Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > L’Humanité à l’aube du 29ème jour

L’Humanité à l’aube du 29ème jour

En dehors de la croissance point de salut nous assènent à longueur de journée économistes et hommes politiques. Sans aller jusqu'à la décroissance perçue comme une condamnation à la régression, la recherche d'un autre modèle de développement, équilibré, prenant compte des limites des ressources de notre planète est un impératif si nous voulons éviter un effondrement à court terme de l'Humanité. C'est ce qu'affirme depuis plus de 40 ans le rapport Meadows. Et les faits semblent lui donner raison.

Si on avait 30 jours pour sauver l'Humanité, est-ce qu'on attendrait le 29ème jour ? En mars 1972, répondant à une commande du Club de Rome, de jeunes chercheurs conduits par le physicien américain Dennis Meadows du Massachusetts Institute of Technology (MIT) publiaient The Limits to Growth, un rapport modélisant les conséquences possibles du maintien de la croissance économique sur le long terme.

Le rapport soulignait notamment que les limites physiques à la croissance seraient atteintes au cours de la vie des enfants des auteurs et que si ces limites sont ignorées, on atteindra un point de non retour qui conduira à un effondrement. Pourtant, il existerait une alternative à ce scénario : une démographie et une production équilibrées avec les ressources limitées de la planète. Point positif, les universitaires estimaient cet équilibre atteignable dans les 50 ou 100 ans à venir mais, que chaque année perdue dans la mise en œuvre d'une nouvelle politique rendra la transition nécessaire beaucoup plus difficile et diminuera les chances de la réaliser.

Difficile d'être plus clair. Quatre décennies plus tard les 5 grands principes énoncés demeurent d'une cruelle actualité. Et pourtant, l'idée est aujourd'hui encore largement répandue qu'il n'y aurait pas de limites à la croissance et qu'il ne faut rien changer dans notre mode de développement sinon à la marge, pour atténuer les maux.

Comme le rappelait pourtant Dennis Meadows au quotidien Le Monde en 2012 à l'occasion du 40ème anniversaire de la publication du rapport, " Ce que nous démontrions en 1972, et qui reste valable quarante ans plus tard, est que cela n'est pas possible : le franchissement des limites physiques du système conduit à un effondrement", c'est-à-dire, une société qui devient de moins en moins capable de satisfaire les besoins élémentaires : nourriture, santé, éducation, sécurité.

Et Meadows de prophétiser "Dans les vingt prochaines années, entre aujourd'hui et 2030, vous verrez plus de changements qu'il n'y en a eu depuis un siècle, dans les domaines de la politique, de l'environnement, de l'économie, la technique. Les troubles de la zone euro ne représentent qu'une petite part de ce que nous allons voir. Et ces changements ne se feront pas de manière pacifique".

Elucubrations d'un chercheur brillant mais un peu fou ? Le très sérieux Forum économique mondial de Davos évalue chaque année dans un rapport les 31 risques globaux qui pourraient avoir d’importantes incidences négatives dans de nombreux pays et dans une multitude de secteurs d’activités s’ils se matérialisent.

Avec une perspective de 10 ans le rapport Global Risks 2014 classe ainsi par ordre en risques les plus probables : les disparités de revenus, les phénomènes météo extrêmes, le chômage, le changement climatique, et les cyberattaques. Ramené en risques susceptibles d'avoir l'impact le plus profond, on obtient le classement suivant : crises budgétaires, changement climatique, crise de l'eau, chômage, effondrement des systèmes d'informations critiques (cybergeddon). Autant de scénarii qui dessinent ce que pourrait bien ressembler à un 29ème jour.


 


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • howahkan Buddha Hotah 3 février 2014 12:31

    le jours ou les moutons ,la masse docile qui accepte son sort, verrons , car ca va venir que de bergers ils n’en ont pas besoin,...alors le berger disparaitra..et je ne suis pas sur que sa disparition soit pacifique......il est temps de retourner la menace contre celui qui a commencé...

    des gens comme Meadows pour moi ne prophétisent rien du tout, ils essayent juste de nous faire croire que le futur des banquiers est écrit, or rien n’est écrit..

    cela dit pour moi il n’y a qu’une solution pour l’humain, là je parle dans le domaine pratique c’est le partage équitable d’une coopération globale sans compétition...

    nous vivons sur deux mythes, deux théories qui sont fausses

    il y a la théorie du meilleur et la théorie de la compétition donc, les deux sont liés .

    la compétition d’abord ,déjà ce mot est faux , il s’agit d’élimination en fait, donc massacres inclus ...
    le meilleur ensuite ,la compétition-élimination donnerait un meilleur dans tous les domaines partout et tout le temps...ainsi les 100 millions de morts en deux guerres ne sont que le résultat logique du mythe de la compétition-élimination qui donne toujours le meilleur

    ces deux postulats sont totalement faux sauf d’admettre que la vie humaine est, dans le but de tuer un maximum ..

    petit rappel des gens d’en haut , au dessus c’est quoi ??? et de leur pensée

    l’excellent Malthus d’abord

    -Plutôt que de recommander la propreté aux pauvres, (...) nous devrions construire les nies plus étroites, loger plus de gens dans les maisons, et aider au retour de la peste

    puis le non moins remarquable darwin

    -« Quant à nous, hommes civilisés, nous faisons, au contraire, des lois pour venir en aide aux indigents ; nos médecins déploient toute leur science pour protéger ’la vie de chacun. Les membres débiles des sociétés civilisées peuvent donc se reproduire indéfiniment. Or quiconque s’est occupé de la reproduction des animaux domestiques sait, à n’en pas douter, combien cette perpétuation des êtres débiles doit être nuisible à la race humaine. On est tout surpris de voir combien le manque de soins, ou même des soins mal dirigés, mènent rapidement à la dégénérescence d’une race domestique, en conséquence à l’homme lui-même, personne n’est assez ignorant et assez maladroit pour permettre aux animaux débiles de se reproduire.

    salutations


    • Ronfladonf Ronfladonf 3 février 2014 13:09

      Il y a un concept qu’on tient pour « sacré » et qui pourrait aider nos moutons à se réveiller et faire face au berger : le libre arbitre.


      Moi je vois ce « 29e jour » comme notre seule et unique chance de faire jouer notre libre-arbitre.

      On peut choisir de rester débiles et être bien dociles.
      On peut se réveiller et « remmetre tout ça d’aplomb d’un grand coup ».

      Tant qu’on est persuadés qu’on n’y a pas accès à ce libre-arbitre (par exemple il est communément accepté que c’est la télé qui forge les opinions, ...) 

      Le problème c’est que plus on attend et moins ce sera pacifique, mais ce ne sont pas quelques moutons noirs qu’il faut. C’est le troupeau entier !!!

      En attendant, on ne peut qu’observer le déroulement du jeu et se tenir prets

    • howahkan Buddha Hotah 3 février 2014 13:54

      Ça me semble juste qu’il y ai observation pour le moment...et ceci me semble aller dans le sens de l’intelligence globale qui nous fait défaut..observer c’est comprendre,saisir les tenants et les aboutissants, voir sans déformer etc etc etc

      je suis plus circonspect concernant le libre arbitre , qui est aussi un vaste sujet....en général on entends par libre arbitre le simple choix binaire que l’on fait sans arrêt à longueur de journée, moi je comprend autre chose que çà par libre arbitre et qui est la possibilité toujours présente de justement aller au dela de ces choix binaires qui sont une des racines de division donc de guerre ....si tu as le temps de préciser ta pensée je serais intéressé

      salutations


    • SamAgora95 SamAgora95 3 février 2014 21:46
      @Buddha Hotah

      « là je parle dans le domaine pratique c’est le partage équitable d’une coopération globale sans compétition »

      C’est la ruine assurée ! 

      Personne ne connait le futur, par conséquent la vie est faite d’imprévus, de dangers, de risques. Celui qui décide de braver le danger de prendre des risques demandera toujours à être rémunérer plus que les autres (que ce soit en argent, viande ou tout autre objet de valeur) et c’est parfaitement normal, puisqu’il dépense plus d’énergie que les autres !

      Si vous instaurez un partage équitable dans le sens égalitaire plus personne ne voudra prendre de risques, la société n’évoluera pas, et vous ne seriez pas sur votre chaise au chaud à tapoter sur un clavier, mais plutôt à vous les geler dans une grotte et à regarder vos proches mourir à petit feu de mal nutrition, de maladie, d’attaque d’animaux sauvage etc.. etc..

      Ce n’est pas parce que le système capitalisme actuel est truqué qu’il faut jeter le bébé avec l’eau du bain !

    • Croa Croa 3 février 2014 23:27

      C’est quoi les nies  ?


    • nicolas_d nicolas_d 4 février 2014 00:34

      Le libre arbitre n’existe pas, c’est un fantasme.
      D’un point de vue scientifique qu’est ce qui explique que le hasard puisse créer de la continuité ? Regardez à notre échelle, la continuité. Si vous regardez au niveau quantique et vous voyez du hasard, c’est que vous n’avez pas de bons yeux.
      D’un point de vue plus humain, nous sommes dépendant de nos sensibilités, de nos émotions, de nos passions.
      D’ailleurs, les prévisions d’il y a 40 ans ne sont-elles pas réelle aujourd’hui ?
      Si le cahot arrive, ce n’est pas un hasard. Ca n’a rien à voir. Il existe des courbes déterminées chaotiques.


    • Marc Chinal Marc Chinal 4 février 2014 01:36

      <<<<là je parle dans le domaine pratique c’est le partage équitable d’une coopération globale sans compétition...<<<<
      .
      Comment vous y arrivez dans un monde basé sur la rareté obligatoire de la monnaie ?
      (si les monnaies ne devaient pas être rares, on prendrait les feuilles d’arbres comme unités d’échange)
      Nous sommes l’avenir.


    • Matthias24 Matthias24 4 février 2014 08:06

      A samagora95,
      Mais vous raisonnez encore en therme de compétition. Il n’y aurait pas de prises de risques par rapport à la communauté, personne ne voudra vous prendre quoi qu ce soit car cela serait devenu futile. De plus, c’est la que les valeurs morales et éthiques universelles seront nécessaire. La prise de risque, comme vous dites, sera vue non pas comme un sacrifice mais comme une action honorable et aimée et respectée. En plus de la curiosité, il y’aura la reconnaissance du groupe et surtout la joie de contribuer au bien être ou à l’avancement de la société.

      Et le vieux préjugé celon lequel celui qui travail plus doit être payé plus, ne fonctionne pas en réalité. En effet, comment définir celui qui travail plus ? Chacun est différent et le même travail pour deux personnes différentes ne sera pas pareil parce qu’on a tous une constitution différentes et des facilités particulières. Donc l’égalité à ce niveau là n’existe pas, donc on ne peut pas quantifié sur ce principe. C’est plus au niveau de l’individu qu’il faut voir dans ce cas je pense. Les personnes, de pars leur éducation, seraient, dans la majorité, plus ou moins sincèrent et donc on leur demanderait combien elle auraient besoin voilà tout. Il a assez pour tout le monde avec une démographie controlée et une bonne organisation alors pourquoi voler quand il y a abondance ? Je pense que c’est la compétition et la jalousie entretenue, notament avec le droit de propriété ( qui a dit à qui appartenait la terre ou l’air ?) qui fait l’homme le salaud qu’il est aujourd hui.

      Bien à vous


    • nicolas_d nicolas_d 4 février 2014 09:49

      Faut quand même faire gaffe avec les « morales et éthiques universelle », le « partage équitable d’une coopération globale » etc...
      Si je vous dis « ordre et gouvernement mondial » vous adhérez ?


    • Matthias24 Matthias24 4 février 2014 21:56

      oui vous avez raison mais je ne savais pas vraiment comment formuler tout ça alors j’ai fait un pack^^ mais je parlais de chose comme l’amour de son prochain, ne pas faire à autrui ce que l’on veut pas qu’on nous fasse par exemple.
      Je suis contre un gouvernement mondiale centralisateur mais pour une entente globale sans désir d’une supériorité d’une nation. En gros, je sais sa peut paraitre utopique, mais je suis pour une démilitarisation globale mais une autonomie des besoins de bases des communauté pour ne pas qu’une aille un avantage de vie ou de mort sur une autre.


    • wawa wawa 3 février 2014 14:12

      le rapport meadows, utilisant un modèle simple calculé avec les moyens informatiques limités de l’époque, reste d’une troublante exactitude,


      merci pour cet article.

      • Neymare Neymare 3 février 2014 15:47

        Les récentes études scientifiques tendent à démontrer qu’au rythme auquel nous allons, un effondrement massif des écosystèmes est à prévoir pour la fin du siècle.
        Qui dit effondrement des écosystèmes dit effondrement de notre civilisation.
        Pour changer notre mode de fonctionnement, c’est bien simple, il faut carrément changer l’etre humain lui meme, or, ce ne sera visiblement pas possible avant la fin de ce siècle (et d’ailleurs on n’en prend pas le chemin).
        En conséquence, il est vraisemblable que l’humanité va etre confrontée a une décroissance massive (dans tous les domaines économiques, politiques, démographique etc...) d’ici la fin du siècle.
        Ceci étant la conséquence du fait qu’il n’existe pas de système fermé dans lequel il peut y avoir une croissance constante, c’est mathématique : ce genre de système doit s’effondrer un jour ou l’autre, pour repartir ensuite.


        • lacsap151 3 février 2014 20:23

           Bonsoir Neymare,
          Dans le livre :< L’esprit de l’atheïsme( j’ai du mal à mêttre une majuscule à ce mot ...) :> André CS dit :< si Dieu n’existe pas rien n’est important et si Dieu existe rien n’est important !> :
           Ce reportage vidéo sur le PB de la croissance illimitée dans un monde limité me fait penser que l’homme est vraiment inconscient des réalités et de ses responsabilités.
           J’étudie la philosophie spirite depuis quelques années aprés avoir étudier la théologie et voici ce que tout cela m’inspire.
           Tant qu’on n’aura pas compris que l’univers est sous le contrôle d’une entité supérieure, qu’on l’appelle Dieu, Allah, Jéhovah, ou tout autre terme bien en deça certainement de sa véritable identité, et que son objectif est nôtre bonheur les gens seront toujours appeurés feront des conneries et pourront même détruire la planète.
           Pourtant nous avons à nôtre disposition les écrits d’Allan Kardec, Léon Denis, et autres méssagers du Seigneur qui nous indiquent les solutions pour sauver nôtre planète qu’Il nous à confier pour nôtre évolution et celle de nos descendants s’il en reste ! 


        • nicolas_d nicolas_d 4 février 2014 00:46

          « Tant qu’on n’aura pas compris que l’univers est sous le contrôle d’une entité supérieure.......et que son objectif est nôtre bonheur »
          On peut éventuellement le croire ou l’espérer. Le comprendre est une autre chose.
          Personnellement, je trouve très nombriliste de croire qu’une entité supérieure veuille notre bonheur...


        • Neymare Neymare 4 février 2014 11:04

          @lacsap151
          Oui, vous avez tout à fait raison. L’humanité suit une évolution, au meme titre qu’un homme au cours de sa vie évolue. Il y a des passes difficiles, des moments ou l’on est ignorant, et des moments ou on le sera moins.
          L’ignorance actuelle de l’humanité est nécessaire dans ce processus, elle génère pas mal de probleme, mais tout celà fait partie de l’évolution normale des choses, tout ceci, en dépit des apparences, est sous controle.
          Quand à dire qu’il faut etre nombriliste pour croire qu’une entité supérieure se souci de nous, il faut bien comprendre que cette entité supérieure c’est nous, ceci expliquant celà


        • Neymare Neymare 4 février 2014 11:13

          « si Dieu n’existe pas rien n’est important et si Dieu existe rien n’est important »

          Le Dieu de la bible n’existe pas, c’est plus subtil que ça. Je rejoins ACS sur ce point, ce n’est pas que les choses ne sont pas importantes, mais que les choses de la vie ne sont qu’un contexte, sans réelle importance, ce qui importe vraiment c’est ce qu’il y a dans notre esprit, car là est le vraie monde. Agissez dans votre esprit, vous agissez à la racine des choses, et le bienfait retombe sur la conséquence qui est ce que nous percevons dans ce monde.
          Celà étant, il faut prendre tout celà avec du recul et un certain humour, ce monde étant illusoire, le principal est d’etre bien dans sa vie, et de profiter de la vie tout en essayant d’etre soi meme, c’est à dire d’etre le moins possible impacté par ce monde, quand vous arrivez à un certain niveau d’évolution psychique, vous vous rendez compte que votre esprit est partout dans ce monde, il n’exite rien qui ne soit vous, donc en effet, ça permet de relativiser très largement les choses, et de profiter pleinement de la vie dans tout ce qu’elle a de bon et de positif


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 3 février 2014 16:25

          C’est l’histoire du fou qui pédale (comme un fou) pour garder l’équilibre. Si on lui disait qu’il peut aussi poser les pieds par terre ?


          • howahkan Buddha Hotah 3 février 2014 17:33

            j’aime bien cette formule..........c’est très profond, sans rire bien sur..mais en riant aussi smiley

            salutations


          • claude-michel claude-michel 3 février 2014 16:33

            L’humanité s’est condamnée elle même le déclin est déjà commencé...rien ne l’arrêtera.. !


            • zygzornifle zygzornifle 3 février 2014 17:31

              La mondialisation à outrance est le pain bénit des grands groupes industriels, des banques et autres lobbys et de nos politiques qui en tirent parti en dessous de table, pour arrêter tout ça il faudrait un retour aux sources et ces dirigeants la ne le supporteraient pas quitte à mettre la planète à feu et à sang pourvu que seuls leurs intérêts subsistent....


              • zygzornifle zygzornifle 3 février 2014 17:31

                Pour changer le vieux monde dans lequel tu vis il faut changer le vieil homme qu’il y a en toi....


                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 février 2014 17:37

                  Même Manicore y croit 
                  Conclusion : " En effet, pourrait-on penser, si l’on a besoin de tant s’apesantir sur le sens de l’humour de l’un, l’intelligence d’un autre, ou l’humanisme d’un troisième des fondateurs du Club de Rome, ou s’il est nécessaire de recourir à un titre « choc » pour alerter sur les inconvénients de la croissance, n’est-ce pas parce que le travail de recherche lui-même est soit critiquable, soit inefficace pour parvenir au même objectif ? En outre, comment éviter ensuite un amalgame fâcheux entre le rapport lui-même et les propos annexes tenus par Mme Delaunay dans son ouvrage ? On notera avec intérêt que le titre du document de référence sur le changement climatique est simplement - et sobrement - "climate change" (en français : le changement climatique). Les auteurs n’ont pas jugé utile d’affubler un dossier fort inquiétant d’un titre choc ou de la description de la poignée de main chaleureuse des scientifiques ayant travaillé sur le dossier, ni de se livrer à des considérations autres que purement scientifiques.

                  A cause des inconvénients liés à cette première édition, et surtout à cause du fait qu’il est assez difficile de se procurer ce rapport (épuisé en librairie, et que je n’ai jamais réussi à trouver sur Internet), il serait à mon sens fort utile que la traduction française du rapport Meadows soit rééditée aujourd’hui, sans commentaires ni appendice. Une telle réédition pourrait opportunément servir à inclure l’étude de ce document dans le programme de bon nombre d’établissements formant nos futures élites. Faire toucher du doigt que le monde est fini, à travers la lecture d’un texte assez bien adapté à cette fin, malgré ses inévitables faiblesses, ne serait-il pas salutaire pour tout HEC qui va oeuvrer à l’expansion de son entreprise, pour tout polytechnicien qui travaillera à accroître la puissance industrielle de l’homme, et pour tout énarque chargé de réfléchir aux voies pour l’avenir  ? " source : http://www.manicore.com/documentation/club_rome.html


                  • howahkan Buddha Hotah 3 février 2014 17:38

                    ce sont des hommes et des femmes , nous inclus en lui permettant de continuer, qui ont fait cette société, ils ont fait cette société pour des raisons profondes et ces raisons profondes ne sont jamais abordées.....est ce bien raisonnable de penser à un autre monde alors que on ne sait même pas pourquoi celui ci, les raisons ne sont ni politiques, ni économiques, ni religieuse etc car cela vient de notre psyché qui je le sens là des suite fait de ce que je dis un non sujet immédiat...


                    • Croa Croa 3 février 2014 23:36

                      Notre psyché n’a rien à voir là dedans. Une autre forme de civilisation, sans croissance, est tout à fait possible et même compatible avec la nature humaine. 


                    • julius 1ER 3 février 2014 18:26

                       classe ainsi par ordre en risques les plus probables : les disparités de revenus, les phénomènes météo extrêmes, le chômage, le changement climatique, et les cyberattaques.

                      @l’auteur,
                      Reagan disait l’Etat n’est pas la solution mais il est le problème ; on voit bien que ce postulat
                      de base a été une vraie catastrophe, d’autant plus que ceux qui ne veulent pas d’état sont les premiers à l’appeler à la rescousse lorsque leurs intérêts sont menacés, on l’a vu avec les banques en Europe ; la BCE a déversé 1600 milliards d’euros pour recapitaliser les banques , 
                      lorsque les intérêts d’Areva sont menacés au Niger, vite l’armée à la rescousse mais bien sûr après non merci pas d’état SVP. une telle duplicité devrait choquer l’opinion mais non c’est avalisé etçà passe comme une lettre à la poste, c’est un peu comme cracher sur les automobiles mais être content de les avoir pour se déplacer, à un moment il faut de la cohérence dans ce que l’on fait et ce que l’on veut, pour ce faire il faudrait des politiciens un peu plus éclairés et qui engagent les populations dans un vaste débat sur ce que doit être et peut être la vie en commun et en société, or de cela il n’y a pas, hormis rembourser la dette exponentielle à la faveur des notations de deux ou trois agences dont personne n’a eu à dire quoique ce soit sur leur passé, présent et à venir...... Meadows et son rapport ont eu raison sur plusieurs points, mais le principal est que il faut faire un usage intelligent et raisonné des ressources terrestres or ce n’est pas à quoi on assiste et pour finir j’ai bien aimé la définition de Mélanchon sur ce qu’est la politique de l’offre voulue par Hollande et qui se résume ainsi :
                      deux inuïtes au pôle nord qui discutent dans leur igloo sur ce qui serait un plus dans leur situation, un petit chauffage d’appoint qui ne fasse pas fondre les parois de leur habitat, quand quelqu’un sonne à la porte, il font entrer un VRP pour qu’il puisse se réchauffer et lui demande s’il ne vendrait pas d’appareil de chauffage portatif etc....celui-ci leur dit qu’il est désolé mais que par contre il est disposé à leur vendre un .......réfrigérateur, c’était la définition de Mélanchon sur ce qu’est la politique de l’offre. C’est drôle et en même temps
                      assez subtil et intelligent pour que l’on puisse se rappeler l’anecdote !!!!

                      • Jean-Philippe 3 février 2014 18:35

                        Bonjour,

                        Lorsque je vois certain commentaire envisageant l’effondrement pour la fin du siècle, ça me fait bien rigoler.
                        Il faut savoir qu’à ce jour, simplement pour que le système financier ne parte pas en cascade de faillites, il faut que la FED (banque centrale américaine) crée des dollars à un rythme de 65 000 par mois, du même ordre de grandeur pour la BCE (banque centrale européenne) en euros, ça doit être pire au Japon en yens, et que c’est un peu partout comme ça ...

                        On en reparle dans dix ans ... si internet fonctionne encore.


                        • Abou Antoun Abou Antoun 3 février 2014 18:51

                          Lorsque je vois certain commentaire envisageant l’effondrement pour la fin du siècle,
                          Vous avez raison c’est d’un optimisme béat.


                        • Jean-Philippe 3 février 2014 21:25

                          Bonjour,

                          Tiens, je me suis relu un peu vite.
                          Pas 65 000 dollars, mais 65 milliards de dollars par mois.
                          Un détail, sans doute.


                        • Croa Croa 3 février 2014 23:43

                          « Lorsque je vois certain commentaire envisageant l’effondrement pour la fin du siècle, »

                          Dire ça ainsi c’est être déjà dans le déni.


                        • nicolas_d nicolas_d 4 février 2014 00:53

                          Certains comptent sur un Dieu
                          Vous, vous comptez sur des bouts de papiers !
                          Vous comptez faire des graines, des abeilles, de l’eau en papier ?


                        • nicolas_d nicolas_d 4 février 2014 00:56

                          Pardon jean Philippe, je crois que j’ai mal lu


                        • Neymare Neymare 4 février 2014 11:19

                          « Lorsque je vois certain commentaire envisageant l’effondrement pour la fin du siècle »
                          je parlais d’un effondrement écologique, la finance je m’en fout qu’elle s’effondre, ça ne peut etre que bénéfique pour l’humanité


                        • lois-economiques lois-economiques 5 février 2014 20:37

                          La FED ne crée aucun dollar il faut arrêter avec cette mystification.

                          Ce sont les banques privées qui créent la monnaie.
                          Faut arrêter de véhiculer de fausse information.

                        • Jean-Philippe 6 février 2014 06:37

                          Bonjour,

                          Lois économiques :
                          Le jour où vous aurez compris que l’économie fonctionne à partir de matières premières, d’énergie et de temps, et non à partir de capital et de travail, vous aurez fait un grand pas dans la connaissance ...


                        • lois-economiques lois-economiques 6 février 2014 09:10

                          @Jean Phillippe

                          Je ne voie pas le rapport avec ma remarque.
                          La FED ne crée pas de dollar (sauf les billets physiques mais c’est marginal) c’est tout, c’est un fait.
                          Le nier c’est un mensonge, le véhiculer c’est de la désinformation.
                          Veuillez donc rectifier par simple honnêteté intellectuelle votre assertion.
                          En ce qui concerne votre remarque m’étant en cause quelque chose que je n’aurais pas compris, je ne la comprends pas et ce que je ne comprends je ne le commente pas.



                        • Jean-Philippe 9 février 2014 18:17

                          Bonjour,

                          Dans mon monde à moi, et aux dernières informations officielles diffusées par la FED, c’est à dire tappering pris en compte, celle-ci finance en ce moment pour 35 milliards de dollars par mois l’Etat Fédéral Américain par l’achat de bonds, et pour 30 milliards de dollars, toujours par mois, un soutien à l’économie par différents moyens.
                          Et en effet, on constate chaque mois que le bilan de cette banque centrale s’alourdit d’un montant de cet ordre de grandeur.
                          Ceci dans le cadre d’un quantitative easing N°3, qu’on peut traduire en français explicite par planche à billet industrielle, car les dollars en question, la FED n’en dispose pas dans ses caisses, elle les fabrique pour les besoins de la cause ...
                          Alors la désinformation, elle est du coté de ceux qui prétendent que la FED ne crée pas de dollars ...


                        • Fourmi Agile Evrard 3 février 2014 18:35

                          C’est curieux ce catastrophisme permanent.

                          Cela fait au moins 30 ans, que j’entends ce refrain ; « on va vers une catastrophe. »

                          D’accord tout est loin d’être parfait, il y a des problèmes, mais il y en a toujours eu et on les a toujours résolu.

                          Pourquoi ne pas envisager l’opposé du catastrophisme ? Non pas le paradis sur Terre où tous les hommes se tiendraient la main ! Mais un monde extrêmement varié, qui fonctionnerait malgré tout, avec des hauts et des bas. 

                          Il y aura toujours des guerres, des gens qui meurent de faim ou de froid, des catastrophes, de la violence, des pauvres et des riches.
                          Mais il y aura toujours aussi des régions où on vit bien, même dans un pays en crise.

                          Pourquoi ne pourrait pas on rêver aussi un peu ?
                          Vous connaissez cet air de Donald Fagen ; « what a wonderfull word it would be ».
                          Ecoutez le, ou réécoutez le...ça fait du bien.







                          • Fourmi Agile Evrard 3 février 2014 18:45

                            Correction :

                            ce n’est pas « what a wonderfull word it would be ». Quel monde merveilleux cela pourrait être.
                            C’est « what a wonderfull word it will be ». Quel monde merveilleux cela sera.

                            Et aussi Louis Armstrong. Lui il dit encore mieux : « What a wonderfull word ». Pas demain, mais maintenant !

                          • Abou Antoun Abou Antoun 3 février 2014 18:48

                            D’accord tout est loin d’être parfait, il y a des problèmes, mais il y en a toujours eu et on les a toujours résolu.
                            L’erreur est de croire que ce qui s’est déjà produit peut toujours être recommencé. On dit que l’histoire est un éternel recommencement mais on dit aussi que l’histoire ne repasse pas les plats.
                            Pour ce qui me concerne je n’ai pas ressenti de pessimisme ambiant durant les 30 glorieuses, bien au contraire. Il est vrai que depuis les années 80 le ton a changé, mais les circonstances aussi ont changé.


                          • Abou Antoun Abou Antoun 3 février 2014 18:49

                            le mot de la fin :
                            le monde en globbish c’est ’world’ pas ’word’.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès