Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Pardon pour les réalités sociales. Pardon à Nadine Morano.

Pardon pour les réalités sociales. Pardon à Nadine Morano.

Chimères et réalités.

Prendre le pouls des réalités sociales en France ne demande pas obligatoirement d’études coûteuses ni de grands organismes spécialisés. Il suffirait, par exemple, de demander aux institutrices des maternelles et des écoles primaires de France d’interroger doucement les enfants qui ont déjeuné à la cantine scolaire sur ce que maman va leur donner à manger ce soir. Et aux petits qui ne restent pas déjeuner le midi, parce que c’est « trop cher », ce qu’ils ont mangé tout à l’heure à la maison. La proportion des marques d’indigence glacerait d’effroi : un bol de lait avec du pain, souvent. Pire qu’avant.

Si faire un état des lieux ne doit pas noircir le trait, dire ce que l’on voit est suffisamment redoutable. Même si l’obscénité de la réalité est insupportable, et même si les cris ne dépassent pas la gorge.

Mais il est des vérités qu’il faudrait taire à nos dirigeants, à nos parlementaires, sur ceux qui les ont fait roi. Jusqu’à quand ? Certains d’entre eux se le demandent. Pas le Président.

Car le Président de la République garde une foi inébranlable en sa façon de gérer la France. Cette constance ne relève plus de l’information. Elu sur des schémas précis, il ne variera pas d’un pouce sur les grandes lignes annoncées, alors qu’elles sont dépassées, que les réalités de son modèle économique ont balayé ses chimères électorales. Simplement importe t-il de savoir ou d’imaginer jusqu’à quand ceux qui en subissent les effets n’y porteront pas l’arrêt, tant elle attente à leur avenir d’hommes.

Il ne serait pas responsable de la crise mondiale, le Président ? Et puis quoi, encore ? Il l’est, avec ses amis, de qui il défend à toute heure et en tous lieux les intérêts vitaux au dépend des plus faibles. Cette crise c’est la sienne, c’est la leur. Prestidigitateurs oublieux de la recette, empêtrés dans leur tour de passe-passe, acrobates coincés dans leur logique, le fil à la patte, ils finassent parce qu’ils croient que la grande masse des citoyens ne comprendra rien à leurs manœuvres de corps d’armées.

Une coupure s’est instaurée.

Les élus dirigeants vivent en dehors de nous parce qu’ils n’auront instauré avec le peuple que des rapports de communication, des va et vient marketing, avec le secret espoir que personne ne verra qu’ils enfantent d’indicibles douleurs de vivre. Ainsi, adeptes pratiquants du « circulez il n’y a rien à voir », maîtres d’une rhétorique du « gagner plus », ils privilégient la vitesse d’exécution et multiplient les « non débats ».
Se faisant, par cette tactique de vitesse et d’immédiateté qui ne laisse aucun temps de réaction au citoyen, se mettent en place des instruments qui attentent à ses libertés individuelles.

Les gouvernants ont décidé d’aller vite. Très vite. Si vite que les structures civiles ne peuvent que se laisser happer par le tourbillon, qui ne leur laissera voir les « dégâts collatéraux » que bien longtemps après, quand il sera trop tard.

Partout, en tous domaines, ils veulent aller vite et fort, montés dans une machine à faire des bénéfices et de bonnes statistiques par la culture du résultat. Une machine à broyer les vies et les sentiments.

Pour la justice, c’est « sanctionner au plus vite et fort ». Pour pouvoir présenter des chiffres satisfactoires qui montreraient obligatoirement des baisses de criminalité depuis qu’ils sont aux « affaires ».

Pour le contrat de travail, c’est laisser le moins de marge possible au plus faible en passant des contrats à terme non défini, qui pourront être cassés au gré de l’employeur, à son moment, comme un retour au droit de cuissage régalien appliqué au travail, un « je te prends je te laisse » comme aux siècles des louages de bras.
Pour le licenciement, c’est desserrer toute contrainte qui « pèse » sur l’employeur. Comme si la réactivité économique jusque dans les ruptures n’était que le seul but de la vie dans l’entreprise.

Mais tout cela pour quoi faire ?

Pour nous aligner sur une mondialisation par le bas, et qu’ils jouissent des dernières richesses sans l’idée mêle de la vie, de la masse des autres, sans partage ? Pour que, par formatages successifs, notre souplesse ajoute du confort à leurs décisions comme si l’avenir de l’homme était devenu définitivement un sauve qui peut général auquel il faut se soumettre. Le spectacle est dantesque, jusque dans le détricotage pour le « moins d’Etat », quand dans le même temps le capitalisme d’aujourd’hui lui quémande liquidités et garanties et les obtient !

Mais les salariés, eux, quelles garanties ? La vitesse à laquelle se produisent aujourd’hui les licenciements ne traduit pas le lien direct avec la « crise ». Non. Une part énorme des licenciements n’est que l’antichambre de leur vision de « l’après ». Ils anticipent à marche forcée. Seuls. Sûrs de trouver, parce qu’ils l’ont faite et entretenue, une réserve d’indiens qui n’hésiteraient pas, pensent-ils, à s’entretuer pour un petit boulot.

Nous entrons bien dans ce schéma là : le pouvoir en place est liberticide, en tous points de ses « réformes », et la vitesse est le bourreau de nos libertés.
C’est le temps du mépris.

Certains se pourlèchent même les babines à l’idée que les syndicats ouvriers français risquent de ne pas se remettre des différents chausse-trappes tendus par l’actuel pouvoir, qui les vulnérabilise. Le "diviser pour mieux régner " à l’œuvre ici aussi, trouve encore un bel exemple, et le plus étonnant soit que cela marche, que les organisations syndicales n’aient pu trouver une réponse commune qui laisserait face à lui-même un gouvernement joueur de flute obligé de faire entièrement sans eux, parce personne ne serait derrière. Mais non. D’aucuns y retrouvent leurs petits. Va savoir pourquoi.

Mais cela bouge.

Au point qu’un des soucis majeurs de l’Etat est d’abord de préserver la « paix sociale » pour continuer l’irréparable le plus longtemps possible, par simili-replâtrages sociaux successifs, par des effets d’annonces. Il faut que ceux qui souffrent se taisent. Comme ce malade qui, les yeux écarquillés, voit arriver l’aiguille à son bras. Nous sommes à ce moment de l’aiguille.

Ce n’est pas de la « réforme », c’est de l’abattage, qui porte en lui les germes de la révolte et de réactions citoyennes vives chez ceux qu’on veut mettre à genoux. Vitrifier les consciences, embastiller l’entendement des plus faibles ? Ils ont bien du « travail » encore !

D’autant que lorsqu’on est déjà à genoux, on ne peut pas tomber.

Je demande pardon à ceux que j’ai pu offenser.

Notamment à Nadine Morano si elle estime que je viens de l’injurier dans ce billet !


Je demande pardon à l’employeur qui a refusé de me serrer la main il y a quelques jours à l’échéance de l’entretien préalable au cours duquel j’assistais un salarié qui subissait les certitudes d’un licenciement économique. L’employeur n’a pas voulu toucher ma peau au motif qu’il me « connaissait », que j’avais osé lui poser des questions sur les chiffres avancés et que j’avais fait des remarques sur la régularité de la procédure.

Vous voyez le travail… ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (114 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Yvance77 14 mars 2009 11:00

    Billet sympa. Si je l’a traite de dindasse groupie de Pipole 1er ai-je le risque de me retrouver à Fleury ?

    Alors j’ose, Nadine vous n’etes pas c...... mais très très c...... devant tant d’aveuglement envers la politque libérale conduite par un traitre qui vend la nation au plus offrant !!!!

    A peluche


    • Kalki Kalki 14 mars 2009 11:36

      http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=22191

      Si je dis "Collabo" j’ai le droit à un point godwin monsieur.
      Regardez, le gouvernement en obtient tellement ...

      Sérieusement je suis d’accord avec toi, quand on veut relever le débat ils utilisent de coup bas pour le rabaisser et rejeter la faute.

      Ca montre que 1 , il veulent manipuler (pour avoir raison) et 2 qu’ils ont tord et au bord du précipice pour utiliser des stratagèmes honteux (qui mériterait la destitution de TOUT élue par le peuple ) !

      mais je pense pas qu’il veuillent reconnaître qu’on puisse PENSER, et peut être avoir Raison, en démocratie (est ce finalement un mythe ?).


    • geo63 14 mars 2009 11:36

      Merci pour ce billet qui réchauffe.
      Quant à la Morano dès son apparition lors des élections présidentielles j’ai pensé qu’elle allait dépasser les bornes ...c’est fait depuis longtemps. Comme Yvance 77, j’espère ne pas me retrouver à Fleury.


      • andré 14 mars 2009 11:41

        Merci, monsieur Jornet. Vous êtes intelligent. D’autres le sont sans avoir l’intelligence du coeur. Ceux la ne pourraient jamais écrire ce que vous avez écrit ci-haut. Ceux la ne sont que les capos d’un système destructeur de la fraternité, de l’égalité et de la liberté. Monsieur Jornet, moi, je vous serre la main. Vous êtes un ami. Un ami d’enfance depuis 5 minutes.


        • Raphael JORNET Raphael JORNET 14 mars 2009 13:47

          merci à vous, Monsieur, c’est très émouvant de lire cela...
          bon courage à vous tous
          Raphael


        • FR-ank FR-ank 14 mars 2009 18:01

          tres bon billet Mr JORMET
          vous decrivait une realite implacable qui se deroule sous nos yeux sans que nous reagissions comme il se doit en tant que citoyen spolie...
          je vous sert la main tres chaleureusement.


        • sisyphe sisyphe 14 mars 2009 11:48

          Superbe article !
          Je plussoie de toute mon âme et de tout mon entendement.

          On ne saurait mieux décrire les tours de passe-passe destinés à enfumer le quidam, pendant que se perpétue le démantèlement des libertés, de l’état, de la démocratie, de la République, l’aggravation de la situation des 9/10èmes des citoyens, au profit d’une caste qui n’a jamais été aussi arrogante, cynique et oppressive. 

          Quant à Madame Morano (procès à venir ?), elle est à l’image de ce gouvernement de tartuffes ; typique de ces personnages qui compensent des moyens limités par une hyper-activité et une hyper pseudo communication ; ce qui, hélas, n’a jamais contribué à améliorer l’ intelligence, mais permet de masquer les désastres de leur politique...

          Le réveil, s’il n’est pas le fait d’un peuple légitimement révolté, avant qu’il ne soit trop tard, sera des plus douloureux... 


          • Yohan Yohan 14 mars 2009 12:06

            Il y a belle lurette que nos politiques ne maîtrisent plus grand chose. C’est leur faire trop d’honneur que de laisser penser qu’ils y peuvent tant que ça à solutionner nos problèmes, à garantir nos emplois, à améliorer notre sort. Avec ce genre de raisonnement, on fabrique des citoyens assistés attendant tout du politique. Les français sont trop nombrilistes, ils ne voient pas que le monde change à côté d’eux et sans eux. 
            Par ailleurs, vous êtes conseiller de salariés et de leur côté, dites vous.. Est-ce de votre part une position systématique et que faites vous lorsque vous tombez sur un salarié glandeur qui dysfonctionne dans son travail, de mauvaise foi, qui mérite sa sanction mais qui la conteste néanmoins ? Avoir du coeur c’est bien mais les salariés n’en ont pas tous forcément un.


            • FR-ank FR-ank 14 mars 2009 18:16

              Mais de quoi vous parle ??? votre message est ahurissant.
              Vous faite du SARKOSI : vous prenez une exception et en faite une generalite...C’est tres grave et pas representatif de la realite.


            • Traroth Traroth 15 mars 2009 23:49

              @Yohan : Résignons-nous, on comprend bien votre message. Et ceux qui ne veulent pas se résigner sont des assistés. Et bien non. L’Etat nous appartient, et les politiques en font un usage indu. Il faut que ça cesse !


            • souklaye souklaye 14 mars 2009 12:16

               Création, Internet et insultes gratuites

              Redéfinition :

               

              Le mot création est l’une de ces prétentions consanguines qui n’a de sens que dans les livres.
La création traduit et matérialise le besoin enfantin d’existence dans le regard de l’autre qui obsède les gens sains. Car les fous, eux, ont la modestie et l’honnêteté de ne pas faire état ni commerce de leur soi-disant découvertes ex-nihilo.

              Internet n’est qu’une technique de langage sophistiquée de plus qui, en promulguant la liberté extrême, a permis de définir les limites des utilisateurs et d’institutionnaliser l’autocensure comme outil démocratique.
La dictature de l’instantanéité voudrait nous faire croire que nous sommes en pleine révolution, mais tout au plus il s’agit d’une vulgaire révision mécanique des 4,7 milliards d’années.

              Les insultes ou jeux de l’esprit sont, quant à eux, gratuits lors de leur formulation confidentielle et payants a posteriori, via la diffusion de masse.
Puisque la civilisation est l’objet de maîtrise sociale le plus high-tech, les lois qu’elle engendre ne tolèrent pas ce qui sort de son cadre mais elles pardonnent parfois pour le bon fonctionnement du système de refroidissement culturel.

               

              La suite ici :

              http://souklaye.wordpress.com/2009/03/13/creation-internet-et-insultes-gratuites/

               


              • Emmanuel Aguéra LeManu 15 mars 2009 11:34

                Ineptie.
                Si l’insulte n’était pas quelquefois méritée, aurait-elle été inventée ?


              • Montagnais Montagnais 14 mars 2009 12:21

                Très-émouvant billet, qu’on sent évidemment sincère.

                Si bien fait même, qu’ il devrait inspirer les entrepreneurs en charge de l’endormissement public, qui ne se priveront pas de mettre en scène à longueur d’écrans les drames évoqués et que vous décrivez avec tant de réalisme. A l’attention de la multitude des spectateurs "impuissants", et pour induire en eux le sentiment de satisfaction (éphémère) de n’être pas encore relégués dans la plus noire des misères.

                Vous posez quelques questions... Et donnez quelques éléments de réponses, terribles et définitives, que nous ne pouvons que partager :

                "...Pour nous aligner sur une mondialisation par le bas, et qu’ils jouissent des dernières richesses sans l’idée mêle de la vie, de la masse des autres, sans partage ? "

                Zébulon premier, alias Pipole Un, Morano et tant d’autres, de la "Droite" à la "Gauche", DSQ, Kouchner (même Obama, qui vient de rajouter 40 milliards au budget de la guerre)... ne sont que les exécuteurs des basses oeuvres de l’empire mondialisé des satrapes et sybarites, des oligarches, des capitalistes extrêmistes. Ils sont même grassement payés pour leur diligent dévoûment.

                Pourraient-ils radicalement faire autrement dans la situation créée par la "mondialisation" et le gigantique cash-burning de milliards de millions instigué par les banksters de tous horizons ?

                4 milliards d’humains sur la terre ont un salaire de moins de 100 dollars par mois (chiffres BIT). Sans que ce chiffre puisse justifier en quoi que ce soit la misère qui nous entoure et se répand, sans accepter les scandaleuses pratiques de nos "dirigeants", il explique clairement, ce chiffre, dans un monde désormais irrémédiablement "mondialisé", que tout ne fait que commencer.

                Et vous avez raison : "...pour nous aligner..."

                Seule solution : tirer les peuples des griffes du Léviathan.


                • dom y loulou dom 14 mars 2009 13:29

                  "Seule solution : tirer les peuples des griffes du Léviathan"

                  J’adores ce genre de solutions qui alimentent nos plus bas instincts, surtout que chacun peut y lire son ennemi préféré. N’est-ce pas ?

                  seule notre unité peut nous conduire à faire face. parce qu’il faut aller jusqu’au fond des compréhensions de ce système qui quelles que soient les prises de conscience avance inexorablement vers l’abysse.

                  A cette fin il ABSOLUMENT URGENT de connaitre le premier récit de genèse qui fut fait sur cette terre, car non-seulement tous les textes plus tardifs reprirent intégralement ses notions mais les transformèrent radicalement et c’est ce qu’on appelle communément de la mystification. Les demi-vérités sont loin de nous aider. Reécrire l’histoire comme ça leur chante on en sait plus de nos jours sur qui affectionne particulièrment cette manière de faire, pas vrais ?

                  en anglais en tous les cas la traduction est accessible, en français je ne sais pas, mais si cela n’existe pas encore je m’y collerai parce que un texte qui vous raconte qu’au début de l’âge du bélier il y eut un holocauste nucléaire, ici, sur cette terre, qui dévasta toutes les villes sauf babylone... c’est du nouveau !!!

                  et la honte d’avoir toujours tout fait, durant 4000 ans pour taire ce récit et le déformer devrait étrangler de ceux qui ont commis ces crimes antiques qui nous expliquent pourquoi ils continuent sur ces vieilles habitudes criminelles contre l’humanité et ce qui les habite réellement quand eux-mêmes pensent que c’est dieu le grand, le seul, le véritable ... et que celuici n’était dans le fond qu’un dégénéré se prenant pour un dieu. L’histoire complète et détaillé de près de 4000 ans d’histoire AVANT la tour de babel nous en apprend BEAUCOUP !!! et ils tentent à l’heure actuelle de tout faire pour que ce récit n’arrive pas jusqu’à vous... alors allez à lui !!


                  "le livre perdu d’Enki" traduction de monsieur Zecharia SItchin

                  "the lost book of Enki"

                  c’est urgent, car si nous arrivions à voir que toutes nos peurs d’apocalypses désastreuses proviennent en fait de notre... passé... cela changerait passablement la vue qu’on a de la réalité !!!

                  et puis nous ne pouvons perdre de vue ce qui fait la civilisation en nous.

                  Avant qu’elle puisse s’exprimer en-dehors de nous il faut bien qu’elle y soit déjà en nous-mêmes et nous parlons là des qualités que le système aime écraser et il est plus que urgent de transmettre ces qualités essentielles qui nous permettent de vivre des vies équilibrées.

                  Et cela vient forcément avant de vouloir changer la société à l’extérieur de nous-mêmes, car sinon on ne ferait que remplacer une merde par une merde bien pire.

                  et c’est précisément ce que la machine de guerre souhaite, que ce soit la violence qui prenne le dessus, car cette machine infernale, cette prison à bon sens que nous appelons société de consommation a tout prévu pour nos incarcérations.

                  C’est l’amour qu’elle ne supporte pas, l’amourest trop contraire à toute la corruption qu’elle nécessite pour tourner.

                  et il y a un moyen de faire vivre ces qualités pour se les remémorer et aussi pour retrouver un terrain commun qui ne soit pas une boîte payante après l’autre qu permet si aisément de séparer les gens dans leurs "tailles de portemonnaies" respectifs.

                  "Tu pèses combien ?" étant devenue une expression courante... je me demande à quelle créature l’affilier... aux baleines ? aux ours polaires ? à un bloc de granit ? A un afficionado du big mac ? aux affiliés des charcuteries et associés ? aux sumo ? à des billes de plomb ? Pas des aom éveillés en tout cas.

                  Il y a des qalités que nous n’avons pas le droit d’oublier au risque de nous oublier avec.

                  Je les ai synthétisées pour vous autour d’un jeu et la civilisation commence d’abord dans le coeur et se propage de là à la tête et aux membres.

                  Le système qu’on nous impose dans une guerre aussi sournoise qu’insidieuse fait l’inverse, il pollue la tête pour scléroser les membres et étouffer le coeur.

                  Tous les membres de la société sont ainsi isolés, affaiblis tandis que la seule force brute sert de cohésion puisque chaque nouvelle décision de ces "grands êtres tellement supérieurs" s’avère une catastrophe après l’autre et d’une cruauté affligeante tant la veléité de faire taire nos cerveaux est patente.

                  Des gens dont le seul "exploit" est de piller les autres sans vergogne et de semer la mort et la haine entre les peuples afin de garantir que nous perdions de vue l’unité du vivant et que nous nous agressions entre nous tandis que la souffrance des êtres semble les faire jouir et cette misère ils la regardent comme leur plus belles réussites...comme vous regardez les aventures des formule 1 en angoissant pour les pilotes... eux rigollent quand il y en a un qui se fout en l’air. 

                  ça c’est le fond du système qui nous agresse tous, enetendez-le, car il y a un remède à cela et c’est au sein même de notre propre coeur que cela se trame et ils le savent.

                  Reste à ce que vous le sachiez aussi !!

                  www.ludus.ch


                • patroc 14 mars 2009 12:42

                   Bel article !.. Morano : Une pintade vulgaire qui glougloute plus qu’elle ne pense !...


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 15 mars 2009 11:42

                    J’ajouterais même :
                    Nadine Morano n’est qu’une , doublée d’une ...
                    (J’attends la maréchaussée...)


                  • TSS 14 mars 2009 13:13

                    petit complement :

                    sarkho ,hier,a visité l’hopital de Rambouillet en presence de G.Larcher maire et president du sénat !

                    les representants syndicaux ont refusé de se lever à son arrivée et de lui serrer la main ;il a piqué une

                    grosse colère en public !

                    plus tard,passant devant le local syndical ,tous les drapeaux syndicaux etaient de sortie et les

                    representants criaient des slogans par la fenêtre reclamant des augmentations de salaire et au chef de 

                     l’etat d’arreter de demanteler la secu !! la reponse fut une tentative de defoncer la porte par la police et 

                     appel aux CRS(source : l’echo republicain)

                    aucun echo dans les medias nationaux... !!



                    • la_gata la_gata 15 mars 2009 15:56

                      malheureusement on ne peut trouver aucun video des faits sur le net


                    • ASINUS 14 mars 2009 13:31

                      injurier madame Morano quel drole d idée ? un peu comme si le chef de l ump devenu sous ministre ce permettait de traiter une deputée battue de Salope ou comme mr Copé parlant des militants socialistes un peu comme un president disant casse toi pauvre con, yep et dire de ces gens qu ils sont exactement ce que Napoleon disait de Talleyrand c est grossier ?


                      • Fergus fergus 14 mars 2009 15:42

                        Sans compter ce même Sarkozy prétendant "couper les couilles" de ce même Copé !


                      • PtitLudo PtitLudo 14 mars 2009 13:46

                        Merci pour l’article. Nous sommes gouvernés par une bande d’autistes qui continuent à vivre dans leur petit monde intérieur pendant que tout ce qu’ils avaient prôné s’écroule, brique après brique.


                        • Fergus fergus 14 mars 2009 15:45

                          Morano et Lefebvre sont à la politique ce que sont les poubelles en plastique au mobilier urbain !
                          Par ses comportements de hyène prédatrice, Morano ne récolte que ce qu’elle a semé. Et si elle doit absolument chercher un responsable à des déboires, qu’elle se regarde dans une glace !


                          • just_a_life just_a_life 15 mars 2009 17:29

                            hahaha trop bonne la reflection !!!


                          • Reinette Reinette 14 mars 2009 16:03

                            à Raphaël Jornet,

                            Votre article m’a beaucoup intéressée et j’ai apprécié votre site, c’est très instructif et plus qu’utile

                            Et j’ai une question à vous poser
                             :

                            Si une personne qui est licenciée était salariée de VOTRE syndicat, seriez-vous prêt à la défendre devant les Prud’hommes, si elle vous le demande, bien entendu ? (contre votre syndicat, donc)

                            J’ai été salariée d’un syndicat - 1999/2007 - pendant huit années. Licenciée pour soi-disant faute grave, j’ai donc mis l’affaire devant les Prud’hommes, qui m’ont donné raison. (toutes les pièces contre moi ont été rejetées)
                            L’employeur, le syndicat, a fait appel !

                            Impossible de me trouver un défenseur à l’intérieur de mon propre syndicat (j’étais salariée et adhérente), j’ai été obligée de prendre une personne d’un autre syndicat.

                            Je souhaiterai avoir votre avis. Merci

                            Fraternellement. Reinette


                            • Raphael JORNET Raphael JORNET 14 mars 2009 16:19

                              merci pour votre lecture.
                              merci de mon téléphoner pour vous répondre


                            • Mouche-zélée 14 mars 2009 18:31

                              Reinette

                              C’est fréquent, dans les petites villes noyautées comme chez moi tu n’aurais trouvé personne pour te défendre, tellement le téléphone Arabe fonctionne à la perfection .

                              Mais nous avons l’occasion de voir des candidats UMP locaux au poste de maire, avoir leur carte à la CGT et être défendus par la CGT .
                              Le plus comique c’est que la CGT locale est tenue par un candidat suppléant communiste aux législatives...
                              Mais ce même type, se permet de jetter les citoyens pour délit de sale gueule ....

                              Tu vois, les syndicats n’ont besoin de personne pour se discréditer ....


                            • Yohan Yohan 15 mars 2009 19:18

                              Les syndicats ont aussi des patrons comme ailleurs, et leurs patrons ne sont pas meilleurs que les autres quand il s’agit de licencier leur propre personnel.


                            • lanatur lanatur 14 mars 2009 17:11

                              merci pour cet article.


                              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 mars 2009 17:51

                                Perso je pense que l’insulte ( souvent sous l’ anonymat ) ne grandi pas son auteur,..enfin c’est ce que je pense !

                                 

                                @+ P@py


                                • Emmanuel Aguéra LeManu 15 mars 2009 11:24

                                  Que préconisez vous avec Madame Morano ? Quel language siérait à son rang, très cher ? Ne convient-il pourtant pas d’adpater la couleur au fond ? De ce point de vue, insulter Madame Morano relève de l’harmonie universelle.
                                  La violence appelle la violence.
                                  La preuve ? "Pauv’con..."


                                • Mouche-zélée 14 mars 2009 18:22

                                  Cet article est un régal !
                                  Un bon coup de pavé en pleine poire, est-ce que vous pensez que ça les pousserai à ouvrir les yeux ?

                                  Peut être la guillotine pour tous les ministres pour l’exemple....
                                  Les autres se réveilleraient de leur sommeil financé par les fonds publics ....


                                  • just_a_life just_a_life 15 mars 2009 17:31

                                    Ont peu les fouetter avant non ???,


                                  • Proudhon Proudhon 14 mars 2009 19:22

                                    Morano me fait penser à .......
                                    à...........................................
                                    à.........................................

                                    Aidez-moi !

                                    Quelle horreur !!!


                                    • srobyl srobyl 14 mars 2009 19:48

                                      Une ...narine en peine ? Ou une murène le pine ? smiley


                                    • Proudhon Proudhon 14 mars 2009 19:54

                                      à...................
                                      à.................

                                      A Marine Le Pen en pire ...

                                      Il est d’ailleurs étonnant que ce personnage peu sympatique, voir carrément détestable ne soit pas au Front National.
                                      Peut-être que le FN a refusé sa candidature et que, par dépit elle s’est contenter du deuxième parti d’extrême-droite, l’UMP.


                                      • phiconvers phiconvers 14 mars 2009 20:13

                                        Nadine Morano a une responsabilité propre, en plus de celle de porte-flingues populo de l’UMP, ce nouveau radical-socialisme lamentable : sa gestion de la Famille est une catastrophe :
                                        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52049

                                        Et que cette harpie m’attaque !


                                        • geko 14 mars 2009 20:18

                                          Merci Monsieur pour cet article.Votre texte respire une humanité et une ’intelligence qui ne sont pas l’apanage de nos gouvernants !

                                          Morano n’est que la vulgaire image symbolisant l’incompétence au pouvoir qui demande le respect et la reconnaissance par la magnificence de la fonction. Ils peuvent nous empêcher de parler mais pas de penser !

                                          Pour agir, la seule réponse possible à toute cette lacheté et cette cupidité ne peut être que la solidarité ! En sommes collectivement lucides et encore capables, quand les esprits sont enferrés dans un système qui n’en finit pas de nous transformer en ennemis les uns face aux autres ?

                                          La principale caractéristique des acteurs de ce gouvernements est la longueur des dents des opportunistes qui y participent ! Quand à Sarkosy, il est bien évident qu’il répond à un ordre de mission ! Ses réformes n’en sont pas sinon la destruction de la société française !


                                          • Marc Viot idoine 14 mars 2009 22:45

                                            Je n’ai qu’un grand silence pas vraiment compatissant à répondre à ce genre de personne.


                                            • Montagnais Montagnais 15 mars 2009 00:44

                                              Essentiel pour la compréhension de la situation : "Quand à Sarkosy, il est bien évident qu’il répond à un ordre de mission ! Ses réformes n’en sont pas sinon la destruction de la société française !"

                                              D
                                              estruction de la société française, et de l’Europe des peuples, et des opposants à la "mondialisation", et des rebelles dans l’empire de Zébulon, et de l’air, et de l’eau , et des poissons, des oiseaux et des nations, des idées, des religions, des solidarités, des revendications, des droits, des traditions, des familles, des cantons, et même, depuis peu, et même, des trillions !... Destruction.

                                              Au nom des adorateurs du veau d’or, des dictateurs du "développement" et de la "croissance", des sectateurs du dollar triomphant, des suceurs de sueur et de sang, des 5 pour cent qui possèdent 95 pour cent, qui continuent à danser frénétiquement au nez des multitudes nécessiteuses à moins de mille dollars l’an, au nom du maître Léviathan ..

                                              Mise au pas, répression, silence lampiste le Guignon ! Silence facheux Français grincheux ! Silence affamés des pauvres nations ! Nous régnons.

                                              Faut vous y faire.

                                              D’un côté, le pouvoir et les milliards, bling-bling et lupanars, pathfinder et tourbillons, claquements de doigts et "nous voulons", Bla-bla télévision, ballade autos, ballade avions, broum-broum flonflons, décérébrés, mais friqués, nantis, prospères, contents et luisants..

                                              De l’autre les sub-distractions de pacotille (à profusion ), les mirroirs aux alouettes et les ponpons agités par l’industrie de la réclame et de la "société de consommation", dans le travail à l’arrache cependant, l’indigence, la précarité.. Défriqués, culpabilisés, angoissés, méprisés.

                                              Et pourtant, c’est bien de la vieille Nation, sur toute la rose des vents, qu’elle va encore venir, la Révolution.


                                              • andré 15 mars 2009 02:18

                                                Bravo, Montagnais ! C’est concis et consistant ! Il n’y a pas de plus beau son que celui qui accompagne un punch à la Mohamed Ali sur la tronche d’un méga-prétentieux. Vous l’avez débabiné. Paf ! Ah, que c’est beau ! Paf ! J’en ai les trompes d’Eustache en érection. Ne vous gênez pas pour recommencer, Montagnais. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès