Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Environnement > Petit bréviaire des Accidents nucléaires de Saint Laurent des (...)

Petit bréviaire des Accidents nucléaires de Saint Laurent des eaux

Le silence pour les agneaux …

Vidéo

Accidents nucléaires de Saint Laurent des eaux.

Le silence pour les agneaux …

Certaines centrales ont une fâcheuse habitude de connaître des problèmes. Saint Laurent des eaux a ouvert le bal en 1969, année nucléique pour cette vieille dame qui a connu une cure de rajeunissement en 1983. Dès le début de son existence, la dame a joué de mauvais tours à la Loire sa voisine. Depuis, quelques incidents notoires ont fini par mettre en doute la continuation (pas la contamination probable) de ce site. Mais revenons à cette belle histoire faite de temps forts.

Le 17 octobre 1969 rien moins que 50 kilogrammes d'uranium se prennent d'envie de fusion lors d'une très banale (nous dit-on) opération de chargement d'un réacteur graphite-gaz. Voilà ce qu'on a appris bien des années plus tard car dans sa sagesse ineffable l'état par l'entremise des autorités de la centrale a souhaité qu'aucune information ne fût révélée à la populace (pardon on doit dire population dans un état démocratique).

La contamination, puisqu'il faut bien admettre ce terme, aurait été limitée au seul site, démontrant ainsi la redoutable efficacité des fils barbelés et des clôtures dûment utilisés pour séparer cet espace sécurisé d'un monde sans pitié. Selon l'échelle INES actuelle, il s'agissait alors d'un accident qui se situerait au niveau 4. Nous pouvons légitimement redouter le comportement de ces charmants responsables si quelques degrés supplémentaires avaient été franchis ….

C'est grâce au personnel de la Centrale que des fuites finissent par atteindre le monde réel. Non, rassurerez-vous, pas des ondes nocives et cancérigènes car celles-ci, en France, ne franchissent jamais les frontières qu'on veut bien leur fixer, mais des bribes d'informations. Ainsi, on apprend, bien après la bataille, que dans le réacteur A1, cinq combustibles sont alors entrés en fusion.

Officiellement, la contamination se serait arrêtée aux frontières du site. Depuis, cette formule porte le doux nom de « nuage de Technobyl » une spécificité française que le monde entier nous envie. Il est bien injuste que cette charmante commune ligérienne soit ainsi privée d'une expression qu'elle a eu le privilège d'inaugurer.

La population n'avait pas été prévenue.
 EDF, responsable de la centrale, avait à l'époque qualifié l'évènement de simple "incident". Il s'agit pourtant de l'un des plus graves survenu en France. Voilà la preuve, messieurs les thuriféraires du nucléaire que nous n'évoluons pas dans un domaine ordinaire et qu'en dépit des dénégations gouvernementales, la transparence ne sera jamais de mise dans ce secteur à hauts risques.

Je sais, nous évoquons un autre temps, une période antédiluvienne où le pouvoir gaulliste avait la main mise sur l'information. J'admets volontiers cette remarque et attends votre explication pour l'incident suivant.



Le 13 Mars 1980, un autre accident de niveau IV (une spécialité pour cette centrale qui depuis a hélas pris 22 ans ) a conduit à la fusion de deux éléments combustibles du réacteur à un autre gaz graphite. Gravement endommagé, le réacteur fut indisponible pour deux ans et demi. L'accident nucléaire, porté à 4 sur l'échelle INES, est le pire jamais enregistré sur un réacteur en France. 

(Méfions-nous de cette formule, nous savons si peu en ce délicat domaine).

Par la suite, une campagne d'échantillonnage de sédiments dans la Loire menée par l'Institut de la Marine Biogeochemistry de l'Ecole Normale Supérieure de Montrouge (Hauts-de-Seine) a établi la présence de traces de plutonium à partir de Saint-Laurent jusqu'à l'estuaire, dont l'origine est attribuée soit à l'accident de 1980, soit encore à celui de 1969.

Les poissons du fleuve royal, interrogés sur ce sujet, sont restés muets comme des carpes. Nous en sommes donc réduits, une fois encore, à des hypothèses. Le courant ne semble pas passer entre la vérité et la sécurité nucléaire. La seule certitude, c'est que les régions en amont ne furent pas touchées par la pollution fluviale.

1er juillet 1984 Croyant agir sur le réacteur PWR Saint-Laurent B1 (880 MWé), à l'arrêt, un opérateur, supposé infaillible, ordonne l'ouverture de vannes de Saint-Laurent B2, en fonctionnement. Ces vannes séparent le circuit primaire du circuit de refroidissement à l'arrêt (30 atmosphères). L'irruption de l'eau primaire aurait rompu ce circuit et causé un important accident de perte de liquide de refroidissement. Heureusement les vannes ne fonctionnent pas, justement à cause de la différence de pression. Cette erreur vient d'une mesure d'économie qui a conduit à faire un seul bâtiment auxiliaire pour deux réacteurs.

Le 12 Janvier, 1987, à 9h30 (vous pouvez apprécier les progrès concernant la précision des faits), le refroidissement d'un réacteur gaz-graphite n'est plus possible car la Loire est gelée. (La glace qui obstruait les prises d'eau a ensuite été brisée par des explosifs mis en place par l'armée française, il faut bien se donner la main entre spécialistes) Voilà bien une contrariété supplémentaire qu'il était bien difficile de prévoir quand on fréquente des écoles d'ingénieurs. Étrangement, c'est également une période de grande consommation d'énergie, à la grande surprise des prévisionnistes de cette noble entreprise ….

Le réacteur est fermé en cas d'urgence, et le refroidissement ne peut être assuré par les moteurs diesels de secours. Le réseau EDF est en surchauffe, il est impossible de venir en aide à la centrale. In-extremis les moteurs diesels sont réparés. On a eu chaud dans la région sans naturellement le savoir. 
Une centaine de personnes ont également été évacuées suite à un dégagement de fumée dans un bâtiment administratif, provenant de la surchauffe de résistances électriques du système de chauffage du bâtiment.-


L'unité de production numéro 2, autrement dit l'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux s'est arrêté automatiquement, jeudi 5 avril 2012 à 13 h 30, dans le cadre d'une procédure d'urgence. La faute à un capteur d'eau défaillant (défaut d'isolement) qui a commandé à tort l'ouverture d'une vanne provoquant une montée intempestive du niveau d'eau dans le générateur de vapeur, ce qui a déclenché l'arrêt.

Le remplacement du capteur est programmé, EDF envisage le redémarrage du réacteur ce lendemain dans la soirée. Au même moment, les pompiers sont intervenus pour un dégagement de fumée observée dans un bâtiment administratif de l'établissement. Une centaine de personnes ont été évacuées, la fumée provenait de résistances électriques du système de chauffage. Le matériel a été mis hors tension le temps nécessaire aux réparations.

La centrale nucléaire de Saint Laurent des eaux est à bout de souffle. Elle a cumulé depuis de nombreuses années les arrêts de productions, parfois sur plusieurs années. Elle n'est plus fiable, pourtant il faut fermer les yeux sur certaines défaillances pour maintenir l'activité indispensable au tissu économique local. Une fermeture serait une catastrophe financière, mais que serait une catastrophe nucléaire alors ?

Almanachement sien.

Avertissement : La Caravane des indignés du Nucléaire arrive ce vendredi à 17 heures devant la mairie d'Orléans après être partie de la Centrale de Saint Laurent des Eaux. Vous pouvez leur apporter leur soutien. J'écris en mon nom propre et mes propos n'engagent nullement les initateurs de cette belle manifestation citoyenne.



Sur le même thème

Fukushima for ever
Monsieur Hulot et le grand mensonge de la transition énergétique
Les cachotteries nucléaires
Avec le nucléaire, on tourne en rond!
Théorie Grand Unifiée de la SuperConspiration


Les réactions les plus appréciées

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires