Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Mille millions de mille milliards de mille trillions de mille dollars (...)

Mille millions de mille milliards de mille trillions de mille dollars !

C´est désormais entendu. Le capitaine Haddock appartient à un autre siècle. Il lui manque trois zéros pour être d´actualité. Son « mille milliards de mille millions de mille sabords » est obsolète. Une nouvelle unité est en train de prendre place : le TRILLION. Trions tout ça, soit en chiffres : 1 000 000 000 000. Ça fait combien en ancien francs j´aurai demandé (pour rigoler) à ma grand-mère ? « Ouuh, beaucoup mon chéri », beaucoup trop pour en prendre conscience. C´est donc ça. On nous assène ces chiffres dans l´espoir qu´il soit impossible d´en prendre la mesure. Total, les 10 milliards par ci et autres 26 milliards par là, c´est du pipi de chat… Pas de quoi le fouetter non plus, quand on les compare aux bonus (sic) qui restent évalués en millions. Sauf que le PIB mondial n´en compte que 45. Eh oui, 45 mille milliards de dollars, c´est ce que représente la production mondiale annuelle.

Aux Etats-Unis, le Plan de relance s´élève à 1,2 trillions de USD (déjà 2,3 selon certains) ; en Chine, 4 trillions de renminbis (soit 580 milliards de USD) ; au Japon, 37 trillions de yens. J´arrête là les conversions, elles me donnent la nausée, quand je les rapporte aux 82 milliards de dollars qu´il faudrait, selon les Nations Unies, pendant 5 ans (soit 410 milliards, ou encore 0,4 trillions) pour éliminer la faim dans le monde…. Pareil pour les 683,725 trillions de dollars de produits dérivés spéculatifs, dont 57,385 trillions de credit default swaps (soit 7% qui jouent la faillite d´autrui). Une autre unité de mesure est aujourd´hui à la mode : le kerviel soit 5 milliards. La Société Générale a donc perdu 2 kerviels, plus celui de base.
Mais bon, « tout ça c´est polémique » comme le dit notre épicier en chef Erick Woerth, parlons de choses sérieuses. Les conséquences de tout cet argent injecté pour fluidifier (sic) des circuits encrassés par le « toujours plus ». Mais plus de quoi ? Parce que ce qu´il se passe aujourd´hui est en fait une grande évaporation. Après le sacrifice des poulets, des vaches et cochons, voilà qu´on se met à faire disparaitre de la valeur. Pouf-pouf et puis c´est tout. Carlos Slim l´a senti passer. De 65 milliards de dollars, voilà qu´il ne lui en reste plus que 35. Le pauvre. Et c´est pas fini… donc, pas de problème, on en rajoute. Qui n´en veut des milliards ?
Sauf qu´il faudra bien passer à la caisse un jour ou l´autre. Pour l´instant, on parie sur la future génération en laissant plonger la dette. Encore une fois c´est méconnaître les principes de base de l´économie. Un vrai paradoxe pour les tenants de la théorie quantitative de la monnaie. A produire de la monnaie on en déprécie sa valeur, en partant d´un principe simple : tout ce qui est rare est cher. Autrement dit, on fabrique de la monnaie de singe. Monkey business disent les américains. Résultat obligé l´inflation ; pardon, l´hyperinflation comme au Zimbabwe. Total, pour accélérer la vitesse de circulation de la monnaie une seule solution : la monnaie avec date de péremption…. Je sais, c´est nouveau, ça vient de sortir.
Une nouvelle bulle est en train de gonfler, la bulle monétaire, beaucoup plus grosse que toutes les précédentes. Son éclatement éclaboussera tout le monde, même les pauvres ! Après la déflation, qu´on essaye de nous faire passer maintenant comme la solution à la question du pouvoir d´achat, l´hyper-stagflation nous ramènera à la réalité.
Qui veut gagner des Trillions ? Un conseil : investissez dans une brouette, elle vous servira pour aller acheter votre baguette !!

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Julius Julius 16 mai 2009 11:55

    Les gouvernements utilisent la crise comme d’un prétexte pour le financement de programmes, qui ne serait pas acceptable autrement. Tha grande partie du « Plan » de Obama n’a rien à voir avec la crise. Il sert à financer les soins médicaux, éducation, ... Ce n’est pas une mauvaise chose. Le problème est qu’il est payé par la dette et la mauvaise justification (la crise). Un autre exemple (d’Europe) est la prime à la casse : Le lobby automobile a essayé de commencer ca déjà avant la crise. Ils ont échoué. Mais ils ont réussi à utiliser la crise et mettre en œuvre leur projet.

    Il n’y a aucun moyen de rembourser la dette que nous faisons maintenant. Sauf par l’inflation massive. Donc, mon conseil : ne pas garder l’argent, acheter quoi que ce soit maintenant.


    • ZEN ZEN 16 mai 2009 12:08

      L’hyperinflation arrivera fatalement , je le crois
      Ne pas garder d’argent, c’est ce j’essaie de faire en aménageant ma maison (travaux longtemps différés). Faire des économies ne semble plus avoir de sens...
      Investir dans une brouette ?
      Je préfère un vélo

      J’espère me tromper !


      • herbe herbe 16 mai 2009 18:40

        C’est curieux mais en ce moment les français semblent penser (intuitivement et/ou rationnellement) la même chose que vous parce qu’en Europe ils sont parmi les rares à continuer de consommer ( ceux qui sont solvables...)... c’est peut-être une bonne chose finalement, il faudrait donc une offre concrète et une demande solvable tout aussi concrète ...


      • hans lefebvre hans lefebvre 16 mai 2009 20:00

        1 madoff = 10 kerviels !


        • Internaute Internaute 16 mai 2009 21:51

          Tout est question de temps. Que la fin de l’histoire soit une hausse des prix insupportable pour ceux qui ne pourront pas indexer leurs revenus (ex : retraités) est une évidence.

          Mais avant cela nous assistons à une baisse des prix pour la raison suivante. L’argent donné aux banques reste dans les banques qui en profitent pour se payer des bonus, acheter d’autres banques, se recapitaliser etc. Le public ne reçoit pas d’argent. La crise n’étant pas due aux sub-primes (ou si peu) mais à la désindustrialisation des pays occidentaux à cause de la mondialisation, ce qui a conduit à l’accumulation de dettes impayables en tous genres, le réajustement conduit à des ventes massives de titres qui dévaluent les actifs et entaînent l’économie dans une spirale descendante. En ce moment c’est la baisse générale de consommation dans le monde entier et c’est fortement déflationiste. 730 cargos attendent en face de SIngapour. Le prix journalier du transport maritime a été divisé par 30.

          L’argent que vous gardez permettra d’acheter plus demain. Il suffit de voir que le prix de l’immobilier chute, que la bourse chute et que le prix des autos a baissé de 20%. Celui qui a des euros ou de l’or n’a qu’à attendre.


          • pierre783 18 mai 2009 23:11

            Petit détail, stricto sensu trillion vaut 1000 milliards seulement chez les anglo-saxons, chez nous on dirait billion pour 1000 milliards et trillion pour 1 milliard de milliards.

            Voir les échelles longues et courtes


            • sadri slim cohen sadri slim cohen 19 mai 2009 04:04

              À Pierre, c´est justement l´hyperlink  que je donne dans l´article pour la définition du Trillion…mais vu que même Michel Aglietta parle maintenant de trillions je me suis permis cet excès de langage a titre provocateur uniquement.
              Bien cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès