Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La mafia napolitaine à Paris (première partie)

La mafia napolitaine à Paris (première partie)

The more you see, the less you know
The less you find out as you go
I knew much more then I do know
U2, City of Blinding Lights
 
The City of Blinding Lights tourne en boucle dans ma tête, chaque fois que le pilote annonce la descente et la Tour Eiffel rentre dans les 20 cm de mon hublot. Je regarde le serpent passer à coté de Notre Dame et je me sens chez-moi. D’ici, Paris est magnifique, immobile. Sa grandeur éclate sur mon visage, le blanc de ses monuments est éblouissant, il te coupe le souffle. Parigi est une pute : elle se donne un instant et après te quitte.  
 
Cabin cruise prepare for landing. Le commandant lit l’annonce, je plie mon pc et mon regard tombe, encore une fois, à travers du hublot. Je regarde le périphérique qui entoure la ville et la sépare de la banlieue, un rempart à six voies. Urbanisme ségrégationniste, comme à Johannesburg, ici Périphérique, là-bas, M1, mais l’idée est la même : garder au-delà des murs les barbares, banlieusards autorisés à entrer en ville seulement pour travailler, cachés avec attention, aux yeux du touriste. A l’intérieur des murs, deux millions d’habitants, dehors presque dix. Douze millions de personnes qui, chaque jour, s’essoufflent dans une ville qui, géographiquement, est dix fois plus petite que Rome. Douze millions de vies qui vivent à l’ombre d’une des régions les plus riches au monde. Paris produit 5% du PIB de l’Union Européenne : 500 milliards d’euros. Même Londres disparait avec « seulement » ses 264 milliards. Un fleuve d’argent, trop pour ne pas attirer l’attention des organisations criminelles du monde entier. Trop d’argent pour trop peu d’espace. Argent à dépenser, argent à investir, argent à blanchir. Toute organisation criminelle qui veut faire du trafic de drogue, du commerce de vêtements ou d’outillage industriel, se doit de venir ici, dans le cœur riche de l’Europe.
 
J’attache ma ceinture et je ferme mes yeux : encore les U2. Oh you look so beautiful tonight. Il est 21 heures, la Tour commence à clignoter. L’avion touche le sol parisien. Deux secondes et, comme dans un rituel, j’allume mon premier portable, après le deuxième, j’enlève la ceinture même si c’est interdit. Dès que l’avion s’arrête je prends mon trolley et je vais vers la sortie… tête basse comme un « connard de parisien », toujours à la bourre, toujours de mauvaise humeur. Je mélange l’air soupçonneux et fâché appris dans la rue de Naples, à celui du parisien qui fait toujours semblant d’avoir mieux à faire. C’est à cause ou grâce à cette « gueule » là que j’ai connu mon « Titta Di Girolamo ». Il me demande une information, je lui réponds vite fait, il me regarde et dans un italien-napolitain il me dit : « t’es d’où toi ? » , « Naples » - je réponds -, « oui, mais d’où à Naples ? » « Secondigliano » - je dis, avec un mixte d’orgueil et peur qui me prend chaque fois que je dois dire ce nom - ; « ça se voit ». Je me tais. Titta fait 1.90 cm pour 110 kg, je ne suis pas la personne la mieux placée pour une confrontation ; je me tourne et je continue vers la sortie, quelque pas et puis je me retourne vers lui, je suis fâché, je veux comprendre. Il est encore là comme s’il m’attendait « pourquoi ça se voit ? » - je demande -, « parce que quand tu m’as regardé pour la première fois t’avais l’air sceptique, comme quelqu’un qui dit : qu’est ce que tu veux  ? » - me répond-il -. « Tu veux un café ? » - je demande -, « no, je ne parle pas avec ceux de Secondigliano, je n’ai pas une bonne relation ».
 
C’est comme ça que j’ai commencé à voir Titta. Tandis que je l’écoutais, je ne pouvais que penser au personnage du film de Sorrentino, même si mon Titta est très différent du froid et méthodique Servillo. Il n’est pas chauve et il n’est pas vieux. Il est juste un peu plus âgé que moi et a la rage de celui qui a grandi dans la rue. Quand nous nous rencontrons, nous nous échangeons des commentaires sur le dernier morceau des Co Sang (un group hip hop de la banlieue nord de Naples, ndr). « Ce sont des mecs sérieux, France’ », il me dit ses opinions sur le morceau Momento d’onestà et je lui parle de la dernière interview que j’ai fait à Luche’ (le frontman du group, ndr). Titta a l’air détendu. Je ne sais pas pourquoi il a décidé de parler avec moi, peut-être parce que nous sommes deux émigrants, peut-être parce qu’il sait que je ne vais jamais le juger ou simplement parce que j’étais le premier après ces années d’ « exil ». 
 
Titta est un émigrant forcé, un exilé de la camorra. Depuis la fin de la « guerre de Scampia » il n’a plus jamais remis les pieds à Naples, il doit donner de l’argent au Sistema (le nom que les affiliés ont donné à la camorra, ndr), beaucoup d’argent : « mais ce n’est pas moi qui l’ait pris cet argent, France’ ». Titta gérait les machines. Dans Sistema les machines sont les vendeurs ambulants (magliari en napolitain, ndr). Un métier ancien qui se mélange avec notre histoire d’émigration. Ils faisaient le tour du monde pour vendre des trousseaux et des vestes en cuir : Venezuela, France, Australie, USA, Allemagne… Partout où on achetait italien ils étaient là pour vendre. Ils étaient une communauté , émigrants de la maroquinerie, ils vendaient pour vivre et pour faire vivre leur famille. Petit à petit, dans les vestes, le plastique a remplacé le cuir et la vente de téléphones portables, scooter et ordinateurs, la lingerie. Le magliaro évolue, il se modernise. Dans les maisons il n’y a plus de trousseau, la lingerie s’achète dans les grands magasins et ils deviennent vendeurs de tout ce qui provient de l’axe Chine-Naples.
 
Titta était une machine  : Cote d’Azur, USA, Paris, partout, dès qu’il y avait du business il partait. Il était bien dans son travail « je gagnais 500/1000 euros par jour, parfois ça me manque ». Il est bien et il commence à monter dans la hiérarchie du Sistema, il n’est plus une machine, il les gère. Mais il a aussi une autre responsabilité : celle de ramener l’argent à Naples. « A chaque voyage, une valise, de l’argent, beaucoup d’argent, le pourcentage du Sistema sur les encaissements des machines ». Un rôle important parce que dans ces valises, il n’y a pas que l’argent mais aussi les livres de caisse : noms, prénoms, activités commerciales, machines. Qui ramène l’argent sait bien d’où il provient et pour quelles activités. Titta est un homme de confiance, Titta ne pourrait jamais trahir le Sistema. Mais Titta ne fait pas le business tout seul, il est avec Lino, son ami d’enfance. Lino est un cocaïnomane, un exalté toujours à la recherche d’argent, il représente les nouveaux leviers du Sistema  : des mecs seulement bons pour se taper un rail de coke. Lions dans l’obscurité d’un chiotte de boite de banlieue tandis qu’ils se tapent leur gramme, autruches dès qu’ils mettent leur nez "doré" en dehors de leur quartier.
 
Lino est marié avec la fille d’un boss de l’Alleanza di Secondigliano, il vient de la famille. Le problème des gens de Sistema c’est qu’ils font trop confiance aux membres de la famille. Le problème de la famille Licciardi (une des plus puissantes de la camorra, ndr) est d’être dirigée par les femmes. Lino plait aux femmes et quand il ne ramène pas l’argent à Naples personne ne peut penser que c’était lui qui l’a volé, personne croit que le beau-fils du boss a été capable de se taper 500 000 euros en coke et que maintenant il doit payer cette dette. Pour les femmes Lino ne sniffe pas, Lino est marié avec la fille du boss et ne peut pas la déshonorer.
 
Lino prend l’avion depuis New York avec sa valise pleine d’argent, il ne va pas à la maison. Il ne ramène pas l’argent : « Titta va le faire, comme d’habitude », dit-il à ceux qui demandent où est l’argent. Titta arrive quelques jours après, prêt à encaisser sa part : 70 000 euros. Quand ils vont le chercher à la maison il pense qu’ils ont été sympa de lui envoyer une voiture. Il monte dans un SLK, personne ne parle. Titta comprend qu’il y a quelque chose qui ne marche pas, le silence est atroce et ces 5 kilomètres lui rappellent son premier vol Rome - Sydney : interminable.
 
Il rentre dans la maison et il voit ce qu’il ne voulait pas voir : des 9.21 (pistolets dont la crosse peut être customisée) qui ne sont pas assortis à la ceinture : le signe des mecs sérieux. J’imagine Titta assis sur la chaise avec les mains jointes entre ses jambes et les épaules repliées : c’est comme ça qu’il s’assoit quand il ne veut pas manquer de respect. Je l’imagine tandis qu’il cherche les « bons mots », les « bons gestes ». Je l’imagine tandis qu’il tremble intérieurement parce qu’il ne sait pas s’il va se lever de cette chaise : « France’, quand je les ai vu devant moi j’ai compris tout de suite mais je savais aussi qu’ils ne m’auraient pas cru ». Comme dans un film, toute sa vie lui est passée devant les yeux tandis que l’homme en face de lui effleurait avec le canon de son flingue la pile de lettres de change « la prochaine fois je vais mettre la tête sur cette table, maintenant tu dois nous donner tout ce que tu vas gagner ».
 
Tandis qu’ils le ramenaient à la maison Titta pensait à une seule chose : l’horaire des vols depuis Capodichino (l’aéroport de Naples, ndr). Depuis ce jour-là, il n’a jamais plus remis pied à Naples, un exilé du Sistema. En Italie, il n’y a plus d’exilé d’état, mais il y en a de la camorra.
 
Dans le système camorra, les ascensions sont aussi rapides que les chutes. Le capitalisme des armes accepte rarement les règnes trop longs, le business évolue et ceux qui sont plus rapides à déplacer capitaux, armes et hommes gagnent. 
 
A suivre ...
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Francesco Piccinini 29 avril 2010 12:59

    merci !!!!!


  • Georges Yang 29 avril 2010 12:55

    Pourquoi ne pas avoir titré : La Camorra à Paris ?


    • Francesco Piccinini 29 avril 2010 12:59

      Car j’avais peur que le gents ne savent pas qu’est ce que c’est la camorra


    • Georges Yang 29 avril 2010 13:08

      Allez dire à un Sicilien qu’il est membre de la N’dranghetta !
       Vous auriez pu écrire Camorra napolitaine et expliquer en chapeau qu’il s’agit d’une sorte de « mafia »


    • Francesco Piccinini 29 avril 2010 13:55

      autant que moitié sicilien je comprends... mais le terme mafia est utilisé - plus en general - pour indiquer ce type d’organisation mafieuse. Meme en Italie aujour’hui on utilise « le mafie » pour parler de ces organisations. Oui j’aurais pu mais.... 


    • italiasempre 29 avril 2010 13:15

      Urbanisme ségrégationniste, comme à Johannesburg

      ....garder au-delà des murs les barbares, banlieusards autorisés à entrer en ville seulement pour travailler, cachés, avec attention, aux yeux du touriste. 

      Dommage.
      Article vraiment intéressant, mais pourquoi y fourrer des propos aussi caricaturaux ? 

      • Francesco Piccinini 29 avril 2010 13:50

        parceque c’est vrai :)


      • Yohan Yohan 29 avril 2010 14:57

        Ségrégation peut-être pas au sens Sud Africain. Montreuil a plus d’entreprises que le XXème arrondissement et la population y est à certain endroit plus bobo. Clivage par le coût des loyers ? ça dépend des endroits, il y a nombre de banlieues chic qui abritent des revenus par habitant bien plus élevés que dans Paris intra muros. Comme dit Italia, le terme « ségrégation » n’est pas approprié


      • Francesco Piccinini 29 avril 2010 15:43

        oui mais la politque des loyers a, surement, forcé la « middle-class » a quitter Paris. Je pense que c’est innegable que les premieres 8 arrondissements plus le XIV, le XV et le XVI sont inaccessibles par la grande majorité de la population. 

        Et souvent à Paris j’ai été avec des garçons des banlieues qui m’ont demandé des infos sur les lieux de le ville ! 

      • italiasempre 30 avril 2010 00:08
        Bonsoir Yohan 
        Depuis qq jours je voulais te dire merci, alors
        merci mon ami smiley




      • ELCHETORIX 29 avril 2010 14:35

        @ L’auteur , très bon article sur le sujet que vous avez développé !
        J’ajouterai , que dans cette « économie » mondialisée , le « casino » de la finance internationale est entretenu par les grandes mafias internationales ,Russes - Etats-Uniennes -Européennes et Asiatiques , lire à ce sujet un très bon livre de Jean Ziegler , dont je ne me souviens pas du titre !
        RA.


        • Francesco Piccinini 29 avril 2010 16:52

          merci ! je vais le chercher... 


        • A. Nonyme A. Nonyme 29 avril 2010 14:35

          Joli texte, merci. Il me rappelle un peu les atmosphères du film Gamora.


          • Francesco Piccinini 29 avril 2010 15:44

            merci :) 

            bientot la 2eme partie

          • Yohan Yohan 29 avril 2010 14:51

            Très beau texte qui fait honneur à Agoravox.fr. Agoravox.it aurait-il été appelé en renfort ?


            • Francesco Piccinini 29 avril 2010 15:45

              je ne pense pas qu’ils en ont besoin :)


            • cmoy patou 29 avril 2010 16:02

              @l’auteur ,
              Beau texte s’il en est merci à vous.

              Pensez vous que certains membres de nos zélites en France pourraient se compter parmi eux ?


              • Francesco Piccinini 29 avril 2010 16:51

                j’arriverai pas à etre sure de ça mais ils ont du soutien... Le soutien n’est pas forcement « active » mais le fait de tourner la tete parce que leur matos coutes moins et donc permetter d’epargner sur la construction est un soutien... 


              • zanyzab 29 avril 2010 16:33

                Merci pour cet article passionnant (encore que je ne partage pas totalement votre analyse de la répartition spatiale à eGoli : la division est/ouest me parait plus significative que la M1). J’attends la suite des (més)aventures de Titta avec impatience


                • Francesco Piccinini 29 avril 2010 16:49

                  Mmmm je ne suis pas d’accord. Avant le 1992 la M1 c’était le vrai limite et en effet il n’y avait pas de township dedans (Alex exclue), et pour y etre il faisait avoir le passe. 

                  Demain j’éspere de publier la 2eme partie :)

                • SANDRO FERRETTI SANDRO 29 avril 2010 18:12

                  @L’auteur
                  De l’Avenue Franklin Roosvelt à Paris 8 eme, il n’y a qu’un coup de téléfonino à passer à Marano ou à Pozzuoli.
                  La moto passe quand vous étes au feu rouge.
                  Ou bien vous ne prétez pas attention à ce jeune en costume sur le trottoir qui tient un Glock 19 enveloppé dans un sac plastic de supermarché.
                  La lupara, en revanche, est bien loin. Dans les mémoires et l’honneur perdu.
                  Qu’on « enterra de mémoire », comme disait Léo Ferré.
                  Bref, soyez prudent.
                  C’est dangereux, Agoravox....


                  • Francesco Piccinini 29 avril 2010 18:15

                    exageré... je te conseil de lire la suite demain


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 avril 2010 18:22

                    Francesco ,

                     bien, mais on veut que ça fait pan .


                    • Francesco Piccinini 29 avril 2010 18:26

                      j’éspere bien :)


                    • fhefhe fhefhe 30 avril 2010 06:15

                      Si a proximité de ton « gîte » tu as des « Riches » tu mangeras toujours.... !!!

                      Comment ???
                      Comme « Domestique » ou comme « SAIgneur »... !!!!

                      J’attends avec impatience la suite....


                        • François M. 5 mai 2010 20:25

                          Attentez, la rapace va se réunir chez nous sous l’égide du G8/G20.

                          Les plus grosses mesures de sécurité, sans précédent au Canada.

                          La pire mafia est celle des banquiers privés, Wall Street et la Cité de Londres, de concert avec les multinationales et nos marionnettes nationales, les politichiens.

                          Pour ceux qui ont le coeur solide seulement :

                          Le cirque du G8/G20 sera en ville, avec toute la cavalerie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès