Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Lactalis contre les producteurs de lait : symbole d’une (...)

Lactalis contre les producteurs de lait : symbole d’une époque

Aujourd’hui, les éleveurs rencontrent les dirigeants de Lactallis, devenu leur bête noire pour payer le litre de lait 25,7 centimes, 1 à 3 de moins que les autres grands acteurs de la filière. Une dérive effarante qui n’est malheureusement qu’une illustration extrêmement symptomatique de notre époque.

Tout marché et rapports de force

En 2001, le litre de lait valait 31 centimes. En 2014, il avait dépassé 37 centimes. Mais il est tombé sous les 30 centimes aujourd’hui, autour de 27,5 centimes. Lactalis semble accorder encore moins aux producteurs de lait, seulement 25,7 centimes, ce qui a délenché la colère des éleveurs, qui subissent des prix largement inférieurs à leur prix de revient, que le président des Jeunes agriculteurs de la Mayenne estime autour de 38,6 centimes, en incluant une rémunération limitée à un SMIC et demi, ce qui n’est pas cher payé pour la quantité et la difficulté du travail. Un papier détaillé et passionnant de la Tribune l’estime plutôt autour de 35 centimes le litre. Une autre analyse du Monde indique en outre que ce sont les producteurs qui ont profité de la situation, quand les producteurs de lait ont perdu.

La situation des agriculteurs s’est dégradée avec le démantèlement progressif de la PAC, chose que tous les pays asiatiques ne se risqueraient pas à faire, eux qui continuent de protéger leurs producteurs de riz. Les prix planchers ont été retirés et les quotas progressivement supprimés, en avril 2015. La baisse des importations Chinoises et l’embargo russe ont achevé de dégrader la situation en réduisant la demande, poussant les prix à la baisse. Abandonnés aux fluctuations exubérantes du marché, les producteurs de lait sont désormais la variable d’ajustement d’un système, où, à leur contraire, les grands industriels n’ont pas de gros problèmes à défendre la rentabilité de leurs opérations. C’est ce qui explique les manifestations autour du siège de Lactalis et les discussions prévues.

Tout ceci montre une nouvelle fois que dans ce monde dérégulé économiquement, c’est seulement la loi du plus fort qui s’impose. Et ici, les grands industriels, Lactalis au premier rang, ont une position de force bien plus solide que les milliers d’éleveurs, ravalés au rang de variables d’ajustement. Si le monde manque de lait, alors, ils pourront vivre de leur travail car les cours pourront couvrir leurs coûts de production. Si des éléments perturbent le marché, ils peuvent alors se retrouver à vendre le fruit de leur travail à perte… Ceci montre la brutalité intrinsèque de ces marchés dérégulés. Il est effarant que nous fassions subir cela à ceux qui nous nourrissent, qui mériteraient un peu plus de considération, et surtout, de protection de notre part, comme les pays asiatiques, eux, continuent à le faire.

La condition agricole, comme la crise actuelle du lait le démontre, est une véritable honte pour notre société. Jamais nos dirigeants, droite et gauche confondus, n’auraient dû abandonner nos agriculteurs à cette loi du marché, où l’immense majorité d’entre eux jouent perdant face à plus fort qu’eux.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jean Pierre 25 août 12:26

    Il faut également précisé que la FNSEA, syndicat censé défendre les agriculteurs est favorable à l’élevage industriel. Ce syndicat soutient activement le projet de la ferme de 1000 vaches, par exemple. La seule justification d’un tel projet est la possibilité de faire baisser les coûts de production par la rationalisation à outrance et les économies d’échelle. Le syndicat des éleveurs crée donc les conditions de la disparition de ses propres adhérents (des milliers d’exploitations disparaissent et 500 agriculteurs se suicident chaque année).

    Placé devant d’aussi énormes contradictions, ce syndicat devra soit se remettre en cause, soit tomber dans le poujadisme, trouver des boucs émissaires et accuser en vrac l’Europe, l’étranger, ou les politiques.

    • Jean Pierre 25 août 12:31

      @Jean Pierre
       Il faut également « préciser ». Désolé.


    • mmbbb 25 août 20:23

      @Jean Pierre c’est ce syndicat qui nous a fait bouffer de la vache folle après que bruxelles a autorise les carcasses des bovins soient brules a 800 degre sous la pression des libéraux anglais de l’epoque


    • Spartacus Spartacus 25 août 12:50
      Le scandale c’est l’hypocrisie souveraino-gauchiste qui préfère récupérer un mouvement social au lieu de dire ce qui doit être dit.

      Le coupable n’est surement pas « Lactalis » qui fait professionnellement son job de négociateur au meilleur prix.
       
      Faire croire qu« il y a un avenir a rester une ferme misérabiliste a produire un produit ultra-concurrentiel, à faible valeur ajoutée soit un avenir sans réaliser des économies d’échelle de production et des élargissements de zone de chalandise.

      Est ce que quelqu’un va oser leur dire que leur modèle productif n’est pas adapté ? 
      Qu’ils doivent faire autre chose ?

      Réalité brute qui fait hurler les bobos qui se croient charitable a essayer de préserver le misérabilisme......

      Du lait c’est du lait. POINT.

      Un produit basique qui contrairement aux clichés des bobos ne sert que minoritairement a une consommation individuelle mais est dans 98% transformé.

      Qu’il vienne de petite exploitation ou de la grosse....Le lait termine dans la même cuve.
      Qu’il vienne d’Allemagne ou Suisse, la fin est dans la même cuve.

      C’est pas »Lactalis« le »coupable’« .....
      Le coupable c’est d’avoir dis à ces »petits exploitants" qu’ils avaient un avenir sur la production d’un produit sans faible valeur ajoutée.

      Il faut avoir l’honnêteté de dire ce qui doit être dit a des gens qui manifestent en vain, plutôt que de récupérer le mécontentement issus de rêves et chimères d’un monde d’illusions et une route vers la misère.....

      Regardez donc cette clique souveraino-gauchiste pleurer à chaudes larmes de crocodile.Et vous des leçons de morale à 3 sous.

      Une clique qui préfèrent voir les gens continuer dans la misère plutôt que leur conseiller de changer de métier pour connaitre une meilleure vie.....

      • Jean Pierre 25 août 18:35

        @Spartacus

        Les agriculteurs ont évolué exactement dans le sens de vos idées, c’est à dire l’adaptation à la concurrence (fin de la Pac et des quotas, fin des régulations). Il se sont modernisés et leur exploitations se sont agrandies pour être au niveau, ils n’ont cessé de faire des efforts de productivité (formation, robot de traite, sélection des vaches, OGM, monoculture de maïs, importation de tourteaux OGM, antibiotiques, et j’en passe et des meilleures dans la modernitude). 
         Vous développez sans fin vos idées (libre marché dérégulé, compétition, concurrence) en ayant la conviction et en nous expliquant que leurs effets seront positifs. Puis, quand les effets sont clairement négatifs (endettement et faillites de milliers d’exploitations, suicides de 500 agriculteurs par ans, perte de marchés pour la France qui va devenir, et c’est un comble, importatrice de produits agricoles (déficit commercial) vous êtes incapable de vous remettre en cause.
        Une personne censée réfléchirait un peu à ses à-priori. Mais pas vous. Votre seule conclusion c’est : pas de morale à 3 sous, ysonka faire autres chose pour connaitre une vie meilleure et tant pis pour eux... 
         Je ferais une conclusion différente de la votre : appliquez les idées de Spartacus et finissez ruinés.
         



      • mmbbb 25 août 18:43

        @Spartacus ce n’est pas la peine de vous énerver, avec les accords TAFTA l’agriculture francaise sera liquidee comme on a liquide l’industrie . Je me demande pourquoi vous mettez du BOBO dans ce propos alors que le Bo Bo parisien n’en a rien a cirer de l industriel paysan. Le producteur paysan de la FNSEA n’attire certainement pas le BO BO. Votre propos est absurde Ce lait est un produit industriel et il n’a rien a voir avec du lait rentrant dans la fabrication d’un fromage AOC comme le comte par exemple Racontez pas n’importe quoi


      • Spartacus Spartacus 25 août 19:57

        @Jean Pierre

        Les fermes se seraient agrandies ? 

        Combien de fermes de 1000 vaches ? Une seule....UNIQUE.
        Et on l’a fait chier comme jamais. On a même voté des lois contre elle...

        Et s’il y en a si peu, c’est pas à cause d’un marché libre, mais surtout d’un marché ultra régulé !

        Ruinés ils le sont déjà. Pire ils travaillent à perte. 

        Et les leçons de morale à 2 balles, comme vos conseils pour eux a rester petite exploitation, chaque jour en allant travailler ils creusent un peu plus leur tombe.....

        Je préfère la mienne qui dit la vérité et leur laisse une chance de partir avec un minimum de dégâts en choisissant une autre voie qu’ils ne regretterons pas, en temps de travail ,en qualité de vie et en relations sociales ou en investissement plus rentable.

        Il faut dire ce qui soit dit.....Barrez vous avant de creuser plus votre tombe de dettes
        Ne comptez pas sur les bonimenteurs qui vous plaignent, ils ne produisent rein sauf de belles paroles.

        Aucun avenir a faire des productions de produit basique.
        Ça pourrait s’apprendre à l’école, mais à l’école on préfère leur inculquer Zola.



      • mmbbb 25 août 20:14

        @Jean Pierre en complément Quand le gouvernement mexicain a eu la geniale idee de conclure des accords de libre echange avec les USA, les USA ont inonde le marche mexicain de mais ogm et subventionne Les petits producteurs qui depuis des décennies avaient coutume de faire pousser du mais avec des pois et des courges, cet alliance permettait de creer un mini ecosyteme et d’endiguer la proliferation des parasites ( j’ ai oublié le nom de cette méthode ) ont ete du jour au lendemain prives de leurs ressources Ils sont venus gonfler le flux des migrants des villes et cette pauperisation apres la destabilisation de leur pays, les ont forces a immigrer vers les USA Le gouvernement americain ayant pris peur, a contruit un « mur » entre sa frontiere et celle du mexique Bel exemple de libre echange ou tout ceci se termine au pied « du mur » electronique barbeles sous haute tension mirador du grand art Ce qu oublie de dire ce Spart Pourtant nous ne sommes pas au pays des Soviets et de l’economie administrée !


      • Jean Pierre 25 août 20:58
        Spartacus. 
        « Aucun avenir a faire des productions basiques ». Sauf que l’essentiel de l’agriculture consiste a produire des produits basiques. 
        Mais d’une certaine façon vous avez raison. La majorité des agriculteurs Français a peu de chance de s’en sortir dans un système mondialisé et libéralisé. Il y a forcément ailleurs des terres ou une main d’oeuvre moins chères, un climat plus favorable ou des réglementations plus laxistes. Le libre marché les condamne comme il a condamné l’industrie et déjà une certain nombre de services. On se demande ce qu’il va rester ? Des chauffeurs Uber pour emmener tout le monde pointer au pôle emploi ?
        Il ne reste donc plus aux agriculteurs, avant d’être tous ruinés ou suicidés (ou les deux) qu’a sortir de votre modèle mondialisé et libéralisé ou ils sont poussés depuis des décennies.

      • Spartacus Spartacus 26 août 00:05

        @Jean Pierre


        C’est justement ceux qui ne sont pas « mondialisés » qui ne s’en sortent pas. Ceux qui le sont d’en sortent...Regardez Lactalis..

        Un produit basique trouve toujours un jour un concurrent qui fait moins cher. 
        Un produit élaboré génère profit, ressources et génère emploi et richesse générale pour la production. C’est l’évidence.

        En fait le modèle ou ils sont est tout sauf libéralisé....Il n’y a rien de plus administré que le domaine agricole...

        Et au contraire ils périssent du fait de ne pas être mondialisés mais enfermés dans du sur place anachronique....
        Vous ne comprenez décidément pas comment fonctionne l’économie.

      • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 26 août 11:14

        @Spartacus

         On notera que pour Spartagus la FNSEA est une « clique souveraino-gauchiste » .

          Quant à lui, il a depuis longtemps laissé à d’autres les « produits à faible valeur ajoutée » ( ?), pour exercer un métier lucratif.


      • Jean Pierre 26 août 12:27

        @Spartacus
        Vos capacités d’aveuglement sont décidément surprenantes ainsi que votre capacités à plaquer des théories vielles de 50 ans sur tout et n’importe quoi y compris sur des secteurs d’activité qui vous sont totalement étrangers.

        L’Europe a supprimé les systèmes de quota qui avaient précédemment pour rôle de réguler la production de lait et c’est exactement cette dérégulation qui fait crever les producteurs.
        Comme déjà dis plus haut les producteurs crèvent de l’application de vos idées et vous êtes totalement incapable d’en tirer les conséquences en dehors de vos habituels yakafaucon. Si les produits basiques, dont le lait, ne valent plus rien, l’éleveur fait quoi de ses terres, de son cheptel et de ses installations pour lesquels il est endetté pour 30 ans ? Il se met à écrire des logiciels de jeux vidéos ?


      • Spartacus Spartacus 26 août 13:20

        @Jean Pierre

        Rigolo comme explication...
        Vous exposez que la cause est la fin des quotas, qui est donc de l’interventionnisme....Sic !
        Et vous en concluez l’inverse que se serait le marché le responsable.....

        Non non non, quand on crée un marché protégé....
        Il arrive toujours un jour ou quand la dissymétrie interventionniste s’arrête, les soumis à la gamelle de la subvention s’écroulent face à ceux qui savent naviguer en marché libre...

        C’est aucunement le marché libre le responsable, mais l’état qui a fait croire qu’on pouvait plus vivre de subventions que de la vente de ses productions.

        Quand au paysans au lieu de la plaindre et lui expliquer le fatalisme. Il suffit de lui trouver des idées de nouveaux business.

        Il vend son Cheptel, ses terres. Tout pour sortir du secteur sinistré. 

         Il en fait un parking pour voiture UBER, un bâtiment pour mettre un supermarché Drive.
        Certains on recentré leurs logements et terres vers le tourisme de campagne. 
        D’autres se sont recentré sur des productions de produit dont l demande augmente, tout simplement.

        Y’a pas que le lait dans la vie.


      • Jean Pierre 26 août 16:34

        @Spartacus

        Le lait n’est plus subventionné depuis très longtemps. Vous montrez une fois de plus que vous parlez sans savoir. Par contre il existait depuis plus de 30 ans un système de régulation par quota qui stabilisait le prix du lait et donnait une visibilité sur la rentabilité possible. Ce système imparfait (comme tout système humain) fonctionnait à peu près. C’est vos idées, c’est à dire la dérégulation, qui ont semé la pagaille dans le marché du lait et qui en font une activité totalement aléatoire dans la mesure ou les investissement se justifient sur le long terme alors que les prix sont devenus très instables.
        Dans le yakafaucon vous vous posez là. C’est une excellente idée en effet de faire des parkings Uber dans la Creuse et des supermarchés au fin fond de la Bretagne. Vous en avez beaucoup des idées comme ça ?
        Vos commentaires, ou vous enfoncez sans fin sur cette histoire de lait, montrent que vous savez réciter mécaniquement une théorie que vous appliquez à tord et à travers sur n’importe sujet, mais que, une fois sorti de la théorie, vous êtes inculte et déconnecté des réalités.

      • Rémi Mondine 28 août 10:41

        @Jean Pierre
        Désolé, je suis dans une usine et si vous ne faites pas vos 3% de productivité par ans en cinq ans vous êtes hors marché.

        Il faut regarder ce qui vient de notre législation et crée un écart avec nos concurents européens. Pour travailler dessus.
        Pour le reste il faut aussi que les agriculteurs s’améliorent.
        Hors dans ce domaine, le monde agricole a beaucoup à revoir. Quand je vois que l’on nous dit qu’ils se modernisent et s’agrandissent pour baisser les coûts, j’ai peur. Mon expérience en production me montre que la modernisation n’est pas toujours la solution. Bien au contraire, c’est parfois avoir le courage de revennir un cran en arriére et refaire ce qui marchait avant. Quel est le gain en litre de ces antibiotiques, de tous ces ajouts ? Ca ne m’a pas l’air trés sérieusement évalué. Sauf que la facture tombe chaque moi.
        Tout cela pour dire que en matiére de Yaka faukon, je serait curieux de voir les compétences réelles de tous ceux qui gorgent les agriculteurs de conseils histoire d’augmenter la facture des intrants. Ex FNSEA qui me semble parfois plus portée sur le bon fonctionnement des fournisseurs et des coopérative que sur celui des agriculteurs.


      • flourens flourens 25 août 14:16

        et ben dit donc, si c’était la CGT qui avait bloqué une entreprise, on aurait entendu de ces cris, atteinte à la liberté du travail, prise d’otages, voyous, etc etc, mais c’est la FNSEA, alors là tout est normal, seul ce syndicat peut cramer portiques à 100 000 d’euros ainsi que des préfectures sans aucune sanction
        le plus amusant dans tout cela c’est que la FNSEA qui est de droite dure, défend le libéralisme pur et extra dur, la loi du marché etc etc et va voter pour Sarko qui flirte avec les thèses FN, mais ça c’est bon pour les autres, dès que cela s’applique à eux, on crame tout, avec la bénédiction des médias et de tous les gouvernements, que la loi de l’offre et de la demande décide du prix du lait, ou autre, qui n’est pas en accord avec leur désidérata, on réclame le protectionnisme, mais on fait venir des travailleurs détachés, bref la FNSEA c’est le beurre, l’argent du beurre, le cul de la crémière, l’argent du camion qui porte le beurre, l’argent du contribuable et plus encore, sinon on crame tout, bravo


        • JDCONSEIL 25 août 15:02

          Alors buvons du lait, mangeons des yaourts et faisons la cuisine au beurre  ! 


          • mmbbb 25 août 20:18

            @JDCONSEIL le lait a bas prix en brick je vous le laisse ca c’est pour spartacussus, qu il boive cette merdasse dont il est le chantre de cette production


          • Alren Alren 25 août 17:16

            Le problème c’est aussi que le lait de vache n’est pas adapté aux besoins de l’alimentation humaine, du nourrisson au vieillard, sauf, et en petites quantités, quand il est fermenté dans les yaourts et les fromages.

            Le nombre de personnes dont le système digestif réagit défavorablement aux produits laitiers non-fermentés augmente. Peut-être parce que le régime qu’on fait suivre aux vaches laitières avec beaucoup de produits vétérinaires n’améliore pas la qualité de ce produit.

            En tout cas, à long terme, il faut s’attendre à une baisse de la consommation du lait de vache malgré les soutien de nutritionnistes intéressés.

            L’imbécillité de l’embargo contre la Russie qui a réagi évidemment par un boycott de nos produits agricoles n’a rien arrangé. Et la Chine ne manquera pas de s’apercevoir un jour que le lait de vache n’est pas le produit de santé que l’on vante depuis le XIXe siècle sans vraies preuves scientifiques.

            Un avenir plus prometteur est réservé aux producteurs d’œufs et de poulets maintenant que l’on a compris que le jaune d’œuf n’augmentait pas le taux de mauvais cholestérol, une substance d’ailleurs indispensable à nos cellules et que ce n’était pas le cholestérol qui provoquait l’obturation des artères. Quant à la chair de poulet, elle est particulièrement riche en fer, dont manquent à leur insu, bon nombre de personnes de tous âges.

            Les producteurs le lait disposent de prairies qui fournissent les protéines animales (vers de terre, insectes) qui donneraient des poulets et des œufs de qualité.


            • Le421 Le421 26 août 07:58

              Attendez deux secondes, que je comprenne...

              La FNSEA et consort, ce sont bien des gens de « droite », libéraux et tout et tout !!
              Et ils se plaignent des conséquences induites du libéralisme ?
              La loi de l’offre et de la demande ? De la concurrence à tout va ??

              Qui a critiqué la politique de l’offre déraisonnée ?
              Qui a dit qu’il ne fallait produire qu’en fonction des besoins ?
              Mélenchon.

              Alors ? Qu’ils crèvent !! Point, barre.


              • zygzornifle zygzornifle 26 août 09:17

                Situation rugueuse pour Actalis ......


                • EtienneGentle (---.---.110.238) 27 août 13:46

                  En même temps, le lait étant très mauvais pour la santé, il faudrait que sa production et surtout sa consommation soit divisée au moins par 10 pour le bien de la planête...


                  • smilodon smilodon 27 août 22:13

                    @ l’auteur : Celui qui se lève le matin pour aller bosser (environ 20 millions de personnes sur 65), commence à se demander s’il ne ferait pas mieux de rester au lit, et de s’ajouter aux 45 millions qui dorment quand lui s’en va au boulot !... Après tout, puisque ça marche pour les autres, pourquoi pas pour lui !.... Et il a raison !..... Qu’il calcule bien ce que lui coûte son travail, et ce qu’il perdrait en restant dans son lit !..... En fait, non seulement il ne perdrait pas grand chose, mais dans plus de la moitié des « cas », il s’en sortirait mieux en ne faisant plus rien !....???.... Etonnant, non ??... Je dis n’importe quoi ?.. Comme toujours !...... Mais « calculez » mieux !.... Vous serez surpris !....... On gagne plus à rien foutre, dans une majorité de « cas » !.....Pourquoi s’emmerder ???... Pointons au « chomdu » !.... Comme tout le monde !.....Adishatz.


                    • smilodon smilodon 27 août 22:55

                      y’a 70% de la population mondiale qui est allergique au « lactose » !... Seulement 30 % qui peut boire du lait sans problème !... Vous le saviez, çà ????? Et vous savez pourquoi ???... Non ??... Ben cherchez !... J’ai pas envie de vous le dire.......Adishatz.


                      • smilodon smilodon 27 août 22:56

                        L’allergie au lait est la règle..... C’est « l’accoutumance » qui est l’exception !.... Etonni, non ???...Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès