Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le plafonnement de la dette US

Le plafonnement de la dette US

A quelques jours de la date fatidique du 2 août, qui verra la dette américaine atteindre son plafond autorisé, l’Administration Obama ne ménage aucun effort pour trouver un consensus auprès des membres du Congrès afin de relever ce plafond et permettre au pays de continuer à émettre des bons du Trésor sur les marchés qui financent sa dette.

La dette US représente le cumul historique des déficits américains, récemment accrus par les baisses d’impôts et les guerres initiées par l’administration Bush auxquelles viennent s’ajouter la batterie de mesures prises pour lutter contre la crise de 2008 ; cette dette est aujourd’hui aggravée par la faiblesse de l’économie du pays, les revenus ne sont pas suffisants pour compenser les déficits.

Voté par le Congrès américain, le plafond légal de la dette US, actuellement établi à 14 300 milliards de $ (soit le PIB annuel du pays), a été plusieurs fois relevé dans le passé, la dernière révision en date étant en février 2010 (de 1 000 milliards en 1981, le plafond de la dette a été révisé à 5 500 milliards en 1996 et à 14 294 milliards en 2010).

L’adoption d’une nouvelle limite est conditionnée par une baisse structurelle du déficit de 4 000 milliards de $.

C’est sur la façon de réduire le déficit que les membres du Congrès ne s’entendent pas :

malgré le nombre d’Américains dépendant des tickets de rationnement s’élevant à 45 Millions de personnes, soit 15% population, les Républicains préconisent de tailler dans les budgets des programmes sociaux ; ils demandent également une baisse des impôts pour, selon eux, redynamiser la consommation et relancer l’économie.

Pour les Démocrates, il s’agit, entre autres, d’augmenter les impôts, à partir de 2013, pour les entreprises et les particuliers les plus fortunés en espérant récupérer environ 1 000 milliards sur 10 ans ; les Républicains estiment que ce train de mesures entravera la création d’emplois.

Jusqu’à maintenant, le gouvernement américain a réussi à repousser cette échéance en empruntant notamment auprès de certaines caisses de retraites, mais ces mesures prennent bientôt fin.

Si aucun accord n’était trouvé d’ici le 2 août, les USA seraient en défaut de paiement donc, incapables d’emprunter sur les marchés financiers. Cela entrainerait la hausse des taux d’intérêts, une crise de confiance des marchés et pourrait déclencher la bombe à retardement des CDS (assurances) générant un nouveau cataclysme, encore plus violent que celui des subprimes.

Le consensus recherché au Congrès ne reste néanmoins qu’une stratégie à court terme, une solution provisoire au problème jusqu’aux élections présidentielles américaines de 2012.

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/USA

http://www.jovanovic.com/blog033.htm

http://www.youtube.com/watch?v=DXUkjaJHM4E


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 15 juillet 2011 06:33

    Pour les USA et les autre pays qui sont dans des cas similaires, on peut dire que la dette ne sera jamais remboursée ... sauf période d’hyperinflation, avec tous les inconvénients de perte de pouvoir d’achat pour les peuples.
    Quand à rehausser le plafond de la dette, il vont surement le faire et repousser l’échéance de quelques mois supplémentaires. A quoi bon ? La fin de l’histoire est déjà connue.
    On l’a souvent dit ici,la dette n’est qu’un moyen pour la finance internationale de s’emparer des biens publics et ... des Etats.

    Et tout en haut de la pyramide de la finance, il n’y a que quelques familles, depuis des générations ou siècles.


    • Gargantua 15 juillet 2011 09:42

      L’aventure de la dette Américaine démontre, il est impossible qu’un État puisse vivre dans l’amoralité financière et qui est souhaitable qui est faillite. Ce modèle économique élitiste qui se base sur le seul profit ne peut engendré la dictature et le sevrage.
      Il ressemble de plus en plus au régime tsarisme avant les réformes d’Alexandre III où seul la noblesse possédait les terres, la richesse et pratiquait le servage.
      La seul nouveauté cela ne concerne plus une région du monde, de leur part il y a la volonté à l’appliqué aux monde entier.

       Ce que Henry David Thoreau a démontre dans son opuscule La Désobéissance civile
      avec des moyens dérisoires, il y a toujours un moyen de dire non et qu’il y a toujours une réponse en germe qui attend si l’on est convaincus la puissance de dire non collectivement.

      <il y prône la résistance passive en tant que moyen de protestation. Cet engagement passif se situe d’abord sur le plan individuel selon lui : « La seule obligation qui m’incombe est de faire en tout temps ce que j’estime juste » explique-t-il. Il y proclame son refus de soutenir le gouvernement américain, qui tolère l’esclavagisme et mène une guerre de conquête au Mexique, contre tous les droits individuels et contre toute morale.> 


        • Gargantua 15 juillet 2011 10:15

          L’or n’a jamais mourir.


        • slipenL’air 15 juillet 2011 10:46

          Bravo le bordel

          La Chine est confrontée d’une part, à une forte inflation et tente de la ralentir
          en montant ses taux, et d’autre part à une bulle immobilière qui ne cesse d’enfler
           et dont on sait qu’elle contribue largement au montant astronomique de créances
          pourries dans les banques évaluées autour de 540 MDS de $ soit 10 % du PIB.
           En outre, 2 000 des 3 000 MDS de réserve de change sont en dollar ce qui,
          du fait de la politique américaine, est devenue un véritable casse tête pour
          les autorités chinoises qui aimeraient bien se débarrasser de cette monnaie
           « fondante » mais qui ont du mal à trouver des acheteurs et des actifs de
           remplacement(pas le yen pas l’euro….).

          Le Japon, déjà en récession avant la catastrophe du 11 mars, est à l’agonie
           depuis 20 ans, avec un endettement de 225 % avant le tremblement de terre
          et qui sera probablement de 250 % en 2012.

          Ce taux d’endettement qui annihile toute croissance, n’est probablement plus
          absorbable par une population vieillissante. Il faudra donc aller sur les
          marchés internationaux où les investisseurs demanderont des taux plus élevés
          que les taux actuels (1,17 sur 10 ans). Les Japonais ne pourront alors plus
           payer, et là, fin de l’histoire…

          Le Brésil est étranglé par la hausse des taux à plus de 12 % et par celle
          du real due à la défiance envers les autres monnaies qui pèse sur ses exportations.

          La Grande Bretagne, coincée entre récession et inflation utilise la même
          recette que les américains, la fuite en avant, la planche à billet alors
          même qu’ils savent que c’est en pure perte puisque l’argent imprimé ne circule pas.

          L’Europe, qui a pris une position dogmatique de sauvetage à tout prix de
          l’euro plutôt que de reconnaître qu’il a été mal conçu au départ, en essayant
          de gagner un peu de temps, nous enfonce dans la crise et rend la situation
           de moins en moins maîtrisable.

          Les pays aujourd’hui en crise, l’Irlande, la Grèce, le Portugal, l’Espagne
           ne rembourseront jamais car ils sont structurellement incapables de générer
          une croissance suffisante pour faire face au coût et au remboursement de leurs dettes.


          • fifilafiloche fifilafiloche 15 juillet 2011 17:28

            Vous devriez peut être citer l’auteur de ces lignes...


            Signé O.D

          • Harfang Harfang 15 juillet 2011 10:46

            Vous entendez ce grondement qui s’amplifie ? C’est le bruit d’un immense château de cartes qui s’effondre...


            • Harfang Harfang 15 juillet 2011 11:47

              C’est pas pour ça qu’il n’est pas en train de s’effondrer... je ne présume en rien de ce qui arrivera après la chute du château de cartes.


            • kemilein 15 juillet 2011 17:41

              quand la marée monte les châteaux de sable s’effondrent, ainsi périe Atlantide.


            • ZEN ZEN 15 juillet 2011 10:58

              Le problème est qu’il n’y a pas de plafond
              Les USA sont à ciel ouvert...
              La planche à billets n’est pas prête de s’user
              Gare au cyclone !
              Les Chinois ne sont pas, mais pas contents...


              • JL JL 15 juillet 2011 12:19

                La dette c’est le talon de fer des adorateurs de la main invisible, ces capitalistes prédateurs qui ont trouvé dans l’industrie financière la panacée : une industrie qui ne produit ni bien ni service, uniquement des profits, c’est-à-dire l’inégalité et donc les richesses et le pouvoir ad vitam aeternam.


              • Cug Cug 15 juillet 2011 12:59

                Depuis 1913, soit la création de la Fed, le plafond de la dette US a été relevé 94 fois.

                Il le sera une fois de plus .... la seule petite incertitude vient du chaos politique US engendré par l’élection de BHO.

                Par contre, personne ne fait le lien entre la Fed et la dette smiley


                  • le journal de personne le journal de personne 17 juillet 2011 05:28

                    Mouvement vers le rien
                     
                    Il n’y a pas de salut… il n’y aura pas de salut
                    Ni pour les pays déficitaires comme la Grèce ou l’Espagne
                    Ni pour les pays lacunaires comme la France ou l‘Allemagne
                    Ni pour les pays totalitaires comme l’Amérique ou la Chine
                    N’y songez même pas, il n’y a pas de remède pour ce genre de poison… ni de remise pour ce genre de crise.
                    Nous sommes tous contaminés, irradiés par je ne sais quelle disgrâce divine.

                    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/07/mouvement-vers-le-rien/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Game Over

Game Over

NON !


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès