Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le vélo à assistance électrique décolle, mais très doucement (le marché et (...)

Le vélo à assistance électrique décolle, mais très doucement (le marché et quelques repères techniques)

Tous à vélo à assistance électrique dans 10 ans (ou à vélo classique !) ? Une utopie bien sûr. Si j’étais un politicien en campagne électorale, j’en ferai peut-être un argument majeur pour faire évoluer notre société du « tout voiture », avec la certitude d’avoir une armée de lobbies près de chez moi pour m’apporter gentiment la contestation. Il faut dire que le vélo à assistance électrique (VAE) est à la mode en ce moment. Plusieurs facteurs y contribuent, notamment les nets progrès réalisés sur les batteries, lui offrant désormais des autonomies importantes de plus de 100 kms, la diversification de la gamme qui s’est étendue aux vélos de route, aux VTC, aux VTT, ou bien encore à un design avantageux qui parvient à concurrencer les vélos classiques. On est loin de l’image du vélo de ville équipé d’un affreux panier à l’avant et d’une batterie sur porte-bagages avec une autonomie réelle de 20 ou 30 kms quand tout va bien.

Aujourd’hui de nombreux marchands de cycles se sont convertis à ce nouveau marché, et commercialisent ce type de vélo dans une fourchette de prix allant de 1000 à plus de 3000 euros.

Quelques données statistiques de ventes

Il s’est vendu en France près de 3 millions de vélos en 2014, dont 78000 vélos à assistance électrique (soit 2,7% seulement). Le marché a progressé de plus de 30% sur un an, une progression certes très importante, mais sur un volume restant faible en comparaison de certains voisins. A titre de comparaison, la vente des VAE aux Pays-Bas représente plus de 20% du marché vélo (plus de 220000 unités vendues). Il y a près de 3 fois plus de VAE vendus dans ce pays pour une population 4 fois moins nombreuse. Décidément, la France n’aime toujours pas le vélo !

Après cette introduction, je vous livre quelques éléments techniques et pratiques, mais auparavant, je m’aventure à une petite réflexion sur notre société qui trouve là l’occasion de s’emparer d’un nouveau modèle de vie.

Une ville où il fait bon vivre dès demain (enfin .. après-demain)

Il faut avoir à l’esprit que 50% des trajets en voiture font moins de 3 kms, c’est-à-dire l’équivalent de 10 minutes de vélo. Si ces parcours étaient réalisés en VAE (ou tout simplement en vélo classique), nous aurions évidemment beaucoup moins de voitures dans nos centres villes et environs. Et si on élargissait cet espoir à tous les trajets de moins de 10 kms, vous imaginez le nouveau visage de nos villes ! Il est inutile que j’insiste sur tous les effets positifs d’un tel changement. Nous rentrerions alors dans un nouveau modèle de société, presque un nouveau monde, où la voiture n’est plus reine, où elle cède volontiers sa place à un « véhicule » de 20 kgs seulement pour transporter un passager, en lieu et place d’un véhicule à 4 roues de plus d’une tonne, énergivore, bruyant, polluant, encombrant et coûteux, image typique d’une société fortement carbonée. Une société nouvelle, plus écologique et respectueuse des proportions !

Et maintenant, quelques aspects techniques et pratiques

Privilégier la qualité

Le prix est bien sûr important, mais à titre personnel, je ne vous conseillerais pas à vous laisser tenter par des prix trop bas, au risque de devoir essuyer quelques déconvenues assez rapidement. Le plus important est de savoir résoudre l’impossible équation combinant la bonne réponse à vos besoins, le respect du budget alloué, et une qualité suffisante pour éviter les mauvaises surprises. La qualité n’est jamais un surcoût sur le long terme, vu que la durée de vie du vélo sera au moins multipliée par 2 ou 3 face à un vélo de qualité médiocre. Il faut être conscient que ce qui fait la cherté du vélo à assistance électrique est bien entendu le moteur et la batterie. Il est donc fortement recommandé de disposer d’un bon matériel dès l’achat, vous laissant tranquille au moins 5 ans. C’est par exemple le cas des batteries de marque, garanties pour un nombre de cycles de rechargement suffisant (500 à 1000) pour emmener votre véhicule sur une distance d’au moins 30000 kms sans avoir à la changer.

Coût énergétique

Concernant le coût énergétique, il est tellement dérisoire qu’il est presque inutile d’en parler ; il faut compter au grand maximum 1,50 euro d’électricité pour parcourir 1000 kms, autant dire, rien du tout, en comparaison d’une voiture qui vous en coûte autour de 80 euros.

Autonomie et consommation énergétique :

Suivant le type de parcours effectué, les difficultés du terrain, l’état des routes, le poids du cycliste, la direction du vent, votre consentement à l’effort, etc., la consommation est sensiblement différente. Elle dépend également du type de motorisation (moteur avant, arrière ou pédalier). C’est avec les moteurs au pédalier qu’on observe les meilleures autonomies (entre 80 à 120 kms réels).

N’étant pas un adepte des procédés louchométriques, je vous livre en annexe des chiffres vrais, vérifiés par moi-même sur le terrain. L’évidence nous dit que plus le réservoir d’un véhicule est important, meilleure est l’autonomie. Par conséquent, il faudra vite oublier les batteries de capacité énergétique inférieure à 400 Watts-heure (36 Volts, 11 Ah) si l’intention est d’aller loin.

Hypothèse de gain économique pour la société

Prenons une simple hypothèse volontairement peu ambitieuse pour rester réaliste face à la société française marquée d’une préférence certaine pour la voiture. Imaginons que 5 millions de nos concitoyens s’équipent en VAE et que chaque vélo parcourt 5000 kms par an, en substitution de la voiture. Cela représente 25 milliards de kms en moins pour nos beaux véhicules à 4 roues. Certes, c’est encore bien peu au regard des 500 milliards de kms parcourus par le parc automobile français chaque année (chiffre à prendre comme un ordre de grandeur, car assez différent selon les sources !) , mais ce serait un début, un premier pas, ou un premier coup de pédale. Pour atteindre cet objectif, il faut vraiment passer à la vitesse supérieure, changer de braquet, et atteindre un niveau de ventes de plusieurs centaines de milliers de vélos par an, comme c’est le cas en Allemagne. Les nombreuses villes qui subventionnent un tel achat à hauteur de 300 ou 400 euros vont peut-être y contribuer.

Avantages, inconvénients et progrès réalisés.

Avantages :

  • Il réduit considérablement votre effort, particulièrement en montée
  • Il permet d’améliorer votre vitesse moyenne, surtout lorsqu’il y a quelques côtes à franchir.
  • Le coût énergétique est totalement négligeable
  • Il ne pollue pas et fait très peu de bruit
  • Vous pouvez plus facilement transporter vos affaires ou vos courses sans souffrir dans l’effort
  • Si vous avez un moteur pédalier, vous pouvez partir plus facilement en habit de ville sans risquer d’y laisser quelques traces noires bien désagréables. Se rendre au travail devient donc plus facile, sans se salir, et sans transpirer !

Inconvénients :

  • Le VAE reste cher dès que l’on vise un produit de bonne qualité
  • Le moteur coupe au-delà de 25 km/h. Dommage ! C’est souvent très gênant sur le terrain plat. C’est pour cette raison que le VAE déploie vraiment ses atouts sur des parcours accidentés, ou pour des seniors qui ont abandonné le vélo classique.
  • La durée de vie des batteries reste un peu aléatoire, car elles demandent quelques précautions d’usage. Il est donc impératif d’être équipé d’une batterie de grande marque.
  • Le poids est encore important (plus de 20 kgs)
  • Certains vélos ne se comportent pas vraiment comme des vélos classiques dès que l’on coupe l’assistance électrique. Il se produit des phénomènes de freinage électromagnétique (le moteur est entraîné), provoquant une grande résistance au pédalage (certains vendeurs se gardent bien de le signaler !)

Progrès réalisés :

  • Le VAE vous offre aujourd’hui avec les batteries Lithium-Ion une très bonne autonomie de 80 à 120 kms (je parle bien d’une autonomie réelle sur le terrain, et non pas des données constructeurs qui s’autorisent à vous embarquer sur des parcours de 180 kms !!)
  • Les batteries Lithium-ion présentent beaucoup d’avantages (légèreté, grande capacité, pas d’effet mémoire, temps de recharge rapide, meilleure durée de vie)
  • Le poids des VAE à tendance à diminuer grâce justement à ces batteries plus légères et également à l’amélioration des moteurs. Les VAE les plus légers pèsent environ 20 kgs.

Conclusion

La tendance à la hausse des ventes de VAE devrait se poursuivre, malgré l’augmentation déjà très perceptible des prix liée à la baisse de l’euro ; mais nous sommes encore très loin de nos amis Allemands et Hollandais. En France, l’usage du vélo qui a longtemps été réservé aux activités de sports et de loisirs, laisse aujourd’hui espérer que le VAE devienne un vrai moyen de déplacement, un substitut à nos voitures un peu encombrantes. Avec le VAE, on peut donc se déplacer sans trop d’efforts, faire de substantielles économies d’énergie et d’argent, réduire son empreinte carbone, aller en ville facilement, se garer gratuitement. Il peut donc devenir un véritable outil pour se déplacer sur des distances tout à fait respectables.

Et si nos maires laissaient tomber leurs schémas ou figures architecturales éculés, en arrêtant de construire des ronds-points inutiles au profit d’un aménagement de ville qui ferait une part belle à ces vélos du futur ! Alors, vous y croyez à ce changement de société ?

Alain Desert

ANNEXE : autonomie et consommation énergétique :

Voici le résultat de mes tests effectués avec un VTC de marque, équipé d’un moteur pédalier et d’une batterie Li-Ion 400 Watts-heure. ATTENTION, les données seraient différentes pour un moteur roue arrière ou roue avant :

  • Parcours plat : autonomie supérieure à 100 kms pouvant aller jusqu’à 110 voire 120 kms. (inférieur à 3,8 Watts-heure par km)
  • Parcours présentant un relief de petites côtes : autonomie d’environ 85 à 100 kms. (3,8 à 4.5 Watts-heure par km)
  • Parcours assez accidenté (par exemple avec des montées de 4 à 7 kms à plus de 5 % : Autonomie de 75 à 85 kms (4,5 à 5 Watts-heure par km)

Finalement, simplifions en disant que 100 watts-heure permettent de parcourir entre 20 et 30 kms selon le contexte.


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • wawa wawa 20 mai 2015 12:15

    Merci pour ces retours d’expérience.


    Ne pas lésiner sur l’antivol, un velo à 3000 euro attire des convoitises.

    • Croa Croa 20 mai 2015 23:12

      À wawa,
      *
      Comme tous les deux roues il faut DEUX antivols de types différents surtout si on est souvent obligé de le garer en ville.
      *
      Le truc idiot par excellence c’est de se contenter d’attacher son vélo à un poteau par la roue avant  smiley
       Il m"est arrivé de me faire piquer une roue avant smiley (Juste la roue heureusement !)


    • foufouille foufouille 20 mai 2015 12:23

      truc de bobos.
      4 vélo = 12000€
      pis faut s’en servir par moins vingt.


      • Croa Croa 20 mai 2015 23:19

        À foufouille,
        *
        On en trouve des bien moins chers.
        Ils conviennent très bien aussi pour les petites promenades et les petites courses. Donc généralement ça va smiley . (L’auteur est exigeant parce qu’il doit avoir un usage intensif de son vélo électrique ; Enfin je présume !)


      • tRivi 20 mai 2015 14:11

        Le problème de ces « technologies » :


        Le prix ! C’est chère, si si !

        L’utilité et l’ergonomie dans le sens ou déjà c’est lourd, peu maniable, mettre son vélo (classique) dans le train, ou d’autre transport c’est déjà la galère pour aller bosser...

        Le publique toucher. c’est surtout une question d’éducation (manque de sensibilisation). Le vélo électrique c’est une fausse bonne idée, déjà si plus de gens dans les grande ville pédalais un peu plus se serait pas mal. Mais pour cela, il faut éduquer les gens, mettre des moyens pour adapter l’outil et pour le moment, le vélo n’a pas la « côte ».

        A mon sens développer les transports en commun et plus important, moins égoïste, moins polluant comme démarche, plutôt que d’avoir 60 millions de gens en vélo électrique dans le pays !

        • L'enfoiré L’enfoiré 20 mai 2015 17:41

          @tRivi
          Non, c’est pas cher.

          Le bas de gamme est à 1000 euros.
          Et non ce n’est pas une mauvaise idée.
          Je connais beaucoup de personnes qui sans cette aide, ne pédaleraient plus.
          Là où il y a le plus de vélos, c’est en terrain plat ?
          Allez aux Pays-Bas ou dans le nord de mon pays et vous les trouverez.
          Il n’y a aucun égoïsme à pédaler, mon cher.
          Non, non...



        • Croa Croa 20 mai 2015 23:24

          À L’enfoiré,
          Les premiers prix sont à moins de 750 €.


        • L'enfoiré L’enfoiré 20 mai 2015 17:34

          Et encore un billet sur le sujet qui vous en dira peut-être plus, vu d’ailleurs


          • BOBW BOBW 20 mai 2015 22:29

            @L’enfoiré : Votre article sur ce lien est intéressant et amusant.


          • Croa Croa 24 mai 2015 11:26

            Merci L’enfoiré
            (La dernière fois je n’avais pas été voir.)
            *
            Le vélo du futur sera donc électrique PUISQUE DÉJÀ IL Y EN A À RÉCUPÉRATION D’ÉNERGIE !
            Si le système est vraiment au point (récup. proche de 100% ; de toute façon ça viendra) c’est un sacré plus surtout là où il y a beaucoup de côtes ! smiley
             Dans l’attente on délaissera ceux que nous proposent l’auteur pour bien cher alors que les autonomies chutent en zones vallonnées smiley
            Payer pour un confort bourgeois non mais pour de l’efficace... Là peut-être !


          • L'enfoiré L’enfoiré 20 mai 2015 17:36
            @l’auteur,

            « Je suis un passionné de déserts, en particulier le Sahara (Algérie, Libye, Niger). »

            Le vélo a accompagné ?



            • alain-desert alain-desert 20 mai 2015 22:22

              @L’enfoiré
              Pas facile de rouler dans le sable même avec un moteur !!!


            • Dom66 Dom66 21 mai 2015 01:14

              @alain-desert
              et surtout avec Daesh


            • L'enfoiré L’enfoiré 21 mai 2015 10:40

              @alain-desert,


               C’est exactement ce que je voulais vous faire dire.
               Tout véhicule a son propre environnement.
               Je fais du vélo en fonction du terrain et de la distance que j’ai à effecteur et du niveau de fatigue, dans lequel je me trouve, de l’envie d’en faire ou non.
               Ça c’est déterminant.
               Je l’ai dit dans mon billet, le problème du vélo électrique est son poids, peut-être plus que son prix qui lui va baisser très sensiblement par la concurrence.
               Je citais 1000 euros, on m’a répondu 750... donc...
               Un vélo de course Eddy Merckx, je suppose que comme cycliste, vous en connaissez le prix.


            • raymond 2 20 mai 2015 19:21

              J’ai un vélo électrique depuis 3 ans pas mal mais je pense qu’aujourd’hui je ne rachèterai pas mais je prendrais plutôt un VTC vélo de ville avec pneu fin presque aussi efficace et nettement moins cher et moins compliqué.


              • alain-desert alain-desert 20 mai 2015 22:23

                @raymon 2
                C’est vrai que le VAE est assez compliqué. Un bon vélo classique avec de bonnes jambes fait bien l’affaire !


              • Croa Croa 20 mai 2015 23:35

                À raymond 2,
                *
                L’auteur ne dit pas autre chose. En fait il recommande le vélo électrique à ceux qui ont renoncé au vélo normal (les vieux, les gros, etc... ) et aussi aux non-sportifs tout simplement habitant des coins difficiles (en montagne par exemple.)

                Normalement dans tous les autres cas les vélos ordinaires sont mieux et plus efficace en fait : Les vélos électrique on les double facilement ! smiley


              • Croa Croa 24 mai 2015 11:45

                À raymond 2
                *
                Un VTC peut aller en ville mais un routier c’est mieux : On va nettement plus vite pour le même effort et on ne se salit pas quand la route est mouillée.
                Perso ma préférence va au 1/2 course qui est un routier allégé. Ils sont un peu fragile mais nettement plus efficace ; Les roues sont du même diamètre que les VTC (un poil plus grands que les routiers standard) donc la bonne idée c’est de mettre une roue VTC derrière plus robuste et de laisser une roue fine devant. C’est ce que j’ai fait au mien smiley ATTENTION : Les roues VTC ne sont pas faites pour être gonflées aussi fort et j’en ai vu qui se délaminaient rapidement (j’ai ai une bonne maintenant.)


              • BOBW BOBW 20 mai 2015 21:53

                Ce n’est pas une pub mais à titre informatif voir http://www.lacoop-niortaise.fr/Velos/Velo-a-assistance-electrique : Le vélo ARCADE E-cardan 36v, entraînement par cardan,équipé d’une batterie de 396 watts (Autonomie environ 85km) est vendu 1650€.


                • Christian 21 mai 2015 10:55

                  @BOBW

                  396 Wattheure (Wh)....396Watt c’est une puissance donc rien à voir avec la capacité


                • Croa Croa 24 mai 2015 18:51

                  À Christian,
                  Soit tolérant : il y a beaucoup d’intellectuels ici smiley


                • Christian 21 mai 2015 09:17

                  J’ai fait 3 étapes en 2 jours de la route du cœur http://www.veloland.ch/fr/itineraires/route-099.html&nbsp ;

                  entre Rorschach et Wattwil en VTT avec bagages pour camper. Ce parcours traversant la Suisse du nord au sud en 13 étapes a été conçu pour les vélos électriques, donc un parcours le plus accidenté possible. Rien que ces 3 étapes totalisent plus de 3000m de montée.
                  Alors bien sûr je me suis fait dépassé de nombreuses fois par des gros électrocyclistes et pas un bonjour en dépassant...doit y avoir un complexe sur la selle.

                  Cela dit je trouve effectivement ce moyen de déplacement pour la ville dès plus intéressant y compris pour des pendulaires.


                  • ZenZoe ZenZoe 21 mai 2015 09:25

                    VAE ? La novlangue a encore frappé.
                    Au moins, si on avait voulu revamper ce qui n’est ni plus ni moins qu’un simple vélomoteur, on aurait pu choisir un autre terme. VAE est en effet déjà pris, de quoi s’emmêler les pédales, un comble quand on veut faire du vélo !


                    • Croa Croa 24 mai 2015 18:33

                      À ZenZoe,
                      Ce n’est pas un vélomoteur : il faut pédaler pour être ’’assisté’’ ! Un vélomoteur peut rouler à 50km/h maxi sans que ce soit obligatoire. Les solex roulaient à 30, les caddyes à 40 et les mobylettes à 59 km/h (en jouant sur les tolérances d’homologation des mines ce qui est encore en cours aujourd’hui avec les vélomoteurs genre scooter maintenant à la mode : ils dépassent tous le 50 !) Les vélomoteurs électriques existent aussi : Il n’y a généralement pas de pédales (quasiment jamais) et ils roulent bien plus vites que les vélos électriques quoique très rarement à 50km/h ou plus, ce qui coûterait bien trop cher en autonomie.
                      Les vrais vélos électriques se doublent facilement avec un vélo normal smiley ... Sauf dans les côtes ! smiley
                      *
                      Mais tu as raison « VAE » c’est très con comme nom ! ’’Vélo électrique’’ c’est tout simple, clair, sans ambiguïté et tout le monde comprends au moins !
                       


                    • Hector Hector 21 mai 2015 09:50

                      J’aimais bien le Solex, dommage qu’il ne soit plus fabriqué.


                      • ZenZoe ZenZoe 21 mai 2015 09:55

                        @Hector
                        Ah, le Solex, que du style, que du bonheur !
                        Dangereux quand même avec son moteur mal placé, un vol plané par-dessus le guidon m’a valu la perte d’une dent de devant, dur dur quand on a 15 ans...


                      • Hector Hector 22 mai 2015 06:26

                        @ZenZoe
                        C’est sur qu’ Elles avaient fière allure nos « Minettes », les deux pieds sur le repose pied central, les cheveux au vent, les bras tendus et le buste bien droit. J’en rêve encore.


                      • Croa Croa 24 mai 2015 12:02

                        À Hector

                        *
                        Souvenir, souveni
                        rs... Moitié prix d’une mobylette mais facile à gonfler !
                        Le mien faisait du 40 ce qui était suffisant et ce qui ne faisait pas augmenter la conso (nous n’étions pas riche à l’époque !) : Seul l’échappement était perso donc ça ne dépotait que dans les descentes. (D’autres trafiquaient aussi la pré-compression en collant du liège sur le vilbrequin.)
                        *
                        Je crois qu’ils ont essayé de relancer ça récemment... Mais à des prix exorbitants ! (Les Solex neufs c’était moitié prix d’une mobylette et on en trouvait des ’’à réparer’’ quasiment gratis.)


                      • pergolese 21 mai 2015 10:13

                        Arrêtez : ce n’est pas un vélo...Un vélo c’est 100% énergie musculaire.


                        • L'enfoiré L’enfoiré 21 mai 2015 10:41

                          @pergolese,

                           Vous vous foutez de la gueule de qui ?
                           Des unijambistes ou des culs de jatte ? 

                        • Croa Croa 24 mai 2015 18:40

                          À pergolese,
                          Avec les modèles à récupération d’énergie ça va changer smiley ! Ce ne sera plus du musculaire à 100% mais presque pour les grandes sorties !


                        • zozoter 24 mai 2015 10:41

                          Bon article, avec des renseignements indispensables.

                          Toutefois :

                           mais nous sommes encore très loin de nos amis Allemands et Hollandais.

                          Des amis comme çà, j’en veux pas, pas plus racistes que ces énergumènes.
                          Contentez vous de nos voisins au lieu nos amis.


                          • Croa Croa 24 mai 2015 18:44

                            À zozoter,
                            Ils t’ont fait quoi ???
                            *
                            T’as été plaqué par une allemande... Une hollandaise ? smiley


                          • zozoter 26 mai 2015 08:32

                            @Croa
                            Ce sont des racistes, radicalismes.


                            Je préfère les brunes, pimentées.

                            Tu connais la blague, « si tu sers la main d’un hollandais, recompte tes doigts »

                            Si le nazisme c’est développé en Allemagne libre à toi de penser que c’est la faute à pas de bol.

                          • sarcastelle 24 mai 2015 15:42

                            Le prix de la consommation électrique est tout à fait minime, mais qu’y a-t-il comme retours d’expérience sur la longue durée pour le prix au kilomètre d’amortissement de la batterie puisqu’elle n’est pas éternelle ? 


                            • alain-desert alain-desert 26 mai 2015 12:11

                              @sarcastelle
                              C’est vrai qu’il n’est jamais facile de caculer l’amortissement du matériel. Pour la batterie, elles tolèrent 500 à 1000 cycles de charge, chacun représentant environ 100 kms. On peut donc espérer en prenant une estimation très basse faire au moins 30000 kms. Mais qui fera 30000 kms avec un vélo électrique ? Je pense qu’il faut intégrer le coût d’ensemble c’est à dire le vélo qu’on amortit globalement sur 5 à 10 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès