• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Cendres et réacteurs

Cendres et réacteurs

A froid, j’imaginais que la cendre abraserait les pales des réacteurs légèrement plus vite que d’habitude dans un nuage volcanique peu dense, pas de quoi fermer tout l’espace aérien européen.

Et puis j’ai lu quelque par que des F/A-18 de l’armée finlandaise avaient été très abimés la semaine passée. Une petite recherche mène à ces infos en anglais illustrée par la photo* ci-dessus : Cendre volcanique islandaise fondue dans un réacteur finlandais

La cendre ne fait pas qu’user les pales de la turbine, elle peut y fondre dans le réacteur et s’y re-solidifier ! Sur ce forum, quelqu’un qui a l’air de s’y connaitre explique :

La cendre est en fait constituée en bonne partie de silice. Cette silice fond dans la chambre de combustion des moteurs, ce qui en fait du verre fondu, et ce liquide pâteux va gommer les injecteurs de fuel, les bougies d’allumage et, surtout, les orifices de refroidissement des aubes de turbine à haute pression, celles situées juste en aval de la chambre de combustion et qui peuvent alors fondre carrément, et elle finit par s’agglutiner sur les pales des aubes de tous les étages de turbine du moteur et réduit grandement leur efficacité (un peu comme le givrage d’une aile).

La turbine perdant de son efficacité, la puissance du moteur diminue. Le réflexe du pilote est alors d’augmenter la puissance, ce qui ne fait qu’accélérer le processus en faisant fondre davantage de cendre. Après suffisamment d’accumulation, la puissance que peut fournir la turbine devient inférieure à la force requise pour faire tourner le compresseur, qui stalle alors avec un gros boum, et le moteur s’arrête complètement.

Il y a aussi les dangers d’abrasion de la cendre. Cette abrasion peut rendre les surfaces des aubes rugueuses et leur faire perdre leur efficacité également, et pas seulement la turbine mais le compresseur également. Et il y a déjà eu un avion dont le pare-brise était devenu opaque suite à cette abrasion et l’équipage a dû sortir la tête par la fenêtre pour atterrir.

Le pare-brise dont il est question est probablement celui du vol KLM 867 d’Amsterdam vers le Japon via Anchorage, qui s’est retrouvé dans le nuage du volcan Redoubt en Alaska en 1989 :

 

Pare-brise "givré" par des cendres volcaniques. (Photo : René Servranckx, Environnement Canada.)

La réparation de ce Boeing 747, y compris le remplacement de ses 4 moteurs, a coûté plus de 80 millions de $ …

En 1982, un autre Boeing 747, celui du vol BA 9 de Londres vers Auckland a vu ses 4 moteurs s’arrêter en traversant le nuage du Gallungung, au dessus de Java. L’avion a plané pendant 12 minutes avant de pouvoir relancer les moteurs et atterrir de justesse à Jakarta. L’incident est relaté dans un épisode « Falling from the sky » de l’excellente série « Mayday » disponible sur YouTube

Selon cet article de Libé :

Au cours des vingt dernières années, 80 cas d’avions pris dans des nuages de particules volcaniques ont été recensés : les cendres ont failli entraîner la perte de deux Boeing 747, avec près de 500 personnes à leur bord, et ont endommagé vingt autres appareils, avec des coûts de réparation atteignant des centaines de millions de dollars, selon des experts.

Il y a donc un risque réel, du moins quand le nuage est « assez » dense. Je me pose encore deux questions :

  1. à partir de quelle densité un nuage de cendres est-il dangereux pour les jets ?
  2. pourquoi est-il moins risqué de traverser les nuages de poussière du Sahara qui colorent régulièrement la neige des Alpes ?

Note * : à cette occasion, j’ai appris un nouveau mot : « boroscope« 


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Ronuick 20 avril 2010 13:25

    Pour ce qui est des sables, je pense qu’il s’agit de taille. En effet un grain de sable est beaucoup plus gros qu’une poussière de silice émise par un volcan, et donc moins rapidement fondu par la chaleur des réacteurs.
    Si un spécialiste peut infirmer ou confirmer cette version...


    • ozopingu 21 avril 2010 12:38

      Je suis loin d’être un spécialiste, mais bon...

      Les vents de sable contiennent des particules allant jusqu’à 0,05 mm de diamètre (http://www.fao.org/docrep/T0492F/t0492f03.htm). Il va de soit que les particules plus petites volent également avec le vent (le sable étant issu de la désagrégation de roches, il n’y a aucune raison pour que cette désagrégation s’arrête à un certain diamètre de grain). 

      La composition du nuage de cendres est donnée comme étant de la silice ce qui recouvre 8 formes différentes (http://sili.cium.free.fr/eusilice.htm). « Le quartz, et ses nombreuses variétés, est de très loin l’espèce la plus importante ». Et c’est bien de quartz dont est essentiellement constitué le sable. A priori, il semble bien que l’on parle de la même chose. Mais il faudrait connaître plus précisément de quel type de silice le nuage de cendre est composé. Quelqu’un a l’info ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 20 avril 2010 15:38

      Question 2

      Réponse, le sable du Sahara ne monte pas jusqu’à 10000 mètres, là où vole l’avion de ligne


      • alphapolaris alphapolaris 20 avril 2010 16:31

        Justement, aux informations on apprend que ce nuage s’élève à une altitude de 4000m à 6000m. J’ai même été très surpris d’entendre à la radio que c’était « là où volent les avions ». J’avoue ne plus comprendre. Pour moi, l’altitude de croisière d’un avion est autour de 11 000m...

        Autre chose que je ne comprends pas : en quoi ces couloirs aérien définis arbitrairement sont-ils plus sûrs pour l’aviation ? Ne seraient-ils pas plutôt un prétexte pour rouvrir l’air de rien un espace aérien fermé un peu vite sur des données tout autant arbitraires ? 

        Couloirs aérien dont les parois me paraissent très perméables d’ailleurs http://www.radarvirtuel.com/. Cette carte est fabriquée par écoute passive et consolidation des messages automatiques de position (ADS-B) des avions par des internautes bénévoles (les points verts).

        J’en profite pour glisser un petit mot à Dr Goulu : j’adore votre site et vos articles ! Continuez smiley


      • morice morice 20 avril 2010 18:51

        pour la dernière fois : pour monter au dessus et redescendre après, il va devoir le TRAVERSER DEUX FOIS... c’est difficile à comprendre, Mr Dugué ?


      • Gasty Gasty 20 avril 2010 19:07

        Attention Dugué ! ATTENTION ! Je ne le redirais pas.......


      • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:31

        Exact Bernard Dugné, la particularité des émissions du volcan islandais est la présence d’un glacier au-dessus de la chambre magmatique.

        L’eau est instantanément portée à une température proche de 1100 °C de telle sorte que les fines particules de silice montent brutalement jusqu’à environ 8 Km d’altitude altitude proche de l’altitude où volent les avions commerciaux.

        La aérosols de silice fondent ensuite dans la chambre de combustion des réacteurs entrainant leur arrêt donc leur chute.


      • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:32

        Un nuage de particules à 10 micromètres est invisible.

        Elémentaire.


      • Tematahoanui Tematahoanui 21 avril 2010 12:02

        Suite à l’éruption du volcan Eyjafjöll, la fermeture de l’espace aérien dans la zone orientale de l’OTAN a été décidée sur la base de recommandations infondées de l’organisme britannique de surveillance. Celles-ci ont été immédiatement rejetées par la Russie, mais appliquées par les Etats de l’OTAN à leur seule aviation civile, tandis que l’Alliance faisait voler ses chasseurs bombardiers, pourtant théoriquement plus vulnérables. Les vérifications ont été retardées par les autorités, malgré l’impatience des compagnies aériennes. En définitive, la gestion de cette catastrophe naturelle a été délibérément catastrophiste.

        http://www.voltairenet.org/article165055.html


      • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:34

        Les chasseurs bombardiers ne volent pas à la même altitude que les avions commerciaux.

        Elémentaire !


      • patroc 20 avril 2010 17:22

        Mais où est donc passée l’énorme boule de feu (météorite ?) qui est passée au dessus des EU, d’ouest en est, direction sud-ouest nord-est, mercredi soir vers 22h ?.. Désintégrée ?..Depuis, le ciel de l’est canada et du nord de l’europe est « fermé » !!.. Imagination paranoiaque de ma part ?.. Coincidence ?.. Dailymotion, météore usa : Impressionnant !!!..


        • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:35

          Des services publiques qui marchaient en France ?

          jamais vu.


        • morice morice 20 avril 2010 20:37


          Le GIEC institution internationale et sa courbe carbone capilo-tractée sur ordinateur


          désolé mais elle est bonne !

          Maintenant cet organisme international qui interdit le survol d’un continent gràce à l’aide de son modèle numérique...

          IL A RAISON.

          • Cogno2 21 avril 2010 11:38

            Ca va Francky ?
            pête un coup, ça va te détendre...


          • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:39

            Ce qui est caractéristique des émissions du petit volcan islandais c’est la présence d’un glacier au dessus de la chambre magnatique.

            L’eau du glacier ayant été portée vers 1100 °C les fines particules sub microniques de silice ont été projetées à une altitude d’environ 8 Km, altitude où volent les avions commerciaux.

            Rien à voir avec les tempêtes de sable d’origine Sahara ou d’autres volcans sud américain.


          • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:40

            Il n’a rien compris où il ne lit rien ?


          • khayyam 1er khayyam 1er 21 avril 2010 01:33

            J’ai besoin de quelques expert en géopolitique, histoires mais aussi en sciences physiques, sismologie, volcanologie pour faire une théorie selon quoi les américains auraient lancée une guerre mondiale afin d’imposer le soi disant État construit en secret à Copenhague avec la même machine (HAARP) qu’ils ont utilisé pour haiti. Parce que avec tout ces catastrophes naturels (haiti, bresil, chine et maintenant l’Europe) et la probable capacité militaire américaine à pouvoir déclencher ces types de catastrophes. Je me demande meme si les européens et la chine ne sont pas en train de négocier une capitulation en secret afin de ne pas provoquer ce qu’on peut imaginer comme résistance.
            Il nous faut du Meyssan, sinon on s’ennuie.


            • Pierrot Pierrot 23 avril 2010 15:42

              Encore un fantasme d’un analphabête !

              Revoir vos cours de sciences du lycée.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 avril 2010 06:03

              Je demande une minute de silence. UN (1) volcan, si les avions ne revolent pas bientôt, aura vite causé plus de mal à l’économie que tous les banksters depuis le début de cette crise. Maman Nature peut nous mettre sans effort une baffe qui ramène au niveau de l’insignifiance toutes nos discussions de méchants garnements... 


              Si je croyais en Dieu, je dirais qu’On vient de nous ramener à la réalité. Pas la virtuelle, pas l’argent pour rire, pas les chicanes de clans... la réalité de la fragilité de toutes nos ambitions humaines. Si on avait un peu de bon sens, on comprendrait qu’il faut s’entraider...



              Pierre JC Allard



              • JL JL 21 avril 2010 22:50

                « UN (1) volcan, si les avions ne revolent pas bientôt, aura vite causé plus de mal à l’économie que tous les banksters depuis le début de cette crise. » (JPCA)

                Dans quel monde vivons-nous, si le simple fait de ne pas gaspiller des ressources naturelles se traduit par une perte ? Dans quel monde vivons-nous si la pensée main stream ne s’en étonne pas ?

                Mystère ou stupéfaction !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès