Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > La revanche des braconniers en Thaïlande

La revanche des braconniers en Thaïlande

Les autorités Thaïlandaises attaquent les ONG de protection de la nature. Certaines s'apprêtaient à dénoncer la corruption présente dans le Département des Parcs Nationaux (DPN) Thaïlandais.

Les braconniers agissent en toute impunité dans les parcs nationaux, et le DPN font preuve d'un laxisme remarquable à ce propos. En revanche, il se révèle particulièrement zélé à bâillonner ses détracteurs.

Ainsi, depuis le 13 février, le DPN a lancé une opération visant à neutraliser deux ONG de protection des animaux : Le Wildlife Friends Foundation of Thailand (WFFT) et l’Elephant Nature Park (ENP). Officiellement, cette opération a été lancée suite à une dénonciation anonyme de mauvais traitements sur animaux, et de possession illégale d’espèces protégées, pour lesquels des licences sont délivrées.

Forces de l’ordre à l’appui, les représentants du DPN ont investi le WFFT, et ont exigé la présentation immédiate des licences de détention d’espèce protégée, alors qu’il n’était pas possible de les produire sur place. 60 agents armés du DPN, arrivés en pick-ups, équipés de cages de fortunes ont procédé à une saisie des animaux sauvages détenus au WFFT, macaques, gibbons, civettes, etc. Depuis le 13 février, le DPN saisit quasi quotidiennement une dizaine d'animaux du centre. Certaines saisies d'espèces non protégées par le DPN sont même illégales (leur détention n'est pas interdite, seules les espèces protégées nécessitent une licence spécifique) !

Le DPN venu procéder à la saise au WFFT

C’est ainsi une véritable opération de harcèlement et d’intimidation envers ces ONG que mène le Département des Parcs Nationaux Thaïlandais. Face à la vague de protestation sur internet et à la médiatisation de l'événement, le DPN a développé les charges pesant sur le WFFT et l’EPN : Possession illégale d’animaux sauvages, le WFFT serait assimilable à un « zoo » (parce que des écriteaux d’information pédagogique sont présents pour les visiteurs du centre), présence suspectée de clôture électrifiée à l’EPN, ce qui représente à leurs yeux des mauvais traitements envers les animaux.

Mauvais traitements, qu’en est-il, et que sont les missions des WFFT et ENP  ?

Un gibbon au WFFT

Le Wildlife Friends Foundation of Thailand a pour vocation de récupérer les animaux sauvages détenus illégalement par leurs propriétaires et/ou victimes de mauvais traitements. Dans la mesure du possible, les animaux sont réintroduits dans les parcs, s’ils en sont aptes (pas handicapés physiquement par leur vie passée, comportement adapté à la vie sauvage). Les animaux ne pouvant être réintroduits sont conservés dans le centre, dans des enclos adaptés au besoin de chaque espèce.

L’Elephant Nature Park a une vocation similaire, mais orientée sur les éléphants, trop souvent victimes de mauvais traitements en Thaïlande, braconnés dans les parcs naturels pour leur ivoire ou pour capturer les éléphanteaux en vue de les dresser pour des attractions à touristes.

Si l’intervention du DPN fut musclée à l’égard du personnel, elle le fut particulièrement pour les animaux saisis. Le personnel du DPN ont fait preuve d’un amateurisme exemplaire, posant de sérieux doutes quant à leurs propres compétences à s’occuper de ces animaux. Les animaux saisis sont déportés dans le Wildlife Rescue Center du DPN.

Qu'en est-il du "Wildlife Rescue Center" du Département des Parcs Naturels Thailandais ? Il ne fait pas grand bruit ce centre. Il faut dire que la situation n'y est pas reluisante pour les animaux "secourus". On peut y voir une loutre dans un enclos bétonné sans eau, des animaux sous-alimentés, un gibbon dans une cage miniscule, le tout s'abreuvant d'une eau croupie, et dont l'état de santé ne laisse pas d'espoir à une réintroduction dans la nature.

Un gibbon au « Wildlife Rescue Center » du DNP

Le WFFT et l’ENP ont dernièrement alerté les médias sur le braconnage des éléphants, tués pour leur ivoire ou leurs petits, dans les parcs nationaux. En janvier dernier, ils ont dénoncé le laxisme du Département des Parcs Nationaux Thaïlandais à lutter contre ce fléau, laissant sous-entendre une corruption du personnel du DPN par les braconniers. Le DPN prétend que ce sont les Karen, ethnie Birmane frontalière avec le Parc Naturel de Kaeng Krachan, qui en serait responsable. Accusation d’autant plus facile que le DPN n’a pas à intervenir en territoire Birman.

Agacée et humiliée par la médiatisation de leur intervention, le Département des Parcs Nationaux Thailandais surenchérit en intimidation. Du personnel armé occupe désormais le Wildlife Friends Foundation of Thailand en permance, et les prochaines saisies seront appuyées par des hélicoptères, certains membres du personnel du WFFT ont déjà fait l'objet. Edwin Wiek, fondateur du WFFT a déjà été averti qu'il pourrait être arrêté pour entrave à la saisie.

Une pétition pour demander l'arrêt de la saisie et la restitution des animaux au WFFT a obtenu plus de 20000 signatures en quelques jours.

Au moment de la rédaction de cet article, la procédure de saisie est toujours en cours, malgré les nombreuses protestations de par le monde.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Oresias


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès