Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les idées du patronat : Un CDD de 30 mois... fossoyeur du CDI (...)

Les idées du patronat : Un CDD de 30 mois... fossoyeur du CDI ?

Devant l'augmentation constante des chiffres du chômage, on assiste au début d'un concours Lépine des idées patronales. Dernière idée de la CGPME : Porter la durée des CDD à 30 mois pour mieux ... euthanasier le CDI !

Ne cherchez pas de réactions ou de communiqués concernant les chiffres du chômage du mois de novembre 2011 sur les sites web du Medef ou de la CGPME, il n'y en a pas ! A croire, que seul le gouvernement est responsable du chômage à temps complet ou partiel de 4 510 500 français.

Il faut dire que depuis toujours, les deux organisations patronales ont trouvé « d'excellentes raisons » pour justifier le fait ... de ne pas recruter.

Deux exemples significatifs ?

Le 29 mai 1986 : Suppression de l’autorisation administrative de licenciement qui, selon Philippe Seguin, alors Ministre des affaires sociales, faisait obstacle à l'emploi ! « (...) Ce texte repose sur l’idée que l'absence de flexibilité dans la gestion de l'emploi décourage l'embauche. La suppression de l'autorisation administrative de licenciement vise avant tout à donner une latitude plus importante aux chefs d'entreprise pour gérer leurs effectifs (...) »

Remplacé par la notion de licenciement économique qui : « (...) peut être individuel ou collectif, et suit une procédure variable selon le nombre de salariés licenciés, la taille de l'entreprise, et l'existence d'institutions représentatives du personnel dans l'entreprise (...) »

Qui a donné les plans sociaux rebaptisés : Plans de sauvegarde de l'emploi, jugés pas assez souple, ni assez réactifs et surtout trop onéreux par le Medef, qui obtenait en 2008 la mise en place officielle de la rupture conventionnelle, devenue rapidement un outil pour se délester des salariés âgés.

Salariés âgés dont le licenciement était, jusqu'à la suppression (1er janvier 2008 ) définitive, de la contribution Delalande, plus coûteuse et obligeait les entreprises au : « (...) versement d'une cotisation versée à l'assurance-chômage pour le licenciement d'une personne ayant atteint un certain âge et dont les chances de retrouver un emploi sont faibles (...) »

Selon Gérard Larcher, elle était : « (...) considérée comme étant « un frein à l'embauche » des seniors . « (...) le principe est malheureusement dans les têtes et dissuade certains employeurs d'embaucher des seniors »

Ce qui faisait dire, à Jean-François Roubaud, de la CGPME : « (...) La suppression progressive de la contribution Delalande à l'horizon 2010 est une grande avancée (...) Cette taxe se révélait clairement un frein à l'emploi. Sa levée devrait fortement favoriser le recrutement des seniors (...) » Il en profitait à l'époque pour vanter le fameux CDD senior.

Résultats des courses, écrivait Senior Actu : « (...) 20 contrats signés en treize mois et demi  » A tel point que Xavier Bertrand déclarait : « Les contrats seniors avaient été mis en place entre le patronat et les syndicats, vous voyez le brillant succès... 20 ont été signés (...) il faut changer de logique »

Et qu'en est-il de la logique de 2011 ?

Si du côté du Medef, on s'enthousiame à l'idée d'accords compétitivité/emploi, c'est à dire une légalisation du chantage à l'emploi, du côté de la CGPME, on vient de proposer : « (...) de porter la durée maximale des contrats à durée déterminée de 18 à 30 mois, en raison des incertitudes liées à la crise de la dette qui dissuadent les petites et moyennes entreprises de les transformer en contrats à durée indéterminée (...) »

Quels sont les actuelles obligations des employeurs, vis à vis des embauches en CDD ?

« (...) Un contrat à durée déterminée (CDD), quel que soit le motif, ne peut avoir pour objet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise. Un CDD ne peut être conclu que pour l'exécution d'une tâche précise et temporaire (...) » nous dit Service Public

Il ne peut, sauf exceptions durer plus de 18 mois, et doit toujours correspondre au : « Remplacement d'un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu  » Dans le cas contraire, il peut être requalifié en CDI.

Par ailleurs, précise le site Casamap : « (...) La rupture de contrat est difficile voire impossible avant son terme et des frais supplémentaires sont engendrés par le paiement d'une indemnité de précarité (...) »

Ce qui n'a pas pourtant pas l'air d'inquiéter la CGPME qui, comme le pense le blog Dans le collimateur, pourrait bien suggérer quelques aménagements au CDD à rallonge, lors du sommet social du 18 janvier : « (...) Qui dit CDD « long » dit remaniement de tous les paramètres du CDD. D'abord, cet allongement équivaudrait à accepter que l'emploi d'un CDD serve à occuper un poste permanent, qui aujourd'hui est l'apanage du CDI (...) Comme il peut se passer bien des choses dans l'entreprise et dans les relations professionnelles avec l'employeur, la CGPME demandera que le mode de rupture actuel du CDD soit aussi revu : elle souhaitera que la rupture ne soit plus motivée, que les indemnités de fin de contrat soient allégées (...) Et puis, bien entendu, plus question de requalifier en CDI le contrat de travail après plusieurs CDD consécutifs (...) »

Et le blog d'ajouter : « (...) En fait, ce n'est pas de l'enjeu économique lié au carnet de commandes dont il est question (...) Les intégristes libéraux savent mieux que nous que cet accroissement de la flexibilité n'est pas la réponse à la baisse du chômage et à la lutte contre la concurrence internationale, mais ils veulent le faire croire. Ils veulent simplement sanctuariser cette proportion grandissante de salariés précaires naviguant entre intérim et CDD (...) »

Liberté, égalité et ... précarité en quelque sorte ...


Crédit et copyright photo
Le Figaro


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • restezgroupir44 restezgroupir44 28 décembre 2011 11:11

    Pourquoi les fils et les filles d’ouvriers ne sont-ils que 6 % des élèves de grandes écoles alors qu’ils représentent un tiers des enfants ? Comment expliquer que les hommes perçoivent - tous temps de travail confondus - des revenus supérieurs de 40 % à ceux des femmes ? Pourquoi le taux de chômage dépasse-t-il les 30 % pour certaines minorités d’origine étrangère, du Maghreb notamment ? Sait-on qu’il y a aujourd’hui en France 7 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté, dont un million d’enfants pauvres ?

     smiley

    « Liberté, égalité, fraternité » : la devise de la République sonne creux pour trop de citoyens : le décalage est grand entre les discours officiels et le vécu de la population.


    • Nums Nums 28 décembre 2011 22:00

      Pourquoi les fils et les filles d’ouvriers ne sont-ils que 6 % des élèves de grandes écoles alors qu’ils représentent un tiers des enfants ?


      Parce que l’école reproduit les inégalités sociales. Bourdieu l’a expliqué...

    • Jurassix Jurassix 30 décembre 2011 11:25

      Peut etre aussi parce que l’éducation nationale n’est pas capable de donner un niveau convenable dans les collèges et lycées des cités défavorisées.


      L’entrée en grande école se fait par concours. S’il y a moins d’enfants d’ouvriers :
      - soit ils ne veulent pas
      - soit ils ne sont pas poussés par leurs parents
      - soit ils n’ont pas le niveau.

    • krachunka 28 décembre 2011 11:12

      Soyons honnêtes jusqu’au bout, le principal frein à l’emploi est le salaire. Supprimons le pour retrouver la compétitivité de nos entreprises !!



      • PARISOT sera la 1ère a etre guillotinée ..........DU MEDEF


      • JL JL1 28 décembre 2011 17:54

        krachunka,

        vous ne croyez pas si bien dire en écrivant : « le principal frein à l’emploi est le salaire. Supprimons le pour retrouver la compétitivité de nos entreprises »

        Jacques Marseille, reconnaissons lui ce mérite, a inventé un moyen génial pour y parvenir, le RU.

        Mode d’emploi simple et efficace : distribuer un RU, et ensuite, réquisitionner les travailleurs, ad libitum (*).

        (*) Cherchez pas dans vos dicos, ça veut dire : ’à volonté ; au choix’. Comme les petits fours et l’alcool dans les raouts.


      • penajouir penajouir 28 décembre 2011 11:35

        Alleluia !!! En voyant la photo de ces deux grands humanismes que sont cette sal… de Parisot et l’autre enc… J’ai pleuré de joie. Enfin des ordures, des vrais de vrai qui sont là pour pourrir et faire crever notre monde ! Comme disait Don Salluste : C’est normal, les pauvres c’est fait pour être très pauvre et les riches c’est fait pour être très riche ! Et puis c’est tout !


        • iris 28 décembre 2011 11:52

          il ne savent plus quoi faire !! leur prévisions du travailler + pour gagner + encore faudrait t il qu’il ya it du travail !!
          il y aurait mieux fallu prévoir les besoins-voir les distributistes-et adapter les formations en fonction- et bien arréter délocalisations par taxes et impots-
          en 2012 ça va etre dur-déjà les ventes ralentissent !!
          et ils vont se défendre bec et ongles pour garder leur forune leurs avantages leurs privilèges-
          bientot il faudra s’exiler ou résister pour vivre


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 28 décembre 2011 12:42

            foutez-vous à votre compte ou syndiquez-vous, mais laissez notre suprème élite en dehors de vos petites considérations mesquines, eux ils vivent, contentez-vous de survivre !  :->


            • Croa Croa 28 décembre 2011 23:41

              Se mettre à son compte est une erreur, les petits patrons se faisant bouffer par les gros (ça peut être pire que salarié.)

              Se syndiquer oui mais il ne faut pas se tromper de crèmerie !

              Survivre ? Faudra bien smiley


            • lloreen 28 décembre 2011 12:43

              Il faudrait leur demander ce qu’ils font là et à qui ils s’adressent...
              Pas à moi en tous les cas parce que je ne les entend pas !


              • Croa Croa 28 décembre 2011 23:48

                « à qui ils s’adressent... »

                Pas besoin de demander !

                Pour les autistes :  smiley
                 UMPS&Cie


              • lloreen 28 décembre 2011 12:44

                Mon idée pour tous ces « représentants »:un CDD d’un mois et s’ils ne donnent pas satisfaction ils sont virés...
                Si la solution de Parisot n’était pas à sens unique le mode fonctionnerait mieux !


                • RBEYEUR RBEYEUR 28 décembre 2011 15:34


                  To be or not to be, that’s the question !

                  En clair : quoi faire pour oublier (au moins de temps en temps) d’être con ?


                  • Croa Croa 28 décembre 2011 23:51

                    Boire  smiley

                    ça tombe bien en ces temps de fêtes !


                  • Gérard Luçon Gerard Lucon 28 décembre 2011 15:56

                    je suis 100% d’accord pour porter tous les CDD a 30 mois, si ils sont aussi appliques aux parlementaires et au president !

                    Et comme on ne peut pas avoir 2 CDD en meme temps, cela reglera de facto le probleme des mandats multuples de ces chers elus qui commencent a se foutre un peu trop de nous


                    • Catart Catart 28 décembre 2011 20:30

                      il faudra porter à 5 le nombre de CDD car nos chers élus vont jusqu’à 5 mandats pour 1 personne soit des journée de 40h... incroyable ces politiques ... je sais tu vas me dire... mais mon bon catart... ils cumulent à cause d’un salaire modique dans chaque mandat...et oui je te comprend les fins de mois sont difficile avec 60 000€ par mois.
                      Se foutre de nous le mot est faible...il faut les virer TOUS droite et gauche et redonner au Peuple ce qui lui revient de son travail... je sais aussi tu as raison cela va prendre encore un peu de temps...mais nous sommes en marche...

                      http//www.indigne-je-propose.fr/
                       


                    • robert 28 décembre 2011 16:10

                      c’est un faux problème le CDD de 18 mois y a qu’a voir les services publics qui sont les premières à renouveler X fois les CDD des agents non titulaire sans aucun problème, c’est peut être plus dur dans le privé en tout cas je vois plus d’intérimaire renouvelé x fois. C’est encore une agitation qui ne sert à rien pour plaire à un électorat. 


                      • Jurassix Jurassix 30 décembre 2011 11:34

                        +1, ca fait bien longtemps qu’ils existent ces CDD longue durée renouvelés de manière illégales par les entreprises ou l’Etat lui même.


                        Et il y a aussi le CDD OD de 36 mois qui lui est officiel pour les grand groupes !

                        - CDD a Objet Défini, durée maxi de 36 mois portant sur un projet bien défini
                        - fait pour aider les entreprises à staffer en période de projet puis de revenir à un niveau de masse salariale inférieur une fois le projet terminé.
                        - cadres uniquement
                        - priorité d’embauche en CDI a la suite de la mission.

                        J’en fait partie, j’ai encore 2 ans a faire, j’ai du boulot assuré en tout pour 3 ans, et une fois terminé, je trouverai bien ailleurs si on me garde pas. Un peu comme les consultants.

                      • Philodeme Philodeme 28 décembre 2011 16:13

                        Notre oligarchie économique et/ou politique voit pour nous un avenir (qu’il soit géré en blanc, rose, bleu ou bleu marine peu lui importe) de la façon suivante :

                        « Travailler encore plus pour gagner encore moins »


                        • Fanya 28 décembre 2011 17:55

                          Voila un « putain » de bon slogan pour l’échéance futur pour faire réfléchir les 53% qui se sont fait empapaouter !! Pourquoi revoter pour un minus (Pinochio 1) qui vous a baiser ?


                        • Blé 28 décembre 2011 16:41

                          Il est évident que la question des contrats de travail cache la question du pouvoir d’achat de ceux qui travaillent et de ceux qui n’ont pas d’emploi. Le MEDEF (je ne parle pas des petites et très petites entreprises) a son programme, il l’ applique quelque soit la situation. De toute façon, si les salariés français ne sont pas d’accord, les patrons vont embaucher ailleurs, font venir des salariés de la zone euro, font travailler les apprentis jusqu’au moment où ceux-ci sont remerciés pour en prendre d’autres, les stagiaires ne coûtent pas chers, etc... Alors, un CDD de 30 mois ne changera pas grand chose aux conditions de travail des travailleurs qui manifestement depuis bientôt 5 ans se dégradent à grande vitesse.


                          • PtitLudo PtitLudo 28 décembre 2011 17:06

                            Merci pour l’article.

                            Quelle hypocrisie de l’UMP et de son donneur d’ordre le ME(R)DEF ! Il y en a du travail ou pas, bon sang ?!

                            Si oui alors on créé autant de CDI que nécessaire au minimum au SMIC pour couvrir ces besoins.

                            Et si non, on n’essaye pas de faire genre on s’occupe du problème alors qu’on se sert du prétexte du chômage pour précariser encore plus les salariés sans créer de l’emploi.

                            Rappel : L’emploi a pour but de proposer sa force de travail en ayant en retour de quoi subsister dignement. Sinon c’est de l’esclavage, et alors qu’ils le disent clairement si c’est à ça qu’ils veulent revenir, au lieu de tourner autour du pot !


                            • Gérard Luçon Gerard Lucon 28 décembre 2011 17:22

                              Reveillez-vous, le but est d’imposer la precarite, rien de plus, sachant qu’un chomeur devra accepter un CDD puis redevenir chomeur,

                              si il n’accepte pas il sortira des statistiques de pole-emploi , si il accepte c’est autant de moins en cotisations pour sa retraite ...

                              et de toute maniere sa retraite etant par capitalisation, il aura « des queues de cerise » quand il la demandera ... les bourses speculent maintenant avec vos retraites par capitalisation, et si elles repartissent en direct les dividendes, ellescapitalisent les dettes, les dettes seront deduites de vos droits ! La plus belle enculette jamais mise au point avec l’accord des syndicats francais, vous cotisez, ils speculent, vous perdez, ils gagnent !

                               

                              Gerard LUCON, ancien secretaire general d’un fonds de pension privee


                              • platon613 28 décembre 2011 17:25

                                Le pire est à attendre... lisez cette article

                                L’Euro : l’année de tous les dangers

                                Après « l’annus horribilis » 2011, 2012 s’annonce comme l’épreuve de vérité pour l’euro qui, pour ne pas exploser, doit impérativement surmonter la vague de défiance sans précédent dont il fait l’objet une décennie après être arrivé dans le portefeuille des Européens...

                                http://www.news26.tv/econmie/1490-l...


                                • antonio 28 décembre 2011 17:49

                                  Ah ! Le rêve pour le patronat ! Des salariés qu’on peut jeter dehors comme on veut, des salariés
                                  auxquels on peut imposer n’importe quels horaires,temps partiels, etc, salaires minables, etc...on y arrive, on y arrive !
                                  Quand le vent de la colère frémissante et féconde va-t-il enfin se lever ?


                                  • Fanya 28 décembre 2011 18:03

                                    Ça doit exploser ! Le printemps gaulois aura t il lieu ?

                                    Préparons le, faisons un inventaire des drones préparés par Dassault , préparons l’enfumage des caméras de surveillances !! etc...........


                                    • Scribe Scribe 28 décembre 2011 18:23

                                      Depuis deux générations nos parents nous ont dit tous les jours de notre enfance,« sois salarié mon fils », nos enseignants nous ont eux aussi encouragé à continuer des études théoriques pour accéder à un emploi salarié valorisant. Cette époque là n’a vu apparaître que peu de nouveaux créateurs d’entreprises. Le résultat est devant nous aujourd’hui : il y a déséquilibre entre l’offre et la demande d’emploi, trop de candidats salariés et pas assez d’entreprises prospères pour les employer. Donc, les patrons peuvent choisir, licencier et faire baisser les salaires , il y aura encore des candidats ! Ne nous leurrons pas avec des sentiments généreux de gauche ou d’ailleurs, chacun de nous s’il est en position d’employeur, même pour une modeste femme de ménage à temps partiel cherchera à obtenir le meilleur rendement pour le coût salarial le plus faible, et oubliera de consulter la convention collective ou de l’appliquer le moment venu, surtout si le salarié n’est pas assez conscient de ses droits et ne réclame pas. S’il le fait on le considérera comme « mauvais esprit »...
                                      Moralité : Il faut qu’il y ait plus d’entrepreneurs et un peu moins de salariés, les employeurs se battront alors pour avoir les meilleurs et leur feront des CDI en or pour les garder.


                                      • restezgroupir44 restezgroupir44 28 décembre 2011 18:33

                                        C’est comme Parisot. Elle estime que « La vie, la santé, l’amour sont précaires,
                                        pourquoi le travail échapperait-il à cette loi  ? »

                                        Elle est comme ça Laurence. La précarité dans le travail c’est vachement bien et c’est encore mieux quand tu hérites de l’entreprise de papa. Pour la santé, vous le saviez pas mais la cuillère en argent dans la bouche ça fait baisser la température. Quand à l’amour, c’est bien connu, les filles riches sont plus belles que les autres.


                                        • Mugiwara 28 décembre 2011 18:51

                                          bah, c’est une curieuse façon de voir les choses à la dame Parisot. Effectivement, d’un côté, elle ne dément pas qu’il y ait plus de 8 millions de chômeurs en France, de l’autre, elle propose un contrat de travail. donc, d’après elle, modifier le cdd va ralentir les délocalisations ? le chômage ? apparemment, pour une dame qui a toutes les compétences requises pour le poste de la patronne des patrons, oui. 


                                          hourra !!! 

                                          • TSS 28 décembre 2011 19:00

                                            c’est le reve de sarkho ,l’exemple de l’Allemagne avec ses travailleurs precaires, sa loi

                                             Hartz 4(travailler pour rien) !

                                            cette belle Allemagne reine de l’export !! seulement 90% de ses exportations se font en Europe

                                            quand les autres nations européennes ne pourront plus payer l’Allemagne s’effondrera... !!


                                            • Aroboose Aroboose 28 décembre 2011 19:01

                                              C’est clair, ils veulent « légaliser la précarité »...

                                              De toute façon, aujourd’hui dans le public, comme dans le privé, très peu de salariés
                                              osent l’ouvrir...

                                              Syndiqués ou pas, dans leurs bon droit ou pas, le « monstre chômage » fait tellement
                                              peur que la majorité accepte des condition de travail et de rémunération indigne...

                                              Alors enchainé des CDD hors légalités, ben...c’est une pratique déja courante dans
                                              beaucoup de milieu professionnel, en particulier si vous êtes sans diplômes ou ouvrier « de base ».

                                              Les « grands patrons » et autre « directeurs » s’arrangent TOUJOURS avec le code du travail et malheur à celui qui ne le connait pas, aucun scrupules, pas de pitié pour la piétaille...


                                              • lloreen 28 décembre 2011 20:30

                                                Il faut foutre toute cette racaille en cols blancs dehors en 2012:referendum d’initiative populaire sinon boycott des élections.
                                                Les belges n’ont pas eu de gouvernement pendant plus de 500 jours et la Belgique est toujours là...
                                                Quant aux belges qui ont eu un nouveau gouvernement, ils se sont mis en grève générale la semaine dernière, en total désaccord avec les propositions d’un ministre.
                                                Ils ont déjà prévenu que cette grève générale pourra être reconduite si le ministre persiste.
                                                Du sport en perspective pour les belges passés maitres dans l’art de faire tomber les gouvernements.

                                                http://www.rfi.fr/europe/20111222-belgique-paralysee-une-greve-generale

                                                Quant à la Suisse, elle fonctionne très bien avec le referendum comme mode d’expression démocratique...


                                                • kssard kssard 28 décembre 2011 21:30

                                                  C’est le retour des contrats d’objectifs : Les cadres seraient embauchés pour la durée d’une mission : 1 an, 2 ans, 3 ans suivant les besoins et ensuite la porte....


                                                  Pendant ce temps, le salaire des patrons explose, et le Medef syndicat patronal reste muet comme d’habitude : 

                                                  Les patrons français ont touché un salaire en moyenne 24% plus élevé en 2010 qu’en 2009, qui s’élève en moyenne à 2,46 millions d’euros, soit 150 Smic.
                                                  C’est le patron de Michelin, Michel Rollier, qui ravie pour la première fois le titre de numéro 1 du palmarès réalisé par Les Echos, avec des revenus de 4,5 millions d’euros en 2010. Soit une progression de 505% par rapport à ses revenus de 2009 !

                                                  .... et le ministre Wauquier de dire que le cancer de la société c’est les chômeurs qui fraudent la sécurité sociale. Tout cela est d’une indécence totale. 

                                                  Je m’attends au pire le 18 janvier pour le sommet Sarko sur l’emploi. Vous allez voir qu’il va expérimenter ce type de mesure avec quelques patrons de sa clique et qu’en plus ils seront défiscalisés sur les salaires. 



                                                  • moebius 28 décembre 2011 21:53

                                                    le patron est assurément un salopard qu’il ne faut surtout pas les confondre avec le chef d’entreprise qui est un type disons assez neutre


                                                      • Thucydide Thucydide 29 décembre 2011 07:26

                                                        En tuant l’emploi, ces gens assassinent la société qui est sensée faire prospérer leurs entreprises.

                                                        Comportement suicidaire ?
                                                        Non.
                                                        C’est leurs entreprises qui en souffrent, pas eux.

                                                        Eux, tout ce qu’ils veulent, c’est mourir gras.


                                                        • Dzan 29 décembre 2011 11:19

                                                          900 entreprises ont mis la clef sous la porte cette année 2011.
                                                          Faut fabriquer Français que dit le Chevalier du Béarn !
                                                          C’est pour ça que les rangers des pious pious, sont partis du Lot au Maroc, que la fabrique de bérets de l’armée et de l’ONU va disparaitre ect...
                                                          Nos propres administrations, achètent elles Français ? Non, la Police a des Fords ( Allemagne) parce que le règlement Européen oblige à un appel d’offres.
                                                          Amusez vous ( si on peut dire ) à regarder sur le site de Pole ( sans ) Emploi vous tapez un metier, vous allez voir le nombre de CDD
                                                          http://www.anpe.fr/espacecandidat/nicola/InitialiserCriteresPartenaire.do ;jsessionid=T84QdjvVH1k5CpDftsb6d22hV2xs2ndvBRNQpbTW7YSv9MdGzfvc !-1091952861?lieux=87D


                                                          • Gérard Luçon Gerard Lucon 29 décembre 2011 11:24

                                                            @Dzan, en ce qui concerne les achats publics, c’est meme beaucoup plus grave, quand j’etais Directeur au Ministere de la Justice j’ai negocie sans l’UGAP des achats de voitures (renault), j’ai obtenu du concessionnaire 6% de moins, on m’a refuse l’achat car je n’etais pas passe par cette UGAP ... l’Etat a donc paye le prix « fort » .. quand a la difference, elle a bien du partir quelque part !


                                                            • Biloo 29 décembre 2011 11:32

                                                              Le CDI n’est pas une finalité. Loin de là, à mon sens il est le Graal autoproclamé par le patronat pour maintenir les gens dans le besoin.
                                                              Les CDI est bien la preuve que nous avons un besoin vital d’un emploi et ce besoin vital d’un emploi et même d’un CDI est un levier de pression énorme sur la population.

                                                              Le marché du travail est un esclavage de la dette comme les autres et ce, malgré toutes les lunes que l’on nous fait miroiter, CDI en tête.

                                                              Nous nous battons pour une histoire de contrat de travail. Or le contrat de travail n’est pas une cause, il est la conséquence de notre asservissement à l’emploi. (Je dit bien EMPLOI et non travail)
                                                              Se libérer de cette servitude passe avant tout par une indépendance vis à vis de l’emploi. Les riches le font très bien, car ils ont un gros capital sur lequel se reposer. Alors la solution est simple : garantir l’égalité des chances. Cette égalité, ce n’est pas tous partir de zéro, car les riches héritiers n’en sont qu’avantagés, mais de tous partir avec le même capital pour assurer notre indépendance à l’emploi.
                                                              Le principe d’un revenu universel à vie satisfait cette condition d’indépendance vis à vis de l’emploi. C’est à cela que nous devons concentrer nos énergie. A la cause des causes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès