Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Nauséabond marché des changes !

Nauséabond marché des changes !

Après avoir subi un tremblement de terre d’une magnitude inégalée depuis la mise en place de l’échelle de Richter (sauf en deux occasions), après avoir subi un tsunami dévastateur, après avoir subi la peur nucléaire, le Japon a donc encore subi dans la nuit de mercredi à jeudi dernier un ultime séisme en assistant - impuissant – à l’envolée de sa devise. En l’espace de quelques minutes, le Yen a ainsi vu sa valeur propulsée de 6% vis-à-vis du dollar australien (pour ne citer que lui) ! S’il en était besoin, ce type de fluctuations (mais peut-on encore employer le terme banal de « fluctuation » pour évoquer des mouvements d’une telle amplitude ?) apporte la preuve suprême selon laquelle les flux de capitaux internationaux sont susceptibles de perturber gravement une économie quand ils sont livrés à eux-mêmes ! Effectivement, un pays de la taille du Japon, c’est-à-dire deuxième ou troisième économie au monde, est impuissant face à un marché des changes qui brasse quotidiennement des milliards de milliards de dollars… 

Cette fulgurance de l’appréciation du Yen est-elle spectaculaire et inégalée ? Comment comprendre l’envolée d’une monnaie dont le pays subit un enchaînement de catastrophes ? … Qu’à cela ne tienne et qu’on se le dise : l’impérial et impérieux marché des changes peut à sa guise décréter de faire monter ou baisser des monnaies en dépit de désastres naturels et selon son bon plaisir ! En pratique, l’explication est à rechercher du côté des fonds de placement et autres spéculateurs qui, usant et abusant de l’effet de levier, empruntent à presque 0% en Yens pour placer dans des monnaies et dans des pays à hauts rendements. Ainsi, à mesure que la devise nippone s’apprécie, leurs positions courtes ou vendues à découvert (shorts) se révèlent de plus en plus perdantes, induisant des appels de marge qui, impayés, génèrent des clôtures (volontaires ou automatiques) de positions, c’est-à-dire des achats de yens … qui exercent une pression ascendante supplémentaire sur cette monnaie et cet enchaînement infernal enfle de manière incontrôlable exactement comme une boule de neige. Et je n’évoque même pas les contextes de marchés illiquides (à l’instar d’hier) offrant à certains joueurs une occasion inespérée de déclencher les « stop loss » ou encore le phénomène amplificateur concernant le marché des options… 

Le G 7, qui a déclaré son intention de soutenir le Japon, vient de fait d'intervenir il y a quelques heures de cela et de manière concertée sur les marchés en vue d'enrayer cette ascension inexorable du Yen. L’expérience montre néanmoins– et c’est un ancien cambiste qui vous le dit ! – que les autorités échouent systématiquement dans leur combat contre le marché des changes. N’est-il pas grand temps de s’atteler sérieusement et une fois pour toutes à une entreprise de salubrité publique qui consisterait à enfin brider ce marché qui a jusque là fait suffisamment de dégâts ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 18 mars 2011 09:28

    Oui, c’est profondément écoeurant. C’est meurtrier, tout simplement. Cela mérite justice et condamnation. Il devrait être interdit, dans ce cas là de jouer sur la monnaie d’un âys dans une telle situation.
    Quel monde putassier , à vomir !


    • PhilVite PhilVite 18 mars 2011 12:31

      Euh...M’sieur, j’ai rien compris à l’explication !
      Vous pourriez nous la refaire en plus détaillée ?

      (ps, c’est pas une blague, je n’ai vraiment rien compris)


      • gaijin gaijin 18 mars 2011 13:24

        Je te la fait courte :
        pendant que les japonnais crèvent les spéculateurs les ruinent en spéculant
        (comme toujours dans toutes les guerres et toutes les catastrophes )
        C’est ce qu’en France on appelle la morale du capitalisme


      • PhilVite PhilVite 18 mars 2011 13:56

        Oui, ça je l’ai bien compris, ce qui m’intéresse, c’est l’explication technique, « effet de levier », « emprunts en yen », « positions courtes (et perdantes !) » « clôture automatique » ... Toussa, toussa ...


      • alberto alberto 18 mars 2011 14:58

        PhilVite

        Voir ici et .

        Bon courage !


      • pingveno 18 mars 2011 15:27

        PhilVite,

        L’effet de levier, c’est le droit pour les boursicoteurs de faire semblant de miser cent fois plus qu’en réalité.
        Mettons que j’ai 100 dollars à miser et qu’aujourd’hui 1 $ = 90 yens donc je devrais pouvoir en acheter 9000. Les monnaies s’évaluent à 6 décimales près, disons que le lendemain, 1 $ = 90,50 yens donc 9000 yens = 99,44 $ donc je n’ai perdu que 56 cents. Inversement je peux difficilement espérer gagner mieux que quelques centimes.
        Dès lors, considérant que pour perdre 100 dollars il faudrait que le yen augmente jusqu’à plus de 900 yens pour 1 dollar, ce qui est quasi impossible, je suis en droit, pour mes 100 dollars, d’acheter non pas 9000 yens mais 100 fois plus, soit 900000 ! Le lendemain, quand je revends à 90,50 yen/dollar je n’ai perdu que 10000-9944 = 66 dollars (mais dans la situation inverse, j’aurais gagné non pas 56 centimes mais 66 dollars, d’où l’intérêt de la manip !)
        Oui mais que se passe-t-il si le yen passe à 91 par dollar ? Dans cette hypothèse je devrais perdre 10000 - 9890 = 110 dollars alors que je n’en ais misé que 100 ? En réalité dans ce cas l’ordinateur aura automatiquement tout revendu dès que la perte dépasse les 100 dollars misés initialement. Voila pour la clôture automatique.
        Dans tous les cas, tout ça se fait automatiquement par ordinateur et quand tu fais un effet de levier de 100x comme dans mon exemple, les transactions sont limitées à 2 jours maximum, ce sont donc des positions très courtes : on est loin de la bourse où tu achètes des actions pour les revendre quelques années après  ! (parce que les effets de levier sont limités à 5x si je me souviens bien) Et autre différence, quand tu vends sur le forex c’est immédiat, alors qu’à la bourse, ton action n’est revendue que quand quelqu’un a manifesté son désir de l’acheter !

        Encore une chose : avec 100 dollars je peux acheter 90000 yens, mais je peux aussi... vendre 90000 yens que je n’ai pas (sic) ensuite si la monnaie baisse comme dans l’exemple précédent... je gagne de l’argent (sic) ça s’appelle la vente à découvert ou la spéculation à la baisse.

        Tout ça ce ne sont que des chiffres totalement déconnectés de la réalité du terrain - et si tu trouves ça absurde tu as bien raison ! - mais comme ces prix sont aussi ceux utilisés par les banques (ou les états) pour s’acheter des monnaies entre eux, il suffit d’une rumeur pour que tout le monde achète en même temps avec effet de levier et tout et tout donc au final c’est ce système qui gouverne le monde de l’économie.


      • PhilVite PhilVite 18 mars 2011 18:47

        Merci pour vos réponses.

        Mais à la base de mon incompréhension il y avait cette bête question :
        Pourquoi, fondamentalement, la monnaie d’un pays qui vient de subir une catastrophe s’envole-t-elle ?

        Et en y consacrant quelques minutes je viens de comprendre. Mieux vaut tard que jamais !
         


      • Razzara Razzara 18 mars 2011 14:14

        Bonjour Monsieur Santi,

        Vous écrivez : ’’[ceci] apporte la preuve suprême selon laquelle les flux de capitaux internationaux sont susceptibles de perturber gravement une économie quand ils sont livrés à eux-mêmes !’’.

        Effectivement, c’est l’aspect ’technique’ je dirais, mais cela apporte surtout une preuve supplémentaire que ce système financier est une bête assoiffée de sang et jamais repue ! Les magouilles de la banque du Japon pour éviter que le Nikkey ne finisse au ras des pâquerettes en entrainant tous les autres, Wall Street en tête, sont très révélatrices du degré de démence schizophrénique atteint.

        Nauséabond ? Assurément, comme l’est l’odeur pestilentielle d’un cadavre en putréfaction et à qui l’on donne des joues rosées en lui passant des poches de sang à la pelle !

        Razzara 


        • Leo Le Sage 20 mars 2011 15:26

          "Les magouilles de la banque du Japon pour éviter que le Nikkey ne finisse au ras des pâquerettes en entrainant tous les autres, Wall Street en tête, sont très révélatrices du degré de démence schizophrénique atteint."

          Non, c’est surtout la preuve qu’il y a un défaut de régulation.


        • ddacoudre ddacoudre 19 mars 2011 00:17

          bonjour santi
          juste un passage pour dire que la comptabilisation de l’existence est inhumaine, et que ton article le démontre.
          cordialement


          • easy easy 19 mars 2011 09:10

            Le mot nauséabonb, à force de le voir conjuguer à toutes les sauces, s’use très vite.

            A part ça, je ne partage pas votre analyse.

            Avant la cata, les assureurs qui assurent le Japon éparpillent leurs réserves un peu partout, ce qui valorise alors toutes ces autres choses, par exemple un immeuble à Paris.

            Dès que la cata apparaît au Japon, les assureurs voient qu’ils vont avoir 300 milliards à injecter dans le Japon en Yen, pas en quoi que ce soit d’autre qu’en Yen. Eux, et tous les autres opérateurs savent qu’il va s’opérer un transfert d’intérêt donc un change entre les autres valeurs conservées et travaillées avant la cata et le seul Yen, pour un montant à peu près cerné, mettons 300 milliards.
            Et pas plus. Pas infiniment plus.

            C’est la finitude, la précision relative de cette masse de 300 miliards à changer qui a permis à tous les opérateurs de déterminer d’un seul coup, sans trop d’erreur, quelle serait alors la cote la plus haute possible du Yen.

            Il n’y a strictement aucune vilainie dans tout ça.

            Avant la cata les besoins en Yen étaient banals. Après la cata, tous les sinistrés vont exiger des Yens livrés en cash et sur place (ils ne veulent pas d’un immeuble à Paris), Les assureurs vont donc devoir récupérer pour 300 miliards de Yen qui traînent à gauche et à droite, ils vont être recherchés, réappréciés il y a donc le plus naturellement du monde un changement de la valeur du Yen en même temps qu’une dépréciation d’autant des autres monnaies. 

            Et tout cela pendant que grimpe le prix de l’air propre, de l’eau propre, de la terre propre.

             


            • kataroff kataroff 20 mars 2011 12:40

              La revalorisation du Yen apres la catastrophe est due aux rapatriements de capitaux massifs par les japonais, on peut supposer a des fins de reconstruction. Le marche des changes a anticipe ce phenomene, et les speculateurs ont stocke des liquidites afin de les mettre a disposition des japonais.
              L’appreciation de la devise aurait permis au japon d’importer le petrole et les materiaux qui leur seront necessaires a moindes frais. Au lieu de cela la BoJ et ses partenaires perturbent le processus en manipulant leur devise a la baisse.

              A qui cela profite-t-il ? Aux assureurs qui doivent honorer des polices d’assurance libellees en yen, et qui preferent acheter ces devises au cours le plus bas peut-etre ?

              Ou aux japonais ?


              • Leo Le Sage 20 mars 2011 15:32

                Je pense surtout que tous ont peur d’un Yen trop élevé.
                Les japonais compris car cela tuerait leur économie, qui est basée sur l’exportation malgré tout...


              • Leo Le Sage 20 mars 2011 15:30

                Le défaut de régulation permet tous les abus contrairement à l’idée de base de ceux de Chicago qui prône l’homme sage donc faisant attention à s’autoréguler (Adam Smith ?).

                Pour faire simple, en France on sort des lois parce que c’est le seul moins de faire respecter le droit des plus faibles, mais au niveau de la finance il y a moins de contraintes et donc mécaniquement comme il y a plus « malhonnête que soi » tôt ou tard on osera ce que le commun des mortels n’aurait même pas imaginé.

                Pourquoi justement Kerviel ne remboursera pas les 4 milliards ? parce que la Société Générale savait que ses bénéfices seraient importants...

                Pourquoi on n’a pas obligé les banques à investir en France comme contrepartie ?
                Parce que cela va probablement affaiblir les multinationnales françaises.
                Ben, oui, les américains n’ont pas mis de conditions à leurs banques...

                Une honte bien sûr.

                La France s’en va en guerre en Lybie pour éviter aux français de discuter de leurs vraies préoccupations...


                • kataroff kataroff 20 mars 2011 16:35

                  Il faut reconstruire avant d’exporter non ? Cette hausse aurait ete temporaire de toute facon.


                  • Leo Le Sage 20 mars 2011 21:06

                    Oui, c’est un investissement...
                    Comme tout investissement, on (re)construit des usines.

                    Mais tout n’est pas détruit au Japon loin de là...


                    • fwed fwed 24 mars 2011 12:36

                      Michel Santi et ses potes se font un max de blé.
                      Ils sont contents et conchient les salariés de l’économie réelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès