Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Non les 35 heures ne sont pas responsables de tous les malheurs du (...)

Non les 35 heures ne sont pas responsables de tous les malheurs du monde

local/cache-vignettes/L500xH465/Tempsdetravac5aa-fe1fa.png

Plutôt que d'écouter les bétises de Manuel Valls, ou celle de Nicolas Sarkozy et François Baroin, il vaut mieux consulter les statistiques de l'OCDE pour savoir quel est le temps de travail hebdomadaire moyen en France.

Il était de 38 heures en 2009, comme depuis 7 ans.

En Allemagne par contre, le temps de travail est plus ou moins de 36 heures, sur la même période. Les Hollandais ne font même pas 31 heures hebdomadaires !

En terme de productivité, l'heure de travail en France est supérieure à l'Allemagne, alors que le PIB par habitant est inférieur.

Ce n'est donc pas la faute des travailleurs si l'économie française est moins performante que sa voisine, ce doit donc être celle des chefs d'entreprise, et de la politique économique, qui peinent à résorber le chômage (en 2009, 9,5 % pour la France contre 7,5 pour l'Allemagne).

local/cache-vignettes/L394xH500/Image2png-353533-ec738.png

« Les pays qui ont le plus réduit le chômage sont ceux qui ont augmenté le temps de travail », disait Nicolas Sarkozy en juillet. Les chiffres nous montrent exactement l'inverse.

« Les 35 heures ont détruit la compétitivité » continuait Nicolas Sarkozy en pensant que les citoyens sont incapable de vérifier les données par eux-même :
La compétitivité française s'est au contraire améliorée de 1997 à 2002. Pendant toutes ces années la France avait un excédent extérieur compris entre 20 et 30 milliards d'euros. Depuis 2003 (retour aux 38 heures), le solde extérieur n'a cessé de fondre, pour se transformer en un déficit croissant à partir de 2005, atteignant plus de 40 milliards en 2009. (Médiapart)

local/cache-vignettes/L400xH290/11-01-04-par0206-e80cf.jpg

 Dessin de placide

 

Toujours concernant les 35h, je vous invite à lire cette intéressante note de Gérard Filoche (trouvée chez Slovar via Jegoun) à propos des 35 heures.

Le jeune retraité, ancien inspecteur du travail, est un spécialiste du droit du travail et rappelle ainsi un certain nombre de vérités.
 
La première étant que la plupart des dirigeants politiques (de droite comme de gauche) racontent n’importe quoi tout comme, d’ailleurs.
Les 35 heures n’ont pas à être déverrouillées (comme le dit Manuel Valls) : « 35 heures » correspond à la durée légale du travail, point barre.
Les heures effectuées en plus sont des heures supplémentaires.
 
Tout le reste tourne autour de :
- la durée maximum de travail hebdomadaire (48 heures),
- le contingent annuel d’heures supplémentaires autorisées (déjà énorme, porté à 220 heures par François Fillon),
- le taux de majoration des heures supplémentaires (à 25%).
 
A quand un débat Filoche vs Sarkozy à 20 h sur le thème des 35 heures ?
 
Arnaud MOUILLARD

Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • interlibre 5 janvier 2011 12:17

    Pouvez vous m’expliquer pourquoi les chiffres de l’ocde que vous donnez à la fin n’ont rien à voir avec ceux de l’insee d’un autre article paru aujourdhui sur Avox... ?

    exemple :
    stat ocde Pays bas : 30.6
    stat insee Pays bas : 38.9

    • spartacus1 spartacus1 5 janvier 2011 15:10

      Parlons de Valls.

      Un Valls que connaît-il à l’économie ?

      Valls n’a jamais, absolument jamais, travaillé réellement dans sa vie.

      De vagues études d’histoire dont on ne sait même pas si elles se sont achevées avec succès.

      À l’âge de 21 ans, attaché parlementaire de Robert Chapuis, depuis, il n’a plus rien fait d’autre que d’émarger à la cuisine politique.

      C’est le prototype quasiment parfait de ces politiciens professionnels, prêt à n’importe quoi pour poursuivre leur carrière.

      La France est malade, bien malade de ce genre de politiciens, qu’ils soient de « droite » ou de « gauche », je mets des guillemets, parce que pour eux, carriéristes avant tout, les convictions n’ont pas d’importance, on en change au gré des circonstance : Ils sont à droite lorsque l’air du temps est à la droite et à gauche lorsque l’air du temps change.

      La France est malade, mais la France est fondamentalement saine, elle peut guérir. La voie de la guérison passe par la suppression totale de la possibilité de faire une carrière politique, une réforme complète des mœurs politiques.

      Pour se faire, il faudrait inscrire dans la Constitution

      - L’interdiction absolue des cumuls, à quelque niveau que ce soit,

      - Fixer une limite de 2-3 mandats successifs à un même poste.

      Pourquoi la Constitution ? Simplement pour mieux verrouiller la chose, afin que n’importe quelle majorité parlementaire de circonstance ne viennent pas supprimer ces articles.

      En ce qui concerne les cumuls (je prends un exemple, mais il y en a des milliers d’autres) comment peut-on à la fois être maire d’une ville comme Bordeaux et ministre ? Personnellement, j’ai le sentiment qu’un seul de ces postes suffirait à remplir plus que largement ma vie de travail et même au delà. Il est vrai que, modeste ingénieur, je n’ai sans doute pas la capacité de travail des politiciens, MDR.

      Mais modifier la Constitution appartient aux parlementaires, et je vois mal nos politiciens renverser la marmite de soupe qui les nourrit si bien.
      Et que l’on ne compte pas sur le référendum d’initiative populaire, quelle belle escroquerie que ce que l’on vient de nous proposer. Il s’agit plutôt du référendum d’initiative parlementaire, seul une majorité du parlement pourra lancer une telle initiative (bien loin de se qui se passe en Suisse).

      Non la seule solution, c’est un ras le bol généralisé du peuple français, peuple qui exige et impose la rédaction d’une nouvelle Constitution. Mais il me semble que le peuple n’en est pas encore au niveau de désespoir voulu. Alors, j’en viens à souhaiter une réélection de Sarkozy, pour que, les choses empirant, le peuple se réveille enfin et face entendre son avis. Mais c’est ce que l’on appelle la politique du pire.


    • ddacoudre ddacoudre 5 janvier 2011 13:33

      bonjour arnaud

      en un siècle le temps de travail a été divisé par deux, et en quoi les 4 h de réduction du au 35h seraient la cause de nos difficultés et en quoi sa remise en cause nous sauverez, nous véhiculons une contre vérité que dément l’évolution historique du temps de travail.de la même manière qu’il est faux de soutenir que l’activité de l’état constitue un poids économique freinant la relance ou l’investissement. L’état est un consommateur qui représente une demande que les investisseurs peuvent satisfaire par leurs offres ni plus ni moins.

       

      la réduction du temps de travail ne peut effectivement pas s’appliquer uniformément en fonction des activités professionnelles, et il serait parfois intelligent de répartir le temps de travail d’une autre manière que hebdomadaire. Ce ne sont que des ajustements techniques nécessitant une avance de trésoreries ou de financement par les entreprises, qui ensuite la répercute sur les clients, c’est le cercle permanent.
      Je rappelais souvent qu’il ne fallait pas craindre de revendiquer des améliorations sociales, mais qu’il fallait avoir conscience que c’est par le travail qu’on se les paie, l’entreprise ou autre n’étant qu’un qu’un lieu de transformation duquel des particuliers en retirent leur dividende qui s’oppose au coût de production, dont les charges salariales et autres sont la partie ajustable.

      Alors il parait toujours de bon ton pour certains d’en faire le mouton noir au travers d’un faux débat parce qu’ils n’arrivent pas a comprendre que ce qu’ils paient indirectement ils le débourseraient directement pour avoir les mêmes services, en gardant cette illusion dogmatique que la concurrence et libre et productive comme s’il s’agissait d’une vérité absolu.
      Avec la chine nous en mesurons la capacité destructrice aussi.

      J’ai commencé le travail avec 60 hebdomadaires en 67, j’ai négocié toutes les réductions d’horaires et la 5e semaine de congé dans ma branche et dans mon entreprise, il n’y a que des difficultés techniques, et politiques.

      Nous sommes en surcapacité de production nous devons dans certains secteurs jeter brader pour maintenir des revenus acceptables, en 1985 un ouvrage est sorti expliquant que 2heures de travail suffisait à fournir ce dont nous avions besoin. Si bien sur je reconnais qu’il est impossible de définir arbitrairement ce dont nous avons besoin, il est aussi dangereux de dire que notre salut tient dans le toujours plus.
      Pour avoir « comptablement » mesuré ces réductions, il m’était toujours expliqué qu’elle réduisait l’investissement, car les protagonistes patronaux ne regardaient qu’au pas de leur profit et non ceux qui en découleraient.

      S’il fallait revenir en arrière ce serait catastrophique 70% de l’activité dépend des services, de tout ce qui a découlé des réductions du temps de travail. Certes ce n’est pas aussi simple que ce que nous disons dans nos brefs échanges, mais il n’y a pas d’empêchement à la réduction d’horaire si ce n’est une stratégie de moins disant afin de maintenir des prix compétitifs dans nos échanges, car un plein emploi pousserait à l’augmentation de salaire et au risque d’inflation.
      En fait nous devons seulement choisir entre deux mots, alors je choisis toujours celui qui améliore notre condition humaine.

      ddacoudre.over-blog.com.

      cordialement


      • zelectron zelectron 5 janvier 2011 15:40

        Non les 35 heures ne sont pas responsables de tous les malheurs du monde mais ils y contribuent.


        • psain psain 6 janvier 2011 12:56

          Argumentez donc si vous en êtes capable.


        • Antoine 6 janvier 2011 00:40

           Citer comme référence le vieux troskard Filoche, c’est effectivement balancer un beau pété mouillard !


          • kéké02360 6 janvier 2011 11:53

            Je lisais dernièrement en Suède ils sont à 30 h et ils ne se portent pas plus mal , il n’y a aucune corrélation entre le temps de travail et la santé économique d’un pays , tout çà c’est du pipot pour pas parler du vrai problème : cette merde qu’est le sytème libéral ....

            Au 21 ème siècle on pourrait imaginer espérer que tous les progrès réalisés dans tous les domaines ( technologiques ...... ) seraient un facteur de progrès pour tous les citoyens du monde dans une dynamique de justice, de partage du travail, des richesses, de réduction du temps de travail ............... hélas çà n’est pas dans les plans , l’intérêt du système ultra libéral qui se satisfait d’instaurer des problèmes virtuels , de la dette virtuelle pour asservir un peu plus les peuples !!!

            Suis d’accord avec marco 1960 pour remettre en service la guillotine créatrice d’emploi en respectant bien sûr des cadences humaines de 30h semaine ( avec des coupures smiley ) pour les techniciens qui en auraient la charge !



            • daniel paulmohaddhib 6 janvier 2011 12:16

              A ce rythme ou l’humain ne se considere absolument pas comme LE PROBLEME , comme l’origine de TOUS les problemes...a cause du mauvais usage des capacites de son cerveau...il ne reste que l’espoir que demain ca va aller.....ca le puissant adore que les autres aient de l’espoir , c’est le meilleur remede a toute action ,ca paralyse totalement , car au fond l’espoir que demain ca va aller cache le fait reel que aujourd’hui je ne vais surtout rien faire....c’est un mensonge a soi meme,...les elites adorent cela, les religions aussi...croire en l’espoir c’est etre mur pour n’importe quelle croyance..
              RDV dans milles ans ou 10 000.....ce sera pareil.....sauf eveil de l’intelligence
              on appelle cela un catch 22 en Anglais , et un cul de sac ou une impasse en Francais...


              • psain psain 6 janvier 2011 13:00

                Ah certains de nos politiques voudraient qu’on travaille plus alors que nous sommes de plus en plus nombreux sans travail et que le progrès technique économise la mai d’œuvre cherchez l’erreur ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès