Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La chasse au pigeon vert

La chasse au pigeon vert

« Pigeon  », suivant le Larousse : « homme facile à duper, à plumer… »

« Vert » : couleur à la mode, évoquant la nature, mais aussi le manque de maturité.

Les temps de crise (nous y sommes), sont propices au développement de nouveaux concepts, se traduisant par des affirmations péremptoires, des discours électoraux et des actions économiques très concrètes.

Affirmations péremptoires par une incertaine proportion de scientifiques auto-proclamés, ou de fonctionnaires de l’ONU, dont le fameux GIEC, que la Terre est en danger mortel, que le réchauffement climatique plus ou moins constaté est dû essentiellement à l’homme occidental (et bien entendu aux effets du mondialisme, du néo-libéralisme et du capitalisme)

Affirmations pour le moins contestées par d’autres scientifiques, tout aussi diplômés, mais moins idéologues, plus concrets et beaucoup moins convaincus de l’influence prépondérante de l’homme sur les grandes évolutions de la nature, tout en reconnaissant volontiers le besoin de limiter les pollutions dûment identifiées et le recours excessif aux énergies fossiles.

Qui croire ?

Discours électoraux, dans tous les pays, ou tout au moins les pays les plus avancés, les plus bourgeois, dans lesquels les intellectuels sont suffisamment sûrs de leurs revenus personnels récurrents pour rechercher une assise populaire satisfaisant leur besoin de pouvoir, quitte à mentir sciemment, le temps des campagnes, à leurs mandants.

Les arguments politico-écologiques ont pris une importance énorme, ces dernières années, au point de réhabiliter des vocabulaires oubliés, tout cela pour tenter de toucher les électeurs doutant de plus en plus de l’utilité réelle de leurs élus. Techniques de marketing ordinaire…

Qui n’a remarqué, dans les discours de nos personnels politiques, les mots « équitable, solidaire, émissions de CO2, énergie renouvelable, biologique, plus généralement vert et social, mais aussi prime d’Etat, crédits d’impôts, prêts à taux zéro… » ?

Qui n’a remarqué, cependant, que peu de ces élus n’avaient de connaissances réelles des sujets qu’ils évoquaient, et le courage d’avoir leurs propres opinions ?

Actions économiques très concrètes de la part des intervenants du monde réel.

Qu’ils soient quasi publics ou privés, les opérateurs économiques ont bien compris que l’individu français, mais aussi les édiles locaux, allaient devenir sensibles à tout ces discours, que de nouveaux marchés allaient s’ouvrir et que des positions de quasi monopole devaient être défendues, le tout soutenu par des promesses de baisse d’impôts.

Les services marketing ont donc ressorti des cartons les ampoules basse consommation, bientôt les LED éclairage, les pompes à chaleur, les panneaux photovoltaïques, les fenêtres isolantes, devenus plus faciles à vendre, malgré des prix toujours aussi élevés.

C’est ainsi qu’a redémarré, dans le bâtiment, la chasse au pigeon, qui n’avait en fait pas vraiment cessé, il est vrai. Mais il devenait franchement difficile de fourguer, même à des personnes âgées, des climatiseurs à la réversibilité miraculeuse, des adoucisseurs d’eau inutiles, des systèmes de protection inopérants…au prix de l’or.

Le pigeon vert a la particularité de tomber tout cuit, ce qui est pour le moins étonnant.

Un exemple ?

Il achète une installation de pompe à chaleur de 15 ou 20000 Euros les yeux fermés, sur la bonne gueule et les allégations vaseuses d’un commercial – qui vendait des dentifrices 3 mois avant–, sans qu’aucune étude sérieuse n’ait lieu sur place, et sans savoir qui va lui installer et prendre la responsabilité d’un système qu’il croit simple.

Pour faire bonne mesure, il va prendre un crédit sur 10 ou 15 ans, proposé « clés en main et sans souci » avec la pompe, à un taux prohibitif, mais on lui a dit que les économies allaient largement couvrir l’amortissement du matériel et les intérêts, en 3 ou 4 ans.

Alors, c’est faire œuvre d’esprit civique, de solidarité environnementale, non ? Et aussi d’aider les banques nécessiteuses ?

Mais l’atterrissage du pigeon est souvent brutal

Le bazar ne marche pas bien, surtout l’hiver…. L’isolation thermique des plumes qui lui restent n’est pas suffisante, et il a ressorti les vieux radiateurs électriques de grand-mère.

L’entreprise de pose, qui est déjà intervenue très en retard, au départ, et lui a facturé des travaux supplémentaires, ne veut pas se déplacer, considérant qu’elle n’a pas à supporter la garantie du matériel et les conséquences d’un mauvais choix.

L’agent commercial, si sympathique, ne fait plus partie depuis longtemps de la société de vente, qui a depuis déposé le bilan. Tout ce beau monde est injoignable.

La facture EDF a triplé. Le gros moteur de la pompe plus les radiateurs de grand-mère…

L’avantage fiscal a été en fait très inférieur à ce qui avait été prévu (mais non garanti…)

Le crédit court toujours, et il y a fort à parier qu’il durera plus que l’installation…

C’est un exemple, certes, pas aussi caricatural ni rare que cela, en réalité.

Il porte sur des dépenses importantes, le plus souvent sur des clients peu fortunés, convaincus et au final ruinés par le discours à la mode.

Il n’est cependant pas général, puisque des installations anciennes, bien étudiées et bien réalisées par de véritables professionnels, fonctionnent encore. 

Le respect de la nature et la participation de chacun à un meilleur équilibre sont éminemment respectables. Il est probablement plus utile d’investir dans cette direction que d’aller jouer au tiercé, au Loto, ou de prendre des abonnements au foot-ball.

Mais il faut aussi que chacun admette que l’écologie est aussi, très souvent, un simple argument politique mis en avant pour se faire mousser. A noter que l’avantage fiscal est un argument à usage politique et commercial payé par le contribuable.

Nombre d’entreprises publiques ou privées se sont jetées voracement sur ce créneau, avec tous les moyens actuels de marketing et de commerce agressif, pour se faire de l’argent (« le green-business »), sans que les qualifications techniques suivent et que la pertinence économique globale soit prouvée.

Il n’est en rien obligatoire de devenir un pigeon vert…


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Talion Talion 25 septembre 2009 19:41

    Et ouais, mais que voulez-vous les gens se font baiser par des marchands peux scrupuleux et en plus ils en redemandent...

    A partir de ce moment là pourquoi donc les escrocs se priveraient-ils de les plumer, je vous le demande ?...

    Je connais bien le problème, je travaille dans ce secteur d’activité (chauffage et isolation écologiques).

    Le truc marrant vous voyez, c’est que quand vous faites votre boulot honnêtement et avec tous les scrupules du monde afin que la situation soit mutuellement gagnante-gagnante des deux côtés, vous vous attendez tout naturellement à ce que vos efforts soient récompensés par le client...

    Et bien que dalle, zéro, niet, des clous !!!

    Le « pigeon » en général n’est traité ainsi que parce qu’il présente l’attitude et les caractéristiques qui en font la victime d’escrocs !

    Exemple : Vous vous déplacez (à vos frais bien entendu...) chez une personne qui vous a appelé pour solliciter un devis ou un conseil en isolation et chauffage...

    Vous expliquez à la personne quelle est sa situation, quelles sont les options qui se présentent à elle, ce qu’il faudrait qu’il fasse, combien ça lui coûterait, à quelles aides il peut prétendre et à quelles aides il ne pourra pas prétendre...

    Vous faites un boulot exhaustif de conseil tel que la déontologie du métier vous l’impose.

    Fier du fait que vos systèmes sont d’excellente qualité avec agréments CSTB et ATE parfaitement détaillés à la clef, vous ne vous inquiétez tout naturellement pas du fait que vous êtes peut-être un petit peu plus cher que d’autres solutions disponibles sur le marché. Mais dans le fond, vous proposez du haut de gamme bien plus performant et bien plus rentable...

    Par conséquent, comme les gens sont intelligents, il est tout naturel de se dire qu’il vont vous choisir. Après tout, vous vous dites que puisque vous professionnel vous avez constaté que le service que vous proposiez était celui qui correspondait le mieux à leurs besoins, forcément maintenant que vous avez fait consciencieusement votre travail de conseil, votre client ne peut qu’arriver à la même conclusion.

    Bien sûr la personne vous explique qu’elle a besoin d’un petit délais de réflexion... Et c’est bien normal d’ailleurs !... On parle d’un budget tout de même conséquent malgré le fait que le gouvernement se soit saigné pour mettre en place des aides et des incitations financières importantes...

    Bref !... Vous vous excusez, laissez le client a sa réflexion quelques jours, puis enfin vous revenez le voir afin de vous enquérir de sa décision (normal quoi !... Après tout vous n’êtes pas un arracheur de timbale ni un vendeur de cuisine ou de fenêtres à la sauvette...)

    Et là, stupeur !...

    Vous apprenez au moment ou vous sonnez, « qu’en fait c’est plus la peine de venir ni d’insister » puisqu’il a signé « avec une autre société qui faisait la même chose et qui en plus le faisait beaucoup moins cher ! »
    (Et en plus il vous l’annonce avec un ton très hostile !)

    Ou alors variante « qui faisait mieux mais en plus il y avait une opportunité à saisir parce qu’un budget marketing était disponible juste le jour ou l’autre commercial est venu ».

    Et vous bien sûr vous ne lui avez rien proposé, salaud que vous êtes !

    Là j’ai envie de répondre : « Ben... Non, moi je ne me suis pas foutu de votre gueule et je vous ai présenté le vrai prix dès le départ... »

    Alors là vous allez me dire : « Que c’est-il passé ?! »

    C’est très simple : Le Monsieur en question (un brin faux-cul) a une fois que vous êtes parti appelé un concurrent un petit peu plus connu (et donc avec une force de vente plus aguerrie) qui a dépêché chez le pigeon en question un autre « technicien » qui devait lui faire « une étude comparative ».

    Là dessus, notre pauvre homme a accueilli chez lui un renard, qui lui a présenté un produit « parfaitement identique au niveau technique » (mon cul ! Je vous raconte pas les problèmes sur le long terme !) pour un prix bien plus intéressant parce que justement il avait un budget marketing dont son patron à l’autre bout du fil venait de lui révéler l’existence (ça alors !... Quelle chance incroyable !)

    Bilan : Mr le pigeon, aveuglé par la remise de 15 à 20% qui risque de lui filer entre les doigts s’il ne prend pas sa décision « tout de suite ou maintenant ! » va signer les yeux fermés pour l’achat d’une merde incommensurable que l’autre en face lui aura présenté comme étant du platine.

    Bilan des course, il s’est fait baisé par un arnaqueur aguerri qui aura réussi à lui refiler de la merde qu’il va acquérir à un prix pratiquement identique au produit de super qualité que vous lui aurez proposé deux jours plus tôt.

    Bien entendu à postériori et afin de se rassurer, il va se convaincre qu’il aura fait une super affaire et que « dans le fond c’est pareil que ce que l’autre m’a présenté... »

    Je vous laisse imaginer la marge que va se faire la seconde société... Et également les emmerde que va accumuler l’utilisateur...
    Mais il est vrai qu’une force commerciale agressive et donc efficace coûte cher et puis dans le fond on pourra se rattraper en faisant des économies au niveau du service après-vente (qui de toute façon n’existe pas)...


    Bilan de cette pathétique histoire :

    1- Pour ceux qui croient encore au Père Noël, je vous invite à redescendre sur Terre : Il n’est pas possible dans ce bas monde d’avoir de la qualité à prix discount... Vous voulez de la qualité ?... Il faudra en payer le prix... Vous voulez un prix discount ?... Vous aurez alors forcément de la merde... Celui qui vous racontera le contraire se foutra de votre gueule, c’est aussi simple que ça...

    2- Pour les vendeurs qui aspireraient à faire leur métier honnêtement, je tiens également à vous évitez de vous bercer dans d’inutiles illusions : Le client qui va vous dire qu’il est très satisfait de vos explications, qu’il va y réfléchir et qu’il vous rappellera d’ici quelques jours, ne le croyez surtout pas, c’est un gros faux-cul !...
    La seule chose qu’il va faire, c’est prendre votre devis, l’utilisez pour obtenir un meilleur prix d’un concurrent qui en conséquence pour remporter le marché lui filera de la merde !
    Le client ira d’autant plus facilement vers le moins-disant que ce dernier en face lui racontera des conneries pour lui faire croire qu’il peut avoir la même qualité pour moins cher.

    3- Pour les escrocs de tous poil, continuez à jouer sur l’avidité du type qui est en face, visiblement ça a très bien marché jusqu’à présent, il n’y a pas de raison pour que ça change avant longtemps !...
    J’ai jamais compris comment vous pouviez arriver à faire croire à vos futurs pigeons que votre répondeur venait de vous annoncer qu’une super remise était disponible s’ils signaient tout de suite avec vous... Mais bon... Dans le fond il faut reconnaitre le talent d’acteur... Et également le fait qu’au moins vous partez de chez eux avec un bon de commande alors que c’était votre premier rendez-vous.
    J’admire la performance...

    4- Enfin pour les « victimes » de ce type d’arnaqueurs, je tiens quand même à vous signalez que dans le métier, il existe des commerciaux honnêtes, qui font consciencieusement leur métier et qui sont écœuré de voir les clients qu’ils informent en toute bonne foi aller ensuite (je ne suis pas naïf) la leur placer bien profond en utilisant leur devis afin de faire levier sur un concurrent qui au final vous vendra de la merde !
    Ce genre de comportement écœure et désabuse ceux dont l’aspiration est de faire honnêtement leur métier !
    Bientôt vous n’aurez plus en face de vous que des arracheurs de timbales et des vendeurs de remises en premier rendez-vous vis à vis desquels aucun rapport de confiance ne sera plus possible.
    Seulement ce sera le cas uniquement parce que l’honnêteté des commerciaux respectueux de leur clientèle n’est dans l’immense majorité des cas pas récompensée !

    L’honnêteté ne se développe que si on l’encourage. Par contre les faux-culs n’appelleront à eux rien de plus que de l’escroquerie.

    J’appelle d’urgence à une prise de conscience collective de cette réalité !


    • Talion Talion 25 septembre 2009 20:41

      Mais bon... C’était une bonne idée d’écrire cet article, au moins ça permet de voir le problème sous différents angles.


    • HELIOS HELIOS 26 septembre 2009 00:39

      Cher Talion... loin de moi de rejeter, nier ou detourner ce que vous declarez...

      Permettez moi seulement de vous dire, que lorsque le bon vendeur, serieux etc... ..vous vend un bon produit parfaitement adapté et que ce même produit se retrouve sur le marché a moitié prix quelques mois apres... même en promotion ou fin de serie, vous vous dites quelque part que le prix que vous auriez payé initialement etait exagéré. et cela laisse la porte ouverte a tous les margoulins, comme vous l’expliquez justement.

      J’en veux pour preuve le prix des vetements normalement et le prix que vous payez en solde a -70% etc. on sait tres bien que même avec ces rabais le vendeur fait encore son beurre... le con, c’est celui qui paie plein pot.


      Par consequent, vous essayez de demontrer qu’il faut suivre le bon vendeur plutôt que le margoulin qui passe derriere vous, avec son repondeur et son offre opportune... Il ne s’agit que d’une technique de vente, douteuse certe, mais technique au même titre que la votre, qui consiste a faire payer au consommateur la nouveauté qui sera banale quelques mois plus tard.

      Avec un peu plus de serieux, et un peu moins de tir au pigeon, les consommateurs seraient plus enclins a faire de bon choix... mais au vu de ce qu’il se passe, le moins disant a le dernier mot... que trouver a redire ???


      • Talion Talion 26 septembre 2009 01:24

        Je crois que vous ne m’avez pas compris : Je n’ai jamais vendu un produit bradé ensuite moitié prix quelques mois plus tard.

        Dans le cadre dans lequel je bosse ça n’existe pas !

        J’ai toujours proposé d’emblée et vendu au juste prix, ni plus ni moins !... Les ristournes « magiques » n’existent pas dans mon travail. Ceux qui les proposent sont pour moi des arracheurs de timbale et des margoulins !

        Si vous voyez un jour une société vous proposer un système d’isolation ou de chauffage a prix bradé, généralement ça signifiera qu’elle déstocke et que niveau garantie non seulement vous l’aurez dans l’os, mais qu’en plus niveau pose se sera fait au lance pierre...

        Vu que de toutes façon quand viendra pour vous le moment de gueuler il n’y aura plus personne à la réception, c’est là que vous vous direz que vous vous êtes fait escroqué lorsque le vendeur vous a dit « et bien entendu vous avez toutes les garanties avec ! »

        Quand vous retrouvez le même produit deux fois moins cher que celui proposé par un vendeur sérieux, soit ce n’est pas le même produit, soit il y a un loup !

        C’est l’un ou l’autre, il faut arrêter de croire au Père Noël...

        J’ai vu un jour une personne m’insulter parce qu’il avait trouvé une isolation 5 fois moins chère que celle que je lui avait proposée... Et en plus c’était le même type !
        Bref, il m’a alors traité d’escroc.

        Sauf que le problème, c’est qu’il s’est non seulement fait arnaqué sur la quantité de matière (la surface était peut-être la même mon pote, mais pas l’épaisseur, ni la densité... C’est con n’est ce pas ?), mais en plus l’isolant qu’on lui a refourgué n’était pas traité contre le pourrissement...

        Bilan des courses il s’est retrouvé avec les dégâts qu’on pouvait envisager...

        Je pense qu’avec les frais de réparation occasionnés il a dû s’en tirer pour entre 4 et 8 fois plus cher que ce que je lui avais proposé au départ...

        Et j’en ai vu un max des exemples comme celui-là !

        On est honnête et on se fait traiter d’escroc !... Le comble !

        Le seul truc qui intéresse en général le péquin moyen, c’est le prix et la ristourne... Quitte à se faire arnaquer et à avoir un rapport qualité / prix totalement merdique.
        C’est à dégouter d’être honnête et de jouer selon les règles !

        Maintenant pour le secteur de la confection je ne connais pas les marges ni les politiques de prix depuis le fabricant jusqu’au consommateur alors je ne me prononcerai pas.

        Par contre niveau isolation/chauffage/systèmes à énergies renouvelables, là c’est mon rayon donc je sais de quoi je parle.


      • Talion Talion 26 septembre 2009 01:37

        « le moins disant a le dernier mot... que trouver a redire ??? »

        Moins disant = emmerdes assurés et donc témoignages du style de celui de cet article.

        Il ne faut pas chercher plus loin la raison pour laquelle ce type d’expérience devient de plus en plus fréquente.
        Se laisser aveugler par un prix discount est le meilleur moyen d’oublier de prendre en compte la question de la qualité du produit et de la prestation que vous allez payer.

        J’ai moi aussi été formé aux méthodes de vente consistant à enfumer un client en lui présentant une (fausse) remise qu’il doit saisir tout de suite.

        Seulement personnellement je trouve le procédé complètement dégueulasse... Il y a moyen de gagner sa vie sans avoir à user de ce type d’artifice grossier servant à masquer la médiocrité d’un service qu’on commercialise à un prix indécent par rapport à sa vrai valeur.

        Je préfère vendre un bon produit, certes plus cher, mais avec au moins le sentiment que je pourrait me regarder dans la glace le soir en rentrant parce que je n’aurai pas escroqué qui que ce soit en commercialisant mes systèmes.


      • HELIOS HELIOS 26 septembre 2009 20:28

        Merci Talion pour vos réponses.

        Je dois dire que je trouve votre discour sympathique et plein de bon sens. Il est surement en accord avec une certaine honneteté intéllectuelle et une competence averée.

        Permettez moi pour autant de douter de la généralisation de votre comportement a tous les acteurs economiques, hélas !... ni a tous les domaines, en particulier le service.

        Cela dit, : Respects, j’aimerai trouver un pro de votre trempe, le jour ou j’aurai besoin d’un service de votre domaine.

        Bon dimanche


      • Talion Talion 26 septembre 2009 21:05

        "Permettez moi pour autant de douter de la généralisation de votre comportement a tous les acteurs économiques, hélas !... ni a tous les domaines, en particulier le service."

        Heum !...

        C’est hélas un euphémisme... Je dois bien en convenir... T_T


      • Parrison Parrison 26 septembre 2009 16:25

        A l’auteur...

        Je partage en tout point votre analyse.

        L’écologie arrive à point nommé pour donner un coup de pouce à une économie mondiale qui s’essouffle... De nouveaux marchés très juteux s’ouvrent et des profits mirobolants s’engrangent non seulement pour ceux qui ont sauté sur l’occasion pour « verdir » leurs produits mais aussi pour les « nouveaux » arrivants sur la scène qui voient en l’écologie le rêve longtemps carressé de s’enrichir enfin à portée de main... et pour d’autres enfin, l’occasion de s’agripper au micro et sermonner ceux dont le discours est différent....

        Il est souvent nécessaire d’écouter les fausses notes quand le choeur est assourdissant...


         


        • MortytheReaper 26 septembre 2009 17:37

          quitte à balancer autant ilustrer avec des exemples de consommateurs bernés , des chiffres ? Parce que là à part les affirmations pas de grands arguments fondés.


          • caramico 26 septembre 2009 17:47

            Des Chiffres : 25.000€ pour une installation de chauffage Air-Eau pour une maison standard.
            Avant de rentabiliser tout ça....

            Achetez vous un bon poêle à bois.


            • Talion Talion 26 septembre 2009 18:55

              A ce prix là c’est de l’arnaque !...

              Le coût d’une air-eau varie normalement entre 8000 et 16000 euros TTC posée en fonction de la puissance.

              Et là je vous parle d’une PAC (moyenne température) de bonne qualité... Pas le bas de gamme !

              Bon aller !... On va peut-être dire 18000 maxi pour le très haut de gamme... Mais 25000 laisse tomber...

              Il est de combien le COP à ce prix là ?... 7 ?... 8 ?!... Plus ?!!... Pour débourser autant il faut au moins ça !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès