Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Climat : changer de logiciel après Durban

Climat : changer de logiciel après Durban

Pour lutter contre le changement climatique, l’Europe doit s’appuyer sur les villes, qui produisent 80% des émissions mondiales et probablement bien plus dans un continent au réseau urbain très dense, pour faire émerger des solutions globales et rompre enfin avec des politiques de simple affichage ou trop ponctuelles pour être efficaces face à un phénomène global. 

Le modèle européen de lutte contre le changement climatique a vécu. Conçu de façon autocentrée, alors que l’Europe ne contribue plus qu’à 15% des émissions de gaz à effet de serre, ce modèle, fait de solutions individuelles, disparates, et coûteuses connait un trop faible rendement pour être transposable aux pays en développement. La seule facture du coût d’adaptation des pays du sud a été évaluée à plus de 100 milliards de dollars par an lors du sommet de Cancun. Mais l’Europe n’est plus en mesure d’assumer sa part de cet engagement.

Pour sauver le protocole de Kyoto et freiner dès 2020 un réchauffement qui s’est encore accentué en 2010, il est nécessaire de réunir au moins trois conditions :

  •  Promouvoir des solutions compatibles avec un contexte de crise économique majeur, des solutions qui n’accroissent pas les dettes publiques et ne puisent pas dans les dernières économies des particuliers. Des solutions systématiquement autofinancées.
  •   Privilégier des solutions collectives, des solutions qui permettent de faire des économies d’échelle en optimisant les ressources communes. Alors que la population mondiale continue à augmenter très rapidement et le niveau de vie moyen encore plus vite, il n’est pas concevable de miser principalement sur un moindre coût carbone de chaque fait et geste individuel pour baisser les émissions actuelles.
  •   Dédiaboliser les régulations dans le domaine environnemental car il n’existe pas de solution durablesans intégration progressive des coûts environnementaux au coût de production. La confusion ne peut plus être entretenue entre respect de l’économie de marché et externalisation systématique des atteintes à l’écosystème.

Or, que propose l’Europe dans sa stratégie de lutte contre le changement climatique ? Améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments, réduire les émissions de C0² des voitureset des camions, stocker le carbone en sous sol. Essentiellement, des mesures coûteuses pour les bâtiments neufs, des mesures individuelles pour les transports, des mesures d’évitement par le stockage des émissions. La stratégie de l’autruche ne fonde pas une grande ambition, encore moins une alternative à proposer à nos partenaires. Au mieux, ces mesures sont susceptibles de freiner la croissance des émissions mais nullement d’amorcer un changement de modèle. Comme à l’accoutumée, le prochain cycle de croissance en effacera tous les bénéfices, comme à l’accoutumée. D’où le sempiternel débat sur la dette carbone initiale de l’Europe, sur sa légitimité morale à exiger des efforts aux autres, sur le droit des pays émergents à polluer à leur tour.

Face à la crise climatique, l’Europe pourrait proposer des réponses globales en se confrontant enfin à des approches spatiales, en s’appuyant sur la géographie urbaine. En effet, les émissions ne sont pas réparties sur le territoire de façon homogène. Au niveau mondial, les gaz à effet de serre sont à 80% d’origine urbaine. Alors que les villes comptent la moitié de la population mondiale, elles consomment 75% de l’énergie et produisent l’essentiel des émanations. La proportion est probablement encore supérieure en Europe, continent le plus fortement urbanisé.

D’apparence, ce constat peut surprendre, tant la vocation des villes a toujours été a contrario la mise en commun des ressources, la création de services communs, l’organisation de la vie en collectivité. Mais l’individualisation progressive des modes de vie, la déterritorialisation des entreprises, le délitement de toute réelle planification en ont fait des lieux de congestion, de pollution et de déséconomies d’échelle, au point que les métropoles sont désormais d’autant plus productrices d’émissions par habitant qu’elles sont peuplées[1]. Mais leur formidable potentiel de développement durable demeure intact, potentiel qui ne demande qu’à être activé, à moindre coût et sans contraintes majeures pour les modes de vie. L’Europe est la mieux placée pour promouvoir cette mutation vers des villes décarbonées, car riche d’un réseau millénaire de villes moyennes, bien reliées entre elles et à la culture commune façonnée par plus de mille ans d’échanges commerciaux.

Les villes européennes sont à même de réduire de 60% les émissions du Continent d’ici à 2050, même en prenant en compte des hypothèses de croissance économique restaurée[2]. La densité des villes offre en effet des opportunités sans égales dans au moins trois champs essentiels : énergie, transports, développement.

Ø Autonomie énergétiquedes quartiers : autant la construction en masse de bâtiments à énergie décarbonée sera aussi coûteuse que de longue haleine (renouvellement de 1% du parc par an), autant l’autonomie énergétique à l’échelle de quartiers est un objectif réaliste en une génération. Le doublement du chauffage urbain, injustement contingenté aux seuls quartiers sensibles, particulièrement en France, est à lui seul à même de réduire de 10% l’ensemble des émissions européennes. Il ne s’agit pas de produire d’immenses réseaux tels ceux dont étaient dotées de nombreuses villes d’Europe de l’est mais de promouvoir de micro réseaux de quartiers alimentés par de petites chaufferies, réseaux parfois reliés entre eux tels des rhizomes et complétés par des mini éoliennes, de vastes panneaux solaires sur les grands équipements, de la géothermie là où elle est facile à développer, et des campagnes de soutien technique et financier à l’isolation extérieure des bâtiments existants avec les économies énergétiques réalisées sur les équipements publics[3]

Ø Transports urbains  : pourquoi tenter vainement de concurrencer la voiture et ses centaines de milliers de kilomètres de voiries urbaines avec quelques kilomètres de tramways et de métro aussi coûteux que longs et complexes à réaliser ? Il existe une solution simple et rapide à mettre en œuvre à l’échelle des grandes agglomérations urbaines : le partage de la voirie entre automobile et bus, avec priorité aux bus aux carrefours. Les bus ne sont pas encore les bienvenus sur la voirie, confrontés à de multiples restrictions. Mais imaginons que les pouvoirs publics leur affectent systématiquement la deuxième file sur toutes les voies rapides urbaines qui en sont dotéeset aménagent des contournements des points noirs.Le réseau serait multiplié par cent, le cadencement serait assuré et l’usage des transports en commun exploserait. Une fois confrontés à des bus rapides sur l’essentiel du réseau urbain et périurbain, les automobilistes ne supporteraient plus les embouteillages habituels.

Le fret ferré, clairement abandonné par les pouvoirs publics et les grands groupes prescripteurs, peut être relancé avec le soutien de l’Europe pour la création d’un grand axe ferré européen, financé par une taxe environnementale aux frontières de l’Union. Les Régions, qui ont en France parfois tenté de suppléer les défaillances de l’Etat en ce domaine, organiseraient le maillage interne et des pôles de fret d’agglomération à l’aide de la future taxe poids lourds. L’impact en serait déterminant, face à la croissance exponentielle du fret routier, déjà responsable de près de 10% des émissions. 

 Ø Croissance verte  : sans un nouveau modèle de croissance, chaque augmentation du PIB impactera les gaz à effet de serre dans la même proportion. S’y ajoutera l’impact de la croissance démographique[4] et de l’élévation du niveau de vie, phénomènes non limités aux pays émergents. Le tassement rapide de la pollution après la crise financière de 2008 nous en apporte une nouvelle confirmation, en l’attente d’un prochain cycle de croissance économique. Sans mutation économique, tout le bénéfice d’une politique carbone volontariste sera balayé. Or les villes bénéficient de toutes les potentialités pour être au cœur d’un modèle de croissance basé sur l’innovation, les échanges aux échelles territoriales, les flux d’information, la valorisation de ressources locales et l’optimisation spatiale de toutes les synergies utiles entre entreprises, services et population. Mais ces potentialités ne s’exprimeront à plein que si la mise en réseau de villes moyennes recyclées, régulées et adaptées en continu, succède au mythe métropolitain du toujours plus grand qui conduit à l’accumulation désordonnée et à l’étalement périurbain incontrôlé. Une nouvelle politique d’aménagement du territoire en est la condition, une politique rompant avec la tentation des Trente glorieuses d’une conquête de tout l’espace disponible. Une politique basée a contrario sur le ménagement territorial et les complémentarités à toutes les échelles, pour une croissance décarbonée. Une nouvelle modernité, non plus de l’hyper consommation mais de l’économie des moyens, basée sur la valorisation locale des biens de consommation dans le cadre d’une économie circulaire et sur l’intégration concurrentielle du coût carbone dans le coût global des produits importés. Et de véritables régulations de l’usage de l’espace qui confrontent toute implantation d’activité aux logiques d’optimisation de l’espace, de proximité des acheteurs, fournisseurs et salariés.

 

 A ces conditions, l’objectif d’un facteur 4, soit une division par 4 des gaz à effet de serre avant 2050, revendiqué par l’Europe depuis plusieurs années mais sans changement majeur des politiques européennes de développement et de régulations, peut aboutir. Et les villes participer à juste proportion à la baisse des émanations.

Word - 148.5 ko
facteurs baisse GES

Nous avons intégré dans ce schéma l’hypothèse d’une croissance économique moyenne de 1,5% par an et d’une évolution parallèle des GES que devrait compenser la croissance verte.

 

 

Alain CLUZET

Docteur en Aménagement

DGS de Collectivité locale

Vient de paraître : « Le climat sauvé par les villes ?  » L’Harmattan 2012



[1] La comparaison des niveaux de GES dans les agglomérations européennes a permis d’observer qu’au-delà de un million d’habitants, le rendement décroissant en termes d’émissions est le plus fréquent.

[2] Y compris en considérant une hypothèse de croissance moyenne de 1,5% par an, croissance susceptible de produire une croissance des gaz à effet de serre dans les mêmes proportions. La corrélation est manifeste ces deux dernières années entre la crise économique et la baisse des émanations, au même titre que la baisse enregistrée des déchets industriels.

[3]De nombreuses villes ont commencé à agir directement sur le champ énergétique : Stockholm, Copenhague, Odense, Mannheim, Lausanne, Bourges, Besançon…

[4] La population mondiale (7 milliards de personnes en 2011), devrait augmenter d'un milliard de personnes en 2023 et en 2041, pour dépasser le seuil des dix milliards en 2081, contrairement aux prévisions souvent avancées d’une stabilisation à 9 milliards de personnes, selon l’ONU (rapport du Département des affaires économiques et sociales, 03/05/2011)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 6 mars 2012 17:01

    Une solution collective : mettre les villes sous cloche !
    Avec :
    — des sas d’entrée et de sorties.
    — une sortie d’air contrôlée avec récupération de carbone.
    — le recyclage de ce carbone en énergie de chauffage et de production d’électricité.
    — récupération des eaux usées pour en utiliser la biomasse.

    On commence quand ?


    • jef88 jef88 7 mars 2012 12:22

      M proposition n’attire pas les foules. Même l’auteur ne la relève pas !

      Personne ne connaît l’humour écologique.


    • joletaxi 7 mars 2012 14:20

      bah oui, la saga CO2 touche à sa fin, et c’est très bien ainsi.

      Ne restent plus que les « prophètes », les martiens,et la foule de gens qui profitent de cette manne,et qui paniquent car ils pressentent la fin des pompes à subvention.Cette dernière est d’ailleurs la plus acharnée et virulente, et on le comprend.


    • chria chria 9 mars 2012 11:06

      Le roi est mort, vive le roi !


    • AF_Sobocinski 6 mars 2012 18:27

      Réflexion intéressante, mais j’émettrai plusieurs critiques.
      1. Concernant les bâtiments, je pense que vous négligez l’importance de la rénovation . En effet, l’autonomie énergétique des quartiers ne sert à rien si la consommation énergétique ne baisse pas : un vaste plan de rénovation est donc obligatoire.
      2. Concernant le fret ferrovaire, il doit effectivement être développé. Mais une très large partie du commerce est intra-européen : votre taxe devient bien moins intéressante. Il serait plus judicieux de taxer l’ensemble du transport routier via une taxe prélevée au-delà d’une certaine distance parcourue par la route (pour un container, non le camion). Cela permettrai de basculer le fret routier sur le rail, le fluvial.

      Sinon, que pensez-vous du scénario Négawatt ?


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 mars 2012 14:38

        @l’auteur,

        depuis le verre d’eau à l’ORTF en 1974 de René Dumont, l’écologie a tout de même fait des progrès. Suivant ce sujet de puis cette date je ne epux que me féliciter de la prise en compte de ces quetsions par le spartis politiques.
        Mais le chemin qui reste à parcourir est encore long, mais je suis optimiste, dans trente ans on rira du discours écologiste des années 2010 !
        http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


        • dom y loulou dom y loulou 7 mars 2012 14:50

          "Pour lutter contre le changement climatique, l’Europe et le monde doivent s’appuyer sur les ... obolix


          vous êtes sourd, aveugle ou manchot ?

          • le libère-terre le libère-terre 8 mars 2012 00:25

            Oui !

            le plus gros problème des villes c’est leur organisation (trafic, autonomie, gestions et construction des bâtiments...) en soi elles disposent de tout ce qui possible pour faire avancer l’écologie mais elles n’ont pas étés conçues pour cela. le plus dur est de changer les villes quand c’est en effet une clé essentielle.

            le modèle énergétique écolo impose la décentralisation énergétique. la ville en cité autonome écologiquement parlant. Les villes sont un tas de bâtiments sans cohésion et c’est l’erreur car il y manque une précieuse synergie que seules elles peuvent obtenir. le problème se matérialise souvent entre les villes : c’est là qu’apparait aussi les défauts en symptômes avec leur relation avec la campagne.

            Les villes font des ghettos (cité dortoirs, etc) quand il faut les arranger verticalement et faire participer les habitations à la vie en collectivité. C’est là que l’écologie rime avec économie .... d’énergie, et donc efficacité.

            Il reste le point clé : le travail et l’organisation sociale qui doit être dans l’organisation de la société moderne. La ville ne fait que refléter une conception économique qui n’est pas la bonne actuellement quand il faut rapprocher les acteurs qui doivent se parler et coopérer et non s’ignorer sur des trottoirs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès