Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les repas d’affaires financent-ils la baisse de la TVA dans la (...)

Les repas d’affaires financent-ils la baisse de la TVA dans la restauration ?

 Il y a un transfert de revenus des entreprises au profit des cafés-restaurants

La baisse présente de la TVA dans les cafés-restaurants s’est traduite par une répercussion partielle, et le plus souvent très partielle, sur le prix public. L’essentiel a servi à améliorer la rentabilité de ces établissements, et, selon ce qui est dit, développer l’embauche. Impossible de vérifier ce dernier point, mais dont acte.

Tout le débat récent a porté sur l’insuffisance de cette répercussion. On a passé sous silence un effet induit, beaucoup plus massif, celui de l’accroissement du coût pour les entreprises.

En effet, les entreprises pouvant se faire rembourser la TVA payée (à condition qu’au moins une personne étrangère à l’entreprise soit invitée), la baisse de la TVA se traduit de fait par un renchérissement de plus de 10% des dépenses de restaurant, hors boisson.

Je m’explique. Prenez le cas d’une addition de 50 € TTC pour 2 personnes, à l’occasion d’un déjeuner de travail. Précédemment, il ne coûtait en fait pour l’entreprise que 41,81 €, l’entreprise se faisant rembourser les 8,20 € de TVA payée. Aujourd’hui, en admettant que, sur les 50 €, il y ait eu 12 € de vin, et que le restaurateur ait procédé à une baisse de 2% (c’est la baisse moyenne que j’ai pu constater dans le meilleur des cas), le prix est toujours de 12 € pour le vin, et 37,24 € pour la nourriture, soit un total de 49,24 €.

Sur ces 49,24 €, le montant de TVA est de 1,97 € sur la boisson et de 1,94 €, soit un total de 3,91 €. Le nouveau coût est donc 45,33 €, soit une augmentation de 3,53 € ou + 8% !

Ainsi les notes de frais vont augmenter de plus de 5% et probablement autour de 7, voire 8%. Ceci représente une somme non négligeable pour toute entreprise ayant un nombre important de commerciaux. Or je n’ai vu personne en parler et je ne suis pas sûr que les entreprises soient conscientes de cette conséquence. Une discussion récente avec un ami dirigeant me conforte dans cette analyse.

Comme de plus, la tactique des restaurateurs est faire baisser en priorité ce qui est spectaculaire, à savoir le café au bar et un plat du jour, cela concerne moins les notes de frais.

Finalement, ce sont les entreprises qui vont financer une bonne partie de la baisse de la TVA. Et pas seulement l’État. Est-ce volontaire et connu côté État ? Je ne sais pas…


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Vincent 21 novembre 2009 12:37

    Merci d’évoquer un problème non négligeable pour les petites entreprises (les grosses ayant leurs cantines).


    • marignan155 21 novembre 2009 12:54

      Depuis que l’on en parlait, que c’était demandé, et le MEDEF n’a rien vu venir ?

      il n’a pas protesté ?

      Pour Laurence Parisot. la baisse de TVA devrait jouer à plein pour l’emploi . « C’est une bonne nouvelle ! Ouf ! », s’est exclamé mardi la présidente du Medef, lors de sa conférence de presse mensuelle ( http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/2009-03/la-tva-reduite-coutera-2-5-milliards-d-euros-a-l-etat-4879505.html , le 17 mars 2009 à 15:29)

      Pour Vincent :

      Je ne suis pas persuadé qu’un commercial invite à la cantine de la société un client (potentiel ou réel), surtout si le client n’est pas à proximité de cette cantine ou si un certain calme est nécessaire



      • MICHEL GERMAIN jacques Roux 21 novembre 2009 13:10

        La baisse de la TVA dans la restauration va booster l’industrie automobile.........14% de gains (19,6 - 5,5 ) pas d’emplois supplémentaires, trés peu de baisses des prix clients, tout Medef, heu pardon, tout bénef pour les patrons qui vont s’acheter des 4X4 et autres Merco...
        Heu on va pas pleurnicher non plus sur les repas d’affaires...si ?
        En fait je ne sais pas pourquoi je suis intervenu la dessus, à moins que ce ne soit le métier que je pratique et histoire de voir si quelqu’un me retrouve dans Amororax ?


        • M.Junior Junior M 25 novembre 2009 00:33

          L’avenir des repas d’affaires nous en parlons depuis le 22 juillet 2009.

          Les dirigeants s’en moquent mais ceux qui mangent avec un ticket restaurant ont changé de catégories de resto ou alors ils sont restés cons à continuer d’engraisser des tauliers qui préférent embaucher du sans papier en cuisine pour mieux rouler en 4X4


          • MortytheReaper 11 décembre 2009 13:26

            Bien vu. De nombreux restaurateurs ne répercutent que partiellement la baisse de tva.
            Le plus curieux,, c’est l’absence de courage de réformer réellement la fiscalité.
            Oser tenter d’expliquer la déduction de la tva sur les repas selon le statut fiscal (Entreprise, BIC, BNC) est une gageure. Au lieu de remettre à plat, Bercy en rajoute des couches.

            La grande question pourquoi les libéraux ne profitent-ils pas de leur majorité parlementaire pour remettre à plat et faire simple avec bon sens ? Ils pourraient en profter pour prendre en compte les vrais tarifs...
            Déjeuner au restaurant à moins de 20€ dans les grandes villes c’est quasi-impossible, C’est souvent le prix du plat !
            Ils sortent jamais de leur tour à Bercy ? A le poids de l’inertie....
            Les soi-disant syndicats pro ne bougent pas plus. Un espoir du coté des experts-comptables pour faire des reco ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès