Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > RDC : Terrain de chasse pour les multinationales ?

RDC : Terrain de chasse pour les multinationales ?

Un des derniers Far-West de la planète ? 

D’un pillage à un autre...

Qu’y a-t-il de changé depuis le bon roi Léopold ?

Que se cache-t-il derrière votre téléphone portable, votre ordinateur ou votre console de jeu ? Une guerre. Une guerre terrible, qui s’éternise. Une guerre parmi les plus meurtrières que l’on ait connues. Une guerre qui apparaît le plus souvent, pour le grand public, comme de type tribal, où il n’y aurait rien à comprendre, sinon des affrontements interethniques aveugles, comme l’Afrique a pu en donner maints exemples. C’est bien cette image que donnent de l’événement la plupart des quotidiens, en restant au niveau événementiel, voire tragiquement anecdotique. . C’est tout juste si l’on n’en reste pas aux images d’Epinal coloniales ou postcoloniales. Rares sont les journalistes qui signalent de quoi il retourne vraiment, pourquoi certains Etats ont intérêt à ce que l’on fasse silence sur le fond. Les images qui parviennent sur nos écrans peuvent venir perturber nos soirées trop tranquilles, elles ne nous fournissent pas de clés pour comprendre de quoi il est question là-bas. Et puis, c’est si loin. . .

Une guerre pour des matières premières dont regorge le Congo. Une guerre que se livrent un grand nombre de multinationales, qui bénéficient de la complicité de leurs pays d’origine La plus prisée est le fameux COLTAN, un minerai indispensable à la production des téléphones mobiles, de certains ordinateurs et des consoles de jeux. Une guerre par chefs locaux interposés, dont les conséquences sont vécues dramatiquement par la population (cortège d’atrocités, personnes déplacées), dans un Etat qui ne fonctionne plus, dont on comprend pourquoi son dysfonctionnement peut profiter aux groupes prédateurs qui mettent en pièces les richesses de ce pays, qui a tous les atouts pour être un des pays les plus riches d’Afrique, mais dont certains groupes ont intérêt à prolonger la déshérence. Comme souvent pendant le belle époque de l’ère coloniale, on attise les rivalités latentes, on encourage en les armant les groupes rivaux, on entretient les conflits, on souffle sur les braises, on trouve de l’aide auprès des chefs de guerre locaux, on les instrumentalise, on paie bien, on crée un rideau de fumée. On entretient à grand frais une force onusienne qui ne sert à rien. Ainsi, tout le fructueux commerce de matières premières peut mieux passer inaperçu derrière la scéne des passions déchaînées et les horreurs qui vont finir en dernière page de la presse quotidienne.

Une guerre qui ravage depuis 1998 la région du KIVU, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre). Une commission d’enquête mandatée par les Nations Unies vient tout de même de dénoncer les liens entre le commerce de ce minerai et les importations illégales d’armes dans la région.

Voici ce que disait déjà, le jour de Noël 1999, l’évêque deBukavu, Mgr Kataliko :

« Des pouvoirs étrangers, avec la collaboration de certains de nos frères Congolais, organisent des guerres avec les ressources de notre pays. Ces ressources, qui devraient être utilisées pour notre développement, pour l’éducation de nos enfants, pour guérir nos malades, bref, pour que nous puissions vivre d’une façon plus humaine, servent à nous tuer. Plus encore, notre pays et nous-mêmes sommes devenus un objet d’exploitation. Tout ce qui a de la valeur est pillé, saccagé et amené à l’étranger ou simplement détruit. Les impôts collectés qui devraient être investis pour le bien commun, sont détournés. Des taxes exorbitantes n’étranglent pas seulement le grand commerce et l’industrie, mais aussi la maman qui vit de son petit commerce. Tout cet argent prélevé sur nous, provenant de nos productions et déposé à la banque, est directement prélevé par une petite élite venue d’on ne sait où. (. . . ) Cette exploitation est soutenue par un régime de terreur qui entretient l’insécurité (. . . ) La déchéance morale a atteint un niveau si aberrant auprès de certains de nos compatriotes qu’ils n’hésitent pas à livrer leur frère pour un billet de dix ou vingt dollars ». Ces paroles devaient lui être fatales. . .

Il s’avère donc que des entreprises occidentales sont responsables de la guerre en RDC. . .
« Il y a un an, une Organisation Non Gouvernementale (ONG) anglaise, Global Witness, déposait une plainte contre la société britannique Afrimex. Elle l’accusait d’avoir contribué au conflit dans l’est de la République Démocratique du Congo en se livrant au commerce des minerais. En effet, si Afrimex avait réussi à se fournir en coltan et en étain depuis le début des deux premières guerres du Congo (1996-2003), c’est parce qu’elle versait des « impôts » au Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma (RCD-GOMA), un groupe armé rebelle proche du Rwanda, et responsable de massacres de civils et d’actes de torture.
Le 28 août dernier, au moment même où les combats redoublaient de violence en RDC — cette fois-ci entre les rebelles tutsis, les hutus et l’armée — le gouvernement anglais a confirmé les allégations l’ONG, jugeant qu’Afrimex avait «  enfreint des directives internationales en s’approvisionnant en minerais provenant d’une zone congolaise en guerre.  »
Tant qu’il y aura des acheteurs… il y aura la guerre. . »

- Le développement de la mondialisation, de l’affaiblissement des Etats et de la politique de rigueur du FMI à l’égard de l’Afrique a favorisé une ruée d’intérêts divers dans ce pays déjà affaibli après l’ère Mobutu, qui avait lui-même ruiné son pays pour satisfaire ses propres intérêts et ceux des puissances qui le soutenaient. Ceux-ci ont contribué à écraser le pays sous une dette énorme.
Comme dit C. Braekman : « . . . alors qu’un peu partout dans le monde, les ressources minières ont déjà été fortement entamées, sinon épuisées, dans cette région peu accessible, longtemps défendue comme une chasse gardée par les sociétés belges du temps de la colonisation ou peu accueillante aux investissements pour cause de dictature, la plupart des gisements sont encore vierges ou mal exploités : diamants, cuivre, étain, charbon, fer, manganèse, mais aussi niobium, colombotentalite, cobalt, uranium, germanium, gaz méthane et pétrole, le Congo a de quoi susciter la convoitise. D’autres ressources encore font du pays une place stratégique, car chacun sait que leur possession fera la différence au cours des prochaines décennies. Il s’agit de l’eau, de l’énergie hydroélectrique, des terres arables, des forêts. . . ". Les Chinois avancent leurs pions eux aussi. . .
On assiste bien à un dépeçage de la RDC

Au fond, le drame de la République démocratique du Congo, c’est la richesse de son sous-sol ". . Le rôle joué par les multinationales dans la perpétuation des conflits qui ravagent la RDC depuis des années a d’ailleurs fait l’objet d’un rapport accablant de la part des Nations Unies, qui n’avaient pas hésité à publier le nom d’une centaine d’entre elles, impliquées dans l’extraction et la commercialisation de minerais stratégiques, exploités dans des régions en guerre. Des informations confirmées par l’IPIS (International Peace Information Service) qui a enquêté sur les activités illégales menées dans l’Est du Congo par des firmes épinglées dans le rapport de l’ONU, parmi lesquelles des sociétés anglo-saxones, belges, allemandes, néerlandaise et suisses. Pour brouiller les pistes, ces sociétés poursuivraient désormais leurs activités dans cette région « masquées et au travers de sociétés écrans » selon le chercheur congolais Jean-Paul Mopo Kobanda de l’Université de Paris 1, qui décrit dans son ouvrage intitulé « Les crimes économiques dans les Grands Lacs africains » les montants faramineux générés par le trafic du coltane congolais. . . "

Mais Les Nations Unies tardent à intervenir ou le font timidement ou sans faire état des véritables problèmes de fond, qu’elles ne peuvent pas ne pas connaître. . .

Voilà ce qui se cache derrière nos téléphones portables. . .


Martineau-_coltan. pdf (Objet application/pdf)

- RD Congo : comment nous alimentons la guerre la plus sanglante d’Afrique…qui reprend

- Le livre "NOIR CANADA : PILLAGE, CORRUPTION ET CRIMINALITÉ EN AFRIQUE"

- Le poids des multinationales dans la dette de la RDC

- Congo-Kinshasa, une décennie d’histoire

- La Belgique au prisme du Congo,

- Recherche Google : guerre au congo

Documents joints à cet article

RDC : Terrain de chasse pour les multinationales ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (129 votes)


Réagissez à l'article

210 réactions à cet article


  • ZEN ZEN 22 novembre 2008 10:13

    J’ai omis un lien important concernant le rapport de la commission des N.U et la notification des multinationales épinglées


      • sisyphe sisyphe 22 novembre 2008 14:51

        Zen,

        Merci de ces infos, qui aident à lever le voile sur le dépeçage de la planète que continunt à opérer les puissances financières, évidemment aidées par le silence et la caution des organismes internationaux d’asservissement : FMI, Banque mondiale, OMC.

        Et quand on sait de quelle souris famélique (nourrie aux OMG) a accouché la réunion du G20 pour la pseudo "refondation du capitalisme", on se dit que les guerres, l’exploitation des populations, ont encore, hélas, de beaux jours devant elles...


      • ZEN ZEN 23 novembre 2008 08:46

        Philippe

        ça a commencé dès la fin de l’après-midi
        Les bureaux étaient déjà vides ?
        Que penser des récentes et belles déclarations de notre modérateur , d’une modération étonnante... ?


      • morice morice 22 novembre 2008 10:32

         L’afrique noire est TOUJOURS mal partie.


        • morice morice 22 novembre 2008 10:33

          référence dumont

           Il a eu raison de dire qu’après les indépendances, notre continent était mal parti. La colonisation avait laissé nos pays exsangues. Dans tous les domaines : politique, économique, culturel… L’indépendance de nos pays n’avait pas été vraiment préparée. Les africains s’étaient battus pour l’avoir, et, au moment où ils s’y attendaient le moins, on (les puissances coloniales) la leur avait donnée. Comme un cadeau empoisonnée. Comme un mauvais bonbon qu’on donne à un enfant qui en réclame un bon.

          De fait, les structures de gouvernance n’étaient pas appropriées par les peuples africains. Une élite, inféodée au pouvoir coloniale avait certes repris en main les affaires courantes à la suite du départ des “maîtres” ; mais elle n’avait pas de marge de manoeuvre propre. Elle ne réfléchissait pas de sa propre tête. La “feuille de route” de gérance était communiquée depuis les capitales des anciennes puissances coloniales. Les directives majeures aussi. Dans l’administration, on fonctionnait encore comme sous la colonisation. Le système éducatif aussi continuait d’être une pâle copie de celui des “maîtres”. Les exemples sont légion, et nous ne les citerons pas tous. Nos “dirigeants” avaient été choisis pour çà. Ils le respectaient à la lettre. Ceux qui voulaient s’affranchir de ce mode de conduite étaient “remplacés” voire liquidés. Il y avait donc des Etats dits “stables”, où le président régnait d’une main de maître et assurait le calme et la sérénité par tous les moyens ; et les Etats dits “instables”, perturbés par les coups d’Etats et autres rébellions incessantes.


          • fourminus fourminus 22 novembre 2008 12:53

            Le concept de "décolonisation" est trompeur.
            Il nous donne le beau rôle : NOUS avons donné l’indépendance à l’Afrique subsaharienne
            et il masque une réalité qui est précisemment le contraire :

            En réalité la décolonisation c’est :

            On continue à exploiter les matières premières...

            ...mais on donne beaucoup moins en échange : La décolonisation s’est avant tout une baisse drastique des flux d’investissements du nord vers le sud : enseignement, infrastructures...
            La décolonisation c’est la colonisation low cost...

            Pour que l’Afrique se porte mieux il faudrait :
            1. ré-ajuster les termes de l’échange : donner plus en échange des matières premières. (Ecoles, routes, hopitaux, tout est là...)
            2. donner réellement le pouvoir aux africains c’est à dire selon leur conception traditionnelle. Le Congo n’existe pas. Il est constitué de 350 tribus qui elles existent depuis des temps immemoriaux. Les chefs coutumiers sont respectés et exercent leur pouvoir selon des règles de droit public non écrit mais parfois fort complexe. ex : tricamerisme des BaKuba du Kassaï.
            Les villes qui sont des regroupements multi-tribaux pourraient bénéficier d’un statut spécifique (villes franches avec démocratie municipale).

            Si l’on poursuit cette colonisation low cost  : l’Afrique deviendra le grand repère des pirates (cf côte indienne de l’Afrique) et nous souffrirons beaucoup de la réduction des échanges avec cette partie du monde dont nous avons besoin économiquement (matières premières) et qui peut nous enseigner beaucoup culturellement (si, si : demandez à Picasso ou à n’importe quel musicien ou encore à Marx !)

            Un seul regret sur l’article : 17 000 hommes ca vous parrait beaucoup, c’est en fait rien pour un pays grand comme l’europe occidentale. "Protéger les population" necessiterait dix fois plus de troupes au moins... et nous ne les avons pas en stock... Ce qui signifie que nous n’avons plus les moyens de cette colonisation low cost...


          • ZEN ZEN 22 novembre 2008 13:51

            Il ne faut pas être malin pour moinsser les commentaires de Morice , qui arrivent ici tout à fait à propos...


          • Antoine Diederick 22 novembre 2008 14:00

            "donner réellement le pouvoir aux africains c’est à dire selon leur conception traditionnelle"

            faut pas trop rêver...

            Le droit coutumier , vous savez....

            par contre un conseil général des ethnies, pourquoi pas.
            une conférence des gouverneurs, pourquoi pas


            en réalité, le problème du Congo, c’est le rétablissement de la légitimité de l’Etat congolais....à partir de là, bien des choses sont possibles. Et une réforme administrative, ce qui est peu dire, il faut la créer.

            Et là, il faudra un encadrement international honnête....

            moi aussi, je rêve.


          • fourminus fourminus 22 novembre 2008 14:19

            @ Antoine

            "Le droit coutumier vous savez..."

            Vouloir imposer notre conception du droit n’est ce pas une forme de colonisation ?
            Le droit coutumier n’est pas forcemment mauvais. Il a régi la moitié nord de la France jusqu’en 1804.

            Il a deux avantages :
            1. Il est reconnu et accepté par le peuple congolais (c’est quand même un gros avantage. Parce que toutes les tentatives pour leur imposer notre droit ont échouées)
            2. Il est évolutif du fait même qu’il n’est pas rédigé.

            J’appelle les juristes a étudier ces droits coutumiers, vous serez surpris. Par exemple chez les BaKuba le "roi" (Nymi) ne peut prendre aucune décision sans avoir obtenu le consensus des chefs de famille. Et il existe toute une procédure pour y parvenir. Par exemple, lorsqu’il s’exprime le Nymi observe les chefs de famille qui peuvent marquer leur désaprobation en soulevant leurs ceintures. Le Nymi doit alors se rétracter.

            Quand nous leur imposons une copie de la 5ème république les congolais se retrouvent avec à la tête de l’état un jeune chef de guerre de 30 ans qui n’a jamais étudié. Son autoritarisme est sans limite : il lui suffit de modifier la loi écrite quand elle ne lui convient plus.

            Les chefs coutumiers sont souvent diplomés de nos meilleures universités.


          • Antoine Diederick 22 novembre 2008 17:42

            oui, le droit coutumier a été important en nos régions et il est à la base de nos textes de droit, comme les franchises.... etc.



          • fourminus fourminus 25 novembre 2008 01:09

            @ Georges Cake
            "Pour tous les musiciens de rock, punk, gothique, metal, indus et autres, l’influence de l’Afrique est parfaitement nulle."

            Il me semble pourtant que la syncope en musique est une invention africaine. Le rock et ses dérivés sont basés sur la syncope.


          • ZEN ZEN 22 novembre 2008 10:47

            Dumont était clairvoyant, mais avait-il prévu les conséquences de la politique économique du FMI , qui a souvent ruiné l’agriculture traditionnelle , en ouvrant sans préparation, ni progression ces pays au "libre marché" et en les endettant de la pire des manières ?
            Ce rapport de FMI ferait sourire si ce n’était tragique


            • JL JL 22 novembre 2008 11:36

              Un journaliste a été tué là-bas récemment. Pourquoi ?

              Les Africains sont victimes d’un impérialisme bien pire que les anciens, parce que non humain, L’empire des multinationales.

              En fait, nous sommes tous colonisés à des degrés divers. Les films d’horreur qui évoquent des envahisseurs que l’on ne distingue pas des humains, sont une métaphore assez réaliste : les infiltrés parmi nous sont les lobbyistes et tous ces "compradores" d’un nouveau genres inféodés de gré ou de force à ces sortes d’extra-terrestres gigantesques, multitentaculaires, invisibles pour un regard humain et qui ont déclaré la guerre à l’humanité.


              • JL JL 24 novembre 2008 08:31

                Encore un journaliste - de radio OKAPI) - tué là-bas ce week-end (FQ, ce matin 7H30)


              • ZEN ZEN 22 novembre 2008 12:06

                Qui , tel J.Konrad, réécrira un nouveau "Au coeur des ténèbres" ?


                • ZEN ZEN 22 novembre 2008 13:10

                  "la responsabilité des entreprises qui est bien sur indéniable mais n’est-elle pas avant toute chose la responsabilité des Congolais qui se laissent acheter au mépris de leur terre ? Qui laissent des potentats gourverner leur pays comme cela est de mise malheureusement dans de trop nombreux pays d’Afrique ?"

                  La réponse est dans l’article et les liens...que vous avez dû parcourir superficiellement
                  Et je ne fais pas dans le manichéisme
                  Refaites l’histoire du Congo colonial et postcolonial , vous comprendrez
                  L’époque de Léopold II n’était pas triste. Mobutu bénéficiait de larges soutiens occidentaux
                  Et il ne s’agit pas d"’entreprises" au sens classique
                  Qui protège et soutient certains "potentats" ?


                  • fourminus fourminus 22 novembre 2008 13:48

                    @ Arlequin

                    Une piste pour comprendre ces "
                    Congolais qui se laissent acheter au mépris de leur terre ?"

                    Ils ne reconnaissent pas le Congo comme "leur terre" c’est à dire comme un pays uni. Ils considèrent que "trahir" les 349 autres tribus n’est pas un grand crime. D’autant plus qu’ils respectent en général les mécanismes de redistribution interne à leur propre tribu. Autrement dit : ils privent les autres pour aider les leurs. C’est tout à fait le comportement des occidentaux qui privent les africains pour enrichir l’occident. C’est tout aussi nul.

                    La solution serait de reconnaitre les nations africaines telles qu’elles sont et non pas telles que l’occident les a découpées pendant la conquête militaire coloniale.


                  • Antoine Diederick 22 novembre 2008 14:10

                    pour le Congo, cela va être dur.... de redécouper le pays, c’est le coeur du continent africain....

                    en fait la rdc devrait devenir un état fédéral....


                  • fourminus fourminus 22 novembre 2008 14:24

                    @ Antoine

                    "Ca va être dur de redécouper le pays, c’est le coeur du continent africain"

                    Vous avez raison, ca va être dur, il aurait mieux fallu le faire avant.

                    Mais on y coupera pas, le processus est d’ailleurs très avancé :
                    Savez vous qu’il n’y a plus aucune route qui mène de la Capitale à Goma ou Bukavu ?
                    Un état fédéral ou il est impossible de circuler d’une province à une autre c’est quoi ? Une fiction !


                  • fourminus fourminus 22 novembre 2008 14:35

                    @ Antoine

                    Les Congolais ont une ritournelle sur leur "pays" : "Congo... Ekolo tobetalaka tolo"
                    càd : Congo : le "pays" dont on se tape la poitrine (de tristesse)

                    "Ekolo" signifie pays mais aussi la région... Les Congolais emploient donc le même mot pour qualifier le Congo que leur région coutumière d’origine...

                    Qu’en pensez vous Antoine ?


                  • Antoine Diederick 22 novembre 2008 17:50

                    A Fourminus,

                    Ce que j’en pense....

                    Je pense que vous connaissez mieux le Congo que moi, d’ailleurs je ne sais pas si vous avez écrit en Lingala ou swaéli.


                  • Antoine Diederick 22 novembre 2008 17:53

                    A Fourminus,

                    oui, d’accord sur le fait que le Congo a été formé arbitrairement géographiquement, mais je suppose aussi qu’aujourd’hui, ses frontières sont reconnues par le droit international....

                    Combien d’ethnies au Congo ? Cela ne faciliterait pas la tâche....


                  • Antoine Diederick 22 novembre 2008 18:13

                    A Fourminus....

                    (remarque : bouffeurs de curés s’abstenir, c’est un fil de discussion pour les grandes personnes smiley    )


                    il y a quelques années, j’ai été en contact fortuitement avec des prêtres congolais de Kisangani qui ont vécu en direct avec un courage incroyable le changement de régime avec bien sûr toutes atrocités qui se sont produites sur les populations (je vous passe les détails).

                    En effet plus de routes, et un de ceux -ci m’a proposé en boutade de venir au Congo reconstruire les routes...
                    maintenant nous savons que ce seront les chinois qui le feront contre des droits d’exploitation (enfin, on peut le supposer, ce n’est pas encore le cas).

                    Le reconstruction des voies de communication au Congo-Zaïre serait une priorité....

                    ceci dit remarque : le génocide au Ruanda, les images et les évènements actuels me heurtent profondément. Mais , je n’ai pas vocation a être heurté et même si la colère et l’émotion sont là. Comme tous je dois vivre smiley


                  • fourminus fourminus 22 novembre 2008 19:45

                    @ Antoine

                    C’est du lingala smiley
                    Je trouve ce fil de discussion excellent. Instructif et constructif. Comprend pas pourquoi tout est moinssé...
                    Et où est Rodrigez ? J’aurai bien aimé lire ses commentaires...


                  • Antoine Diederick 22 novembre 2008 20:07

                    oui, cela moinsse sec...jamais vu cela de cette manière sur avox....

                    étrange....ou bien il y une bande de gugusses qui s’amusent à bon compte ou bien cela déplait....


                  • sophie 23 novembre 2008 10:39

                    Bonjour, c’et dimanche l est 10H30 effectivement il y a un gros problème sur cet article , tous les postes sont remis à la même date (aujourd’hui à 8h36)...
                    Je pense que le minimum pour la modération serait de remettre à zéro tous les votes et ôter les postes des deux .... habituels.
                    Bien à vous (comme ils disent) 


                  • sophie 23 novembre 2008 10:45

                    Papy merci pour l’information, reste cependant le problème manifeste des votes , je ne me souvient pas d’avoir cela surtout un samedi/dimanche.


                  • ZEN ZEN 23 novembre 2008 10:47

                    Chère Sophie
                    OUI
                    Remettre tout à zéro , restaurer l’article , qui a disparu de la page d’accueil , afin que commence un débat de fond sur ce problème qui nous concerne de près, malgré la distance
                    Le principe même des votes est à revoir, comme je le répète depuis longtemps
                    J’ai envoyé en ce sens un message à Carlo


                  • Antoine Diederick 22 novembre 2008 13:30

                    Bonjour Zen....

                    bravo pour cet article,.je reviendrai plus tard le lire plus à fond.

                    Je pense que pour des raisons historiques et morales, il est temps de sauver la RDC.

                    C’est un suberbe pays qui mérite un autre destin .

                    Si c’était en mon pouvoir, j’encouragerai un sauvetage international sinon européen.

                    Il est temps, il est plus que temps que le droit, la justice, la sécurité et le développement se fasse là-bas, à la fois pour les belges qui ont un héritage moral et les congolais qui ont droit à la sécurité juridique et à l’épanouissement personnel , familial .

                    Mais qui agira vraiment..... ????

                    Il faut sauver le soldat Congo ! Sauver sa souveraineté.


                    • Antoine Diederick 22 novembre 2008 13:41

                      Le titre de l’article pourrait aussi être : Mourir pour une console de jeux.

                      Que tout ceci est dérisoire.....et odieux !


                      • Antoine Diederick 22 novembre 2008 14:15

                        Bonjour Léon,

                        "colonialisme éclairé"

                        ce n’est pas très politiquement correct, mais c’est une des solutions....et c’est peut-être la moins incertaine, mais qui voudra ?


                      • ZEN ZEN 22 novembre 2008 14:50

                        @Léon
                        D’accord avec toi pour l’Algérie , le Zimbabwe, etc...

                        Mais pour le Kivu, les multinationales ne sont pas lointaines , même si elles savent agir dans l’ombre et entretenir un chaos qui arrange bien leurs intérêts (vente d’armes). J’insiste assez là-dessus dans mon article
                        L’instabilité leur profite, comme j’essaie de la montrer et comme l’indiquent certains liens

                        Il faut remonter aux relations que Mobutu entretenait avec certains Etats et intétêts occidentaux et comprendre ce qui s’est passé lorsque son système s’est disloqué. Mais cela est un autre article...

                        L’Onu est même allé jusqu’à lâcher des noms. et des ong canadiennes , des associations catholiques belges évoquent des faits précis (voir liens)
                        On se croirait dans un roman de John Le Carré ( The constant gardener) ou dans un film comme Lord of war


                      • Antoine Diederick 22 novembre 2008 17:44

                        A Léon,

                        "colonialisme éclairé" disont que le terme est fort connoté. Mais il pourrait déboucher , ce concept sur une collaboration éclairée dont l’Afrique a besoin tout autant que nous....


                      • claude claude 23 novembre 2008 01:05

                        bonsoir léon,

                        désolée, je ne vous avais pas lu, tant vos posts sont dénigrés. (pourquoi tant de haine ?)

                        le principal, c’est que vous soyez toujours présent... smiley


                      • Antoine Diederick 22 novembre 2008 13:46

                        il faut aussi se demander pourquoi Obama.... ?

                        Il faut aussi se souvenir qu’en 1960, bien des tractations se sont déroulées à la veille de l’indépendance.

                        Je crois me souvenir qu’un des patrons du fond Carlyle, était un jeune diplomate en poste là.

                        Les congolais n’ont pas fini de déguster....  smiley


                        • ZEN ZEN 22 novembre 2008 13:47

                          Bonjour Antoine Je fais le même souhait que toi

                          Mais le problème est de savoir comment mettre ces multinationales hors d’état de nuire (pliilage clandestin +trafic d’armes) , en restaurant vite un Etat de droit ..Seul l’Onu , indépendante des intérêts US (et Chinois, et d’autres pays...), pourrait initier un tel processus . Cela risque donc de durer...

                          Pour comprendre l’âpreté des combats et des intérêts en jeu , il suffit de comprendre ce que représente le COLTAN  dans le monde d’aujourd’hui : ses propriétés , ses applications, commerciales et stratégiques, les modalités de son exploitation (du produit et des hommes...)les itinéraires de sa sortie par les frontières est , etc.....


                          • Antoine Diederick 22 novembre 2008 14:05

                            puisqu’elles sont en partie identifiées par des instances internationales, il faut sévir.....à quand le tpi des marchands malhonnêtes et destructeurs.



                          • Hieronymus Hieronymus 22 novembre 2008 14:19

                            article interessant, bien ecrit, j’ai vote pour
                            malheureusement je ne connais quasiment rien a l’Afrique
                            ce qui me frappe c’est que ces immenses regions equatoriales semblent etre vouees a une desherence permanente
                            n’importe quel rebelle un peu equipe militairement peut y imposer sa loi comme bon lui semble
                            on ne voit pas quel regime serait capable d’imposer un minimum d’ordre a cet enorme pays

                            Ajouter une réaction

                            Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                            Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                            FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès