaires » et d’« édicter des règles prudentielles ». Ce n’est pas vraiment un repaire de marxistes, dit-il ; pourtant, leur exposé, sur cette « marge de profit est d’une importance sans précédent », se poursuit sur vingt-trois pages[4].


              • alberto alberto 1er mars 2011 17:18

                Gardarist : excellent,

                Warren Buffet : "La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de la remporter"

                Pour ceux qui n’auraient pas compris...


              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 1er mars 2011 18:46

                ...ou qui ne veulent pas comprendre.


              • mac 1er mars 2011 11:29

                 

                Le gros problème c’est qu’on est passé outre le vote des français en 2005 et qu’ils n’ont pas réagi alors qu’ils auraient dû le faire au lieu de faire uniquement lors des victoires au foot.
                La raison est toute simple : la com l’a emporté sur la réalité et il a suffi d’employer l’expression « traité simplifié » (alors que le traité de Lisbonne n’a rien de simplifié) pour endormir le peuple.
                Comme quoi le pouvoir de la télé a malheureusement encore de beaux jours devant lui.
                La télé c’est un peu comme le serpent dans Moogly, il faut peut-être éviter de la regarder en face si on ne veut pas risquer de se faire hypnotiser.


                • oncle archibald 1er mars 2011 11:33

                  Tout a basculé le jour honni ou l’on a interdit aux banques centrales nationales de prêter sans intérêt aux états .. En privatisant le droit de créer de la monnaie contre intérêt on a mis à genoux les états devant les banques privées dont l’objet est de faire du fric avec du fric et même avec rien si c’est possible. Et tous nos malheurs, économiques s’entend, découlent de cette catastrophique erreur ...

                  • lagabe 1er mars 2011 18:16

                    c’est un leurre , un mensonge , cette histoire la
                    explique moi une chose alors comment l’allemagne a pu injecter + de 2000 milliards dans la RDA , fournir à li seul 40 % du budget de l’Europe et avoir une endettement plus bas que la France
                    compare les endettements de la France par rapport à certains pays


                  • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 1er mars 2011 18:47

                    Un mensonge ?

                    Vous êtes dans une bulle monsieur,et elle va tarder à éclater.


                  • Vilain petit canard Vilain petit canard 1er mars 2011 11:38

                    Tout à fait raison ! D’ailleurs, écoutez bien les manifestants du Maghreb : ils ne demandent pas pompeusement « plus de démocratie » : ils demandent un job pour eux ou leurs enfants, de quoi bouffer, à être logé décemment, et qu’on ne les foute pas en taule. Les plus téméraires demandent à ce qu’on ne les tue pas.

                    C’est d’ailleurs beaucoup plus motivant de se battre pour ces points très concrets, parce que regardez les Grandes Démocratie comme la nôtre... c’est un pillage organisé, mais ce n’est pas le même type de bande. C’est aussi le mépris des pauvres, mais comme on a tous la télé, ça se voit moins.

                    Mais en fait, nous ne sommes pas si loin du stade de la Tunisie et de l’Egypte, ça va finir par péter chez nous aussi...


                    • Julien Julien 1er mars 2011 13:27

                      Il n’y aura pas de boulot pour tout le monde, c’est sûr.

                      A partir du moment où l’on a commencé à fabriquer des machines, c’était pour remplacer l’homme. Rien ne dit que les emplois supprimés soient remplacés par d’autres. A l’extrême, je peux imaginer un monde où les robots remplacent l’homme dans plein de tâches où ce n’est pas le cas actuellement (restauration, livraison, etc.). D’où l’idée de revenu universel dans le système « crédit social » : cela correspond au travail des machines, redistribué à tout le monde.

                      Mais nos « élites » ne sont pas prêt de commencer à réfléchir à tout cela. On est dans l’irrationnel le plus complet.

                    • dawei dawei 1er mars 2011 12:43

                      BANKRUN EN COREE DU SUD !!!!!!!!!!!!!!!!

                      TOUS SUR L’OR !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                      http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/panique-bancaire-en-coree-du-sud-c-29398
                      PLUS DE LIQUIDITE A LA POSTE
                      http://sos-crise.over-blog.com/ext/http://www.jovanovic.com/blog.htm


                      • DG. DG. 1er mars 2011 15:27

                        je confirme la poste est en panne de liquidité.

                        La poste renégocie tous les contrât de prêt en cour a partir d’un certain seuil.
                        le deal est le suivant ; si vous avez quelque argent sur ccp, livret A, la poste propose le transfert de cet argent ver un compte bloqué type PEL en échange d’un réduction de la durée du prêt.


                      • dawei dawei 1er mars 2011 17:02

                        c’est chaud !!!
                        C’est l’heure de la désintegration de tout cet argent virtuel ... pendant que les tenant du système ont acheté du physique : or , terrain, matière première et alimentaire .... C’est chaud laser !!! Ca va peter smiley  smiley smiley


                      • cathy30 cathy30 1er mars 2011 12:55

                        bonjour à l’auteur, excellent article
                        Rappelons ce qu’est la démocratie, celle de Lincoln : le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Celle de Montesquieu : la séparation des pouvoirs.

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie

                        Effectivement nous l’avons perdu, alors que la France en est l’instigatrice, la nation doit prendre soin de son peuple. Nous l’avons perdu plusieurs fois et la dernière remonte à 1973.
                        Il faut remonter au charbon. C’est cette démocratie que les pays arabes souhaitent, que la nation prenne soin du peuple.


                        • lloreen 1er mars 2011 12:58

                          cathy30
                          Pourquoi voulez-vous qu’une nation prenne soin d’un peuple ?
                          Avez-vous encore besoin d’une nounou, en étant adulte ???
                          Je n’ai besoin de personne qui pense pour moi.


                          • cathy30 cathy30 1er mars 2011 13:09

                            bonjour lloren
                            vous n ’avez pas lu tout mon message, la nation c’est le peuple. Nous avons besoin de lois votées par le peuple et des administrations pour coordonner tout cela. Un pays est un tout. Des lois qui assurent la liberté de chacun, des lois pour la santé etc... N’avez vous pas vu que tout cela nous a échappé, on n’a plus besoin de notre opinion, non ?


                          • Garnier Denis Gardarist 1er mars 2011 13:17

                            à Lloreen
                            Chacun doit pouvoir exprimer ce qu’il pense. Effectivement personne ne peut penser à la place de l’autre. Par contre une démocratie, une République se doit de protéger son peuple sans en oublier aucun. La Liberté, l’Egalité et la Fraternité, trilogie de notre République, veut rassembler pour le bien commun. C’est parce que cette trilogie est mise à mal par le pouvoir en place qu’il est important de la rappeler et qu’il ne faut surtout pas en douter, mais se battre pour la conquérir à nouveau.
                            Enfin concernant l’âge adulte et la capacité de chacun de penser et d’agir en conscience, je ne peux que conseiller la lecture du livre de Raffaele Simone, « Le monstre doux ». Il vous montrera comment l’homme occidental peut être avilisé, infantilisé, hébéti sans être traumatisé.


                          • lloreen 1er mars 2011 13:19

                            mac
                            Eteignez la télé, parlez autour de vous, informez parce que nos concitoyens sont lessivés et tordus en rentrant le soir du boulot.D’outil d’information au départ, la télévision est devenue un outil d’abêtissement.C’est voulu.Donc il suffit de se solidariser.Je connais autour de moi six pères de famille qui ont perdu leur emploi.Je leur ai expliqué que je ne me moquais pas d’eux en leur disant qu’il avaient une richesse inestimable, en ce moment.
                            Ils m’ont d’abord regardée en ne sachant pas très bien comment ils devaient prendre ma remarque.Je leur ai dit que cette richesse était le temps dont ils disposaient pour effectuer un travail de recherches et d’information autour d’eux.
                            Je leur ai dit de commencer par lire le livre d’Edward Griffin (sur le net).A la fin des quelques pages où l’auteur explique comment fonctionne le système, ils étaient soufflés tant tout s’éclairait et devenait évident.
                            Ils m’ont quand même fait observé une chose qui ne m’a d’ailleurs pas étonnée du tout, parce qu’en face ils sont coriaces aussi (mais nous on l’est encore plus et on a le nombre pour nous...) c’est que Pôle Emploi a pour mission de les enfermer dans le système par le biais des convocations.Mais en s’organisant bien ils arrivent à faire un formidable travail de bouche à oreilles.Et à voir le nombre d’articles sur Agoravox et ailleurs, l’information a l’air de très bien passer...
                            De toutes façons, je ne donne pas cher du système et suis prête à parier qu’il n’y aura as d’élections présidentielles en 2012 si les français se réveillent.
                            Il faut exiger qu’il y ait un referendum et que l’abstention (bulletin stipulant ABSTENTION) et comptant comme un bulletin nominal dans le dépouillement.
                            Ensuite, il faut voter pour un programme, choisi par les français et non pour une personne.
                            là les choses changeront.Sinon c’est le statu quo comme depuis 50 ans et cela terminera par la dictature, pratiquement établie depuis le Traité de LIsbonne qui supplante toutes les lois nationales.


                            • lloreen 1er mars 2011 13:23

                              excusez : le livre que je mentionne est :
                              La créature de Jekyll Island d’Edward Griffin.


                              • robin 1er mars 2011 13:31

                                La différence essentielle entre les ploutocrates et les peuples c’est que les premiers sont organisés depuis de nombreuses décennies pour nous tondre là où nous en sommes encore à nous battre les uns les autres sur le pourquoi du comment avec l’aide active des idiots utiles et des collabos du système.

                                Oublions toutes nos différences et attaquons massivement l’ennemi commun : le système financier.....RETRAIT MASSIF D’ARGENT (AUTANT QUE CHACUN PUISSE) DE TOUS LES COMPTES POUR ACCELERER LA CHUTE DE LA POURRITURE FINANCIERE.


                                • lloreen 1er mars 2011 13:41

                                  Gardarist
                                  Je suis bien d’accord avec vous c’est pourquoi la condition sine qua non pour ne pas se laisser abêtir, infantiliser est l’éducation.
                                  C’est d’ailleurs le rôle des parents.Je ne parle évidemment pas de l’éducation nationale qui pourrait d’ailleurs disparaître demain sans que le monde s’arrête de tourner, comme les autres institutions, d’ailleurs.
                                  Je continue à penser que le monde n’appartient à personne en particulier et encore moins à ceux qui imaginent s’octroyer des droits sur les autres.
                                  Chaque être naît libre et égal en droits ET devoirs.C’est la base de l’éducation.Personne n’a envie de souffrir ou de voir ceux qu’il aime souffrir.Donc a contrario aucun n’a à s’octroyer une ascendance sur les autres.C’est clair et net.Ceux qui entretiennent un système tel (il n’y en a qu’un même, s’il est accommodé aux différentes sauces personnelles) qu’il permet de créer l’enfer sur terre (pour les autres, s’entend) devraient gentiment être dirigés vers un service de soins appropriés.
                                  Ce système repose uniquement sur la culture du secret, condition de sa survie N°1.
                                  Ensuite, il repose depuis 1973 en France (et ailleurs) sur l’argent-dette.
                                  Plus l’état (ce n’est plus nous, donc nous sommes en dictature) imprime de billets, plus c’est un signe qu’il est à bout.
                                  Il n’est écrit que chez Rothschild , Rockefeller, Warburg, JP Morgan qu’il faut de l’argent.
                                  Un état fonctionne avec une monnaie.Pas de l’argent comme il est imposé par le système des banques privées.Tout notre système fonctionne pour engraisser le cartel des banques.
                                  Il suffit de changer le système et il n’y a plus de banque.Il suffit d’exiger de Sarkozy - au fait, n’est -ce pas notre « représentant » ?????- qu’en 2012 nous nous exprimions sur un programme par referendum d’expression populaire (et non par le tour de prestidigitation de l’article 49-3 qui permet aux députés (corrompus) de décider à votre place (oui, ils sont aussi vos « représentants »).
                                  Si après cela, ce n’est pas clair...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès