Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Quand Jean-Claude Juncker sauve François Hollande

Quand Jean-Claude Juncker sauve François Hollande

François Hollande et Mariano Rajoy ont appelé lundi à "accélérer" la mise en œuvre du plan d'investissement européen de 315 milliards d'euros du nouveau président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence de presse conjointe à l'Élysée. (Les Échos 1er décembre 2014)

Les peuples européens sont confrontés à de lourds problèmes. Ils ne peuvent plus ignorer où mènent les politiques d’austérité de leurs dirigeants.

 Ils ne peuvent ignorer les choix qui ont fait reculer l’investissement utile de plus de 15% depuis 2007, alors que les économies des pays du sud européen sont en récession.

Ils pâtissent et sont inquiets.

C'est donc le moment pour M. Jean-Claude Juncker, le Président de la Commission européenne, de sortir les lapins d'un chapeau.

Et pour MM. Hollande et Rajoy de faire la claque.

 M. Juncker, a présenté la semaine dernière un plan dit « d’investissement » qui s’élèverait à 315 milliards d’euros sur trois ans. En apparence c’est beaucoup. En vérité cela ne représente que 0,7% des richesses annuelles produites dans l’Union européenne. Aux États-Unis les plans de relance successifs ont mobilisé, chaque année, l’équivalent de la valeur de 7% des richesses produites.

Mais d’où viennent ces 315 milliards  ?

La Commission propose d’utiliser 16 milliards (déjà inscrits dans le budget européen) comme « garantie » de ce nouveau fonds. Ce n’est donc pas de l’argent, c’est une garantie.
M. Juncker ajoute 5 milliards à 16 milliards, qui font 21.
Puis il utilise ce que les économistes appellent « l’effet de levier », c’est-à-dire qu’un euro de crédit pourrait générer 5, 6 à 8 fois la valeur de l’investissement.
Et il invente le chiffre 15 comme effet de levier. Il multiplie donc 21 milliards par quinze pour obtenir l’hypothétique somme de 315 milliards.

Tout projet de plan d’investissement n’aura que peu d’effet dans le cadre du maintien des actuelles politiques d’austérité. Solliciter l’investissement privé serait une bonne chose s’il ne s’agissait pas, comme c’est le cas ici, de tout faire dépendre des investisseurs privés et donc de se mettre à la merci des quatre volontés des propriétaires-actionnaires de grandes entreprises, dont le souci premier est non pas l’intérêt public mais la rentabilisation de leur capital . N'est-ce pas, M. Macron ?

Un tel projet, flou sur les actions à mener, non contraignant en matière d'investissements productifs et de respect de l’environnement, ne peut que contribuer à un accroissement de la sur-accumulation mondiale de capital, sans lien avec l’économie réelle et les besoins humains, et ajouter encore à la menace d’explosion de la bulle spéculative en cours de formation.

Ce projet fumeux est lancé alors que la Banque centrale européenne (BCE) s’apprête à verser de nouveau aux banques privées mille milliards d’euros pour les irriguer à des taux de... 0,15%, que celles-ci prêtent à des taux bien plus élevés ou replacent sur les marchés financiers

Au lieu de mobiliser la BCE et son pouvoir de création monétaire pour octroyer un crédit qui impulserait les investissements et la relance de l'activité, le Président de la Commission européenne a donc choisi de mobiliser 5 milliards de la Banque européenne d’investissement (BEI) vers ce fonds européen d’investissement à créer.

Un tel fonds pourrait être alimenté à partir de la BCE et racheter des dettes d’États pour soulager ceux-ci et leur permettre de se relancer, mais M. Juncker ne va pas jusque-là

Pire, dans le même exposé, il demande une contribution volontaire des États, à qui par ailleurs il enjoint de réduire les crédits publics utiles. Et au nom de la « réduction de la paperasserie » et du « fardeau réglementaire », M. Juncker veut donner carte blanche à la déréglementation financière.

C'est pourquoi MM. Hollande a pu crânement déclarer au sujet du plan Juncker :

"Nous voulons (...) non seulement l'approuver, le compléter" mais aussi "l'amplifier dans son volume et l'accélérer dans son calendrier", estimant que ce plan était une "étape importante" pour restaurer la croissance et l'emploi en Europe.

Et avec son sens bien connu de l'humour fin il a ajouté :

"Si nous sommes aussi efficaces pour la croissance que nous l'avons été pour la stabilité financière, pour l'union bancaire et les réformes structurelles, je ne doute pas que la croissance sera au rendez-vous", appelant à "y mettre la même volonté".

Et son comparse Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol :
 
"Le plan Juncker est un pas en avant important", ajoutant que "l'Espagne va le soutenir" mais qu'il faut agir "rapidement".
"C'est ce que nous allons dire lors du prochain Conseil européen" de la mi-décembre.

Ce que demande leurs peuples c'est que d'importants crédits soit alloués au fonds d’investissement pour des projets d’avenir, favorables aux travailleurs, élaborés avec les élus, les syndicats et les populations, pour développer massivement les services publics.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 6 décembre 2014 09:11

    Arrêtez de rêver...il n’y a que 10 milliards dans ce plan actuellement...c’est à dire rien pour relancer la machine..Encore un effet d’annonce.. !


    • Dwaabala Dwaabala 6 décembre 2014 10:09

      Vous dites 10 milliards, j’ai dit 5. Le reste est du flan.


    • Tall 6 décembre 2014 16:42

      La Fed imprime 85 milliards $ / mois depuis fin 2012 ( avant ça, c’était 40 / mois ) pour relancer l’économie US ... ce qui fait sur les 2 dernières années : 2040 milliards $, soit : 1660 milliards € !


      L’UE n’a pas l’air conne ... mais nooooon ... smiley

      • Le421 Le421 6 décembre 2014 17:55

        Tant que nous aurons des andouilles aux commandes, nous serons toujours dans le pâté...
        Andouilles ?? Doublées d’escrocs en plus...
        Heureusement, la France a envoyé des élus FN pour redresser la barre !!  smiley


        • Dwaabala Dwaabala 6 décembre 2014 18:46

          En l’occurrence , c’est un député européen PCF (Patrick Le Hyaric) qui a fourni la matière du billet.


        • Doume65 7 décembre 2014 17:40

          « Les peuples européens sont confrontés à de lourds problèmes. Ils ne peuvent plus ignorer où mènent les politiques d’austérité de leurs dirigeants. »

          Franchement, que le peuple l’ignore ou pas, on s’en fiche. Il y a longtemps que le peuple ne dirige plus rien. D’ailleurs, sur un plateau télé, l’autre jour, un cinéaste expliquait à Mélenchon qu’il n’y a plus de peuple. Ce qu’il faut c’est que les dirigeants politiques s’en aperçoive. Vous ne vous adressez pas aux bonnes personnes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès