Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Messieurs les banquiers, bravo et adieu

Messieurs les banquiers, bravo et adieu

Messieurs les banquiers, nos sincères félicitations : prendre ainsi le contrôle du monde n'était pas une mince affaire !

A l'époque où les premières démocraties ont été mises en place on n'aurait franchement pas imaginé qu'il puisse exister quelque chose au dessus de l'Etat, et que ce dernier s'y soumettrait docilement.

Même durant le dernier quart du XXème siècle, où vous avez pourtant commencé à frapper de plus en plus fort, la plupart des gouvernants - et même des économistes - ne vous voyaient toujours pas venir !

JPEG - 38.6 ko

Quand on pense que suite à la chute de l'Empire Romain, puis durant la majeure partie du Moyen-Âge, il était formellement interdit de gagner de l'argent avec de l'argent, le pêché étant condamné à l'excommunication et parfois même condamné à mort ! Vous avez réussi à faire accepter le procédé il y a environ 3 siècles, puis avez ensuite accompli une autre prouesse en rendant légal le fait de pouvoir prêter plusieurs fois plus que ce qu'on ne possède, rien à dire c'est du bien bel ouvrage.

Aujourd'hui la majorité des grandes puissances économiques mondiales croulent sous les dettes qu'elles ont contractées chez vous. Mais plus fort encore, et il s'agit peut-être là du point d'orgue de votre réussite, lorsque vous leur réclamez de l'argent parce que vous vous sentez un peu inconfortables, les gouvernements de ces grandes puissances n'ont aucun autre choix que vous verser des dizaines de milliards ! C'est la très grande classe.

Certains ont bien essayé de donner l'alerte, même il y a 2 siècles, par exemple :

"Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation ".
Thomas Jefferson (1743-1826), 3ème Président des Etats-Unis

"Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout ". Thomas Jefferson

"Quand l'argent d'un gouvernement dépend des banques, ce sont elles et non les chefs du gouvernement qui contrôlent la situation ". Napoléon Bonaparte

"Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin ".
Sr Henry Ford (1863-1947), fondateur de Ford

"Quand le pillage devient un moyen d'existence pour un groupe d'hommes qui vit au sein des élites de la société, ce groupe finit par créer pour lui-même tout un système juridique qui autorise le pillage, et un code moral qui le glorifie. "
Frédéric Bastiat (1801-1850), économiste politique

L'un de vos fondateurs l'avait même clairement spécifié :

"Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ". Mayer Amschel Rothschild (1744-1812), fondateur de la dynastie banquière des Rothschild

Une dernière :

"Le système bancaire moderne fabrique de l'argent à partir de rien. Ce processus est sans doute le tour de passe-passe le plus étonnant jamais inventé.

Les activités bancaires ont été conçues dans l'iniquité. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez-leur, mais si vous leur laissez le pouvoir de créer de l'argent d'un petit trait de plume, ils vous la rachèteront...

Enlevez-leur ce grand pouvoir et alors toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront, comme elles devraient le faire, et alors nous aurons un monde meilleur où il ferait mieux vivre. Mais si vous voulez être les esclaves des banques et continuer de payer le coût de votre esclavage, laissez les banquiers continuer de créer l'argent et de contrôler le crédit.
"
Josiah Stamp, directeur de la Banque d'Angleterre de 1928 à 1941 (et 2ème plus grande fortune de Grand-Bretagne à l'époque).


Mais nous ne pouvons pas revenir en arrière et maintenant nous sommes bien obligés de gérer la situation actuelle.

Messieurs les banquiers privés, nous sommes confus (ou pas), mais nous allons devoir nous passer de vous. Les banques doivent devenir des organismes à but non lucratif si nous voulons sortir du système actuel qui arrive totalement à bout de souffle.

Le pire c'est que pour cela on va peut être encore devoir vous payer, vous vous en serez vraiment tirés comme des chefs jusqu'au bout... On espère tout de même secrètement attendre que la valeur de vos banques tombe à zéro pour que l'Etat les rachète zéro euro.


Où en sommes-nous ?

Nous en sommes au point où le remboursement de la dette est la 1ère dépense de l'Etat. La situation est intenable et ne peut continuer ainsi, comme le prouvent les exemples d'autres pays européens, à commencer bien sûr par la Grèce.

Après 2 ans et 7 plans d’austérité, la Grèce est en récession, sa dette est passée de 125% à 160% du PIB.

Petite vidéo qui nous vient de Grèce :

Quelques pays sont en train de prendre la même direction, comme l'Italie, l'Espagne, le Portugal, etc. La France et l'Allemagne n'en sont plus si loin...

Dette publique en Europe (en % du PIB)Dette publique en Europe (en % du PIB)

En Espagne par exemple, le chômage a battu tous les records : 21,2 % de la population active (près de 5 millions d’hommes et de femmes) et 46,2 % des jeunes de moins de 25 ans sont privés d’emploi. 2 millions de chômeurs ne touchent aucune prestation. Une grande misère ronge des millions d’espagnols alors que la crise est loin d’être terminée.
(source http://occupyfrance.org)

Nos dirigeants semblent totalement dépassés par les événements. L'Europe n'a pu mettre aucun plan pour sauver la Grèce sans l'aide de... la Chine ! Et encore, le plan réalisé ne garantit rien. Le G20 a bien fait rigoler les observateurs. La France vient d'annoncer son "deuxième" plan de rigueur, décrié par l'ensemble des économistes.
 

(source http://realinfos.wordpress.com/2011/07/01/la-dette-francaise-a-845-du-pib/)

Et surtout le peuple commence à bien intégrer l'injustice : on lui demande de rembourser les banques privées, par l'intermédiaire direct des impôts, par l'intermédiaire indirect mais non négligeable de l'altération de la qualité des services publics, des aides sociales, etc.


Parlons de la croissance

La croissance s'écroule. Or la croissance est le moteur du système.

Un mot sur le pourcentage de croissance : si on dit 3% une année, ce n'est pas identique aux 3% de l'année précédente car c'est le pourcentage d'un nouveau total qui a augmenté. Ces 3% contiennent plus de matériaux, plus de produits, plus de services que ceux de l'année précédente.
La courbe d'une croissance "à pourcentage fixe" n'est pas plate mais augmente de manière exponentielle.

En conséquence une phrase un peu choquante : de plus en plus de choses doivent passer de l'état naturel à celui d'ordure juste pour éviter l'effrondrement du système.

"Toute l'économie mondiale dépend du consommateur, s'il cesse de dépenser l'argent qu'il n'a pas pour des choses dont il n'a pas besoin, nous courons à notre perte." Bill Bonner, économiste.


Si les prêts diminuent, l'argent devient plus rare, il y a réduction du pouvoir d'achat, les ventes chutent, les salaires baissent, les prix baissent, le processus s'accélère car les emprunteurs n'ont plus confiance de pouvoir rembourser leurs prêts, donc ils n'empruntent plus, etc. Les saisies augmentent, les banques perdent beaucoup d'argent.

Seul le gouvernement peut enrayer cette spirale en renflouant les banques privées.

Au fil du temps la dette augmente et l'argent se déprécie. Suit un effrondrement déflationniste de l'économie, suivi du chaos social ou de la guerre.
D'où la tendance à pousser les gens et gouvernements du monde entier à s'endetter pour faire durer le système le plus longtemps possible !

(source http://www.etats-generaux-de-la-depense-publique.com/)


Mais derrière la boutade de l'économiste Kenneth Boulding "Quiconque croit que la croissance exponentielle peut continuer sans fin est soit un fou, soit un économiste." se cache une vérité bien réelle : la croissance ne peut pas augmenter à l'infini, notamment parce que les ressources naturelles de la planète ne sont pas infinies. La croissance qui augmente sans fin c'est un mythe de politiciens et d'économistes.

Le système monétaire actuel refuse de reconnaître que l'économie est limitée par les ressources naturelles limitées de notre planète et par notre capacité limitée à gérer les déchets.

La planète a des limites et l'économie ne peut pas gonfler à un rythme exponentiel.

Le plus grand mensonge c'est qu'une croissance exponentielle est possible. C'est une illusion créée de toute pièce par la course aux profits.

Bricoler le système ne donne pas de résultat durable, il faut changer le système.

L'argent n'est qu'une idée et n'est que ce qu'on fait de lui.

Il faut élaborer un nouveau système monétaire et probablement aussi un nouveau concept de l'argent.


Révolte du peuple

Le peuple commence à comprendre l'ignominie du système et son injustice criante. Cette fois il ne se laissera peut-être pas faire, il ne DOIT plus se laisser faire.

Il lui est impossible de continuer à faire confiance à ses dirigeants, ces derniers ne sont plus compétents, s'ils l'ont jamais été.

Il ne peut plus supporter de renflouer, par son dur labeur, les riches banques privées. C'est un contre-sens absolu et une injustice incommensurable.

L'Etat ne propose aucune autre solution. Et ne vous faites surtout aucune illusion : si le PS est élu en 2012, cela ne changera pas grand chose à l'affaire. En France c'est le risque : croire que la prochaine élection peut changer les choses. Le risque c'est de perdre de très longs mois. Il y a 6 mois jusqu'aux élections mais ensuite combien avant de se rendre compte que rien ne change fondamentalement ? Encore plusieurs mois ? Cela semble beaucoup trop long et risqué.

La réforme monétaire sera très difficile car tous les puissants, qui bénéficient du système, feront l'impossible pour conserver leurs avantages, comme dans toutes les révolutions.

Comment procéder ? Par les urnes ou par la rue ? Certains pensent qu'on peut encore faire changer les choses par les urnes, par exemple en provoquant un référendum via les parlementaires, ou en créant des collectifs (citons http://www.audit-citoyen.org). D'autres ne sont pas aussi optimistes et considèrent que cela devra passer par la rue, par exemple le mouvement pacifique des Indignés.

Espérons effectivement que cela pourra se faire sans violence, mais ce n'est pas garanti d'avance...


Quelques systèmes alternatifs

L'une des critiques principales faite à ceux qui se contentent d'appeler à la révolte du peuple et au changement du système est qu'ils ne proposent aucun système alternatif.

Faut-il renverser un régime qui va droit dans le mur si on ne sait pas encore ce qu'on fera après ? C'est un peu philosophique comme question, mais c'est vrai qu'on a envie de répondre "oui et on trouvera bien ensuite".

Mais en l'occurrence les systèmes alternatifs fleurissent ci et là.

L'un des éléments que tout le monde a compris, sauf nos dirigeants, à moins qu'ils préfèrent faire l'autruche pour leurs intérêts privés, c'est que le système des banques privées a fait long feu, donc le minimum pour commencer c'est de nationaliser les banques.

Il faudrait imaginer les banques comme des services sans but lucratif, travaillant au service de la société. Les prêts pourraient être sans intérêts (si viable économiquement) ou les intérêts seraient redistribués à la société (sous une forme ou une autre).

Des ajustements et des mesures importantes seront bien sûr nécessaires après la nationalisation.

Pourquoi les gouvernements choisissent d'emprunter de l'argent aux banques privées, avec intérêts à payer dessus, quand ils pourraient créer tout l'argent qu'il leur faut, sans intérêt ?
(d'avantage à ce sujet ici : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/unissons-nos-indignations-pour-103363)

Frédéric Lordon (comme d'autres) a analysé la situation avec clairvoyance depuis longtemps.
Voici un long article qu'il a écrit en août dernier :
http://blog.mondediplo.net/2011-08-11-Le-commencement-de-la-fin
Voici l'un de ses très rares passages à la télé, le mois dernier :
http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/faut-il-sauver-les-banques-et-a-32091

Un article AgoraVox d'hier sur "la réforme monétaire 100%" :
http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/10-raisons-d-adopter-la-reforme-103813

Une piste à réfléchir : ajout de l'argent numérique, une unité (par exemple un euro) ne peut exister qu'en un seul exemplaire et est identifié par un numéro unique déterminé par l'Etat. C'est comme de l'argent physique mais numérique.


Pour finir un proverbe Cri (nation amérindienne du Canada) :

"Quand le dernier arbre sera mort, quand la dernière rivière aura été contaminée, et quand le dernier poisson aura été attrapé, alors seulement nous comprendrons que nous ne pouvons pas manger l'argent".
 

---

Cet article m'a été inspiré par de nombreuses sources, la première et la principale étant les deux vidéos de Paul Grignon :





Deux vidéos d'animation (50 minutes et 1h30) qui expliquent de manière pédagogique comment a été créée la monnaie puis la dette, résument l'ensemble du système monétaire et envisagent quelques systèmes alternatifs.

Elles ont probablement quelques défauts, mais ont sûrement le grand mérite de pouvoir éclairer le peuple sur les rouages du système économique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (149 votes)




Réagissez à l'article

148 réactions à cet article    


  • Pyrathome Pyrathome 9 novembre 2011 14:00

    Messieurs les banquiers, à partir de maintenant, il ne va pas faire bon le rester, car je n’envie pas votre sort prochain..... smiley


    • robin 9 novembre 2011 14:16

      Bof !! ...le temps que les moutons daignent se réveiller, ils ont encore une paire d’année pépère à nous tondre par laquais politiques interposés


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 9 novembre 2011 22:40

      Pour l’instant les moutons sont hypnotisés par les chaînes Foot+ et Canal+ Sport. Quand, dans quelques mois, ils devront choisir entre payer leur abonnement ou manger ils se réveilleront peut-être.


    • platon613 10 novembre 2011 10:28

      UNE BOMBE ! Ca vaut le détour...

      Explosion de la zone Euro : L’Allemagne et la France discutent de la création d’un Euro du Nord

      Document secret : l’Allemagne et la France discutent d’une réforme radicale de l’Union européenne. La zone euro devrait être réduite et limitée aux pays qui sont les mieux alignés. « Un ou plusieurs pays doivent quitter la zone euro. » ....

      http://www.news-26.com/econmie/1323-explosion-de-la-zone-euro-lallemagne-et-la-france-discutent-de-la-creation-dun-euro-du-nord.html

    • devphil30 devphil30 10 novembre 2011 11:25

      Abrutissement du peuple 

      Ce n’est plus les jeux du cirque mais le principe reste le même ....

      « Du pain et des jeux
      et le peuple sera content,
      il suivra aveuglément
      les lois des saigneurs dieux. »

      Philippe 


    • geo63 10 novembre 2011 12:56

      Bonjour, excellent article.

      Une simple question à laquelle je suis incapable de répondre :
      On parle des banques (ou des banquiers), mais en fait le pouvoir est détenu par une OLIGARCHIE FINANCIERE (réentendre la superbe émission 3D de dimanche dernier sur France Inter, vers midi). Y-a-t-il vraiment une totale coïncidence entre le MONDE DES BANQUES et l’OLIGARCHIE FINANCIERE, ou bien existe-t-il des structures infiniment plus toxiques (plus ou moins réservées aux initiés) et pas seulement les paradis fiscaux ?

    • KLL1954 10 novembre 2011 13:36

      Ils peuvent continuer à dormir tranquille pendant encore longtemps, nos amis les banquiers. La masse des indignés n’a pas encore atteint le seuil critique. Voyez ce qui se passe : on nous a menti pour envahir l’IRAK, on nous a encore menti pour détruire la Libye, aujourd’hui on est en train de nous conditionner pour attaquer l’Iran. Les peuples continuent à croire à ces messieurs bellicistes qui nous gouvernent ; c’est ce qui justifient le manque de réaction surtout que les médias censés éclairer les peuples sont plein régime pour la manipulation.


    • human right 10 novembre 2011 13:43

      de quels banquiers parles- tu ?? de ceux qui fabrique l’argent ou des autres ?? car ceux qui fabrique l’argent, ceux sont eux qui ont le pouvoir depuis des siecles et je vois pas comment l’on va pouvoir détruire ce monopole envers ces privées qui ne sont élus par personne.


    • Laulau Laulau 9 novembre 2011 14:00

      A propos des banquiers j’ai lu un article sur Atlantico, il faut se pincer pour vérifier qu’on ne rêve pas.
      Les banques américaines ou françaises mettent à leur crédit la dévaluation de leurs obligation pour « améliorer » leur bilan. Et ça n’est pas un détail !  Si la Grèce pouvait en faire autant, tout irait bien, enfin ... en apparence ! 

      C’est tout bête, la banque part en sucette, pas de problème on s’invente des avoirs fictif et tout baigne, envoyez bonus et dividendes !

      Allez y voir, ça vaut le détour !

      http://www.atlantico.fr/decryptage/...


      • platon613 9 novembre 2011 19:36

        Lisez ça également.... c’est l’Italie qui sortira de l’Euro !

        L’Italie enterrera-t-elle la zone Euro ?

        La situation budgétaire Italienne s’aggrave. La démission de Berlusconi ne change rien à la situation du pays et à son endettement faramineux. Les taux d’intérêt à 10 ans sont à plus de 7%. Les investisseurs ont perdu confiance. La fuite des capitaux continue. L’Italie est la quatrième victime de la crise de l’euro. La France sera-t-elle la suivante ? -

        Alerte : le système peut s’effondrer à tout moment...

        http://www.news-26.com/econmie/1317-litalie-enterrera-t-elle-la-zone-euro.html

      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 9 novembre 2011 22:42

        @ Laulau.

        Même si la dépêche d’Atlantico semble pertinente il ne faut surtout pas lire ce site fondé par l’UMP. Dans quelques mois ils appelleront à voter Sarkozy.


      • Aldous Aldous 10 novembre 2011 11:19

        Atlantico, comme son nom l’indique, est un organe de l’UMP tendance atlantiste.

        Il n’y a rien de surprenant à ce qu’ils s’en prennent à la crédibilité de la BNP qui est l’objet d’une campagne de déstabilisation depuis cet été avec des articles diffusant des rumeurs comme celui du Wall Street Journal

        http://www.lepoint.fr/economie/wall-street-journal-bnp-paribas-demande-l-ouverture-d-une-enquete-13-09-2011-1372924_28.php

        Cependant le fond de l’article est sidérant sur les pratiques financières.


      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 9 novembre 2011 14:07

        L’Ennemi est identifié.


        • asterix asterix 9 novembre 2011 14:18

          Oui, mais pas encore renversé de son piédestal.


        • non667 9 novembre 2011 14:40

          à gaspard

          L’Ennemi est identifié.

          pas si sûr un ennemi peut en cacher un autre !


        • Hermes Hermes 9 novembre 2011 17:49

          N’oubliez pas que dans ce système, les vrais profiteurs restent invisibles.


        • logan 10 novembre 2011 03:31

          encore un qui fantasme sur les sociétés secrètes

          ça ne serait pas grave si cela ne vous conduisait pas à vous tromper d’ennemi, à vous perdre dans des délires paranoiaques, à réinterpréter dangereusement tout un tas de parties de l’histoire et à perdre de vue les vrais problèmes et les vraies solutions


        • Traroth Traroth 10 novembre 2011 10:41

          @logan : Et à part des lieux communs sans intérêt(s), vous avez un avis ?


        • Mich K Mich K 9 novembre 2011 14:23

          Tout y est, MERCI ! smiley

          - Nous révolter contre le hold up de la Finance sur les démocraties depuis 30 ans
          - Réfomre monétaire indispensable
          - Réinterroger notre modèle économique suicidaire de croissance « infinie »
          - Proposer et encourager les alternatives, les vulgariser et y faire réfléchir le peuple
          - Encourager l’avènement d’un nouveau projet de société à visage « humain »...

          Ceux que je cotoie tous les jours à l’usine rétorquent : UTOPIE«  !
          Mais avons-nous vraiment le choix finalement ???
          Continuer ainsi est-il souhaitable et même possible ??? smiley

          Bertrand Meheux explique dans »La politique de l’Oxymore" comment un système va forcément à l’extrème avant de sombrer... On y est ! smiley
          Qu’adviendra-t-il dans les mois à venir... Nul ne le sait !
          Mais une chose est sûr, les temps vont être agités... smiley


          • non667 9 novembre 2011 14:37

            à mich
            « les temps vont être agités...  »

            la preuve que non ! l’endormeur de 1° hollande = 37% d’opinion favorable ! smiley smiley smiley


          • anomail 10 novembre 2011 09:27

            >Ceux que je cotoie tous les jours à l’usine rétorquent : UTOPIE" !
            >Mais avons-nous vraiment le choix finalement ???
            >Continuer ainsi est-il souhaitable et même possible ???

            Ca ne bougera pas tant que les gens auront l’impression d’avoir encore quelque chose à perdre.

            Un peu de patience, on y vient.


          • colza 10 novembre 2011 13:21

            Effectivement, les temps prochains vont être agités. Je crains (ou j’espère, c’est selon) que nous n’arrivions même pas jusqu’aux présidentielles.

            A voir la vitesse à laquelle les défauts des états se précipitent, notre tour pourrait bien venir avant la fin de l’année !

          • human right 10 novembre 2011 13:29

            dites à vos collègues, que ce sont les Utopies d’aujourd’hui qui peuvent devenir la réalité de demain !! je suis etonné que dans cette periode transitoire sur la nouvelle repartition des pouvoirs dans le monde, que vos collègues ne soient pas convaincus qu’il faille un changement radical et qu’ils ne soient pas plus combatifs pour leur avenir !

            il est effectivement le temps de se réveillé et de comprendre le système pour le combattre. Pour moi la chose la plus simple à changer et qui est la SOURCE de tous nos problemes actuels, c’est effectivement la reforme monétaire. Tant que les etats seront « dependant », voir escalve du systeme de la création monetaire par les banques privées, nous ne pourrons jamais sortir de cette crise de civilisation.
            Comment peut on accepter qu’une oligarchie de banquier privée, fasses la pluie et le beau temps dans le monde, alors qu’ils ne sont pas des élus !? Alors qu’on nous parle de démocratie, mais elle est où ? Les politiques font voter des lois, en faveur des banquiers privée, sans prendre en compte l’Économie réelle (NOUS).

            Une chose est évidente, ce système est corrompu et la démocratie n’existe plus, et comme disait Napoléon :

            "Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain."

            Napoléon Bonaparte
            (1769-1821), Empereur Français

            La solution est donc bien de retrouvé le droit de créer notre monnaie. Ce que la droite à détruite avec la loi de 1973. (merci Giscard et pompidou) C’est là que tout à commencer pour la dette public française, puisque nous empruntions au banque privée avec intérêt, sans ne plus pouvoir créer notre propre monnaie !!

            voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_n%C2%B073-7_du_3_janvier_1973_sur_la_Banque_de_France


          • Nina888 9 novembre 2011 14:29

            Sigh il existe une solution pour sortir du systeme banquaire ...
            Un systeme economique avec une monaie alternative qui est crée par le peuple avec des materiaux courant comme le fer ... et des organismes de stockage de cette monaie totalement altruiste et controlé par le peuple ... refuser l’argent actuel pour la remplacer par la monaie du peuple ... pour que finalement l’argents des banque n’aie plus de valeur ... et que celui que nous construisons soit le plus valable ... de plus il serait international et sans spéculation et frais de change ...


            • lambda 10 novembre 2011 00:36

              @ nina888

              point n’est besoin de métal pourt créer une monnaie alternative
              L’Argentine après la faillite de ses banques a crée une monnaie papier alternative qu’ils ont utilisée plus d’1 an qu’ils ont appelé « l’argentino »
              Cette monnaie alternative leur a permis les échanges biens et services à l’intérieur du pays
              http://www.rfi.fr/actufr/articles/024/article_12006.asp


            • Traroth Traroth 10 novembre 2011 10:43

              @Nina888 : On ne le répétera jamais assez, il faut cesser d’imaginer qu’on puisse construire une autre société à coté de la société existante. On ne vous laissera pas faire !


            • Nina888 10 novembre 2011 18:24

              Ha ! et pourquoi ?
              Le pouvoir en place est corrompu ...
              Si on montre qu’il y as une alternative de socitétée possible au monde , cela montrerait la possibilitée de révolte au peuple ...
              Donc faisont la nouvelle socitée avant que l’anciène se tranforme en dictat avéré et déstructeur ...


            • Traroth Traroth 13 novembre 2011 17:12

              Exactement, et c’est précisément pour ça qu’on ne vous laissera pas faire ! La situation actuelle où l’écrasante majorité est exploitée par une infime minorité n’est pas un accident, elle est voulue par cette minorité, qui utilisera tout son pouvoir pour vous empêcher de proposer une alternative. La révolte est la seule possibilité !


            • miha 9 novembre 2011 14:31

              Abrogation de la loi ,dite Rotschild, de 1973 et de l’article 123 du TUE que les Français ont refusé en 2005.

              Que cette Europe-là s’écroule et vite... que l’on passe enfin à la reconstruction.

              Mise en place d’une rélle démocratie dont le socle ne peut qu’être une nouvelle constitution par et pour le peuple.

               


              • logan 10 novembre 2011 03:37

                Cette loi n’est pas dite Rotschild, elle bénéficie à toutes les banques, à tous les financiers, à tous les riches et à tous les néo libéraux qui peuvent ainsi par prétexte de la dette justifier les mesures de régressions sociales et de privatisation des services publics qu’ils ont toujours prôné.

                En appelant cette loi loi Rotchild, le FN vise à renforcer son idéologie de complot sioniste.

                Ne laissons pas le FN et l’extrême droite récupérer et détourner ce débat pour alimenter ce genre de thèses nauséabondes.


              • miha 10 novembre 2011 10:29

                C’est la loi Pompidou-Giscard... surnommée Rotschild parce que Pompidou venait de la banque Rotschild... rien à voir avec le FN


              • miha 9 novembre 2011 14:33

                Ah ! ça ira, ça ira, ça ira

                Tous les financiers à la poubelle

                Ah ! ça ira, ça ira, ça ira

                Tous les financiers à Pôle-emploi


                • Robert GIL ROBERT GIL 9 novembre 2011 14:43

                  excellent article, a diffuser..........
                  Comme beaucoup, je chercher des mesures alternatives, et je m’etais essayé a imaginer une monaie alternative nationale, capable de cohabiter avec l’euro. Il existe deja dans de nombreuses regions de pays europeen ce genre de monnaie, a votre avis est-ce possible au moins dans un premier temps de le faire au niveau national ?

                  http://2ccr.unblog.fr/2011/03/13/une-monnaie-alternative-le-franc/


                  • Nicolas Z NicolasZ 9 novembre 2011 14:45

                    Il est temps de préparer l’après « argent » et de s’orienter vers une système réellement économique, c’est-à-dire visant à économiser nos ressources (contrairement au principe de consommation actuel).

                    Découvre le Modèle Economique Basé sur les Ressources


                    • Pierre PEYRARD 9 novembre 2011 14:56

                      Les banquiers ont compris qu’ils feraient plus de pognon dans une économie de guerre, plutôt que dans une économie de temps de paix. Donc, ils préparent la guerre. C’est simple.

                      Le contrôle des matières premières, de l’énergie et de l’industrie lourde sont en jeu.
                      Ceux qui contrôleront ces trois secteurs clés, pourront installer des régimes dictatoriaux en quête d’espaces vitaux alimentés par la xénophobie, elle même alimentée par la crise économique et sociale.
                      Une fois la guerre déclarée, une fois les infrastructures détruites, l’argent des mêmes banquiers basculera étrangement du côté des « Démocraties »...
                      Car après le chaos, il est plus bénéfiques de reconstruire avec des taux d’intérêts, que d’entretenir la guerre.

                      C’est un mouvement de balancier. C’est tout. 
                      Cynique, mais ne demandez pas à un banquer de faire autre chose que de faire du fric avec du fric. Ils n’ont pas d’idéaux. Ils sont apatrides. Sur la misère comme sur le progrès, leur seul intérêt est de faire du fric.




                      • BHL=MST 9 novembre 2011 16:29

                        (...)Ne demandez pas à un banquier de faire autre chose que de faire du fric avec du fric.(...) Si nous en étions là, ce serait un moindre mal. Sauf que, cher monsieur, cette définition de la banque est périmée depuis longtemps. La banque fait de nos jours du fric sans le fric précisément. Vous avez certainement entendu parler nos jargonneurs de la nécessité de recapitalisation des banques ? Eh bien il est question de relever leurs fonds propres à hauteur de 9%, contre 2 ou 3 % en moyenne actuellement. A titre d’exemple, la Deutsche Bank est engagée pour plus de 2200 milliards d’euros, mais n’en possède en fonds propres que 2.27 %. Et ouais. smiley


                      • devphil30 devphil30 10 novembre 2011 11:30

                        Les dernières guerres ont montré leur efficacité en terme de destruction.


                        Il n’est certainement pas souhaitable qu’il faille aller vers un conflit mondial car les banquiers n’y gagneraient rien car nous serions au bord du vrai gouffre pour l’humanité.

                        Des conflits locaux semblent bénéfique pour les banques , que voit ton dans le monde depuis 1945 , une multitude de conflits locaux soutenus ou abandonnés par tel puissance occidentale comment alors ne pas penser au ressenti et à la rancœur des populations dans le temps.

                        Philippe


                      • Rudolph 9 novembre 2011 15:02

                        Le monde n’est pas fini. L’humanité ne restera pas éternellement sur Terre. Nous devons nous étendre. l’article est très bon hormis cette absurdité : levez la tête, sommes-nous dans un bocal fini ?
                        Mais il est vrai, avec le pillage du travail d’aujourd’hui, nous n’irons jamais dans l’espace.

                        La Lune recèle énormément de ressources. Mais je préfère autant en débattre avec des gens qui comprennent que le monde n’est pas fini et que surtout, il nous est accessible (fait déjà avéré).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès