Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Soyez prêts pour une monnaie mondiale (1988)

Soyez prêts pour une monnaie mondiale (1988)

Le rétrofuturisme est à la mode. De plus nous découvrons aujourd'hui que la mondialisation n'est pas un simple fait lié à l'avancée des techniques mais qu'il s'accompagne d'un programme politique longtemps tenu secret et qui valait à quiconque en parler de se faire ridiculiser par le terme infamant de 'complotiste', prélude à celui de de 'soucoupiste' en cas de récidive...

Un secret, certes mais pas pour tous le monde.

Les lecteurs de The Economist (c'est pas destiné aux ouvriers...) avaient droit de temps à autre à un petit levé du voile, comme en témoigne cet article piblié le 9 janvier 1988.

Cette même année, Michael Douglas remportait l'Oscar du meilleur acteur pour son interprétation dans Wall Street, qui dénoncait le capitalisme prédateur.

François Mitterrand inaugure la pyramide du Louvre.

Reagan et Gorbatchev signent le traité de désarmement sur les missiles nucléaires intermédiaires.

Le premier cèdera son poste à son vice président Georges Bush père au mois de mai.

Le mur de Berlin tiendra encore un an.

La traduction est de votre serviteur.

Aldous.

Dans trente ans à partir de maintenant (l’article fût publié le 9 janvier 1988. NdT) les américains, les japonais, les européens, et les gens dans de nombreux autres pays riches, ainsi que dans quelques pays relativement pauvres payeront probablement leurs achats avec une monnaie unique. Les prix ne seront plus affichés en dollars, yens ou deutschemarks mais, disons, en… Phénix. Le Phénix sera bien accueillie tant par les entreprises que par les consommateurs, car il sera plus commode que les monnaies nationales d'aujourd'hui, que l’on regardera alors comme un source d’ennui pittoresque qui nuisait à la vie économique du siècle dernier.

 Au début de 1988, cette prévision peut paraître farfelue. Des propositions pour une éventuelle union monétaire ont proliféré il y a cinq et dix ans de cela, mais ils n'avaient pas envisagé les revers de 1987. Les gouvernements des grandes économies ont essayé de progresser un peu vers un système mieux géré de taux de change - une étape préliminaire de ce qui pourrait resembler à une réforme radicale monétaire. Mais l’effet à été désastreux du fait d’un manque de coopération dans leurs politiques économiques, provoquant la hausse des taux d'intérêt qui débouché sur le krach boursier d'octobre. (Le lundi noir : lundi 19 octobre 1987. NdT). Ces événements ont puni les réformateurs du système de taux de change. L'effondrement du marché leur a appris que faire semblant de mener une politique de coopération peut être pire que de ne rien faire, et que, jusqu'à ce qu’une véritable coopération soit possible (c'est à dire, tant que les gouvernements ne cèdent pas leur une souveraineté économique) toutes tentative de mettre en place un système de change fixe sera vaine.

 Cependant, en dépit de la difficulté pour les gouvernements d’atteindre les engagements de leurs accords internationaux sur la politique macroéconomique (et en encore plus de s'y tenir), il devient de plus en plus admit qu’on ne peut pas laisser les taux de change se réguler par eux-mêmes. Rappelez-vous que l'accord du Louvre (sur les taux de change signé le 22 février 1987. Note du traducteur. Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_du_Louvre) et son prédécesseur, l'accord du Plaza (voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Accords_du_Plaza ) de septembre 1985, étaient des mesures d'urgence pour faire face à une crise d'instabilité monétaire. Entre 1983 et 1985, le dollar a augmenté de 34% par rapport aux monnaies des partenaires commerciaux des Etats Unis d’Amérique, depuis lors, il a baissé de 42%. Ces variations ont faussé l’équilibre concurrentiel international plus radicalement en quatre ans que les forces économiques sous-jacentes ne pourraient le faire en une génération.

 Ces derniers jours, les principales banques centrales mondiales, craignant un autre effondrement du dollar, sont de nouveau conjointement intervenus dans les marchés des changes. Des ministres, fervents défenseurs de la liberté des marchés, tels que le britannique Lawson M. Nigel se sont convertis à la cause de la stabilité des changes. Les autorités japonaises prennent au sérieux l'idée d'un EMS (Il ne s’agit pas du funeste Mécanisme Européen de Stabilité d’aujourd’hui mais du « serpent monétaire européen » : un panier monétaire européen constitué à l’époque de l’ECU et de douze autres monnaies. Note du traducteur) ,comme modèle pour les principales économies industrielles. En dépit de l'échec embarrassant du musée du Louvre, la conviction demeure que quelque chose doit être fait au sujet des taux de change.

 Quelque chose (un accord monnétaire. Note du trad.) se produira, sans doute dans le courant de 1988. Mais peu de temps après sa signature, il finira de la même manière que le précédent : Il s'effondrera. Les gouvernements sont loin d'être prêts à subordonner leurs objectifs nationaux à un objectif de stabilité internationale. Plusieurs grands bouleversements des taux de change, un peu plus de krachs boursiers et probablement une dépression ou deux seront nécessaires avant que les politiciens soient prêts à regarder ce choix en face. Cela met en évidence une séquence confuse de situations d'urgence suivies de colmatages d'urgence, qui s'étend bien au-delà de 2018 sauf pour deux choses. Au fil du temps, les dommages causés par l'instabilité monétaire va progressivement croitre et cette tendance finira par transformer l'utopie d’une l'union monétaire en un objectif réalisable.

L’économie du New World (Je ne traduit pas car New World est écrit avec des majuscules ce qui en fait un nom propre similaire à l’orthographe de l’expression New World Order. NdT)

 Le plus grand changement dans l'économie mondiale depuis le début des années 1970 est que les flux d'argent ont remplacé les échanges de biens comme la force qui pousse les taux de change. En raison de l'intégration incessante des marchés financiers dans le monde, les différences dans les politiques économiques nationales peuvent perturber les taux d'intérêt (ou les attentes de taux d'intérêt futurs) certes légèrement, mais assez pour susciter d'énormes transferts d'actifs financiers d'un pays à l'autre. Ces transferts inondent le flux des excédents commerciaux et modifient leur action sur l’offre et la demande des différentes devises, et par conséquent, pèsent sur les taux de change. Comme la technologie des télécommunications continue de progresser, ces transactions futures seront encore moins chères et encore plus rapides. Avec une absence de coordination des politiques économiques, les monnaies ne peuvent que devenir plus volatiles encore.

   Parallèlement à cette tendance, une autre apparaît, celle de toujours accroître les opportunités du commerce international. C'est aussi le résultat du progrès technologique. La baisse des coûts de transport, rend plus facile les échanges marchands entre des pays séparés par des milliers de kilomètres. La loi du prix unique (qui veux qu’un bon produit devrait coûter la même chose partout, une fois que les prix sont convertis en une seule monnaie) s’affirmera de plus en plus. Les hommes politiques vont permettent à leurs économies nationales – à l’instar des marchés financiers – de s’ouvrir de plus en plus sur le monde extérieur. Ceci vaux pour le travail comme pour les marchandises, en partie par la migration, mais aussi par la possibilité technique de séparer le lieu où se situe le travailleur du lieu de production : Des informaticiens indiens traiteront les paies des salariés New-Yorkais.

 Par ces actions combinées, les frontières économiques nationales se dissolvent progressivement. Comme la tendance se maintient, l'appel d'une union monétaire à travers au moins les principaux pays industriels semble irrésistible à tout le monde sauf à l’industrie du change et aux gouvernements. Dans la zone-Phénix (On dit aujourd’hui l’Eurozone. NdT.), l’adaptation économique aux variations des prix se passera en douceur et automatiquement, un peu comme elle le fait aujourd'hui entre les différentes régions au sein des grandes économies (un mémoire publié dans le même n° de The Economiste p74-75 explique comment. NdT) L'absence de tout risque de change devrait stimuler le commerce, l'investissement et l'emploi. (En tous cas pas dans l’Eurozone ! NdT)


 La zone-Phoenix imposerait des contraintes sévères sur les gouvernements nationaux. Il n'y aurait plus, par exemple, comme une politique monétaire nationale. L’émission mondiale de Phoenix serait fixée par une nouvelle banque centrale, peut-être issue du FMI. Le taux d'inflation dans le monde - et, par conséquent, dans des marges étroites, chaque taux d'inflation national serait- être à sa charge. Chaque pays pourrait utiliser les impôts et les dépenses publiques pour compenser les chutes temporaires de la demande, mais il lui faudrait emprunter plutôt que d'imprimer de l'argent pour financer son déficit budgétaire. (Et une fois qu’un pays ne peux plus emprunter ? NdT.) En l'absence de recours à l'inflation, les gouvernements et leurs créanciers seraient obligés de surveiller leurs emprunts et leur dette de plus près qu'ils ne le font aujourd'hui. Cela signifie une grande perte de souveraineté économique, mais les causes qui rendent le Phénix si attrayant travaillent contre les souverainetés nationales de toutes façons. Même dans un monde aux taux de change plus ou moins flottants, les différents gouvernements assistent au contrôle de leur politique indépendante politique par un monde extérieur hostile.

 À l'approche du prochain siècle, les forces naturelles qui poussent le monde vers l'intégration économique offrent aux gouvernements un large choix. Ils peuvent aller avec le courant, ou ils peuvent construire des barricades. Préparer la voie pour le Phénix se traduira par moins d'accords théoriques sur la politique et plus de pragmatisme. Cela veut dire permettre et promouvoir activement l'utilisation d’une monnaie globale par le secteur privé aux côtés des monnaies nationales existantes. Ce serait laisser les gens voter avec leur portefeuille pour le passage éventuel à une union monétaire complète. Le Phénix devra probablement commencer comme un cocktail de monnaies nationales, tout comme les Droits de Tirage Spéciaux (DTS ou SDR en anglais. NdT voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_de_tirage_sp%C3%A9ciaux) le sont aujourd'hui. Avec le temps, cependant, sa valeur par rapport aux monnaies nationales cesserait d'avoir de l’importance, car les gens le choisiront pour sa commodité et la stabilité de son pouvoir d'achat.

 L'alternative - le maintien de politiques d'autonomie - impliquerait une nouvelle prolifération des contrôles réellement draconiens sur le commerce et les flux de capitaux. Ce choix offrirait aux gouvernements toute latitude pour gérer les variations de taux de change, pour déployer une politique monétaire et budgétaire sans inhibition, et s'attaquer aux scories d'inflation des prix et des revenus. C’est une perspective de croissance atone. Notez que le Phénix surgira vers 2018, et préparez vous à l'accueillir quand il viendra.

 

FIN DE L'ARTICLE.

Avec un peu de recul, on peut se dire que le Phoenix est déjà en bonne voie, que la capitulation de la souveraineté n'est pas une découverte pour nos hommes politiques puisqu'elle leur avait déjà ét signifiée depuis 1988.

Par contre les promesse d'effets positifs sur l'emploi et le commerce de cette capitulation se font toujours attendre.

Churchill disait : "Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre."

Nos politiques ont voulu eviter ma misère au prix de la souveraineté. Nous avons la misère et nous aurons la tyrannie.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • lambda 8 septembre 2012 09:15

    Tout était déjà dit dans « The Economist » dès 1988 et malgré tout 25 ans après, beaucoup n’ont pas compris le sens donné aux décisions prises depuis cette date, preuve en est qu’il y en a qui ont encore voté pensant qu’un parti peut changer leur quotidien

    Ils n’ont pas encore compris que c’est le système qu’il faut changer avant qu’il ne soit trop tard, car les tentacules de la Pieuvre se referment de jour en jour sur les citoyens

    http://www.youtube.com/watch?v=oN5tdMSXWV8

    http://www.terrafemina.com/culture/medias/articles/17211-goldman-sachs—revoir-le-documentaire-darte-en-replay.html


    • nouvel ordre mondial dirigé par WALL STREET ET SON ANNEXE .LA CITY

      et lehman brothers....goldman sachs...rockfeller...worms....rotschild et cie

      leur taupe DRAGHI


      • millesime 8 septembre 2012 15:16

        je dirais l’inverse : LA CITY et son annexe WALL STREET... !

        http://millesime.over-blog.com


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 septembre 2012 10:01

        « Un secret, certes mais pas pour tous le monde.Les lecteurs de The Economist (c’est pas destiné aux ouvriers...) avaient droit de temps à autre à un petit levé du voile, comme en témoigne cet article piblié le 9 janvier 1988. »


        Un secret est une information qui n’est révélée qu’à un nombre très restreint de personnes (si ce n’est aucune) avec pour objectif de ne jamais rendre public ce fait.

        Peut-on dire qu’un article paru dans un journal tiré à plus d’un million d’exemplaires et disponible publiquement constitue une information secrète ?

        Et puis, soit-dit en passant, si les ouvriers ne font pas l’effort de sortir de leur tryptique « L’ équipe-Paris Turf- Gala » pour s’informer, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-même !

        • Aldous Aldous 8 septembre 2012 10:59

          Salauds de pauvres ! disait Coluche.


          Un secret n’a pas pour vocation de le rester eternellement.

          Pour la mise en place d’une reforme comme celle là, il convient de s’accorder le consentement des decideurs.

          C’est ce rôle qu’a joué cet article.

          De même, la premiere fois que j’ai lu une interview d’un politique français se revendiquant ouvertement du Nouvel Ordre Mondial et du gouvernement mondial, c’est dans le magazine d’air France et c’etait Copé qui etait interviewé.

          La encore, il ne s’agit pas de la presse de masse, mais d’une presse lue en priorité par les businessmen shootés aux miles aériens.

          Vous me direz, les touristes qui prennent l’avion ne sont pas des leaders, bla bla bla...

          Certes, mais je contate juste que ce’est par des articles peu remarqués que les politiques annoncent leur obédience au NWO.

          Dans le même temps, l’omerta ’ complotiste ’ continuait de frapper ceux qui ici ou là parlaient de ce que signifie reelement NWO et qu’il s’agit d’un coup d’etat mondial.




        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 8 septembre 2012 13:40

          Bonjour Aldous,

          très jolie conclusion, un coup d’état mondial. Il s’impose auprès des panurgiens,
          principales victimes des tambours de la pub, mais le berger, lui qui n’est pas
          Rockfeller mais bien le sage regardant passer la caravane et expliquant du regard :
          « celui qui se domine lui même est plus fort que celui qui veut dominer le monde entier... »


        • Aldous Aldous 8 septembre 2012 16:13

          Un très bon précepte que j’applique au jour le jour, lisa !


          Et un précepte que les accros à la consommation, à la téléréalité et à la pornographie en ligne devraient méditer.

           
          Amitiés.

        • Anaxandre Anaxandre 8 septembre 2012 19:28

           Bonne idée d’avoir ressorti cet article dont Pierre Hilard fait état depuis longtemps. La société grégaire finira peut-être par comprendre que la solution ne peut passer que par un Nationalisme transcourant, malgré la guerre acharnée que lui livre le Système pour survivre.


        • robin 8 septembre 2012 20:32

          « Peut-on dire qu’un article paru dans un journal tiré à plus d’un million d’exemplaires et disponible publiquement constitue une information secrète »

          Alors pourquoi de sinistres gugusses de votre espèce traitent donc depuis si longtemps ceux qui disent la même chose de conspirationistes ?

          Pourquoi de sinistres gugusses de votre espèce ont nié si longtemps l’évidence de l’existence du Bilderberg (parmi d’autres raouts secrets anti-démocratiques) ?

          Pourquoi les médias se refusent tout autant à parler de choses aussi fondamentales, à moins que la liberté et la souveraineté soit pour vous des considérations soucoupistes ?

          Pourquoi Rockfeller a t’il remercié en 1991 toute la presse mondiale d’avoir su fermé sa gueule sur tout ça ?

           


        • millesime 8 septembre 2012 15:12

          c’est le thème du dernier n° de LIESI
          seulement voilà !
          de nombreux pays au monde ne vont pas accepter ce que le NWO prépare depuis des années déjà .
          Les BRICS, le Vénézuela,de nombreux pays d’ Amérique latine, l’Iran,etc... et tant d’autres pays ont des échanges dans d’autres devises que le dollar actuellement (au grand damne des Etats-Unis)
          En 2009 le gouverneur de la Banque Centrale de Chine a écrit un article remarquable sur la réforme du système monétaire international, il n’a pas été contredit depuis.. !
          le cartel bancaire va tout faire certes pour réaliser son projet mais...
          à suivre.. !
          http://millesime.over-blog.com


          • millesime 8 septembre 2012 15:25

            lire mon article du 07/01/2012
            (réformer le système monétaire international)


          • Aldous Aldous 8 septembre 2012 16:09

            sauf que la mise en place de la monnaie mondiale va se faire sur la ruine des fonds souverains chinois et saoudiens.


            Il suffit de voir comment la ’reforme’ de l’ONU tentée il y a quelques années lors de l’annonce du gouvernement mondial a échoué.

            Le gouvernement mondial ne se mettra pas en place par consensus ni grâce à des concessions, ce sera un coup d’état, et les chinois se sont déjà fait avoir jusqu’au trognon, ils sont piégés.

            La seule question et de savoir si il vont accepter leur dépouillement ou s’ils vont faire la guerre en soutenant l’Iran et le Pakistan contre les USA et Israel.





          • kemilein 8 septembre 2012 17:45

            les USA n’ont jamais gagné une seule guerre, seulement on vend le contraire aux « nations » du monde, alors vous êtes priez de le gober tout rond.

            pourquoi dis-je cela ? parce que s’il y a guerre entre USA-supplétifs / Chine-Russie-Iran, il est peu probable que l’Otan « gagne » et qu’en conséquence ne voulant pas perdre la face ceux ci seront contraint par vanité d’usiter l’arme nucléaire.

            vous ne pouvez pas pas gagner contre 1 milliard 500 million de chinois armée par la « Mère Patrie Rouge » avec ces milliers de têtes nucléaires (et qui sont toutes deux des puissances possédant des vecteur balistique intercontinentaux (fusée)).


          • millesime 8 septembre 2012 18:47

            rien n’est fait.. ! voir ce que vont faire les bourses occidentales dans les mois à venir..aie, aie, aie.. ! le monde Occidental n’a pas encore gagné loin de là !

            à suivre !

            http://millesime.over-blog.com


          • Aldous Aldous 10 septembre 2012 19:07

            merci pour le lien millesime.


            Amusant ce blog.

            J’ai pas vu les cérémonies des JO, je ne regarde pas la TV, donc j’ai pas fais le rapprochement avec le Phénix de la cérémonie de clôture dont ils parlent.

            En même temps les JO renaissent tous les 5 ans alors le phénix n’est pas un symbole absurde.

            Par contre j’ai de très sérieux soupçons sur le fait que les JO soient désormais utilisés comme un tueur économique.

            Sans les JO la Grèce n’en serait pas là.



          • louphi 8 septembre 2012 15:21

            Aldous

            « Soyez prêts pour une monnaie mondiale ».

            Mais ! La monnaie mondiale existe déjà ! Elle s’appelle l’EURO-DOLLARD  !

             


            • Aldous Aldous 8 septembre 2012 16:03

              Bien sûr mon cher louphi, et c’est pourquoi il a été symbolisé dans l’article par le phénix.


              Le dollar (et toutes les autres monnaies qui sont toutes indexées sur lui) entre progressivement en hyperflation.

              Pas par hasard, mais par destruction programmée.

              Pourquoi dis-je ça ? 

              Parce qu’en septembre 2006 le gouvernement US a cessé de publie l’indice M3.

              Deux ans avant la crise ’bancaire’

              Donc le dollar va bruler, et avec lui les pactoles saoudiens de 40 années de consommation pétrolière occidentale et le pactole chinois constitué de T-bonds.

              Une foi le dollar brulé il sera remplacé par le dollar nord américain, alter ego de l’euro pour l’union nord américaine.

              C’est donc bien un phénix, qui est destiné dès sa conception a bruler et à renaitre de ses cendres.



            • Georges 8 septembre 2012 16:06

              Je ne crois pas à une monnaie mondiale, pour la simple et bonne raison que la spéculation sur les monnaies ne sera plus possible. Les banques sont tout de meme les premières à ce genre d’exercice. Or on voit de plus en plus de gens allez faire un peu de forex et en général, ils perdent rapidement des plumes, tout cela pour le bénéfice de brooker et en finale des banquiers. Donc j’y crois pas.


              • Aldous Aldous 8 septembre 2012 16:16

                c’est que vous n’avez pas compris qu’il ne s’agit plus de faire du fric mais de dominer le monde...


                Au passage, il ne s’agit pas de toutes les banques mais des 7 banques du cartel mondialiste qui veulent justement éradiquer la concurrence.

                Comme feu Lehman brothers...

              • Georges 8 septembre 2012 20:10

                Alors pour ce qui est de dominer le monde, pas de soucis à se faire, c’est déja fait. Oui le fric domine le monde et il a toujours dominé le monde depuis, en fait, le moment ou la monnaie fut créée et ou des petits malins on créé la banque. Donc la domination est déja la.
                Pour ce qui est, ce n’est plus faire du fric qui les interessent, la je serais beaucoup moins catégorique. Quelqu’un qui est rapace, cupide, avare, vénal, etc.... ne vas pas changer le jour ou il sera tout seul au sommet. Il se prendra pour le souverain de la terre et afin que les peuples ne se révoltent pas et sois completement soumis, il prendra tout ce qu’il est possible de prendre, argent, terrain, maison, jusqu’au pain qui est dans la bouche des enfants, et enfin l’ultime possession, la vie des autres. La nature humaine est ainsi faite, une mauvaise graine ne donne jamais de bons fruits. Donc leur manière d’être ou de faire sera la même.
                Maintenant qu’il y aie une monnaie unique pour les transactions commerciales, ca c’est possible. Une monnaie qui représenterait de manière un peu simplifiée une moyenne des grandes monnaies, dollar, euro, yen, pound, huan, ...... afin de garder une stabilité à cette monnaie.


              • Aldous Aldous 8 septembre 2012 23:04

                « Il ne suffit pas de réussir, il faut également jouir du plaisir de voir les autreséchouer. »
                Devise en vigueur chez Goldman Sachs

              • Aldous Aldous 8 septembre 2012 23:16

                la stabilité monétaire n’est qu’un argument pour promouvoir la monnaie unique.


                La monnaie unique est indispensable à l’établissement d’un gouvernement mondial unique.

                Ce n’est pas moi qui le dit, c’est H.G Wells qui l’écrivait en 1930 dans son essai New World Order :


                « Interessons nous à un point sur lequel M. Streit ne semble pas avoir compris toutes les implications de sa proposition. Cette grande Union implique une monnaie unique et une union douanière dans un systeme économique de libre-echange. » H.G. Wells in New World Order 1930.

                Il parles de Clarens Streit, auteur en 1929 de l’appel ’Union Now’ en faveur d’un gouvernement mondial et qui sera un des rédacteurs du traité de l’Atlantique Nord qui fonde l’OTAN, la machine de guerre du gouvernement mondial.


              • Luxum Luxum 8 septembre 2012 23:14

                Aldous, qu’est ce qui vous permet d’affirmer que « les chinois se sont déjà fait avoir jusqu’au trognon » ? Pouvez vous développer le fond de votre pensée ?
                Pour ma part j’observe plutôt une évolution du monde unipolaire (dirigé par les États-Unis depuis la chute de l’URSS) vers un monde multipolaire (avec l’émergence de nouvelles grandes puissances et la formation de coalition [je ne parle pas de l’UE]).


                • Aldous Aldous 8 septembre 2012 23:40

                  salut Luxum.


                  Les Chinois sont les premiers détenteurs de dollars US dans le monde, car leur politique bi-monnétaire a consité a utiliser le Yuan pour les besoins internes et de thésauriser en dollars US les fruits de leur croissance.

                  Le taux de change entre les deux etant fixé arbitrairement, au grand mecontentement des USA.

                  Ce fond souverain de 147 milliards de dollars est massivement constitué de Bonds du tresor US.

                  Or depuis 2006, les USA innondent le monde de dollars (et c’est pourquoi ils ont cessé de publier l’indice M3 qui indique la masse de dollars en circulation hors des USA)

                  Quand ils l’ont compris, les Chinois ont cessé d’acheter des T-bonds ce qui a obligé la FED a les acheter elle même lors du QE2 en 2010.

                  Les Chinois (mais pas qu’eux) tentent depuis 2010 assez desespérément de diversifier leur fonds en achetant à tour de bras des terres en Afrique, le port du Pirée et toutes sortes de valeurs tangibles, mais plus personne ne veux des titres américains.

                  Il faut savoir que la valeur reele du dollar est si basse que la valeur faciale de la piece de 1 Penny coute plus que son poids en nikel.

                  Obama va vraissemblablement signer dans quelques semaines le QE3, et la FED sera obligée d’acheter tout le stock de nouveaux bonds du trésors qui seront alors mis en vente faute d’acheteurs.

                  La valeur de chaque dollar va encore baisser ce qui va transformer la saturation du monde en dollars en veritable intoxication. On va entrer en hyperflation, comme la republique de Weimar entre deux guerres.

                  Resultat : les fonds souverains libellés en dollars vont fondre comme neige au soleil.

                  Les chinois et les saoudiens n’auront plus que leurs yeux pour pleurer (et pas besoin de kleenex : il auront des tas de papier vert inutiles)




                • Leo Le Sage 9 septembre 2012 00:07

                  @Par Aldous (xxx.xxx.xxx.209) 8 septembre 23:40
                  Vous dites : "Les Chinois (mais pas qu’eux) tentent depuis 2010 assez desespérément de diversifier leur fonds en achetant à tour de bras des terres en Afrique, le port du Pirée et toutes sortes de valeurs tangibles, mais plus personne ne veux des titres américains." [...]
                  Cela fait longtemps que la Chine tente d’acheter des terres un peu partout notamment par le biais des implantations d’usines à travers le monde...

                  Vous dites : "Obama va vraissemblablement signer dans quelques semaines le QE3, et la FED sera obligée d’acheter tout le stock de nouveaux bonds du trésors qui seront alors mis en vente faute d’acheteurs" [...]
                  C’est ce que j’ai appelé rachat...
                  L’amérique rachète ses bons, par le biais de la FED...

                  Vous dites : "Les chinois et les saoudiens n’auront plus que leurs yeux pour pleurer (et pas besoin de kleenex : il auront des tas de papier vert inutiles)" [...]
                  Pas tout à fait car, ils ont ce qui est important : des entrées en Afrique et au moyen orient...
                  Ce sont les USA qui vont pleurer car personne ne voulant plus de leur dollar, ils ne pourront pas acheter du pétrole...
                  Ce n’est pas pour rien que ces gars de l’OPEP aimeraient que l’euro soit la monnaie de référence mais le problème c’est que les américains veulent que l’euro coule, donc ils sont dans l’indécision.
                  Bon quand je dis qu’ils veulent que l’euro coule ce n’est pas exact, mais ils veulent que l’euro soit une monnaie instable...
                  Parce que si ce n’est pas l’euro ce sera le Yuan. (Yuan = Katastrofe...)

                  @Luxum
                  D’accord avec vous que les chinois ne se sont pas fait avoir, ils savaient ce qu’ils faisaient...

                   
                  Cordialement

                  Leo Le Sage
                  (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                • Luxum Luxum 9 septembre 2012 00:31

                  Malgré tout Aldous, les chinois sont également détenteurs de terres rares, d’un important stock d’or et d’un approvisionnement en énergie régulier (via leur coopération avec la Russie) tandis que les États-Unis disposent de réserves de pétrole inexploitées et d’or (qui ne leur appartient pas d’ailleurs).
                  Sur le plan militaire, les US restent largement vainqueur mais la formation d’un bloc russo-chinois constituerait un contrepoids de taille à l’hégémonie anglo-saxonne tout en mettant en péril l’instauration d’une gouvernance mondiale.
                  N’est il pas plus sage d’estimer que la partie n’est pas encore joué et que l’histoire bascule entre deux tendances : celle d’un monde unipolaire marqué par les « valeurs » chères à l’élite wasp et celle d’un monde multipolaire où chaque puissance nationale contrebalancerait celle des autres pays ?

                  Je vous renvoie à un de vos articles qui m’avait particulièrement plu : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/les-chinois-raflent-la-banque-107335


                • Aldous Aldous 10 septembre 2012 18:01

                  Les Saoudiens on en effet tenté de ventre leur petrole en Euros et aussi de faire une monnaie commune pour les pays du golf.


                  Echec total.



                • Aldous Aldous 10 septembre 2012 18:03

                  du golfe, pas du golf... Quoique.


                • Aldous Aldous 10 septembre 2012 18:17

                  @luxum


                  Je ne dis pas que la partie est jouée, j’exposais le jeu que les mondialistes tentent de jouer.

                  Il est certain qu’en face il y a une possibilité de réaction et tout cela risque de se cristalliser sur l’Iran et la Syrie.

                  Une confrontation qui est sans doute recherchée par les mondialistes pour provoquer la 3e union (les autres étant politique et économique) , la plus difficile : la religion mondiale.

                  Or pour fusionner les religion monothéistes, il n’y a pas 36 manières. il faut réaliser leur eschatologie commune, c’est à dire l’apocalypse et le retour du messie en terre sainte pour y fonder le saint Israel tel qu’annoncé dans les trois livres saints.

                  Une fois la prophétie réalisée il sera temps de faire la révélation : les 3 religions n’en font plus qu’une et le royaume divin est établit sur terre avec Jerusalem comme capitale et c’est la fin de l’Histoire, comme disent les neocons.

                  Donc on aura droit à notre apocalypse hollywoodien tôt ou tard. Et il me semble que ce ne sera pas tard.




                • Luxum Luxum 10 septembre 2012 22:32

                  C’est un discours nouveau que tu tiens là, Aldous. Il faudrait peut être écrire un article sur le sujet parce que il me semble y avoir matière à débat.

                  Quel intérêt pour les mondialistes de fonder une religion mondiale alors qu’il serait mille fois plus simple d’anéantir purement et simplement toute forme d’activité spirituelle en poussant constamment les populations à suivre une idéologie matérialiste et individualiste ? Unir les trois monothéismes me parait une tâche insurmontable, même avec d’importants moyens, du moins sur le court terme.
                  De plus la religion tient une place presque sans importance chez les principaux auteurs avertissant des dangers du NOM. Chez Huxley, c’est le sexe tient lieu de religion.

                  Pour revenir au sujet : Comment une monnaie mondiale pourrait elle être économiquement viable lorsqu’on voit le désastre de l’euro ? Les pays ont forcément des intérêts économiques différents et les nouer de force par une monnaie commune n’y changera rien, les liens finissent par rompre qu’on le veuille ou non.
                  Même si on maintient les pays dans la zone euro c’est la monnaie elle même qui finira par casser. Et même s’il n’est plus question de pays (si on part de l’hypothèse que les pays n’existent plus et sont intégrés à un gouvernement fédéral mondial) les régions géographiques ont des ressources et des besoins différents.

                  Pour moi une monnaie mondiale est techniquement impossible.


                • Aldous Aldous 10 septembre 2012 23:54

                  Je suis d’accord une monnaie mondiale a intrinsèquement invivable dans un monde aux economies disparates et est vouée au même echec que l’Union Latine (le franc or)


                  Je suis persuadé que l’entreprise mondialise va echouer, peut etre pas tout de suite mais a terme a moins qu’on y passe tous dans une gueure nucléaire totale.

                  Oui je sais, ce que j’explique sur l’union religieuse n’est pas assez developpé.

                  Je suis arrivé à cette conclusion en partant du point de vue de promoteur d’un gouvernement mondial et en me disant : quels ont les obstacles.

                  Streit et Wells ont debatu du sujet en 1939-40 donc une partie du sujet est cerné :

                  Il faut mettre en place une union politique, une union monnétaire et un marché unique.

                  Les trois sont en cour d’élaboration.

                  la stratégie du choc est la methode pour progresser, comme l’explique brillament Naomi Klein.

                  Mais une chose restait embarassante : ce qu’il est convenue de nommer le choc civilisationnel.

                  Il est evident qu’il s.’agit avant tout d’une confrontation religieuse. On ne parle ni de musique, ni de cuisine, ni de mode de vie, tout cela est maléable.

                  Par contre les religions sont tres stables. Toute evolution se traduit par des schismes et on ne constate presque jamais d’unification entre des eglises ou des religions.

                  La dimension religieuse impregne le mondialisme par plusieurs aspects.

                  Vous avez raison de parler d’abaissement de la pratique religieuse, en tous cas dans la catholicité.

                  Mais c’est loin d’etre la seule tendance. Les mouvement politico religieux impliqués sont nombreux.

                  Il y a le sionisme, qui veux realiser la prophetie du retour a la terre promise.
                  Il y a les evangelistes qui soutiennent activement ce projet.
                  Il y a le wahabbisme sahoudien qui a fait alliance avec les deux precedents depuis l’avènement de Sahoud et qui fourni les djiadistes de la CIA depuis la guerre contre l’URSS jusqu’aux printemps arabes, en passant par Sarajevo et le 11/9.

                  A coté de cela il y a une papauté qui s’est lancé sur la voix de l’oeucuménisme depuis Vatican Ii.

                  Il y a les Chrétiens Orthodoxes qui vivent une renaissance depuis la chute de l’URSS

                  Il y a les musulmans Sunites qui perdent peu a peu leurs gouvernements
                  Il y a les musulmans Chiites qui résistent mieux tout en etant diabolisés à outrance.

                  La tendence à la laicisation des moeurs est un phénomène européen et il ne concerne que la pratique religieuse, pas l’impregnation culturelle. Voir le debat sur le voile en France.

                  J’en suis arrivé à conclure que l’obstacle le plus important qui se dresse face à un projet de gouvernement mondial est qu’aucune de ces religions n’acceptera de se soumettre à une autorite qui lui semblerait emaner des ’infidèles’ d’en face.

                  La place centrale du sionisme (par essence escathologique) dans les promoteurs du projet et la culture apocalyptique qui nous envahie m’ont convaincu qu’e l’escathologie joue un role primordial dans le coup d’etat mondialiste.

                  Comme pour le phoenix, l’ancien monde multi religieux qui s’oppose à l’unification mondiale doit bruler pour renaitre, et c’et exactement ce que racontent les apocalypses des trois livres saint.

                  C’est là que je suis tombé sur le Sheikh Imran Hosein. Son exegèse de l’apocalypse selon wall street m’a eclairé.

                  Pourquoi l’elite irait donc se creuser la tete a mettre au point une strategie adverse alors qu’il suffit de pousser les religions sur leur pente mystique naturelle ?

                  Israel est déjà disponible pour servir de scene au spectacle, les Iraniens aidés des russes sont tout disposés à incarner le camp Gog ou de Magog selon les interprétations, l’OTAN prenant le role opposé.

                  Un belle guerre bien sanglante et apocalyptique permet de dite : la prophétie est advenue. Reste à savoir qui fera le messie et qui fera de diable.

                  On proclamera la paix universelle après l’horreur et on construira sur le dome du rocher le 3 e temple oeucuménique, avec 8 branches, une par religion anterieure.

                  Je vous trouverais le lien du projet car ça existe vraiment.

                  Et voilà, Jerusalem est proclamée capitale du monde avec Atali comme roi.






                • Luxum Luxum 11 septembre 2012 00:38

                  Imaginer Attali avec une couronne sur la tête est un exercice de visualisation mentale particulièrement drôle. Il aurait l’air d’un bouffon.

                  Merci pour ces précisions, j’attends les liens avec impatience. Ce projet ne serait il d’ailleurs pas lié à Astana ? Son « palais de la paix et de la réconciliation » pourrait parfaitement jouer le rôle du temple d’une religion mondiale, seule hic : ce n’est pas à Jerusalem.
                  Mais bon, en regardant bien cette ville on se dit qu’elle serait parfaite pour le rôle de capitale du monde, elle à aussi un ministère de la communication. Très Orwellien comme appellation non ? Bientôt on l’appellera MiniCom 


                • Leo Le Sage 11 septembre 2012 01:24

                  @Par Luxum (xxx.xxx.xxx.108) 9 septembre 00:31
                  Vous dites : "Sur le plan militaire, les US restent largement vainqueur mais la formation d’un bloc russo-chinois constituerait un contrepoids de taille à l’hégémonie anglo-saxonne tout en mettant en péril l’instauration d’une gouvernance mondiale" [...]
                  Le contre-poids est moyen...
                  Mais si une guerre a lieu les USA ont toutes les chances de gagner : ils possèdent des armes insoupçonnées...

                  @AUTEUR/Par Aldous (xxx.xxx.xxx.209) 10 septembre 18:01

                  1/ Je n’ai pas compris pourquoi vous avez replié mon intervention.
                  Etant rarement replié cela m’étonne. Pourriez vous m’expliquer vos raisons ?
                  Ne me dites surtout pas que vous faites partie de ses auteurs qui replient lorsque cela ne va pas dans leur sens.
                  Parce que j’en ai vu ; consternant.

                  2/ Vous dites : « Les Saoudiens on en effet tenté de ventre leur petrole en Euros et aussi de faire une monnaie commune pour les pays du golf »
                  « Echec total »
                  Si c’était si simple je vous donnerais raison.
                  Etes vous même certain qu’ils veulent des euros en ce moment ?
                  Qui vous dit qu’ils ne veulent pas simplement faire du troc : « pétrole contre ... »
                  Ne me dites surtout pas que vous êtes assez naïf pour croire qu’ils vont tout vous dire en face ?
                  La vérité c’est qu’ils peuvent recommencer : on ne rebute pas sous un seul echec.

                  Vous dites : "Une fois la prophétie réalisée il sera temps de faire la révélation : les 3 religions n’en font plus qu’une et le royaume divin est établit sur terre avec Jerusalem comme capitale et c’est la fin de l’Histoire, comme disent les neocons" [...]
                  En gros vous croyez vraiment que tout ceci aura lieu...

                  Vous dites : « la stratégie du choc est la methode pour progresser, comme l’explique brillament Naomi Klein » [...]
                  Bof... C’est plus compliqué que cela...
                  Dans certains pays le choc, tel que le dit Naomi, n’a pas eu lieu ce qui malgré tout n’a pas empêché les autres d’être là...
                  [oui je connais sa théorie, j’ai regardé un documentaire sur ce sujet...]

                   
                  Cordialement

                  Leo Le Sage
                  (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                • Luxum Luxum 30 septembre 2012 18:17

                  « Mais si une guerre a lieu les USA ont toutes les chances de gagner : ils possèdent des armes insoupçonnées... »


                  Si même vous les soupçonnez c’est qu’elle ne sont pas si insoupçonnées que ça ces fameuses armes. On peut penser sans se tromper que les Russes et les Chinois sont déjà au courant et ont également développer des armes nouvelles en vue d’un conflit.

                  La Russie, par exemple, a aussi son HAARP national : http://www.jp-petit.org/nouv_f/Crop%20Circles/haarp_russe/haarp_russe.htm 

                • Leo Le Sage 9 septembre 2012 00:25

                  Bonsoir Aldous,

                  On va changer de discours, cela nous changera de la discussion sur l’homosexualité... smiley

                  Vous dites : "Les hommes politiques vont permettent à leurs économies nationales – à l’instar des marchés financiers – de s’ouvrir de plus en plus sur le monde extérieur. Ceci vaux pour le travail comme pour les marchandises, en partie par la migration, mais aussi par la possibilité technique de séparer le lieu où se situe le travailleur du lieu de production : Des informaticiens indiens traiteront les paies des salariés New-Yorkais."
                  1/ fautes : politiques vont permettre [...] Ceci vaut pour [...]
                  2/ C’est déjà le cas lorsque par exemple les résultats d’audit d’une entreprise par le biais d’un commisariat aux comptes par exemple est délocalisée dans des pays plus attractifs financièrement.

                  Vous dites : « l’appel d’une union monétaire à travers au moins les principaux pays industriels semble irrésistible » [...]
                  1/ fautes : pays industrialisés [?]
                  2/ compte tenu du niveau de la concurence je ne vois pas comment s’y échapper, à moins de mettre des barrières douanières mais là le problème de la rétortion se posera...

                  Mon avis
                  C’est inéluctable ? Je ne pense pas.
                  On pourrait toujours créer des eurobonds de manière à contrer les autres...
                  Cela stabilisera à moyen terme la zone Phoenix, mais il faudra vite innover pour pouvoir être concurentiel à l’echelle planétaire...
                  Les chinois ils avancent toujours... surtout avec leur ingénieurs...

                  PS : les fautes on s’en fout, mais c’est pour une meilleure lisibilité... smiley
                   
                  Cordialement

                  Leo Le Sage
                  (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                  • Aldous Aldous 10 septembre 2012 18:28

                    Ha non, léo, je ne dis rien : Je me contente de traduire.


                    Et de plus l’article est paru en 1988. Normal qu’il y ait quelques annonces faites au futur dépassées par la réalité !

                    j’avoue, j’ai utilisé un traducteur en ligne pour dégrossir le taf et j’ai laissé quelques erreurs de traduction comme industriels au lieu d’industrialisés.

                    Je n’adhère pas à la théorie avancée dans cet article pas The Economist et la réalité de la crise de l’Euro me donne raison il me semble.

                    Mais bon avoir raison en 2012 sur une opinion émise en 1988 alors que l’Euro n’existait pas, c’est facile.

                    L’intérêt c’est de comprendre la genèse du mouvement mondialiste.



                  • Leo Le Sage 11 septembre 2012 01:47

                    @AUTEUR/Par Aldous (xxx.xxx.xxx.209) 10 septembre 18:28
                    Vous dites : « Ha non, léo, je ne dis rien : Je me contente de traduire » [...]
                    Je sais que c’est une traduction... smiley
                    Je commente la traduction... Je n’aurais pas dû ?

                    Vous dites : "j’avoue, j’ai utilisé un traducteur en ligne pour dégrossir le taf et j’ai laissé quelques erreurs de traduction comme industriels au lieu d’industrialisés.«  smiley
                    Vous ne relisez pas vos écrits ? Etrange.

                    Vous dites : »L’intérêt c’est de comprendre la genèse du mouvement mondialiste« [...]
                    Le titre à lui tout seul permet de comprendre que vous voulez nous parler du mondialisme.

                    Voyons voir lequel de nous deux sait lire :
                    Vous dites à titre personnel : »Avec un peu de recul, on peut se dire que le Phoenix est déjà en bonne voie, que la capitulation de la souveraineté n’est pas une découverte pour nos hommes politiques puisqu’elle leur avait déjà ét signifiée depuis 1988.« [...]

                    J’ai bien lu »En bonne voie« , donc vous êtes d’accord sur les bases de l’article de 1988 ?
                    J’ai écrit à propos de VOTRE article : »C’est inéluctable ? Je ne pense pas« [...]
                    Vous dites : »Par contre les promesse d’effets positifs sur l’emploi et le commerce de cette capitulation se font toujours attendre." [...]
                    Cette partie je ne l’ai pas commenté car c’est faux en partie.

                    Mais puisque vous tenez à me dire que je n’ai pas compris alors je vous invite à regarder les chiffres dans le monde.
                    Parmi les chiffres, vous le savez bien, l’inflation a baissé un peu partout dans le monde, la pauvreté à reculé, les classes moyennes ont apparu dans des pays qui n’en avaient pas.
                    Par contre pour certaines classes sociales des pays occidentales, il y a eu un déclin pour certains pays...

                    L’article que vous avez traduit parle du monde pas spécifiquement de quelques pays...
                    Et ils savaient eux que l’euro aurait lieu, d’ailleurs tout le monde s’en doutait...

                     
                    Cordialement

                    Leo Le Sage
                    (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès