Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Le Tchernobyl des pétrolières

Le Tchernobyl des pétrolières

Dans le secteur pétrolier, il y a des déversements de pétrole. D’autres fois, il y a déversements catastrophiques de pétrole, comme dans le cas de l’Exxon Valdez. Finalement, dans sa nouvelle catégorie bien à part, il y a le déversement de pétrole causé par la plate-forme Deepwater Horizon, opérée par Transocean Ltd., qui exploite le gisement de Macondo situé sous le Golfe du Mexique, une propriété/location de la pétrolière British Petroleum (BP) qui en est ultimement responsable.

Pour donner une ordre de grandeur, le désastre écologique causé par l’Exxon Valdez au large de l’Alaska en 1989, fut le résultat du déversement de 11 millions de gallons de pétrole, constituant un des pires déversement en mer jusque là. C’est environ 257 000 barils de pétrole qui se sont retrouvés dans l’océan. En 1979, le pire déversement à affecter les eaux territoriales américaines s’est effectué après l’explosion à bord du Ixtoc, une plate-forme mexicaine qui a déchargé au moins 130 millions de gallons pétrole au large des côtes du Texas, un déversement qui a pris neuf mois à colmater. Au Canada, nous consommions 2.29 millions de barils de pétrole par jour en 2004. Les États-Unis affichaient une demande quotidienne de 20.52 millions de barils à pareille date. Le champ de pétrole et de gaz naturel de Macondo renferme, selon les meilleures estimations, autour de 44 millions de barils de pétrole, soit 1.8 milliards de gallons. À plus de 1.6 km sous l’eau, la pression à la sortie du trou percé par BP dans le fond du Golfe du Mexique qui atteint un total de plus de 6 km à 10 km de profondeur, selon les sources, le pétrole mélangé au gaz sort à plus de 135-165 000 PSi. C’est massif.

Le résultat est que cette tragédie entre dans une toute nouvelle catégorie qui ne constitue pas qu’un simple “déversement” de pétrole, mais bien un “volcan” sous-marin rejetant des quantités de pétrole faramineuses et dévastatrices sans arrêt.

Le 20 avril dernier, alors que Halliburton complétait une base de béton pour solidifier l’embouchure drillée par Transocean, il y aurait eu une fausse manoeuvre en retirant la tête perceuse, combiné à une base de béton défaillante et des valves de sécurité inopérantes, ce qui aurait causé la montée d’une bulle de très haute pression de long du puits de forage et l’explosion finale de la plate-forme Deepwater Horizon qui coula peu après, avec 770 000 gallons de diesel à bord et tuant 11 personnes. Le tuyau de forage long de 1.6 km s’est replié sur lui-même, entrainant trois fuites importantes de pétrole dans les bas-fonds du Golfe du Mexique. Un survivant raconte ce qui s’est passé dans cette entrevue radiophonique.

Ce volcan de pétrole à haute pression rejette présentement entre 5 000 et 25 000 barils de pétrole par jour. Mais ces estimations optimistes des premiers jours ont dû être révisées à la hausse et il est fort possible qu’il s’échappe actuellement plus de 50 000 à 100 000 barils de pétrole quotidiennement. Trois mois pourraient être nécessaires avant de pouvoir colmater adéquatement toutes les fuites. À ce rythme, il est évident que le drame écologique de l’Exxon Valdez sera rapidement surpassé, si ce n’est déjà fait.

Tandis que Sarah Palin, ancienne gouverneur de l’Alaska, faisait la promotion des forages de pétrole en haute-mer en tenait des propos tels que “drill, baby, drill“, et que Barack Obama de son côté venait tout juste d’approuver une expansion de l’exploitation pétrolière dans le Golfe du Mexique, se préparait le Tchernobyl des pétrolières. Depuis le déversement, Obama, qui est le plus grand récipiendaire de l’argent électoral distribué par BP avec $77,051 récolté durant la dernière campagne électorale, a accordé 27 exemptions à des sociétés pétrolières et gazières de faire des études approfondies environnementales par rapport au danger de l’exploration et la production pétrolière dans le golfe du Mexique. De plus, le ministère de l’Intérieur a exempté la calamiteuse BP d’une analyse d’impact environnementale détaillée l’année dernière, selon des documents du gouvernement, après que trois analyses de la zone concluaient qu’une marée noire était peu probable.

Pourtant, BP est loin d’avoir un passé reluisant. En fait, BP est un grand pollueur. Au début de 2009, BP présente son plan de forage au Mineral Management Service (MMS). Le Secrétaire Salazar a permis au MMS d’approuver - sans examen environnemental - l’opération de forage BP qui a explosé le 20 avril 2010, tuant 11 travailleurs et déversant des millions de gallons de pétrole dans le golfe du Mexique, une catastrophe qui sera bientôt, si ce n’est déjà fait, la plus vaste marée noire de l’histoire américaine.

Plutôt que de soumettre le plan à un examen détaillé des impacts environnementaux avant de l’approuver, tel que requis par le National Environmental Policy Act, l’agence a déclaré que le plan soit “catégoriquement exclu” de l’analyse environnementale, car “il ne pose pratiquement aucune chance de nuire à l’environnement”. Comme BP l’ a elle-même souligné dans sa lettre du 9 avril 2010 au Council on Environmental Quality, les exclusions catégoriques sont à utiliser uniquement quand un projet n’aura que de « minimes ou inexistants” impacts environnementaux. Le MMS a publié sa lettre d’approbation d’une page à BP le 6 avril 2009. (Source)

L’ analyste de l’industrie pétrolière, Antonia Juhasz, souligne que : “BP est l’une des sociétés les plus puissantes d’exploitation aux États-Unis. Ses revenus de 327 milliards de dollars en 2009 sont suffisants pour classer BP au troisième rang dans ce pays. BP se consacre activement à influencer la politique des États-Unis et la surveillance réglementaire. “La puissance et la richesse que BP et d’autres géants du pétrole exercent sont presque sans équivalent dans le monde, et constituent une menace pour la vie des travailleurs, à l’environnement et à nos perspectives pour la démocratie. (Source : BP : Billionaire Polluter)

Il y a soixante ans, BP se nommait Anglo-Iranian Oil Co. (AIOC). Le gouvernement iranien populaire, progressiste et élu démocratiquement de Mossadegh Mohammed avait demandé à l’AIOC, un monopole largement détenue par les Britanniques, de partager ses bénéfices provenant du pétrole iranien avec le peuple d’Iran. L’AIOC ayant refusé, l’Iran a nationalisé son industrie pétrolière. Cela n’a pas fait l’affaire des États-Unis, de sorte que la CIA a organisé un coup d’État contre le Premier ministre Mossadegh Mohammed. Après avoir été déposé, le AIOC, rebaptisé British Petroleum, retrouva une grande partie de son monopole sur le pétrole iranien et les Iraniens, eux, ont subi la brutale dictature du Shah d’Iran qui leur ont été imposé, ce qui a semé les graines de la révolution iranienne de 1979.

Ainsi donc, en 2000 la British Petroleum se rebaptise sous BP et entreprend une croissance dynamique et des bénéfices scandaleux malheureusement enchevêtrés d’antécédents de catastrophes liées au pétrole. En 2005, la raffinerie de BP au Texas City explose, tuant 15 personnes et en blessant 170. En 2006, un pipeline de BP en Alaska souffre d’une fuite de 200 000 gallons de pétrole brut, provoquant ce que l’Environmental Protection Agency appellera « le plus grand déversement jamais survenu sur le versant Nord de l’Alaska.” BP a été condamné à une amende de $60 millions pour les deux catastrophes. Puis, en 2009, la sécurité et la santé au travail (OSHA) donne une amende à BP d’un montant additionnel de 87 millions d’euros pour l’explosion de la raffinerie. Le Secrétaire du Travail Hilda Solis a déclaré : “BP a permis à des centaines de risques potentiels de se poursuivent sans relâche. … La sécurité au travail est plus qu’un slogan. C’est la loi.” BP a répondu en contestant formellement l’ensemble des charges de l’OSHA.

BP est maintenant confrontée à une amende de £3 milliards pour la marée noire au large de la Louisiane qui risque de devenir la pire catastrophe écologique de l’histoire - et elle est maintenant accusée ne pas avoir prévenu la catastrophe. Des documents ayant émergé montrent que BP avait minimisé la possibilité d’un accident catastrophique à la plate-forme. Elle est allée jusqu’à suggérer dans son plan d’exploration de 2009 et d’analyse des impacts environnementaux que les dommages aux plages, les poissons et les animaux - étaient peu probables ou pratiquement impossibles.

BP, la société propriétaire de la plate-forme pétrolière en Louisiane qui a explosé, a passé des années à combattre les régulateurs fédéraux sur les mesures de sécurité nécessaires pour empêcher ce type d’accident en eau profonde. Un sujet de préoccupation immédiat, selon des experts de l’industrie, est le manque d’un système à distance qui aurait permis aux travailleurs de fermer la tête du puits en eau profonde de Deepwater Horizon pour éviter qu’il continue de faire jaillir du pétrole. Dans une lettre envoyée l’an dernier au ministère de l’Intérieur, BP s’est opposé à des règlements proposés pour de nouvelles règles afin de renforcer les normes de sécurité. « Nous croyons que la sécurité actuelle de l’industrie et les statistiques de l’environnement montrent que les programmes volontaires … continuent d’être très fructueux.” (Source)

Ainsi, l’agence fédérale américaine qui a pour rôle de réglementer les puits de forage en haute-mer a changé ses règlements il y a deux ans pour exempter certains projets de forage dans la région centrale du Golfe du Mexique, ce qui explique pourquoi le géant pétrochimique BP n’avait pas préparé de plan d’urgence dans le cas d’un déversement majeur de pétrole dû à une explosion dans son projet de Deepwater Horizon. (Source)

Le forage en eau profonde est un jeu aux risques très élevés. Ce n’est pas exactement un “casino”, en ce sens qu’il existe un lot de science bien établie, d’ingénierie et de technologie en cause. Mais il est certain que nous allons trouver avec grande peine l’étendue des risques en jeu. Et il devient de plus en plus clair que la totalité des risques représente une cible mouvante. Il y a des risques géologiques, des risques techniques d’ingénierie et des risques pour l’environnement, pour le capital-risque et le risque de marché. À chaque puits profond que l’on perce, ces risques viennent se combiner sur une très petite surface au fond de l’océan. (Source)

Ce sont des risques inutiles. Cette catastrophe n’avait pas besoin de se produire, les dommages auraient pu être contenus lors du premier jour et la corruption du gouvernement et des médias ont rendu possible ce désastre écologique et économique. Si les responsables américains avaient effectué un suivi du plan de 1994 en matière de réponse en cas de déversements de pétrole majeurs dans la région du Golfe, il est possible que le déversement aurait pu être maintenu sous contrôle et loin des côtes américaines. Le problème : le gouvernement fédéral n’avait pas un seul dispositif de contrôle à portée de main.

Le fait que ce déversement émane du fond du gouffre (1 600 mètres de profondeur), où la température de l’eau est d’environ 1 degré centigrade (alors que le pétrole est chaud), signifie qu’au moment où le pétrole atteint la surface, il a été mélangé avec de l’eau et donc ne semble pas être du même genre de nappe macabre qui est si célèbre dans les catastrophes précédentes. C’est une aubaine de PR pour BP qu’il en soit ainsi, car cela signifie que le déversement de pétrole reste caché à la vue du public. Cela ne signifie toutefois pas qu’il n’y a pas de tragédie énorme se déroule, dévastant l’environnement. (Source)

Pour disperser et escamoter ce déversement volcanique pétrolier, BP a recours à des dispersants de dénomination commerciale “Corexit”. Il est à souligner que le pétrole est toxique pour la faune, mais les dispersants chimiques le sont tout aussi et la toxicité des deux combinés est supérieure à la somme des parties. Les règles de relations publiques de BP semblent être les suivantes :

  1. Sous-estimer la quantité de pétrole déversé et dommages environnementaux causés.
  2. Surestimer l’efficacité de la réponse de la compagnie pétrolière.
  3. Essayez d’acheter les locaux pour une bouchée de pain en échange à une renonciation de poursuite en justice contre BP.
  4. Obtenir le silence du plus de gens que possible.

En effet, BP a offert des sommes allant jusqu’à $5000 aux résidents et pêcheurs de la côte américaine en Louisiane en échange de leur abandon de poursuites judiciaires.

Un individu travaillant pour BP a déclaré qu’il “est tout à fait possible que la région du Golfe du Mexique jusqu’en Floride devienne une zone morte, sans aucune vie aquatique que ce soit”. La marrée noire est visible par les satellites de la NASA. Elle semble être de cinq à douze fois pire que ce qu’on pouvait anticiper ou laissé croire. Cette marée se déploie très rapidement et pourrait atteindre bientôt les côtes de la Louisiane. “Je commence à me rendre compte de l’énormité de cette marée », déclare Wathen, “Il semble qu’elle s’est répandue sur toute l’étendue du Golfe du Mexique”.

Certains commencent à suggérer que cette catastrophe record risque de tuer les océans de la planète, alors que le pétrole giclant à grande pression du “volcan” sous-marin pourrait bien dériver le long de la côte Est et jusqu’en Europe avec les courants marins. Cela nous démontrera le vrai coût de l’ère du pétrole alors que 50% des fruits de mer que les Américains consomment proviennent du Golfe du Mexique. Cette région est littéralement la toilette des États-Unis qui y rejettent quantités de produits chimiques, contaminant la chaîne alimentaire au mercure et autres déchets industriels. Le Golfe du Mexique porte l’une des plus grandes “zone morte” de la planète, soit de 15 500 km2 d’eau où rien ne vit. Et ça, c’était avant le déversement du Deepwater Horizon.

Le président de BP a déclaré que ce n’était pas leur accident, mais qu’il nettoierait la marée noire, essayant de la sorte de se déculpabiliser. Le truc, c’est qu’en vertu de la loi établissant la réserve de fonds nommée Oil Spill Liability Trust Fund, la responsabilité civile de BP se limiterait à $75 millions, après quoi c’est les taxes sur l’essence payées par les Américains qui débourseront les frais, selon le New York Times. Ce désastre écologique pourrait entrainer l’effondrement économique des États-Unis, s’il était pour s’étendre jusque dans l’océan Atlantique et au-delà. Les coût seront simplement astronomiques. Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres, comme le dit le dicton. Cela, Goldman Sachs le sait très bien et des allégations apparemment vérifiées pointeraient vers le fait que GS ait spéculé et misé sur la baisse des actions de Transocean quelques jours avant le début du tragique évènement.

En conclusion, à la lumière de toutes ces informations, il apparait sage de planifier un passage rapide à d’autres sources d’énergie plus propres, abondantes et libres. L’ère du pétrole doit se terminer rapidement, car il pourrait déjà être trop tard pour éviter une des pires catastrophes écologiques de l’histoire, causée par une substance et des cartels qu’on aurait dû quitter il y a belle lurette.

 

Image Flickr de EFFER LECEBE ARTIST PEACEKEEPER

François Marginean, Les 7 du Québec


Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • tinga 15 mai 2010 12:06

    La civilisation occidentale a établi sa puissance et sa domination par le pétrole, l’Allemagne nazi n’a pu mener sa guerre éclair que grâce au pétrole américain, les guerres pétrolières d’aujourd’hui sont la continuation de la volonté de ces prédateurs criminels de modeler le monde pour toujours plus de profits.

    Je pense que cette catastrophe marque symboliquement la fin de de ce monde, le 911 (qui est aussi une sorte de symbole du suicide occidental), geste d’arrogance et d’une cruauté invraisemblable sera sans doute la date importante dans cette désagrégation du monde pétrolier. 
    La merde du diable (c’est ainsi que les nigérians nome le pétrole, le delta du Niger est dans une situation écologique dramatique) aura été la cause de nombre de monstruosités, et ce n’est hélas pas fini.
    Je ne sais pas si le parallèle avec la catastrophe Tchernobyl est pertinent, celle -ci ayant tuée des dizaines (centaines) de milliers de personnes, pour les animaux c’est certain, il s’agit bien de cela.
    Roulez bagnoles, sols gavez vous de tous ces merveilleux engrais , avions continuez de bousiller l’atmosphère, pétrole nous te boirons jusqu’à la dernière goutte !

    • zelectron zelectron 15 mai 2010 12:22

      "à la lumière de toutes ces informations, il apparait sage de planifier un passage rapide à d’autres sources d’énergie plus propres, abondantes et libres. L’ère du pétrole doit se terminer rapidement« 

      YAKA !!! YFONKON !!! YAPUKA !!!

      ps dans 10 ans, 20 ans, 50 ans ?
      Quid des mines de charbon où il n’y a »que" morts d’hommes et pas de pollution visible ?


      • Marc Viot Marc Viot 15 mai 2010 12:44

        Un mot pire que pire, c’est quoi ?

        http://www.youtube.com/watch?v=k816dPQyPAM

        • Marc Viot Marc Viot 15 mai 2010 13:04

          Earth blood is black


        • Marc Viot Marc Viot 15 mai 2010 13:35

          Un individu travaillant pour BP a déclaré qu’il “est tout à fait possible que la région du Golfe du Mexique jusqu’en Floride devienne une zone morte, sans aucune vie aquatique que ce soit”. La marrée noire est visible par les satellites de la NASA. Elle semble être de cinq à douze fois pire que ce qu’on pouvait anticiper ou laissé croire. Cette marée se déploie très rapidement et pourrait atteindre bientôt les côtes de la Louisiane. “Je commence à me rendre compte de l’énormité de cette marée », déclare Wathen, “Il semble qu’elle s’est répandue sur toute l’étendue du Golfe du Mexique”.

          Certains commencent à suggérer que cette catastrophe record risque de tuer les océans de la planète, alors que le pétrole giclant à grande pression du “volcan” sous-marin pourrait bien dériver le long de la côte Est et jusqu’en Europe avec les courants marins. Cela nous démontrera le vrai coût de l’ère du pétrole alors que 50% des fruits de mer que les Américains consomment proviennent du Golfe du Mexique. Cette région est littéralement la toilette des États-Unis qui y rejettent quantités de produits chimiques, contaminant la chaîne alimentaire au mercure et autres déchets industriels. Le Golfe du Mexique porte l’une des plus grandes “zone morte” de la planète, soit de 15 500 km2 d’eau où rien ne vit. Et ça, c’était avant le déversement du Deepwater Horizon.


        • dom y loulou dom 16 mai 2010 00:04

          « earth blood is black »

          non alors ça c’est tout faux

          babylone n’est pas la terre en soi, aussi peu que le royaume des cieux hein



          earth’s blood is the water !!


        • Marc Viot Marc Viot 16 mai 2010 09:36
          Avoir le sang noir, c’est avoir un sang sans oxygène : un sang mort.

        • Marc Viot Marc Viot 15 mai 2010 13:24

          LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK


          LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK - LE SANG DE MATER EST NOIR - EARTH BLOOD IS BLACK


          • alberto alberto 15 mai 2010 15:12

            Y a pas que les poissons qui sont en danger !


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 15 mai 2010 13:27

            Mes chers nobiles,

            il semblerait en plus que ce soit un sous marin artisanal iranien transportant vingt tonnes de cocaïne en provenance du Costa Rica direction un pays ami, enfin, Miami, et qu’il puisse bien encore s’agir d’un coup de Ding Laden, actuellement en vacances au Bang la Dèche...

            Bel article fort bien documenté et beau travail pour l’illustration.


            • dom y loulou dom 16 mai 2010 00:07


              arrêtes voir de semer Lise  smiley


            • Darius 15 mai 2010 13:29

              Gallon ou Baril, euh on n’est pas des Américains, pas encore
              vous pourriez donner l’équivalent en litres ou en mètre cube Svp ?


              • François M. 15 mai 2010 13:43

                Voilà pour vous venir en aide !

                Site de conversion des mesures


              • slipenfer 15 mai 2010 13:35

                Quelqu’un sait comment fermer le robinet ?

                Bientôt ceux qui marchent a pied et mangent que des pâtes vont croiser
                ceux à vélo qui mangent du riz . smiley


                • François M. 15 mai 2010 13:38

                  Bonjour !

                  J’ai bien hâte de lire vos réactions et vos états d’âme suite à cette catastrophe, une de plus, causé par le pétrole.

                  Merci à Agoravox de publier ce texte et n’hésitez pas à nous payer visiter sur notre site Les 7 du Québec et CentPapiers pour y laisser vos réactions.

                  François Marginean, auteur de cet article.


                  • zadig 15 mai 2010 13:39

                    Dommage.

                    On parle de gallons, de barils, de pression en PSI.

                    Une petite conversion aurait été bien utile.

                    Cordialement


                    • François M. 15 mai 2010 13:45

                      Désolé un fois de plus, tous les sources étaient en ces mesures et j’ai voulu éviter les erreurs de conversion pensant que tous savaient ce qu’elles représentaient, surtout qu’ici en Amérique du nord, elles sont continuellement utilisées dans le domaine pétrolier.


                    • robespierre55 robespierre55 16 mai 2010 05:15

                      Pour enfoncer le clou, précisons que les gallons et autres mesures fantaisistes appartiennent au système de mesure dit « impérial », par opposition au système métrique, basé sur des repères communs et vérifiables.

                      Ceci dit, c’est vrai que le « pied » ou le « pouce » sont quand même plus excitants que la dix-millionième partie d’un quart de méridien terrestre, sans parler de la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1⁄299 792 458 secondes...[


                    • Pierrot Pierrot 15 mai 2010 13:54

                      Je pense qu’il y a une pteite coquille sur la température au fond de la mer.

                      En principe dans toutes les mers du monde, la température profonde est de 4°C ce qui correspond au maximum de le densité de l’eau de mer.

                      Cela devrait aussi être le cas au fond du golge du Mexique.
                      Cela ne change pas la naure du reste de l’article.


                      • vince733 15 mai 2010 14:13

                        @L’auteur
                        Bel article bien documenté.
                        Dans la même veine, le dernier film de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre global » : retour sur 60 ans d’agrochimie et sur un désastre écologique et humain programmé et planifié.
                        Le temps presse : chacun à son niveau se doit d’agir et toucher toutes ces multinationales et leurs valets politiques de m...e au coeur : le portefeuille.
                        Boycott général de leurs produits !!!!


                        • pierrot123 15 mai 2010 15:09

                          « Solutions locales pour un désordre global... » à voir sans délais...
                          Juste pour se faire un début de commencement d’idée de ce qu’il convient de décider pour s’en sortir, un jour...peut-être.
                          (Dépêchez-vous, il va sans doute pas rester longtemps à l’affiche.)


                        • morice morice 15 mai 2010 14:39

                          on y est en effet... par une cascade d’inconséquences et une bande de sagouins véritables....


                          • anty 15 mai 2010 15:03
                            Le Tchernobyl des pétrolières

                            Titre ridicule

                            Faut comparer ce qui est comparable

                            Tchernobyl plusieurs milliers de mort avec une région contaminée pour plusieurs centaines d’années

                            la fuite de pétrole quant à elle va être resorber d’ici peu de temps sans autres conséquences
                            que financières...



                            • Gabriel Gabriel 15 mai 2010 15:15
                              @anty
                              Le nombre de mort au nom du sacro saint pétrole est tellement important qu’une vie ne te suffirait pas pour les compter...

                            • François M. 15 mai 2010 17:54

                              Ah bon ? On craint que la région au complet du Golfe du Mexique devient un zone morte. La vie va prendre tout un coup. Faut-il nécessairement que ce soit des humains qui meurt pour que ce soit une catastrophe ? Et que dire des milliers de personnes qui vivent de la pêche qui voit leur milieu complètement ravagé et leur gagne-pain disparaitre ?

                              Pensez-y...


                            • marie 15 mai 2010 15:22

                              Tchernobyl plusieurs milliers de mort avec une région contaminée pour plusieurs centaines d’années

                              la fuite de pétrole quant à elle va être resorber d’ici peu de temps sans autres conséquences
                              que financières...
                              mES PETITES TORTUES, mes oiseaux, : VOUS N’ETES RIEN ! c’est Le monsieur qui l’écrit.


                              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 mai 2010 15:30

                                @ Anty :


                                 «  la fuite de pétrole quant à elle va être resorber d’ici peu de temps sans autres conséquences que financières...  »

                                En effet. J’ai d’ailleurs reçu confirmation du Pere Noel et l’on n’attend qu’un mot du Pape pour qu’un miracle se produise. Mon shaman personnel me dit aussi que, considérant l’écheance de 2012 pour la fin du monde, cette affaire de pétrole est prématurée et ne peut être qu’une fausse alerte.
                                 
                                Publiez vite un premier article. Nous avons besoin d’optimistes. Ne vous inquiétez pas pour votre description ; nous avons la foi

                                PJCA

                                • Marc Viot Marc Viot 15 mai 2010 15:58

                                  Viles actions faites à vils prix (Dirty deads done dirt cheap) 

                                • Yvance77 15 mai 2010 16:09

                                  Salut,

                                  Beau post que voici, fort bien étayé.

                                  In fine c’est de la folie des hommes que l’on parle. Est il raisonnable d’aller empaler le fond des océans en comptant désormais en kilometre ? Et demain quoi, une échelle pour aller fumer son cigare sur les bords de la « mer des tranquillités ».

                                  Je ne serais pas surpris qu’un jour nous assistions à l’effondrement d’une tour en plein ville hors attentat mené par une bande de gus avec dix cutters (rire dans la foule)

                                  A vouloir dépasser le raisonnable on se condamne à des risques majeurs.

                                  A peluche


                                  • anty 15 mai 2010 16:40

                                    Snif snif

                                    tiens je te passe un mouchoir...


                                    • marie 15 mai 2010 17:01

                                      anty faites attention, il viendra un jour (j’espère) ou les hommes, les nobles hommes, pas les mouchoirs dans votre genre ! se léveront ;


                                      • anty 15 mai 2010 17:22

                                         La France a aussi écosystème vieux de plusieurs millions d’années et pourtant elle exploite ses richesses,les richesses de son sol depuis les hommes préhistoriques

                                        d’ailleurs comment pourrait-elle faire autrement

                                        dans ce pays il faut nourir 65 millions d’individus ...


                                        • Proudhon Proudhon 15 mai 2010 18:12

                                          Une solution peu-être serait d’immerger au dessus du puit des milliers de tonnes de grosses boules de béton, voir d’acier qui viendraient de ce fait obstruer le forage.


                                          • dom y loulou dom 16 mai 2010 00:38


                                            Ils devraient déjà savoir qu’ils ne peuvent stopper la pression qu’ils ont libéré.

                                            Uniquement une molécule capable de durcir le pétrole lui-même à la sortie du puits pourrait y parvenir...

                                            mais une telle molécule existe-t-elle ?

                                            chimistes please


                                            Ou alors ils vont devoir se farcir le miroir de ce qu’ils avaient provoqué en Irak en 1991 ?

                                            les puits de forage en feu pendant des mois.

                                            Pour ceux qui diraient que le feu ne brûle pas sous l’eau, qu’ils regardent donc un peu les volcans sous-marins.






                                          • dom y loulou dom 16 mai 2010 00:53


                                            le pétrole, si je ne m’abuse, monte vers la surface de l’eau, non ? Comme toutes les huiles.

                                            Ils essaient de la retenir avec des barrages n’est-ce pas ?


                                             burn that oil  smiley


                                          • joletaxi 15 mai 2010 18:38

                                            Depuis des décennies, diverses catastrophes,ayant le plus souvent comme origine la négligence,ont balancé dans les océans des quantités invraisemblables de pétrole dans la mer,et des résidus brûlés et imbrûlés dans l’atmosphère,sans que je connaisse un seul événement qui aie eu des suites irréversibles.

                                            Tous les jours, des centaines de bateaux « dégazent » en toute impunité dans les océans, sans que cela fasse la une de la presse.
                                            La seule différence que je vois,dans ce cas-ci, comme pour lExxon Valdez,c’est que BP va « casquer » alors que les Bretons et autres « pigeons » de nos côtes en ont été pour leurs frais,je ne parle même pas des idiots utiles bénévoles qui parfois risqué leur santé à nettoyer la « merde »

                                            Par contre que faire pour ceci

                                            Moi je serais beaucoup plus inquiet pour toutes les munitions qui traînent au fond des mers ,pour les sous-marins russes et américains,porteurs d’engins sympathiques ,qui rouillent quelque part,des millions de tonnes de déchets divers, de métaux bizarres et autres saloperies que l’on a balancé dans nos rivières, le long de nos côtes, et que l’on balance sans doute encore.
                                            Alors votre petite fuite de pétrole,....

                                            • François M. 15 mai 2010 18:48

                                              Après avoir atteint le point de non-retour où les océans seront trop pollués pour produire suffisamment de nourriture et supporter la chaine alimentaire qui du reste sera complètement indigeste et contaminée, on reviendra lire ce genre de commentaire pour se poser des questions qu’on aurait dû faire il y a trop longtemps déjà.

                                              Combiné avec ces munitions, armes chimiques et déchets radioactifs dans les océans - qui est bel et bien un réel sujet de préoccupation - je me demande vraiment où nous nous dirigeons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

François M.


Voir ses articles







Palmarès