Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le système des retraites est mort, apprenez à faire les poubelles en (...)

Le système des retraites est mort, apprenez à faire les poubelles en prévision de vos vieux jours !

Cela fait bien des années, depuis la décomplexion de l’ère post-communiste et ce qui pudiquement s’est appelée la dérégulation, ou la mondialisation, ou l’ultralibéralisme, ou je ne sais quel vocable pour éditocrate pressé, oui, des années que ce système des retraites par répartition, que l’on croyait inébranlable et surtout juste et équitable, s’est progressivement délité. Certes, ce système continue à fonctionner, mais différemment, avec une répartition qui devient de moins en moins équitable, et aux extrémités les privilégiés et les recalés. Les retraites, c’était comme la sécu un beau rêve humaniste décidé après la Libération par le Conseil national de la résistance. Beaucoup de travailleurs ayant sué de leur corps ou donné de leur personne ont pu bénéficier d’une pension de retraite, sans doute restreinte aux débuts, mais suffisante pour mener une fin de vie sans être dans le besoin comme on dit.

Les retraites ont ensuite augmenté, permettant à un grand nombre d’agrémenter leur existence du troisième âge avec des petits plaisirs, de quoi s’offrir un peu de superflu. Inutile de servir quelques images poétiques très convenues de la vieille dame qui va chez son boucher pour s’acheter un tournedos savoureux chaque semaine, ou du senior partant à la pêche ou encore d’autres situations déclinables à l’infini et pouvant servir de matière à reportage pour le JT de Jean-Pierre Pernaut. Les retraités des années 1970 et des décennies qui ont suivi ont été en général bien « traités » par le système mais avec quelques bémols. Les choses ont commencé par se gâter. Ce système conçu à l’origine pour être social est devenu plus généreux au fil des ans, notamment avec l’abaissement de l’âge de la retraite sous Mitterrand et qui dit généreux dit coûteux. D’où depuis 1990 un déséquilibre entre les répartitions et les cotisations. Et des tas de plans successifs pour revenir à l’équilibre. Le déséquilibre est dû pour une part à l’augmentation de l’espérance de vie et d’autre part à la situation économique. Le reste relève de la mauvaise gestion des comptes publics par les gouvernements successifs.

Rendez-vous à la case 2020, enfin, n’allons pas si vite. Rien ne garantit que le pays fonctionne encore. Disons plutôt 2015, avec certainement un énième plan pour les retraites et la proposition d’un allongement de la durée de cotisation à 44 ans pour un taux plein. On voit bien se dessiner l’injustice croissante de ce système. Nous sommes dans une société de l’accès. Une disparité galopante sépare les individus selon l’accès aux différents dispositifs permettant un bien-être. Accès aux soins, aux lunettes, aux couronnes dentaires, aux vacances, aux spectacles, à la culture, à la gastronomie… Tout reposant en dernier ressort sur l’accès fondamental permettant d’accéder aux multiples biens et services. Cet accès c’est en premier lieu celui du travail. Les individus ont de moins en moins accès au travail. L’entrée dans la vie active est retardée par le chômage massif des jeunes, la sortie de la vie active est accentuée par la violence du système économique et les plans de licenciement. D’où par ricochet une ségrégation de plus en plus étendue entre prétendants à une retraite, en nombre et en échelle de revenu. Sans compter les disparités entre régimes spéciaux et régimes pourris. Bon, blague à part, cette configuration du système des retraites conduit à produire des situations quelque peu sordides…

Mais aussi des situations privilégiées comme celles des cadres de la fonction publique. Quelques oreilles chastes vont être choquées mais les faits sont avérés. Prenons le cas d’un fonctionnaire en fin de carrière que l’on va comparer à la situation d’un ouvrier dans le privé (ou même d’un technicien ou encore un cadre au parcours « chahuté »). Premier avantage, la sécurité de l’emploi, avec à la clé la possibilité de cotiser les 41.5 annuités et bientôt 44. Second avantage, le montant de la pension calculé non pas sur les 25 meilleures années mais à partir du salaire en fin de carrière. Un avantage parfois agrémenté par une promotion obtenue six mois avant le départ à la retraite. Quant au privé, ce mode de calcul est controversé car il désavantage certaines catégories de travailleurs. Troisième avantage, l’épargne retraite défiscalisée. C’est tout bénéfice car avec un salaire conséquent permettant de vivre bien une fois le prêt immobilier remboursé, ce cadre pourra mettre des sous de côté en réduisant ses impôts. Le beurre et l’argent du beurre. Sinon, autre possibilité mais qui concerne tous les ménages à bon revenu, l’investissement Scellier et maintenant Duflot. De quoi s’assurer un complément de revenu avec au départ de belles économies fiscales. Et enfin quatrième avantage lié à l’espérance de vie d’un cadre, supérieure de cinq à dix ans à celle d’un ouvrier. La pension sera donc plus élevée et versée plus longtemps. Les faits sont là mais chacun peut interpréter selon son appréciation personnelle de ce que représente l’équité. Pour les uns, c’est mérité, pour les autres, ces données signifient quelques privilèges. Notamment avec les leviers fiscaux qui dévoient le principe de l’impôt progressif.

Mais plus généralement, toutes les structures et institutions publiques semblent dévoyées, non seulement les retraites mais par exemple l’université, la recherche, les médias squattés par les prédacteurs (vous avez bien lu, ce néologisme combinant le rédacteur, en chef, adjoint, de rubrique, et le prédateur, avec les revenus plus que corrects alors que les pigistes sont payés au lance-pierre). Adieu république. La société ressemble de plus en plus à un jeu, avec des lois et parfois arnaques et règles truquées ou contournées.

Ces retraites, elles seront réparties mais avec des disparités croissantes. Il faut prévoir ses vieux jours dit le monsieur dans le communiqué publicitaire à la radio avant les bavardages de Patrick Cohen sur Inter. Tout le monde est concerné mais des millions d’individus doivent s’attendre à n’avoir que de maigres pensions, inférieures à 1000 euros, voire même 800. Tout dépendra du parcours professionnel. Mais aussi des règles de calcul. Il n’y a pas de secret, la galette est limitée. Ce qui va aux uns n’ira pas aux autres. En plus, ces faibles pensions risquent d’être amputées par un loyer et donc, pour se préparer aux vieux jours, il faut acquérir quelques réflexes et habitudes. Autant commencer tôt. Par exemple faire les poubelles ou à défaut, arpenter les vides greniers. On peut trouver de quoi se vêtir pour 5 euros. Question bouffe, apprendre à manger des pâtes pendant une semaine, avec quelques légumes d’agrément et du pâté en boîte. On raconte que parfois, des vieux achètent des conserves pour animaux mais c’est idiot car la charcuterie premier prix ne coûte guère plus cher. Ensuite, il y a les fins de marché, de quoi récupérer fruits et légumes plus très frais mais mangeables une fois cuits. Apprendre aussi à quémander auprès des vendeurs leurs invendus. Autre apprentissage pour s’habituer aux vieux jours, vivre dans une pièce à 15 degrés voire moins. C’est possible, avec une bonne laine. Cette pratique permettra de vivre plus tard dans un logement mal chauffé. Il faudra choisir entre mourir de faim ou de froid. Pardon, je voulais dire entre bouffer de la merde et se les peler. Pas question de mourir, la vie est sacrée, il faut survivre, même avec une maigre retraite, et puis se dire qu’une fois parti dans l’au-delà, la lumière ne s’éteindra pas, même si on ne peut pas payer la facture d’électricité. Il y aura aussi à boire et à manger. Loué soit le Seigneur ! Quant aux méchants qui ont martyrisé les retraites, ils iront dans la pénombre de l’enfer, condamnés à écouter en boucle Nicoletta chanter il est mort le soleil ! Alléluia !

Il faut donc s’habituer à voir s’installer le système de répartition inéquitable et de décréter que les retraites équitables d’antan sont morte, ou du moins en état de soins palliatifs. Ce n’est pas la peine de se mettre en colère, ça produit des acidités dans l’estomac. Stoïque il faut rester car la tendance est prise et quand un fleuve suit le sillon qu’il a créé, il ne peut qu’accentuer la largeur du sillon. N’espérez pas un retour de la croissance ou une amélioration. Le mécanisme d’appauvrissement des retraites est automatique, c’est structurel, c’est systémique, comme du reste le chômage massif et la pauvreté. Le problème des retraites et du chômage repose sur la quantité de fonds alloués aux salaires et aux retraites. Ce fond se répartit dans des canalisations qui irriguent de plus en plus les secteurs privilégiés au détriment de la tierce économie et du tiers monde qui se met en place au sein des sociétés hyperindustrielle. Une compréhension systémique permet de voir le processus perdurer et s’accentuer. L’affaire est classée quoi qu’en disent les bonimenteurs qui vous font espérer. Sauf prise de conscience massive et révolution avec refonte complète des mécanismes de répartition, bref, un nouveau programme de résistance.

Sinon, stoïcisme et résilience seront de mise. Faire l’impasse sur les soins dentaire. Les dents ne sont plus utiles lorsqu’on a rien de bon à manger mais ne pas lésiner sur des lunettes correctives, surtout pour lire ou bien regarder la télé. Il faut entretenir ses neurones et puis le livre, c’est une denrée devenue moins chère que la bouffe. 50 centimes ou 1 euro le bouquin dans un vide grenier. Idem pour vinyles et CD. Restez curieux, l’esprit alerte, enrichissez votre pensée, même si vous n’avez pas le sou. Si vous savez jouer à la belote, au rami, au tarot, au scrabble, ce sera l’occasion d’entretenir des relations. Il y a clubs pour seniors dans tous les coins de France et de Navarre. Et puis, la pratique du vélo est indiquée. Cela permet de se déplacer sans dépenser le moindre sou. Restez soudé avec vos proches, c’est bon pour le moral. Allez, 800 euros, ce n’est pas un drame. Il y a en qui se pourrissent la vie avec trois fois plus.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 14 mai 2013 09:24

    C’est la fable de la grenouille que l’on veux ébouillantée et pour cela on monte progressivement la température de l’eau.


    Dans le cas des retraites on monte progressivement les conditions d’accès pour diminuer la retraite à taux plein et le montant des pensions. 

    N’attendez rien du système , les acquis du CNR ont vocation à disparaître au nom de la compétitivité pour le plus rand bien du MEDEF , les fossoyeurs de la France.

    Philippe 

    • spartacus spartacus 14 mai 2013 11:49

      On est plié de rire quand on entend parler des « acquis » du CNR.  smiley smiley smiley

      Ces vieux se sont fait offrir une retraite gratos payable par les générations suivantes.
      Appeler un acquis une pyramide de Ponzi !

    • Stalouk 14 mai 2013 14:27

      Attention vous faites fausse route sur les raisons du déficit des retraites ! 
      Je vous prie de prendre 5 minutes pour lire ce qui suit :
       
      Le déséquilibre profond N’EST PAS dû à l’augmentation de l’espérance de vie ou à la situation économique, mais à la décision de geler les taux de cotisations.
       
      Le système en lui même est insubmersible financièrement jusqu’aux années 1990, date à laquelle on a décidé de progressivement geler les taux de cotisations (notamment patronales)
       
      Je pense que le but est d’affaiblir ce système des retraites qui était profondement non capitaliste, et de forcer les salariés à se tourner vers l’épargne/le capital/les compagnies d’assurance pour leur retraite (marché juteux).
       
      Pour y voir plus clair, 2 liens que j’ai trouvés en fouillant sur google :
      B.Friot :
      http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article3479.html
       
      Chouard (à 9:57) :
      http://creersamonnaie.over-blog.com/article-pour-une-democratie-citoyenne-97036602.html
       
      C’est fondamental de comprendre d’où vient ce soit disant problème des retraites !


    • Pyrathome Pyrathome 14 mai 2013 14:38
      Ces vieux se sont fait offrir une retraite gratos payable par les générations suivantes.
      Appeler un acquis une pyramide de Ponzi !

      Écoutez ce négrier infâme, il veut faire bosser les gens jusqu’à ce qu’ils crèvent.....
      Ça existe des ordures pareilles ?

    • spartacus spartacus 14 mai 2013 14:43

      @Stralook

      Amusant...  smiley  smiley  smiley  smiley
      Donc augmenter les taux n’est pas un indice de déséquilibre ?

      Pas besoin de sortir de l’ENA pour comprendre que la première génération n’a pas payé, la seconde a payé un peu, la suivante a emprunté pour pas payer plus et c’est accordé des avantages, bonifications, retraite à 60 ans..et que les dernières ne pourront pas payer cette gabegie.

      Il faut 3 actifs pour assurer 1 pension d’un retraité. Votre couple a fait 6 enfants ?


    • Stalouk 14 mai 2013 15:09


      @Spartacus
       
      As tu parcourus les liens ci-dessus ?
       
      Evidement qu’il y a déséquilibre si la part de retraités augmente par rapport à la part d’actifs (comme c’est le cas aujourd’hui)
      c’est pourquoi on peut alors augmenter les taux de cotisations salariales (si augmentation du salaire brut) et également patronales. Ce qui est impossible depuis les réformes des 90s.
       
      Si on prend ce système de répartition à taux variables, alors l’injustice entre les générations à laquelle tu fais allusion disparaît, puisque chaque génération bénéficie de la même retraite !
      Bien entendu c’est totalement inapplicable dans la situation actuelle, je signalais simplement que ce système existait et fonctionnait parfaitement avant qu’on le détruise à coup de « réformes ».
       
      Enfin puisque tu t’intéresses à mon couple : je suis célibataire. Pas de bol, mais je ne compte pas profiter d’une hypothétique retraite dans 45 ans de toutes façons.


    • samuel 14 mai 2013 16:52

      « Avez-vous fait 6 enfants ? »

       

      @Spartacus, avez-vous une idée de ce qu’est une pyramide des âges ?

      Savez-vous que les gens meurent et que lorsque les gens sont morts, on ne leur verse plus de pension (exception faite des demi-pensions reversés aux conjoints, qui disparaitront un jour également) ?


    • Traroth Traroth 14 mai 2013 17:57

      @spartacus :


      « Appeler un acquis une pyramide de Ponzi ! »

      Vous prétendez donc qu’il y a moins de richesses en France maintenant que juste après la seconde guerre mondiale. Avez-vous conscience de la profonde absurdité, pour ne pas dire stupidité, d’une telle affirmation ?

    • spartacus spartacus 14 mai 2013 18:05

      @Stralouk

      J’ai lu cette prose indigeste socilalo.
      Déja croire qu’il existe une différence entre cotisation salariale et patronale, est le fait de celui qui n’a jamais géré une entreprise ou fait une feuille de paye.
      Expliquer que la cotisation sociale est une création de richesse... smiley smiley
      Quand a la vision du libéralisme, elle relève du Marxisme.
      Pourquoi quand un Marxiste écrit un texte, au lieu d’expliquer ses idées il se croit obligé de critiquer le libéralisme qu’il ne connait pas ? Et faire dire une une montage de conneries.
      Quand c’est écrit "le libéralisme ne veut pas de cotisations obligatoires à propos de la protection maladie, la vieillesse, l’invalidité et le chômage. C’est Faux !
      On passe sur la confusion entre libéralisme et matérialisme propre aux bobos....Et autres chimères sue le profit qui décrédibilise l’ensemble.
      Exemple : en matière d’assurances, le libéralisme admet l’obligation de protection, mais exige la concurrence et le choix de sa protection. Il considère que c’est le choix de vie de chacun qui délimite son niveau de protection, pas la coercition de l’état ou des bobos qui sauraient mieux que lui.

      Cet article accuse les retraites par capitalisations, mais passe sous silence les dettes de la répartition.

      Franchement faut aujourd’hui ne pas avoir fait un minimum de math pour ne pas comprendre que la répartition est une pyramide de Ponzi.



      • Mais non de Zeus, Retraites comme Sécurité Sociale sont des acquis sociaux exemplaires (il faudrait peut-être revoir leur mode de gestion, d’attribution, et surtout réactiver fermement la lutte contre les nombreuse fraudes, laxismes, ...etc...) mais elles ne sont pas des épiceries ! Elles ne doivent en aucune façon être assimilées à des « sociétés d’économie » ! Ni des commerces qui se doivent de faire des bénéfices ou même n’avoir aucune dette !. Elles n’ont aucune vocation « d’entrer dans le CAC 40 » comme le désirent tant de requins de la finance internationale à travers les fonds de pensions et des assurances !
      • Elles existent pour le bien du peuple et du peuple dans sa globalité, et c’’est à l’État de les gérer équitablement, j’insiste sur ce mot, sans pour cela égratigner la moindre poussière destinée à réduire l’un quelconque de leurs bienfaits.
      • Les hommes d’État sont fait pour cela. Gérer au mieux leurs citoyens,les protéger, dans leur vie du début à la fin de leur parcours et d’améliorer la « condition humaine ». Il est vrai qu’ils ont besoin de beaucoup d’intelligence volontaire (ils n’en ont pas beaucoup pour l’instant) et de montagnes de « billets de banque » pour assurer ce rôle.
      • Mais il leur est strictement interdit d’aller chercher ce carburant si facile à gagner dans d’autres secteurs, dans les seuls acquis sociaux. D’autres sources de « renflouement » existent et elles pullulent, même dans la poche de ceux qui veulent « privatiser à leurs seuls profits » le petit bien être du citoyen, dans sa santé et sa vieillesse.

    • Dzan 15 mai 2013 10:27

      Spartacus
      Tu sais ( je te tutoie gladiateur de mes 2) ce que c’est qu’une machine à commande numérique, qui a remplacé 5 opérateurs - je ne dis pas travailleurs, c’est un mot qui t’épouvante.
      Cette CNC, elle ne cotise pas= 5 cotisations de perdues
      Et un tour CNC, en 3X8 est amorti en 1 an.


    • lacsap151 15 mai 2013 10:54

      D’abord, merci pour cet article intélligent et drôle !
      Ensuite l’analyse des commentaires enseigne que nos gouvernants ont réussi à nous diviser en méttant en place des systèmes de retraite iniques qui, à l’évidence sont plus favorables à certains qu’à d’autres.
      Mais le vrai PB n’est pas là car il y aurait en France largement de quoi satisfaire les besoins éssentiels de tous ses habitants !
      Bien sùr que les gains de productivité perméttent aujourd’hui de produire beaucoup plus de produits de bonne qualité qu’avant ! Dans bien des secteurs, agriculture,industrie,service gràce à l’informatique et maintenant internet la productivité à été multipliée par 30 depuis l’après guerre !!!
      On sait aujourd’hui que le secteur agro-alimentaire mondial produit l’équivalent de 3000 cal par habitants de la terre !
      Ce n’est donc pas une question de moyens, nous avons en france encore plus qu’ailleurs la capacité de nourrir, loger, soigner, chauffer tous nos concitoyens .
      A ce niveau là ce n’est pas un PB technique mais politique et s’ils réussissent à nous diviser entre travailleurs du privé et du public, entre jeunes et vieux, entre hommes et femmes ils auront gagné ;
      On sortira de cette situation absurde unis et non divisés. 


    • samuel 15 mai 2013 11:07

      Non non et non !

      Affirmer que le système de retraite par répartition est une pyramide de Ponzi est malhonnête et démagogique.

      La seule chose qui mettent en danger le système de retraite par répartition c’est le vieillissement de la population et également une redistribution des richesses asymétrique (versement de dividendes, retraites chapeau, etc...).

      A vrai dire, je pense que la retraite par répartition et la retraite par capitalisation cohabitent très mal. L’émergence de l’une appauvrie l’autre.

      Mais que voulez-vous, nous vivons dans un monde d’égoïste où tout le monde veux être enterré avec un magot.


    • spartacus spartacus 15 mai 2013 16:52

      Que vous avez la langue de bois ! Qu’elle litanie d’idéologie sans analyse.

      Vous ne voulez pas voir.

      La sécu n’est en aucun cas un acquis social, c’est droit de dépenser sans compter sur le dos de la génération suivante.
      Elle profite toujours plus à la génération qui précède, qu’a la génération qui arrive. Belles notions de bien du peuple.
      Quand a la vision de l’état, protecteur, c’est le monde de Oui Oui. Le politicien ne cherche qu’a se faire réélire, et sa gestion ne va qu’en direction des groupes de pression. 

      @Samuel
      Il me sera difficile même avec des chiffres et des raisonnements normaux de vous convaincre car vous passez l’idéologie avant le réalisme. 
      On vous a tellement expliqué que c’était « formidable », et « social » que vous y croyez, comme les communistes croient encore à la lutte des classes même après Staline ou Pol Pot.

      -Les cotisations sociales sont assises sur les salaires. Chercher ailleurs le financement c’est déjà la preuve de l’hérésie et que la base de la pyramide est obligée de sortir du cadre pour perdurer. 
      -Et une fois arrivé au maximum des prélèvements, et arrivé au maximum de l’impôt supportable, et aux maximum du temps de travail possible, c’est seulement a ce moment que vous comprendrez ?

      -Vous allez nier combien de temps encore ? 
      -Vous croyez que vos petits enfant paieront plus que vous avez payé pour vous qui avezpayé moins que eux ?
      -Il vous faut combien de réaménagement des ressources en augmentation pour comprendre ? 
      -Nous en sommes déja au cinquième, au dixième vous allez comprendre ?
      -Vous n’avez pas remarqué que les réaménagements sont de plus en plus rapprochés ?
      -Il ne vous est jamais venu à l’idée qu’il faut plus 3 fois plus de cotisants que de retraités ?
      -Il ne vous est jamais venu à l’idée que celui qui a payé avant vous payait moins en pourcentage, moins longtemps.
      -Vous n’avez pas vu que les générations les plus âgées étaient plus favorisées en revenus de pensions que les suivantes ?

      -La répartition c’est 3600 milliards d’euros non provisionnés pour le privé et 900 milliards d’euros pour le privé.

      On affronte bien plus facilement les adversités lorsqu’on les a comprises et acceptées que lorsqu’on refuse d’y faire face, ou, pire, qu’on refuse de les comprendre comme vous, par la peur des remises en cause qu’elles impliquent.....

    • Yohan Yohan 15 mai 2013 17:11

      La recette marxiste pour bien gérer leur système des retraites était d’envoyer ad patres la moitié de son peuple et l’autre moitié au goulag avant l’âge légal pour la prendre. C’était violent mais terriblement efficace. Il parait que Méluche cherche à s’en inspirer smiley 


    • samuel 16 mai 2013 10:59

      Spartacus

      Je ne nie pas la réalité. Je nie les causes que vous lui attribuez et les fausses solutions qui en découlent.

      L’argent qui manque, il peut facilement être retrouvé dans l’exil fiscal, l’augmentation des points de cotisation (ce qui ferait baisser les dividendes...) et dans tous les mécanismes qui permettant la fuite (au sens péjoratif) des capitaux de ce pays.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 mai 2013 11:01

      les ordures , les vraies , sont celles qui laissent des dettes à leurs enfants .


    • JL JL 16 mai 2013 11:15

      Rocla,

      les ordures, les vraies, sont celles qui laissent des dettes aux enfants des autres.

      Tous ces créanciers qui mettent les peuples sur la paille, s’ils n’étaient de vraies crapules, cesseraient d’exiger des taux d’usure qui font que jamais ces dettes ne seront remboursées.


    • samuel 16 mai 2013 14:13

      oui JL... C’est tout à fait cela.


    • julius 1ER 16 mai 2013 17:25

      @yohan

      quand je te lis je pense aux propos de De Gaulle lorsqu’il rencontrait Massu..

      «  »Alors Massu, toujours aussi con ?«  » et Massu de dire «  » toujours Gaulliste mon Général«  » !

    • Aristoto Aristoto 16 mai 2013 22:55

      « La sécu n’est en aucun cas un acquis social, c’est droit de dépenser sans compter sur le dos de la génération suivante. »

      C compliqué le libéralisme dis donc, l’Astrologie du monde moderne. Mais je veux bien qu’on m’explique !

      Spartacus ça ne t’effarai pas que ton hobby se destine inexorablement au dernière pages d’un vulgaire quotidien gratuit et à quelques loufoques qu’on moquerai ( à tort souvent je trouve, ils sont attachant malgré tout) qui se prétendrons muni d’un improbable doctorat en pensé libéral dans 500 ans.


    • Denzo75018 20 mai 2013 11:00

      Combien de retraités, un actif va-t-il devoir faire vivre ???

      Pensez-vous que le sytème n’a pas de limite !?


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 mai 2013 00:04

      @ Lacsap 151. 


      Un commentaire intelligent pour faire le constat de l’évidence. Inutile, toutefois, puisque les médias on maintenantt dit assez de sottises pour que la majorité de la population soit sotte. On continuera donc à voir, côte a côte, une économie monétaire factice qui est un jeu pour ceux qui y évoluent et une économie réelle qui entretient la vie et dont les hauts et les bas découlent des péripéties de ce jeu. Le jeu des uns est devenu plus important que la vie des autres...et le sera jusqu’à ce qu’on ait mis quelques têtes au bout d’une pique. Ca viendra ; on y vient toujours.


      PIERRE JC ALLARD

    • iris 14 mai 2013 09:41

      les patronats allemands et frnçais sont unis pour défendre leurs interets coute que coute avec l’approbation ou les conseils des USA-
      Les fransçais seront tils autant dociles que les allemands ??qui ont déja dans le passé fait état de leur peur et obeissance au pouvoir en place..
      avec les robots les patrons espèrent se passer des salariés ou anciens salariés-et il y a une très forte solidarité dans le patronat ...quand à ce sujet ...
      résistance passive et active c’est la guerre éconoqmique ou il faut etre courageux et audacieux
      mais lorsque l’on a + d’espoir et que l’on a fait sa vie on a rien a perdre comme d’ailleurs ces jeunes que l’on désespèrent et qui sont prèts à tout
      vive l’insécurité pour les possédants alors....


      • Rensk Rensk 14 mai 2013 10:16

        On parle aussi de la retraite en Suisse ; la semaine passée ils ont voulu introduire un dépot pour les bouteilles (verre & PET) car en Allemagne... les retraités se font de l’argent de poche en allant ramasser cela entre 3 et 6 heures du matin !

        Plus besoins de cantonniers, les retraités les remplacent a « merveille »...


        • le crocodile 14 mai 2013 13:52

          Même système en Suède mais pourquoi entre 3h et 6h du matin ? Ici ils font ça en plein jour .


        • heliogabale heliogabale 14 mai 2013 10:17

          Le système de retraites français ne peut pas être à l’équilibre avec 3,2 millions de chômeurs en catégorie A et bien plus si on compte ceux dans les autres catégories ou les découragés (ceux hors statistiques).

          Par exemple avec 2 millions de chômeurs, le système serait à l’équilibre du fait des rentrées de cotisation.

          Cependant, les plus sceptiques diront que l’ère du tout emploi est finie et que les gains de productivité sont tels qu’on ne peut plus revenir en arrière : par conséquent, une politique de gauche opterait pour un prélèvement sur les gains de productivité qui peuvent être versés sous forme de salaire (on augmenterait les cotisations des plus hauts salaires) ou de dividendes (taxation des dividendes).

          Ce serait une première étape vers le revenu universel...

          Le patronat va s’opposer à une telle politique qui serait à leur goût en leur défaveur : ils privilégieront des politiques déflationnistes : baisse des retraites pour les plus durs, allongement de la durée de cotisation et report de l’âge de départ à la retraite pour les plus « softs ». Cela diminuerait de facto la durée d’indemnisation moyenne des retraités (différence entre l’âge de décès et l’âge de départ à la retraite). Cependant, il est très difficile de mesurer les externalités négatives : est-ce que ce report va augmenter les coûts liés aux dépenses maladies (maladies du travail etc.) ? Quel effet sur le chômage des séniors qui sont parfois licenciés à 50 ou 55 ans avec aucun espoir de retrouver un emploi ? Quel effet sur le chômage des jeunes dont les perspectives sont en partie bouchées par les départs moindres à la retraite ?

          Une politique malthusienne opterait pour un transfert des dépenses sociales de l’enfance (prestations sociales, dépenses d’éducation)vers la vieillesse : ce serait la victoire finale et totale des baby-boomers...c’est un choix de société, qu’il faut assumer...une gérontocratie où les politiques de naissance devront être contrôlées : le risque est une diminution de la population rapide et meurtrière pour la nation.

           Les « jeunistes » au contraire privilégieraient une diminution du poids démographique des plus âgés dans la population : diminution de l’espérance de vie en augmentant l’âge de départ à la retraite, en diminuant le taux de remboursement des maladies chroniques, en légalisant l’euthanasie active. Politique tout aussi régressive et cynique que la précédente...


          • Croa Croa 15 mai 2013 08:25

            Tout à fait, les cotisations reposent toujours sur le travail alors qu’il y a de moins en moins de travail  ! Pour autant nous ne sommes (globalement) pas moins riches. Il faut donc tout repenser, la seule difficulté consistant à affronter ceux qui sont les vrais profiteurs du systéme actuel : La haute finance.


          • heliogabale heliogabale 14 mai 2013 10:27

            Il faudra certainement réformer les régimes spéciaux (au moins ceux qui ne peuvent pas être à l’équilibre sans l’aide de l’état) et en fusionner certains et mettre un plafond plus bas pour les retraites de certains fonctionnaires (une retraite à 4000 euros, c’est au delà des réels besoins d’un retraité).

            Il faudrait plus généralement mettre la fiscalité à plat : tout réformer en ayant à l’esprit de garder le même taux de prélèvements obligatoires...trop de niches, de passe-droits...


            • N.AMARA 19 mai 2013 10:25

              Fonctionnaire....retraite à 4000 € !!!

              Il faut arrêter d’écrire n’importe quoi ? Je suis fonctionnaire, cadre A et A+ depuis 2 ans, 55 ans, 30 ans de services publics et je viens de recevoir une estimation de ma retraite....2200 € brut si je partais à 65 ans sinon c’est moins.

              Et vous savez pourquoi ? parce que le salaire du fonctionnaire est composé d’un brut et d’une prime qui représente le tiers du salaire et la retraite n’est calculée que sur le brut. Alors comparons ce qui est comparable et faisons attention à ne pas opposer public et privé. Le combat est ailleurs.


            • N.AMARA 19 mai 2013 10:46

              Complément de mon message précédent : les enseignants (cadre A) ne sont pas bénéficiaires du système de prime et ils constituent la majorité des cadres A de la fonction publique.


            • CETTE PARANO DE PARISOT part en faisant une denière « vacherie » aux salariés 45 ans de cotisations et a 65 ans LA RERTAITE

              CETTE MANIPULATRICE sait elle que ses amis sénateurs et députés pour 1 mandat de 5 ans percoivent a vie 2500 euros.pour 2.....5000 EUROS

              ELLE SERA SUREMENT CANDIDATE DE L UMP/F.......HAINE

              DEGAGEZ ON NE PEUT PLUS DE VOUS VOIR ..........JOUER A L HOMME..


              • DE RETRAITE....................

                je connais une mére de famille qui a travaillé 119 trimestres reconnus DONC 41 DE PENALITES

                NON ELLE NE S ’APPELLE PAS PARISOT elle percoit 200 EUROS DE RETRAITE PAR MOI

                MERCI A MR BALLADUR ET A MME PARISOT POUR LE CALCUL SUR 25 ANNEES PLUTOT QUE SUR LES 10 MEILLEURES


              • RETCIF « par mois »


              • Croa Croa 15 mai 2013 08:38

                Une retraite de député, voilà un véritable privilège...

                Certainement pas celles des fonctionnaires, juste en retard coté démolitions !


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 mai 2013 11:03

                pourtant d’ après votre système prévaricateur il faudrait s’ aligner vers le haut ...


              • daniel paul 14 mai 2013 10:48

                Salut Bernard

                si tu as entendu parlé de l’analyse transactionnelle ,utilisée comme méthode de vente,c’est celle la qu’utilisent les pouvoir, leur coté parents autoritaire s’adresse a notre coté enfant soumis...

                Qu’en penses tu ?
                Salut et merci..

                PS : cela dit en n’intégrant pas dans nos vies le fait que la mort soit elle aussi partie intégrante de celle ci...et bien nous avons ce résultat planétaire désastreux depuis 5 voir 10 000 ans voir beaucoup plus...pourquoi...la partie du cerveau que nous utilisons n’est pas faite pour vivre l’impermanence, l’inconnu, l’absolu ....alors l’autre partie du cerveau elle ,elle sait fait çà....en n’intégrant pas la mort l’autre partie du cerveau ne s’éveille plus chez nous..on en devient fou ..car la mort est absolu, petit homme ne peut éviter l’absolu...


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 14 mai 2013 11:08

                  Salut Daniel

                  J’avoue ne jamais avoir pensé à Eric Berne et son AS pour expliquer les rapports de soumission du peuple. Je crois que La Boétie avait déjà pigé le truc. Cela dit, le peuple est souvent infantilisé par le gouvernement qui pour le calmer, donne un peu d’argent de poche... tant qu’il y a de l’argent dans les caisses


                • daniel paul 14 mai 2013 11:44

                  Tien je n’avais pas pensé à La Boetie..Par intérêt personnel je m’en vais faire quelques recherches..

                  Quand à l’analyse transactionnelle ça date de mon passé de représentant ou nous avions les mêmes formateurs que les politiciens..voila pourquoi...bien sur cette « méthode » qui a ses limites comme toute méthode aurait eu pour effets positifs d’amener tout le monde a avoir des relations majoritairement de adulte à adulte..ceci amenant à ne discuter que de faits en considérant l’autre comme soi même,avec respect..mais en général le coté parent autoritaire reste..ce qu’il est..il faut donc de la « force » pour le contrecarrer...

                  Mais bon comme tu sais tout ceci est bien complexe..
                  merci de tes articles..que je suis même dans les temps ou je ne suis pas sur le site..ce qui est la majorité du temps..


                • ZenZoe ZenZoe 14 mai 2013 11:07

                  Depuis des décennies, peu à peu, on assiste tout simplement à un rétablissement des « privilèges », phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure que la situation économique se dégrade.
                  D’un côté, ceux qui sont déjà protégés par un statut, une profession ou une convention collective en béton, ou encore une famille prospère. Ceux-là feront tout pour que rien ne change dans le système. Ils continueront, à coup de petites lois et décrets par ci par là, à détourner les fonds publics à leur profit exclusif en lésant au maximum les moins bien lotis qu’eux.
                  De l’autre côté, les autres, à l’abri de rien, et malheur à eux ! L’avenir est bien sombre pour ceux qui n’auront pas pu épargner suffisamment pour leurs vieux jours. Même le minimum vieillesse n’existe plus, il a été « simplifié » en 2006, euphémisme scandaleux pour « dégommé », purement et simplement. Si la retraite est trop faible, l’état versera bien un minuscule pécule, oui - mais attention, ce pécule devra être remboursé intégralement par les héritiers. Le fisc et les Conseils Généraux se chargeront de saisir les fonds de tiroir du livret A et autres maigres économies, et obtenir si nécessaire la vente de la bicoque des vieux, où sont entassés tous les souvenirs, pour rembourser la dette - ah mais ! Pendant ce temps-là, Fabius et Guaino peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ce n’est pas demain qu’on taxera leurs tableaux volés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès