Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La Fin du monde annoncée à Rio

La Fin du monde annoncée à Rio

Il faut bien se dire que les élections françaises furent à tous points de vue une agréable plaisanterie au regard des bouleversements que nous sommes en train de vivre au niveau mondial. Nous avons pu nous préoccuper du coup de pouce du SMIC, du voile intégral et de la dépénalisation du cannabis. Des broutilles, à peu de choses près.

 Il suffit pourtant que nous ayons à présent la possibilité de regarder au delà du bout de notre nez pour remarquer la catastrophe en cours. Dans quelques jours à Rio se tiendra la conférence des Nations Unies sur le Développement Durable et l'on pourra alors juger avec précision ce que l'humanité aurait du préserver et ce qu'elle a définitivement dilapidé depuis vingt ans, depuis qu'à Rio 1992, de bonnes volontés avaient cru bouleverser les mécanismes de la mondialisation.

(La Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de Sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou Sommet de Rio, s’est tenue à Rio en 1992, réunissant 110 chefs d'Etats et de gouvernements et 178 pays. Cette conférence, dans le prolongement de la conférence internationale sur l’environnement humain (le premier Sommet de la Terre s’étant déroulé en 1972 à Stockholm), a été marquée par l’adoption d’un texte fondateur de 27 principes, intitulé « Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement » qui précise la notion de développement durable :« Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature. » (principe 1), « Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considéré isolément.(principe 4) »)

Vingt ans après, les mêmes usurpateurs vont se retrouver pour faire bonne figure, de bonnes photos souvenirs body-buildées, pour tacher de placer des rustines sur les cataclysmes en marche, ces spécialistes du camouflage vont tenter de masquer l'illusion du développement à tout crin appelé pour ne pas effrayer les âmes sensibles "développement durable", doux euphémisme pour expliquer l'extermination programmée du cycle de la vie. 

Avant cette nouvelle curée des bien-pensants, vaste fumisterie médiatique orchestrée par la propagande libérale, qui s'annonce encore une fois comme la prochaine des occasions manquées, voici quelques éléments de réflexion pour comprendre les mensonges auxquels nous ne manquerons pas d'être exposés.

Voici ce qui a changé en vingt ans, depuis Rio 1992, c'est à dire ce qui peut permettre de mesurer la distance séparant ce qui avait été promis alors et ce qui a réellement eu lieu. Sur fond du jugement dernier, de la Bible des admonestations, la loupe des travers de l’humanité, le rapport Meadows, appelé chez nous "Halte à la croissance" ? datant de 1972 : 

En vingt ans :

La population mondiale a augmenté de 26%, 12 % de la biodiversité totale a disparu, les émissions de CO2 ont augmenté de 36%, 300 millions d'hectares de forêts ont disparu, il existe 21 méga-villes tentaculaires, la température globale a augmenté de 0,4°C, la production de plastique a augmenté de 130%, l'acidité des océans a fortement accéléré menaçant la vie marine qui est la source de toute vie terrestre.

N'en jetez plus, la coupe est pleine, les mécanismes d'auto-dégradation seront bientôt irréversibles ; on va bien se marrer à Rio, d'un rire amer, une ultime grimace avant le grand saut dans l'inconnu. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • AN221 AN220 9 juin 2012 14:52

    Parait qu’ils discutent sur le prix de la fin du monde...(Sont cons ces cons).


    • ottomatic 9 juin 2012 16:11
      On vous emmerde à cause de votre vilaine voiture qui balance du CO2 tout en évitant de parler du moyen de transport le plus polluant de la terre : l’avion...

      On vous emmerde avec votre eau qui coule pendant que vous vous lavez les dents, mais les industriels qui passent leur à contourner des règlements laxistes en balançant des tonnes de déchets toxiques dans les rivières...

      Le résultat c’est qu’on va encore pointer du doigt le consommateur lambda qui devra payer de nouvelle taxe sans que les responsables de cette gabegie n’en pâtissent...

      Un exemple simple, sans l’obsolescence programmé de la grande majorité des produits de grande consommation, nous n’en serions pas là. Il suffit d’un simple texte de loi : la garantie des produits de grande consommation d’une durée minimum de 10 ans... vous verrez que l’électroménager ne tomberas plus en panne au bouts de 2 ans... un bien pour la terre et pour notre porte monnaie... mais c’est trop simple et tellement contraignant pour les très trés riches...

      • Croa Croa 9 juin 2012 17:23

        « tout en évitant de parler du moyen de transport le plus polluant de la terre : l’avion... »

        et en évitant de dire que tout ce qu’on nous vend vient généralement de loin (cela concerne même ce qui se mange !)

        C’est vrai que les bagnoles balancent du CO2. Pour autant aucune raison de culpabiliser tant qu’on abuse pas de l’objet, au moins tant que de véritables mesures ne seront pas prises dans les domaines pré-cités ! 


      • alinea Alinea 9 juin 2012 18:21

        Vous oubliez l’alibi massue, incontournable, qui cloue le bec à tout le monde : les emplois ! Il faut bien occuper les humains à n’importe quoi pour qu’ils survivent ( et là, oui, pour que d’autres s’engraissent)...
        Là, on répond : réparer, recycler, aussi fait des emplois ; et puis on a besoin de moins de fric si on achète pas toutes ces merdes, si on ne va pas passer un week-end à Malte pour lire un polard sur la plage et bouffer dans le même hôtel que celui qui est à côté de chez vous.
        Est-ce que c’est trop grave pour que les gens réalisent ? Parce que déboulonner les profiteurs pollueurs, c’est possible...
        L’indien se demande ce que l’homme blanc fera de son or quand il n’y aura plus rien à bouffer sur la terre parce qu’il aura tout détruit , mais il est convaincu que la terre s’en fout, elle survivra de toutes façons. Mais sans nous, et ça, c’est triste non ?


      • kemilein 9 juin 2012 20:14

        l’avion est comparativement a la voiture moins polluant par kilomètre parcouru par voyageur
        (unitairement un voyageur dans un avion consomme moins qu’en voiture pour la même distance parcouru)


      • appoline appoline 9 juin 2012 20:18

        Il faut savoir que notre élite planche sur le problème de la surpopulation depuis pas mal de décennies et zont pas encore trouvé la solution et pourtant ils ont essayé entre les campagnes de stérilisation, le sida et autres saloperies car il faut quand même admettre que, de ce point de vue, ça va nous péter au nez.

        Donc, que va t il se passer dans les mois qui viennent, nous avons plusieurs possibilités, soit la planète va de débarrasser de ces puces car certains signes ne sont pas encourageants soit nous allons sombrer dans le chaos social, beaucoup de pays vivent sous perfusion et il suffit qu’une seule personne, David R. décide la fin de la masse grouillante et hop, ses sbires se mettront au garde à vous.

      • nicolas_d nicolas_d 9 juin 2012 20:47

        A un moment donné les taxes ne suffiront pas :(
        Le problème n’est plus de savoir qui va payer mais qui va arrêter.


      • perlseb 9 juin 2012 21:13

        l’avion est comparativement a la voiture moins polluant par kilomètre parcouru par voyageur

        Oui, sauf qu’on ne prend jamais l’avion pour faire 30 km. L’avion autorise même, vu sa rapidité, à faire des week-end au Maroc ou je ne sais où. L’avion est le moyen de transport le plus destructeur et le plus irrespectuex de l’environnement (quelques centaines de personnes le prennent et des millions profitent du bruit sur le passage, sans parler de la pollution). A cause des avions, il n’y a absolument aucun endroit tranquille en France, et cela, même si vous ne le prenez jamais. C’était au départ le rêve de l’homme, c’est maintenant une grave atteinte à la tranquillité.

        Pour le reste, il est inutile d’espérer combattre l’obsolescence programmée avec le capitalisme. Les non-rentiers dans ce système ont besoin d’un travail pour vivre, ce qui est souvent destructeur. Des lois environnementales sur un système fondamentalement anti-écologique n’auront jamais aucun effet. On ne peut donc pas parler d’écologie avec ce système ... sauf pour augmenter son chiffre d’affaire (produits plus chers parce que dits écolos) !

        Il faudrait penser un système où tout est garanti à vie (secteur secondaire) et où l’industrialisation du secteur primaire serait interdite car dangereuse (pour l’environnement et la santé). Mais pour beaucoup, c’est rétrograde. Le progrès, c’est la nourriture synthétique, 100 milliards d’humains et surtout, consommer de plus en plus pour montrer qu’on vaut mieux que les autres.


      • Croa Croa 9 juin 2012 21:55

        « l’avion est comparativement a la voiture moins polluant par kilomètre parcouru par voyageur »

        Ce n’est vrai que pour les longs courriers. Mais qui aurait l’idée saugrenue d’aller à Pékin en automobile ? Et le faire en avion est-ce tellement mieux ?

        Les automobiles ne vont pas loin et c’est déjà ça.


      • devphil30 devphil30 10 juin 2012 06:25

        Totalement FAUX

        Prend un 747-300 pour un vol PARIS-Nice de 1.000 Kms
        16,1 l/KM en charge maxi soit 16100 litres pour 496 passagers cela fait 32 litres par personne sur la distance

        Prend le même voyage en voiture avec 4 personne , une consommation de 8 litres au cent soit 80 litres cela fait 20 litres par personne

        Source
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_747#Sp.C3.A9cifications_par_mod.C3.A8le

        Philippe


      • dechet66 10 juin 2012 10:43

        8 litre au 100 !!! tu roule en 4x4.
        Les voiture moyenne moderne descende allégrement sous la barre des 6 litres au 100


      • MUSAVULI MUSAVULI 11 juin 2012 16:30

        De l’électroménager garanti pour dix ans ? Les usines vont tourner au ralenti. Les effectifs du personnel vont être réduits. Chômage, baisse de la consommation, pauvreté, crise... Si les choses sont finalement ce qu’elles sont (obsolescence programmée), c’est qu’il y a une bonne raison. L’emploi !


      • Alcibiade Alcibiade 19 juin 2012 23:32

        mais c’est trop simple et tellement contraignant pour les très très riches...
        Ne sommes nous pas devenus des « produits de consommation » comme les autres pour « les très très riches... » ?


      • Xtf17 Xtf17 9 juin 2012 16:12

        "La population mondiale a augmenté de 26%, 12 % de la biodiversité totale a disparu, les émissions de CO2 ont augmenté de 36%, 300 millions d’hectares de forêts ont disparu, il existe 21 méga-villes tentaculaires, la température globale a augmenté de 0,4°C, la production de plastique a augmenté de 130%, l’acidité des océans a fortement accéléré menaçant la vie marine qui est la source de toute vie terrestre."

        Bonjour et merci pour cet article. Est-il possible d’avoir des liens pour toutes ces affirmations ?


        • appoline appoline 9 juin 2012 20:23

          Le problème avec le genre humain est que tant qu’il n’a pas les preuves sur TF1 pour lui tout va bien. Prenez votre clavier et allez sur internet, vous y trouverez quelques sites sérieux qui analysent parfaitement la situation gravissime. Tiens, j’en rajoute une couche, les courants sous marins vont on ne peut plus mal, regardez à « grand convoyeur », vous verrez que sa vitesse a considérablement ralenti dans les fonds marins, cela implique le déplacement du gulf stream, du labrador et du kouro shivo


        • Xtf17 Xtf17 9 juin 2012 20:46

          Le problème avec le genre humain est que tant que des gens balancent des trucs sans les vérifier il y a en a toujours d’autres pour les croire.
          Prenez aussi votre clavier et allez sur internet, et rédigez des articles documentés sur des situations gravissimes.
          Un exemple ? Je n’ai pas de leçons à recevoir en la matière je crois.
          Tiens, j’en rajoute une couche : science n’est pas croyance.
          Et quand on me parle de mon avenir et de ce que je dois croire ou pas, ça me gène aux entournures. Pas vous ?
          Il est donc légitime, en tant que lecteur, d’inciter l’auteur à mettre des liens s’il ne veut pas que son article reste au stade de la profession de foi. Bref du boulot à moitié fait, c’est dommage car il y a justement matière à disserter.


        • ecophilopat 11 juin 2012 15:10

          Extrait du rapport du « Programme des Nations-Unis pour l’environnement »

          http://www.bioaddict.fr/article/protection-de-l-environnement-et-developpement-durable-quelles-evolutions-depuis-20-ans-a2336p1.html

          Ce rapport, constitué d’une compilation de données statistiques rassemblé par le PNUE, est intitulé "Keeping Track of our Changing Environment : From Rio to Rio+20« ( »Suivre les traces de notre environnement en mutation : de Rio à Rio +20").


           


        • Cigogne67 9 juin 2012 16:47

          3 milliards d’humains c’est largement suffisant.


          • ottomatic 9 juin 2012 17:08

            Et bien tu vas donner nous donner le bon exemple en commencant par toi même...


          • Croa Croa 9 juin 2012 17:29

            Tout dépend du régime : 3 milliards d’humains vivant comme des américains c’est déjà bien trop !

            20 milliard au régime biafrais c’est possible.


          • Cigogne67 9 juin 2012 17:46

            un mioche par femme et ça ira vite.

             


          • Jean Jolly Jean Jolly 9 juin 2012 20:02

            Tu es ferme sur ce chiffre ou est-ce approximatif ?

            Tu imagines si le 3 milliardième + un est ton enfant ou petit-enfant, on en fait quoi ? On le « pique » ou on le pend ?


          • kemilein 9 juin 2012 20:15

            le 3 milliard et 1 nième ne nait pas puisqu’on pratique la contraception.


          • appoline appoline 9 juin 2012 20:28

            La Cigogne, un mouflet par mec sera très bien aussi, non mais.


            Je vais mettre tout le monde d’accord, les illuminati sont divisés, oui, certains veulent réduire la population mondiale à 2 milliards d’individus et plus coriaces eux, voudraient bien en éradiquer un poil de plus et nous ramener à 500 millions, donc rassurez vous, s’ils mettent leur plan à exécution beaucoup d’entre nous n’auront plus mal aux os.
            Il est vrai aussi que la masse n’est pas bien fine, on a beau expliquer les choses, tant que ce n’est pas passé au 20 h, ça me rappelle un certain Vel d’hiv à qui personne ne voulait croire.

          • Cigogne67 9 juin 2012 20:56

            on le mange vivant


          • Jean Jolly Jean Jolly 9 juin 2012 21:13

            le 3 milliard et 1 nième ne nait pas puisqu’on pratique la contraception.

            Ben vaut mieux pas que la nièce d’Hitler arrive au pouvoir car elle est contre le remboursement de l’ I.V.G.

            Mais admettons que nous ciblons tout sur la contraception, qu’est-il prévu si Toto perce les capotes de son père avec l’aiguille à repriser de mamie ?

            Ce pourrait être ton arrière petit gamin qu’il faudrait gazer... ou le mien et je suis contre comme tu l’auras compris.


          • Bilou32 Bibi32 11 juin 2012 19:12

            L’IVG n’est pas un moyen de contraception !


          • paul 9 juin 2012 19:37

            « Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger .... »
            Les limites de la croissance dans un monde fini - Dennis Meadows -

             www.letelegramme.com/ partenaire/ developpement-durable/ dennis-meadows-nous-n-avons-pas-mis-fin-a-la-croissance-la-nature-va- s-en-charger-30-05-2012-1720620.php


            • kemilein 9 juin 2012 19:51

              une question

              « et ? »

              jvois pas en quoi sauver le vivant est une priorité vue ce que vous faites de vos vies.


              • Le péripate Le péripate 9 juin 2012 20:21

                La réalité c’est que le monde n’a jamais été si riche, si propre, etc...

                Une heure ou deux à regarder des statistiques sur Gapminder devrait convaincre qui n’a pas une attitude religieuse en la matière.

                Je ne donne même pas le lien. Inutile.


                • Baz gud71 9 juin 2012 22:48

                  A nous de consommer autrement..

                  On est tous coupables.
                  Combien coute un chariot de course en baril de petrole ?


                  • foufouille foufouille 10 juin 2012 11:13

                    faudrait arreter le gaspi, mais que celui des citoyens
                    les hypers en belgique balancent un million et demi de tonne bouffe
                    en GB, c’est 500 millions de tonnes de dechets pour les hyper


                    • pissefroid pissefroid 10 juin 2012 11:45

                      Puis-je dire que la disparition de l’espèce humaine n’est pas la disparition du monde ?


                      • jakback jakback 11 juin 2012 10:40

                        Tout est dit. L’humain se veut éternel, quel con prétentieux !


                      • Acid World Acid World 10 juin 2012 11:54

                        12% de la biodiversité exterminée en 20 ans... Vous avez vos sources ? C’est tout simplement monstrueux.


                        • ecophilopat 11 juin 2012 15:03

                          La biodiversité a chuté de 12% au niveau mondial et de 30% dans les tropiques.

                          http://www.bioaddict.fr/article/protection-de-l-environnement-et-developpement-durable-quelles-evolutions-depuis-20-ans-a2336p1.html

                          "De façon plus significative, le taux d’extinction d’espèces à l’heure actuelle est estimé entre 100 et 1 000 fois plus élevé que le taux moyen d’extinction qu’a connu jusqu’ici l’histoire de l’évolution de la vie sur Terre et est estimée à 10 à 100 fois plus rapide que n’importe quelle extinction de masse précédente. Pour Johan Rockström et ses collègues. La limite acceptable pour la planète serait d’environ dix extinctions par millions d’espèces et par an soit dix à cent fois le taux considéré comme naturel. Or le taux d’extinction était au début des années 2000 estimé supérieur à cent par million d’espèces et par an, soit plus de 10 fois supérieur au taux acceptable proposé par Rockström"

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_des_esp%C3%A8ces


                        • HELIOS HELIOS 10 juin 2012 12:40

                          Dur dur de trouver UN coupable... mais on peut deja commencer a chasser les petits coupables :

                          — 1) modifier la comptabilite des entreprises pour avoir un compte d’exploit par produit et avec cela, bloquer la marge brute a un (ou des, par secteur) montant maximum. Objectif vendre au vrai prix pour une consommation responsable, eviter le dumping economique, prendre en compte les couts caches (transport...)

                          — 2) appliquer un mecanisme de taxation, par secteur economique et par pays basé sur le differentiel des couts sociaux du pays producteur et du pays consommateur. Objectif limiter la destruction des tissus economiques par la delocalisation.

                          — 3) mettre en place un autre mecanisme de taxation basé sur les ventes en cascade pour liberaliser les approvisionnements. comme on ne peut pas obliger les vendeurs -etrangers- a respecter nos lois, qui vendrons a des prix differents selon l’acheteur, on se base sur le prix d’entree le plus fort pour aligner le prix d’entrée le plus faible par la taxe. Objectif moraliser le commerce, eliminer les rencherissements artificiels, eliminer une des sources des paradis fiscaux

                          voila 3 mesures qui ne coutent rien et qui empecheront, par exemple, que du parquets en bois massif issus d’arbres coupés en France nous revienne de Chine en planches traitées contre les insectes.... que des centrales d’achat cree des societes bidons aux Caraibes qui achetent a bas prix sur les marchés internationaux et nous revendent avec une forte marge des produits « prix coutant » (vous avez saisi ? la marge se fait aux Caraibes la ou il n’y a pas de taxe)... enfin que l’on connaisse les vrais prix afin que le frigo vendu a perte ne finance pas le televiseur, tuant ainsi toute la concurrence...

                          Bref tout cela doit se faire avec d’autres mesures sur l’obsolescence, la reparabilité, le recyclage qui sont des themes simples mais qui ne sont pas assez contraignants car appuyés sur des lobbies trop puissant.
                           (rappellez vous, les verts, qui voulaient qu’on changent notre peugeot 106 de 10 ans d’age et qui ne consommait que 5 l/100 par une nouvelle qui consomme 4,5 l/100 mais qui oblige sa contruction et a faire un cheque au bas mot de 5000 euros !)

                          Si on veut preserver la planete, a Rio+20, ce n’est pas en ecoutant les verts, pas plus que les industriels, c’est en ayant beaucoup de bon sens et surtout pas de contraintes dogmatiques...

                          Ce n’est pas en culpabilisant le citoyen qui laisse couler son robinet parce que de l’eau, là où il vit, il y en a mais en lui permettant de reduire intelligement et avec une evolution POSITIVE (amelioration) de sa vie et de son confort...

                          C’est aux gouvernements de mettre en place des cellules techniques et ethiques chargée de faire evoluer les conditions de respects de la nature et de l’homme, y compris dans leurs composantes economiques... et la nous en sommes loin, tres loin, nous profitons seulement de « normalisations » chargées de contraindre les citoyens, pour son « bien » et sa « securité ».... vous ne riez pas ???

                          En resumé... revenir a une economie de marché (regulée intelligement).... et TUER l’economie de la finance.


                          • dom y loulou dom y loulou 10 juin 2012 13:29

                            et bien utiliser ses mains est plus rapide que de vouloir convaincre des millions de bouches qui parlent


                            allez voir 


                            et agissez nom de bleu

                            • bergerlotois 10 juin 2012 22:50

                              La crise va calmer nos appétits pétrolivores et tout le reste d’ailleurs. Perso, je trouve ça plutôt bien sauf au niveau de l’entretien des centrales nucléaires. C’est le seul truc qui me fait vraiment peur dans cette situation. Sinon, pour ce qui concerne la réduction de la population mondiale, la FAO a annoncé il y a 5 ou 6 ans que l’agriculture bio pourrait nourrir 12 milliars d’individus à la condition de consommer local et mieux et d’éviter de faire en sorte que l’afrique importe alors qu’elle pourrait exporter des denrées alimentaires.

                              En fait, on vit surtout une crise des valeurs (morales et financiéres) et des idées. En ce moment, ce qui se fait de mieux, c’est le gros naze...


                              • Voxien2011 11 juin 2012 12:41

                                Bonjour,

                                Les élites mondialiste temporisent, la crise n’est que matérialisation des effets de l’expansion capitaliste. Les institutions internationales et les pays industrialisés sont au service de l’accumulation sans fin. Les mécanismes d’accumulation capitalistiques seront étendus et généralisés par les institutions internationales (état mondial ?) pour poursuivre l’enrichissement de la bourgeoisie mondiale et pour imposer la domination totale.

                                Le capitalisme a besoin d’expansion (croissance ?) permanente sinon c’est l’effondrement ; c’est comme le cycliste, s’il arrête de pédaler il tombe.

                                Le capitalisme s’étend lorsqu’il pousse à la contraction des salaires, des retraites, des services publiques ; lorsqu’il écrase les droits des travailleurs et des citoyens mais aussi lorsqu’il met la main sur les bien communs, ce qui est entrain de se préparer à une échelle planétaire au nom de la croissance mondiale et au nom de la rationalisation de la Vie.

                                Aujourd’hui ce système piloté par les élites mondialistes veut reprendre du souffle, il s’ouvre par l’économie verte (son bébé) une opportunité précieuse.

                                Le capitalisme grâce à la marchandisation tous azimut du cycle de la Vie augmentera les profits, relancera l’économie et la croissance et s’étendra en causant encore beaucoup plus de dégâts pour l’environnement, les peuples et l’humanité.

                                -------------------------

                                L’ONU et les pays industrialisés veulent sauver le CAPITALISME et les profits

                                Extrait d’un texte :
                                "En outre, les promoteurs de cette « économie verte » affirment vouloir dissocier la croissance économique de la détérioration de l’environnement. Au nom de la conservation de la biodiversité, de la purification de l’eau (filtrage), de la pollinisation des plantes, de la protection des forêts et de la régulation du climat (stockage du carbone), ils considèrent comme essentiel de donner un prix aux fonctions écologiques qu’assurent les plantes, les animaux et les écosystèmes et de les transformer en « services » compartimentés, monétarisés et échangeables sur les marchés. Cela suppose la création de nouveaux droits de propriété sur les biens naturels et l’instauration de nouveaux marchés et instruments financiers (appelés « financements innovants »), supposés assurer la régulation des écosystèmes.

                                Cette « économie verte » est affichée comme une « gestion durable » de la nature et de la planète. Mais elle se résume en réalité à une vision de la nature comme capital à gérer de la manière la plus efficiente et comme un patrimoine à faire fructifier, ce qui présente de nombreux dangers pour les peuples et l’environnement. En pleine crise financière, cette « économie verte » n’est pas seulement une opération de greenwashing1, mais une volonté d’étendre le modèle économique néolibéral capitaliste à de nouveaux domaines. C’est une nouvelle étape dans la marchandisation et financiarisation de la vie en incluant la nature et ses fonctions dans le cycle du capital. Les populations locales subiront de plein fouet les impacts sociaux et environnementaux de cette nouvelle offensive d’appropriation des biens communs naturels. Leur « économie verte » abandonne, à ces logiques économiques d’exploitation du « capital naturel », tout objectif social, de création d’emplois et de choix d’investissement dans les services publics et l’accès aux biens communs."

                                Liens :

                                http://www.france.attac.org/articles/la-nature-est-un-bien-commun-non-leur-economie-verte

                                http://www.amisdelaterre.org/La-nature-est-un-bien-commun-pas.html

                                http://seaus.free.fr/spip.php?article939

                                Autre extrait :

                                "Une phase nou­velle du capi­ta­lisme

                                Le capi­ta­lisme subit des cri­ses cycli­ques, dont il ne se relève qu’après avoir trouvé une nou­velle source d’expan­sion et/ou d’aug­men­ta­tion de la pro­duc­ti­vité. La phase for­diste, appuyée sur une con­som­ma­tion de masse garan­tis­sant des débou­chés, avait per­mis une forte hausse de la pro­duc­ti­vité par des inno­va­tions tech­no­lo­gi­ques, des aug­men­ta­tions de la crois­sance et de l’accu­mu­la­tion du capi­tal. La phase actuelle néo­li­bé­rale com­men­cée dans les années 1980 n’a pas trouvé le moyen de sur­mon­ter la crise, mais a réussi à aug­men­ter le taux de pro­fits en attri­buant les nou­vel­les riches­ses aux action­nai­res, en fai­sant pres­sion sur la masse sala­riale par la con­cur­rence mon­diale des tra­vailleurs, en impo­sant le retour par­tiel sur le mar­ché de ser­vi­ces publics, de la pro­tec­tion sociale dans la santé et les retrai­tes.

                                Les libé­raux pen­sent et veu­lent entrer dans une nou­velle phase d’accu­mu­la­tion et de crois­sance du capi­ta­lisme, éten­dre le champ du mar­ché en trans­for­mant la nature en un capi­tal à gérer, en pri­va­ti­sant les biens com­muns et les ser­vi­ces qu’ils ren­dent, en met­tant en place des droits de pro­priété nou­veaux sur les biens natu­rels et leurs ser­vi­ces pour rem­pla­cer la ges­tion col­lec­tive qu’ils jugent inef­fi­cace. Le capi­ta­lisme veut aussi éten­dre le mar­ché en trans­for­mant les ser­vi­ces éco­sys­té­mi­ques en mar­chan­di­ses : il ne veut plus seu­le­ment s’appro­prier les res­sour­ces comme il le fait pour l’acti­vité minière, mais aussi les flux, les ser­vi­ces éco­sys­té­mi­ques ren­dus par les éco­sys­tè­mes.

                                Le prin­cipe du ca­pi­ta­lisme re­pose sur la con­cur­rence en­tre les in­di­vi­dus, ré­gis uni­que­ment par la main in­vi­si­ble du mar­ché qui les oriente vers la meilleure dé­ci­sion. Il af­firme que la pro­duc­tion des biens est d’au­tant plus ef­fi­cace que les in­di­vi­dus sont « libres », sans les con­train­tes de la fis­ca­li­té, sans rè­gles du tra­vail, sans dé­ci­sions éco­no­mi­ques de l’État…

                                L’éco­no­mie « verte » donne un prix à cha­que élé­ment de la na­ture et de ses ser­vi­ces et fait con­fiance au mar­ché pour que cha­que in­di­vi­du prenne le meilleur choix en équi­li­brant ca­pi­tal, tra­vail et en­vi­ron­ne­ment. Elle pousse à la crois­sance, sans se po­ser la ques­tion du type de crois­sance, elle fait con­fiance au mar­ché pour mieux gé­rer la na­ture (elle ac­cuse les col­lec­ti­vi­tés de le faire mal), elle trans­met la pro­prié­té à ceux qui sa­vent faire, elle ac­corde la pré­émi­nence aux ins­ti­tu­tions fi­nan­ciè­res qui mul­ti­plient les rap­ports en fa­veur de cette éco­no­mie « verte », elle es­père un dé­cou­plage en­tre la crois­sance éco­no­mi­que et l’uti­li­sa­tion des ma­tiè­res pre­miè­res né­ces­sai­res à la pro­duc­tion."

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès