Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Vers une autre crise économique signée Goldman Sachs

Vers une autre crise économique signée Goldman Sachs

Le secret des Puissances de l’Argent l’est de moins en moins. Beaucoup savent maintenant que les crises économiques mondiales ne sont pas des "tempêtes parfaites" sur lesquelles nous ne pouvons rien, mais plutôt des opérations économiques d’envergure calculées et exécutées par quelques puissantes banques qui vont jusqu’à menacer des États de faillite totale pour arriver à leurs fins. Ces banques privées ultra-puissantes font le genre d’offres qu’on ne peut refuser.
 
La plus connue et la plus controversée d’entre elles est sûrement Goldman Sachs. Le magazine Rolling Stone a publié en juillet dernier un article coup de poing à propos de cette institution financière. Le journaliste Matt Taibbi débute son texte comme suit :
"La première chose que vous devez savoir de Goldman Sachs, c’est qu’elle est partout. La banque d’investissements la plus puissante au monde est une gigantesque pieuvre vampire qui enfonce sans cesse son syphon sanguinaire dans tout ce qui a l’odeur de l’argent."
Cet article du Rolling Stone qui a fait sensation résume ce que bien d’autres ont dit et écrit : certains cerveaux chez Goldman Sachs ont conçu et exécuté toutes les crises financières depuis les années ’20. Elle a de plus toujours utilisé à peu près le même procédé : elle se place d’abord au centre d’une bulle financière en émettant des produits financiers sophistiqués conçus dès le départ pour faillir. Ensuite, elle s’arrange pour que la petite et la moyenne classe (les gens ordinaires et l es PME par exemple) investissent dans ces produits condamnés d’avance avec l’aide complice des dirigeants de plus petites institutions comme la Caisse de dépôt et placements du Québec. Bien sûr, on achète les politiciens nationaux pour que ces derniers ne régulent pas ces nouveaux produits financiers dangereux pour l’économie. Puis c’est encore la "Big banque" qui finit le travail en pètant la bulle elle-même, faisant disparaître du coup un tas de petites banques, un tas de RÉER et consolidant encore une fois davantage son contrôle sur les marchés financiers. Une fois que tout le monde est appauvri et que l’économie est à l’agonie, la Big banque arrive en triomphe, nous offre de sauver l’économie et nous prête à haut taux d’intérêts l’argent qu’elle vient juste de nous siphonner. Et le processus recommence...

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Si on regarde attentivement les médias de masse, on voit bien que ce n’est pas une lente reprise économique qui est devant nous mais une autre crise majeure qui aura comme levier les dettes nationales.

On l’a vu avec Dubai et maintenant avec la Grèce, la dette publique est le prochain prétexte pour faire accepter des politiques draconiennes d’intégration verticale de l’économie au niveau planétaire.

Revenons en novembre 2009, quand la Société générale de France publiait un rapport contenant un scénario alarmiste d’effondrement économique mondiale causé par l’endettement des pays développés. On pouvait lire dans le Figaro sur le sujet que "les récents plans de sauvetage mis en place par les gouvernements mondiaux ont simplement transféré des passifs du secteur privé au secteur public, créant une nouvelle série de problèmes." Le premier problème est la dette publique qui a "pratiquement atteint un point de non-retour", selon le rapport.

Le cas de la Grèce montre bien les mesures draconiennes qui s’annoncent à l’horizon et la mesure la plus grave concernera la souveraineté même des nations développées. Pour pouvoir recevoir l’aide de la zone euro, la Grèce devra se soumettre à la volonté des autres pays membres. Dans un article sur le sujet dans le Wall Street Journal, Patience Wheatcroft écrivait : "Cette crise n’est pas seulement à propos des dettes de pays souverains mais à propos de la souveraineté elle-même".

L’éditorialiste André Pratte de la Presse semble être d’accord avec cette interprétation quand il écrit :
"La semaine dernière, Athènes a dû se prêter à l’exercice humiliant d’ouvrir ses livres aux experts de l’Union européenne qui lui ont fortement suggéré des pistes de solution. La Grèce venait de perdre le contrôle de ses finances publiques, de perdre une partie de sa souveraineté."
Pratte poursuit en disant qu’il faut se dépêcher ici au Québec à se serrer la ceinture et à tout taxer sinon les puissantes banques vont venir nous taper sur les doigts et comme ça on évite que "le Québec se retrouve bientôt, comme la Grèce, le dos au mur." Comme si nous ne l’étions pas déjà.

Sauf qu’avant de mettre le fardeau de la dette sur les épaules des populations, il faut être juste et pointer les véritables responsables de ces dettes surgonflés. Bien sûr, vous avez devinez qui sont les coupables : les cerveaux de Goldman Sachs et autres big banques.

Le 22 février dernier dans un article du Devoir intitulé "La Grèce n’est pas la seule à « maquiller » sa dette", on y apprend de belles choses que nous savions déjà :
"Sous le feu des critiques pour leur responsabilité dans la crise financière, les banques de Wall Street, Goldman Sachs en particulier, sont au coeur d’un nouveau scandale. Cette fois, il ne s’agit plus de subprimes, ces crédits hypothécaires explosifs vendus à des ménages modestes, mais de produits financiers sophistiqués proposés à des États endettés pour enjoliver leurs comptes."

Donc, en plus de créer des bulles financières qu’ils controllent complètement, ces big banques cachent la véritable dette accumulée par les États qui utilisent leurs services ; comme quand on modifie la façon de calculer le taux de chômage pour obtenir le taux qui nous plait à montrer.

L’influence des Goldman Sachs et compagnie n’est plus de l’influence : c’est de la complète domination économique. Obama compte dans son équipe beaucoup de représentants de Goldman Sachs à des postes-clés. Il en était de même pour W. Bush.

Toutefois, nous savons pourquoi cette crise de la dette a été planifiée et exécutée, nous connaissons le calendrier de la gouvernance mondiale que tente d’implanter l’élite oligarchique. Nous savons que l’objectif est de créer une banque mondiale, la bureaucratie ultime d’un éventuel gouvernement mondial.

Il n’y a qu’à lire ce texte paru sur le Monde.fr au titre évocateur : "Dominique Strauss Kahn plaide pour que le Fonds Monétaire devienne la Banque Centrale du monde". Tout y est.

Le FMI est reconnue comme une banque cruelle qui imposent des conditions excessives. Il s’agit d’un prêteur usurier qui bénéficie toutefois de l’absolution complète. Il s’agit d’une institution anti-démocratique qui ne peut pas légitimement faire autorité sur toutes les peuples. Il y a aussi trop de secret qui entoure ce genre d’institutions.

On pouvait d’ailleurs lire dans le Herald Sun qu’une rencontre secrète entre dirigeants des banques centrales du monde avait eu lieu au début février pour discuter des mesures monétaires mondiales à prendre. La réunion était protégée par une sécurité de haut niveau et la presse n’y était pas admise. Allez savoir ce qu’ils ont pris comme décision, de toutes façons il semble que ce ne soit pas de nos affaires.

Pour terminer, selon le Wall Street Journal, Goldman Sachs a dû adopter une nouvelle politique sur le risque financier et pas n’importe laquelle : elle a déterminer que la publicité négative à l’égard de la compagnie est un "facteur de risque" sur les performances de l’entreprise et qu’elle devait la combattre. Ça veut dire tout simplement ceci : on ne peut pas parler en mal de Goldman Sachs, le mieux en fait c’est de ne pas en parler du tout.

Cependant, l’enjeu est trop important, et nous ne devons pas laisser ces pieuvres vampires nous sucer le sang jusqu’à la dernière goutte. La prochaine crise va arriver tôt ou tard, probablement plus tôt que tard, et ce pourrait bien être celle qui sonne le glas pour toutes les nations du monde.

La véritable souveraineté, c’est face à ces big banques que nous la perdons.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (104 votes)




Réagissez à l'article

162 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 13 mars 2010 07:35

    Que les états nationalisent et saisissent les actifs des banques, y compris des plus grosses (TBTF) ; c’est la seule solution pour faire cesser la dictature financière, économique, politique, et sociale mondiale que la mafia financière impose au monde entier.

    Que leurs responsables soient jugés pour leurs méfaits depuis presque 1 siècle, et condamnés à des peines incompressibles de travail d’intérêt général, pour réparer l’ensemble des dégâts commis.

    HALTE A LA DICTATURE MONDIALE DES MAFIAS !
     :->


    • Affreujojo Affreujojo 13 mars 2010 14:41

      Que les états nationalisent et saisissent les actifs des banques, y compris des plus grosses (TBTF) ; c’est la seule solution pour faire cesser la dictature financière, économique, politique, et sociale mondiale que la mafia financière impose au monde entier.
      @Sisyphe
      Oui c’est une piste, mais le problème est de quel états parlons-nous ?
      Ceux dirigés par les complices de ces mafias financières ?
      C’est à nous, soit par le vote démocratique, soit par l’union et la force, de reprendre la main.
      Nous sommes devant un défi tel que l’humanité n’a jamais connu à cette échelle et si nous ne réagissons pas maintenant , avant que ce système ne soit entièrement verrouillé, il ne nous restera qu’à trouver une autre planète pour y vivre encore un libres.


    • Affreujojo Affreujojo 13 mars 2010 14:43

      Erratum : Pour y vivre encore libres.


    • non666 non666 13 mars 2010 19:06

      Je plusse tout le monde sur ce coup la.
      Une seule question sisyphe  : pourquoi envisager la nationalisation, la saisie pure et simple que tu propose est bien plus efficace et justifiée.
      Ils ont mis en danger l’economie , nos vies, notre liberté : qu’ils paient.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 mars 2010 05:15

      @ 666 :


      Quand on veut nous faire croire à un terrorisme mondial qui soit autre chose que la manipulation de quelques imbéciles par le capitalisme pour justifier la répression, on néglige ce trou béant dans la crédibilité du scénario qui si Al-Qaeda existait vraiment, ce groupe prendrait d’autres initiatives que de faire sauter de pauvres Afghan au milieu d’autres pauvres Afghans. Tout ça n’en est que plus immonde. 



      Pierre JC Allard

    • Internaute Internaute 14 mars 2010 09:57

      @JC Allard,

      Vous écrivez « Goldman Sachs au bûcher ? Probablement… mais il a encore des inconnues. Car, quoi qu’ait fait Goldman Sachs, il faut voir en arrière plan la totale connivence de l’État et du capital. »

      Exactement, et cela m’énerve toujours quand on absoud d’office (come le fait cet article) les députés alors qu’ils portent au moins 50% sinon plus de la responsabilité. En ce qui me concerne je leur donne 100% puisque ce sont eux et eux seuls qui fixent les règles du jeu.

      Chacun y compris les banquiers ont le droit de demander la lune à l’état. En dernier ressort c’est quand-même bien lui qui décide de ce qui est permis et interdit.


    • non666 non666 14 mars 2010 10:25

      @JCA
      Tu prèche un convaincu .
      Depuis le Planing Defense Guidance de 1992 , il est evident que « l’hyperpuissance » auto-proclamée refuse d’envisager d’etre désormais a nouveau en concurrence avec une autre entité.

      Mais comme pour etre necessaire aux autres, il lui faut une menace, un arc boutant opposée pour justifier sa « resistance » , l’ennemi invisible , le fantomas islamique est le seule solution que ces lecteurs de romans a 4 sous ont envisagé.
      Ceci dit, il joue leur partition avec talent, conviction et sont entourés de tous leurs suivants « journalistes » , « philosophes » ou « romanqueteurs »....
      Tant qu’ils controlent l’information en usant et abusant des minorités « invisibles » , contre quelques privilèges lachés, tout va bien.
      Internet leur complique reelement la tache.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 mars 2010 16:28

      @ Internaute :


       Le titre ne dit pas tout. Il faut lire l’article en lien. Envoyer Goldman Sachs au bucher n’est que l’UNE de trois (3) alternatives. Quant à la coninivence entre l’État et les spéculateurs, c’est bien ma thèse, mais je ne crois pas que les pauvres députés y soient pour quoi que ce soit au dela de toucher peut etre quelques piecettes de temps et temps. Le législatif n’en mene pas large dans la 5e Republique....

      Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 mars 2010 16:32

      @ 666


       C’est pourquoi je m’inquiete beaucoup de la santé d’internet...


      PJCA



    • Jurassix Jurassix 14 mars 2010 18:11

      Et pourquoi est ce que l’on ne repartirai pas « de zéro » : l’ensemble des pays, des entreprises, des privés se déclarent en cessation de paiement, ce qui fait fermer toutes les banquyes, et l’on créé soit des banques nationales, soit des banques privées « pensées anti-spéculation » ?

      J’y connais rien, que se passerait il en fait ?


    • Defrance Defrance 15 mars 2010 09:07

      En fait l’explication du problème est simple, on ne peut pas imaginer par exemple qu’un couple n’ait que des postes a dépenses sans avoir de rentrée sur son compte ?

       La privatisation crée une situation parallèle , les nations ( en particulier celle qui ont la monnaie unique) on privatisé tour a tour toutes les rentrées : Les banques, les assurances, les sociétés de crédit les transports , les autoroutes, le courrier . Il leur est facile de nous dire maintenant que les postes « a dépense » santé, les restes des transports, les restes de la poste doivent eux aussi être vendus ( au potes du FOUQUETS de préférence) ! Tout cela en réduisant les impots des plus gros contribuables  ? Cette situation est bien sur intenable a termes ? 

       On voit donc ce qui reste a faire aux citoyens ? préparer des cordes de chanvre bien solides en assez grand nombre !


    • Gui Hottine Gui Hottine 16 mars 2010 04:49

      Merci à l’auteur pour publier ce thème.

      Et Sisyphe : vous semblez d’accord avec l’auteur pour incriminer le lobby financier, mais vous êtes malgré tout en faveur d’un parti politique ici en France (comme le montre vos réactions aux régionales ici) ?

      Pour moi c’est un non sens. En effet, tout parti politique confondu, ce sont ces mêmes personnes qui depuis des décennies ont rendu l’oeuvre de Goldman S & co possible :)

      ou bien je me trompe ? ...


    • mokhtar h 13 mars 2010 10:31


      Il faut tout simplement les dénoncer publiquement. Goldman et Sachs n’est pas invisible, elle a des bureaux, des sièges, des employés cadres, des adresses e mail et face book et autyres réseaux Internet,des nr de téléphone, de fax.
      Des centaines de millions d’hommes peuevnt étre informés ou alertés par Internet, sur ces gens-là qui craignent par dessus tout la publicité sur leurs méfaits et rapines. Il ne s’agit pas de se limliter à les dénboncer dans AV, mais d’aller plis loin et amp^lifier la dénopnciation poartout, dans tous lesd réseaux, dans les rues, les marchés, les bureaux de vote, dans les lines hoistiles.
      Ses cadres sont des hommes et femmes qui ont des adresses, qui fréquentent des clubs, ou ont des résidences secondaires dont il n’est pas difficile de trouver les adresses, c’est là ou les opprobres populaires doivent le plus se faire sentir à l’égard de ces gens là. Jusqu’à les faire craquer, pacifiquement.

      Et surtout les dénoncer nominativement, dénoncer également tous ceux qui se compromettent avec eux, les Etats et hommes politiques


      • alibaba alibaba 13 mars 2010 21:37

        « Il faut tout simplement les dénoncer publiquement. Goldman et Sachs n’est pas invisible »

        Vous avez raison Mokhtar, en tout cas ils suivent les préceptes du Talmud à la lettre.

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 mars 2010 05:25

        Dommage, mais le seul espoir du monde, ce sont les 400 000 000 d’armes à feu que la constitution américaine a laissé entre les mains de citoyens américains qui commencent à en avoir marre.


        Voyez ce superbe article bien documenté de François Marginean, mon collègue des « 7 du Québec »... et laissez vos préjugés au vestiaire



        Pierre JC Allard

      • FYI FYI 15 mars 2010 01:37

        @ Pierre JC Allard

        Il semblerait que des rumeurs de destitution de l’escroquerie OBAMA fassent son chemin de manière insistante ! Alors un Nixon black ?


      • Defrance Defrance 15 mars 2010 09:10

        Eh oui , aux armes citoyens !

         Article 35 de la constitution de 1793, dans laquelle nos ancêtres avaient DÉJÀ pensé aux problèmes de corruption !


      • Pyrathome pyralene 13 mars 2010 12:20

        L’économiste Jean-Pierre Chevallier explique pourquoi la situation de la Société Générale est catastrophique.

        - Total des dettes réelles : 1 000 milliards d’euros.

        - Capitaux propres réels : 23,3 milliards d’euros.

        - Ratio d’endettement µ : 42,9. Le total des dettes représente 42,9 fois le montant des capitaux propres.

        - Pourcentage des capitaux propres par rapport aux dettes : 2,3 %.

        http://www.jpchevallier.com/article-les-meccanos-de-la-generale-ont-encore-sevit-45178466.html

        L’économiste Jean-Pierre Chevallier explique pourquoi la situation de BNP Paribas est catastrophique.

        - Total des dettes réelles : 1 987,6 milliards d’euros.

        - Capitaux propres réels : 70,1 milliards d’euros.

        - Ratio d’endettement µ : 28,4. Le total des dettes représente 28,4 fois le montant des capitaux propres.

        - Pourcentage des capitaux propres par rapport aux dettes : 3,5 %.

        http://www.jpchevallier.com/article-bnpas-de-panique-on-coule-45137851.html

        Les banques Société Générale et BNP Paribas sont deux gigantesques bombes à retardement.

        Quand la Société générale et BNP Paribas s’effondreront, les dégâts seront énormes pour l’économie française.

        (Concernant les soi-disant « actifs » des banques européennes, le directeur du FMI a révélé le pot-aux-roses le 24 novembre 2009 : la moitié des soi-disant « actifs » des banques européennes sont en réalité des actifs pourris.

        Les banques communiquent sur leurs soi-disant « actifs », les banques roulent des mécaniques en montrant qu’elles possèdent des milliards d’euros d’« actifs » ... mais la moitié de ces soi-disant « actifs » ont une valeur réelle égale à zéro.

        « Le Figaro : Quel est aujourd’hui le niveau des pertes non reconnues des banques ?

        Dominique Strauss-Kahn : Il reste d’importantes pertes non dévoilées : 50 % sont peut-être encore cachées dans les bilans. La proportion est plus forte en Europe qu’aux États-Unis. Je le redis : l’histoire des crises bancaires, notamment au Japon, démontre qu’il n’y aura pas de croissance vive et saine sans un nettoyage complet du bilan des banques. »

        http://www.lefigaro.fr/conjoncture/.........


        • gorgonzola 13 mars 2010 19:33

          Tu oublie la LCL qui est dans une situation pire encore que la B.N.P ^^


        • Prometheus Jeremy971 13 mars 2010 19:48

          Terrifiant... Ca veut dire que ces banques peuvent aussi bien s’écrouler demain, que dans quelques années....


        • ffi ffi 13 mars 2010 23:36

          Cela permettra de répondre à ceux qui récuse le contrôle de l’émission monétaire par les institutions républicaines au titre des risques abus de planches à billet, qu’avoir 5 ou 6 grandes banques privées qui abusent de la planche à billet (et de tels ratios d’endettement le montre en effet) n’est guère une situation plus enviable.


        • ecocool 14 mars 2010 20:42

          Merci à l’auteur et à Pyralène pour son commentaire, rappelant des chiffres publiés par les deux banques nationales le plus populaires parmi les petits ... et les vendeurs de missiles (ex:angolagate) et du pétrole et des minerais du sang (ex:affaire elf). Quant au Crédit Agricole, il a été interdit en Italie et en Russie car ces états y ont vu se tisser des liens avec la pègre locale. Et puis il y a eu le Crédit Lyonnais avec l’incendie non-élucidé de ses archives.

          Personnellement, j’ai rayé ces quatre là.

          C’est le petit peuple qui sue au travail et rembourse scrupuleusement ses emprunts qui devrait être noté AAA par Moodys - et emprunter à 1%, au lieu des nombreuses banques de voyous, qui elles mériteraient une notation C voire Z (celle du petit peuple) et d’emprunter à 4%, ca les calmerait sans doute dans leur folies de grandeur.

          Dans les notes de l’adjoint du baron de la drogue, Escobar, il était écrit que la France l’un des meilleurs pays pour le blanchiment d’argent sale.

          La meilleure réponse à faire aux banques pourries, c’est d’aller ouvrir un compte dans une banque plus propre, comme la Banque Postale. Et prenez garde : les « banques en ligne » très à la mode sont toujours les filiales de banques classiques, choisissez-les donc avec des critères de moralité également.


        • gorgonzola 15 mars 2010 04:39

          Je pensais comme toi que la Banque Postale était la moins pire. Hélas, trois fois hélas... c’était sans compter sur les 60 millions qu’ils ont perdus avec Lehman Brothers en 2008 et leur publicité "avez-vous pensé à investir sur les marchés financiers ?" reçue la semaine dernière. Bref ! Aucune des banques traditionnelles actuelles n’est clean. Ceci dit j’ai entendu parler du Crédit Coopératif et de la NEF qui sont des organismes financiers solidaires. Comme je l’ai déjà indiqué ici, je suis en train de me renseigner et je refile le tuyau pour ceux qui veulent se renseigner à leur tour...


        • Daniel Roux Daniel Roux 13 mars 2010 14:23

          Les états sont responsables du maintien de l’ordre public.

          Ils doivent prendre acte des dérives des banques qui détournent des produits financiers dérivés prévus à l’origine pour compenser des risques réels, vers une spéculation illégitime.

          Des lois strictes d’encadrement de ses produits financiers doivent être votées et appliquées. Les coupables d’exactions doivent être sanctionnés en fonction de la gravité et des conséquences de leurs actes.

          Tous les « trop gros pour faire faillite » doivent être démantelés car leur capacité de nuisance est tout simplement insupportable pour la collectivité.

          Reste à élire les hommes politiques pour réaliser ces mesures indispensables. Pour l’instant nous n’en avons pas.


          • Affreujojo Affreujojo 13 mars 2010 14:49

            Reste à élire les hommes politiques pour réaliser ces mesures indispensables. Pour l’instant nous n’en avons pas.
            @Daniel
            Très juste ! Et le pire c’est que l’on ne voit personne se pointer à l’horizon...A nous de les découvrir et à leur donner une visibilité.


          • paOptiMiste 13 mars 2010 17:41

            Peut-être que ces hommes qui auront le courage sont vous, moi, votre voisin, mon frère... pourquoi toujours attendre que ça vienne des autres, enfin je veux dire, de ces hommes politiques dont nous ne connaissons QUE l’image.

            Leur éthique, leur vision, leurs projets, nous les découvrons petit à petit et c’est à gerber.
            Alors ? c’est peut être bien de la société civile que les casseurs de banksters viendront.

            Arrêtons d’attendre non ?


          • non666 non666 13 mars 2010 20:04

            Oui, arretons d’attendre, mais il faut trouver le magicien d’oz qui arrivera a faire entendre raison aux Lepenistes comme aux trostskistes, aux gaullistes comme aux chretiens democrates


          • gimo 14 mars 2010 02:41

            roux 

            Reste à élire les hommes politiques pour réaliser ces mesures indispensables. Pour
            l’instant nous n’en avons pas.

            Même si un honnête ’élu) il ne pourrait rien faire pour causse
            simplement quand il rentre dans la cage des requins si il bouge dans le sens inverse
            des autres  ils le dévorent tout cru
            non c’est de changer les lois fondamentales immuables 
            et celui qui ne les respecte pas !!! hop en prison sas discution ’ Bourville)
            PS ; j’aprécie souvent vos commentaires  !!!  merci


          • gimo 14 mars 2010 02:42

            j’apprècie pardon


          • Daniel Roux Daniel Roux 14 mars 2010 09:50

            @ gimo

            Merci de votre encouragement.

            Il est vrai que le pouvoir n’hésite pas à utiliser la police et la justice pour déstabiliser et même neutraliser un adversaire. Souvenons nous par exemple de Michel Noir ou de Bernard Tapis, par exemple, a qui la justice ne s’est réellement intéressée que lorsqu’ils se sont montrés encombrants.

            N’oublions pas Denis Robert , Julien Coupat et ses amis, plus récemment, victimes de l’acharnement du pouvoir et de persécution hors tout contrôle démocratique.

            Certains magistrats ne doivent d’ailleurs leur surprenante carrière éclair qu’à leur dévouement au pouvoir.


          • non666 non666 14 mars 2010 10:38

            Daniel roux dit : « Certains magistrats ne doivent d’ailleurs leur surprenante carrière éclair qu’à leur dévouement au pouvoir. »

            Ach, j’enrage de devoir rendre hommage, deux fois sur le meme fil , à un gauchiste... !
            Mais comme on disait en 1940 , nouveau combat, nouveaux alliés.

            J’espere que daniel Roux n’est pas en train de montrer du doigt les magistrats qui ont rendu des non-lieux dans les affaires de « ballets bleux et de »ballets roses" , il y a 30 ans....
            Ou tout ceux qui ont fait suffisament d’erreurs de procedure pour que l’affaire soit cassée classée et qui ont ensuite été bien remercié (pardon on devrait peut etre dire qu’ils ont eu quand meme la chance de poursuivre leur carriere de courtisan ?).
            J’espere qu’il ne montre pas du doigt le magistrat qui a bien voulu marier Sarkozy et qui a été remercié d’une breloque ?
            J’espere qu’il ne montre pas du doigt les magistrats complaisants qui ont instruit et poursuivi l’affaire Clearstream dans le sens voulu par Sarkozy.

            Ce serait indigne, scandaleux, espece de gauchiste de merde !
            Qui oserait faire ça ?
            Il n’y a vraiment que les gauchistes pour montrer les courtisans du doigt .


          • gimo 14 mars 2010 10:53

            roux 

             oui je suis en accord avec vous
            je pense que le temps des politesses est revolue—(tion)  mon doigit a riper
            que nous  assistons et sommes en quelque sorte dans  l’éxtase et l’agonie
            que seul un sursaut sera salutaire et porteur d’avenir
            SINON NOUS SERONS le mouton  d’ Abraham

            merci  pour vos futures commentaires justes et nobles au sens  (relevé )des choses
            cordialement


          • Daniel Roux Daniel Roux 14 mars 2010 11:03

            @ non666

            Votre soutien n’en a que plus de poids.

            Vous n’êtes pas mal non plus dans votre genre. Vos arguments ne manquent pas de poids et la rudesse de vos écrits n’enlève rien à leur justesse (le plus souvent).

            En réalité, je ne suis pas gauchiste mais républicain (liberté-égalité-fraternité), sous tendance anarchiste (ni dieu, ni maître), sous sous tendance communiste (services publics pour tout ce qui est besoins primaires, eau, énergies et réseaux stratégiques), sous sous sous tendance anti populiste (tirage au sort des représentants du peuple) sous sous......

            Bon, j’arrête de vous bassiner car je dois aller voter et participer à la grande claque style « Casse toi pov’con » a qui vous savez.


          • non666 non666 14 mars 2010 13:57

            Bien daniel.

            Nos trajectoires sont differentes, et effectivement, nous nous lisons tous desormais.
            La grande leçon de la guerre contre le NWO , c’est que finalement, a force d’en abuser, ils ont finit par detruire le grand argumentaire de la diabolisation qui leur permettaient de nous diviser en expliquant , à chacun d’entre nous, que le diable, c’etait l’autre.

            Nous avons tous au moins appris a nous respecter, a nous ecouter en refusant le tabou qu’ils nous imposaient.
            Et ça, ce n’est pas rien.
            Nous sommes desormais a peu pret tous d’accord pour un retour a une democratie véritable, au sens strict, sans delegation de nos pouvoirs souverains a des institutions mercenaires apatrides.
            Et ben, on ne peut pas dire que le progres soit mince, finalement.

            Bon vote Camarade (de la tranchée d’a coté...) puisqu’on tire dans la meme direction.





          • Defrance Defrance 15 mars 2010 09:20

            @ Roux

             Vous avez parfaitement raison . Mais En parlant des trop gros qui doivent être démantelés, je garde en mémoire le cas de EDF GDF qui a été démantelé « sur ordre de Bruxelles » parce que trop gros . Dix a quinze ans plus tard, les presque même ont trouvé qu’ils étaient trop petit face a la concurrence et on les a marié a Electrabel pour l’un , a Suez pour l’autre .. Y comprenez vos quelque chose ?


          • oj 13 mars 2010 15:18

            apres des mois de consultation des blogs et forums, :

            Des milliers d’avis désolés, catastrophés, scandalisés, consternés...etc..

            Aucune action politique d’envergure.

            Aucune action citoyenne d’envergure.

            Quelques actions ponctuelles de citoyens isolés : enquêtes d’un journaliste sur Clearstream, recupération de quelques fichiers d’évasion fiscale par un garçon interessé.. par l’argent , tout cela sur 64 millions d’habitants.

            Les déviances de nos sociétés sont inquiétantes, injustes, cyniques, nihilistes, destructrices mais les réactions des citoyens sont inexistantes pour changer cela.

            Nous sommes à un point de l’histoire des Nations ou seule un boulversement venant de la rue fera effectivement changer les choses pour reprendre en main notre destin.

            En France on est des malins, on choisi un gouvernement de droite et des regions de gauche et l’équilibre est fait... et rien ne se passe, la machine destructrice continue.

            Meme pas un groupe de saboteurs qui s’attaquerait aux centres informatiques des banques d’affaires... nada.

             


            • Raymond SAMUEL paconform 13 mars 2010 17:47

              Oui, OJ,

              On croit encore que la surproduction et la surconsommation sont des situations normales. On attend aussi la « sortie de crise ».

              La mesure aussi évidente et urgente qui est l’établissement d’un cordon sanitaire pour nous isoler de la finance n’est apparemment pas envisagée.
              Le statut de salarié est toujours considéré comme normal.
              La réduction de la production et de la consommation au niveau du possible (sans fausse monnaie notamment) n’est pas prévue.
              Et on continue à élire des politiques qui sont précisément chargés de faire fonctionner le système existant.


            • rastapopulo rastapopulo 13 mars 2010 18:20

              http://bretagne.solidariteetprogres.org/?page_id=459

              Voilà pour ceux qui combattent la dictature de la finance dans l’Histoire et qui présente une liste en Bretagne.

              Quand au délire sur-consommations/sous-consommation, ce sont des concept pour nous diviser. Un écolo formaté actuellement ne réussira pas à faire plier la City puisqu’il en adopte l’idéologie anglosaxonne mondialiste (malthusianisme, anti-nucléaire, anti-progrès,...) qui le rend inoffensif.

              La pollution avérée ne se combat pas après que l’industrie vecteur de progrès technologique est détruite. 


            • sisyphe sisyphe 14 mars 2010 05:12

              @ oj

              Meme pas un groupe de saboteurs qui s’attaquerait aux centres informatiques des banques d’affaires... nada.

              Entièrement d’accord avec ça !

              On a bien trouvé un hacker pour dévoiler les courriels du GIEC, mais pour ce qui est s’attaquer aux banques, personne....

              Pétard, ça ne doit pas être impossible de les attaquer, pour leur pourrir la situation, non ?  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès