Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > J. Rifkin et l’utopie de la troisième révolution industrielle

J. Rifkin et l’utopie de la troisième révolution industrielle

Jeremy Rifkin, économiste américain, est l'auteur de "La troisième révolution industrielle". Très à la mode dans les milieux politiques (de gauche comme de droite), il se fait rémunérer des sommes non négligeables pour des "master plan" qui promettent un avenir meilleur. Il a ainsi été payé 350 000€ par le Conseil Régional Nord-Pas de Calais.

 

Son livre explique comment " le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde ".

J. Rifkin commence par y rappeler avec raison l'importance des énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole), leur raréfaction et le réchauffement climatique qu'entraîne leur combustion. Ces énergies ont permis les deux premières révolutions industrielles (charbon et machine à vapeur, pétrole et électricité) qui ont métamorphosé les pays développés.

Il expose ensuite rapidement les 5 piliers de la troisième révolution :

1) le passage aux énergies renouvelables,

2) la transformation du parc immobilier en ensemble de micro-centrales énergétiques qui collectent des énergies renouvelables,

3) le stockage de l'énergie, essentiellement sous forme d'hydrogène dans chaque immeuble de façon à stocker les énergies intermittentes,

4) l'utilisation d'Internet pour transformer le réseau électrique en réseau de partage de l'énergie fonctionnant comme Internet,

5) le remplacement des véhicules actuels par des véhicules électriques capables d'acheter et de revendre l'énergie stockée sur un réseau électrique intelligent.

 

A ce niveau du livre, 58ème page sur 380, on attend de la suite des explications sur la façon dont ce miracle va se mettre en place et un minimum d'informations techniques chiffrées. Mais la suite est bien décevante. J. Rifkin, qui ne connaît apparemment pas grand chose aux problèmes technologiques dont la compréhension est pourtant cruciale dans ces débats, se contente de se référer à quelques travaux scientifiques lui permettant de se rassurer sur la faisabilité de son plan. La technique n'est pas son problème, la volonté politique lui paraissant sans doute plus importante que les limites physiques !

Une partie du livre, dont on cherche l'intérêt, est consacrée aux récits de ses rencontres avec les grands de ce monde (J. M. Barroso, A. Merkel, le prince Albert de Monaco, divers PDG…). On ne trouve aucun exposé sur les résultats de ses plans déjà mis en place dans diverses villes. Les quelques tentatives d'explications techniques sont très floues, par exemple : " Notre équipe de développement urbain crée des plans stratégiques qui insèrent les espaces urbains et suburbains existants dans une enveloppe biosphérique " !!

Ses propos montrent qu'il maîtrise mal ce dont il parle. Il nous explique page 137 que " la ville de San Antonio a économisé 142 mégawatts dans les deux dernières années ", confondant ainsi puissance et énergie (on peut consommer une puissance de 142 Mégawatts à un instant donné, ou une énergie de 142 MégaWatts-heure en 2 ans). Page 144, il parle de production d'électricité sur les immeubles à partir d'installation thermique solaire (le solaire thermique sur les immeubles produit de la chaleur et non de l'électricité… ! ! ). Je passe sur d'autres bizarreries.

Sa critique du capitalisme est sans doute juste mais sans grand rapport avec la production d'énergie. Sa critique du système scolaire est caricaturale quand il affirme que " débiter des ouvriers productifs est devenu la mission principale de l'éducation moderne ", destinés à " servir des entreprises despotiques et centralisées…sans jamais remettre en cause l'autorité ".

J'avoue toutefois avoir été agréablement surpris de lire que J. Rifkin déplore que si peu d'économistes aient des connaissances de la thermodynamique et des lois de l'énergie alors que " la transformation de l'énergie est le fondement même de toute activité économique ". Mais si J. Rifkin avait connaissance des lois physiques contre lesquelles la volonté politique ne peut rien, il n'affirmerait pas que ses propositions vont permettre une révolution.

 

Revenons sur ses 5 piliers :

1) Le passage aux énergies renouvelables.

En l'état actuel des connaissances, il est impossible de capter suffisamment d'énergie renouvelable pour remplacer les énergies fossiles et nucléaire. Certes, le soleil amène largement plus d'énergie chaque jour à la Terre que les terriens n'en ont besoin, mais savoir la capter et la stocker n'est pas une mince affaire.

Les plans de sortie du nucléaire, pourtant réalisés par de fervents partisans des énergies renouvelables, ne prétendent pas que ces énergies soient capables de produire autant qu'aujourd'hui : il faudrait, d'après ces plans bien optimistes sur les renouvelables, diminuer de 50% la consommation. Etant donné que "la transformation de l'énergie est le fondement même de toute activité économique", il est clair qu'une baisse de 50% de la consommation d'énergie est tout à fait incompatible avec la croissance économique recherchée par tous les dirigeants parce qu'elle est censée améliorer le niveau de vie, faire baisser le chômage et la pauvreté, … J. Rifkin est-il pour la décroissance économique ?

 

2) La transformation du parc immobilier en ensemble de micro-centrales énergétiques qui collectent des énergies renouvelables.

J. Rifkin imagine ici des éoliennes et des panneaux photovoltaïques sur tous les bâtiments.

- La plupart des particuliers qui ont tenté de mettre une éolienne sur leur maison s'en mordent les doigts : le vent ne souffle pas suffisamment à hauteur des maisons et il est très perturbé en ville à cause des immeubles. La maçonnerie et les charpentes ne sont pas prévues pour résister aux contraintes mécaniques qu'imposent des éoliennes. Il faudrait environ 25 millions d'éoliennes individuelles de 2kW pour produire seulement 20% de la consommation actuelle d'électricité française (qui ne représente elle-même que 21% de la consommation d'énergie). De plus le vent souffle de manière très aléatoire, surtout à faible altitude, nécessitant de stocker l'énergie pour en disposer en l'absence de vent.

- Concernant le photovoltaïque : outre le fait qu'il faille plusieurs années pour que la production d'un panneau "rembourse" l'énergie nécessaire à sa fabrication, il faudrait environ 1000 km² de panneaux pour produire 20% de la consommation actuelle d'électricité française, c'est-à-dire équiper 50 millions de toits de 20 m² de panneaux (on installe généralement 10m²). Mais le gros problème de l'énergie solaire est que la production diminue par temps nuageux et devient nulle la nuit (juste quand on allume les lumières…), d'où encore une nécessité de stockage.

 

3) Le stockage de l'énergie, essentiellement sous forme d'hydrogène, dans chaque immeuble de façon à stocker les énergies intermittentes.

J. Rifkin a bien compris le problème de l'intermittence de l'éolien et du photovoltaïque, il sait que leur développement ne pourra concurrencer sérieusement les énergies fossiles que si on est capable de stocker l'énergie. Il sait aussi sans doute que le stockage par batteries est peu écologique et inenvisageable à grande échelle. Alors J. Rifkin préconise la solution miracle qui consiste à utiliser l'électricité pour produire de l'hydrogène que l'on peut stocker, pour ensuite l'utiliser dans des piles à combustibles qui génèrent de l'électricité. Cette technologie connue depuis longtemps serait bien plus utilisée si elle était vraiment efficace et pratique. Il omet de dire que le stockage sans danger de l'hydrogène n'est pas aisé, que les 2 conversions entraînent une perte d'au moins 75% de l'énergie (ce qui nécessite de multiplier par 4 les moyens de production ! ) et que la pile à combustible ne pourrait être fabriquée en grande série car elle nécessite des métaux rares comme le platine.

 

4) L'utilisation d'Internet pour transformer le réseau électrique en réseau de partage de l'énergie fonctionnant comme Internet.

J. Rifkin fait ici allusion à diverses techniques à la mode :

- Les smarts-grids, ou réseaux intelligents, qui permettent d'optimiser la production, le transport et la distribution d'électricité. Rien de bien nouveau car le réseau électrique est depuis toujours un réseau de partage de l'énergie sur lequel divers producteurs injectent de l'électricité en fonction des besoins des consommateurs, mais l'énergie ne se partage pas comme les données informatiques, les smart-grids ne dispensent pas de devoir ajuster en permanence la production et la consommation.

- Les moyens de production décentralisés, censés générer moins de pertes dans les réseaux que les grandes installations centralisées. J. Rifkin oublie que l'on doit transporter aussi l'électricité produite de manière décentralisée (c'est justement le foisonnement géographique qui permet d'atténuer un peu les problèmes d'intermittence éolien) et il ignore qu'il faut plus de matière et d'énergie pour mettre en place et maintenir 100 petites installations plutôt qu'une seule 100 fois plus puissante.

- Le "pouvoir latéral" qui doit remplacer le pouvoir hiérarchique et favoriser les échanges d'énergie : une grande partie de nos maux viendrait de la centralisation de gros moyens de production aux mains de grandes entreprises capitalistes. Je comprends qu'on puisse leur préférer une économie coopérative, mais ça ne changera pas les règles physiques.

 

5) Le remplacement des véhicules actuels par des véhicules électriques capables d'acheter et de revendre l'énergie stockée sur un réseau électrique intelligent.

Le véhicule électrique pourra effectivement être une alternative aux véhicules à pétrole si on accepte une moindre autonomie et un temps de recharge assez long. On peut effectivement envisager que les véhicules garés revendent aux heures de pointe un peu de l’électricité stockée dans leur batterie. Mais il faudrait produire l'électricité nécessaire à la recharge des batteries. Selon J. M. Jancovici (1) en qui j'ai toute confiance, électrifier tous les véhicules à pétrole de France nécessiterait une production supplémentaire d'électricité d'environ 50%, soit l'équivalent de la production de 18 EPR supplémentaires, ou de 50 millions (!) d'éoliennes individuelles de 2kW. Alors qu'il faudrait réduire la consommation d'électricité d'au moins 50% pour sortir du nucléaire, cet objectif est clairement incompatible avec l'électrification des véhicules.

 

Pas un mot dans le livre de J. Rifkin sur l'amélioration de l'efficacité énergétique, en particulier le nécessaire renforcement de l'isolation des logements, alors que c'est un des rares points qui fasse l'unanimité dans les débats sur l'énergie. Pas un mot sur les STEP (Station de Transfert d'Energie par Pompage), la seule technique de stockage d'électricité actuellement utilisée à grande échelle qui devrait être développée davantage.

 

Le discours de J. Rifkin plait aux politiques parce qu'il est optimiste et fait rêver. Il est plus facile de gagner les voix des électeurs en vantant la troisième révolution industrielle qu'en étant pessimiste. Mais il s'agit bel et bien d'une utopie. Nos politiques semblent connaître bien mal tous ces problèmes pour être prêts à y croire.

A terme nous sommes condamnés à vivre avec moins d'énergie, c'est-à-dire à vivre moins bien car c'est l'abondance d'énergie fossile qui a permis l'énorme évolution des pays riches, passés en 200 ans d'une société agricole au début du 19ème avec une espérance de vie de 30 ans, à une société confortable d'emplois tertiaires. Il faut près d'un mois de travail à un être humain pour produire la même quantité d'énergie que celle contenue dans un litre d'essence. Moins d'énergie, c'est moins de transports, moins de machines et moins de chaleur, c'est donc inévitablement plus de travail, plus de pauvreté, de tâches ingrates, moins de confort, de loisirs, de soins médicaux, de congés, de nourriture, de logements, d’emplois intéressants, de culture, d'éducation, de développement... Il faut s'y faire. On peut essayer de limiter les dégâts mais ce ne sont pas les théories de J. Rifkin qui changeront l'avenir du monde. Leur danger est de faire partir les politiques dans de mauvaises directions, et de faire croire qu'ils ont le pouvoir de faire des miracles. La déception sera encore plus grande.

 

Si vous n'êtes pas convaincu par mes propos sur la troisième révolution industrielle, je vous invite à lire ceux de Amar Bellal (2) et Jean Gadrey (3).

 

Bertrand Cassoret

 

 

(1) Jean Marc Jancovici : http://www.manicore.com/documentation/voit_elect.html

(2) Amar Bellal : http://environnement-energie.org/2013/05/25/jeremy-rifkin-le-nouveau-prophete-de-lenergie-et-de-lindustrie-decryptage-dun-phenomene/

(3) Jean Gadrey : http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/05/09/jeremy-rifkin-le-gourou-du-gotha-europeen-1/


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • howahkan Buddha Marcel. 14 octobre 2013 11:04

    vous savez ici on parle de survie,comment survivre ensemble ? et la seule réponse imbécile en général des humains c’est ;battons nous ça sera génial................il n’y est pas du tout question de vivre....non sujet total pour l’occident en entier et cela gagne le monde entier..non sujet sauf quelques secondes avant de mourir,comme je l’ai vécu récemment avec des parents âgés qui me disaient : si on avait su, c’était pas une vie........t’avais raison

    trop tard : smiley

    raison de quoi ? d’être sans le chercher en dehors de ce monde de compétition qui élimine , de business qui est derrière chaque guerre , d’argent qui n’a jamais rien fait, de paraitre, de peur de demain qui empêche le présent d’être, de l’ignorance quasi intégrale de soi même en profondeur etc etc
    ils sont partis , la peur de demain aussi......la vie aussi..
    çà pourrait être la 100 révolution, peu importe, le sens nous est de + en + caché....on tourne en rond depuis des milliers d’années et le moyen est devenu le sens( le non sens total en fait,la faute ultime) faute de mieux...croire que c’est le système qui crée le systeme est la plus stupide des positions intellectuelles, et que la pyramide se construit par le haut aussi , ce sont les humains qui créent cela et d’autres qui acceptent ,une histoire de couple maudit et pervers que cette infamie......le riche qui vole-écrase les autres pour l’être car il n’y a aucun autre moyen , est la guerre, la violence, l’injustice , la famine , le chômage organisé et tout le reste comme les fausses religions pour dominer les ignorants volontaires , pour rester aveugle , sourd et muet à sa souffrance et celle des autres ..
    ce ne sont pas des rebouchages superficiels qui vont changer le chemin emprunté depuis 10 000 ans..encore une fuite de ce qui est ou un leurre de plus..le problème est en nous,c’est la et seulement là qu’il sera résolu...


    • Didier Cozin Didier Cozin 14 octobre 2013 11:13

      Il faut se méfier des lectures que font certaines personnes de Jeremy Rifkin ; Il y a 15 ans il avait prédit la fin du travail et la gauche avait embrayée avec les 35 heures que chacun connaît (mais qu’aucun peuple au monde n’a eu la bêtise de graver dans le marbre d’une loi).

      A l’avenir en tout cas ce n’est pas de travail dont on va manquer en occident mais d’emploi. Il vaut mieux donc s’y préparer


      • ZEN ZEN 14 octobre 2013 11:56

        Merci pour ce billet et pour l’occasion de lire l’excellente critique de J. Gadrey


        • Gollum Gollum 14 octobre 2013 12:20

          Très bonne mise au point. Et je suis particulièrement d’accord avec la conclusion.


          • K2017 Kxyz 14 octobre 2013 15:11

            Que les hommes politik rêvent d’ une 3 ème révolution industrielle quoi de plus normal mais là est l erreur il n ’ en aura pas ne leur en déplaise le modèle d ’ avenir en l ’état actuel des connaissances sera bel et bien articulé autour des réseaux aux multiples hubs.
            Il y aura des grands acteurs car même si décidait de fermer les centrales nucléaires françaises - pour certaines il y a urgence cf celle du Tricastin par exemple cela ne se fera pas du jour au lendemain au vu des couts estimé à ce jour à 2- 3 milliards par centrale
            sans oublier r de l’ aspect technologik..

            http://www.rue89.com/planete89/2011/05/12/a-brennilis-la-centrale-nucleaire-est-morte-mais-pas-demantelee-202203

             pour autant des économies sont possible et la recherche boostera le solaire la géothermie ainsi que l éolien mais pas sous les formes actuelles..
            maintenant vos conclusions concernant la santé le bien être lié à une moindre consommation sont d ’ un autre siècle produire des biens durables des produits locaux ne nuiront ni à votre santé ni à votre environnement bien au contraire
            Il y a urgence à changer votre grille de lecture sur le monde à venir


            • Karol Karol 14 octobre 2013 17:03

              Je vous remercie pour cet article qui remet les pendules à l’heure. La seule source d’énergie du futur est malheureusement celle que l’on ne consomme pas aujourd’hui. Traquons les gaspillages, relocalisons l’économie, Utilisons des moyens de transports sobres, etc...bref cessons de faire du PIB le seul indicateur de richesse.


              • MAF Vincent F.A. M. 14 octobre 2013 21:54

                En définitive, nucléaire ou pas, énergies renouvelables électriques ou pas, seule la sobriété (souhaitée par les scénarios NégaTEP et NégaWatt) et la lutte contre les paradis fiscaux (comme le dit Joseph Stiglitz auront un sens pour lutter contre le bouleversement climatique et répartir les richesses. Tout le reste est du Green-Washing. Il serait temps de parler de résilience.
                Quelque-part, pas besoin de prendre au pied de la lettre ce que propose Jérémy Rifkin (qui n’est qu’économiste après tout) et de simplifier le débat en disant qu’il est impossible de vouloir remplacer les centrales nucléaires par quelques panneaux solaires ou éoliennes, tout le monde le sait), le pouvoir latéral prend le dessus et là, Rifkin est un visionnaire. Il n’aurait pas été possible d’échanger des points de vue sur ce canal qui fait partie de ce pouvoir qui se décentralise. Donc là-dessus il a vu juste, les révolutions deviennent des évidences dans de nombreux pays où l’inégalité est insupportable. La société internet a permis des révolutions récentes. La critique est toujours très facile mais personne ne propose de solutions viables en définitive.
                 Personne ne parle de taxer l’énergie carbonée, seule Jancovici en a fait un livre. Jusqu’à maintenant les prix ont toujours été logarithmique, alors qu’il devrait être exponentiel. C’est-à-dire petit pour les petits et énorme pour ceux qui rentre au-dessus de la barre ’Gaspillage’. Prenons le prix de l’eau, les petits consommateurs payent un prix par m3 plus cher que les gros consommateurs (je ne parle pas des agriculteurs qui ont besoin de beaucoup d’eau pour nous nourrir et on leur doit beaucoup, mais des particuliers), mais on peut extrapoler cela pour tout le reste (gaz, électricité, forfait téléphone consommateur aussi d’énergie).
                Prenons d’autres exemples, tous les messages marketing sont basés sur le gaspillage : voiture suréquipée (donc trop équipée de gadget sans doute), forfait illimité (alors que la journée est limitée à 24h), séjour all-in (donc mangeons jusqu’à la panse bien pleine dans un pays pauvre), repas à volonté (y compris l’assiette pas terminé), mobile à changer tous les ans pour la dernière version (jusqu’à temps que la dernière version veut dire il n’y a plus de matières premières).

                En résumé, Joseph Stiglitz parle de créer un PIB vert et de lutter contre les paradis fiscaux, la priorité.

                Comment faire pour lutter contre le changement climatique qui est un chantier énorme si on n’est pas capable de lutter contre les abus du trading haute fréquence alors que c’est techniquement plus facile ?


              • rhea 1481971 15 octobre 2013 07:04

                Bonne mise au point, seulement il est impossible à un politique intellectuellement de penser que dans un avenir proche que le niveau de vie matériel de ces concitoyens sera celui des années 50 avec la technologie d’aujourd’hui. Actuellement l’augmentation du coût de l’énergie est compensée par le déficit budgétaire, l’endettement augmente et les politiques usent de cet artifice pour éviter les mouvements de foule.


                • Xavxav 21 octobre 2013 10:58

                  Jeremy Rifkin n’indique pas que les solutions préconisées sont disponibles sur le marché, mais que c’est vers ces tendances qu’il faudra orienter notre recherche et développement. Et c’est bien le rôle des décideurs, politique et industriels, d’orienter la politique industrielle vers des besoins à long terme. Par exemple concernant le stockage de l’électricité, il écrit page 75 : « c’est probablement l’hydrogène qui offre le meilleur espoir de succès à long terme en fonction de sa flexibilité ».

                  Dans une de ses conférences qui s’est tenue à Rennes, une question par un spectateur a porté sur l’utilisation des énergies libres. Il a répondu que : quelque soit l’énergie, ce qui est important est que nous utilisions à l’avenir des énergies renouvelables.

                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 mars 2014 10:07

                      Il n’y a pas d’alternative : il est nécessaire de faire une « troisième révolution industrielle ». Il s’agit d’une constatation purement technique. La part d’utopie ou de rêve est infinitésimale si elle existe bien : espérer que les Hommes dépassent leur manque d’espoir actuel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès