Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fukushima n’est pas Tchernobyl

Fukushima n’est pas Tchernobyl

Le réacteur n°3 de Fukushima qui vient d'être secoué par une explosion fonctionne au MOX. C'est là une différence majeure avec Tchernobyl qui utilisait des combustibles nucléaires traditionnels.

Les officiels japonais nous expliquent que le risque à Fukushima n'est en rien comparable à celui de Tchernobyl.

C'est sans doute vrai mais pas forcément dans le sens que l'on pense.

Et il y a même deux raisons qui poussent à penser que le scénario en cours à Fukushima est malheureusement potentiellement plus grave pour les populations environnantes que ne le fut Tchernobyl.

En effet le réacteur n° 3 de Fukushima est un réacteur utilisant un combustible nucléaire spécial appelé MOX.

MOX est l'acronyme de mélange d'oxydes car ce combustible est composé d'oxydes d'uranium et de plutonium, issu de déchets nucléaires recyclés.

Il est fabriqué dans des centrales spécialisées dans la "Surgénération" de combustibles traditionnels (Uranium et Plutonium) usagés provenant d'autres centrales.

En France les centrales de la Hague et de Marcoule fabriquent du MOX.

Sur les 58 réacteurs français, 20 réacteurs nucléaires d'EDF utilisent ce combustible

Mais revenons au Japon.

Il faut savoir que le MOX est un combustible plus réactif que les combustibles standards. Cela rend la maitrise du réacteur plus délicate et qui pourrait laisser penser que les deux explosions de Fukushima ne sont pas de même nature.

Celle du réacteur n°1 de Fukushima (à combustible traditionnel) est très vraisemblablement due à de l'hydrogène comme le disent les autorités. Le flash blanc et la vapeur blanche qu'on voit sur la video sont typiques de la combustion de l'hydrogène.

Le parement du batiment est soufflé dans tous les sens sans orientation particulière ce qui indique que l'explosion a bien concerné des gaz contenu par le haut du batiment. le reste du batiment a gardé ses murs.

De plus une fois la poussière dispersée rien ne fume plus.

Tout cela confirme la thése avancée par les autorités japonaise : L'hydrogène s'est accumulé dans le haut du batiment, hors du reacteur et s'est mélangé à l'air, mélange explosif qui détone à la moindre étincelle.

La détonation souffle les murs et le toit mais pas les poutrelles : le souffle est réparti et n'affecte que les surfaces larges.

L'explosion du réacteur 3 est différente.

Le flash est rouge et l'explosion orientée ver le haut.

On voit très nettement des élèments solides enormes projetées verticalement à une altitude beaucoup plus haute que les cheminées et retomber sur la centrale.

Le Flash est rouge entouré de fumées noires ce qui ne colle pas avec la combustion de l'Hydrogène.

Tout cela ressemble plutôt à une cocotte minute qui vient de perdre son couvercle à cause de la pression. La thèse la plus probable c'est que l'enceinte de confinement (en forme de bouteille) qui entoure le réacteur a cédé.

Il est cependant possible que le réacteur soit encore indemne mais il est improbable que ses équipements de contrôle soient encore indemnes après un tel choc.

La difficulté à refroidir le combustible (ce fameux MOX) ne fait donc que croitre.

Si le MOX ne fuit pas déjà du réacteur, il n'est plus correctement refroidi et finira par fondre et percer le fond de sa cuve.

Il coulera au fond de l'enceinte de confinement dont le couvercle n'est plus là pour empêcher l'expusion de particules dans l'air.

A cette contamination de l'air s'ajoute la possibilité que le MOX perce le fond de l'enceinte de confinement (syndrome de Three Miles Island) et aille contaminer la mer ou la nappe phréatique.

Or le principal défaut du MOX c'est qu'il est extrêmement toxique, bien plus que les autres combustibles nucléaires. Même de très faibles doses sont dangereuses : Une seule particule inhalée peut provoquer un cancer du poumon.

Fukushima n'est donc effectivement pas comparable à Tchernobyl.

Mais malheureusement pas à son avantage...


Fukushima : explosion du réacteur N°1, (12 mars 2011) par AgoraVoxFrance 

 


Fukushima : explosion du réacteur N°3, (le 14 mars 2011) par AgoraVoxFrance 

Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

192 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 15 mars 2011 10:17

    hélas, hélas...Telle est la réalité...
    C’est un cauchemar dont on n’a pas saisi toute l’ampleur dès le début et qui , à présent, nous attend tous les matins ,au réveil, dans l’angoisse...


    • JL JL 15 mars 2011 11:01

      Bonjour Romios,

      vous êtes bien rare ! votre article fait froid dans le dos.

      Il fallait une sacrée dose de folie pour construire des centrales nucléaires aussi dangereuses en zone sismique et vulnérable aux tsunamis et potentiels !

      C’est le moment de rappeler ce mot de Shakespeare : « C’est le malheur du temps que les fous guident les aveugles. » Cela est encore plus vrai quand la technologie est si dangereuse.


      Il aurait paraît-il dit aussi : « [...] c’est un plaisir de faire sauter l’ingénieur avec son propre pétard. ». Mais là, je ne suis pas sûr d’être d’accord avec lui : je le ferais volontiers, mais sans plaisir. 


      • JL JL 15 mars 2011 18:35

        En fait, je dois dire que les ingénieurs, comme les journalistes, comme les ministres, ça ferme sa gueule ou ça démissionn ; ou c’est viré, ou ça n’a pas de promos ! 

        « Sérieusement, vous croyez vraiment que Peugeot produit des voitures, Michelin des pneumatiques et Aventis des médicaments ? Bien sûr que non ! Ils produisent des profits. » (Jean-Pierre Berlan)

        C’est ça le productivisme ! Il faut en finir avec cette folie ultralibérale.



      • tinga 15 mars 2011 11:22

        Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, du plutonium va être dispersé dans l’environnement, il va falloir ajouter le niveau 8, nous avons réussi à faire mieux que Tchernobyl.


        • wesson wesson 15 mars 2011 11:45

          bonjour tinga,

          « Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, du plutonium va être dispersé dans l’environnement »

          pour la première fois,comme vous y allez, La bombe sur Nagasaki contenait presque 7 Kg de plutonium hautement enrichi, la bombe qui avait également servi pour le 1er essai (gadget) en contenait aussi. Par la suite, on estime à 10 tonnes de plutonium militaire qui ont été éparpillés lors des différents essais de bombes à l’air libre. Bref, du plutonium radioactif dans l’air, ce n’est hélas absolument pas une première pour l’histoire de l’humanité.

          Et concernant l’article de l’auteur, en plus de dire des choses fausses, il est surtout inutilement alarmiste.


        • tinga 15 mars 2011 13:11

          C’est vrai que le plutonium hélas a été utilisé maintes fois dans les innombrables essais militaires ainsi que dans le test grandeur nature effectué par les américains sur les japonais, il s’agit ici d’une situation nouvelle, chaque accident est différent, il est trop tôt pour affirmer quoi que ce ce soit de définitif, pour Tchernobyl, le cover up est encore de mise, le nucléaire est certes performant mais pas maîtrisé et trop dangereux.

          J’ai pensé que votre article hier était du second degré, vous ayant perçu souvent comme « anti VO », je vois dans cette affaire des tentatives de dissimulation, il est probable que dans les premiers instants de la catastrophe, les propriétaires des centrales ont pensé au matériel avant l’humain, et dans ce type d’accident, les premières minutes sont souvent décisives.
          D’accord avec vous sur le fait que tout le monde va écrire beaucoup de conneries sur le sujet, moi le premier.

        • yvanstanislas 15 mars 2011 13:19

          Mr WESSON , 

          allez faire votre propagande dans votre article et laisse les gens qui pensent différemment s’exprimer sans etre obligés de supporter vos commentaires condescendants.
          Surtout , comme vous le dites en préembule dans votre article :
          « que vous ne connaissez pas trés bien le sujet et que vous vous appuyez sur des recherches du W.E ».

          A moins que vous nous ayez menti et que vous connaissiez parfaitement le sujet......

           Vous nous faites prendre des véssies pour des lanternes ?

          ET ALORS LA VOUS ETES UN SACRET ..........MANIPULATEUR !!!

        • JL JL 15 mars 2011 13:23

          +1 Yvanstanislas.

          Je crois comme vous que Wesson devrait s’en tenir à répondre aux questions qui lui sont posées sous son article.


        • wesson wesson 15 mars 2011 13:37

          Bonjour JL,

          « Je crois comme vous que Wesson devrait s’en tenir à répondre aux questions qui lui sont posées sous son article. »

          Lorsque Tinga dit qu’il n’y a jamais eu de plutonium dispersé dans l’environnement, c’est une erreur, et le fait que ce soit moi qui le mentionne ne le transforme pas en vérité.

          Et lorsque l’auteur de cet article nous raconte que le fait qu’il y ait du MOX dans le réacteur 3 va rayer la vie humaine sur terre si celui ci en venait à fuir, non seulement c’est faux, mais en plus je me demande quel intérêt il y a à faire passer ce genre d’information.

          Attiser inutilement une panique nucléaire serait aussi imbécile que de nier l’extrême gravité des évènements qui sont en train de se passer. Et me conseiller de ne pas le dire là ou il est cohérent de le dire n’est pas franchement à votre honneur.


        • slipenfer 15 mars 2011 13:45

          wesson
          Notre reporter en direct du japon

          on ne dit pas le plutonium
          mais les plutonium 238,239,240,241 (le pire c’est le 238)

          On estime qu’une quantité de l’ordre d’une dizaine de milligrammes provoque le décès d’une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium

          LE MASQUE A C’EST MIEUX

          Toxicocinétique
          Le plutonium est un émetteur de rayonnement alpha, type de rayonnement facilement arrêté par les parois fines, y compris par la peau. Cependant, s’il est inhalé ou ingéré, il irradie directement les cellules des organes qui sont en contact avec lui (ou qu’il a pénétré). Il peut alors affecter leur noyau et l’ADN et provoquer des cancers. Son activité interne est d’autant plus dangereuse qu’une part importante du plutonium absorbé par l’organisme s’y fixe durablement ; sa demi-vie biologique est estimée être de 200 ans.
          En cas d’ingestion par un individu sain, seul environ 0,05 % est absorbé par le tube digestif.
          Le plutonium franchit mal la barrière cutanée (si la peau est en bon état).
          Par contre, une part importante du plutonium inhalé passe des poumons au sang qui le diffuse
           vers d’autres organes, plus ou moins vite et bien selon la taille des particules, et selon
           la nature et la solubilité du composé. Chez l’animal de laboratoire exposé à des taux élevés
           de plutonium, les tissus cibles ont été les poumons, les ganglions lymphatiques, le foie et
          les os (avec réduction de la durée de vie, cancers et pathologie pulmonaires).

          On estime que chez l’Homme, 10 % du plutonium qui a franchi la barrière intestinale
          ou pulmonaire quitte le corps (via l’urine, et les excréments). Le reste après passage
          dans le sang se fixe pour moitié dans le foie et pour moitié dans le squelette,
           où il demeure très longtemps et pour partie à vie (Le DOE américain estime que
          la demi-vie dans l’organe est respectivement de 20 et 50 ans pour le foie et l’os,
           selon des modèles simplifiés ne tenant pas compte de redistributions intermédiaires
           (en cas de fracture et/ou de ménopause (cf. décalcification) et lors du recyclage normal
          de l’os, etc). Le DOE précise que le taux accumulé dans le foie et le squelette dépend
          aussi de l’âge de l’individu (l’absorption dans le foie augmente avec l’âge), et qu’en fait,
          le plutonium se fixe d’abord sur la surface corticale et trabéculaire des os avant d’être
           lentement redistribué dans tout le volume minéral osseux.


        • Aldous Romios 15 mars 2011 16:26

          Un réacteur du type de ceux de Fukushima est charge de plusieurs centaines de tonne de combustible.

          C’est des dizaines de fois plus qu’à Tchernobyl.

          Les 7Kg des quelques 1000 bombes nucléaires testées dans les années 1950-70 donnent un total qui monte à peine à 7 tonnes.

          Ici on a a faire à 800 tonnes de cmbustible pour le seul réacteur n° 2... celui qui qui fuit « officiellement ».


        • wesson wesson 15 mars 2011 17:30

          « Un réacteur du type de ceux de Fukushima est charge de plusieurs centaines de tonne de combustible. »

          75 tonnes pour la 1ère tranche, et 140 pour les autres, plus récents et plus puissants.

          « C’est des dizaines de fois plus qu’à Tchernobyl. »

          Le réacteur RMBK de Tchernobyl contenait 190 tonnes de combustible, donc plus que n’importe laquelle des tranches de l’usine de Fukushima.

          « Les 7Kg des quelques 1000 bombes nucléaires testées dans les années 1950-70 donnent un total qui monte à peine à 7 tonnes. »

          7 Kg de plutonium, c’était ce qu’il y avait dans la 1ère bombe « fat man », dont la puissance détonatrice était de 20 Kilotonnes. Ne pensez-vous pas que les bombes qui ont suivi et qui ont fait jusqu’à une centaine de mégatonnes ne contenait pas un peu plus de plutonium ? L’estimation de 10 tonnes de Pu-239 pur vaporisé de la sorte dans l’atmosphère est une estimation très à minima !

          Autre chose : le MOX contient entre 7% de Pu, lui-même à 60-65% de Pu-239 . Si l’on considère que la totalité du MOX dans cette centrale (140 tonnes et pas 800) se retrouve dans l’atmosphère, cela fera un peu moins de 6 tonnes de Pu-239. en pratique, même si il y a et il y aura des rejets atmosphériques de plutonium, cela sera largement moins que ce chiffre là.


        • papi 15 mars 2011 17:46

          @wesson

          Je vous signale à toutes fins utiles que la catastrophe est classée 6 sur 7, d’autres part les premiers cas d’irradiations sont en cours de traitement ; .. vous ne regardez pas les infos ??
          l’auteur de cet article est lui bien plus en phase avec la réalité que le votre , qui s’est avéré
          faux par la suite, s’il vous plait , ne vous enfoncez pas !! si vous voulez rester un tout petit peu crédible , car vos critiques vont à contrario des déclarations des VRAIS SPECIALISTES sur les chaines d’information ;


        • papi 15 mars 2011 18:02

          @ wesson

           Je n’arrive pas à comprendre comment les autorités japonaises n’ont pas encore fait appel à vous !! Avec un pareil étalage de savoir , vous pouvez préparer vos bagages , on va bientôt vous appeler pour aller sauver le japon..


        • JL JL 15 mars 2011 18:47

          Wesson,

          rares sont ceux ici, qui quand ils ont tort ne recourent pas aux sophismes et aux déformations de propos. Vous n’y échappez pas en écrivant : « ... me conseiller de ne pas le dire là ou il est cohérent de le dire n’est pas franchement à votre honneur. »

          Vous ai-je conseillé de ne pas dire ceci ou cela ?

          Ce que vous devriez comprendre, et ce serait à votre honneur, c’est que la vérité peut être établie sans vous ; et ce n’est pas en étant sur la brèche partout où le lobby nucléaire est mis en difficulté que vous allez réussir à nous convaincre de votre bonne foi.

          Désolé !

           smiley


        • JL JL 15 mars 2011 19:00

          Et si vous voulez tant établir la vérité Wesson, faites le donc sous votre article, en répondant à la place de krolik que j’ai traité d’obscurantiste sous son post scélérat. Vous m’obligeriez !


        • wesson wesson 15 mars 2011 19:05

          @Jl,

          « Vous ai-je conseillé de ne pas dire ceci ou cela ? »

          oui. Je vous grasse :

          « Je crois comme vous que Wesson devrait s’en tenir à répondre aux questions qui lui sont posées sous son article. »

          ce que j’ai compris comme « fermez là ici et allez raconter vos conneries ailleurs. »

          Là aussi j’ai mal interprété ?


        • wesson wesson 15 mars 2011 19:19

          bonjour papi,

          « des VRAIS SPECIALISTES sur les chaines d’information »

          lesquels ? Ceux qui ont vu des armes de destruction massives en Irak, ceux qui ont dit que la grippe A ferait des millions de mort ?


        • Redrogers 15 mars 2011 19:19

          « Et lorsque l’auteur de cet article nous raconte que le fait qu’il y ait du MOX dans le réacteur 3 va rayer la vie humaine sur terre si celui ci en venait à fuir, ... » (Wesson)


          Il faudrait que j’aille voir un ophtalmo ou que je retourne au CP car je n’arrive toujours pas à voir où cela est dit dans l’article... 



        • JL JL 15 mars 2011 19:22

          Wesson,

          vous avez dit : « Lorsque Tinga dit qu’il n’y a jamais eu de plutonium dispersé dans l’environnement, c’est une erreur »

          Cela c’est votre avis ! Et donc vous vous posez sous cet article comme celui qui détient la vérité ! Et c’est cela qui est contesté, vu que de votre coté vous êtes accusé de faire de la propagande pro-nucléaire, et dans les grandes largeurs avec votre propre article. N’en rajoutez pas, svp !

          J’attends toujours votre réponse ou celle de krolik !

           smiley


        • JL JL 15 mars 2011 19:23

          + 1 à Redrogers !


        • JL JL 15 mars 2011 19:26

          Il est dit ce soir que cette catastrophe est pire que Three Miles Island. Seuls les Japonais persistent encore à nier.


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mars 2011 22:26

          Je vais prendre la défense de Wesson.

          Bon, pour commencer, c’est vrai qu’il s’est planté en intitulant son article d’hier « Pourquoi je ne suis pas inquiet pour les réacteurs nucléaires ». Après coup son flair le place quelque part entre Brice Hortefeux, qui déclarait qu’il n’y avait « pas de panique liée à la neige » alors que le pays était sous les congères, et l’ex-ambassadeur de France en Tunisie, qui fut l’auteur d’un télégramme diplomatique historique annonçant que « le pays était tenu » à l’instant même où Ben Ali fuyait en avion. Admettons.

          Pour autant son article publié lundi... a été rédigé dimanche, soit au moment où la situation était encore jugée « tenable » par les autorités de sûreté nucléaire. De mon coté je n’y croyais pas un seul instant mais j’ai voté « pour » en modération, question d’alimenter le débat. Autre pièce à ajouter à la défense, le papier de Wesson a été édité en « Tribune Libre » et non pas dans les rubriques « Nucléaire », « Science » ou « Que sais-je ». C’est d’importance puisque Wessy nous fait uniquement part de son avis, en l’étayant avec les informations techniques disponibles à cet instant, sans jamais prétendre détenir ou asséner la vérité vraie.

          Les faits ont prouvé le contraire mais il a fait son job. Il s’est engagé, il a pris la plume (ou le clavier), il s’est creusé les méninges et a été publié.

          J’ajoute pour info que je partage les critiques adressées à ces menteurs et manipulateurs du lobby pro-nucléaire. Mais, SVP, lâchons un peu notre bon Wesson et saluons plutôt sa prise de risque.

          (Et allez l’OM. Fais chier 1-0)


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mars 2011 22:26

          Merde, 2-0.

           smiley


        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 mars 2011 22:29

          2-1

          Yes !


        • JL JL 15 mars 2011 22:30

          Errare humanum est, perseverare diabolicum !


        • wesson wesson 15 mars 2011 23:49

          @Jl,

          « J’attends toujours votre réponse ou celle de krolik ! »

          Celle de Krolik, ça le regarde, en ce qui me concerne, je vous avait déjà répondu sauf à votre dernière question que je n’avais pas vu (400 réactions pas vraiment toutes sympathiques, j’en ai hélas zappé quelques unes).

          Alors votre question :

          "M’expliqueriez-vous pourquoi vous êtes si pessimiste en ce qui concerne les éventuelles conséquences d’une crise économique et si optimiste vis-à-vis de celles de la catastrophe - classée d’ores et déjà niveau 7 ?"

          pour la crise économique, j’ai répondu en prenant pour exemple celle de 1870 et de 1929, qui ont toutes deux débouchés sur 2 guerres mondiales - mon pessimisme à ce niveau peut se discuter, mais il n’est pas totalement irrationnel, il ne me semble pas que le nikkei soit en grande forme ces derniers jours.
          Concernant l’optimisme vis à vis de la catastrophe, il était de mise au moment ou j’ai écrit l’article (dimanche), et effectivement il n’a plus lieu d’être : La centrale n’a pas résisté au séisme + tsunami, et il va y avoir une pollution nucléaire sérieuse. Au demeurant, on pourra réellement parler de l’échelle de cette catastrophe que lorsque elle se sera terminée.

          Le gouvernement Japonais ne communique absolument pas sur les isotopes qui s’échappent et cette question est centrale pour savoir quel sera l’impact sur l’environnement. Si c’est de l’azote en quelques minutes il ne restera plus aucune radioactivité, si c’est du xénon dans 15 jours il aura disparu, de l’iode dans 1 mois, par contre si c’est du césium il y en a pour 30 ans. Ce n’est que lorsque tout se sera échappé, et que l’on en connaitra les quantités que l’on pourra évaluer la situation au niveau de la pollution.

          En attendant, toute discussion qui se veut un peu technique voire vulgarisatrice tourne au débat passionnel et les insultes ne sont jamais loin. Ce que j’ai essayé et essaie encore de faire, c’est de ne pas laisser dire ou écrire n’importe quoi dans le but assez incompréhensible d’ajouter une panique à une situation déjà assez critique comme cela.


        • papi 15 mars 2011 23:54

          @wesson

          C’est bien ce que je pense, lorsque vous n’êtes plus en capacité de répondre, vous tombez minablement dans des amalgames réducteurs sans queue ni tête ..


        • JL JL 16 mars 2011 08:40

          Wesson,

          comme papi, je vous dirai que l’évocation d’une crise économique qui pourrait survenir c’est une pitoyable tentative de détourner l’attention, un mélange des genres comme l’a dit papi ci-dessus.

          Pour ce qui concerne krolik : ne vous étonnez pas, si vous hurlez avec les loups, que l’on vous prenne pour l’un d’entre eux. Plus futé peut-être mais aussi alors, plus pernicieux. Je ne comprends pas bien vos motivations : éviter la panique ? Voyons, un peu de sérieux et de modestie, SVP.

          Pour résumer ma position actuelle : ce ne sont pas les écologistes qui sont « indécents » en l’occurence, mais bien le lobby nucléaire. Indécent il l’a toujours été, et aujourd’hui plus que jamais, au moment où la gestion des centrales est privatisées cependant que l’on continue à leur sujet à se cacher derrière le secret défense.

          La première chose à faire, comme le demande NDA, c’est de nationaliser à 100% le secteur nucléaire.


        • Aldous Romios 16 mars 2011 09:06

          Les bombes de plusieurs centaines de mégatonnes testées dans atmosphère étaient des bombes H et ne contenaient que peu de plutonium/uranium utilisé comme déclencheur.

          Les quantités de MOX chargées dans les réacteurs de Fukushima sont publiées sur le site de l’AIEA.


        • krolik krolik 16 mars 2011 10:37

          Je ne vois pas trop une question qui pourrait m’être adressée.. ?!
          Dans cette article il y en a qui vont sur des terrains qu’ils ne connaissent pas.
          Le réacteur de Tchernobyl avait un enrichissement vers 1,8%, mais c’était pour avoir un taux de combustion « faible » très favorable à la production de de plutonium 239.. Si le taux de combustion (en anglais burnup) est supérieur le plutonium 239 produit récupère des neutrons et passe en 240-241 qui eux sont « mauvais » pour l’application « fission ».
          Mais pour avoir une meilleure production de plutonium militaire, dans la périphérie du réacteur on met des barres de combustible à haut enrichissement , vers 20% d’enrichissement. mais en principe ce genre d’information « militaire » est classifiée.
          Et lors des expertises des débris post-tchernobyl par experts, qu’elle n’a pas été leur surprise de trouver des morceaux avec justement un enrichissement de 20%, alors toutes les suppositions bizarres ont été sorties.. pour rien.
          Mais le coup du « hautement enrichi » dans un réacteur avec un combustible à uranium naturel, cela s’est fait dans d’autres pays..
          Donc dans ces conditions vouloir faire un bilan sur la présence de plutonium dans les combustibles c’est idiot car il vous manque de nombreuses informations.

          maintenant il ne faudrait pas oublier que le plutonium et bien c’est « naturel » sur terre.
          En effet les rayons cosmiques bombardent la Terre avec des énergies énormes. Et dans la terre il y a de l’uranium naturel qui est transmuté en plutonium, et cela se produit dans le champ d’action possible des rayons cosmique, c’est à dire sur environ 1 mètre d’épaisseur. Donc dans le moindre pot de fleur sur votre fenêtre vous avez environ 15 becquerels de plutonium 239. ce qui au total va conduite à un inventaire d’environ 9 tonnes sur le territoire français continental.. ce qui n’est pas rien.

          Maintenant qu’en est-il de la radiotoxicité de ce fichu plutonium qui a l’air de flanquer une frousse diabolique à beaucoup de personnes.
          Comme il a été rappelé plus haut, le plutonium oxydé ne s’assimile pas, il est évacué par les « voies naturelles » directement. Et sa dangerosité vient de l’inhalation l’affaire est claire. Sauf que le plutonium contrairement au plomb par exemple n’a pas tendance à se mettre en aérosol.. A tchernobyl les liquidateurs arrivant sur le site remarquaient ce « gout de plomb » dans la bouche..
          Mais pour en revenir à une toxicité relative du 239Pu, il faut rappeler que l’uranium présent dans la terre décroît, et dans la chaîne de décroissance il y a un gaz le radon, gaz très lourd. Si l’uranium naturel est à moins de 50cm de la surface et que la terre n’est pas densifiée/étanche, et bien du radon var sortir de terre. Le radon décroît rapidement et un solide tombe , se dépose au sol, c’est le polonium 210. Et le polonium 210 on en trouve au moins 5000 Bq/m2, et deux fois plus en Bretagne par exemple.
          Cette valeur est à comparer au 15Bq dans le volume d’un pot de fleur..
          Et le polonium 210 est tout de même quatre fois plus radiotoxique que le plutonium 239. Litvinenko en est mort à Londres et ce poison avait été choisi comme étant le plus efficace.
          Donc sur la dangerosité du plutonium il faudrait se calmer un peu, il y a pire.
          Lors des bombardements sur le Japon, les rendements des bombes ont été en fait très faible et les métaux lourds se sont déposés..
          Il n’empêche que les villes ont été reconstruites très rapidement sans décontamination particulière.
          Les Japonais connaissent...
          En 1980 lorsqu’il a été décidé de construire une usine de retraitement à Tokaï-Mura, et pour emporter l’adhésion des Japonais qui avaient le réflexe anti-plutonium, la société d’ingéniérie PNC passait une pub à la télé où l’on voyait un gars boire un verre contenant 10 fois la dose sensée être mortelle de plutonium, le tout sous contrôle d’un huissier. mais c’était une pub de « mauvais goût ».. dans tous les sens du terme. mais le type ne craignait rien.

          je n’ai pas suivi jusqu’au bout la discussion sur l’article de Wesson, donc je viens d’aller jeter un oeil et voir la suite qui a été donnée à mon « message scélérat » suivant JL. je ne vois pas du tout en quoi ce message est scélérat. Il rappelle simplement que la limite de dose « artificielle » de 1 millisievert par an ne correspond à rien du tout de sérieux, c’est un chiffre qui a été balancé comme ça, bas, histoire de faire plaisir mais il n’a aucune justification scientifique.
          Et à Ramsar en Iran, en moyenne on reçoit 400millia sievert par an, mais ça c’est seulement en moyenne mais on a pu mesurer des coins où cela cognait deux fois plus fort.
          Mais il faut faire une grande différence entre les doses que l’on reçoit à faible débit pratiquement constant et les mêmes doses reçues rapidement.. C’est la différence entre : !
          - je bois ma bouteille d’un litre de vodka, cul sec.. et j’en meurs..
          - je sirote la même bouteille sur un an et cela n’a aucun effet, même pas verbalisable par les pandores.
          Mais la RLSS (relation linéaire sans seuil) ne rentre pas dans ce « détail » au grand bonheur des antinous.
          Mais JL devrait suivre quelques cours de radioprotection ça lui éviterait de raconter trop de bêtises.
          Idem l’auteur de l’article pourrait prend des cours sur la neutronique des réacteurs avant de se lancer dans un tel article.
          @+


        • krolik krolik 16 mars 2011 10:44

          L’énergie nucléaire est « diabolique » !!
          Les séismes et tsunami sont des « actes de Dieu ».
          En l’occurence Dieu a fait beaucoup plus fort que le diable, il suffit de compter les morts et les blessés.
          Et pendant ce temps là il y a eu quelques accidents dans des mines de charbon chinoises..
          Et au moins une zaines de types sont morts, ils avaient de la famille, un gosse, et ils bossaient dur..
          Mais déjà onj peut dire que quel que soit l’issue, « par le haut » ou par le bas de la sortie de crise, l’énergie nucléaire restera bien moins consommatrice de vies et de blessés au térawattheure produit.
          Il n’y a pas photo..
          Voir les statistiques depuis 60 ans par type d’énergie, charbon, gaz, pétrole, hydraulique, et que ce soit en France ou dans le monde..
          @+


        • JL JL 16 mars 2011 11:16

          krolik,


          vous pêtes un falsificateur professionnel, et je le démontre ci-dessous.

          vous dites que je devrais suivre des cours de radioprotection ? Que je dis des bêtises ?

          Vous écrivez ici : « il faut faire une grande différence entre les doses que l’on reçoit à faible débit pratiquement constant et les mêmes doses reçues rapidement.. C’est la différence entre : ! - je bois ma bouteille d’un litre de vodka, cul sec.. et j’en meurs.. »

          C’est précisément la question que je vous ai posé, et qu’en hypocrite vous retournez à votre profit : c’est vous qui avez confondu énergie et puissance en amalgamant les 400 mSV reçus en un an quelque part en Iran par de pauvres diables avec les les 400 mSV reçus par les héroïques employés de la centrale qui essaient d’empêcher l’explosion.

          La preuve :

          J’ai écrit le 15 mars à 8:28 : «  »Selon l’AIEA, jusqu’à 400 mSV ont été mesurés sur place. Concrètement, cela signifie qu’un homme qui resterait à cet endroit recevrait en une heure 400 fois la dose annuelle admise pour le public« 

          Et vous avez répondu à 10:50 : » à Ramsar en Iran, sur les bords de la Caspienne, les gens se prennent annuellement 400millisievert sans broncher..On a eu récupéré des types en France qui s’était pris d’un seul coup 6000 millisievert "

          krolik, vous êtes un menteur, et un falsificateur. Un sale révisionniste ! Et je l’ai démontré ici. Il y a des mots dans la langue populaire désigner les gens comme vous !


        • wesson wesson 16 mars 2011 11:21

          Bonjour JL,

          "Pour résumer ma position actuelle : ce ne sont pas les écologistes qui sont « indécents » en l’occurence, mais bien le lobby nucléaire.« 

          Je n’ai pour ma part à aucun moment évoqué une indécence des écologistes. Les questions qui sont soulevés sont parfaitement justifié. Je n’ai pas non plus donné un blanc seing à l’industrie nucléaire, qui comme toute industrie polluante est automatiquement porté à minimiser les risques. Mon article consistait à fournir une explication technique qui reste valable malgré la prospective erronée. Par la suite c’est des points techniques que j’ai souhaité corriger. Par exemple libre à vous de penser que Tinga a raison lorsqu’il écrit que jamais il n’y a eu de plutonium répandu dans l’atmosphère, mais lorsque je dit que c’est faux j’en explique la raison qui est je crois assez facilement vérifiable par des sources indépendantes.

          Dans le cas présent, en dehors de la cruelle expérience de m’être trompé en étant trop optimiste, tout ce que je me borne à dire est que on doit attendre que la catastrophe se termine pour que l’on puisse réellement en évaluer l’impact, et et en tirer les conclusions appropriés, non pas sur le coup de l’émotion comme dans le débat actuel.

           »La première chose à faire, comme le demande NDA, c’est de nationaliser à 100% le secteur nucléaire. "

          Voilà une chose sur laquelle je suis parfaitement d’accord. J’irai même plus loin, le nucléaire aux sociétés privés, c’est même une des raisons principales qui fondent mon opposition. Mais là encore, c’est un débat que je suis prêt à tenir dès lors que les choses se seront refroidies, au propre comme au figuré.

          Bien entendu, je n’ai pas la prétention d’empêcher les gens qui ont envie de paniquer de le faire, mais au moins qu’il le fasse à partir d’information qui soient un minimum exactes.


        • JL JL 16 mars 2011 11:22

          Précision utile pour ceux qui ne le savent pas : le Sievert est une unité d’énergie qui indique l’énergie rayonnante pondérée par la nature du rayonnement reçue en une heure.

          Pour un bateau quand on dit qu’il consomme 6 litres, cela signifie 6 litres par heure !

          Une puisssance est la dérivée d’une énergie, comme la vitesse est la dérivée de la distance !

          krolik amalgame les deux au gré de sa fantaisie.


        • JL JL 16 mars 2011 11:24

          Bonjour Wesson,

          j’apprécie votre réponse et le sang froid dont vous avez fait preuve au cours de ces échanges.

          Cordialement.


        • krolik krolik 16 mars 2011 11:49

          @JL,

          Mais je ne falsifie rien du tout.
          prendre 400millisievert en une heure c’est important.*
          Mais de dire que l’on se prend 400 fois la dose légale annuelle, c’est vrai mais c’est idiot car la limite de 1 millisievert par an ne correspond à rien du tout, c’est purement formel.
          Un critère objectif : si vous prenez 1000 millisievert en un seul coup vous entrez en observation à l’hôpital.
          Le problème c’est que la RLSS ne fait pas la différence sur les débits de dose, que ce soit en une heure ou en un an pour eux (la CIRP) c’est la même chose..
          D’une façon général lorsque l’on vous dit : le débit de dose est de 400 fois la radioactivité naturelle, vous pouvez penser qu’il y a une arnaque dans le raisonnement, car le débit de dose naturel est en génral (sauf à Ramsar et en quelques coins du monde y compris en Bretagne) est très faible. Donc multiplier quelque chose de très proche de zéron par un nombre fini ça correspond au final à pas grand’chose..
          Il n’y a que les valeur absolues du débit de dose qui sont à prendre en compte. les comparaisons aux débits naturels c’est pipo.


        • JL JL 16 mars 2011 12:00

          krolik,

          hé bien, quand vous voulez, vous pouvez dire les choses clairement ! Mais on aimerait que vous n’essayiez pas de tromper les gens, ce qui est la marque de vos posts en général comme je l’ai démontré ci-dessus. Mal dire les choses quand on se pose en « autorité », ça donne un sacré boulot aux citoyens honnêtes ! Mais c’est vous qui voyez.

           smiley


        • krolik krolik 16 mars 2011 12:04

          @JL,

          Vous écrivez « Précision utile pour ceux qui ne le savent pas : le Sievert est une unité d’énergie qui indique l’énergie rayonnante pondérée par la nature du rayonnement reçue en une heure.

          Pour un bateau quand on dit qu’il consomme 6 litres, cela signifie 6 litres par heure ! »
          Le sievert est un dégaty sur l’homme, en fait il vient de la pondération de l’énergie absorbée par les tissus. cette énergie s’exprime en grays, qui sont des joules par kilogramme de matière.
          Le gray est une unité qui a un sens sur n’importe quel objet vivant ou uinerte, que ce soit sur l’homme, sur des semences, des carottes, des crêms de beauté.
          Maintenant ramené sur l« homme les grays donnent des sieverts qui sont des dégats.
          le sievert est une unité qui n’a de sens que sur l’homme, pas sur les carottes, les crêmes de beauté.
          Un gray appliqué uniformament sur un individu entier correspondra à un sievert si l’application de cette énergie se fait avec des gammas de cobalt 60.
          Après cela il faut tenir compte d’un tas de coefficient de pondération, organe par organe, par type de rayonnement (la production de sievert peut être multipliée par 50 si l’énergie appliquée provient d’alpha et pas de gamma de 60Co).
          Il y a bien pondération suivant la nature du rayonnement.
          Mais ce n’est pas en une heure... c’est un dégat en lui même intégré dans le temps, c’est assimilé pratiquement à une énergie (en fait ce sont les grays) et pas à une puissance.

          Exemple vous avalez des becqurels de césium 137, ce césium va décroitre dans le temps, et vous allez le pisser.. Mais au total intégré sur le temps vous aurez pris un nombre de sieverts calculable.
          je vous signale que tout les coefficients permettant de faire la conversion de becquerels en sievert (plutôt en millisievert) sont donnés dans les tables de la »bible« de la radioprotection, c’est à dire la directive européenne publiée au JO de lUE le 29 juin 1996.
          114 pages d’une lecture asses passionnant.
          je vous mets ce texte .pdf de 114 pages à charger ici :http://dl.free.fr/pn1Azdtca et on n’a jamis vu aucun écolo antinuc requérir contre cette directive européenne qui représente la somme de travil de milliers de scientifiques dans le monde pendant 60 ans.
          Alors peut-être qu’ils sont tous »falsificateurs".. ???
          @+

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès