• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Sarkozy et les bonus : omerta sur la promesse envolée

Sarkozy et les bonus : omerta sur la promesse envolée

L’économiste Frédéric Lordon dénonce brillamment le caractère parasitaire de la finance.

À l’issue de la septième convocation en moins d’un an des banquiers par l’Elysée, ces derniers ont accepté d’encadrer les bonus versés aux traders suivant des modalités détaillées par exemple par Le Figaro, auquel nous nous renvoyons. Et Nicolas Sarkozy de s’auto-congratuler, à son habitude, à grand renfort de mouvements virils du menton : "Les choses ne peuvent pas, ne doivent pas continuer comme avant. C’est un engagement que j’ai pris devant les Français. C’est un engagement qui sera tenu. C’est une question de morale." Il a bien du toupet ! A quoi s’était-il justement engagé en mars dernier, ce que nous rappelions dans notre billet du 10 août ? " Visiblement, ce qu’on a dit, certains ont du mal à le comprendre. Il ne doit plus y avoir de bonus, de distribution d’actions gratuites ou de stock options dans une entreprise qui reçoit une aide de l’État. Quand il y a des aides publiques, les bonus ne sont pas admissibles. Et je suis sûr que les responsables vont comprendre ce que je dis." Nous titrions alors Sarkozy et les bonus des traders : on va voir ce qu’on va voir !, avec l’idée que c’était tout vu d’avance. Les faits viennent évidemment de nous donner raison. BNP-Paribas, qui avait dans un premier temps provisionné pour un milliard d’euros en vue d’otroyer des bonus à ses traders, a annoncé hier avoir réduit la somme de moitié. La banque a reçu cinq milliards d’euros d’aide publique : ces 500 000 euros de bonus, suivant la parole présidentielle de mars, même diminués par rapport à l’intention préalable, " ne sont pas admissibles". " Ce n’est pas au contribuable de payer", a-t-il encore déclaré hier. Or là, les bonus que va distribuer BNP-Paribas sortent de sa poche, via l’aide publique reçue par la banque. L’accepter, pour le président, c’est renier sa parole avec éclat. Et ce qui nous désespère véritablement, c’est que personne ne le rappelle. Il avait dit : " pas de bonus". Mais finalement, si. Il peut donc promettre n’importe quoi sans être ensuite confronté par nos médias au droit de suite. Est-ce si difficile de se reporter aux déclarations d’il y a seulement six mois ?

Par ailleurs, l’État avait subordonné l’octroi de son aide au secteur bancaire à l’engagement de réouvrir le robinet du crédit. Or que s’est-il passé ? "En octobre 2008, les banques s’étaient en effet engagées à faire progresser de 3 à 4% le volume de crédits en contre-partie de l’aide publique dont elles ont bénéficié au plus fort de la crise financière, rappelle Le Monde. Quelques mois plus tard, les banques reconnaissent elles-mêmes qu’elles ne tiendront pas leurs promesses et tablent désormais sur une hausse comprise entre 1 et 2%. Une nouvelle projection d’ores et déjà mise à mal par les derniers chiffres de la Banque de France : les prêts aux entreprises sont en effet passés de 313 milliards d’euros en juin 2008 à 259 milliards en juin 2009. Les banques se défendent en arguant du fait que les demandes de crédits des entreprises sont en baisse, une affirmation là encore démentie par le médiateur du crédit, René Ricol, qui affirme avoir reçu plus de 15 000 dossiers de sociétés à la recherche d’un crédit." Qu’a dit hier Sarkozy à ce propos ? "S’agissant du respect par les banques de leurs engagements de financement de l’économie, avec Christine Lagarde et le Premier ministre François Fillon, nous avons demandé aux banques de respecter les engagements qu’elles ont pris d’augmenter les encours de crédits à l’économie". Énorme ! En gros, les banques se sont assises sur leur promesse et le président se contente de la leur rappeler, sans annoncer la moindre mesure concrète, misant par conséquent sur leur seule bonne volonté, tactique ayant pourtant en la matière fait la preuve de son échec. Pourquoi ne pas avoir, au moment d’attribuer une aide colossale aux banques, s’être assuré d’être en mesure de peser véritablement sur leurs décisions en exerçant un pouvoir effectif smsur leur Conseil d’administration ? Cette mesure-là aurait prouvé la réelle volonté politique d’agir. En son absence, il s’agit de poudre aux yeux et d’incantations. Ce qui fait dire à Serge Maître, président de l’Association française des usagers de banques cité dans le même article du Monde : "Nous sommes consternés. Le thème de cette réunion était ’Bonus et crédits’. Nous craignions que les bonus servent de boucs émissaires et que les crédits passent à la trappe. C’est exactement ce qui s’est passé. (...) on en est resté au stade de la déclaration de principe. Les banques ont réalisé d’énormes bénéfices au premier semestre, BNP-Paribas a par exemple dégagé trois milliards d’euros, en grande partie grâce à des produits comparables aux subprimes. Il était donc possible de leur demander d’orienter une partie de ces profits vers l’économie réelle". Et Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, de surenchérir : "Le président s’est contenté de répéter que les banques devaient jouer leur rôle dans l’économie réelle, mais aucune sanction n’a été annoncée". Finalement, malgré ses rodomontades, Sarkozy n’empêche donc pas les banquiers de faire ce qu’ils veulent, à savoir continuer de spéculer comme des petits fous sans financer l’économie réelle, au risque de produire une nouvelle bulle qui ne manquera pas d’alimenter la crise dont nous sommes loin d’être sortis.

Le chef de l’État renvoie enfin au prochain sommet du G20 de Pittsburgh, où il entend convaincre les autres pays d’adopter des réglementations en matière de bonus équivalentes à celles désormais acceptées par les banques françaises, sans quoi nos meilleurs traders ne manqueraient pas d’aller exercer leurs talents ailleurs. Nous qui pensions que le dernier G20 avait été une réussite exemplaire en ce qui concerne la "moralisation du flcapitalisme" - c’est ce que répétaient en boucle nos médias... Il apparaît aujourd’hui qu’il fut largement insuffisant, voire dérisoire. C’est donc finalement Frédéric Lordon, économiste directeur de recherche au CNRS et chercheur au Centre de sociologie européenne, qui avait raison, se gaussant sur son blog des "cris d’admiration poussés derechef par la presse française convaincue absolument, et du simple fait de la parole présidentielle, que le monde avait changé d’époque, et peut-être même de base. On cherche en vain les hypothèses adéquates (...) qui permettraient de comprendre que, là où la presse financière anglo-saxonne faisait méthodiquement le décompte des forfanteries, des approximations et des contre-vérités flagrantes du discours de Gordon Brown, la presse française s’abandonnait à l’extase-réflexe, comme le rappelle Bakchich [2] avec une délicieuse cruauté, à propos d’« Un G20 pas vain » (Libération, 3 avril 2009), de « L’incroyable succès du sommet du G20 » (Le Parisien), de « La symphonie du nouveau monde » (Le Figaro), de « ce nouveau monde qui émerge à Londres sous nos yeux » (Le Monde), et de ce que « cette fois on ne pourra pas dire que la montagne a accouché d’une souris » (Sud Ouest)." S’il faut au prochain G20 se saisir à nouveau du problème, c’est bien, comme le synthétise ironiquement l’économiste, que "les engagements (pris lors du précédent) sont en toc, les engagements sonnent le creux, et ça n’a pas coûté grand-chose à tous ces comédiens des engagements de s’engager solennellement à des engagements qui n’engagent à rien." Ce qu’il démontre ensuite de façon implacable, dans ce brillant article dont nous vous engageons à lire l’intégralité. Quelques extraits choisis, néanmoins, pour la bonne bouche : "Parmi toutes les raisons de reconnaître enfin à la finance de marché son caractère fondamentalement parasitaire – son utilité sociale est nulle ou presque, sa contribution aux inégalités est avérée, les risques qu’elle fait courir à l’économie tout entière sont insensés, sa légèreté à faire payer ses errements par la société stupéfiante, sa responsabilité directement engagée dans tous les épisodes de ralentissement et de chômage des deux dernières décennies –, à toutes ces raisons, donc, il faudrait encore ajouter les terribles distorsions qu’elle fait subir à l’allocation générale du « capital humain », dit autrement : au processus d’orientation des compétences, formées aux frais de la collectivité, faut-il le rappeler, entre les divers emplois en attente d’être occupés au sein de la division du travail." Parce que c’est dans ce secteur qu’on peut le plus facilement gagner des sommes indécentes, tout simplement : "C’est pourquoi encadrer, ou même supprimer les bonus n’a pas seulement pour effet de limiter les prises de risque et de réduire de honteuses inégalités, mais également de rectifier l’allocation d’ensemble du capital humain au profit d’activités socialement moins nuisibles, et de fournir de manière moins déséquilibrante la division du travail".

ppReste la thèse défendue dans Les Echos d’aujourd’hui par Patrice Poncet, professeur de finance à l’Essec et La Sorbonne et consultant pour la Société générale : "il faut aussi pouvoir rémunérer l’innovation, et la création. Les bonus ont encouragé l’innovation financière, qui a contribué, au cours des dix dernières années, à soutenir la croissance. On a ainsi pu mettre en place des financements de projets dans les pays émergents avec des mécanismes de prêts sécurisés qui n’étaient pas envisageables par le passé. En créant des véhicules destinés aux investisseurs qui souhaitaient prendre des risques, l’innovation financière a permis de « compléter » un marché dans lequel les investisseurs ou les entreprises ne pouvaient pas se couvrir correctement. C’est tout à fait fondamental." Lordon lui avait répondu par avance dans sa conclusion : "l’innovation proprement financière a pour double tare, d’une part, que l’extrême sophistication s’accompagne presque toujours d’un défaut de compréhension et de maîtrise des opérateurs (comme l’aura spectaculairement montré le cas des produits structurés et des dérivés de crédit) et d’autre part que, par delà ses propriétés techniques, l’« innovation » est vouée à fonctionner comme une croyance collective, conduisant les agents à s’imaginer dans un monde entièrement nouveau, dans lequel ils seraient libérés des « anciennes » contraintes pesant sur les couples rendement-risque. Nulle bulle n’aura illustré plus canoniquement cet effet de croyance que celle des subprimes ; il faudrait plutôt dire : celle des dérivés de crédit structurés, dont l’agencement et la promesse mêmes consistaient à offrir pour des classes de risque données des rendements supérieurs à ceux qui leur étaient jadis attachés. Risquer moins à rendement donné et – surtout – gagner plus à risque donné était une promesse qui ne pouvait qu’aller droit au cœur de la finance dont la seule obsession est de maintenir, et même de pousser, des rentabilités de ses capitaux propres à des niveaux qui défient toute raison macroéconomique. Il faut rappeler, une fois encore, que là où la rémunération du capital est normalement le taux d’intérêt, dont ladite « règle d’or » des économistes néoclassiques eux-mêmes énonce que dans le long terme il doit rejoindre le taux de croissance de l’économie, soit quelques pourcents en termes réels, que là où les entreprises les plus profitables du CAC 40 affichent des ROE (Return On Equity) déjà déraisonnables de 15% à 20%, ceux de la banque d’investissement gravitaient avant crise autour des 40%, parfois même au-delà… Qu’on ne se fasse aucune illusion : c’est cet écart abyssal que la finance défendra au couteau s’il le faut. Et c’est lui qui est régulièrement reproduit par les vagues successives d’« innovations »… toutes vouées à mal finir. C’est cette intime connexion du « privilège de profitabilité », de l’« innovation financière » et du risque in fine couvhors de contrôle qu’il faut impérativement défaire. Envisager la fermeture du privilège et le retour forcé au rudimentaire, c’est donc tout un. Voilà pourquoi l’objectif intermédiaire d’une transformation des structures de la finance consiste en sa désophistication. Il est temps d’envisager une sérieuse désescalade en matière de complexification financière, dont il apparaît au travers de maintenant trop nombreux épisodes, qu’elle n’a jamais tenu ses promesses les plus idéologiquement affichées (« l’innovation financière stimule la croissance »), que les services rendus sont d’une minceur extrême rapportée à l’inflation spéculative pure qu’elle nourrit en fait (comme le montre le cas des dérivés supposés offrir des techniques de couverture aux agents de l’économie réelle mais sur des marchés dont les volumes sont absolument dominés par les liquidités spéculatives), et qu’elle a au total beaucoup moins d’avantages que d’inconvénients – pollution spéculative, instabilité chronique, complète perte de contrôle des risques, violents accidents récurrents, déstabilisations consécutives de l’économie réelle, etc. Dans cette perspective de la désophistication de la finance, le départ des traders virtuoses privés de bonus n’est plus du tout un problème : il est une partie de la solution." Merci Monsieur Lordon !


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • Serge Serge 27 août 2009 10:35

    à l’auteur...
    « A l’issue de la septième convocation en moins d’un an... » j’aurais écrit...
    « A l’issue de la septième garden-partie entre copains... »
    Ce n’est qu’une petite remarque ( mais importante tout de même car Sarkozy ne convoque pas ses copains banquiers...il est leur serviteur fidèle et dévoué ! ) par rapport à votre excellente analyse de la réalité de cette mascarade élyséenne.
    Merci pour votre article.


    • Michel DROUET Michel DROUET 27 août 2009 10:57

      On a une impression de déjà vu : des banquiers sympas qui viennent faire un tour à l’Elysée et un Président de la République qui nous dit, d’un air martial, que rien ne sera plus comme avant, qu’on va voir ce qu’on va voir...
      A un moment j’ai même cru que je ne regardai pas les infos, mais une énième rediffusion estivale d’une mauvaise série française. 


      • Fergus fergus 27 août 2009 11:01

        Ne nous faisons pas d’illusions : les timides mesures annoncées par Sarkozy risquent de passer à la moulinette au G20 de Pittsburgh ou, du moins, d ’être fortement édulcorées. Ce qui entraînera ipso facto leur retrait des engagements bancaires en France ou l’alignement sur le service minimum anglo-saxon.

        Et Sarkozy, qui sait tout cela parfaitement, n’aura plus qu’à se faire passer pour un moralisateur incompris et injustement récompensé de ses prodigieux efforts.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 août 2009 23:00

          @ Fergus : Eh oui ! Votre commentaire - qui souligne l"évidence de ce qui va se passer - complète l’excellent article de l’auteur qui souligne le mensonge flagrant qui nie impudemment tout le passé. Profitons-en pour tirer une derniére satisfaction de ce déboulonnage des actes du Pouvoir, avant que ne vienne le moment imminent où il sera interdit d’en parler. Je ne pense pas que le type d’échanges que nous avons ici sera toléré en 2010.




          Pierre JC Allard



        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 10:03

          @ M. Allard : j’ose espérer votre pessimisme excessif. Las, je n’en suis pas sûr...


        • Dominique TONIN dume 27 août 2009 11:15

          Merci également pour votre article qui éclaire, conséquemment le côté obscur qu’est pour moi l’économie et ses acteurs. Economie qui en fait est au coeur du système et qu’il nous faut absolument moraliser au risque d’avoir à subir une crise comme celle là tous les 10 ans....Mais voilà, SARKOZY n’est pas le bon « gendarme » si je fais réference à l’adage qui dit « on a tendance à ressembler aux gens que l’on fréquente tous les jours ! »
          Momentanément, cela me donne du grain à moudre pour la campagne 2012, lorsque je serai devant lui sur les plateaux de télé.
          En attendant, merci Mr BONNET pour votre éclairage.
          Accessoirement prenez connaissance de ceci : www.peuplefrancais.fr et de même, j’aurais besoin de contacts avec les médias pour faire connaître ce nouveau mouvement, si vous avez des entrées, je prends. Merci


          • jykkid 27 août 2009 11:19

            OK pour toutes ces critiques ; mais qu’ont fait LES AUTRES avant lui ? en particulier Mitterrand et consorts sous le règne desquels les banquiers et traders n’ont jamais fait autant de profits ?


            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 27 août 2009 11:28

              On ne va pas vivre dans le passé ! Par contre, si l’alternative à Sarkozy devait être DSK, soyez sûr qu’effectivement, rien ne changerait. Voilà bien pourquoi, selon moi, DSK n’est pas de gauche.


            • Superyoyo 27 août 2009 12:51

              Et 1 point momie-terrand pour jykkid


            • Pierre Crépeau 27 août 2009 15:24

              « Hier Natixis s’envolait de 39% alors que la banque pourrait renouer avec les bénéfices au troisième trimestre après cinq trimestres dans le rouge. [b]Ce retour à une meilleure fortune est rendue possible par la garantie accordée par sa maison-mère, Banque populaire caisses d’épargne, sur son portefeuille d’actifs toxiques de 35 milliards d’euros. »[/b](boursorama)
              François Pérol, président de la banque, vous savez, celui qui a dérégulé le système avec son patron DSK en 1999, formé chez Rothchild, conseillé du « ministre des finances bac B » Sarkosy, puis du prince, est en train de me faire les poches chez l’écureuil, et de sonder les chaussettes populaires…. Il en veut à mes noisettes le bougre ! Une sorte d’emprunt national à l’insu de mon plein grès dans nos économies prolétaires.
              Maintenant pour s’enfiler, c’est sans filets. SGDG
              Mieux que tous les casses-noisettes du siècle !!!
              Et si on les récupérait nos noisettes dans nos filets à provisions ?
              Ils seraient marron monsieur Vincent et ses amis.C’est bientôt le temps des vendanges.
              Mettre fin à la fiction serait pourtant si simple. Dans un monde « libre » toutes fois…
              Chacun sa prime à la casse. C’est ça l’égalité mon frère.
              Merci à vous, de ne pas oublier cette facette du dernier oublie présidentiel face à nos banquier. C’est entre autre le RMI des rien-de-riens qui garanti les fonds toxiques de Pérol !!! Si j’ai bien compris ? Et ça plait à la bourse !
              Un démenti de Monsieur le président ? Je l’aime beaucoup quand il dément ? Vous avez dit dément..A vos Marx, prêt, partez ! Il va nous réinventer le Glass-steagall act que Pérol a foutu par terre sous ses applaudissements il y a juste dix ans... Alzeimer, une cause nationale, il a raison notre président. Vivement DSK, le retour... Révisons les premiers épisodes.


            • François51 François51 27 août 2009 19:57

              DSK est un bilderberg ! yes !


            • JL JL 27 août 2009 11:21

              Que cet argent soit distribué sous forme de bonus ou d’une autre manière, je crois que c’est secondaire par rapport au principe même de l’aide accordée aux banques.

              Que la plèbe s’époumonne après les bonus, et elle oubliera plus vite la nature du véritable scandale : tous ces milliards détournés ! La plus grande escroquerie de tous les temps.

              Les boursicoteurs ont une jolie expression pour désigner une opération particulière : la prise de bénéfices. Cela désigne la transformation de gains potentiels en gains réels. Ces milliards accordés aux banques sont pour elles, l’équivalent d’une prise de bénéfice colossale.

              Comment l’Etat va-t-il s’y prendre pour tenir ses engagements vis-à-vis des banquiers ? Par un grand emprunt, c’est-à dire, en gros en se faisant prêter l’argent qu’il vient de donner, ce qui revient à nous faire payer à tempérament cet argent que par un tour de passe passe magique, sorte de jeu d’écriture scélérat, il vient de faire changer de poches.



              • Rage Rage 27 août 2009 11:23

                Bonjour,

                Effectivement, à ce jour, rien n’a changé.
                Pire : vu que rien n’a changé, les traders ont continué de plus belle avec l’argent public, le tout sous la bénédiction d’établissements bancaires satisfaits d’avoir plumé les Etats pour couvrir leurs erreurs.

                Il semble donc évident que tout peut se reproduire. Sauf que cette fois-ci, l’incurie politique risque de se payer très cher.
                Ayant démontré leur incapacité à affronter le monde de l’argent, celui-ci jouant sur les faillites et les citoyens à la rue, les poltiiques n’ont absolument pas pris la mesure des dispositions vitales à mettre en oeuvre au niveau international faute de bis repetita :
                1. Casser les mécaniques spéculatives par plus de contrôle, moins de variabilité, et il faut aussi le dire, sans doute moins de gogos-traders
                2. Dissocier clairement activités de spéculation et activités traditionnelles des banques : ce qui aurait la vertu de ne plus faire planner le risque sur le commun des mortels, mais au moins un peu sur ceux qui jouent avec l’argent des autres.
                3. Casser les mécaniques d’immédiateté et de « mouton », comme l’achat-vente instantané, la vente à découvert et autres joyeuseté
                4. Imposer la transparance en ne permettant plus les montages à « plusieurs étages » de dérivés que plus personne ne comprend, donc ne peut contrôler.

                Bref, contrairement à ce que l’on fait, il est urgent d’agir.


                • wesson wesson 27 août 2009 11:28

                  Bonjour l’auteur et merci de parler de M. Lordon, qui franchement mérite à être connu. Non seulement il dit des choses très interessantes, mais en plus il les dit avec humour !

                  Il est à ma connaissance l’une des seules personnes qui ont un avis réellement argumenté sur la crise et qui refusent de se fabriquer une gloire facile dans les médias.

                  Voilà trois court extraits de ses interventions sur les médias :

                  Proposition sur les chroniqueurs (jouissif)

                  Réaction des médias à des critiques (hilarant)

                  Le rapport aux médias


                  • sheeldon 27 août 2009 13:29

                    bonjour

                    les propositions sur les chroniqueurs de lordon sur acrimed sont excellentes :)

                    cordialement


                  • fonzibrain fonzibrain 27 août 2009 11:31

                    En ce moment on nous gave avec ces fameuses règles encandrant les bonus,le Figaro dans sa doite ligne abrutissante annonce même “Sarkozy fait plier les banquiers”,quand on se souvient du G20,et de ses piètres résultats,permettez moi de douter de ces nouvelles mesures.

                    Il y a un angle d’analyse que l’on entend jamais ,c’est à dire la responsablité personnelle.

                    Personne ne s’opposera à l’idée(surtout en ce moment ou ces fameux bonus proviennent d’argent public transféré aux banques) que ces rémunérations sont du vol pure et simple.

                    Ensuite ,il faut rappeler que nous jouissons tous du libre arbitre,en notre âme et conscience ,nous sommes donc responsables de nos actes.

                    Ces traders sont libres,ils savent très bien d’ou vient cet argent,ils sont donc responsables.

                    Quand on profite de quelque chose de mal acquis,la Justice et son code pénal utilise le mot RECEL.

                    Article 321-1

                    “Le recel est le fait de dissimuler, de détenir ou de transmettre une chose, ou de faire office d’intermédiaire afin de la transmettre, en sachant que cette chose provient d’un crime ou d’un délit.
                    Constitue également un recel le fait, en connaissance de cause, de bénéficier, par tout moyen, du produit d’un crime ou d’un délit.
                    Le recel est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 375000 euros d’amende”.texte de loi

                    Nous avons donc des personnes qui profitent consciemment d’une profonde injustice,ils profitent de l’argent qui a été VOLÉ au peuple,dès lors,ils sont responsables,en acceptant cet argent,ils tombent sous le coup d’accusation de recel.

                    En acceptant cet argent,ces traders sont coupables,nous pouvons faire un parallèle avec un soldat qui exécute des ordres illégitimes,le procès de Nuremberg a clairement expliqué que l’on ne peut se cacher derrière le caractère obligatoire de l’obéissance,ceux qui exécutent ces ordres sont responsables de leurs actes et ne peuvent se décharger de toutes responsabilités.

                    Pour les bonus extravagants,provenant du VOL des contribuables,c’est pareil,ces traders se rendent donc coupables du recel de ce vol,en acceptant cet argent,ils se compromettent,et en voulant se cacher derrière la censé légalité d’une telle action,ils pensent être dans leurs bons droits, mais c’est un artifice,ils sont en réalité profondément fautifs,et sont donc à la merci d’une condamnation.

                    Donc le sytème qui autorise ces méfaits est illégitime et ceux qui acceptent cette injustice et en profitent sont CONDAMNABLES.Les deux sont coupables,le système et ses tenanciers sont des criminels,et ils se risquent donc à des conséquences.

                    Et plus l’écart entre le manque de JUSTICE et ces méfaits visibles au grand jour est grand,plus nous nous devons nous mêmes de faire respecter la loi,quand la moralité la plus basique est bafouée,il est alors nécessaire,il est même OBLIGATOIRE pour le peuple de montrer sa détermination.

                    Depuis quand les voleurs ne sont pas punis,allez faire un tour en prison,vous verrez que la clémence n’est en rien un ressort évident pour les larcins de certaines populations.

                    Enfin bref tout ça pour dire que ces traders,ces profiteurs,ces pillleurs,ces bandits sont COUPABLES,ils sont également résponsables de leurs actes,et si l’état ne les punis pas,c’est à nous de se substituer à la justice et de faire son travail.

                    D’après vous comment réagirait la population si ces traders-voleurs étaient assassinés,avec comme revendication l’exercice de la JUSTICE,la volonté d’égalité entre les faibles et les forts,La Fontaine,il y a déja longtemps expliquait ” Selon que vous soyez puissant ou misérable,
                    Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir”,les gens,j’en suis sûre ne condamneraient pas ces assassinats,bien sûre les médias crieraient au “terrorisme”,mais au café,au bar,les gens,le peuple seraient très heureux et diraient “bien fait pour leurs gueules,ils n’avaient qu’à pas nous voler”.

                    Si on ne nous respecte pas ,pourquoi devrions nous respecter la loi ?

                    Nous devons punir nous mêmes les coupables,il n’y a aucune autre alternative.
                    La faillite morale de notre système nous place devant nos responsablités,n’ayons pas peur,la JUSTICE est de notre coté.

                    http://fonzibrain.wordpress.com/


                    • ninou ninou 27 août 2009 12:15

                      Fonzi,
                      Pire que les trucider, faisons-les souffrir : qu’ils vivent avec juste le RSA jusqu’à la fin de leurs jours !


                    • Pierre Crépeau 27 août 2009 13:31

                      L’homme et sa personne « moral » se cherche une place dans sa « société anonyme à responsabilité limité »...
                      Les maux ont un sens. Nous n’en avons pas le choix. La révolution passe par cette prise de conscience. Tous en habit verts... !!! Réaproprions nous les mots !!!


                    • Pierre Crépeau 27 août 2009 15:18

                      « Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots » (Jean Jaurès)

                      Cela nous mène à un exemple particulièrement important de novlangue qui existe à notre époque. Je vous soumets ces quelques termes qui lorsque utilisés par des sionistes tendent à changer de signification. Cela pourra peut-être aider à mieux décoder le langage qu’ils utilisent dans les médias pour décrire leurs agissements.
                       source : http://les7duquebec.wordpress.com/2009/07/07/le-novlangue-sioniste/

                      Terme incorrect ……………………………………….………..…..Terme correct

                      Paix ………………………………………………………………..Permanente pré-hostilité

                      Attaque provoquée par les É-U ou Israël ………..….Attaque préventive

                      Guerre d’agression ………………………………………….…..………Conflit ou dispute

                      Guerre d’agression permanente ……………………….…….……….Conflit prolongé

                      Guerre d’agression globale ……………………………….…Répandre la démocratie

                      Résistance individuelle à une guerre d’agression ………….…..…….Terrorisme

                      Résistance de groupe à une guerre d’agression ……………….…..…Insurrection

                      Résistance nationale à une guerre d’agression ….État terroriste / État voyou

                      Résistance multinationale à une guerre d’agression ………….…..….Axe du mal

                      Chef politique de la résistance à une guerre d’agression…….Dictateur / Tyran

                      Chef militaire de la résistance à une guerre d’agression ..Seigneur de la guerre

                      Tout musulman qui questionne une guerre d’agression ………………….Al-Qaïda

                      Toute autre personne qui questionne une guerre d’agression …………..Militant

                      Département qui promeut une guerre d’agression … Département de la défense

                      Invasion pour promouvoir une guerre d’agression …………….………… Incursion

                      Victime d’une guerre d’agression ………………………..….….……Combattant illégal

                      Victime d’une guerre d’agression (population de Gaza) ……..…..Entité ennemie

                      Armes d’une guerre d’agression ………………………………..Instruments politiques

                      Financement massif de riches fabricants d’armement ….. Supporter les troupes

                      Génocide ………………………………………………Traitements dégradants de l’ennemi

                      Soldats américains morts ……………………………………..Personnel non-opératoire

                      Commettre un meurtre ………………………………………………………………Neutraliser

                      Attaquer …………………………………………………………………………………..Se défendre

                      Faits / évidence / réalité objective ……………………………….Propagande ennemie

                      Vol de ressources naturelles ………………………………………………………..Libération

                      Violence dans le but de voler…………………………………………….Sécurité nationale

                      Censure militaire …………………….….Journalistes intégrés (Embedded reporters)

                      Détruire l’infrastructure civile ……………………………………….Guerre asymétrique

                      Détruire les civils eux-mêmes ……………………………………Dommages collatéraux

                      Mercenaires psychopathes / escadrons de la mort ……………..Forces de sécurité

                      Emprisonnement …………………………………………………………………..……. Détention

                      Prisonnier ………………………………………………………………………………………..Détenu

                      Torture …………………………………………………………………………………..Interrogation

                      Espionnage illégal contre les Américains ………………….….Surveillance terroriste

                      Questionner la guerre ……………………………………………………………Antipatriotisme

                      Questionner les meurtres ……………………………………………………………….Se défiler

                      Questionner le gouvernement ………………………………….…Manque de patriotisme

                      Questionnement de masse du gouvernement ………………….……..Terrorisme local

                      Ignorance de la masse ………………………………….…Confiance des consommateurs

                      Dette ……………………………………………………………………………………………..Finances

                      Constitution U.S. / Conventions de Genève ……………………….Documents désuets

                      Attaque nucléaire contre quiconque ……….…Toutes les options sont sur la table

                      Corps humains ………………………………………………………………….Cibles vulnérables

                      Distraction pendant qu’on prépare la prochaine attaque ………Processus de paix

                      Un enfant qui a été tué en étant au mauvais endroit …………………Bouclier humain

                      Mur d’apartheid ………………………………………………………………..Clôture de sécurité

                      Musulman …………………………………………………………….Islamiste ou Islamofasciste

                      Islam ………………………………………………………………Anti-américanisme radical

                      Questionner le comportement d’Israël ……………………………….……Antisémitisme

                      Questionner le financement américain d’Israël ……………………..…Antisémitisme

                      Questionner l’espionnage de l’AIPAC contre les É-U …………………Antisémitisme

                      Demander qu’Israël respecte les lois internationales …………….….Antisémitisme

                      Parler de l’existence des armes nucléaires d’Israël ……………………Antisémitisme

                      Racisme inhérent à l’idée d’être un peuple élu de Dieu………………Antisémitisme


                    • jako jako 27 août 2009 16:00

                      Pierre , ce n’est pas faux, cela participe au storytelling, on appel bien un plan de licenciement massif un « plan social ».............


                    • JL JL 27 août 2009 17:53

                      @ Pierre Crépeau, merci pour ce lexique.

                      A ajouter :

                      « « communauté internationale » (qui selon Chomsky) »est classiquement utilisée pour désigner Washington et tous ceux qui en viennent à s’aligner avec elle (...) d’une manière assez générale".


                    • JL JL 27 août 2009 18:16

                      Et aussi :

                      incorrect : pas de gouvernements du tout

                      Correct : gouvernement mondial

                      « Les partisans de la mondialisation économique, qui n’ont rien tant en horreur que le politique, ont parfaitement compris qu’en appeler au gouvernement mondial était le plus sûr moyen d’avoir la paix — entendre : pas de gouvernement du tout » (par Frédéric Lordon, )


                    • Traroth Traroth 27 août 2009 19:16

                      @jako : maintenant, pour des licenciements massifs, il y a un terme encore meilleur que « plan social ». Croustillant à l’extérieur, fondant à l’intérieur, c’est le : « Plan de sauvegarde de l’emploi » !


                    • lucien bomberger lucien bomberger 28 août 2009 10:01

                      Le détournement du langage fait parti du plan de la grande illusion des « non-terriens ». Mais pourrions-nous dire qu’ils sont extraterrestres ? smiley 


                    • Pepe de Bienvenida (alternatif) 31 août 2009 01:43

                      fonzibrain,
                      je ne vois pas ce que tu reproches au titre du Figaro ?
                      « Sarkozy fait plier les banquiers » ... moi aussi à leur place je serais plié smiley


                    • Serge Serge 27 août 2009 11:43

                      Et pendant que la presse aux ordres relaie en UNE et GROS TITRES la mascarade élyséenne...Sarkozy le « chevalier blanc ( ou le Zoro,comme vous voulez ! ) pourfendeur des banquiers,traders et autres spéculateurs... » Lagarde et « la sortie de crise... » ou « l’embellie économique ... » Novelli et « le miracle de la TVA à 5,5 dans la restauration... » Chatel et « une rentrée scolaire moins chère pour les familles... » etc...pas de UNE ( à la différence de Juillet où cette presse claironnait sur la« baisse surprise » du chômage en Juin ! ) sur le fait que LE CHÔMAGE REPART A LA HAUSSE !!! Officiellement ( et ce terme a son importance ! ) PLUS 10 000 en Juillet...plus 20% sur un an !!! et les contrats précaires en très forte augmentation !!!


                      • Serge Serge 27 août 2009 11:50

                        Pardon...j’ai oublié une des constantes des médias aux ordres pendant tout l’été...
                        Le H1N1 !!!


                      • Pendragon 27 août 2009 12:35

                        La prétendue liberté de parole sur le journalisme citoyen est un leurre et un mensonge dans les pratiques qu’on constate chaque jour.


                        • tvargentine.com lerma 27 août 2009 12:47

                          Une fois l’auteur de l’article,Olivier BONNET écrit en fonction de ses idées politiques sympathisantes d’extème gauche.

                          C’est son choix,nous le respectons car nous sommes en démocratie mais je constate une fois encore un article du TSS ,dont AGORAVOX c’est fait une spécialisation en indexant ces articles sur des pages de publicité dans l’objectif de gagner de l’argent.

                          Nous avons donc ici,un article « validé » par le « comité de rédaction » qui indexe du populisme sur de la publicité

                          Bien sur,il existe un contenu (content) dans cet article populiste mais il est identique à celui de l’extrème gauche qui n’arrive toujours pas à accepter le suffrage universel et l’élection comme Président de la France de Nicolas Sarkozy

                          C’est triste de tomber dans le sectarisme !

                          http://www.tvargentine.com/

                           

                           

                           


                          • ZEN ZEN 27 août 2009 13:12

                            « C’est triste de tomber dans le sectarisme ! »

                            C’est triste de tomber dans le légitimisme et l’ultraconformisme !
                            Lisez Lordon !
                            Il rend plus intelligent
                            Si, si !...


                          • LE CHAT LE CHAT 27 août 2009 13:18

                            C’est triste de tomber dans le sectarisme !

                            c’est toi qui dit ça ? mdr !


                          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 27 août 2009 13:21

                            @ Lerma : Sarkozy a-t-il dit ou pas qu’il n’y aurait plus de bonus pour les entreprises ayant bénéficié d’aides publiques ? Hein ?


                          • Gabriel Gabriel 27 août 2009 13:29

                            Lerma,

                            Je suis toujours étonné de la somme de mauvaise foi dont vous faites usage. De plus, vous êtes l’incarnation même du syndrome de Stockholm. Plus votre super président de mes deux vous enfile et plus vous en redemandez. Est-ce le fait que vous soyez informaticien qui génère en vous des raisonnements aussi binaires ?


                          • mrdawson 27 août 2009 13:49

                            Moi ce qui m’étonnes c’est que plus de 2 ans après l’élection présidentielle, le terme TSS est encore employé. Vous êtes au courant que ce terme n’avait de sens qu’en opposition à la possibilité de S d’accéder au pouvoir ?


                          • Redj Redj 27 août 2009 14:53

                            Lerma ne commente pas, Lerma s’amuse au bingo des mots. Ainsi, à chaque intervention, il se doit de placer toujours les mêmes mots pour avoir des points. Donc voyons, qu’avons-nous aujourd’hui : extrême gauche, démocratie, TSS, populisme, sectarisme, suffrage universel.
                            Il manque encore : obscurantisme, anti-républicain, gauchiste, anti quelquechose primaire et bien d’autre. Je vous laisse le soin de compléter la liste.


                          • fwed fwed 27 août 2009 16:45

                            @ redj

                            LOL, trop bien vu !!


                          • herve33 27 août 2009 19:18

                            Toujours aussi comique et grotesque ce Lerma .

                            Frédéric Lordon est directeur de recherche en économie au CNRS , il est normalement indépendant et ose dire tout au haut ce que tout le monde pense tout bas . Et évidemment cela ne plait pas aux politiques et financiers qui vivent encore sur des idées complètement obsolètes . Sa cible préférée , au niveau politique , c’est bien plus les socialistes que l’UMP qui elle affiche la couleur , elle est de droite . En revanche , pour le PS , qui est l’artisan de la mise en place des structures de la mondialisation néolibérale en Europe , il ne leur fait pas de cadeau .

                             


                          • Traroth Traroth 27 août 2009 19:21

                            Terme incorrect : Rappel des promesses

                            Terme correct  : TSS


                          • Traroth Traroth 27 août 2009 19:23

                            Terme incorrect : opinion personnelle ne convenant pas au pouvoir

                            Terme correct : sectarisme


                          • xa 28 août 2009 12:58

                            « Sarkozy a-t-il dit ou pas qu’il n’y aurait plus de bonus pour les entreprises ayant bénéficié d’aides publiques ? Hein ? »

                            Oui, Sarko a dit qu’il n’y aurait plus de bonus.

                            Mais quelqu’un a-t-il pris pour argent comptant cette annonce présidentielle ?

                            Les traders sont des salariés comme tous les autres, ils ont ce qu’on appelle un CONTRAT DE TRAVAIL, dans lequel le bonus est précisé.

                            Dire « il n’y aura plus de bonus », c’est dire « asseyiez vous sur les contrats de travail avec l’assentiment de l’Etat ». C’est plutôt gonflé de la part d’un avocat de formation. Sans texte de loi permettant d’annuler ces clauses, quel chef d’entreprise prendrait la décision d’enfreindre la loi « pour les beaux yeux du Prsident » ?

                            Franchement ceux qui ont cru cette annonce présidentielle sont des idiots, ou n’ont pas réfléchis plus de 2 secondes au problème.


                          • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 13:36

                            @ Xa : Je n’y ai pour ma part jamais cru. Je me contente de souligner qu’il s’agissait d’une fausse promesse. Faut-il exonérer Sarkozy d’avoir dit ça au prétexte qu’il n’aurait pas fallu le croire ?


                          • xa 28 août 2009 14:14

                            Au contraire.

                            Mais si vous pouviez rappeler clairement que c’était des promesse irréalisables, ce serait mieux. Vous le sous entendez, mais l’implicite ne suffit pas, il me semble.

                            Présenté comme vous l’avez fait, on pourrait croire que ce que vous critiquez est le non respect de ses engagements, alors que ce sont les engagements initiaux, et le fait e prendre les francais pour des guignols (quoi que ce soit le cas s’ils ont cru ces paroles) qui constituent le « délit ».


                          • stopbaratin 27 août 2009 12:49

                            un article de plus avec une quantité d’erreurs (volontaires) éffarant
                            que ce soit clair : l’état n’ pas donné d’argent au banque, il leur prête à 8% (plutôt cher non...) pour que celles ci prêtent quand même aux entreprises en conditions difficiles , les banques françaises (bnp, sg) ont toujours été bénéfciaires, même l’année de Kerviel, donc ne dites pas que le citoyen français paie les bnus, c’est un mensonge et un énorme, vous faites du journalisme ou du populisme haineux mensonger (frustré ???)
                            à vous lire


                            • Gabriel Gabriel 27 août 2009 13:43

                              @ stopbaratin

                              Je vous cites : « Les banques françaises (bnp, sg) ont toujours été bénéfciaires, »

                              Ben alors pourquoi leurs prêter de l’argent public ?

                              Et moi qui croyais que les banques étaient malhonnêtes parce que âpres aux gains faciles, elles avaient ruiné le système et spéculant en bourse sur de la valeur fictive ! Heureusement que vous êtes là pour éclairer notre populisme haineux et mensonger.

                               


                            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 27 août 2009 13:50

                              @ Calmos : Sarkozy a-t-il dit ou pas qu’il n’y aurait plus de bonus pour les entreprises ayant bénéficié d’aides publiques ? Hein ?


                            • mrdawson 27 août 2009 13:51

                              «  il leur prête à 8% (plutôt cher non...) »
                              mouaahahaha
                              vous avez essayé de contracter un prêt récemment ?


                            • TSS 27 août 2009 16:31

                              sauf que les banques qui avaient promis, la main sur le coeur, qu’elles rembourseraient dès

                              qu’elles auraient des rentrées ,sont beaucoup moins pressées maintenant !!

                              elles parlent de rembourser quand elles auront plus de visibilité c’est à dire jamais et c’est bien

                              le contribuable qui paiera !!

                               


                            • TSS 27 août 2009 16:36


                              arretez calmos,vous avez les mains pleines de cirage emprunté à votre ami lerma sans doute !!

                              vous n’avez rien à faire en ce moment à l’UMP un d’epoussetage ou cirer la langue de bois de

                               xavier Bertrand... !!


                            • fwed fwed 27 août 2009 16:57

                              il leur prête à 8 %, c’est vrai que lorsqu’on ne présente que ce rouage, ca peut endormir le chaland.

                              Regardons un peu le systeme autour de ce rouage...

                              Les banques repretent l’argent aux agents economiques à 5%. il ne lui reste plus que 3 % à trouver.

                              Et puis de l’autre côté comme l’etat ne peut créer d’argent via sa banque de france et que les caisse sont vides. L’etat a donc crée des bons d’etat (entre 2 et 5 %) qu’il echange contre de l’argent crée par les banques privées.

                              Donc au final les 8 % dont on claironne que l’Etat a gagné, n’est qu’une vision par la lorgnette. Les 8 % sont bien payés in fine par les contribuables (remarquez ! y’a ausi des banquiers dans les contribuables, mais entre temps ils ont su s’en mettre plein les poches)

                              En fait ce sont toujours les banques privées (les rentiers actionnaires) qui gagnent de l’argent sur le dos des moutons travailleurs.


                            • stopbaratin 27 août 2009 12:56

                              ah , et accessoirement, concenrnat les limmions des traders
                              sachez qu’en moyenne , les « faramineux » bonus sont plutôt autour de 120k eur ,avec un salaire de base de 80k eur on arrive à la somme faramineuse de 200k eur annuel pour un x ou un centralien , combien gagne un dentiste ? (la pour le coup payé par le contribuable), un pharmacien ? (idem) un commerçant ? faites un tour chez votre concessionnaire mercedes, il vous confirmera que plus de 90% des clients sont des commerçants et autres médecins , alors crachez sur les traders, mais n’oubliez pas qui se gave au détriment de votre pouvoir d’achat


                              • Pierre Crépeau 27 août 2009 13:18

                                « Hier Natixis s’envolait de 39% alors que la banque pourrait renouer avec les bénéfices au troisième trimestre après cinq trimestres dans le rouge. [b]Ce retour à une meilleure fortune est rendue possible par la garantie accordée par sa maison-mère, Banque populaire caisses d’épargne, sur son portefeuille d’actifs toxiques de 35 milliards d’euros. »[/b](boursorama)
                                François Pérol, président de la banque, vous savez, celui qui a dérégulé le système avec son patron DSK en 1999, formé chez Rothchild, conseillé du « ministre des finances bac B » Sarkosy, puis du prince, est en train de me faire les poches chez l’écureuil, et de sonder les chaussettes populaires…. Il en veut à mes noisettes le bougre ! Une sorte d’emprunt national à l’insu de mon plein grès dans nos économies prolétaires.
                                Maintenant pour s’enfiler, c’est sans filets. SGDG
                                Mieux que tous les casses-noisettes du siècle !!!
                                Et si on les récupérait nos noisettes dans nos filets à provisions ?
                                Ils seraient marron monsieur Vincent et ses amis.C’est bientôt le temps des vendanges.
                                Mettre fin à la fiction serait pourtant si simple. Dans un monde « libre » toutes fois…
                                Chacun sa prime à la casse. C’est ça l’égalité mon frère.
                                Merci à vous, de ne pas oublier cette facette du dernier oublie présidentiel face à nos banquier. C’est entre autre le RMI des rien-de-riens qui garanti les fonds toxiques de Pérol !!! Si j’ai bien compris ? Et ça plait à la bourse !
                                Un démenti de Monsieur le président ? Je l’aime beaucoup quand il dément ? Vous avez dit dément..A vos Marx, prêt, partez ! Il va nous réinventer le Glass-steagall act que Pérol a foutu par terre sous ses applaudissements il y a juste dix ans... Alzeimer, une cause nationale, il a raison notre président. Vivement DSK, le retour... Révisons les premiers épisodes.


                                • Pendragon 27 août 2009 13:58

                                  Le ciel est bleu.


                                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 27 août 2009 14:10

                                    @ Pendragon : Vous dites ça parce que vous êtes de droite ? smiley


                                  • Pendragon 27 août 2009 15:17

                                    @ Modérateur,

                                    Le ciel est coloré. Si si !


                                  • Traroth Traroth 27 août 2009 19:26

                                    @Pendragon : si l’article ne vous intéresse pas, ce n’est pas une raison pour venir polluer les forums. Merci du respect que vous témoignerez dorénavant, je l’espère, aux autres participants.


                                  • Pendragon 28 août 2009 09:58

                                    On constate aisément que dans le journalisme dit « citoyen » (ce qui est une imposture) on accepte dans les forums que ceux qui sont en accord avec l’article et tous les autres sont soit censurés soit traités de pollueurs ou de trolls. Vous irez loin dans les débats avec ça.


                                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 11:01

                                    @ Pendragon : si vous ne voulez pas être accusé d’être un troll et de polluer, essayez donc de livrer des arguments sur le fond des articles !


                                  • Pendragon 28 août 2009 11:38

                                    Et c’est vous qui décidez de la nature des arguments : juge et partie ! C’est bien ce que je disais. Et c’est pourquoi on ne vous entend que dans votre chapelle. En fait, vous refusez les débats indirectement.


                                  • Pendragon 28 août 2009 12:26

                                    Le censeur qui nous donne des leçons de débat. MDR !

                                    Vous êtes un comique dans l’idéologie, et sans aucune valeur ou poids dans les débats.


                                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 13:32

                                    On les attend toujours, vos arguments ! Là, comme d’habitude, vous bottez en touche. Allez-y, donnez-les.


                                  • Pendragon 28 août 2009 15:01

                                    Mon argument majeur c’est que tout discours d’un censeur n’a aucune valeur. Mais vous ne répondez pas à cet argument, vous l’ignorez ce qui est continuer la censure d’une autre façon. Vous ne répondez qu’à ce qui va dans votre sens et ce qui ne dénonce pas vos manoeuvres idéologiques et jamais objectives, toujours orientées.


                                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 16:27

                                    Cet argument n’en est pas un, d’une, parce qu’on vous demande de réagir par rapport au discours en question, sur le fond. Deuxièmement, je ne suis pas modérateur sur AgoraVox et donc ce n’est pas moi qui vous censure. Je l’ai déjà dit mais vous ne me croyez pas. Mais si vous avez été censuré, c’est qu’il n’y avait aucun argument dès le départ ! Troisièmement j’arrête de vous répondre : vous êtes effectivement un troll. Et l’équipe d’AgoraVox a bien raison de vous censurer tant que vous n’essaierez pas d’argumenter parce que vous polluez les discussions avec vos attaques n’ayant rien à voir avec l’article mais seulement avec son auteur. Quoi que j’écrive, vous venez hurler. Ce n’est pas bien constructif et j’ai perdu assez de temps avec vous.


                                  • Pendragon 28 août 2009 17:41

                                    Le ciel est bleu.


                                  • ZEN ZEN 27 août 2009 14:11

                                    @ Pendragon
                                     Bien vu !
                                    Quoique chez moi...


                                    • dom y loulou dom 27 août 2009 14:15

                                      quand Guignol et gendarme hurlaient et dansaient dans le cadre du petit théâtre de marionettes cela ne vous offusquait pourtant pas qu’ils disent n’importe quoi...

                                      vous saviez alors que c’était tout du mensonge...

                                      pourquoi l’avez-vous oublié ?


                                      la politique n’existe plus, existent encore les bouffons de la télé aux ordres et petit soins des Bilderberger et le bonheur radieux dans les écrans et sur papier-glacé.

                                      Plus vous écoutez leur paroles d’air pur... plus ils parlent... pour mieux cacher le vol qualifié de vos biens et l’essorage complet de votre société.

                                      Plus vous attendrez d’eux qu’ils vous « représentent » plus ils vous malmèneront.


                                      Le suicide assisté d’une civilisation qui a toujours dû se tenir aux périphéries et retenir la machine de guerre qui est son noyau hideux, son « impératif indiscutable », l’homme est un monstre et il faut se prémunir contre lui... étrange vision de l’humanité vue par des martiens apparemment...

                                      la séparation donc, le désamour si rigolo de soi... la folie et la haine entre les hommes, voilà les marche-pieds de ses richesses incommensurables et privatisées auxquels tous travaillent sans jamais en recevoir les fruits. 

                                      Les fruits sont privatisés aussi.







                                      • leonhard 27 août 2009 14:56

                                        Juste une proposition comme ça, ça ne vous dirais pas qu’on se retrouve tous ensemble dans la rue pour aller leur botter le cul une bonne fois pour toute ?

                                        Allons leur dire que nous voulons des comptes maintenant et pas plus tard. 

                                        Le peuple aura raison, car le suffrage universel à demi mesure n’intéresse personne et ne profites pas au peuple ! 

                                        Les paroles en l’air n’intéressent pas. Nous devons absolument montrer que le peuple a envie d’avancée démocratique réelle et pas d’ersatz de démocratie.


                                        • darthbob darthbob 27 août 2009 15:08

                                          Ils ont bon dos les traders.

                                          Ce sont des pions, comme nous tous. Ils font ce qu’on t leur dit de faire : spéculer, gagner de l’argent, virtuel si possible.

                                          Pour qu’ils se taisent, on leur donne des miettes

                                          Si des millions d’euros tombent dans les poches des traders, combien tombent dans les poches des dirigeants des banques et des actionnaires ??????

                                          Les traders ne sont pas le mal, ils sont une conséquence de la maladie financière !

                                          Supprimons plutôt la spéculation et les bonus monstrueux disparaitront.


                                          • stopbaratin 27 août 2009 15:15

                                            mrdawson , bonne question pourquoi leur a t’on prêté
                                            vous qui savez tout je vais tout de même éclairer votre lanterne, connaissez vous le ratio tiers one
                                            apparament non
                                            c’est un ration , appelons le de solvabilité, qui consiste à calculer un taux d’argent dipsponible dans le bilan des banques afin de subvenir à des « accidents », type prêt accordé à une entrprise qui fait ensuite faillite pour que la dite banque ne fasse pas faillite à son tour
                                            suite à la crise, les banques ont du faire face à ce type de pb et mécaniquement leur ratio s’est détèrioré
                                            seulement ce ratio leur permettait d’emprunter auprès d’investisseurs de l’argent, pour remonter ce ratio et donc leur permettre de prêter (et d’emprunter) de nouveau l’état à prêté à ces banques car l’état voulait que ces banques prêtent pour relancer et ne pas bloquer l’économie
                                            ce sont des faits, pas du pipeau haineux
                                            ah, sinon oui je viens de contarcter un crédit immo, 4.5% sur 20 ans
                                            si vous avez d’autres questions, je me ferai une joir d’y répondre, factuellement et sans mensonges.....


                                            • stopbaratin 27 août 2009 15:23

                                              gabriel : sans blague, à votre différence ce que je dis est vérfiable, bnp et socgen ont dégagés des résultats positifs depuis plus de 10 ans sans jamais être négatif, consultez la presse financière ou ce que vous voulez d’officiel
                                              ou préfèrez vous gobez toutes les âneries que l’on vous distille à longueur de journée ??!!!


                                              • Gabriel Gabriel 27 août 2009 16:07

                                                Je réitère donc ma question à laquelle vous n’avez pas répondu : Si ils sont bénéficiaires, pourquoi leurs prêter de l’argent public ?


                                              • Gabriel Gabriel 27 août 2009 16:31

                                                Excusez moi je n’avais pas vu votre réponse plus haut.

                                                2 eme question : Ce n’est donc pas les banques âpres aux gains faciles, qui ont ruiné le système et spéculant en bourse sur de la valeur fictive ?

                                              • Serge Serge 27 août 2009 15:34

                                                A ceux qui ne cessent de nous seriner que l’Etat a « prêté aux banques à un taux de 8% ».... je rappelle la déclaration de Janvier 2008 de Sarkozy...
                                                « Les caisses sont vides,plus que vides... »
                                                Donc...ce que Lagarde a confirmé devant l’Assemblée Nationale...pour « prêter aux banques » l’Etat a emprunté sur le marché international...et oh !... miracle... si l’on en croit ceux qui nous vantent le pactole à venir pour les caisses de l’Etat...Sarkozy a découvert l’oiseau rare, un ( ou des ) prêteur à 0% !!! ( Peut-être même qu’il ne demande pas de remboursement ? ) Qu’attend t-il pour nous donner son nom à nous Français d’en bas qui avons tant de mal à obtenir des prêts !!!


                                                • Le péripate Le péripate 27 août 2009 15:36

                                                  Je m’interroge sur l’utilité sociale (si vous ne savez pas ce que c’est, moi non plus) de la Recherche Publique incarnée par le CNRS, institut où oeuvre un parasite social prétentieusement appelé « économiste », le nommé Lordon, qui ne sert à rien, dont jamais aucunes des fumeuses et vagues idées ne sera jamais retenu par quiconque ayant deux sous du sens des responsabilités.

                                                  Plus intéressante est cette détestation bien gauchiste de l’intelligence et du succès par des gens qui ont probablement de manière paradoxale plus de 150 de QI. Ils travaillent assidument à l’avènement du dernier homme, être entièrement économique et voué à la triste satisfaction de besoins immédiats dans l’ambiance festive du « tous ensemble ».

                                                  Beurk....


                                                  • TSS 27 août 2009 16:47

                                                    A la lecture de vos interventions le 150 de QI c’est pas votre truc et vos employeurs eventuels ont

                                                    dû s’en apercevoir puisque vous êtes de plus intermittent et de moins en moins du spectacle... !!


                                                  • ZEN ZEN 27 août 2009 17:05

                                                    "un parasite social prétentieusement appelé « économiste », le nommé Lordon, qui ne sert à rien, dont jamais aucunes des fumeuses et vagues idées ne sera jamais retenu par quiconque"

                                                    =Enoncé d’un parasite social , le nommé Le Péripate(vivant des subventions de l’Etat), qui ne sert à rien, qui juge prétentieusement de sa hauteur un auteur qu’il ne connaït pas, dont aucune de ses fumeuses...etc, bla bla...


                                                  • Le péripate Le péripate 27 août 2009 17:52

                                                    Je ne vis pas des « subventions » de l’État, petit prétentieux chafouin expert en diffamation. Ce qui n’est pas le cas d’un retraité de l’Église de Gôche, dont les émoluments sont extorqués au peuple. Tiens, dans ta face... lol.


                                                  • Le péripate Le péripate 27 août 2009 17:57

                                                    De plus, comme plaisir de claquer le bec à ce tortionnaire de petits enfants innocents, Lordon est très apprécié dans les cercles altermondialistes, et est un théoricien fétiche d’Attac, est régulièrement invité chez Mermet, et il a commis un fumeux projet de taxation appelé le SLAM.
                                                    Re dans ta face.... M’énerve celui là....lol.


                                                  • Le péripate Le péripate 27 août 2009 18:47

                                                    Lol. Pour vous épargner la peine de cherchez, un article sur un journal super objectif et pas partisan, le Diplo. A voir aussi de nombreuses interventions sur là-bas.org.
                                                    Je me régale d’avance de vous descendre en flèche si d’aventure vous en repreniez les arguments. sourire....


                                                  • stopbaratin 27 août 2009 15:42

                                                    serge : oui l’état a emprunté sur le marché, au taux de 4% probablement, et s’il prête aux banques à8% c’est parceque sa qualité de signature, celle la même qui a permis que l’argent prêté aux banques soit intégré dans le tiers one, celle qualité de signature donc est supèrieure à celle d’une société privée, l’état étant sensé avec plus de probabilité qu’une boîte pouvant faire faillite
                                                    j’espère vous avoir éclairé sur ce point
                                                    en tant que particulier vous pouvez perdre votre job, tombé malade c’est pourquoi vous n’emprunterez pas au même taux que l’état
                                                    d’ailleurs, entre deux particuliers, le taux d’emprnt n’est évidement pas le même, les risques étant différents d’une personne à l’autre
                                                    salutations


                                                    • Serge Serge 27 août 2009 16:22

                                                      Merci de votre réponse qui reste au niveau d’une « explication technique » ....
                                                      Sur le fond cela ne change rien à la mascarade sarkozienne que je dénonce.
                                                       Je vous précise que selon un rapport de la Cour des Comptes ( doit-on suspecter ses membres d’anti-sarkozysme primaire ? ) à la fin de l’année c’est 173 milliards d’euros que l’Etat aura versé aux banques ( soit 9,1% du PIB !!! ) sous différentes formes : prêts,fonds propres.
                                                      Et malgré les promesses de Sarkozy la transparence ne règne pas...par exemple en ce qui concerne les fonds propres sous la forme de « titres super subordonnés » l’Etat aurait déjà perçu 730 millions d’intérêts...mais ces intérêts étant DEDUCTIBLES DE L’IMPÔT SUR LES SOCIETES !!! ...quel sera au final le gain ( ou la perte ? ) pour les caisses de l’Etat ?

                                                      Quand au cas particuliers de Dexia avec 28 milliards engagés par l’Etat...Mystère ???


                                                    • xa 28 août 2009 11:22

                                                      Serge

                                                      Quelques précisions.

                                                      La CC : « Si ce plan n’est pas prolongé au-delà de la fin de l’année 2009, son utilisation effective ne devrait pas excéder 173 Md€ (93 Md€ de refinancement*, 25 Md€ de recapitalisation et 55 Md€ de garantie) ».

                                                      Actuellement, selon le rapport de la CC, la recapitalisation des banques est de 15,75 milliards. C’est de l’argent versé (dépensé donc). Le refinancement se monte à 90 milliards, dont 27 pour Dexia (ce n’est pas un mystère donc).

                                                      Le refinancement, c’est une garantie engagée, mais ce n’est pas une dépense. Cela en devient une s’il y a défaillance de la banque, qui fait alors usage de sa garantie. Ce n’est pas encore arrivé.

                                                      Toujours la cour des comptes  : « L’effort financier réel de l’Etat n’atteindra pas le montant du plafond, car l’essentiel de son intervention porte sur la délivrance de garanties qui n’ont pas réellement vocation à être appelées. A ce jour, la charge budgétaire brute se limite à la conversion de l’avance d’actionnaire en dotation en capital de la SPPE, soit 445 M€ »

                                                      Si on regarde les dépenses effectuées, on a donc 445 millions de la part de l’Etat (dotation en capital de la SPPE pour son fonctionnement), et 15,75 milliards qui ont été prêtés aux banques par la SPPE. Le reste n’est encore que de la dépense virtuelle.

                                                      Soyons plus simple. Vous etes garant d’un prêt immobilier de 100000 euros pour le compte d’un de vos enfants qui s’est acheté son logement. Parallèlement, vous lui avez fait un prêt de 10000 pour ses frais de notaire.

                                                       Vous avez donc engagé 110 000 euros, mais dépensé 10 000. Si votre enfant est défaillant, le créancier se servira sur votre garantie de 100 000 (et là, votre dépense augmentera). C’est plus clair ?

                                                      "Et malgré les promesses de Sarkozy la transparence ne règne pas...par exemple en ce qui concerne les fonds propres sous la forme de « titres super subordonnés » l’Etat aurait déjà perçu 730 millions d’intérêts...mais ces intérêts étant DEDUCTIBLES DE L’IMPÔT SUR LES SOCIETES !!! ...quel sera au final le gain ( ou la perte ? ) pour les caisses de l’Etat ?"

                                                      En quoi est-ce opaque ? Les intérêts sont une charge, donc diminuent le résultat net sur lequel est calculé l’imposition de la banque. Parfaitement exact. Le taux d’IS est de 33% et quelque. Le gain pour les finances publiques est donc de 730 - 33% = 489 millions en gros.

                                                      Par contre, l’argent prêté vient lui meme d’un emprunt, à 4% selon les communicants. Donc sur cet argent prêtée, l’Etat (la SPPE) a versé 365 millions d’intérêts.

                                                      Bilan : l’Etat a gagné 124 millions. En pourcentage, il a gagné 8% - 2.64% (les impots disparus) - 4% (l’emprunt de l’Etat) = 1.36%.

                                                      Pas génial.

                                                      Au passage, ce mécanime est vrai pour toute entreprise : un pret occasionnant une charge qui vient mécaniquement réduire le resultat imposable, 1/3 de la charge credit aurait de toute facon été une dépense pour l’entreprise (une charge d’impots en l’absence du crédit).


                                                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 13:09

                                                      @ Xa : merci pour ces précisions très pointues.


                                                    • Serge Serge 28 août 2009 19:00

                                                      à xa...
                                                      Merci pour vos commentaires très techniques sur le « sauvetage des banques . »

                                                      Mais cela confirme bien la mascarade élyséenne qui ne parle que des intérêts à 8% !
                                                      D’autre part il reste beaucoup d’inconnu ( et de surprise à venir ? ) sur le remboursement selon votre analyse ?

                                                      Enfin sur Dexia, si j’ai employé le mot mystère...c’est tout simplement qu’on ne sait toujours pas sous quelle forme ont été engagés ces 28 milliards ?


                                                    • xa 31 août 2009 10:36

                                                      serge

                                                      Le sauvetage de Dexia s’est fait via l’injection de 1 milliard en recapitalisation, et 27 milliards de garantie des prêts.

                                                      Dexia, en France, a une situation particulière. Son premier métier est le prêt aux collectivités. Sa mise en faillite risquait d’entrainer la faillite des collectivités endettées (via l’exigence de remboursement anticipée des prêts).

                                                      S’il est envisageable de « laisser tomber » les banquiers, c’était plus dangereux d’envisager la mise en faillite de collectivités locales importantes, ou de devoir exiger des contribuables de ces collectivités de payer une taxe d’habitation ou fonciere exceptionnelle très élevée pour rembourser ces prêts.

                                                      Toujours difficile de se mettre quelques millions d’électeurs à dos.


                                                    • HASSELMANN 27 août 2009 15:57

                                                      Oui tout cela est bel et bon, « and so what ?
                                                      Nous écrivons, nous théorisons, mais les enjeux sont plus vastes !
                                                      A l’heure ou le chomage remonte, a l’heure ou l’on détricotte les solidarités fondamentales (santé, retraite des méres de famille...), à l’heure ou l’on évoque un grand emprunt, le peronnel politique, toute sensibiltés confondues, se pose la question de sa survie et de sa stratégie individuelle.
                                                      Il faut avoir le cran de changer tout cela, avec des projets forts.
                                                      En l’espéce, il faut rechercher à préléver sur toutes les recettes. Le chomage, génére des baisses de recettes fiscles et sociales c’est déjà beaucoup alors soyons fermes avec ceux qui touchent sans être au chomage, et ne cotisent pas.
                                                      je vous renvoie au code URSSAF »sont soumisa cotisations toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou a l’occasion d’un travail, à l’exception des élements expressement exclus par les textes"
                                                      Le bonus, mais aussi les dividendes dans le cadre de LMBO, doivent être totalement appréhendés, et peut être même surtaxés.C’est loj d’être le cas a l’heure actuelle.
                                                      Oui, toutes les manipulations financiéres et les montages sophistiqués, sont neutres voir contre-productifs, dans la mesure ou dans la quasi totalité des cas, leur seule finalité est d’améliorer la peformande a courty terme de l’investissement financier.Cela conduit aux plans sociaux, aux délocalisations, ala vente d’actifs immobiliers et autres externalisation de services supports.
                                                      je sais c’est technique, mais il faut pouvoir en parler ! 


                                                      • arturh 27 août 2009 16:14

                                                        On ne dit pas : « L’économiste Frédéric Lordon dénonce brillamment le caractère parasitaire de la finance. »

                                                        On dit : « Le bureaucrate Frédéric Lordon dénonce bureaucratiquement le caractère parasitaire de la finance. »

                                                        Rappelons que Frédéric Lordon est un fonctionnaire marxiste orphelin du Mur de Berlin et du Parti Communiste qui s’est mis un faux nez pour réapparaître sous le nom de « antilibéral ».

                                                        Rassurez-vous, ça ne viendra jamais à l’idée d’écrire :
                                                        « Le fonctionnaire Frédéric Lordon dénonce brillamment le caractère parasitaire du Statut de la Fonction Publique. »


                                                        Rappelons que ce Statut, en particulier son fleuron, celui des hauts fonctionnaires énarques, permet de contrôler 90% de la finance en France.

                                                        En effet, en France, 90% des institutions financières, au premier rang desquels se trouvent, la Banque de France, bien entendu, mais aussi la BNP, la Société Générale,etc, sont OBLIGATOIREMENT dirigées par des hauts fonctionnaires énarques et non par des banquiers. En réalité, il est strictement interdit que les banques, en France, soient dirigées par des patrons, des financiers.


                                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 27 août 2009 17:16

                                                          @ Arthurh : classique et lamentable. Plutôt que de débattre de ce que dit Lordon, vous préférez l’attaque personnelle.


                                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 09:54

                                                          @ Léon : Merci de votre soutien, cher ami smiley


                                                        • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 31 août 2009 03:26

                                                          Que vous représentez, Calmos.


                                                        • Krokodilo Krokodilo 27 août 2009 17:11

                                                          Excellent panorama du sujet. Il serait simple pour l’UE de mettre en place des outils pour limiter les dérives de la finance de marché, par exemple en soumettant les produits financiers à autorisation, en commençant par interdire la vente de ce qu’on ne possède pas (!), et la titrisation des créances douteuses, pour ne citer que les produits connus maintenant de tous. Mais, of coruse, pas question de nuire au bizness de la City et de quelques autres fromages.


                                                          • stopbaratin 27 août 2009 17:57

                                                            gabriel : je réponds bien volontiers à vos questions
                                                            les banques ont elles fait des erreurs ? : à l’évidence oui , mais ce n’est pas forcèment celles que l’on nous serine... explication
                                                            je vais revenir sur l’historique de la crise : en gros sousl’administration clinton, des mesures sociales ont été souhaitées, en l’occurence permettre l’accession à la propriété aux personnes à bas revenus, en gros une louable attention, c’était oublier qu’aus usa la plupart des prêts ont entre 1 à 4 ans un taux fixes puis du variable, pour info c’était juste après que la fed ouvre les vannes les taux étaient à 1%...les banques, sous l’impulsion de l’état ont donc ouverts les vannes du crédit aux bas revenus , c’était formidable...sauf que l’immobilier et les taux ont commencé à grimper, il faut savoir qu’aux usa si vous avez emprunté 100 000 usd sur un bien de 100 000 usd si votre bien vaut 200 000 usd trois ans plus tards vous pouves , en hypothequant votre bien, emprunter 100 000 usd de plus soit 200 000 usd total... les taux ont grimpé et les américains (ci dessus) étant à taux variables, ils se sont retrouvés avec des mensualités qu’ils ne pouvaient assumer
                                                            si cette explication est claire, vous saisissez bien dans quelle panades ces ménages se sont retrouvés, ils se sont retrouver à devoir vendre leur bien en cherchant désèspèrement des acheteurs, d’ou la chute de l’immobilir américain
                                                            seulement voila, les banques américaines , consciente du risque avait titrisés (regroupés ces prêts) et les avaient revendues (le risque et une partie du rendement) à des investisseurs et banques européennes, la vous comprenez la mondialistaion du problème
                                                            bref le domino était en place
                                                            cette crise à bien une volonté politique louable à l’origine
                                                            en dehors de cela, oui les banques ont fait des erreurs, les banques européennes n’auraient jamais du toucher à ces produits, pour le reste on peut en discuter mais ce n’est pas le sujet


                                                            • Le péripate Le péripate 27 août 2009 18:55

                                                              C’est amusant parce que sur le site de cet universitaire « incontestable » (pourquoi, parce que universitaire ?), on y lit, je cite : Ces crédits étaient destinés à des emprunteurs qui ne présentaient pas les garanties suffisantes pour bénéficier des taux d’intérêt préférentiels (en anglais « prime rate »), mais seulement à des taux moins préférentiels (« subprime »), et encore ceci, je cite encore En outre, les crédits étaient rechargeables, c’est-à-dire que régulièrement, on prenait en compte la hausse de la valeur du bien, et on autorisait l’emprunteur à se ré-endetter du montant de la progression de la valeur de son patrimoine.

                                                              Mais c’est qui ce on qui autorisait ? Le pape ? Non, pas l’État quand même !
                                                              Enfin..... Je me demande qui a des arguments à la ... comment vous dites déjà ?


                                                            • sylvie 27 août 2009 20:14

                                                              Enfin Leon !!!! c’est la cellule Prinzen !!!! quelques pauvre postes pour re-centrer la pensée !!!mais bon ils sont tellement prévisibles !


                                                            • Le péripate Le péripate 28 août 2009 00:09

                                                              Bien vu au niveau sémantique, mais insuffisant. Car « autoriser » veut bien dire en fait « garantir ». Fanny et Freddie, ça vous dit quelque chose ? Mais je ne vais pas tenter plus avant de vous ôter vos illusions, j’ai vu ce qu’il en était sur des sujets simplement moraux, vous n’en démordrez pas.


                                                            • Le péripate Le péripate 28 août 2009 10:17

                                                              Bon, mais 5 minutes seulement...

                                                              Parfaitement correct que, de manière isolée, cette constatation est impuissante à expliquer l’enchaînement des causes. Pour comprendre un tremblement de terre, il faut avoir la théorie de la tectonique des plaques.
                                                              Et, en l’occurrence, la tectonique, c’est le rôle des banques centrales.
                                                               Récemment le gouverneur de la Banque Centrale canadienne a fait cette communication (en anglais, mais une mauvaise version française est aussi disponible).
                                                              Il y a divers passages très intéressants dans ce texte. Il serait trop long de tous les relever ici, et d’en faire le commentaire, mais quelques exemples quand même.
                                                              Such asset-based financing creates intensely procyclical liquidity cycles. In these cycles, rising asset prices increase funding liquidity, which finances further purchases and prompts additional price increases. Ici, il reconnait très clairement que les banques centrales sont la cause des cycles économiques. Une brève explication pour des lecteurs non-économistes (pas vous donc) : le crédit, c’est normalement de l’argent économisé qui est prêté. Mais dans le monde des banques centrales, non, c’est magique. Enfin je ne reviens pas là dessus, ça commence à être connu. Il y a de nombreux avantages à la création monétaire ex-nihilo : de l’argent pas cher, une croissance économique boostée, l’épargne défavorisée, la consommation et l’endettement dopées. Un rêve keyneisien.
                                                              Mais il y a aussi le revers de la médaille : la plus connue, c’est l’inflation. Dire que les banques centrales « contrôlent » l’inflation est un mensonge, puisqu’elles la crée, en pompant de la monnaie (et les shadoks pompaient...) Alors, elles ont pour mission de pomper avec un objectif de 2% d’inflation...
                                                              Je reviens à la déclaration du gouverneur. Plus loin, il dit benoitement, mais à l’envers (As we have all just been reminded at great cost, low, stable, and predictable inflation and low variability in activity – especially when associated with exceptionally low and stable interest rates – can breed complacency among financial market participants as risk taking adapts to the perceived new equilibrium), ce qui se traduit par : parfois, tout ce crédit pompé ne se traduit pas par de l’inflation, mais par une bulle. Grande découverte...lol.
                                                              Parce que, mais ça les vrais économistes (les « autrichiens ») l’avaient compris depuis lontemps, les investisseurs sont trompés par les faux signaux d’une monnaie artificielle. Pas d’inflation, donc la situation est stable, donc je me goure, et de toute façon j’agis comme un junkie certain que le dealer me ravitaillera en came le moment venu ( le prêteur en dernier ressort de l’innénarable Aglietta). C’est certain que dans un système taré comme celui ci, on peut multiplier à l’infini la régulation, comme les informations pertinentes manqueront toujours, la régulation est voué à l’échec. D’ailleurs, ce que propose le gouverneur (à la fin), c’est de hausser les taux d’intérêts quand une bulle menace. Là, perso, je lui donnerai bien un bonnet d’âne, le modèle en peau de lapin à l’intérieur. Parce, personne, jamais, ne pourra dire : là, il y a une bulle.

                                                              Parce que, avec trop d’argent se forme des bulles, à des endroits à priori imprévisibles. Le dernier coup, c’était les subprimes et l’immobilier. Une autre fois ça sera ailleurs. On prends les paris ?
                                                              Donc, je résume : les banques centrales qui ont le monopole de la monnaie par la grâce des États créent non seulement de l’inflation, mais aussi des bulles, de préférence dans des secteurs où l’État intervient. État ici, État là, État partout.

                                                              Bon, on recommence à rigoler avec le fonctionnaire marxiste Lordon ?


                                                            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 11:16

                                                              @ Péripate : vous semblez ignorer que les banques centrales n’ont plus le pouvoir de prêter aux Etats, qui sont de façon scandaleuse obligés d’emprunter aux banques privées, d’où le problème des intérêts de la dette publique qui enrichissent les banquiers. C’est gravé dans le marbre de Maastricht.


                                                            • Le péripate Le péripate 28 août 2009 11:31

                                                              Non, je ne l’ignore pas. Mais avez vous une idée de la raison qui a amené à cette séparation ?
                                                              C’est que quand la Banque Centrale prête sans intérêts à l’État c’est strictement équivalent à ce que Banque Centrale et État sont la même chose. Jusque là, vous êtes surement d’accord, et je l’imagine, plutôt favorable.
                                                              Mais jamais aucun État n’a pu se satisfaire du relativement modeste objectif de « seulement » 2% d’inflation.C’est idiot, mais les hommes politiques aiment bien être réélu, et que pour être réélu, il faut satisfaire tellement de clients, pardon, d’électeurs. Alors, comme augmenter les impôts ça a quand même une limite, que réduire les dépenses ne satisfait pas les clients, il y a la planche à billets. Depuis les assignats de la Révolution jusqu’au Zimbabwé d’aujourd’hui le résultat a toujours été le même : inflation et hyperinflation. Ah, ça, l’État ne s’endettait pas, mais ruinait le pays, simplement. On peut dire que cette séparation constitue un maigre progrès dans un système idiot.


                                                            • stopbaratin 27 août 2009 18:02

                                                              krokodilo : vous avez en partie raison, en partie parceque la titrisation permet , quand elle reste au premier degré, our un établissement financier de diversifier son risque, ce qui est un gage de stabilité, sauf évidemment si vous refourguez ce risque à... une boite donc vous êtes actionnaire
                                                              les banques doivent être contrôlées et soumises à des règlements plus durs, mais ne vous y trompez pas, le particulier , l’entreprise a besoin de la banque, ou d’investisseurs pour emprunter, se couvrir contre les risques de changes, de taux etc...
                                                              ce qui est critiquable, ce sont certains montages ou l’effet de levier est recherché et qui engagent des entreprises au dela de la simple couverture.....


                                                              • Serge Serge 27 août 2009 18:05

                                                                Quelques bonnes nouvelles sur le front de « l’embellie économique » tant serinée par Lagarde et les sirènes libérales...

                                                                1) La FDIC ( régulateur bancaire américain ) annonce ce jour que les banques américaines ont accusé une perte nette de 3,7 milliards de dollars au 2ème trimestre 2009...que 416 d’entre elles sont en grande difficulté ( avec un total des actifs de 300 milliards de dollars fin juin ! ) et 81 ont fermé.

                                                                2) D.Lockhart,un des responsables de la Fed,déclare que par le biais de différents subterfuges le chômage aux USA est grandement minimisé...officiellement il est de 9,4% fin Juillet mais en réalité de 16% !!!
                                                                Il n’hésite par à dire que si reprise il y a ( sans préciser à quel moment ) elle se fera SANS CREATION D’EMPLOIS !!!


                                                                • stopbaratin 27 août 2009 18:07

                                                                  soyons clairs, dexia est un pur scandale, cette banque de réseau a pris des engagements aux USA à des niveaux absolument incohérents avec son bilan et son activité je suis absolument d’accord, idem our natexis et autres cne...

                                                                  les intérêts des emprunts faits à l’état par les banques bnp et socgen rentrent bien dans la poche de l’état mais se soustraient du bilan évidement en ce sens qu’ils vont en face de gains, tout comme votre perte en bourse vont en face de vos gains et vous êtes imposés sur le net restant, c’est normal et c’est pareil pour tout le monde

                                                                   


                                                                  • stopbaratin 27 août 2009 18:09

                                                                    l’embellie c’est la méthode coué, si tout le monde hurle que tout va mieux , tout ira mieux !!!?


                                                                    • Serge Serge 27 août 2009 18:19

                                                                      Je vous invite à venir « hurler que tout va mieux » face aux milliers de salariés victimes de licenciements ( par abus de langage,tout à fait dans la ligne de l’hypocrisie libérale,baptisés « plan social » ) ou cet hiver à ceux dont le libéralisme n’offre pas d’autres choix que « Les restos du coeur !!! »


                                                                    • furio furio 27 août 2009 18:26

                                                                      Les traders et leurs bonus... des boucs émissaires !! ET LE RESTE sur les 14 PROPOSITIONS faites au plus fort de la crise :

                                                                      Talonetto prend les français pour des imbéciles. Il a bien raison à 53% dirons nous. Les bonus sont des primes accordées à des gens qui prennent des risques sur des marchés spéculatifs et au « casino ».

                                                                      Prendre des mesures c’est s’attaquer aux 14 mesures préconisées :
                                                                      Encadrer la titrisation
                                                                      Taxer les marchés de gré à gré
                                                                      Améliorer la législation sur l’attribution des crédits
                                                                      Réglementer les fonds spéculatifs et le capital-investissement
                                                                      Conforter le contrôle interne des institutions financières
                                                                      Limiter les bonus et les « golden rémunérations »
                                                                      Revoir les normes comptables
                                                                      Étendre la lutte contre l’inflation à l’immobilier et à la bourse
                                                                      Interdire la spéculation aux banques de dépôt
                                                                      Interdire la vente à découvert de titres
                                                                      Renforcer le Fonds monétaire international
                                                                      Limiter la volatilité des monnaies
                                                                      Augmenter le pouvoir des autorités de régulation
                                                                      Relancer la coopération contre les places offshore
                                                                      Encadrer les agences de notation.
                                                                      Mais les français sont des veaux ! 
                                                                      De tout cela en est il question ?

                                                                      Et au fait sarkygnol ne nous a pas dit si ces braves traders et leurs bonus allaient bénéficier du bouclier fiscal !!! un COMBLE !


                                                                      • stopbaratin 27 août 2009 18:33

                                                                        serge : vous semblez enclins à discuter franchement , je vous répondrez donc de la même manière
                                                                        le plus possible j’achète français, le plus possible j’utilise les compagnies aèriennes françaises mais... depuis des années la croissance de la chine, de l’inde , du pakistan , aux conditions sociales èxécrables est uniquement le fait des mêmes salariès français qui perdent leur job aujourd’hui après.. avoir coulé celui de leur voisin de palier qui bossait dans des usines qui ont été délocalisées, parcequ’on préfèrait acheter une merde chinoise qu’un produit français, bref un peu de protectionisme nous aurait fait du bien, du style ma consommation c’est le job de mon voisin et... le mien
                                                                        vous qui semblez enclins à faire la part des choses ne mélangez pas tout


                                                                        • Serge Serge 27 août 2009 18:53

                                                                          Comme vous j’ai cru au mythe...« achetons français » !
                                                                          Puis j’ai découvert que les industriels « français » faisaient fabriquer dans des pays à main d’oeuvre « peu chère »( donc plus rentable,plus « juteux » pour les actionnaires et les dividendes du cac 40 !!!) les différents éléments d’un produit qui finalisé en France avait ( et cela n’a pas changé,bien au contraire ! ) droit à...
                                                                          Made in france !
                                                                          C’est donc bien les fondements du capitalisme qui sont la cause du merdier que nous subissons.


                                                                        • stopbaratin 27 août 2009 18:36

                                                                          furio : croyez vous réellement que les bonus versés à des salariès français dans une banque française en france ne sont actuellement pas imposés ? si ou vous vous trompez trés lourdement.....


                                                                          • furio furio 27 août 2009 19:44

                                                                            Je persiste et signe stopbaratin, les traders français bénéficient du bouclier fiscal ! Ne vous en déplaise.


                                                                          • Login Login 27 août 2009 19:09

                                                                             

                                                                             La finance realise 40% du benetice total des entreprises, sans meme compter les
                                                                             benefices financiers des entreprises non financieres... et peu importe la mecanique, 
                                                                             au final, cet argent est un droit de tirage sur la richesse réelle. 
                                                                             
                                                                             
                                                                             
                                                                             
                                                                             
                                                                             
                                                                             
                                                                             
                                                                             

                                                                            • furio furio 27 août 2009 19:48

                                                                              Le Syndicat national unifié des impôts (Snui) a déploré jeudi 20 août que l’UMP célèbre, « en pleine période de crise », les deux ans du « paquet fiscal », qui a permis en 2008 à 18.893 contribuables d’obtenir un remboursement au titre du bouclier fiscal.
                                                                              Dans un communiqué, le Snui « s’étonne que l’UMP pousse la provocation jusqu’à fêter ce paquet de mesures en pleine période de crise et de disette budgétaire, surtout au vu de son bilan ».
                                                                              Citant un récent rapport de l’Assemblée nationale, le syndicat écrit que « 18.893 restitutions ont été effectuées en 2008 pour un montant global de 578 millions d’euros, soit 30.593 euros en moyenne par bouclier » fiscal.

                                                                              Des millions restitués
                                                                              Les 1.000 restitutions les plus importantes sont allées à des foyers fiscaux qui ont reçu chacun en moyenne 337.241 euros (+84% par rapport à 2007).
                                                                              Le montant moyen des 100 plus gros remboursements est de 1,154 million d’euros (+89% par rapport à 2007) et celui des 10 plus grosses restitutions est de 5,97 millions d’euros (+270% par rapport à l’année précédente).
                                                                              L’UMP avait auparavant « salué le succès » la loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat (Tepa), surnommée « paquet fiscal », affirmant que « les mesures prises à cette occasion (avaient) permis de garder dans l’économie française 8,5 milliards d’euros au moment où nous en avions le plus besoin ».
                                                                              Outre le bouclier fiscal, plafonnant l’impôt à 50% des revenus, la loi Tepa comprenait une exonération des droits de succession et des heures supplémentaires.

                                                                              (Nouvelobs.com)

                                                                              Vous pariez stopbaratin que parmi ces « heureux » bénéficiaires qu’il y aura l’an prochain des traders ?
                                                                              Ce gouvernement est le pire que la France ait eu à supporter. Une honte ! Et ça c’est pas du baratin ! 


                                                                              • xa 28 août 2009 12:40

                                                                                Furio.

                                                                                Il me semble que vous ne comprenez pas le fonctionnement du bouclier fiscal.

                                                                                Le trader va recevoir son salaire et ses bonus. Le tout sera imposé au titre de l’IR, dans la tranche maximale vu les bonus. Donc en gros, à 40%.

                                                                                Il ne bénéficiera du bouclier fiscal que s’il dispose en parallèle d’un patrimoine qui implique un isf représentant plus de 10% de ses revenus et qui ne génère pas de revenus.

                                                                                Si ce patrimoine génère lui même des revenus, ceux ci seront pris en compte des deux cotés du calcul.

                                                                                Avec 200k de revenus (bonus inclus), un trader ne bénéficie du bouclier fiscal que si son patrimoine personnel dépasse les 5 millions et ne génère aucun revenu accessoire. Or c’est assez rare, pour un financier, d’avoir un patrimoine ne générant aucun revenu (Rappel : une vente avec PV génère un revenu : la PV).

                                                                                Le bouclier (qui ne devrait pas exister) favorise les gros patrimoines avec des revenus « faibles » par rapport à leur patrimoine. Donc les gros actionnaires qui ne vendent pas leurs titres, les gros propiétaires immobiliers, ...


                                                                              • furio furio 27 août 2009 20:38

                                                                                Et quand on lèche le cul des plus riches ? On compte ? je me pose souvent cette question à propos de tous ces ump dont le talonetto en chef !


                                                                                • tvargentine.com lerma 27 août 2009 21:34

                                                                                  « Le Syndicat national unifié des impôts (Snui) » ... mais que fait ce « syndicat » pour lutter contre les trafiquants de cigarettes qui ont pignon sur les rues de Paris ou de Marseille ???????

                                                                                  Un trafiquant de cigarette se fait + d’argent qu’un salarié qui vient d’être mis au chomage alors qu’il a toujours travaillé pour gagner honnêtement sa vie

                                                                                  Ou sont les controleurs sur les rues de Paris contre les vendeurs de contrefaçons ???

                                                                                  Ce syndicat de merde (je baisse mes mots et j’espere ne pas être censuré) a plus de tolérance pour les islamistes qui achetent à tour de bras et ailleurs qu’ au citoyen français ,quelque soit sa classe sociale,car il est politisé

                                                                                  Nous le savons tous et si vous l’ignorez ,alors vous ne faites pas votre travail de journaliste

                                                                                  C’est facile ici de faire des articles anti-sarko mais que nous apportez vous comme informations que nous ne savons pas ?????????????????

                                                                                  A quand un article sur les trafiquants à Paris et l’étrange tolérance de l’administration de fonctionnaires qui préférent tourner la tête plutot que de s’attaquer à l’économie parallèle

                                                                                  Je serais le 1er à voter pour la publication d’un article dans ce sens !

                                                                                  Ce qui a pénalisé l’administration française c’est le corporatisme syndical qui aura préféré détruire les classes sociales du privé uniquement pour défendre la sienne

                                                                                  http://www.tvargentine.com/



                                                                                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 09:40

                                                                                    Comme d’hab’ ; Lerma totalement hors-sujet. On vous parlait du bouclier fiscal, rien à dire là-dessus ?


                                                                                  • crazycaze 28 août 2009 00:42

                                                                                    Au travers des commentaires, on trouve quelques propos fielleux plus prompts à défendre l’indéfendable gabegie, à détourner le sujet pour jeter l’opprobre sur les fonctionnaires, parasites sans doute pour certains, qu’à avancer une argumentation. (sauf quand ces mêmes personnes sont bien contentes de placer gratuitement leurs enfants à l’école, quand ils ont besoin d’aller aux urgences, quand ils appellent les pompiers, sollicitent les gendarmes, se font rembourser des soins esthétiques grâce à la complicité de chirurgiens du privé, etc.. )

                                                                                    Est-il si incroyable de dénoncer des propos ne servant que la communication du président de la république alors qu’aucun dispositif législatif n’est engagé pour contraindre, alors que des décrets pour des problèmes de moindre importance sont élaborés à la vitesse grand V. Rien d’étonnant à cela, on ne peut se déclarer « libéral » et faire de l’interventionnisme étatique dans la sphère privée. Quelle aurait été la réaction de M. Sarkozy si, la gauche au pouvoir, avait fait les mêmes déclarations que lui ???

                                                                                    On ne peut pas non plus s’étonner de la servilité de la presse, qui, quand elle n’est pas sous la tutelle de grands groupes entretenant des reltions privilégiées avec le pouvoir en place, est sous perfusion et dépend des mannes de l’état. En près d’un demi-siècle de vie, je n’avais jamais vu la presse régionale diffuser des encarts d’une page ou d’une demi page pour communiquer les actions gouvernementales.

                                                                                    Est-ce partial et « gauchiste » que de s’étonner que des banques, qui doivent leur salut à l’intervention de l’état et auxquelles on a demandé des contreparties, puissent s’assoir dessus et faire comme si l’argent qu’elles redistribuent sous formes de bonus à leurs traders n’a rien à voir.

                                                                                    Est-ce complètement inconvenant que de dénoncer la dérive financière qui, prenant le dessus sur l’économie réelle, a conduit à cette situation. La bourse n’est pas un indicateur de la santé économique, mais de la vitalité du marché à court terme. Est-ce être un sale rouge bolchévique que de constater que l’on sacrifie des emplois dans des entreprises viables pour garantir une croissance de 15% aux actionnaires ?

                                                                                    Est-ce normal que l’on puisse enregistrer sa société dans un paradis fiscal (oups, lapsus coco), pardon, dans un centre de traitement financier off-shore, faire fabriquer par un sous-traitant ou par une de ses entreprises dans un pays à bas coût (quelles que soient les conditions salariales et sociales de ce pays), puis revendre ce produit manufacturé très cher à une filiale sise dans un pays plus regardant sur les conditions sociales et levant des impôts, qui revendra avec un minimum de marge, pour payer le moins d’impôt possible, pendant que grâce à ce tour de passe-passe certains s’engraissent. Lorsque le tissu industriel de ces pays sera bien laminé, où seront les clients ??? Les USA, qui sont les premiers dans la délocalisation de leur industrie, sont en train de payer très cher ce mauvais calcul, car en plus là bas une grand partie de la recherche dépend du reversement d’une part des bénéfices des sociétés.

                                                                                    L’attitude de certains ici est minable, car elle est guidée par un individualisme forcené qui prétend que, quelque part, quand on est riche, c’est qu’on le mérite, et quand on est pauvre, c’est qu’on est incompétent, idée aussi stupide que dangereuse. La France est un des pays où les chercheurs sont les plus mal payés en Europe... et encore, quand ils trouvent du travail... et vous trouvez normal que quelqu’un qui spécule puisse faire fortune alors que son apport à la civilisation est nul. Votre petitesse n’a d’égal que la médiocrité de vos raisonnements.


                                                                                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 09:44

                                                                                      @ Crazycaze : J’applaudis des deux mains votre commentaire !


                                                                                    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 août 2009 10:05

                                                                                      En riant jaune !


                                                                                    • JL JL 28 août 2009 08:45

                                                                                      « Les mesures annoncées par Sarkozy ne sont que des paroles » :

                                                                                      Un trader de Natixis explique à nouvelobs.com ce qu’il pense des mesures annoncées, mardi 25 août, par Nicolas Sarkozy sur les bonus et les banques françaises.


                                                                                      • millesime 30 août 2009 10:20

                                                                                        quelques suggestions à notre cher Président pour la prochaine réunion du G20 à Pittsburgh : c’est en réponse à un article de Jacques Attali qui souligne qu’il faudrait s’attaquer à « changer les règles du jeu » .....(..à mon sens... TÔT où TARD....)

                                                                                        http://millesime.over-blog.com


                                                                                        • millesime 30 août 2009 10:24

                                                                                          @crazycaze
                                                                                          tout simplement BRAVO.. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès