• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ils ont signé le Pacte écologique de Nicolas Hulot

Ils ont signé le Pacte écologique de Nicolas Hulot

Saluons comme il se doit ces hommes et femmes politiques français, candidats à l’élection présidentielle en 2007, qui se sont engagés et ont signé le Pacte écologique proposé par Nicolas Hulot :

Francois Bayrou.jpg
François Bayrou
UDF

Marie-George Buffet
Marie-George Buffet
PCF

Nicolas Dupont-Aignan
Nicolas Dupont-Aignan
Debout la République

Jean-Marc Governatori
Jean-Marc Governatori
La France en action

Corinne Lepage
Corinne Lepage
Cap 21

Rachid Nekkaz
Rachid Nekkaz
Club des élus Allez France

Bon, eh bien, c’est très encourageant, tout ça. On n’attend plus que Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy...

Pour en savoir plus :
1. Les candidats s’engagent (Le Pacte écologique de Nicolas Hulot)
1. Le Pacte écologique de Nicolas Hulot (Gaïa)

Crédit photos : les sites des candidats


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (121 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Depi Depi 30 novembre 2006 13:26

    Je suis content pour eux.


    • (---.---.99.187) 3 décembre 2006 13:11

      Tous ça, c’est de l’intox. Les promesses électorales ne veulent rien dire.

      Et qui va payer la « facture écologique » ? Tout porte à craindre que ce ne soit qu’un nouveau racket aux dépens du pouvoir d’achat des travailleurs des pays industrialisés. Les riches polluent et les pauvres payent.

      Qui a parlé du rôle de la propriété privée des entreprises et des logements dans l’actuelle anarchie et l’actuel super-gâchis des transports urbains ? C’est pourtant évident qu’on n’aurait pas besoin d’éffectuer ces longs déplacements entre le logement et le travail si le peuple était propriétaire des moyens de production et des lieux d’habitation, si la stabilité d’emploi était garantie...

      Et qu’on ne vienne pas me dire que ce serait le goulag ! Le goulag, c’est ce que nous prépare cette fausse « démocratie ».


    • Voltaire Voltaire 30 novembre 2006 13:34

      On en attendait pas moins de Mme Lepage bien sûr, qui partage largement la vision de Mr Hulot.

      La prise de conscience environnementale de François Bayrou est plus récente, mais s’est fortement affirmée depuis un an au point qu’il a inclu dans son projet des propositions courageuses qui ne caressent pas l’électeur dans le sens du poil.

      Celles de Mr Dupont Aignan et de Mme Buffet me paraissent plus électoralistes, mais je peux me tromper, et je n’ai pas d’avis sur les petits candidats.

      Quant à Mme Royal et Mr Sarkozy, reconnaitre qu’un autre, Mr Hulot en l’occurence, puisse avoir raison et se soumettre à ses propositions serait sans doute perçu comme indigne d’eux et de la haute estime qu’ils ont d’eux-même (même constatation pour Mr Le Pen...). Ils ne signeront que si c’est électoralement porteur en terme d’image (puisque c’est le fondement de leur campagne).


      • Stef (---.---.106.203) 30 novembre 2006 16:05

        Si vous n’avez pas d’avis sur les petits candidats, c’est normal, car on nous en parle pas (en démocratie médiatique) Pour se faire un avis, allez sur le site de karlzero La, vous aurez un avis, d’un dissident de l’UMP, à qui on ferme le clapet

        http://karlzero.aol.fr/dupont-aignan-ni-seigneur-ni-maitre-/PTFR_43281/p-p_p/player_video/video.html ;jsessionid=4D7A6A852C2EE5A13852BAE295B49106.LR06


      • parkway (---.---.18.161) 1er décembre 2006 13:11

        voltaire,

        Dupont-aignan est le seul UMP qui a dit non au TCE Giscard AVANT , je dis bien AVANT le référendum...

        Petit, peut-être mais costaud !


      • Nicolas (---.---.38.148) 2 décembre 2006 15:39

        L’engagement environnementaliste de M. Bayrou n’est pas si recent. Déjà en 2002 les Guignols s’étaient moqués de lui parce qu’il sillonnait la France avec un bus au colza. Et plus proche de nous, aux éléctions europeenes, l’UDF s’etait allié a Cap21, parti de Corinne Lepage


      • Jules (---.---.19.18) 2 décembre 2006 18:04

        Nicolas Hulot va abandonner son hélicoptère personnel et utiliser le ferry pour aller à sa villa corse ? C’est bien de montrer l’exemple.


      • Luc Luc 2 décembre 2006 18:46

        Le problème face au défi du changement climatique, c’est d’abord d’arriver une prise de conscience générale de ce qui est en train de se passer. Et là, tout le monde flingue le messager, bien sûr. Qui que ce soit. Si c’est Al Gore : « C’est louche ... il veut se faire réélire ». Si c’est Nicolas Hulot « Qu’il commence par descendre de son hélicoptère, après on verra. »

        C’est étonnant, ce comportement.

        Ca n’effleure l’idée de personne que, tout simplement Al Gore et Nicolas Hulot peuvent être des gens sincères ? Qu’il n’aient qu’un but c’est de se dire, qu’est-ce que je peux faire à mon niveau, avec ma notoriété pour faire avancer les choses ? Qu’ils n’aient aucune autre arrière pensée que d’oeuvrer pour l’avenir de notre planète ?

        En France, dès qu’on a réussi ici ou là, ou qu’on a un peu de notoriété, on devient suspect d’office ...

        Bon, eh bien à ce que je vois en lisant vos commentaires (dont je vous remercie chaleureusement !), c’est pas gagné ! Il y a encore du boulot ...

        Eh bien je continuerai avec obstination, et je suis du côté de ceux qui veulent faire bouger les lignes, comme il est « tendance » de le dire en ce moment. smiley

        Comme je vous l’ai dit, je suis un optimiste indécrottable. smiley


      • veda veda 30 novembre 2006 13:47

        La France en Action : Charte pour une société Digne

        Jean Marc Governatori http://www.LaFranceenAction.com

        La République, issue de la souveraineté populaire, est un Etat de Droit fondé sur un contenu éthique

        Engagement 1 Nous sommes un mouvement politique laïc. Nous sommes indépendants de toute organisation financière, philosophique, politique, religieuse ou spirituelle.

        Engagement 2 Les êtres vivants constituent le fondement et la finalité de la République. Le respect de leur vie prime sur toute autre considération culturelle, économique, ethnique, politique, religieuse ou sociale.

        L’Équité sera une préoccupation constante, elle accompagne l’évolution des consciences.

        Engagement 3 Les principes de la République Française « Liberté, Egalité, Fraternité » inspirent chacune de ses fonctions essentielles : culturelle, économique, éducative, politique, sociale et spirituelle. La vie de ces trois valeurs et la réalisation de la Démocratie dépendent de la participation active des citoyens.

        La liberté d’expression est le corollaire indissociable de la Démocratie.

        Engagement 4 L’Etat a pour vocation de protéger - par ordre alphabétique - les animaux, les biens, l’environnement et ses écosystèmes, les personnes et particulièrement les personnes subissant un handicap mental, physique ou sensoriel, les petites entreprises.

        La prévention est la clé.

        Engagement 5 Assumer sa responsabilité donne dignité et grandeur à la personne. Cette responsabilité n’efface pas la nécessité de la fraternité. Ces deux valeurs sont des remparts contre l’exclusion. Reprenons conscience de notre rôle, de notre fonction et de notre responsabilité dans le maintien de l’harmonie.

        La liberté de chacun s’arrête là où commence celle d’autrui.

        Engagement 6 Le principe d’initiative et de responsabilité de la personne assure le dynamisme de la vie économique et sociale. Le rôle de l’Etat consiste en ce domaine à créer les conditions d’une juste relation entre les personnes au sein de l’entreprise, entre les entreprises au sein du métier et entre les professions au sein du marché. Les services publics seront préservés.

        Engagement 7 L’intérêt général repose sur les droits et devoirs de tous, la protection des droits du consommateur en matière de sécurité, de qualité et de prix, la préservation des équilibres écologiques et la défense du cadre de vie.

        La ruralité sera privilégiée.

        Engagement 8 En changeant certaines habitudes, nous participons à la préservation du patrimoine naturel et culturel. Nous sommes les enfants de la Nature et du Temps. L’agriculture bio pour tous symbolise cette prise de conscience.

        Engagement 9 Ouvrons pleinement la société aux femmes et aux valeurs féminines. Notre société est trop rationaliste et patriarcale, son fonctionnement essentiellement axé sur la compétition. L’ouvrir davantage au sentiment, à l’altruisme et au respect est une priorité. Les violences faites aux femmes et aux enfants sont le signe d’une société malade.

        Engagement 10 La qualité de la naissance, de la petite enfance et de l’adulte, dépend largement de l’équilibre psychologique et émotionnel des parents, de l’alimentation choisie, du savoir être. D’où, l’importance de la conscience de la portée de l’acte de procréation. L’éducation à la parentalité et au savoir être sont prioritaires.

        Engagement 11 Vieillesse et mort font partie de la vie, et peuvent permettre d’en découvrir le sens. D’où l’importance de leur respect et la place qu’elles doivent avoir au cœur de la société et de l’éducation.

        Engagement 12 Le pouvoir politique doit coopérer avec les associations, elles sont une force vive de notre pays. La pluralité des écoles, l’autonomie des universités, la coopération de la médecine conventionnelle et de la médecine alternative, l’indépendance des média, une Justice sereine et humble, une police efficace, la préservation des petites entreprises, sont les garants du respect de la diversité.

        Engagement 13 L’élu doit mériter une légitimité incontestable par ses actions, son exemple et un nouveau statut : aucun cumul de mandat, état de santé compatible avec la fonction, non rééligibilité en cas de condamnation. La reconnaissance du vote blanc comme un suffrage exprimé doit être légalisée, comme le référendum d’initiative populaire.

        La Cour des Comptes et le Parlement doivent EFFECTIVEMENT contrôler l’utilisation des fonds publics.

        Engagement 14 La conscience du long terme doit guider nos actes. L’électoralisme politique pousse en sens contraire. La démocratie ne doit plus être prétexte, pour le candidat, à des promesses dangereuses pour les Comptes de la Nation et les Ecosystèmes. La finalité de l’action politique n’est pas la croissance économique, c’est le bien-être de chaque être vivant.

        Engagement 15 Une gouvernance mondiale, sous la forme d’une Communauté des Nations, est l’objectif réaliste que doivent aujourd’hui se donner les peuples par de nouveaux rapports économiques, politiques et culturels. Pour que, partout, la Justice, la Liberté, le Pacifisme, le Respect des écosystèmes, des êtres et des fonds publics, soient assurés.

        L’Union européenne est une étape déterminante


        • veda veda 30 novembre 2006 13:52

          C’est pas le genre de discours qu’on entend avec les « poids lourds » des partis ou l’Economie et les Lobbys sont des dieux. Le bien-être est accessoire ou alors on espère naivement qu’il en découlera même si on ne le met plus au coeur des principes absolus...

          « I have a dream » mais le discours humaniste est has been et si peu rationnel c’est vrai...


        • parkway (---.---.18.161) 1er décembre 2006 13:20

          a veda

          il ne dit rien sur le traité européen !

          il ne pourra rien faire contre la commission européenne et le medef !


        • veda veda 30 novembre 2006 13:57

          Voici un texte intelligent sur notre démocratie.

          Lettre ouverte aux représentants autoproclamés

          « Ma nationalité est française. Régulièrement, on essaie de me faire croire que je vis dans une démocratie évoluée. Ceci est bien loin d’être mon avis. Le fait est que je vis dans une oligarchie. Et mon opinion sur cette oligarchie est que, loin d’être avancée, elle est plutôt primitive. »

          L’illusion oligarchique de la démocratie

          Oligarchie, d’une part parce que le vote blanc n’est pas reconnu dans le code électoral. Aujourd’hui, si je vote blanc ou si j’écris une insulte sur un papier que je mets dans l’urne, cette république considère que c’est exactement la même chose ; c’est-à-dire « rien ». Un respect pour l’expression citoyenne très très relatif, pour le moins. Ainsi, je n’ai que le droit factice de choisir mon représentant parmi ceux qu’un système préélectoral m’impose ! Je le connais pour y avoir participé un peu ; il est souvent mafieux et, au minimum, fondé sur le seul critère financier. Je n’ai tout simplement pas le droit de dire : « Je ne reconnais pas votre choix comme un choix libre ! » ou « Personne ne me convient, je veux d’autres critères sélectifs ! » ou « Je veux d’autres approches politiques pour me représenter ! » ou tout simplement « Cessez de vous foutre de ma gueule, s’il vous plait, vos manigances et gesticulations politiciennes ne représentent pas mes valeurs ! ». Et en fait, oui, j’ai le droit de l’exprimer, mais seulement de l’exprimer. Aucune conséquence concrète ne sera produite par la république, validant ainsi la définition coluchesque de la démocratie : « Causez toujours ! ». Je ne souhaite pas convaincre de mes idées sur les partis politiques, je prétends simplement qu’une démocratie réelle ne peut pas sérieusement laisser sans effet une expression de vote très largement majoritaire à la majorité des élections (votes nuls, blancs, abstentions et non-inscrits aux listes électorales). Une démocratie réelle ne peut que mettre en place un système qui puisse changer par lui-même. Aujourd’hui, l’oligarchie française a mis en place un système qui conserve le pouvoir des partis qui se prétendent « politiques ». Ils ne peuvent pas faire autrement, leur existence en dépend. Ils sont prisonniers de ce processus.

          Oligarchie aussi, parce que le « tout économique » fait aujourd’hui en sorte qu’un « politique » au pouvoir ne soit que la marionnette de groupes financiers bien plus puissants que lui ou son parti. Il suffit d’être compétent dans un domaine précis de l’espace humain pour constater à quel point les législateurs, empêtrés dans le conditionnement lobbyiste, osent des lois souvent soit ineptes, soit inconscientes, soit étonnantes d’irrespect du point de vue humain, même si parfaitement logiques du point de vue des intérêts financiers influents. Pour ne citer qu’un exemple, un récent amendement de ce genre a été voté par 6 députés, manifesté par une seule ligne arbitraire ajoutée sournoisement (c’est-à-dire sans aucune consultation, même pas du gouvernement) dans un très vaste projet de loi sur la santé, et nie tout bonnement l’existence du métier de psychothérapeute, au profit de l’ordre des médecins et des psychologues qui n’ont pourtant pas de formation en psychothérapie. Y’aurait de nombreux autres exemples dont la logique est chaque fois évidente : appuyer un peu d’avantage le pouvoir d’un lobbying qui l’a déjà. Je ne vais pas ici étayer davantage cet argument, c’est hors du sujet que je veux développer.

          Une société moderne primitive

          Primitive, pour sa sempiternelle logique manichéenne : droite/gauche. Et les observations de cette approche immature sont très fréquentes et très manifestes. La logique contemporaine de la politique se fonde sur un mécanisme de défense. Je m’explique. Globalement, devant les problèmes de société, il y a la réaction émotionnelle, puis il y a l’action sereine, posée. C’est-à-dire que, si un événement ou un problème de société me touche, il me parle de moi. S’il me parle de moi, je suis impuissant à faire autre chose par mon comportement réactif que me réparer moi-même, inconsciemment. L’altruisme devient alors une rationalisation de ce que je ne fais en réalité que pour moi-même, réparant mon histoire. Il n’y a que dans la sérénité émotionnelle que mes actes sont purs, non égotiques ! Dans sa grande majorité, la « politique » aujourd’hui ne dépasse pas le contexte qui crée le problème (ce qui serait un minimum pour tenter de le comprendre en entier), mais elle reste dedans. Elle ne s’émancipe pas des problématiques, elle réfère ses solutions aux problématiques elles-mêmes, elle y reste attachée (d’ailleurs, sans problématique, cette « politique » n’a plus d’utilité, plus de raison d’être élue). Elle n’est pas extérieure aux problèmes, elle en fait partie intégrante ! Ainsi, le seul comportement humain possible dans ce cas de figure est l’identification, identification pour se défendre des mouvements de peurs que l’on ne sait pas dépasser. Si un individu s’identifie aux victimes de notre société, alors il sera de gauche. Si un individu s’identifie aux gagnants de notre société, alors il sera de droite. En ceci, la gauche et la droite et les axes qu’ils proposent sont bien différents. Mais ces deux sœurs ennemies ont strictement en commun de ne pas prendre la responsabilité des problèmes, de ne pas les assumer et, par la même, de ne pas les dépasser. Chacun crie « L’enfer, c’est les autres ! » et attribue au camp adverse la responsabilité des problèmes de la société. De façon simpliste, la gauche pense sincèrement que « les gagnants » ne partagent pas assez et la droite considère sincèrement que « les victimes » tirent la société vers le bas en lui demandant assistance de façon irresponsable. Chacun, enfermé dans sa propre dualité, sépare le monde en deux et, dans cette illusion, considère que la responsabilité n’est pas dans sa tribu. Ainsi, par logique pure, chacun est strictement impuissant à changer quoique ce soit puisque sa position ne peut consister qu’à forcer l’adversaire à changer (solution classique et infantile par excellence) ! Le seul rôle du « politique » actuel consiste ainsi à obtenir suffisamment de pouvoir autoritaire pour forcer, soit « les gagnants », soit « les victimes », selon son bord politique, à changer. Evidemment, chaque parti se voit comme la solution et pense qu’il n’a rien à changer en lui-même, qu’il n’a aucune responsabilité dans les problèmes de notre société.

          Un maximum de comportements tribaux et émotionnels, de rhétoriques guerrières vérifie cette thèse. Il suffit de proposer un débat entre un individu de droite et de gauche, sur n’importe quel sujet, pour très rapidement constater ce que je viens de décrire et les regarder se rejeter les responsabilités. Faites l’expérience ! Elle est réalisée en direct à la télé tous les mardis et mercredis après-midi.

          Le résultat concret est que chacun fantasme une société loin de ses peurs personnelles, mais aucun ne peut mettre dans la réalité autre chose qu’une dérive où la loi du plus fort s’installe petit à petit. Là encore, c’est factuel !

          Dépassement de la demande adolescente d’une autorité

          Alors, devant cet état de fait, qu’est-ce que je voudrais ? Ben, de vous, rien ! Je n’ai plus besoin de vous mesdames et messieurs les « politiques » ! J’ai déjà commencé à construire un autre monde, un monde qui dépasse le manichéisme névrotique évoqué ci-dessus. Un monde, donc, qui n’a pas besoin d’une logique de pouvoir pour contrôler ses peurs à l’extérieur parce que les individus qui le composent n’auraient pas su prendre leurs propres responsabilités devant leurs propres peurs intérieures. Un parti politique, par définition, ne peut que conduire à ce qu’il y ait des gagnants et des perdants. Là encore, il n’y a qu’à observer le spectacle médiatique du résultat d’une élection oligarchique où la moitié d’une population fête l’échec de l’autre moitié. Et c’est ce monde que, sans rire, la droite et la gauche proposent ensemble : écraser, réduire ceux qui font peur aux autres ; « les victimes » ou « les gagnants » selon les histoires émotionnelles personnelles. Bien évidemment, chacun vous rationalisera fièrement que lui n’a pas peur !

          J’ai, pour vous, une question à forme multiple très simple : « Que l’on m’explique ce que l’on peut construire quand l’élection elle-même fonde une fracture ? », « Est-il raisonnable de continuer à penser que quelque chose de solide sera construit à partir de cette séparation de fait ? », « Qui peut sérieusement prétendre qu’une société peut évoluer avec, inévitablement, une moitié qui a perdu d’avance et qui ne fera que tenter de faire chuter l’autre moitié jusqu’à la prochaine échéance ? ». Là encore, au-delà des croyances, des fantasmes, des dogmes, des morales, des principes théoriques, et surtout, au-delà des identifications névrotiques, c’est « ce qui est » aujourd’hui, dans la réalité !

          Maturité altermondialiste, un renversement intérieur pacifique

          L’altermondialisme est bien avancé. Aujourd’hui, vous croyez connaître l’altermondialisme parce que vous êtes dans l’illusion que le mass-média est un système d’information. Alors lorsque ce mass-média change la forme, change de vocabulaire et colle sur les « antimondialistes » la nouvelle étiquette « altermondialistes », vous considérez que c’est une réalité. Vous n’avez aucune idée, pour la plupart, de ce que font les altermondialistes. Vous les confondez avec les antimondialistes. Mieux, il est impossible de connaître réellement l’altermondialisme sans en être un des acteurs. L’altermondialisme n’est pas un mouvement unique, n’a pas de représentant. Le pays des altermondialistes est la terre, leur famille est l’humanité ! Vous les cherchez comme un groupe plus petit que vous, alors qu’il est plus vaste. Cessez de regarder les citoyens de haut et levez le nez, nous sommes là ! Vous en faites partie, sans le savoir, car les erreurs que vous mettez en place nous sont très utiles.

          Ainsi, je veux surtout messieurs et mesdames « les politiques » vous dire un grand Merci. Il est sincère quoique vous en pensiez. Merci de démontrer, à un nombre chaque jour plus vaste d’êtres humains, que vous ne pouvez pas représenter la moindre solution à quoique ce soit ! Merci d’avoir tout essayé pour que l’on sache que tout ça ne fonctionne pas. Merci de nous rendre définitivement conscient qu’aucun groupe d’humains peut être représenté, qu’aucune logique de pouvoir basée sur la peur (qu’elle soit visible ou cachée, directe ou indirecte, volontaire ou involontaire, consciente ou inconsciente) ne pourra construire autre chose que davantage de peur. Merci de nous avoir rendu si forts (par nos faiblesses), si multiples (par nos unités), si intouchables (par nos transparences), si incompréhensibles (par nos clartés), si autonomes (par nos solidarités), si libérés de toute organisation (par nos liens passés).

          La morale encourage insidieusement ce qu’elle interdit officiellement. Merci d’avoir fait le tour des systèmes moraux et d’avoir montré la voie d’une société amorale, sans pères et mères pour nous dire quels enfants nous sommes. Merci d’avoir fait de nous des adultes utopiques ! A-dulte comme « non-dualité », c’est à dire « unité » ! U-topique comme ce non-lieu (u topos) qui n’existe pas encore tout à fait et que nous réalisons petit à petit. Merci de nous avoir montré que l’illusion ne peut pas être dans le désir actif de construire un espace meilleur et inconnu, mais dans la peur réactive de sauver à tout prix celui que nous connaissons, le seul que nous connaissons !

          Il est très prévisible que certains lecteurs critiques de ce texte viennent parler de réalisme, s’en auto-proclamant les représentants. Je veux leur rappeler une notion très simple : La réalité a été dans le passé, la réalité est dans le présent. Mais, simplement par définition, la réalité n’existe pas dans le futur, pas encore ! Ainsi, le réalisme s’arrête au présent ! Quiconque prétend qu’un projet pour le futur est ou n’est pas réaliste, exprime sa propre illusion de ce qu’est le réalisme. Il ne manifeste que sa confusion entre la prison de ses croyances et une réalité que, pendant qu’il se lamente ou critique, d’autres construisent.

          Mesdames et messieurs « les politiques », vous avez rempli votre mission. Ca n’est plus vous qui pouvez nous aider, c’est nous qui pouvons vous aider dorénavant. Au-delà de vos idées et de vos pratiques, êtes-vous vous- mêmes ? Nous le sommes ! C’est très simple, mais c’est ce que vous ne savez pas réaliser ! Le monde (en réalité, une partie du monde) que vous avez construit (nous y avons participé) est à l’envers : l’humain est mis au service de vos idées, de vos pratiques, de vos systèmes. Nous avons réussi à inverser tout ça, nous avons réussi à mettre les idées, les pratiques, les systèmes au service de l’humain ! Nous ne l’avons pas fait d’une seule façon, car il n’y a jamais une seule façon de faire ; nous avons juste rendu libre, chaque être humain qui décide de l’être, de donner à l’humanité sa solution personnelle unique. C’est ce que vous ne savez pas faire !

          Humainement, Lohey, être humain

          P.S : Je ne représente dans ce texte que moi-même. Le « nous » utilisé est abstrait et rhétorique. Pour me faire plaisir, ne croyez rien de tout ce que je raconte. Cherchez à en faire l’expérience...

          http://etre-humain.net/txt_representants_autoproclames.html


          • veda veda 30 novembre 2006 16:09

            Ta croissance matérielle ne vivra pas sur un chaos environnemental mais tu peux continuer de courir sans regarder et nier l’évidence...tu tomberas lourdement comme tout le monde alors... vu que la majorité ne voit que son nombril et se plaindra comme un gamin victime et abusé quand tout ira mal pour eux et leurs enfants...


          • miteny (---.---.165.158) 30 novembre 2006 14:05

            VOus vous trompez gravement. DIEU est la seule voie qui mènera au salut. D’ailleurs je compte poursuivre l’athéisme en justice (si, si) parce que je pense pouvoir montrer facilement que c’est un dangereux mensonge.

            dieuexiste.com


            • Philippe VIGNEAU 30 novembre 2006 14:53

              mort de rire de voir que Bayrou a signe le pacte ecologique de Hulot... lui (avec ses collegues notamment Lassalle) qui a detruit l’ours des Pyrenees est mal place pour nous donner des lecons d’ecologie !....


              • Voltaire Voltaire 30 novembre 2006 16:03

                Sans vouloir défendre Bayrou, je crois que les positions de Lassalle n’engagent que lui, et vouloir restreindre la défense de l’environnement à la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées, c’est un peu court non ?


              • Philippe VIGNEAU 30 novembre 2006 17:09

                ben le bearn est la region ou a ete elu Bayrou, c’est donc la region dans laquelle on peut constater dans les faits ses preoccupations ecologiques...

                alors que maintenant il vienne nous dire que l’ecologie, la biodiversite, le developpement durable, etc... c’est chouette... il ne faudrait pas prendre les gens pour des guignols... enfin pas tous...


              • Nicolas (---.---.38.148) 2 décembre 2006 15:41

                Et Corinne Lepage, c’est une guignole en ecologie ? Elle s’etait pourtant alliée à F. Bayrou aux elections europeennes


              • Cassandre (---.---.113.130) 30 novembre 2006 15:51

                Les cocos qui signent un engagement de décroissance matérielle !?

                On aura tout vu !

                Enfin, du fond du trou où ils sont tombés ils peuvent tout se permettre...


                • veda veda 30 novembre 2006 16:10

                  Ta croissance matérielle ne vivra pas sur un chaos environnemental mais tu peux continuer de courir sans regarder et nier l’évidence...tu tomberas lourdement comme tout le monde alors... vu que la majorité ne voit que son nombril et se plaindra comme un gamin victime et abusé quand tout ira mal pour eux et leurs enfants...


                • toy (---.---.144.116) 30 novembre 2006 18:36

                  Bayrou, il a une fibre environnementale assez ancienne, ça a été le premier à faire tourner un bus au colza pour la campagne de la précédente présidentielle. Pourtant, à l’époque, on parlait beaucoup moins d’environnement et tout le monde s’est alors foutu de sa gueule alors que c’était une idée intéressante (pas extraordinaire, mais intéressante pour commencer à sensibiliser les gens).


                  • stassin (---.---.250.197) 30 novembre 2006 18:38

                    Ya vraiment des abrutis. Vivez avec des ours, vous bergers, dans des conditions difficiles ! Par ailleurs, ces ours viennent dans la plaine faire les poubelles comme ils en avaient l’habitude dans leurope centrale et de l’est. Alors quand tu vivras dans cez zones (j’habite paris), tu verras que l’écologie ce n’est pas la réintroduction d’ours. Car là-bas c’est plus que propre cest la vraie nature, pas touchée par l’homme. abruti !


                    • Philippe VIGNEAU (---.---.82.128) 1er décembre 2006 09:43

                      je crois que tu n’es pas tres cale sur les ours pyreneens... (je suis ariegeois)... bon allez ca serait trop long... adissias


                    • christian (---.---.192.196) 30 novembre 2006 22:03

                      Faites un détour par le site de Mr Hulot (www.fondation-nicolas-hulot.org) où ses différents partenaires apparaissent. EDF, L’Oréal, TF1, Bouygues, Autoroutes du Sud de la France, 3M, Société Générale...Que du beau monde ! Avec de tels financeurs, 66% des Français pensent qu’il serait le plus apte à défendre l’environnement !

                      Comme disait mon grand-père(décédé en 1965), pauvre France ! Moi qui ai connu le début de l’écologie politique, début des années 70( La gueule Ouverte, les associations anti-énergie nucléaire,...), voté René Dumont en 1974, c’est vrai que les Verts me désolent, mais quand même !

                      L’écologie, ce n’était pas de belles images à la télé ni un siège de sénatrice, c’était un combat (non violent) contre le capitalisme et le communisme, une réflexion politique et intellectuelle dérangeante dans ce monde( qui n’avait pas encore connu le premier choc pétrolier) où l’on pouvait encore croire en un avenir meilleur.

                      SVP, je voudrais encore espérer que la politique, ce n’est pas seulement faire de beaux documentaires, passer chez Drucker... mais, je sais, je vieillis.


                      • (---.---.107.66) 1er décembre 2006 13:34

                        « ses différents partenaires apparaissent. EDF, L’Oréal, TF1, Bouygues, Autoroutes du Sud de la France, 3M, Société Générale... »

                        Baah ! C’est sale !

                        Nicolas Hulot ne fait pas tout cela pour recevoir des bons points de ceux qui se revendiquent comme les seuls écolos purs et durs ou pour se faire mousser, il fait tout cela pour essayer de changer les choses. Il profite de l’argent des gens qui souhaitent le financer (pour se donner une bonne image) sans que cela ne l’oblige en quoi que ce soit envers eux. Le rapport de force est celui-ci, et non son contraire. Les grands groupes (style L’Oréal, Bouygues, etc) ont besoin de se donner une image plus verte pour être populaire, ils financent donc ostensiblement la Fondation Nicolas Hulot car NH dispose d’une bonne crédibilité auprès des Français. NH est assez pragmatique pour accepter cet argent et en faire ce qu’il veut, c’est-à-dire en profiter pour mobiliser l’opinion à l’aide d’actions à grande échelle (que seul cet argent permet). Il sait bien qu’il se fera cracher dessus par certains idéologues un peu intégristes sur les bords, mais il estime que ça vaut le coup quand même, et il a bien raison.

                        « L’écologie, ce n’était pas de belles images à la télé ni un siège de sénatrice, c’était un combat (non violent) contre le capitalisme et le communisme, une réflexion politique et intellectuelle dérangeante dans ce monde( qui n’avait pas encore connu le premier choc pétrolier) où l’on pouvait encore croire en un avenir meilleur. »

                        Ah, ce bon vieux folklore du combat, doublé du refrain du « c’était mieux avant » ! L’écologie ne se résume pas à être « anti », son but n’est pas d’être dérangeant. Elle ne doit pas se définir comme un combat. Combat contre quoi d’ailleurs ? Contre un ennemi qui serait forcément le modèle dominant, quel que soit ce modèle. Si l’écologie doit être par essence un combat, alors elle est condamnée à rester forcément quelque chose de minoritaite, car si tout le monde devient écolo, contre qui se battre ?


                      • christian (---.---.230.234) 1er décembre 2006 22:51

                        christian @ (ip......49.107.66) Mais non, c’est pas sale !

                        - EDF : la radioactivité des centrales ne sent rien. Demandez à l’espion russe ou aux contaminés après Tchernobyl.
                        - L’Oréal, par définition,« cela sent bon », même si c’est chimique.
                        - TF1 fait le vide dans les cerveaux, c’est quand même plus propre là-dedans.
                        - Bouygues, que du béton, rien qui dépasse.
                        - ASF, et surtout « pas de nid de poule ». A cause de la grippe aviaire ? Mais non, c’est du langage folklorique d’une autre époque.
                        - La Société Générale. Là, c’est bien connu (même si c’est vieux jeu) : l’argent n’a pas d’odeur.

                        Ecolo pur et dur, pfff, j’ai toujours été un mou. Si l’écologie n’est plus un combat politique, c’est effectivement devenu une manne financière à récolter( commentaire de Mike57). L’écologie n’est pas« anti » ; au contraire, elle est pro-vie. Le modèle économique dominant est pro-mort.

                        Quant à NH, le jour où il deviendra dangereux pour ses sponsors, on n’entendra plus parler de lui. Le mot combat, on peut le concevoir comme quelque chose d’humain et intelligent. On m’a mis en psychiatrie au Val de Grâce, en 1970, pour refus de port d’armes. Oui, je sais, cela fait ancien combattant( et un peu folklorique).

                        Mais ne vous inquiétez pas, elle va venir « la belle écologie ». Le peuple va retourner à sa place. Ainsi, les vrais riches(=1% de la population) pourront polluer autant qu’ils veulent.


                      • JG (---.---.232.40) 30 novembre 2006 22:47

                        Baaah.... Ils ont signé pour éviter la candidature de Hulot....


                        • celtitudebe (---.---.94.195) 30 novembre 2006 23:53

                          Quelques oportunismes et recuperations pour la plupart.. L egocentrisme est malheureusement la consecration de notre espece. Je n ai plus la foi.


                          • juju (---.---.82.107) 1er décembre 2006 08:36

                            Pour signer, effectivement ils ont ou vont tous signer, ce qui est bien la preuve que ce Pacte écologique ne dérange personne. Par contre vous feriez mieux de vous poser la question sur l’absence de réponses aux propositions, et que seule Corinne Lepage a été capable de faire des contre-propositions. Un consensus sur la signature du Pacte n’est que de la poudre aux yeux, même Dominique Voynet n’a pas fait de contre-propositions, on attend un programme pas des promesses de « raser » gratis surtout par L’Oréal


                            • mike57 (---.---.236.233) 1er décembre 2006 09:55

                              L’écologie qui éclot au même moment un peu partout (Al Gore, émissions catastrophe sur le réchauffement, initiatives de personnalités, « présentation » aux infos de produits spécifiques et très coûteux (normal, destinés aux bobos du monde entier en premier lieu. le m^me produit non destiné à une rapide rentabilité serait d’un coût abordable)... En fait c’est un Bizness. Un truc de plus pour faire tourner la « machine à détruire le monde » qu’est le libre échange érigé en dogme, la nécessité de toujours avoir du « carburant » pour faire tourner les bourses (en tout bien tout honneur smiley , et remplir les poches de la haute finance. Bizarre, que l’écologie, une saine démarche existant depuis 40 ans, considérée jusqu’à aujourd’hui par les « acteurs sérieux » comme une rèverie de fumeur de pétard en ardèche, absolument non viable économiquement, devienne en qq mois un truc dont on parle partout, et surtout,dont parlent tout à coup les mêmes « acteurs sérieux » (industriels, etc...). Ils ne s’en cachent même pas d’ailleurs : « c’est un marché émergent », etc... En gros, on va voir quoi ? Les mêmes forces qui pilotent les principales sources de pollution (en s’en foutant jusqu’ici comme d’une guigne car celà n’avait que des inconvénients coûteux de s’en préoccuper), vont devenir les principaux acteurs (normal, les plus puissants économiquement) de ce qui devient un Bizness si la population est bien manipulée. Génial : un coût , une perte sêche, se transforme en profit !! ’Suffit, je le répète, de bien « orienter » la pensée du pékin moyen occidental. Là où c’est génial, c’est que, bien menée, la démarche joue sur la culpabilisation de chacun, et donc le désir inconscient de « réparer ». Il va bientôt avoir le matraquage des sollicitations diverses, campagnes pour ceci ou celà, « initiatives » gouvernementales « évidemment » demandées par l’opinion publique, des financements, des actes de consommation individuelle complètement classiques. En gros, une « manne » financière à récolter.

                              Le plus génial : au moins au début, et si çà se trouve celà ne changera pas, l’organisation la plus efficace pour faire circuler le max « de fraîche », et faire du Bizness à donf, c’est :

                              de conserver des niveaux de pollution élevés (ma bonne dame, on peut plus enrayer çà, c’est trop tard), et donc ne coûtant pas un Kopek en effort à la base. Puis de réaliser en même temps d’énormes efforts de dépollution (d’autant plus coûteux que la pollution initiale est élevée), payés par la bonne conscience du juste...

                              En gros, une communauté d’intérêts pour réaliser au total le maximum de profit.... Cool, non ?

                              Mieux, la cerise sur le gâteau : allez, vous me voyez venir... Si c’est le même, et que la « bonne conscience » est arrivée au niveau des états, il empoche un financement direct pour faire le boulot. Encore plus cool.

                              Et nous, les pékins en repentance, on va acheter la peau des couiles des capteurs solaires, bidules ou machintrucs réalisés industriellement (éventuellement par des usines qui polluent), pour lesquels les « vrais purs » ont depuis 40 ans épuré le design, au point de proposer sur Internet des plans de trucs qui marchent, faisables avec deux bouts de ficelle et un trombone.

                              Bon, allez, on revient au début pour comprendre d’où çà vient, pourquoi aujourd’hui, etc...

                              Si je ne me trompe, les US sont le plus gros pollueur. çà ne pourra pas durer de faire un pied de nez au reste du monde. Comment profiter de cette mauvaise passe en faisant du fric ? ben, on envoie un embassadeur avec les paumes écartées « je viens en paix », pour dire au monde qu’il doit se réveiller, pour acheter des bidules et des trucs, que la haute technologie ricaine va proposer, pour arriver à se payer leur propre dépollution.

                              Enfin, pour terminer de mon côté sur ce sujet : je suis tombé le cul par terre le jour où j’ai appris (il y a environ 2 ans), qu’il existait une bourse, florissante, aux « droits à polluer ». Je m’explique : chaque pays se voit aujourd’hui octroyer un « droit à polluer » de X millions de tonnes de carbone rejeté. Calcul hyper savant selon la population, le nb de voitures, l’âge du capitaine, etc... Les « petits » pays ne consomment pas tous leurs droits. Les « gros » dépassent. En deux coups les gros, que croyez-vous qui s’est mis en place ? Une bourse, avec des cotes, des courtiers qui revendent aux US de la tonne-carbone achtée au burkina-faso, etc... Oui m’dame ! Cooool....

                              L’écologie est une grande idée, elle marche depuis longtemps. La « nouvelle Ecologie » (euh « nouvelle économie ») telle qu’elle arrive aujourd’hui en 2 mois comme par enchantement et comme un cheveu sur la soupe, est comme tout le reste au service d’un système « libre-échange » dont personne n’a jamais démontré la viabilité, système au service de 5000, 10000 familles qui saignent à blanc la planète et ses habitants... Pour avoir la possibilité (totalement inutilisable), de se payer chacun 20 Yachts de 100m avec des robinets en platine, un hélico dessus, et un petit sous marin de poche à l’intérieur, pour jouer avec les copains.

                              Je pense bien sûr ne pas détenir la vérité, qui la détient ? Je pense simplement que beaucoup d’indices bizarres me confortent dans l’idée que cette hypothèse tient debout.


                              • Docmorzy (---.---.33.219) 1er décembre 2006 11:24

                                Merci Mike !


                                • President Ecolo (---.---.11.26) 1er décembre 2006 14:25

                                  Mine de rien, la plupart ont signé le pacte pour « faire bonne figure » ou alors, convaincus quand même, pour que ce pacte constitue leur programme environnemental. Si on regarde dans les détails de ceux qui ont commenté les propositions de Nicolas Hulot (encore moins nombreux que les signataires) on ne retrouve que Corinne Lepage à avoir fait des commentaires détaillés et précis. Comme quoi, il est important de voter pour un candidat écolo (Lepage, Voynet) pour que l’environnement soit pris en compte lors du vote.


                                  • (---.---.180.59) 2 décembre 2006 02:50

                                    depuis quand l’animateur de TF1, business-man et grand pollueur devant l’eternel (il ne se deplace pas en velo que je sache) est-il écologiste ? Depuis quand celui qui à lui tout seul a une empreinte écologique d’une année, supérieure à la mienne pour toute ma vie, se permet de faire la morale aux prolos ?

                                    Prenez des douches plutot que des bains... C’est sûr, avec des mesures pareilles il va sauver la planète avec ses mesurettes.

                                    Risible cette obscénité. Et tous ces gogos à lui cirer les pompes... A se taper sur les cuisses


                                    • (---.---.165.91) 2 décembre 2006 11:48

                                      Merci ! Merci !


                                    • clairette (---.---.155.57) 2 décembre 2006 14:57

                                      D’accord avec vous ! Pour moi Nicolas est un écologiste opportuniste de la dernière heure ! On se plaint (à juste titre) des candidats faits par les médias, et celui-ci n’est qu’un pur produit des images télévisées ! Je me souviens d’anciens reportages ou avec un ego démesuré, il passait son temps à atterrir avec un petit avion au milieu de la faune africaine effrayée par le bruit, ou en bateau à moteur sur des cours d’eau d’Amérique du Sud ! Quel courage dans tous ses reportages, où ne voyait et on n’entendait que lui ! complaisamment filmé et photographié par son staff ! Cela n’a pas changé, il adore être sur le devant de la scène ! Et tout le monde d’applaudir béatement devant ce sauveur de la planète ! Il est temps de dénoncer cette mascarade !


                                    • vigie (---.---.17.37) 2 décembre 2006 18:46

                                      D’accord avec clairette cette émission ne me dérangerais pas si elle n’était liée au culte de la personnalité de Nicolas hulot, tout est fait par lui, et pour lui, ses commentaires autorisé mis en scène on un coté mégalo, transformé en géotrouvetout du vol ascensionnel, reprenant la parole a son compte, et laissant ses invités pour faire valoir gâche tout.

                                      Quant aux ralliements des candidats, vu le poids symbolique des verts aux élections, si on veut peser par le jeu des ralliements au second pour obtenir quelques postes, la martingale consiste à se rallier au bon cheval, il faut promettre beaucoup d’entrée de jeu afin d’avoir une bonne assise et essayer de devenir incontournable dans le décompte des voix, entre les écolos de la première heure et les opportuniste du moment,a l’instant du vote seul dieu reconnaîtra les siens.


                                      • Fred (---.---.43.191) 2 décembre 2006 20:30

                                        Je viens d’entendre F.Bayrou sur TF1. Quelle pêche face à CC. S’il a la la même franchise et la même hardiesse sur les sujets environnementaux il saura rassembler nombre d’électeurs !


                                        • Briseur d’idoles (---.---.168.120) 2 décembre 2006 20:35

                                          Entre Bayrou et Hulot (sans oublier les autres !) on n’est pas sorti de l’étable !


                                          • (---.---.102.252) 2 décembre 2006 21:39

                                            Salut Véda

                                            Je trouve ton texte powerfull, il traduit un état d’esprit dans lequel je me retrouve. En plus il est plutôt positif et très constructif. Persiste et signe !!


                                            • bayrou en force (---.---.97.56) 3 décembre 2006 00:03

                                              Bayrou a effectivement été très bon face à Claire Chazal... je pense d’ailleurs qu’il devrait s’arranger avec Corinne Lepage pour qu’elle passe sous sa banière, ils sont de sensibilité proche et elle lui apporterait sa caution et son talent sur les questions de l’écologie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès