Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La réforme impossible de l’État providence par Laurent (...)

La réforme impossible de l’État providence par Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez et la "droite sociale' veulent rajouter un étage de lois et de réglementations à l'échafaudage branlant de l'Etat providence construit depuis 60 ans par les deux grands partis de gouvernement.

Contraindre les bénéficiaires du RSA à effectuer un travail d'intérêt général., voici la nouvelle idée qui vient donc de germer dans l'esprit de Laurent Wauquier (UMP) et de son groupe "la droite sociale". Une proposition de loi va être déposée à l'assemblée dans les dix jours.

Ce nouvel avatar du travail obligatoire est le résultat tristement prévisible de l'effet cliquet du dirigisme. Chaque loi prétendument "sociale" a des effets pervers qu'il faut corriger avec de nouvelles lois qui en appelleront à leur tour de nouvelles jusqu'à l'effondrement du système.

Ce qui est tristement comique avec cette proposition c'est que les Hommes de l'État prétendent lutter contre un "assistanat abusif" qu'ils ont eux-mêmes mis en place. L'État providence est devenu une machine à créer de la pauvreté et de l'exclusion.

Il n'est pas inutile de rappeler comment cette machine infernale s'est mise en place et comment elle fonctionne  :

Au lendemain de la guerre, l'État se substitue autoritairement aux syndicats pour fixer un salaire minimum censé assurer par la loi un niveau de vie décent aux français. Un niveau de vie ça ne se décrète pas, ça se construit par des mécanismes de marché, mais les Hommes de l'État n'en ont cure, le "salaire minimum", mesure hautement démagogique, leur permet de renforcer leur prestige et leur pouvoir.

En évinçant les syndicats de leur rôle principal, les Hommes de l'État sont obligés simultanément (en 1950) de leur accorder un nouveau rôle et un nouveau mode de fonctionnement. C'est ainsi qu'est créé le "monopole de représentativité des syndicats."

Au lieu de régler les problèmes salariaux localement, au plus près des salariés et des entreprises en tenant compte des contraintes concurrentielles, certains syndicats triés sur le volet deviennent les courroies de transmission des revendications de la base vers un interlocuteur unique : l'État.

Le mal est fait. L'État devient l'objet de toutes les réclamations. Les plus violents, les plus influents ou ceux qui ont la plus grande capacité de nuisance par leur pouvoir de blocage obtiennent toujours plus d'avantages ou toujours plus d'effectifs. Les Hommes de l'État sont incités à céder pour acheter la "paix sociale" et obtenir leur (ré)élection.

Le SMIG puis le SMIC s'envolent, et ce dernier devient le salaire minimum le plus élevé des grands pays industrialisés par rapport au salaire médian.

Le secteur marchand soumis à des niveaux de salaires et de charges important essaye de gagner en compétitivité. Il emploie moins de personnel et délaisse les secteurs nécessitant de la main d'œuvre peu qualifiée, ce qui provoque la montée du chômage.

Parallèlement les services de l'État, et les collectivités publiques croissent de façon vertigineuse au point qu'à ce jour, une personne sur quatre travaille pour le secteur public.

Voyant les entreprises diminuer leurs effectifs, l'État crée des barrières au licenciement et invente, de concert avec les partenaires sociaux, un droit du travail pléthorique et répressif pour les entreprises.

Les entreprises freinent les embauches, sous-traitent ou font appel à l'intérim. La productivité des salariés français (ceux qui sont encore au travail et qui ne sont pas fonctionnaires) devient la première du monde.

Le salaire minimum élevé devient alors une barrière infranchissable pour tous ceux dont le travail ne vaut pas un SMIC pour le marché. C'est la fameuse trappe à la pauvreté qui frappe aujourd'hui près de 20% des personnes en âge de travailler (10% de chômeurs et 10% d'individus qui ont définitivement renoncé à chercher un emploi).

Les Hommes de l'État ont donc plongé dans la misère et la précarité un très grand nombre de français qui, à cause du niveau élevé du SMIC et de l'incroyable niveau de compétitivité forcée des entreprises françaises, ne retrouveront jamais du travail.

Comme cela n'est pas très bon pour leur prestige les Hommes de l'Etat ont du "réagir" et inventer de nouvelles aides destinées à préserver une autre "paix sociale", celle des chômeurs. C'est ainsi que sont nés les RMI, API, APL, ALS, RSA qui s'ajoutent aux multiples aides locales dans une jungle telle que les exclus ont besoin d'aide pour remplir les dossiers d'aide.

Devant la complexité du système, les Hommes de l'État ont donc créé des services d'aide à l'obtention des aides.

Tous ces dispositifs accroissent les charges des entreprises qui ont donc tendance à limiter encore plus drastiquement les embauches. Le chômage s'installe durablement.

Bien entendu les Hommes de l'État prennent soin de maquiller leur gestion calamiteuse. Ils ne sont responsables de rien. "La mondialisation" puis "La crise" deviennent les boucs émissaires chargés de détourner l'hostilité des électeurs.

Effet aggravant de cette crise de l'État providence, à chaque fois que l'on augmente le SMIC, on augmente le coût des produits de première nécessité. Mal payer 20% de la population à ne rien faire, cela contribue à faire monter les prix des denrées et des services de base donc à abaisser le pouvoir d'achat des plus démunis.

Mais pas question de toucher au SMIC ni au droit du travail présentés comme des "acquis sociaux". Les Hommes de l'État ne peuvent entamer leur prestige. Toucher au niveau de vie décrété et règlementé reviendrait à dénigrer le dirigisme.

Face à ce constat, la première idée géniale de Laurent Wauquiez et de la "droite sociale" consiste, après avoir interdit le marché du travail à 20% de la population, à l'obliger à travailler. Mais le travail que vont effectuer ces femmes et ces hommes correspond forcément à une offre du marché. Il va donc, soit se substituer à des postes existant soit être purement et simplement inutile.

Deuxième idée géniale, plafonner les aides accordées par... l'État lui-même On croit rêver. Au lieu de revoir un système qui ruine le pays et qui plonge dans la précarité et le découragement un nombre croissant de nos concitoyens, on rajoute une couche législative qui va encore compliquer un système déjà ubuesque.

Donc pour résumer après la réforme Wauquiez il y aura  :

Un niveau de vie décrété par un SMIC élevé - 20% d'exclus, chômeurs interdits de travail - Des aides pour ces exclus - Des aides pour obtenir ces aides - Un plafonnement des aides pour ceux qui abusent des aides. L'obligation de travailler pour ceux qui touchent des aides parce qu'il ne peuvent pas travailler.

On est sur la bonne voie.


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 mai 2011 09:51

    Il faut effectivement des réformes en profondeur. Ne plus écouter le discourt
    archaïque de la droite patronale qui a toujours pleuré dans le gilet de l’Etat
    lorsqu’il a fallu qu’elle cède une partie de l’argent et du pouvoir qu’elle a
    escroquée aux citoyens. Elle nous dit que ce n’est pas possible, que nous sommes
    des utopistes, que nous coulons le pays. Nous l’avons entendue avec les premiers
    congés payés, la semaine de 40 heures, … et déjà lorsqu’au début du 20ème siècle
    les ouvriers réclamaient des augmentations de salaires et des réductions du temps
    de travail, le patronat menaçait de délocaliser dans les« colonies » !!! Lire ci-dessous :
    http://2ccr.unblog.fr/2010/11/30/oui-reformons/


    •  parlons nous de l ’ETAT PROVIDENCE QUI :

      - DONNE 240 MILLIONS A TAPIE AU LIEU DE 24...

      -DONNE DES RETRAITES COUPS DE CHAPEAU DE 100 MILLIONS D EUROS....DES RETRAITES FABULEUSES AUX PATRONS DU CAC 40..

      -PAYE DES COMMISSIONS AUX ELUS QUI ACHETE DES RIAS AU MAROC OU DES VILLAGES ENTIERS EN TUNISIE (AREVA...TOTAL...mam...° sous marins...corvettes)

      -les employés da la DCAN ont été payés...par leur mort..
      - aucun élu n’a été viré...
      - mediator servier veut pas payer...nos impots paieront...aucun élu n’a été viré
      -les avions des tyrans d’afrique du nord ...servent a nos élus...seule ma a été viré
      - 320 MILLIONS DE COMM INVESTIES A TABARKA...PEU DISCRET

      - nos sénateurs ..leurs chauffeurs..vigiles..personnel touchent des primes de « nuit » a verifier
      - nos cumulards pantouflards passent du privé au public..ou du public au privé mais cumulent (proglio....)

      pour recuper les voix du fn ils sont capables de vendre leurs ames .....(sarko...wauquiez...morano...bachelot...copé...goasguen..balkany et......dsk...)


      TOUSENSEMBLE

      savent ils ces privilégiés que 50% DES FRANCAIS GAGNENT MOINS DE1500 EUROS /MOIS alors que le SMIC DEVRAIT ETRE A 1500 EUROS...ce n’est pas le RSA qui est trop élevé c’est le SMIC QUI EST TROP BAS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      ET EUX 10ù DES RICHES GANENT 40000 EUROS/MOIS


      TOUSENSEMBLE







    • alcodu 12 mai 2011 12:08

      Eh oui TOUSENSEMBLE, la société clientéliste et corrompue que vous décrivez est la conséquence directe du « système » centralisé et étatiste que vos amis communistes alliés aux gaullistes ont mis en place après guerre.

      Le socialisme (quelle que soit la forme et l’appellation qu’il prenne) est consubstantiel à la corruption légale.

      Gauche libérale


    • sans les communistes NOUS N AURIONS EU NI SECU...NI RETRAITE... je me doute bien que vos amis regrettent le servage et l’esclavage...travailler pour le smic...ce n’est guère mieux quand votre patron gagne 100 fois ce que vous percevez......SEUL LE TRIO SEGOLENE MELENCHON HOLLANDE en trium virat pourrait nous sortir de cette situation qui se terminera autrement...comme en afrique du nord..

      TOUT CE QUE VOS AMIS PRIVATISENT SONT DES ACQUIS DU FRONT POPULAIRE ET DU CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE (...toute ma famille y était.....)

      OU LE GENERAL AVAIT ADMIS LES COMMUNISTES...IL ETAIT INTELLIGENT...MENDES FRANCE AUSSI ....LES AUTRES PENSENT A LEURS AMIS DU FOUQUET S OU DU CAC 40


      resistons a la privatisation galopante.........................tousensemble


    • @ALCODU


      SI VOUS DITES DE GAUCHE LIBERALE...C’ EST UN NON SENS...DITES GAUCHE CAVIAR GENRE DSK OU DROITE LANGOUSTE COMME SARKO...

      on voit le résultat...la FRANCE EST DANS...LE CACA


    • alcodu 12 mai 2011 18:27
      • sans les communistes NOUS N AURIONS EU NI SECU...NI RETRAITE...

      Les smicards payent le plus lourd tribu aux charges sociales en pourcentage de leur salaire
      La sécu (en faillite) rembourse des clopinettes les soins les plus élémentaires. Elle nourrit une armée de fonctionnaires inutiles qui vivent sur le dos des plus pauvres.

      La retraite par répartition est un scandale inégalitaire qui ponctionne ceux qui meurent jeunes pour distribuer des revenus à ceux qui vivent vieux.

      Sans la sécu et la retraite par répartition les plus pauvres vivraient bien mieux et seraient mieux soignés.

      La gauche marxiste était pour la révolution prolétarienne et contre les syndicats qu’elle jugeait une émanation du capitalisme. Ce sont les libéraux qui ont, en France, rétabli la liberté syndicale contre les socialistes de l’époque.

      • je me doute bien que vos amis regrettent le servage et l’esclavage

      Révisez votre histoire, ce sont les libéraux qui ont aboli l’esclavage par deux fois (avant et après Napoléon).
      -
      • LES AUTRES PENSENT A LEURS AMIS DU FOUQUET S OU DU CAC 40

      Là encore vous confondez les libéraux avec la droite étatiste et clientéliste (ancienne alliée des communistes). Les libéraux sont opposés aux rentes de situation et aux oligarques du capitalisme de connivence.

      Un peu de culture politique ne vous ferait pas de mal : Idées reçues sur le libéralisme ou l’argumentaire des anti-libéraux démonté pièce par pièce

      Gauche Libérale


    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 25 mai 2011 06:52

      quand est ce qu on sort de cet empilement d’absurdités ?


    • alcodu 11 mai 2011 10:15

      Désolé pour le Wauquier au lieu de Wauquiez - j’ai essayé de rattraper mais trop tard !


      • leypanou 11 mai 2011 10:19

        « le »salaire minimum« , mesure hautement démagogique » : vous avez raison, si on supprime le salaire minimum, il n’y aura plus de chômeurs car les employeurs pourront payer les salariés comme ils veulent. Il y a aussi une autre mesure que vous avez oublié : supprimer les statistiques du chômage, cela fera déjà quelques économies des statisticiens qui travaillent là-dessus et diminuera les charges sur les entreprises. Mais pendant qu’on y est, on peut carrément supprimer toutes les charges des entreprises, ce qui est déjà fait dans les zones franches. Et là, on pourra vraiment concurrencer la Chine avec leurs bas salaires : si une entreprise chinoise propose 1€ de l’heure, la française n’a qu’à proposer 50cts, faisable car il n’y a plus de smic. Tous les emplois seront relocalisés, vive la France avec le taux de chômage à 0% !


        • alcodu 11 mai 2011 11:02

          Le niveau de vie décrété est une absurdité.
          Pourquoi le Togo ne résoudrait-il pas ses problèmes de pauvreté en fixant un SMIC à 1500 € ? Vous croyez que c’est en légiférant que l’on crée de la richesse ?


        • FRK44 FRK44 11 mai 2011 15:06

          Quelle drôle d’idée ( et quelle erreur ) de prendre le Togo en exemple.

          Le Togo, pays en voie de développement, applique benoitement le libéralisme économique. Son peuple devrait donc jubiler de bonheur. Oh, mais que nous dit-il ce peuple ? Les prix flambent, chez eux aussi !
          Les hommes d’état du Togo trouvent que le développement ne va pas assez vite, alors ils ont créé des zones franches ( vous savez là où le libéralisme peut vraiment s’épanouir sans contraintes de l’état ) où des milliers de travailleurs triment pour leur bonheur, pardon pour le bonheur des multi-nationales. Car leur bonheur à eux, c’est de pouvoir rester en vie dans des lieux sans règles, pardon sans droit du travail contraignant.
           
          Alors en effet, Pourquoi le Togo ne résoudrait-il pas ses problèmes de pauvreté en fixant un SMIC à 1500 € après tout ils sont tellement heureux !
           


        • alcodu 11 mai 2011 16:33

          Donc FRK44, vous pensez sérieusement qu’en fixant un SMIC à 1500 € le Togo va s’en sortir et améliorer le sort de ses habitants. Libre à vous. C’est tellement absurde qu’il est inutile de commenter.

          Ceci dit, les zones franches sont une excellente idée, mais pourquoi ne pas l’étendre à tout le pays ? C’est en acceptant les investisseurs étrangers, en luttant contre la corruption et en établissant un Etat de Droit que le Togo s’en sortira. Ce sont la Planification (ratée comme toujours) et la corruption qui ont bloqué le développement.

          La Chine est en train de devenir une grande puissante avec une vraie classe moyenne. Curieusement elle n’a pas appliqué votre recette calamiteuse de SMIC à 1500 €. Vous devriez leur donner des leçons d’économie. Je suis sûr que vous auriez beaucoup de succès.


        • PtitLudo PtitLudo 11 mai 2011 16:39

          Leypanou vous êtes un gagne petit, moi je dis, supprimons carrément les chômeurs. Puis les pauvres tant qu’à faire (Salauds de pauvres !).


        • FRK44 FRK44 11 mai 2011 17:42

          C’est vous qui devriez allez proposer aux togolais que leur pays soit une zone franche généralisée ; vous seriez accueilli comme il se doit.

          Ce que je pense, c’est que votre système libéral est un échec patent pour les togolais. Pas pour quelques nantis, non pour le peuple. Ce que je pense c’est que le Togo a des richesses, mais qu’elles ne sont pas partagées. Ce que je pense c’est que la France à Fric a encore jouée son rôle d’investisseur.

          Tout être humain, un temps soit peu cultivé, sait que les zones franches sont des lieux d’exploitation de la misère humaine au profit de quelques uns.
          La chine, qui est votre modèle, abuse de ce système et écrase les classes ouvrières et paysannes ( soit 80% du peuple... une paille quoi ) dans ces camps de travail, mais bon il y a une classe moyenne, alors tout va bien.

          Je crois que la chine a d’autres soucis avec ses stocks de dollars !

          C’est bien là notre différence, je ne donne pas de leçon d’économie ; il n’y a pas que ça dans la vie


        • alcodu 11 mai 2011 18:10
          • Tout être humain, un temps soit peu cultivé, sait que les zones franches sont des lieux d’exploitation de la misère humaine au profit de quelques uns.

          Ce qui vous dérange, c’est qu’il y ait des personnes qui s’enrichissent en fournissant du travail à des plus pauvres. Vous trouvez cela « immoral », comme tous les socialistes au sens large du terme..

          Or c’est précisément ce mécanisme inégalitaire qui permet aux plus pauvres de s’en sortir et qui leur permet in fine d’acquérir le moyen de rivaliser avec leurs employeurs. Ce mécanisme est donc empiriquement moral.

          Vous commettez l’erreur de tous les dirigistes de vouloir piloter ou régenter le monde en fonction de votre morale. Or c’est le contraire qui est vrai. C’est ce qui réussi et qui apporte du bien être aux plus démunis qui est « moral ». L’économie libre est altruiste (elle enrichit le mieux offrant) donc morale.
          Le marxisme et ses avatars alter mondialistes continuent d’empoisonner la philosophie politique et continuent de ruiner les plus pauvres.

          La chine, qui est votre modèle, abuse de ce système et écrase les classes ouvrières et paysannes ( soit 80% du peuple... une paille quoi )

          Etes vous sérieux ? Les paysans chinois abandonnent leurs champs de misère pour aller en ville parce qu’ils y gagnent dix fois plus. Ils le font volontairement pour échapper à la misère noire ou l’économie socialiste les avait maintenu. Et les salaires des ouvriers montent régulièrement car il y a pénurie de main d’oeuvre. Les ouvriers commencent à changer de job massivement pour aller vers le mieux offrant
          Pour peu que le régime communiste chinois autorise enfin les syndicats et les grèves (inventés par les libéraux je vous le rappelle), et le salaires s’envoleront tandis qu’il stagnent ou baissent dans notre économie à 60% socialiste.

          gauche libérale


        • @ALCODU... UN SMIC DE 1500 EUROS AU TOGO arretez de fumer votre moquette..

          demandeZ donc a notre maire de st coulitz zet ANCIEN MINISTRE DE LA VILLE ... KHOFI...ou a MR OUATTARA POUR LA CI un smic de 150 euros...ils pourraient deja vivre mieux..

          SANS SERVAGE...ESCLAVAGE... ET CORRUPTION 


          TOUSENSEMBLE


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 25 mai 2011 06:54

          le Togo ne peut PAS appliquer le liberalisme economique tant qu’il existe des droits de douane et autres restrictions au commerce international.


        • devphil30 devphil30 11 mai 2011 10:30

          Sinon il existe les enchères à la baisse pour obtenir un emploi , j’en ai entendu parler il ya quelque temps.
          Celui qui baisse le plus ses pretentions obtient le poste pas mal comme système mais c’est vrai que ce SMIC est génant.
           
          Toutefois le code du travail autorise un employeur à baisser le salaire d’un employé à défaut si il n’est pas d’accord il peut partir quand j’ai entendu ça j’ai halluciné car suite à l’établissement d’un contrat l’employeur peux baisser ( avec de bonnes raisons dont je n’ai pas le détail ) ce salaire par contre pour la hausse c’est beuacoup moins évident .....

          Philippe


          • alcodu 11 mai 2011 16:51

            Ce que vous affirmez est faux.
            Une entreprise ne peut pas baisser le salaire d’un employé. Le Droit du travail s’y oppose.
            Elle peut lui proposer une baisse. Si il refuse, elle est obligée de conserver son salaire ou elle doit le licencier.
            Mais pour le licencier il faut des raisons économiques. Il est par exemple impossible de licencier un employé qui travaille mal ou trop peu.
            Si l’entreprise va mal, il est également impossible de licencier qui l’on veut. Une PME en difficulté ne pourra pas licencier une personne qu’elle juge inutile ou peu rentable. Les règles de réduction des effectifs sont basées sur l’ancienneté. La PME en difficulté devra donc licencier le salarié le plus récemment embauché, même s’il est très utile à l’entreprise et qu’il y a par ailleurs un salarié qui fait perdre de l’argent à l’entreprise.

            En droit du travail français tout licenciement doit obéir à des règles précises et les causes ne peuvent être cumulées ou mélangées (par ex l’entreprise va mal ET untel travaille mal).

            Il y en plus un formalisme qui se rapproche beaucoup du Droit moyenâgeux ou la forme prime sur le fond.


          • Yohan Yohan 11 mai 2011 11:18

            La spirale qui consiste à préléver toujours plus pour maintenir un très haut niveau de protection sociale et tout le toutim aura eu raison de nombreuses PME, écrasées et détruites par la pression fiscale. Bien sûr, nous finançons notre protection sociale mais aussi celle d’un tas de gens qui viennent se greffer sur le système sans jamais y contribuer. Jusqu’où ce système tiendra t-il ? Je n’en sais rien mais j’imagine que si l’on ne fait rien, il ne restera rien dans quelques années.
             En tout cas, ce qui est scertain, c’est que le niveau des salaires actuels, sans cesse tirés à la baisse, en est une des conséquences. Quand l’assistance, par effet cumulatif, s’approche dangereusement du SMIC, c’est toute la logique du sens du travail qui est atteinte.
             Wauquiez se trompe dans son approche et pour se réclamer de Monsieur Propre sur soi, encore faut-il pour commencer faire le ménage en haut lieu et chez soi en premier, ces messieurs, comme on le sait, ne se privent pas de taper dans la caisse communautaire", grâce au cumul des mandats, toute une série d’avantages et à des retraites non moins richement dotées.
            La décence serait de commencer par donner l’exemple


            • Julius Julius 11 mai 2011 15:37

              Taux de chômage : 6% en Allemagne, 10% en France.
              Salaire minimum : pas en Allemagne, oui en France.

              Et les Allemands ne semblent pas être beaucoup plus pauvres que le français.


              • @ julius.....................IL EST VRAI QUE WAUQUIEZ AURAIT AIME COMME CHEZ LES « TEUTONS » le petit travail a 1 mark de l’heure..

                MR Hirsch DIT 5 heures données a travailler aux «  RSA...ISTES » supprimeraient plein de petits boulots ...dans le social par exemple....JE PENSE QUE DU COTE PETIT BOULOT hirsch pourrait faire un chantier...encore...interessant...POUR NOUS LES PAYS RICHES...ou anciennement riches...


                COMME IL N YA NI SMIC (meme a 150 dinars) NI RIEN EN AFRIQUE DU NORD ET EN AFRIQUE NOIRE ils ont créé (le peuple) plein de petits boulots...livreurs...dans les supermarchés on vous charge l dans le coffre de votre voiture le contenu de votre caddy...au bord des routes cartes telephoniques a vendre...jouets...tapis....ce n’est pas la panacée...mais eux meurent de faim ET NOUS ON MEURT DE...TROP MANGER


                AIDONS L AFRIQUE AU LIEU DE LA PILLER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                TOUS ENSEMBLE


              • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 25 mai 2011 06:56

                avec quel uranium vous allez faire tourner votre ordi ? allez jusqu’au bout de la logique. etes vous pret à payer votre electricité beaucoup plus chere ?


              • Deneb Deneb 25 mai 2011 07:01

                L’ordi consomme très peu, s’il n’y avait que lui à alimenter, l’énergie solaire suffirait largement.


              • paul 11 mai 2011 17:00

                Et oui, c’est simple, comment avoir « que » 7,1 % de chômage comme l’Allemagne ( et non 6 )  ?

                Vous divisez les salaires par 3 ou 4 : c’est ce que font nos voisins teutons en faisant appel à la
                main d’œuvre des pays de l’Est -Pologne,Hongrie,Roumanie,Bulgarie ....alors les autochtones
                qui n’ont pas de bouleau, ils sont obligés de suivre , avec des droits sociaux laminés et des services publics à la carte (bancaire ) .Et manger plus de kartoffel .C ’est le modèle à suivre .

                Pour gagner ce concours du moins-disant social, il y a encore beaucoup d’efforts à faire pour rejoindre le niveau des pays asiatiques .Mais on va y arriver avec Foutriquet aux manettes .


                • Julius Julius 11 mai 2011 20:37

                  Ce n’est pas vrai :
                  chômage de Février 2011 : Allemagne : 6,3%, France : 9,6%
                  salaire net : Allemagne : 2040 Euro, France : 1800 euros
                  Indice de Gini (plus petit est mieux) : Allemagne : 0,27, France : 0,32

                  Donc : les Allemands sont plus riches et la richesse est mieux répartie. 


                • Gargantua 12 mai 2011 02:39

                  L’État providence est mort, il va avoir une septicémie économique majeur qui va faire l’enterrent de première classe du moribond. Et comme il y a des politiciens un peut véreux, juste un peut véreux, ils ont largement anticipés le moribond en faisant des réformes qui va engraisse le privé. c’est la stratégie du petit pas indolore qui place ses pions dans les endroits clés avant la tempête.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès