Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le désastreux bilan économique de Nicolas Sarkozy

Le désastreux bilan économique de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, président de la République française de 2007 et 2012, a toujours fustigé la gauche pour ses dépenses publiques et s’était plaint de trouver un Etat « en faillite ». Il avait alors promis être le garant du sérieux budgétaire. Pourtant, son bilan économique est désastreux.

 La présidence de Nicolas Sarkozy a marqué les esprits par son caractère outrancier, sa collusion avec les puissances d’argent et la stigmatisation de certaines catégories de la population tels que les fonctionnaires, les syndicalistes, les catégories issues de l’immigration et les Roms. Les propos xénophobes de Sarkozy avaient d’ailleurs été condamnés par le Parlement européen en septembre 2010.

 Le nom de l’ex-président est toujours d’actualité, mais cette fois-ci du côté judiciaire. Sarkozy, dont les comptes de campagne ont été rejetés par le Conseil d’Etat pour avoir violé la loi, entrainant une perte de 11 millions d’euros pour l’UMP, son parti politique, est impliqué dans plusieurs scandales financiers dont celui le liant à l’héritière Bettencourt, deuxième fortune française. Il semble que le chantre de la « République exemplaire » se soit limité à la rhétorique.

 Il est un sujet plus méconnu : le bilan économique du quinquennat de Nicolas Sarkozy[1]. Ce dernier est révélateur de l’échec absolu des politiques néolibérales et de l’abîme qui sépare le catéchisme dogmatique de la réalité des statistiques. Pourtant, suite à son élection, Sarkozy avait promis de redresser les finances publiques. Il n’en a rien été.

 Selon l’Agence France Trésor, de 2007 à 2012, la dette publique de l’Etat est passée de 921 milliards d’euros à 1 386 milliards d’euros, soit une explosion de 50,4% en l’espace de cinq ans équivalent à 465 milliards. Quant à la dette globale publique de la France, c’est-à-dire la dette de l’Etat, des organismes sociaux et des collectivités territoriales, selon l’Institut national de la statistique et de l’étude économique (INSEE), elle est passée de 1 221,1 milliards d’euros à 1 818,1 milliards d’euros, soit une hausse de 48,9%, d’un montant de 597 milliards.

Pour ce qui est de la croissance économique, selon Eurostat, elle est passée de 2,3% en 2007 à 0% en 2012, plongeant la France dans la récession. Quant à la balance commerciale, toujours selon Eurostat, elle a explosé de moins 52 milliards en 2007 à moins 81,5 milliards en 2012, soit une détérioration de 56,7%, représentant la somme de 29,5 milliards d’euros.

 Au niveau du chômage, le bilan de Nicolas Sarkozy est également très négatif avec une hausse sensible du nombre de demandeurs d’emploi. Selon l’INSEE, le taux est passé de 8,4% en 2007 à 10,2% en 2012, soit une augmentation de 1,8% équivalant à une perte de 436 700 emplois.

 Le gouvernement de Nicolas Sarkozy s’est également caractérisé par les cadeaux fiscaux faits aux grandes fortunes et aux grosses entreprises du CAC 40, dont les impôts ont été diminués, contribuant ainsi à une grave diminution des recettes tributaires et à un sérieux appauvrissement de l’Etat, qui s’est retrouvé limité dans ses fonctions régaliennes. Par exemple, les plus hauts revenus ont vu leur taux d’imposition passer de 49% à 41% et les sociétés de 50% à 34,6%. Ainsi, entre 2007 et 2012, les recettes fiscales ont baissé de 196 milliards d’euros.

 Avec une telle somme, Sarkozy aurait pu construire 2 millions de logements sociaux, ou créer 6 millions d’emplois dans la fonction publique (éducation, santé, culture, loisir) avec un salaire mensuel net de 1 500€.

 Par ailleurs, en 2004, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Economie, a décidé de vendre 600 tonnes d’or de la Banque de France sur une période de 5 ans, pour la somme de 9 milliards d’euros. Cette opération s’est révélée catastrophique. En effet, l’once d’or était à l’époque à son cours le plus bas : 409,72 dollars. Il est passé en l’espace de 5 ans à plus de 1 384 dollars. Si Sarkozy avait vendu l’or à la fin de son mandat, la France aurait empoché plus de 18 milliards de dollars[2].

 La présidence de Nicolas Sarkozy est le symbole de l’échec des politiques néolibérales qui sont politiquement dangereuses, économiquement inefficaces et socialement désastreuses. L’argent public a été dilapidé et l’Etat-providence démantelé, occasionnant une crise économique sans précédent et une grande fracture sociale, dans le seul but de protéger les intérêts des puissances d’argent.

Opera Mundi

 


[1] Renelle, « Les chiffres de la débâcle sarkozienne sont arrivés », Médiapart, 1er avril 2013. http://blogs.mediapart.fr/blog/renelle/010413/les-chiffres-de-la-debacle-sarkozienne-sont-arrives (site consulté le 15 juillet 2013).

[2] Nathalie Balsan-Duverneuil, « Quand Nicolas Sarkozy vendait l’or français pour une poignée de cacahuètes », Midi Libre, 8 février 2012.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Richard Schneider Richard Schneider 8 août 2013 06:45

    @auteur,


    Quelques rappels salutaires : la quinquennat de Sarkozy a été catastrophique - surtout sur le plan économique et social !

    • GéraldCursoux GéraldCursoux 8 août 2013 09:21

      Sarkosy s’est trompé de méthode. Comme Hollande le fait maintenant. La question est de savoir quelle est la bonne méthode ?


      • eric 8 août 2013 09:41

        C’est la crise de l’université française.

        Il n’est guère étonnant que notre pays s’effondre dans les classements internationaux des lors que nos enseignants censés parler un peu, entre autre, d’économie ont des bases en calcul élémentaire aussi déficientes.
        J’imagine qu’il faut rechercher l’origine du phénomène au jour ou maitriser la règle de trois n’a plus été une obligation pour le certificat d’étude.
        A partir de la, il n’est pas étonnant non plus que toute logique de base soit absente.

        Cet « universitaire » décrit un pays dans lequel l’État au sens large, a pris une part croissante d’un PIB croissant comme néolibéral.

        Il confond le cout des 35 heures et des exonérations fiscales de la cagnotte Jospin Fabius avec les résultat de la politique Sarkozy ( pourtant la Cour des Compte a publie un rapport détaillé sur la question, c’est les deux tiers des pertes de recettes sous Sarkozy).
        Il n’a pas l’air de savoir que le principal facteur de dérive de nos finances publique sont les retraites des fonctionnaires. Pourtant, il est de notoriété publique, que lors de la dernière reforme, leur situation s’est encore améliorée pendant que celle du prive été marquée, comme d’habitude, par de grands sacrifices pour sauver le système. http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/jaunes/Jaune2012_pensions.pd f

        Parmi les contributions a la hausse de la dette propres a Sarko, au sein du tiers restant, il y a la relance pleine crise mondiale. On peut être pour ou contre, il est sur que ce n’est pas néo libéral. On rappelle que toutes les gauches ont trouve cela insuffisant.
        On rappelle aussi que la principale critique de la Cour, c’est de ne pas avoir diminue assez les dépenses publiques
        Le résultat est quand même que les français a l’époque on moins souffert que leurs voisins, même si c’était a crédit.
        Aujourd’hui, on est vraiment en récession ( rappelons que stricto senso, il n’y en a pas eu sous Sarko, mais l’auteur se soucie-t-il de la définition des mots ?)
        Mais dans un contexte ou cela va mieux dans beaucoup d’autres pays.
        On ne voit pas exactement non plus le rôle de Sarko dans la hausse délirante de l’endettement des collectivités locales. Rappelons que de base, elles sont moins endettées en stock et que donc on a affaire surtout a des hausses de dépenses. L’état lui, et des les débuts de Sarko, ayant a payer en intérêt des dettes passées, l’équivalent de l’IR.

        Le bouclier fiscal a coute quoi 700 millions en vitesse de croisière ? de la l’auteur passe a 196 milliards de cadeaux aux riches. On peut être pour ou contre. L’idée de sarko, est : ne pas matraquer les pauvres en revenu dont le patrimoine monte sous l’effet de bulle ( effet Ile de Re), inciter les gros contribuables a rester en France : mieux vaut qu’ils paye un peu moins que pas du tout. 41% que Zéro. Les résultats du Hollandisme semble être une confirmation que cette politique avait un sens.
        On passe sur l’intérêt de comparer une balance commerciale a 5 ans de distance avant et pendant la crise et de faire la différence entre les deux. Cela prouve quoi ?
        Vous me direz, nos facs ont aussi besoin de littéraires, mais justement :

        "grave diminution des recettes tributaires et à un sérieux appauvrissement de l’Etat, qui s’est retrouvé limité dans ses fonctions régaliennes« L’auteur sait il de quoi il parle ?

        Démantèlement de l’État ? Rappelons que globalement, la diminution du nombre d’agent public est restée en deçà de la hausse de productivité que l’on est en droit d’attendre de n’importe quelle organisation.http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/Hors_collection/insee-premiere1460.pdf,
        Heureusement, Hollande semble décidé a aller plus loin.http://lexpansion.lexpress.fr/economie/27-000-postes-de-fonctionnaires-ont-ete-supprime-en-2012_386793.html
        Mais pour le coup, c’est vraiment en mettant en cause les »fonction régaliennes« ( C’est la défense qui est touchée).

        Conclusion ? Je suis au bord de changer d’avis. Un des aspects en apparence le plus bêtement corporatiste et égoïste de l apolitique hollandaise est d’après la cour, le recrutement de 60 000 profs inutiles dit elle, et la création de petites mains incompétentes sous la forme d’emplois a venir pour soulager des fonctionnaires absolument débordé.

        Vu le niveau des universitaires, il y a peut être vraiment besoin de renforcer les apprentissages de base et les 60 000 ne seront peut être pas de trop.
        Pour les gamins formes par ces gens, l’accès a l’emploi est un vrai défi. Leur faire faire des photocopies a la place des titulaires est peut être bien la seule chose envisageables.

        Conclusion ? Un »universitaire" a parfaitement le droit d’être partisan et de faire du sous Harlem Désir dans un cadre prive. Il serait judicieux de verifier si le contenu de ses enseignements et du même niveau. C’est l’avenir de nos gosses qui est en jeux.


        • Eric Jolivet 8 août 2013 09:56

          Vous êtes brillant Eric !

          J’ajouterais qu’il est étonnant de faire l’analyse des différents indicateurs économiques et sociaux d’un pays sans dresser le contexte international en parallèle. N. Sarkozy a fait de nombreuses erreurs dans la forme c’est indiscutable mais sur le fond, la situation mondiale n’a pas laissé à N.Sarkozy l’opportunité de prouver que sa politique pouvait être fructueuse.

          Vous dites :
          « Le résultat est quand même que les français a l’époque on moins souffert que leurs voisins, même si c’était a crédit. »

          Pour ma part, c’est surtout cela que je retiens. Sous ce quinquennat difficile. Pour les gens qui, comme moi, voyagent beaucoup en Europe. Ce qui saute aux yeux, c’est que les conditions de vie se sont dégradées plus vite et plus fortement dans les pays limitrophes à la France que dans l’hexagone. Aujourd’hui, la situation se stabilise en Europe et s’aggrave en France. Pas la peine d’essayer de contredire ce fait avec des chiffres, l’opinion publique ainsi que mon sentiment en tant que français en témoignent.

          En tout cas merci pour cette réaction de qualité.


        • julius 1ER 8 août 2013 12:33

          Le résultat est quand même que les français a l’époque on moins souffert que leurs voisins, même si c’était a crédit. »


          c’"est bien là le fond du problème, si la France a mieux résisté à la violence de cette crise ce n’est pas grâce à ce guignol de Sarkosy , mais grâce à la structure économique de ce pays, ces fameux français qui travaillent tous les jours et se battent depuis plus d’1 siècle pour avoir un pays équilibré et plus juste, c’est celà l’amortisseur qui a le mieux fonctionné, le reste n’est que la fable néolibérale du marché qui sait tout !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • krachunka 8 août 2013 12:57

          J’ai toujours adoré les capitalistes qui disent « c’est pas ma faute c’est la crise », je trouve ça du même niveau qu’un communiste qui dirait « c’est pas ma faute c’est celle de l’économie planifiée »


        • eric 8 août 2013 16:13

          A krashunka, vous vous devez être « universitaire » comme l’auteur non ?


        • AlainV AlainV 9 août 2013 23:28

          « le recrutement de 60 000 profs inutiles »
          On voit qui vous êtes, et votre connaissance du sujet ...

          L’auteur de l’article est autrement plus documenté que vous.


        • Bulgroz 8 août 2013 10:23

          Il est particulièrement lamentable qu’un universitaire colporte comme un perroquet ces mensonges à propos de ces ventes d’or.

          1) ces ventes d’or ont été décidées conjointement par les banques centrales membres de l’Eurosystème futures adhérentes de l’Euro (Autriche, Belgique, Finlande, France, Allemagne, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal Espagne auxquelles s’ajoute la Banque de Grèce, membre de l’Eurosystème depuis 2001).signée le 4 mars 2004, La part de la France dans ces ventes d’or était de 500 tonnes par an et de 2 500 tonnes sur la durée de l’accord.

          Cette décision était l’un des préalable à la création de l’euro afin de créer des réserves de change afin de pouvoir intervenir en vue de soutenir les monnaies européennes face au dollar.

          2) La banque de France a répondu aux critiques qui lui ont été faites.Page 46 du rapport du 08/02/2012.

          http://www.ccomptes.fr/content/sear...

          « S’agissant du programme de cession d’or, il paraît particulièrement étonnant que la Cour porte un jugement négatif sur les ventes d’or alors que celles-ci ont été décidées d’un commun accord avec 1’État, effectuées à un cours moyen qui était historiquement très satisfaisant - notamment en ce qui concerne la dernière tranche - et supérieur à celui des autres banques centrales (qui ont entamé et donc achevé leur programme de vente avant la Banque), et qu’elles ont permis de générer des revenus importants qui ont été versés à l’État. Opposer à cela un manque à gagner virtuel correspondant à une photo à un moment donné, sans mentionner d’ailleurs les plus-values latentes encore plus importantes mais tout aussi virtuelles sur le stock d’or que détient la Banque (63 Md€ au 31/12/2010) semble un argument particulièrement mal fondé.Compte tenu du poids déjà très important des avoirs en dollars et du fait que ce sont désormais les réserves de change transférées à la Banque Centrale Européenne qui servent en cas d’intervention de change (les avoirs de la Banque n’étant appelés qu’en cas de besoin de reconstitution de ces dernières), le produit des cessions d’or a été réinvesti dans d’autres devises afin de diversifier le risque de change et limiter l’exposition au dollar (la Banque de France supportant également, pour sa quote-part, le risque dollar porté par la BCE). Contrairement à ce que laisse entendre la Cour, cette politique de diversification a eu les effets escomptés en évitant de concentrer les risques sur une seule devise : ainsi les moins values de change enregistrées sur le dollar en 2007 (2,3 Md€ après 1,3 Md€ en 2004) auraient été encore plus importantes si les cessions d’or avaient été réinvesties en dollars ; de même, les moins-values latentes enregistrées sur le sterling en 2008 (1,8 Md€) sont à mettre en regard des plus-values latentes sur le dollar de 1,1 Md€ observées la même année. À fin 2011, les plus-values latentes s’établissent à plus de 5 Md€ et sont d’un montant équivalent aux moinsvalues latentes observées sur la période 2007-2008.
          Enfin, la modification des règles de fonctionnement des réserves de réévaluation des réserves en or et en devises, qui a permis d’affecter les plusvalues réalisées sur les cessions d’or à la réserve de réévaluation en devises au lieu de la réserve de réévaluation des avoirs en or, constituait, contrairement à ce qu’indique la Cour alors qu’ une décision de bonne gestion dans la mesure où le programme de cession d’or s’est traduit par une augmentation importante des avoirs en devises simultanément le risque sur les avoirs en or diminuait."

          Cour des comptes
          Rapport public annuel 2012 – février 2012


          Je vous invite donc à réviser vos connaissances car il apparaît bien que votre antisarkozisme soit basé sur votre ignorance.

          Et plutôt que de nous parler du passé, essayez de nous vendre les bénéfices de la politique de Hollande, il en a bien besoin, car 80% des Français ne lui font pas confiance. Ce qui explique le marasme dans lequel Hollande a plongé la France.


          • eric 8 août 2013 10:41

            Et cela aussi...

            Et on en revient a ma sempiternelle question a laquelle pas un ne me répond.

            Ils savent et mentent sciemment ou ils croient sincèrement a leurs élucubrations ?

            C’est une question profondément de droite. L’humaniste de droite ne parvient pas a croire contrairement a son adversaire neo totalitaire de gauche, qu’une personne puisse-t-etre a la fois folle et méchante.
            C’est l’un ou l’autre. Soit on est fou et donc irresponsable sur le plan ethique. Soit on a pas de morale, peu d’interet pour la vérité, le réel, tous les moyens sont bons. Bref, on est, dans une cosmogonie de gauche, « méchant ».

            Ainsi, pour l’auteur, Sarko est a la fois fou et méchant, il fait une politique a la fois inefficace et perverses, inutile et mortifère.

            Personnellement, la charité chrétienne m’incite a penser que nous avons affaire a une pathologie.


          • Onecinikiou 8 août 2013 19:08

            « Cette décision était l’un des préalable à la création de l’euro afin de créer des réserves de change afin de pouvoir intervenir en vue de soutenir les monnaies européennes face au dollar. »


            Démonstration est faite que la décision qui a conduit à vendre une part substantielle du stock d’or français est doublement stupide :

            1/ le Général doit se retourner dans sa tombe, lui qui avait décidé à l’époque tout à fait judicieusement, et en ne manquant pas de déclencher un rude rapport de force géopolitique, de refourger aux américains les réserves de change en dollar détenus par la Banque de France contre l’or de Fort Knox, avant le défaut unilatéral opéré par ces derniers quelques années plus tard avec l’abandon de la convertibilité or du dollar. 

            Echanger en effet de l’or - monnaie métallique et référence de toute éternité - contre de la monnaie-papier (ou torche-cul) en pleine période de dépréciation du billet vert (largement entamée au milieu de la dernière décennie), et quelques temps avant une crise monétaire mondiale qui n’a pas de précédent historique - mondialisation des échanges oblige - et trouver par dessus tout à le justifier, est tout de même fort de café. A croire que nos dirigeants d’alors étaient tous issus du monde de l’université, n’est-il pas...

            2/ Qui plus est, justifier cette forfaiture et je pèse mes mots en arguant du fait qu’elle était un préalable absolument indispensable à la constitution d’un euro entré en vigueur et ayant cours légal quatre ans auparavant est une vaste farce. 

            Quand bien même : l’euro était et est plus que jamais une monnaie mort-née, qui va disparaitre dans les mois ou les années à venir comme toute construction idéologique contrevenant à toutes les règles élémentaires macro-économiques et/ou socio-culturelles (il serait fastidieux de rappeler ici les raisons objectives qui pousseront, et poussent déjà, à l’éclatement de la zone euro. Pour cela relire Mundell) trouve sa juste place : dans les poubelles de l’histoire. 

            Dans ces conditions il est pour le moins hilarant, et sinon grotesque, d’apporter la preuve qu’il fallut se sacrifier et entamer notre crédibilité monétaire (puisque l’or physique est avant toute chose la contrepartie en terme de richesse réelle au soutient d’une monnaie papier) et notre volonté de puissance sur la scène internationale, toute chose que de Gaulle - qui n’était pas universitaire lui - avait bien compris avant nos grossiers sophistes, nos « zélites », et autres experts très souvent autoproclamés.

          • Gabriel Gabriel 8 août 2013 10:31

            POUR LA MEMOIRE

            SARKOZY ET LES AFFAIRES

             N’oublions jamais : « Je veux une république irréprochable …  »

             l’affaire Karachi

            l’affaire Takieddine (patrimoine de 40 m€ non imposé, Karachigate, SAWARI II, MIKSA (350 millions d’euros), contrats avec la Libye et commissions occultes, tractations obscures avec la Syrie, la protection qu’il a ou a, eu selon Mediapart, de la DGSE

            l’affaire GDF

            l’affaire Tapie, enrichie d’évasion fiscale du magot vers la Belgique

            l’affaire Clearstream

            l’affaire Bettencourt

            les affaires Wildenstein

            l’affaire César

            l’affaire Pleyel

            l’affaire de Compiègne

            l’affaire Peugeot

            l’affaire Abdallah Senoussi, bras droit de Kadhafi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné à une peine de perpétuité en France dans l’affaire de l’attentat contre le DC10 d’UTA et visé depuis lors par un mandat d’arrêt international., que Guéant et Sarkozy ont tenté de protéger

            les affaires Djourhi, Takkiedine

            les micros partis de Copé, Wauquiez, Woerth, Sarkozy etc.

            l’affaire du Fetia Api

            les discours de Dakar, Riyad, Latran et du Puy en Velay, la lettre de Guy Môquet, le parrainage d’un enfant de la Shoa, sur la mort de Ben Laden

            l’invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi avec les ors, le tapis rouge, les petits plats dans les grands, celle d’El Assad en décembre 2010, le copinage avec Dos Santos,

            les silences sur le Tibet, le Darfour, le prix Nobel de la paix, la présence l’ouverture des JO de Pékin et le fils Louis dans les bras de Poutine

            les fils Pierre et Jean invités dans les voyages officiels à l’étranger (Mexique, Maroc) alors qu’ils ne représentent aucun intérêt pour le bien de la nation.

            la gestion catastrophique de la crise Géorgienne (le Russes y sont encore et ont implanté des bases de missiles), celle de la crise financière, celle de l’Europe, celle des révolutions tunisienne et égyptienne, le fiasco libyen, l’inaction en Syrie

            l’affaire de la Jatte, du Fouquet’s payé par Desmarais, du Paloma payé par Bolloré, de la villa mexicaine, de Wolfeboro payé par les dirigeants de Prada et Tiffany, des repas au Bristol 2 fois par semaine, du voyage en Egypte, celle du stylo …

            l’affaire Pérol

            l’affaire de l’Epad (et du scooter)

            Gandrange

            les vaccins du virus H1N1

            les accords entre l’UMP et le Parti Communiste Chinois, l’UMP et la mairie de Paris pour payer les frasques de Chirac, l’envoi par l’UMP des bulletins d’adhésion aux restaurateurs dans la période de la baisse de la TVA à 5,5 %

            les affaires Yade, Boutin, Copé, Juppé, Joyandet, Bertrand, Blanc, Estrosi, Lefebvre, Santini, Proglio, Amara, Laporte, Péchenard, Mitterrand, Ouart, Solly, Soubie, Richard, Fillon, Squarcini, Marleix, Charon, Longuet, Bachelot, Mignon, Morano, Giacometti, Besson, Courroye,Tron, Laroque (Baroin), Guéant (contrats avec la Libye), Dupuydauby, Fontaine, Ceccaldi Raynaud …

            l’utilisation du contre-espionnage pour des affaires privées

            l’utilisation de l’Elysée pour recevoir les caciques de l’UMP et les satellites jusqu’à plusieurs fois par semaine, l’utilisation des moyens de l’Etat pour la propagande et pour préparer et faire la campagne du candidat Sarkozy, la proposition de Sarkozy à Lauvergeon d’une prime de 2 ans de salaires comme si Aréva lui appartenait et qu’il sortait l’argent de sa poche

            les légions d’honneur (Servier, Widenstein, Desmarais, Frère, Maistre, Peugeot etc.)

            l’Air Sarko One (250 millions d’euros dont 50 % de dépassement selon René Dosière) et ses deux fours à plus de 131 000 € (TTC et avec l’étude), le cocktail de New York à 400 000 euros, le dîner pour l’UPM à 1 million d’euros, les 4 X 4 Nissan de Megève

            la proposition de loi sur la déchéance de la nationalité française et son extension, et le débat sur la nationalité, le fichier EDVIGE, Wauquiez et son cancer de la société, le RSA

            l’affaire de la rémunération illégale de septembre au 31 décembre 2007 (rémunération comme ministre de l’intérieur alors que Nicolas Sarkozy est président), l’augmentation stratosphérique, le divorce, le mariage, l’inscription hors délai sur les listes électorales, la déclaration des impôts en retard, le tout illégal ou non pénalisé

            la circulaire Hortefeux, ses amitiés avec Takieddine, ses déclarations d’Auvergnat, celles de Guéant dont celles répétées sur l’échec scolaire des enfants d’immigrés, l’autre récidiviste, celles de Guaino (béatification, prison, etc.)

            la nomination à la têtes des chaînes audio et vidéo publiques par le pouvoir

            la réforme constitutionnelle

            les ministres aussi maires ou élus, le mélange des genres, la non séparation de l’exécutif et du législatif avec le retour sans élection des députés virés du pouvoir 

            l’irresponsabilité pénale du Président de la république

            la position d’Hortefeux dans la condamnation des 7 policiers, et ses deux condamnations à lui

            l’affaire des sondages

            les classements du parquet

            le site France.fr (des millions d’euros pour rien)

            les évictions des préfets pour crimes de lèse-pelouse ou de sifflets

            la paralysie des villes et les moyens de quasi guerre (2 000 CRS pour 600 habitants par exemple) au coût pharaonique pour les déplacements du président

            l’affaire de l’espionnage des journalistes par le contrespionnage

            l’affaire de la validation des comptes de campagne de Balladur et de Chirac

            la scientologie

            l’affaire Servier dont Nicolas Sarkozy a été l’avocat. Coût 1,2 milliards à la Sécurité Sociale en plus des morts.

            l’affaire Bongo

            la proposition de MAM d’aide à Ben Ali et son pouvoir pendant la révolte tunisienne, les lacrymos et son voyage entre Noël et le jour de l’an et ses quatre mensonges fondamentaux, les petites affaires des parents, et Ollier (ses amitiés libyennes en plus), l’utilisation de la Libye et du Japon par Nicolas Sarkozy pour raison électorale

            les vacances de Fillon payées par Moubarak dont la clique a détourné plus de 45 milliards de $ et dont 3 ministres ont été arrêtés pour corruption et détournement de fonds publics, et sa justification, celles Sarkozy au Maroc. Et la Ferrari prêtée en 2009 en pleine crise à Fillon, ses voyages à 27 000 € pour retourner en Sarthe alors que le train met 1h20

             


            • Eric Jolivet 8 août 2013 10:45

              Ah oui ! Tout ça ??? Incroyable !!!

              Et pouvez vous nous rappeler le nombre de condamnations ? C’est pas très utile de brasser de l’air.

              Si vous allez par là, on peut écrire une encyclopédie entière des « sales affaires » de François Mittérrand. Et le nombre d’idioties signées FH en 15 mois me laisse penser qu’à la fin du quinquennat, on aura largement de quoi comparer la fiabilité des deux personnages.


            • Gabriel Gabriel 8 août 2013 11:39

              Hé oui, je sais Monsieur Jolivet, c’est ennuyeux de savoir que son idole n’est qu’un merdeux malhonnête. Personnellement je pense qu’un escroc, qu’il soit de droite comme de gauche, reste un escroc aussi je reste dubitatif devant votre allégeance au petit Nabot-léon (Excusez moi pour la redondance du dernier propos). Attention l’admiration excessive provoque la cécité à moins que vous ne soyez pas très honnête vous-même mais cela, je n’ose le croire…


            • julius 1ER 8 août 2013 12:24

              je plusse, car pour le postulat d’une république irréprochable, il y a loin de la coupe aux lèvres !!!!

              je partage le sentiment et l’analyse concernant son bilan catastrophique, car son problème est son positionnement idéologique, alors qu’il aurait fallu être pragmatique pour juguler la crise et en atténuer les effets, il s’est enferré dans une politique de baisse d’impôts pour les nantis alors que les classes moyennes avaient besoin de pouvoir d’achat ne serait -ce que pour maintenir le moteur de l’économie en état de marche, or son entêtement a complètement plombé le moteur de l’économie, aussi il est bon de rappeler que les baisses d’impôts qui correspondent à 196 milliards auraient pu servir à autre chose et continuer à alimenter la machine..........
              mais je vois que sur ce site il y a beaucoup d’aveugles qui continuent à accorder du crédit à cet individu qui malgré sa politique désastreuse pour le PAYS, continue à avoir des supporters en masse ( 48% aux élections présidentielles ) quand même ce n’est pas anecdotique, pour moi cela veut dire que pour beaucoup de ces 48%, c’est MOI,MOI, MOI, et le pays on s’en branle ce ne serait pas très grave si tout allait bien mais avec 5 millions de chômeurs, et ce nombre augmente tous les jours , on ne va certainement pas vers le meilleur des mondes ?????????? 

            • Taverne Taverne 8 août 2013 11:02

              Les Trente Glorieuses sont loin. Nous sommes dans les Trente Piteuses...


              • Abou Antoun Abou Antoun 11 août 2013 23:57

                Nous sommes dans les Trente Piteuses...
                Bon, si c’est que trente ça va aller, on voit le bout du tunnel.


              • des illusions des illusions 8 août 2013 11:32

                « Le désastreux bilan économique de Nicolas Sarkozy »

                Heu, il doit y avoir une erreur dans le titre, ça devait plutôt être :

                « Nicolas Sarkozy, le bilan le plus désastreux de l’économie. »
                 ou
                « Désastreux bilan : Nicolas Sarkozy économise sur notre dos. »
                ou
                « Nicolas Sarkozy, rien de nouveau sur le désastre économique. »

                « Le nom de l’ex-président est toujours d’actualité. »

                Le voilà le vrai désastre... ...si on commençait par ne plus en causer,
                ça nous causerait certainement moins de tort.

                « Il est un sujet plus méconnu : le bilan économique du quinquennat... »

                C’est une blague
                 ? On ne parle que de ça !

                "Avec une telle somme, Sarkozy aurait pu construire 2 millions de logements sociaux, ou créer 6 millions d’emplois dans la fonction publique (éducation, santé, culture, loisir) avec un salaire mensuel net de 1 500€.« 

                Ah, ah, ah, c’est vraiment une blague, il n’y a plus de doute...
                Avec des »si« mon cher ami, on n’aurait tout simplement pas voté pour lui...

                Vous pensiez vraiment que le Sieur Sarkozy allait faire de telles choses ?
                Mais voyons, il ne s’est jamais caché d’aimer l’argent (pour lui).

                Dans le fond, il fut même un des moins menteurs de nos politiciens.
                Il suffisait d’écouter ses discours au premier degré, c’était pas plus compliqué.

                Ben, en 2018, si François Hollande n’est pas réélu, on nous parlera dans son désastreux bilan économique, et patati patata, n’est-ce pas ?

                Sur ce, je vote pour article, car vous m’avez offert une belle tranche de rire
                en plus de mes tartines matinales, mais la rubrique parodie aurait été plus
                judicieuse que celle d’économie, ne trouvez-vous pas ?
                Quoique, cela rajoute une touche d’humour noire, comme nous les aimons ici.

                Gabriel, votre post, bien que coupant un peu l’appétit,
                est un rappel des faits irréprochables (le post, pas les faits),
                dont la liste est non-exhaustive, là est le plus grand des désastres, malheureusement...

                Eric Jolivet
                , le votre m’a de nouveau fait rire...

                 »Et le nombre d’idioties signées FH en 15 mois me laisse penser qu’à la fin du quinquennat, on aura largement de quoi comparer la fiabilité des deux personnages."

                Bien vu, mais la comparaison n’entrainera pas François Hollande en comparution...
                Après, pour les condamnations, je vous laisse avec votre flacons de pilules bleus,
                pas le viagra, nan nan, celle comme dans Matrix, vous savez, Alice, tout tout ça...

                Allez, une autre petite tranche d’amertume et je vais aller lire ceci,
                là aussi je sens qu’on va se marrer, bonne journée à tous.


                • AlainV AlainV 9 août 2013 23:50

                  « Dans le fond, il fut même un des moins menteurs de nos politiciens.suffisait d’écouter ses discours au premier degré, c’était pas plus compliqué. »
                  Même le discours de Toulon de septembre 2008, dans lequel il annonçait toutes les mesures qu’il fallait prendre pour sortir de la crise, à commencer par la suppression des paradis fiscaux ?

                  Il n’a RIEN fait de tout ce qu’il a dit dans ce discours.
                  Il a joué le larbin de Merkel.
                  Il a vendu la France à l’OTAN
                  Il a donné notre économie à Goldman-Sachs.
                  C’est cela la réalité..

                  Riez tant que vous voudrez, un jour ça vous passera. Vous finirez par perdre vos illusions.


                • Abou Antoun Abou Antoun 12 août 2013 00:01

                  Bonsoir Aladeen
                  combat clientéliste tant ils sont incapables à trouver des solutions aux problèmes que nous trainons depuis 35 à 40 ans aucun du PS et de l’UMP n’ont su régler quoi que ce soit.

                  Peut-être tout simplement parce que ces problèmes, ils ne les comprennent pas (credo fondé exclusivement sur la croissance).


                • Abou Antoun Abou Antoun 13 août 2013 15:07

                  Si la France en est là c’est à cause de sa classe dirigeante incompétente et dogmatique UMP et PS main dans la main. La faute de personne d’autre, on ne peut pas vouloir être « responsable politique dirigeant » et n’être jamais responsable de rien.
                  Oui et non. La responsabilité est collective. Nous élisons ces gens à cause des foutaises qu’ils nous racontent, qui sont exactement ce que nous voulons entendre. On ne peut pas totalement se dédouaner sur la classe politique. Un lecteur disait « dans ce marché de dupes qui est le plus con, l’électeur ou l’élu ? ». On a les dirigeants qu’on mérite.


                • Le421 Le421 10 août 2013 17:21

                  Encore une fois, votre avis est totalement à côté de la plaque !!
                  En posant le postulat que le Parti Socialiste actuel est à gauche, vous nous prenez pour des zozos.

                  Quand au discours « droite et gauche c’est pareil », on sait très bien de quel bord ça vient.
                  Sauf que vous oubliez volontairement de dire que le Front National, c’est l’extrême droite.
                  La gauche commence au Front de Gauche, pour votre gouverne personnelle.
                  Je ne vois pas une seule mesure politique du Front de Gauche prendre naissance actuellement.
                  Mais, bon !! Vous pouvez aussi dire que Balkany est à gauche... Pour vous.


                • AlainV AlainV 9 août 2013 23:41

                  Salim Lamrani jeudi 8 août 2013

                  Très bien vu.
                  Article documenté qui a fait réagir immédiatement ceux qui n’ont pas voulu admettre que Sarko, c’était le président des ultrariches.
                   Il est temps que Hollande ou son successeur leur reprennent tous ces cadeaux qui ont desservi l’économie française et aggravé la bulle financière. Il faut que l’argent retourne à l’économie réelle, si on veut que la France s’en sorte.
                  Tiens ! En Allemagne, de nouveaux responsables bancaires sont accusés devant les tribunaux, ces jours-ci. Cela fait une sacré ribambelle depuis 2009 ! Et en France, qu’a-t-on fait à ce jour, si ce n’est de mettre en prison un sous-fifre ???
                  Sarko n’a pas fait ce grabuge tout seul. Il faudra bien qu’un jour ou l’autre, tous ces magouilleurs rendent des comptes devant les citoyens, un peu comme Strauss-Kahn à propos du Carlton de Lille ...


                  • Le421 Le421 10 août 2013 17:16

                    Surtout, n’allez pas penser que ce bilan est dû à une forme d’incompétence, bien au contraire !!
                    La mise sous coupe réglée du pays a été sciemment organisée par les grands de ce monde en mettant en place un fidèle serviteur du libéralisme, qui, au passage, ne s’est pas oublié bien sûr.

                    Et quand je vois que certains voudraient revoter pour ce bandit de grands chemins...


                    • le crocodile 11 août 2013 17:07

                      En quelques mots , vous avez TOUT dit . Bravo ! Ce qui est triste , c´est que la plupart des français n´ont toujours pas compris le pourquoi du comment .Quand ils se réveilleront , si des fois ils se réveillent , cela risque d´être dur ,.TRÈS DUR !


                      • unandeja 12 août 2013 09:23

                        Je n’ai jamais pardonné à sarkozy la vente de 20% des stocks d’or français à un taux ridiculement bas.
                        J’ai bien noté que l’endettement de la France avait augmenté de façon dramatique
                        J’ai bien noté la folie dans laquelle il nous a emmené dans les sauvetages grecs, de banques espagnoles ou de banques franco-belges.

                        ...par contre l’article me semble simpliste. Car comparer simplement 2007 avec 2012 n’est pas correct...entre temps il y a également eu une crise économique mondiale majeure.
                        De + en etudiant les courbes, on voit des évolutions notables (dette et croissance). Les deux ont explosé de façon négative de façon dramatique avec ensuite un redressement puis une rechute en 2012.

                        je ne défend pas sarko qui a été, selon moi, un mauvais président....mais je nuance les propos.


                        • Christoff_M Christoff_M 13 août 2013 19:14

                          la crise et la dette sont des « outils » mis en place par les mondialistes pour mettre les états a genoux et faire pression sur les gouvernements pour leur faire adopter des lois liberales et casser les regimes sociaux...

                          A quand le smic a 400euros ?? pourquoi le Rmi a été fixé a peu pres au niveau des salaires moyens ds les pays de l’Est...

                          Quand est ce que vous arrêterez de croire au hasard, les crises successives ont été déclenchées par les guerres des Bush, associés a certains arabes dont les Ben Laden, ces gens sont milliardaires, ont imposé la surveillance de l’individu à tous les niveaux, font disparaitre la gauche de l’Europe, et ont imposé en truquant la loi la fracturation en polluant délibérément des territoires immenses... veulent l’imposer comme le mais transgénique en Europe par lobbying et corruption...

                          Finalement depuis la pseudo crise nous ne sommes plus qu’un vassal des USA sous contrôle des banques mondialistes, en majorité américaines, les pseudo grosses banques d’échanges style Clearstream ne travaillant que pour une élite mondiale et surtout pas pour l’Europe et ses citoyens...


                        • Christoff_M Christoff_M 13 août 2013 19:21

                          Arrêtez de focaliser sur Sarkozy, celui ci n’est qu’un pion comme Hollande... comme la plupart des dirigeants européens actuels...

                          Le pouvoir vient d’en haut eux ne sont que de minus intermédiaires choisis pour leur vénalité, leur lacheté et leur bétise... ceux qui dirigent sont des mondialistes qui restent bien plus discrets ( voir le Bilderberg et autres) et qui controlent des banques ou des sociétés qui ont dix voir cent fois plus d’argent que des budgets nationaux...

                          Il y a bien longtemps que les états et leurs dirigeants sont des pantins aux ordres de systèmes mondiaux qui les dépassent !! reste les discours et les médias pour occuper le citoyen lambda qui croit toujours vivre en démocratie... sur la surveillance et le muselement de tout mouvement de révolte, nous n’avons plus rien a envier aux USA ou à la Russie qui ne sont que les deux faces d’un meme pouvoir mondialiste...


                          • Esclarmonde Esclarmonde 13 août 2013 22:32

                            Christiane Taubira a certainement de grandes qualités personnelles : intelligence et tenacité. 


                            Mais elle a milité pour l’indépendance de sa Guyane natale.

                            Je connais mal la situation de la Guyane mais je respecte les volontés d’indépendance de certains guyanais comme elle.

                            Par contre, je trouve que nommer à un poste aux plus hauts sommets de l’état français une personne qui a (ou du moins été) en lutte contre l’état français est une bourde monumentale.

                            Pour faire écho à mon post précédent, il est logique et normal qu’un citoyen d’un pays colonisé par un autre lutte contre le pays occupant mais imaginez que les Britanniques aient nommé un indépendantiste d’un pays de l’Empire Britannique comme ministre de la justice. Cela aurait été énorme.

                            C’est pourtant ce qui s’est passé en France en 2012 smiley



                            • Esclarmonde Esclarmonde 13 août 2013 22:35

                              Désolée, ce commentaire a été posté par erreur sur cet article comme vous avez pu vous en apercevoir !!


                            • ricco 29 août 2013 02:18

                              parler des colonies est très intéressant. Mais parler des peuples qui veulent leurs indépendance l’est encore plus.

                              Mettre en comparaisons la nouvelle Calédonie et les caraïbes par exemple.
                              En Calédonie le peuple Kanak était la quand les Européens ont colonisé l’île. Aujourd’hui ils veulent leurs indépendance et l’aurons surement. Mais la se pose la question des Caldoche ?? les blancs issue de famille de colon pour la plupart ?? Sont ils chez eux et quel droit leur donner ? 
                              Si les Antillais descendant de l’esclavagisme se disent chez eux chez eux aux Antilles ? 
                              Quel ethnie était aux Caraïbes avant le colon ?Le peuple Amérindien en martinique a été exterminer par les colons français dès 1960 (de mémoire ...) Qui était en Guyane avant les Colons ...... Des amérindiens venu des côtes de l’amazone .... Aussi
                              Donc quelqu’un qui se positionne comme ancêtre des esclaves peut il aussi revendiquer le droit a la terre ou il est née plus qu’une personne ayant pour ancêtre un colons qui en faite est a l’origine de la venue de ces propre ancêtre ?
                              Est ce que l’un ou l’autre a plus de droit ?? 
                              Il faut faire attention quand on parle d’histoire, car l’histoire ne donne pas toujours raisons au opprimés et aux populations qui ont souffertes ...malheureusement. Mais comme d’en tout débat il faut se rapporter au fait.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès