• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Pourquoi je ne suis pas (trop) inquiet pour les réacteurs nucléaires (...)

Pourquoi je ne suis pas (trop) inquiet pour les réacteurs nucléaires japonais

Depuis les terribles evènements qui se sont produits au Japon, les médias ont largement évoqué la possibilité d'un accident nucléaire majeur comparable à celui de Tchernobyl.

Inquiet comme tout le monde, j'ai passé un bon moment ce week-end pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer, et décortiquer le vrai du faux dans ce que l'on nous a raconté.

Et j'en suis arrivé à la conclusion qu'il n'y a pas eu, et qu'il n'y aura pas un dégagement significatif de radioactivité depuis l'usine nucléaire de Fukushima. Par significatif, je veux dire qui soit supérieur à ce que l'on reçoit lors d'un vol long courrier. Voici pourquoi.

La couverture média des évènements comportant tellement d'erreurs et de mésinterprétation des fait que cela m'a décidé à écrire un article sur le sujet, ne serait-ce que pour expliquer les principes de base concernant la mise en oeuvre, la production et la sécurité autour de la production d'électricité par le nucléaire. Ensuite, nous verrons le scénario de ce qui a pu se passer.

Avertissement au lecteur : c'est passablement long, technique et un peu compliqué.

Construction de l'usine nucléaire de Fukushima.

Les réacteurs de Fukushima sont de type à eau bouillante (BWR - Boiled Water Reactor). Comme un peu tous les modèles, ce ne sont en fait que des cocottes minutes, et dans ce modèle, c'est une cocotte vapeur. Dans la cocotte, le combustible nucléaire chauffe de l'eau, qui génère de la vapeur en bouillant. La vapeur est ensuite envoyé dans une turbine qui entraine un alternateur pour produire de l'électricité. Ensuite la vapeur est refroidie puis condensée pour se retransformer en eau et réinjecté dans la cocotte qui la réchauffe, et ainsi de suite. La température de fonctionnement de cette cocotte étant aux alentour de 250 °C.

Le combustible nucléaire est de l'oxide d'uranium. C'est une céramique qui possède un point de fusion très haut, aux alentours de 3000 °C. Ce combustible est fabriqué en petits disques de la taille d'une brique de légo. Ces disques sont ensuite empilés sérrés dans de long tubes fait d'un alliage de zirconium-étain, dont le point de fusion est de 2200 °C. C'est cet ensemble que l'on appelle "une barre de combustible". Elles sont ensuites assemblées en paquets, et c'est ces paquets de barres qui forment ce que l'on appelle "le coeur" du réacteur.

Ces tubes de zirconium sont la première couche qui sépare le combustible atomique de l'extérieur, c'est la première enveloppe de protection.

Le coeur est ensuite placé dans la "cocotte" dont je parlais précédemment, et qui est le second confinement du combustible. Par la suite, je l'appelerai "le réacteur". Il est fabriqué pour contenir le coeur à des températures de plusieurs centaines de degrés bien plus hautes que la température de fonctionnement normal, à la condition que l'on puisse tout le temps maintenir une circulation d'eau minimale pour refroidir. Je détaillerai plus tard ce point.

L'ensemble cocotte (réacteur) et tous ses tuyaux, pompes, réserves d'eau est placée dans une 3ème enveloppe. Cette dernière est faite avec de grandes épaisseurs des meilleurs aciers, et hermétiquement close. Cette dernière enveloppe est construite dans un seul but - le pire scénario : contenir indéfiniement un coeur et un réacteur qui a totalement fondu. Le réacteur est en fait posée dans une "bassine" remplie de graphite. Si le coeur fond et le réacteur explose ou fond aussi, le graphite va attraper et disperser le combustible nucléaire, ce qui va lui permettre de refroidir.

Autour de ce 3ème compartiment il y a le batiment réacteur, qui est juste là pour protéger l'installation de l'extérieur, et permet également le grutage des élements dans le batiment réacteur, notamment lors du changement de combustible, mais rien de plus que cela. Et c'est cette partie qui a explosé, nous verrons plus tard pourquoi.

Les fondamentaux des réactions nucléaires.

Le combustible génère de la chaleur par fission nucléaire. Les gros atomes d'uranium sont cassés en atomes plus petits. ça génère de la chaleur plus des neutrons (qui sont une des particules constituant un atome). Quand le neutron touche un autre atome, celui-ci se casse, générant encore de la chaleur et d'autres neutrons, et ainsi de suite. C'est ce que l'on appelle la "réaction nucléaire en chaine".

Lorsque l'on attache un paquet de barres de combustibles l'une à coté de l'autre, elles se mettent instantanément à chauffer et atteignent leur température de fusion en environ 45 minutes. La réaction doit alors être controlée afin d'éviter cela. Pour cela, les opérateurs disposent de "barres de modération" qui coulissent entre les barres de combustible, absorbent les neutrons et éteignent instantanément la réaction en chaine. Un réacteur nucléaire est fabriqué de telle manière que lorsqu'il est en fonctionnement les barres de modération sont totalement sorti du réacteur. L'eau passe alors au travers des barres de combustible en les refroidissant ce qui génère de la vapeur et fait tourner la turbine.

Le problème est que lorsque on a totalement inséré les barres de modération et stoppé la réaction en chaine, le coeur continue à produire de la chaleur. L'uranium a bien stoppé la réaction en chaine, mais un nombre d'éléments radioactifs intermédiaires ont été créé par l'uranium lors du processus de fission, principalement du Césium et des isotopes d'Iode. Ces éléments radioactifs produisent eux-même des fissions et donc de la chaleur, jusqu'à arriver à des atomes plus petits et non radioactifs. En pratique, il faut quelques jours pour que le réacteur épuise ses éléments intermédiaires et refroidisse totalement.

Mais c'est cette chauffe résiduelle qui pose problème actuellement, et nécéssite la persistence dans le réacteur d'une circulation d'eau pour continuer à le refroidir juste après un arrêt d'urgence.

Donc, le premier type de matériau radioactif dans une centrale est l'uranium plus des éléments intermédiaires produits par la dégradation de l'uranium tels que le Césium-137 et l'Iode-131, qui sont enchassés dans les barres de combustibles.

Il y a un second type de matière radioactive crée, mais elle en dehors des barres de combustible. En fait certains neutrons sortent des barres de combustible, et sont "capturés" par des molécules d'eau, ou d'air emprisonnée par l'eau, et se transforment en isotopes radioactifs. C'est principalement de l'azote (N-16) et du Xenon (Xe-133 et 135), qui ont des périodes très courtes (7 secondes pour l'azote, 5 jours pour le Xenon 133 et 9H pour le 135), ils perdent dont rapidement leur radioactivité.
Et c'est ces élements là, mélangés à de la vapeur d'eau qui ont été relaché de Fukushima, pour des raisons que nous allons maintenant voir.

Que s'est-il passé à Fukushima ?

Il faut commencer par féliciter les ingénieurs qui ont construit cette centrale, sur l'hypothèse d'un tremblement de terre d'une force de 8.2. Il fut en fait de 8.9. Etant donné que l'échelle est logarithmique, ce qui est arrivé est en fait 7 fois plus puissant que l'hypothèse retenue, et les centrales ont quand même tenu, ce qui est remarquable.

Lors de la secousse, les réacteurs se sont automatiquement coupés. Dans les secondes qui ont suivi le début, les barres modératrices ont été insérés dans le réacteur et la réaction en chaine s'est interrompue. Le système de refroidissement devait alors évacuer la chaleur résiduelle, qui est de environ 3% de la chaleur dégagée en fonctionnement.

Le tremblement de terre a détruit la source de courant externe du réacteur qui en a besoin pour maintenir les pompes du circuit de refroidissement. En fait au début les choses se sont déroulées correctement. L'un des mutiple générateur de secours au diesel s'est mis en route et a fourni l'électricité nécéssaire. Mais le Tsunami est arrivé, plus gros que ce qui avait été jamais envisagé, et a détruit la totalité des génératrices diesel de secours. Lorsque c'est arrivé, le controle opérationnel a mis en route des batteries de secours, qui sont suffisantes pour fournir l'énergie necessaire au refroidissement du réacteur pendant 8 heures, et c'est ce qu'elles ont fait.

La société disposait donc de ce temps là pour trouver une autre source d'énergie et la connecter à l'usine. Mais à cause des destructions engendrées par le séisme et le tsunami, il n'a pas été possible de remonter assez rapidement une fourniture électrique à l'usine, ni d'acheminer des génératrices diesel compatibles dans les temps.

Et c'est là que les choses se sont mises à mal tourner. Lorsque les batteries se sont retrouvées déchargées, la chaleur résiduelle du coeur ne pouvait plus être évacuée. A ce moment là, les opérateurs de l'usine ont commencé à appliquer les procédures d'urgence applicables en cas de perte totale de refroidissement du coeur.

Dans cette configuration, la cocotte se comporte comme si elle est sur un feux doux, mais que l'on ne peut pas arrêter. Le but étant d'éviter autant que possible que l'enveloppe du combustible (les tubes de zirconium) n'en viennent à fondre, et à faire en sorte que le réacteur reste intact et opérationelle le plus longtemps possible pour donner le temps nécéssaire à la réparation du circuit de refroidissement. Pour cela, il est necessaire de relacher de temps en temps de la vapeur à l'extérieur pour faire tomber la pression à l'intérieur, ce qui est exactement ce que fait une cocotte minute sur le feu. A ce moment là, la température du coeur était de environ 550°C.

Et c'est là que les premier rapport de "fuites radioactives" sont apparu. En relachant de la vapeur en provenance du coeur, les opérateurs ont donc relaché de l'azote et du xenon radioactif mélangé à cette vapeur, sans que cela n'ai une grande incidence en matière de pollution nucléaire, du fait de la trés courte demi-vie de de l'azote radioactif relaché...

Mais c'est lors de cette opération de relâchement de vapeur que l'explosion que tout le monde a vu est intervenue. Ce qui s'est passé n'est pas encore très clair mais voici un scénario possible. Les opérateurs ont décidé de lâcher la vapeur non pas dans l'atmosphère directement, mais dans l'espace du batiment réacteur, probablement pour laisser un peu plus de temps à la vapeur pour perdre sa radioactivité. Le problème est que avec la température atteinte par le coeur, les molécules d'eau se dissocie en oxygène et hydrogène, en formant un mélange explosif. Et il a explosé, en dehors de l'enceinte de confinement du réacteur, dans la coiffe du batiment réacteur, qui heureusement n'a aucune fonction concernant la sécurité nucléaire de l'installation.

Dans le cas de Tchernobyl, c'est ce même mélange qui a explosé, mais dans l'enceinte de confinement du réacteur, ce qui a soulevé la coiffe de béton de 120 tonnes qui en retombant sur le réacteur lui même l'a fracturé laissant échapper directement le combustible nucléaire, avec les conséquences que l'on sait.

Le problème de la formation d'hydrogène - oxygène est crucial dans les centrales nucléaires, et contrairement à Tchernobyl les réacteurs du type BWR sont concus pour que cela ne puisse pas arriver à l'intérieur des enceintes de confinement. On ne peut empêcher dans des cas comme cela cette formation et ces explosions, mais ça se passe en dehors des enceintes de confinement, et ça ne mets pas en danger l'installation dans son ensemble.

Revenons à notre cocotte dont on lâche de temps en temps de la vapeur. Elle continue de bouillir, de telle manière que à l'intérieur, le niveau d'eau va baisser. Le coeur est recouvert par plusieurs mètres d'eau ce qui donne un délai avant que les barres de combustibles ne se retrouvent hors d'eau. A partir de là, les parties des barres ainsi exposées vont alors se retrouver à 2200 °C en une quarantaine de minutes, température à laquelle le tube contenant le combustible nucléaire va commencer à fondre.

Et c'est ce qui a commencé à arriver. Le refroidissement ne pouvant être rétabli à temps, il y a eu des dommages sur un ou plusieurs tubes de combustibles qui ont commencé à fondre, et les sous-produits de la fission de l'uranium ont commencé à se mélanger à la vapeur qui a été ensuite relaché dans l'atmosphère.

La présence de Césium et d'Iode dans la vapeur relachée - ce qui a été confirmé de manière officielle - est une indication claire que le réacteur a commencé à fusionner. Donc pour ceux qui se posaient la question, oui, le réacteur a fondu, du moins il a commencé à le faire.

Et c'est le signal pour appliquer le plan B. Le plan A - restaurer l'un des multiple système de refroidissement de secours - ayant échoué pour une raison encore inexpliquée. Une hypothèse plausible est que le Tsunami a également emporté les citernes d'eau très pure qui sont utilisés pour les circuits de refroidissement du réacteur.

Entre parenthèses, la raison de l'utilisation d'un eau très pure et déminéralisée est qu'elle prend très peu la radioactivité. L'utilisation d'une eau "sale" ou de mer va réagir plus activement avec les neutrons, ce qui va créer d'autres isotopes radioactifs aux effets indésirables, mais pour ce qui est de la fonction de refroidissement du réacteur, il n'y a pas de problème que l'eau soit propre, de mer et/ou modérément sale, il y a quand même des limites là aussi mais c'est un autre sujet.

Le plan A ayant échoué - pas de système de refroidissement et pas d'eau propre - alors le plan B est entré en action. Voilà ce qu'il s'est passé, a priori :

Pour éviter la fonte du coeur, les opérateurs ont commencé à utiliser de l'eau de mer comme liquide de refroidissement. Il est un fait que maintenant, le combustible nucléaire s'est refroidi. Comme la réaction en chaine a été stoppée depuis un bon moment, il ne reste qu'une part minime de chaleur résiduelle produite. La grande quantité d'eau qui a été utilisée suffit à elle seule à refroidir cette chaleur résiduelle, sans générer de pression suffisante pour qu'un relachement de vapeur supplémentaire ne soit nécéssaire. De l'acide borique a été aussi rajouté à l'eau de mer, ce qui a pour effet de capturer encore plus de neutrons (donc le même effet que les barres de modération) et d'éteindre encore plus rapidement la réaction et refroidir le réacteur.

Au final, la tranche est passé très près d'une fonte du coeur. Le scénario catastrophe aurait été le suivant : Si l'eau de mer n'avait pu être utilisé, les opérateurs auraient été contraint de relacher de la vapeur radioactive pour éviter l'explosion du réacteur, jusqu'à ce qu'il n'y ait eu plus d'eau - et dans ce cas là, les dégagements de vapeurs auraient été bien visibles depuis les caméras qui filment maintenant 24H/24 cette centrale. Ensuite la troisième enceinte de protection aurait été hermétiquement scellée pour permettre au coeur de fondre sans laisser échapper de matière radioactive - du moins c'est ça en théorie. En pratique, ce cas de figure ne s'est jamais présenté et c'est très bien comme cela.

Et maintenant, où cela nous amène ?

L'usine est maintenant sauve, et le restera. Il en va de même pour les autres tranches et usines qui ont probablement subit des problèmes similaires, mais si la situation avait dérapé quelque part, nous serions maintenant obligé de le savoir, ne serait-ce que par les manifestations externes que cela aurait provoqué (dégagements violents de vapeur, explosions, radioactivité sans aucune commune mesure avec ce qui a été constaté, etc ...)

Il s'agit d'un incident de niveau 4 selon la classification INES : Accident nucléaire avec conséquences locales. C'est pas bon pour la compagnie qui exploite les centrales, mais rien de plus.

Quelques isotopes radioactifs ont été lâchés avec la vapeur, mais vont très rapidement disparaitre du fait de leur demi-vie (l'azote-16 et le Xenon-135 c'est déjà fait, le Xenon-133 dans 5 jours). Une très faible quantité de césium et d'iode ont été relachés et emportés vers l'océan, on ne les reverra pas. Du fait des dégats limités au premier confinement (les tubes de zirconium), de l'iode et du césium radioactif se sont également retrouvé dans l'eau de mer utilisée, mais pas d'uranium (il ne se dissous pas dans l'eau) ou d'autres saloperies. Cette eau de mer qui est encore dans l'enceinte du réacteur pourra être traité et décontaminée avant d'être rejeté.

Du fait de l'utilisation d'eau de mer, le coeur du réacteur devra être démantelé et l'ensemble des barres de zirconium devront être inspectée. Ces opérations devraient durer entre 4 et 5 ans.
Il est probable également que l'ensemble des sécurités des installations nucléaires seront repensée au Japon afin de résister à des séismes de magnitude 9.0, ainsi qu'à des tsunami de cette ampleur.

Mais dans l'immédiat, le problème le plus grave du Japon consistera en une pénurie électrique prolongée. Il est probable que la moitié au moins des réacteurs nucléaires Japonais doivent subir une inspection lourde, ce qui réduira sa capacité électrique de 15%. Cela sera probablement couvert par des usines de production électrique à gaz normalement utilisé lors de pointe de consommation, avec potentiellement plus de coupure d'électricité.

Je crois que à l'heure actuelle, ce n'est pas le plus important problème du pays.

Source : Communiqué de presse officiel de la TEPCO - la société exploitante de la centrale de Fukushima Daiichi

Post Scriptum : Je crois utile de préciser également que je ne travaille pas du tout dans le nucléaire et que donc il serait érroné de me considérer comme un spécialiste ou un défenseur de cette industrie. J'ai vécu à proximité (3 Km à vol d'oiseau) d'une centrale nucléaire pendant 15 ans ce qui m'as amené à m'interesser à ce sujet, et à dépasser les opinions toutes faites des uns et des autres, afin de savoir que faire et quoi penser si un problème survient, en tenant compte du manque d'information fiable qui est la règle en pareil cas. En conséquence de quoi si mon article contient des erreurs factuelles, je prie le lecteur assidu de me les signaler tout en m'en excusant par avance.
Je précise également que je suis contre le nucléaire, mais en expliquer les raisons n'est pas le propos de cet article.

L'article est une traduction libre de Fukushima Nuclear Accident – a simple and accurate explanation


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (191 votes)




Réagissez à l'article

423 réactions à cet article    


  • francis francis 14 mars 2011 09:13

    Et bien ! la ! je suis étonné !
    Non seulement votre article est très clair, mais en plus lisible au possible,
    il corrobore d’autres articles lus sur le net.

    Soyez en remercié, pour un népophyte, vous connaissez diablement le sujet !


    • sto sto 14 mars 2011 18:53

      Hello

      Bien sur l’explication technique est assez claire.
      Par contre, on minimise fortement les consequences des radiations (style cow boys typique), et les conclusions sont fortement biaisees.
      Deux contre arguments :

      1) Rien n’indique que la coque d’acier (la cocote) est intacte. D’ailleurs meme si elle l’est, le coeur en fusion va la percer, et des materiaux vont s’echapper car sous pression.

      2) Cette centrale n’a pas equipee d’un « core catcher » car trop ancienne. Les 3 coeurs en fusion vont donc probablement a terme polluer tout l’ocean pacifique par diverses fuites geologiques. Adieu Sushis pour a peu pres 300 000 ans !


    • sto sto 14 mars 2011 18:56

      D’ailleurs cette communication est bizarrement largement relayee.
      exemple : http://morgsatlarge.wordpress.com/2011/03/13/why-i-am-not-worried-about-japans-nuclear-reactors/
      Je soupconne fortement de lapropagande de l’industrie nucleaire.


    • sto sto 14 mars 2011 19:06

      Un autre sujet aborde nulle part :
      En cas de fusion du coeur (il semble deja y en avoir 2), le combustible fond et se concentre au fond de la cuve.
      Il se passe ensuite le phenomene suivant :
      les materiaux en fusion se decantent selon leur densite, en couches.
      L’uranium et le plutonium etant bien plus denses que les autres materiaux presents, ils coulent, et se concentrent.
      Ceci peut aller jusqu’a constituer une masse critique, qui est quasiment une bombe nucleaire lente. Je vous laisse imaginer les effets.
      On est passe a deux doigts de cette situation a Tchnernobyl. Heureusement, le pire a ete evite a Tchernobyl.


    • no_move no_move 14 mars 2011 20:01

      à la lecture du titre je n’ai pas éprouvé l’envie de lire ne serais-ce que la première phrase. Au vu des commentaires j’ai eu une vague idée de la teneur de l’article. Alors je vais me contenter de répondre à votre (stupide) question :

      « Pourquoi je ne suis pas (trop) inquiet pour les réacteurs nucléaires japonais » (rayez les mentions inutiles)

      1) parceque le réacteur est loin de chez vous.

      2) parceque je suis (complètement) inconscient

      3) parceque je suis lobotomisé par les masses-médias

      4) parceque faire l’étalage de mon pseudo savoir est plus important que la catastrophe (et que les victimes)

      5) parceque je suis payé pour désinformer

      6) parceque j’aime bien mon nombril

      7) parceque vous vous en foutez

      8) parceque j’aime provoquer

      .....j’arrète là ?



    • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 22:46

      http://www.lepost.fr/article/2011/03/12/2432392_accident-nucleaire-de-fukushima-les-concepteurs-de-la-centrale-denoncent-la-communication-officielle.html

      Encore qq’un pas du tout d’accord avec M. Wesson...Et ce sont le constructeurs de la centrale !
      Ils trouvent que le gouvernement dissimule !
      Des mauvais esprits ,je pense !


    • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 22:48

      Sto,
      Ils nous prennent variment pour des billes !


    • lebreton 14 mars 2011 23:44

      j’avoue mon septicisme ,le passé nous rapelle les difficultés rencontrées pour démenbrement de certaines centrales ,alors qu’ont puisse d’un coup de baguette magique résoudre le pro des centrales du japon au vu des infos ,c’est pas gagné et j’aurai tendance à croire que ceux qui sorte leur science en ce moment précis s’apparentent aux bonimenteurs de chez areva ,vu la lauvergeon a la télé ,bon ça craint un peu le faisandé comme argument ,c’est vrai le fric c’est plus important ,voir la bourse  ! la mondialisation à au moins un point positif ,c’est celui qui nous permet de voir à quel degré de perversité le monde du fric est arrivé ,c’est effrayant mais bien réel .


    • krolik krolik 14 mars 2011 23:58

      Mais Mycle Schnyder c’était le patron de WISE France qui avait pondu un rapport sur le nucléaire pour Bruxelles et le rapport avait été rejeté comme « non professionnal ».
      Je me demande bien pourquoi on parle encore de ce type.
      J’avais eu une longue discussion internet avec lui.. il est persuadé que le moindre rayonnement est hypernocif pour la santé, et dans la discussion il avait conclu que pour faire des enfants, il fallait se mettre dans une chambre blindée au plomb histoire de se protéger des rayons cosmiques et autres radiations..
      Enfin un vrai poète !!
      On en rigole encore dans les chaumières.
      @+


    • Epiménide 15 mars 2011 00:00

      « L’article est une traduction libre de Fukushima Nuclear Accident – a simple and accurate explanation  »

      Serait-il possible de savoir où commence et où finit cette « traduction libre » ?
      Et qui est l’auteur de l’article d’origine ?
      Merci d’avance.


    • Ariane Walter Ariane Walter 15 mars 2011 01:59

      Je ne peux vous dire Le Breton à quel point votre remarque me paraït tragique et hélas juste !
      Aucune pudeur !
      Aucune attente avant de prendre position !
      Aucun mea culpa !
      Pur Lobbying dès les premières secondes !

      Quand je pense qu’on peut lire sous la plume de je ne sais qui : 10 000morts pour le tsunami, un pour l’atome !
      C’est un argument pour les Papous de Basse-Guinée !!!
      Et encore ! Ils vous riraient au nez !

      Le Japon est au fond du désastre et Aréva propose sa camelote ????????? je rêve !


    • Ariane Walter Ariane Walter 15 mars 2011 02:01

      Si on en rit dans les chaumières , c’est bien !
      mais il y a des chaumières où on ne rit plus du tout !!

      Quoi qu’il en soit je ne pense pas que qq’un qui dit « stop au nucléaire » face rire bcp de mon de actuellement.
      Ce pauvre PS vient encore de perdre des électeurs....


    • Ariane Walter Ariane Walter 20 mars 2011 03:12

      @no move

      Rarement vu une reponse aussi parfaitement claire et juste.
      Je respire avec jois la claire lumiere de votre esprit !


    • eric 14 mars 2011 09:31

      Pareil ! Une question, quant on nous parle de « fusion » il s’agit en réalité d’une fonte qui peut eventuellement entrainer une fusion metallique et cela n’a absolument rien a voir avec une fusion nucleaire ?


      • wesson wesson 14 mars 2011 10:03

        Bonjour Eric,

        C’est exactement cela, lorsque on parle de fusion dans ce cas, il s’agit d’une fusion métallique, qui est certes très problématique, mais rien à voir avoir une fusion nucléaire.

        L’occasion est parfaitement approprié pour dire que il n’existe aucun risque dans n’importe quelle centrale nucléaire d’une « explosion atomique » dans son acception militaire. Tout au plus, il y a des explosions d’hydrogène qui sont certes puissantes et potentiellement peuvent disperser du combustible si celui ci en venait à fuir (ce qui s’est passé à Tchernobyl), mais rien à voir avec une bombe A ou H. La comparaison militaire la plus pertinente serait une « bombe sale ».


      • roro46 14 mars 2011 12:05

        "L’occasion est parfaitement approprié pour dire que il n’existe aucun risque dans n’importe quelle centrale nucléaire d’une "explosion atomique"

        Tout comme l’occasion est également parfaitement appropriée pour réaffirmer qu’il n’existe aucun risque de problèmes dans une centrale nucléaire suite à un tremblement de terre.......


      • bretagne 14 mars 2011 13:19

        roro , vous lisez trop vite , et vous répondez alors aussi trop vite ....


      • roro46 14 mars 2011 14:41

        négatif, cher ami ; j’essaye toujours de peser ce que j’écris, ce que tout rédacteur d’article devrait faire aussi, d’ailleurs.


      • trobador 15 mars 2011 02:51

        Fusion ou fission ? Les mots sont importants.

        Apparemment, si j’arrive a comprendre un peu, la fusion c’est pour demain mais pas aujourd’hui !

      • Calva76 Calva76 14 mars 2011 09:49

        Il est rafraichissant de voir qu’il existe quand même quelques sources d’informations factuelles et pragmatiques dans ce pays. smiley
        C’est la presse dites « classique » (dont le fond de commerce est la panique organisée) qui commence elle, à réellement me faire peur.
        Un exemple : Ce matin j’écoutais sur une grande radio nationale des informations sur des montants mesurés en µSievert. Etant ingénieur, je suis quasi sûr que pas un des journalistes de la rédaction ne connait cette mesure et encore moins ce qu’elle représente !
        Je vous laisse donc vous faire votre opinion sur l’utilité de diffuser ces mesures pour l’auditeur moyen. smiley
        Je finirais vous faire part de mon agacement face à la récupération politique très opportuniste mais extrêmement maladroite des écologistes intégristes de tout bords en cette période d’élections cantonales. C’est pathétique, indigne mais surtout je pense... ravageur électoralement. smiley

        Merci encore pour votre article. smiley


        • jullien 14 mars 2011 11:40

           Il est rafraichissant de voir qu’il existe quand même quelques sources d’informations factuelles et pragmatiques dans ce pays
          C’est toujours le même problème : les journalistes donnent à distance l’impression d’un troupeau de moutons incultes et grégaires.


        • nexus 14 mars 2011 11:48

          C’est intéressant effectivement d’avoir un article bien expliqué, mais cela ne reste qu’un scénario et je ne lui accorde personnellement aucun crédit, étant donné que comme vous le dites, vous n’êtes ni expert, ni sur les lieux.

          Quand vous faites confiance aux caméras sur place pour relayer les éventuelles défaillances, vous avez encore une sacré confiance dans le système de relai que constitue les média... (Pensez à la tour 7 du 11 Septembre, il a fallu des années pour la voir en vidéo. Impensable ?)

          La radioactivité sur les lieux semble élevée. Il est question de 100micro à 1 milli Sivers par heure... (En une heure, une personne recevrait la dose admissible sur 1 an).
          http://passerellesud.org/JAPON-LES-PREMIERES-MESURES.html

          Même si c’est les anti-nucléaires qui relaient ça et qu’il faut faire attention à la désinformation possible. On est vraiment mal barrés entre les politiques qui racontent n’importe quoi, les média qui ne font pas leur boulot (parce que financés par cette industrie nucléaire), et les groupes qui luttent contre le nucléaire et en font parfois un peu trop (n’expliquant pas le principe de la demi-vie par exemple). En attendant la vraie question, c’est est-ce que les réacteurs vont tenir, est-ce que la population a déjà été irradiée ??? (Ca continue de péter et de trembler à l’heure ou j’écris ces mots...)


        • nexus 14 mars 2011 11:59

          Et quand vous écrivez :
          "Il est probable également que l’ensemble des sécurités des installations nucléaires seront repensée au Japon afin de résister à des séismes de magnitude 9.0, ainsi qu’à des tsunami de cette ampleur."

          Cela résonne pour moi comme la véritable fuite en avant des techno-croyants. La prochaine fois, ca sera peut-être un séisme de 9.4 sur l’échelle de Richter. Qui sait ?


        • epapel epapel 14 mars 2011 15:21

          Les centrales nucléaires continueront à exister et il serait irresponsable de ne pas chercher à améliorer leur niveau de sécurité face à un séisme, ce n’est pas une fuite en avant.


        • lebreton 14 mars 2011 23:52

          a mon humble avis tu ferais bien de cesser de consommer du calva ,tu verra les neurones reprennent leurs fonctionnement normal MR l’ingénieur


        • ZEN ZEN 14 mars 2011 10:07

          Bonjour Wesson,

          On aimerait partager ton (relatif) optimiste
          N’étant pas spécialiste, je ne me prononcerai pas sur le fond
          Les « déconvenues » de l’industrie nucléaire au Japon se succèdent tout de même de manière inquiètante...


          • wesson wesson 14 mars 2011 10:24

            Bonjour Zen,
            mon optimisme est mesuré, et j’essaie d’analyser froidement la situation. Après tout, on parle de 10000 morts et disparus par le Tsunami, alors que concernant les problèmes de cette centrale, nous en sommes à 1 mort confirmé, et une petite vingtaine de personnes irradiés. Les rejets de vapeur radioactives et explosions qui semblent continuer indiquent effectivement que les systèmes de refroidissement sont en panne. Le fait que ces explosions aient lieu à l’extérieur ou dans la coiffe du batiment, veut dire que la situation reste sous contrôle. C’est impressionnant mais ça correspond aux procédures en pareil cas, et ça ne remet pas en cause la sécurité de l’ensemble, et la pollution restera limité.

            Par contre, il est vrai que on manque actuellement vraiment d’information fiable qui permette de dire ou on en est exactement. Ce que je présente fait une hypothèse : que rapport de la compagnie soit exact. En tout état de cause, il ne concernait que la tranche 1 pour laquelle je maintient que le cœur a partiellement fondu, mais dont la situation est maintenant stable grace à l’utilisation de l’eau de mer.


          • Gasty Gasty 14 mars 2011 12:11

            Bonjours Wesson, félicitation c’est très clair et parfaitement compréhensible.

            Je m’interroge toutefois sur les barres de conbustible. Sont-elles encore maîtrisable par partir du moment ou elles ont commencé à fondre car c’est le coeur du réacteur qui est gravement endommagé. Ne risquent-elles pas tôt ou tard d’échapper à tous contrôles...

            Et pour de longues années.


          • roro46 14 mars 2011 12:14

            "mon optimisme est mesuré, et j’essaie d’analyser froidement la situation. Après tout, on parle de 10000 morts et disparus par le Tsunami, alors que concernant les problèmes de cette centrale, nous en sommes à 1 mort confirmé, et une petite vingtaine de personnes irradiés.« 

            Et bien , une chose sur laquelle je vous rejoins, c’est la froideur de votre »analyse« .
            Merci pour le mort (seulement 1 pour le moment, quelle chance) et la petite vingtaine d’irradiés ! 
            C’est hallucinant !!!!!

            De plus vous comparez un tsunami, contre lequel on ne peut RIEN, et le nucléaire »qu’on« a sciemment décidé de nous imposer !!!!!!!
            C’est limite honteux, malhonnête, comme mode de pensée (et encore, je mets »limite" car j’essaye de rester correct et que j’ai horreur de sortir des miennes !)

            Voulez-vous que je transmette votre contact aux vingt irradiés, afin qu’ils puissent vous faire parvenir leur remerciements ? smiley


          • wesson wesson 14 mars 2011 14:20

            Bonjour Gatsy,

            "Je m’interroge toutefois sur les barres de conbustible. Sont-elles encore maîtrisable par partir du moment ou elles ont commencé à fondre [...]"

            Pendant un temps oui, car les barres fondent à 2200 °C, tandis que le combustible lui fond à 3000 °C. Mais dès lors que l’enveloppe est fondue, la pollution devient plus embêtante, et les rejets de vapeurs plus nocifs pour l’environnement.


          • imago imago 14 mars 2011 18:24

            Bien écrit


          • Georges Yang 14 mars 2011 10:17

            Intervention pleine de bon sens car non alarmiste, même s’il faut prendre au sérieux cet accident.
            Mais, en France, si on abandonne le nucléaire comme le glapissent les écolos, on le remplace par quoi ? Les gaz de schistes ou la bougie ?


            • imago imago 14 mars 2011 18:27

              On en a marre de cette comparaison écolos = bougies
              Notre monde crève d’arrogance. En quelques siècles (à l’échelle géologique c’est pas gd chose) on est passé d’un monde obscurantiste à une société ou l’orgueil et l’arrogance le disputent à la veulerie.
              Comme l’écrivait ce matin un lecteur du Monde
              "J’habite une commune où l’on éteint l’éclairage public de minuit à 5 heures, et l’on ne s’en porte pas plus mal !!! Je passe aussi devant des zones industrielles éclairées comme des boulevards… c’est pas si compliqué de commencer à y réfléchir…"
              Mais c’est vrai que ne pas éclairer à 2 heures du matin, cela fait ringard !


            • D'oeuf rance D’oeuf rance 15 mars 2011 15:30

              Vous pouvez essayer cette tarte à la crème, mr yang :

              http://www.amazon.fr/Sans-nucl%C3%A9aire-s%C3%A9clairerait-bougie-techno-scientifique/dp/2021021815

              Mais quand on cessera - t-on de tout politiser, y compris l’essentiel, les bases de la vie ?...

              Ils en sont encore à nous dire qu’il faut plus de « prudence dans le domaine nucléaire » mais pas qu’il faut en finir avec ça.

              Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, (irradié ?) alors vous découvrirez que l’argent ne se mange pas ! Mais non, ça comprend rien !


            • g.jacquin g.jacquin 14 mars 2011 10:29

              Bonjour,

              Vos explications sont cohérentes sauf....

              Comment expliquer qu’en pleine situation critique, les opérateurs aient pris la décision de baisser la pression du reacteur en lachant la vapeur dans l’enceinte du bâtiment et non pas dehors ?????

              c’est le B - A BA !!!! Ces gens sont, pour la majorité, des ingénieurs formés, entre autres, à ce type de situation puisque c’est quasiment la phase ultime d’un accident gravissime de réacteur !!!!

              Non, ... je ne crois pas à votre scénario ! il doit y avoir, obligatoirement une autre explication !

              La question qu’il faut également poser : à quelle pression, l’infrastructure du réacteur peut-elle résister ? est-elle supérieure ou inférieure à ce que peuvent produire les conséquences de la fusion du réacteur ?


              • wesson wesson 14 mars 2011 14:21

                Bonjour M. Jacquin,

                "Comment expliquer qu’en pleine situation critique, les opérateurs aient pris la décision de baisser la pression du reacteur en lachant la vapeur dans l’enceinte du bâtiment et non pas dehors"

                ça je ne le sait pas, c’est pourquoi j’ai émis une hypothèse, ce que j’indique dans l’article. Il faudra attendre un peu pour y voir plus clair sur ce point.


              • Gabriel Gabriel 14 mars 2011 10:31

                Nous pouvons assimiler l’énergie nucléaire tel qu’elle est aujourd’hui, c’est-à-dire avec nos connaissances et la maîtrise que nous en avons, à la roulette russe. Le tremblement de terre suivi du tsunami qui vient de se produire au Japon devrait nous servir de leçon. Si il s’avère que les explosions des réacteurs de la centrale de Fukushima sont immaîtrisables, alors nous avons ici un Tchernobyl bis et les pertes humaines à court et moyen terme s’élèveront à plusieurs centaines de milliers. Quand allons nous cesser de jouer aux apprentis sorciers ? Je ne parle même des déchets qui depuis cinquante ans s’accumulent dans des endroits secrets pollués pour des milliers d’années, beaux cadeaux pour les générations futures ! Ni du risque d’attentats qui nous pends au nez car la sécurité, elle n’est que dans les discours. Ni des incidents climatique (Nous avons frôlé la catastrophe en aquitaine à cause de la sécheresse déclenchant une baisse du cours de la Garonne, affluent servant au refroidissement des réacteurs) Nous sommes le deuxième pays en matière d’équipement nucléaire et nous continuons à foncer tête baissée dans cet enfer car nos sympathiques dirigeants sont tous très intéressés financièrement par ce lobby. Inutile de vous dire qu’ils se foutent éperdument de notre sécurité et des conséquences que nous encourons dés l’instant ou financièrement parlant l’opération est juteuse. Les énergies alternatives ne cessent d’être dénigrées et financièrement freinées afin de favoriser uniquement le nucléaire (Areva). Je me fous d’être traité d’écolos rêveurs et arriérés, mais sachez que programme de dénucléarisation prend au minimum trente ans et qu’il serait grand temps de s’y mettre. Pour finir voir la liste sur le lien ci-dessous, bien qu’elle soit incomplète, c’est très édifiant !

                 http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d’accidents_nucl%C3%A9aires


                • g.jacquin g.jacquin 14 mars 2011 10:44

                  Gabriel

                  Vous faites de la propagande ......... Et, c’est chiant !!!!

                  Allez sur le fil d’Olivier... vous allez vous régaler !!!! Y’en a plein !!!!!!!!

                  Ici, certain comme l’auteur, recherche des explications techniques et ça..... c’est mieux que de jouer les vierges effarouchées !

                  Même si cela ne sert à rien, au moins, on sait un peu plus de quoi on parle !!!!

                  Vous, vos commentaires ne servent à rien et quand on a fini de les lire, on est un peu plus idiot qu’avant !!!!!!!

                  Alors si vous êtes ingénieurs et que vous avez des questions intéressantes à poser... Ou des commentaires techniques à faire sur le sujet..... Allez-y !

                  Sinon, vous n’etes pas sur le bon fil !


                • Gabriel Gabriel 14 mars 2011 11:19

                  T’as raison g-Jacquin,

                  Parle en aux Ukrainiens et demande leurs si ils sont plus idiots qu’avant la catastrophe de Tchernobyl et si ils ne sont pas devenus des vierges effarouchées ... 


                • roro46 14 mars 2011 12:19

                  « Vous faites de la propagande ......... Et, c’est chiant !!!! »

                  En effet !!!
                  Allez progagander ailleurs, g-jacquin !

                  Je sais pas moi, aller jouer sur neptune ou pluton, faire mumuse avec votre petite saloperie de nucléaire, mais de grâce, foutez-nous la paix.


                • titi 14 mars 2011 13:15

                  Bah non roro46...

                  Vous proposez aux autres de partir, alors qu’il vous suffit de partir en Cote d’Ivoire, au Mozambique, au Zimbabwe pour ne plus être embêté par les méchants agents du lobby nucléaire.

                  C’est simple. Non ?


                • g.jacquin g.jacquin 14 mars 2011 14:11

                  @gabriel

                  On a élevé les cochons ensemble ????

                  Non, ... c’est moi qui ai raison ! il suffit de lire votre réponse !


                  @Roro46

                  L’avantage avec de tels commentaires, c’est qu’on n’a pas besoin de réfléchir pour la réponse !!!!!!

                  C’est quand même amusant... Voilà un auteur qui fait un article technique que tout le monde peut comprendre parce qu’il est bien fait (ce qui est rare),

                  Moi, je demande juste un complément d’info sur un point précis... et qu’il soit donné par quelqu’un qui sait de quoi il parle... (eventuellement l’auteur mais pas seulement...).

                  et tout de suite :

                  1) on est « malussé ».

                  2) les commentaires idiots arrivent !!!!!

                  3) C’est moi qui fais de la propagande....

                   

                  Je rigole ! smiley smiley smiley smiley smiley


                • roro46 14 mars 2011 14:44

                  Titi = aucun lobby nucléaire en afrique. Merci de l’information.


                • roro46 14 mars 2011 15:06

                  g-jacquin

                  1) on est « malussé ». je ne vous ai pas malussé

                  2) les commentaires idiots arrivent !!!!! vous êtes libre d’en juger ; moi aussi

                  3) C’est moi qui fais de la propagande.... ben oui, quand vous traitez les autres de propagandiste, c’est quand même l’hopital qui se moque de la charité !

                   

                  Je rigole !     

                  Voilà ce qui nous oppose  : moi ça ne me fait pas rire du tout


                • g.jacquin g.jacquin 14 mars 2011 15:44

                  Roro46

                  Oui, ... des commentaires idiots... j’insiste !

                  et je ne fais pas de propagande... Je ne fais que poser une question technique à l’auteur ou à ceux qui savent... Ou alors, la définition du mot propagande vous échappe !!!!

                  Et vous avez raison de ne pas rigoler... smiley


                • Fergus Fergus 14 mars 2011 10:34

                  Salut, Wesson.

                  Merci pour cet article clair et rassurant. Pour autant, je ne partage pas totalement ton optimisme, notamment sur les conditions de démantèlement. Et pour cause : j’ai vécu à Morlaix, à 20 km environ de la centrale de Brennilis dans les Monts d’Arrée (Finistère). Après l’arrêt de cette centrale, devenue dangereuse au fil du temps, le démantèlement a été entrepris en... 1985. Nous sommes en 2010 (25 ans plus tard !) et ce démantèlement n’est toujours pas terminé car les ingénieurs ne savent comment procéder pour achever le travail. Quant aux alentours, notamment dans les tourbières qui entourent le superbe Yeun Elez ou « marais de l’Enfer » bien nommé, des taux significatifs de Césium et d’Actinium y sont régulièrement mésurés par la Crirad.

                  Peu médiatisé, l’exemple de Brennilis devrait nous inciter à beaucoup plus de circonspection.

                  Cordiales salutations.


                  • Ernester 14 mars 2011 14:07

                    Exact,

                    on peut ajouter (source Canard Enchaîné) que le programme de 

                    déconstruction de Brennilis devait couter 20 millions d’euros en 4 phases.

                    On en est à 600 millions d’euros et la phase 1 n’est pas encore achevée.

                    Les ingénieurs des mines feraient bien de ne pas trop se la péter....

                     


                  • wesson wesson 14 mars 2011 14:28

                    Bonjour Fergus,

                    « Pour autant, je ne partage pas totalement ton optimisme, notamment sur les conditions de démantèlement »

                    Là, je ne peux qu’approuver. Il sera effectivement très tentant pour une industrie qui va au devant de gros problèmes économiques de bazarder en douce l’eau de mer activée. Toutefois, je reste à exprimer que cette eau de mer qui sera faiblement radioactive peut être retraité pour lui enlever tous ses radionucléides restant avant d’être rejeté.

                    Le vrai problème du retraitement, c’est son coût, et que tant qu’il ne sera pas intégré à la facture de l’électricité nucléaire que l’on nous dit la moins chère, il persistera toujours cette tentation de ne rien faire et de polluer en douce...


                  • easy easy 14 mars 2011 10:46

                    Bravo Wesson, ça c’est du bon boulot


                    Ca nous ramène à la réalité.

                    Mais c’est ce qu’on peut dire sur les principes.

                    Une centrale c’est une usine à gaz avec des montagnes de bidules et systèmes servant tous à quelque chose, ne serait-ce qu’à mesurer et à indiquer.
                    L’usine a subi des chocs et inondations imprévues. Même un chariot élévateur ou une poubelle disparus peuvent produire une cascade d’emmerdes

                    En cas de chocs prévus, il y a déjà des bidules qui cassent alors il y a encore plus de casses lors des chocs imprévus.

                    Par exemple, à cette heure-ci, même les ingénieurs de la centrale ignorent que le tuyau par lequel ils dégazent est à sa limite de rupture.

                    Lors de la mission Apollo XIII c’est des conneries de pannes qui ont foutu la merde.

                    En fait, c’est tout le temps des conneries impossibles à inventorier d’avance qui font tout péter.

                    Un jour, j’ai vu une panne une centrale vapeur de hauts-fourneaux, en Lorraine. Un des ingénieurs de salle de contrôle avait coupé le bête fil 220V du capot d’imprimante que je venais de livrer. Mais hélas il était encore branché. L’automate qui commandait une vanne machin chose s’est mis en panne et le bordel a commencé. Système interfacial disjoncté = plus de commandes sur rien.


                    La seule chose de quasiment sûre c’est que l’explosion totale d’une centrale n’est pas une explosion atomique et que c’est surtout une grave et longue pollution (dont le très méchant MOX dans le cas de Fukushima).



                    • activista/// Activista 14 mars 2011 10:49

                      En souhaitant que vous ayez raison...

                      Êtes vous au courant des nouvelles explosions ?
                      Êtes vous au courant du fait que cette nuit le gouvernement Japonais lui-même à reconnu « des fuites et dispersions très importantes » ?

                      Du factuel pourquoi pas mais écrire en note que vous n’êtes pas pour le nucléaire quand vous semblez baser votre article sur une source : Le Communiqué de presse officiel de la TEPCO - la société exploitante de la centrale de Fukushima Daiichi.
                      Ingénu ou naïf ?

                      Personnellement j’ai une autre lecture de la situation japonaise, publiée ce jour sr AV :
                      « L’indécence nucléaire »

                      Bien à vous.


                      • globulos nilasse 14 mars 2011 10:58

                        étant donné l’omerta qui règne dans le milieu du nucléaire et les mensonges récurrents de ce secteur industriel,votre scénario,bien que très bien expliqué n’est qu’une hypothèse optimiste (parmi d’autres qui le sont moins). alors il est vrai que dans les heures qui ont suivi,on ne voit pas de point lumineux sur les enregistrements video,mais que savons nous de la direction qu’a pris le nuage,tout dépend du sens du vent. de plus hier sur différentes chaines anglophones de type cnn,il était question d’un nouveau problème avec cette centrale,qui semble lui beaucoup plus grave. même dans le cas ou vous auriez pleinement raison,je signale que des milliers de gens ont du être contaminés et que les autorités japonaise n’ont testé que trois personne qui sont effectivement contaminés pour ne pas trop créer la panique. la vérité est que nous avons choisi une énergie hautement polluante et dangereuse,les médias français ne laisseront pas la parole a d’autres que ceux qui vont dans votre sens. le discours officiel me rappelle les dépliants dans les avions qui nous expliquent ce qu’il faut faire en cas de crash,on y voit des gens apaisés et calmes,alors même qu’ils vont droit a la mort. la france est le pays le plus nucléarisé au monde,je vis non loin de trois sites nucléaire qui sont dans la drome et croyez moi,si il venait a y avoir un incident du type de celui ci,les conséquences sanitaires seraient catastrophiques. nous savons par expérience,que les pouvoirs publics nous mentent régulièrement au sujet de fuites a la centrale de cruas.


                        • papi 14 mars 2011 10:59

                          @wesson

                          Voter article est bon mais je crains qu’il ne soit pas en phase avec l’actualité !!

                          Ce matin se produisaient encore 2 exposions non contrôlées dans le centrale , et un troisième réacteur donne des signes de surchauffe, oui , il a lieu de s’inquiéter si venait à se produire
                          l’irréparable l’éventrement d’une enceinte de confinement !! avec libération d’une quantité très
                          importante de particules radioactives..La plupart des incidents nucléaires est en relation avec
                          les systèmes de refroidissements,qui provoquent un échauffement tel de s matériaux de l’enceinte que la destruction de la structure de celle-ci est à craindre, même si le retrait du carburant s’est fait automatiquement , la chaleur résiduelle est à même d provoquer une catastrophe si le refroidissement n’est plus assuré,

                          Je ne comprends toujours pas pourquoi la filière THORIUM a été pratiquement occultée des
                          centre de recherches sur le nucléaire, ce système thorium/uranium est un procédé des plus propres ! avec une consommation faible de carburant ( 1 tonne de thorium contre 200 tonnes d’uranium) un fonctionnement à température faible, une sécurité de surchauffe par arrêt de la fission (le thorium se régule lui même dés 1100 ° ) pratiquement pas de déchets le thorium
                          consomme ses propres rejets, un temps de vie de 330 ans contre 10000 pour l’uranium et
                          enfin le minerai se trouve sur terre à profusion.
                          Une centrale au thorium utilise un procédé différent de nos centrales, celui du cycle par sels fondus, ces sels en fusion sont en même temps liquides calo-porteurs, fluide de transport
                          du carburant et refroidissent le coeur. .Les centrales de petites tailles seraient beaucoup
                          moins chères àla construction, d’un fonctionnement sûr et propre, super économique en carburant le thorium étant nettement moins cher, la manipulation de ce métal présente beaucoup moins de danger de manipulation..
                          La Sécurité est accrue , car en cas de rupture de l’enceinte, les sels se figeraient quasi-immédiatement sur le sol , n’entrainant pas voir trés peu de dégagement aériens..
                          Il faut également dire que ce type de centrale ne peut permettre une exploitation militaire
                          (pas de possibilités de construire de bombes N) donc une formidable solution à la prolifération des armes nucléaires et la possibilité de doter les pays en voie d’émergences de moyens de productions électriques sans restriction et surtout de craintes..
                          Pourquoi la filière THORIUM n’est-elle pas creusée, ??
                          Tout simplement pour conserver la filière uranium plus chère et peu accessible pour les autres , autrement dit c’est le moyen de garder la main mise sur le tout nucléaire( production
                          de carburant complexe, construction des centrales, monopole de la technologie= ARGENT
                          Si nous ne faisons pas un effort intense sur la mise au point des centrales au thorium,
                          nous serons vite dépassés par ceux qui s’occupent eux de ce type de recherches, avec
                          l’INde qui est très avancée(prototype en cours de test et création d’une centrale pour max 2020) et la chine qui possède le tiers des ressources en thorium..
                          Nous vivons sous une épée de Damocles avec le Nucléaire actuel, pourquoi ne pas sauter
                           le pas et passer dans le stade du développement durable et sans danger qu’est la filière
                           thorium...
                          Un seule candidate au présidentiel inclus dans son programme , une intense recherche dans le secteur THORIUM ..Devinez QUI  ???
                          Pour arriver à ce jour espéré, il va falloir bousculer des groupes financiers qui bien assis sur
                          leur monopoles et sur leur argent, veillent jalousement à ce que personne ne viennent
                          manger dans leurs gamelles , et surtout ne s’interessent pas à autres choses que cette cochonnerie d’uranium..
                          IL vous appartient comme moi, d’aller glaner sur la toiles des tuyaux complémentaires et vous verrez..

                          La solution est donc le thorium,


                          • roro46 14 mars 2011 12:24

                            Devinez qui ???????? La vache ! ça c’est du lourd ! On marche sur la tête !!!!!
                            beurk


                          • epapel epapel 14 mars 2011 14:39

                            Pourtant, il et elle ont raison. Ce n’est pas parce qu’une idée est exploitée par le FN qu’elle est mauvaise.



                          • amest 15 mars 2011 03:16

                            La solution *n’est pas* le thorium

                            Ca n’est pas normal que de telles inexactitudes arrivent « en tête de gondole » dans les commentaires, et induisent en erreur.

                            Je cite des passages de l’article du CNRS :
                            http://www2.cnrs.fr/presse/journal/2805.htm

                            «  »En 2001, une dizaine de grands pays se sont regroupés, à l’initiative des États-Unis, afin de définir ce que sera la 4e génération de réacteurs nucléaires, dont la mise en service commencerait à l’horizon 2040....
                            Deux voies sont envisagées : le cycle uranium/plutonium (U/Pu) et le cycle thorium/ uranium (Th/U)....

                            Le premier cycle correspond à une réaction en chaîne où un noyau d’uranium 238 (non fissile), en capturant un neutron, se transforme en plutonium 239, qui, lui, est fissile.
                            Ce type de réacteur est aussi appelé régénérateur car il reconstitue le matériau fissile – plutonium 239 – qu’il consomme. L’idée d’utiliser cette réaction n’est pas neuve : c’est sur ce principe qu’a fonctionné Superphénix jusqu’en 1997. Mais ce prototype s’est avéré trop coûteux et complexe.

                            Il existe un autre cycle de combustible potentiellement régénérateur sur lequel des laboratoires du CNRS, comme le Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (LPSC) de Grenoble2, travaillent intensivement. Il s’agit du cycle du thorium, élément dont les réserves mondiales correspondraient au triple de celles de l’uranium...
                            Le thorium est souvent associé à un réacteur d’un autre type, le réacteur à sels fondus (RSF), qu’il faudra mettre au point et qui aurait entre autres principaux avantages de réduire les quantités de certains déchets....
                            Il existe néanmoins encore de nombreux verrous à lever avant de construire un prototype de réacteur à sel fondu. Il faut par exemple parfaitement connaître et contrôler les propriétés physiques et chimiques du sel."


                          • Leo Le Sage 15 mars 2011 17:33

                            Première information :
                            « Le Thorium naturel se désintègre plus lentement que la plupart des autres matières radioactives » (source wikipedia)

                            Deuxième information :
                            "Il existe néanmoins encore de nombreux verrous à lever avant de construire un prototype de réacteur à sel fondu. Il faut par exemple parfaitement connaître et contrôler les propriétés physiques et chimiques du sel. Le LPSC travaille notamment à mettre au point des méthodes pour le retraiter et en évacuer les produits de fission. « Pour l’instant, nous cherchons à démontrer la faisabilité d’un tel réacteur  », admet Christian Le Brun. Dans cette optique, le laboratoire s’est doté d’une plate-forme, baptisée Peren, pour étudier, entre autres, l’extraction des produits de fission et le retraitement des déchets (voir Le journal du CNRS, n°162-163, p. 6). Si les réacteurs de génération IV voient le jour, quel que soit le principe retenu, le problème des ressources en combustible fissile ne devrait plus se poser. (source CNRS)"

                            Conclusion :
                            Avant d’aborder un sujet aussi complexe il faudrait prendre la bonne habitude de s’informer.
                            Ce sont des projets, et ce n’est pas dans cinquante ans que l’on a besoin d’électricité mais maintenant...
                            Il n’est même pas dit que l’on va continuer dans le nucléaire civil en France.

                            En clair, va-t’on continuer l’entretien du parc actuel ou va-t-on envisager sérieusement d’accepter un changement radical qui ne pourra se faire que petit à petit ?
                            (plus de nucléaire ? moins de nucléaire ? Changement de technologie ?)


                          • papi 20 mars 2011 00:09

                            @amest

                            Faux archi faux, superphénix n’a jamais été une centrale à sels fondus !! avant de balancer des
                            âneries renseignez vous...


                          • papi 20 mars 2011 00:11

                            le procédé est au point en Inde ; et un réacteur est en construction et sera opérationel en 2020 !!


                          • papi 14 mars 2011 13:36

                            @juluch

                            Une explosion qui serait due à une accumulation d’hydrogène( boomm++++) et qui pourrait dans
                            ce cas provoquer un nuage bourré de particules radioactives, certe pas une explosion type bombe, mais en fait si on s’abstient des effets souffles, chaleur , nous nous trouverions néanmoins face aux mêmes problèmes que les effets post explosions ’bombe" par le la création d’un nage de particules hautements radio actives et qui se baladera au gré des vents, et de la pluie pour se déposer en final sur le sol ..
                             D’où le problème du refroidissement direct à l’eau de mer ,(véritable moyen de fortune) qui ne peut remplacer les substances prévues pour le refroidissement comme le sodium en France qui sert de fluide de refroidissement et de calo-porteur pour les échangeurs..
                             


                          • papi 14 mars 2011 17:28

                            @ juluuch

                            De rien


                          • imago imago 14 mars 2011 22:44

                            affligeant de décalage avec la réalité


                          • Yohan Yohan 14 mars 2011 11:06

                            Merci Wesson
                            Voilà de l’info, de la vraie. Précise, claire et réellement informative. ça change des élucubrations qui fleurissent ici. Les japonais connaissent leur boulot, ils sont très pointilleux sur les questions de sécurité nucléaire. Bien sûr, on souhaite tous que ce scenario soit le bon


                            • ZEN ZEN 14 mars 2011 11:36

                              L’optimisme de Yohan est touchant
                              Il y a un mythe à revoir concernant la gestion des centrales nucléaires au Japon, mais aussi celle du retraitement
                              Un de mes neveux , travaillant à Areva, mais délégué à Vienne, à l’AIEA, fait de nombreuses missions de contrôle sur sites au Japon. Ses propos sont très réservés concernant ce problème qu’il connaît bien.
                              Voir le lien que j’ai donné plus haut...


                            • Yohan Yohan 14 mars 2011 12:30

                              Ni optimiste, ni pessimiste. Plus le temps passe, plus ils auront les moyens de contrôler. J’ai moi aussi mes sources à Areva et plus proches que toi, ce qui ne fait pas de nous des prophètes pour autant


                            • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 17:41

                              le ridicule ne tue pas , cher Wesson, sinon , après votre titre, vous ne seriez déjà plus des nôtres.
                              Irradié de contre-vérités !!

                              Enfin, j’espère que le lobby pro-nuc paie bien !

                              J’espère pour vous que la suite du scénario sera à la hauteur de vos espérances !


                            • Depi Depi 14 mars 2011 17:42

                              En effet, on voit que le ridicule ne tue pas au vu de votre argumentation.


                            • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 22:01

                              C’est bien, petit chien de garde, aouf ouaf, tu fais ton boulot !


                            • imago imago 14 mars 2011 22:46

                              re AFFLIGEANT
                              de décalage avec la réalité


                            • Thierry LEITZ 14 mars 2011 11:13

                              Bravo à toi Wesson pour cet article informatif qui ne verse pas des les excès du tout est terrible ou rien n’est grave.

                              Risques relatifs mais réels, coûts futurs certains et mal connus, échec économique de l’EPR, échec probable d’ITER, inertie du choix industriel : le nucléaire accumule les inconvénients, le minimum si on prétend à la Raison serait de voir les choses sans préjugés, en admettant leur complexité. Voyons cela indépendamment du Tsunami, au sujet duquel nous pouvons au moins partager la peine des victimes...

                              La sagesse nous commanderait d’étudier D’ABORD tous les moyens de CONSOMMER et GASPILLER moins. Eclairage public intelligent, abolir le chauffage électrique, appliquer partout des méthode industrielles économes en électricité, etc.

                              La sagesse devrait nous faire sortir progressivement du nucléaire pour aller vers une société plus modeste et plus égalitaire. La poursuite des profits rapides va de pair avec une forte dépense énergétique : tout, vite, n’importe comment pourvu que çà rapporte.

                              La sagesse devrait nous faire fuir les dépenses énormes et absurdes en armement pour réorienter tous ces fonds PUBLICS vers le PUBLIC précisément et pas aux lobbies militaro-scientifiques au service de pouvoirs sans lucidité ni projet humaniste .

                              Enfin, la sagesse nous permettrait de voir que le projet ITER est aussi insensé que coûteux (de 15 à 30 mds €), qu’il consommera la production d’un réacteur nuc. à lui tout seul pendant 30 ans pour des chances de succès très faibles, et qu’il est de surcroît situé en zone la plus sismique de France (Cadarache, 13/04).

                              Mais comme le monde est essentiellement conduit par des fous...


                              • epapel epapel 14 mars 2011 14:51

                                Vous ne savez même pas sur quoi repose l’idée de décroissance.

                                C’est très simple, si l’industrie concevait et fabriquait des objets durables au lieu de faire en sorte qu’ils soient jetables ou tombent en panne à une date programmée, la production globale pourrait être divisée au moins par 4 à confort matériel égal et moral supérieur puisque la durée du travail pourrait être divisée dans la même proportion.

                                Pourquoi ne le fait-on pas ? Tout simplement parce que la dynamique du capitalisme est fondée sur la croissance. 


                              • robin 14 mars 2011 16:18

                                et de l’autre côté SILENCE TOTAL DES MERDIAS SUR LA Z-MACHINE qui permet d’atteindre de façon impulsionnelle 20 fois la température d’ITER pour 50 fois moins cher........mais chhhhuuuuut ça dérange le lobby d’ITER, il vaut mieux continuer à tuer des gens......lol !


                              • no_move no_move 14 mars 2011 19:40


                                << (....)Tout simplement parce que la dynamique du capitalisme est fondée sur la croissance.
                                >>

                                ....et la croissance sur l’esclavagisme.


                              • imago imago 14 mars 2011 22:51

                                mon dieu mais quel bonheur, mon dieu quel bonheur d’avoir un scientifique aux manettes


                              • imago imago 15 mars 2011 18:11

                                @no_move
                                et si on échangeait qq idées directement ?
                                mon adresse g.f.meunier@free.fr
                                site http://Images-4D.org


                              • OmegaDG OmegaDG 14 mars 2011 11:22

                                Bonjour Wesson, merci.

                                Exellente vulgarisation du fonctionnement d’une centrale nucléaire japonaise et des mesures d’urgence. Vous êtes résolument bon pédagogue et brillant.

                                Petites notes : le réacteur #3 a comme combustible le MOX, contrairement aux 6 autres sur le site. Le réacteur 2 à Fukushima pose aussi des problèmes de refroidissement depuis quelques heures.

                                Tant qu’il n’a pas rupture de l’enveloppe qui enserre le réacteur conçu lui aussi pour résister à des tremblements de magnétude 8.2 on peut alors espérer le refroidissement total dans les quelques jours qui suivent selon votre explication. Par contre une série de tremblements en continu suite à celle de 8.9 de vendredi pourrait-elle affaiblir et fissurer la structure des caissons ? (je ne suis pas ingénieur alors je pose la question).


                                • ADNdidiot 14 mars 2011 11:30

                                  J’ai même entendu ce matin sur BFMTV que des sismologues (je ne sais pas lesquels) estiment à 70% le risque d’une réplique d’intensité supérieur à celle de vendredi dans les jours ou semaine à venir ?


                                • ADNdidiot 14 mars 2011 14:21

                                  Rectificatif, au JT de 13 heures ce serait « une secousse d’au moins 7 » et non plus 9...


                                • ADNdidiot 14 mars 2011 11:25

                                  Merci à l’auteur pour cet article... et j’espère que vous êtes dans le vrai car comme tout néophyte, cette énergie fait peur autant par sa complexité que par les fantasmes qu’elle suscite.


                                  • slipenfer 14 mars 2011 11:29

                                    Bravo
                                    madamme irma

                                    Wesson c’est dommage tu est loupé deepwater horizon, tu aurais pu faire le même article.

                                    tu va faire un tabac avec les gars de la marine et les pro nuk.Félicitation.

                                    Le mieux serai que tu prennes l’avion et que tu face 10 fois le tour des la centrales à pied les testicules a l’air et revient après une petite semaine de camping.

                                    Post ensuite les résultat de tes prises de sang.

                                    Allez va-y soit un homme.

                                    Tchernobyl c’était pas si grave que ça aprés tout pas vrai
                                    et puis faut bien mourir un jours.

                                    A mort la vie


                                    • ADNdidiot 14 mars 2011 11:36

                                      Ne pas être d’accord c’est tout à fait votre droit mais dans ce cas il faut argumenter et aussi sérieusement que l’est l’article que vous critiquez. Jusque là les interventions étaient pour une fois constructives, essayez de ne pas gâcher la qualité de ce fil.


                                    • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 17:45

                                      Slipenfer,
                                      On va être deux à gâcher le fil merveilleux des pro-nucs !
                                      ils nous prennent vraiment pour des imbéciles !
                                      Valets du fric !
                                      C’est pas beau, ça !

                                      Oui, qu’on prenne tous les pro-nucs, qu’on les attache à fukukoa et qu’ils nous foutent la paix !


                                    • petrus62 14 mars 2011 11:32

                                      il faudrait consacrer une émission à une heure de grande écoute à titre d’information avec schémas et animations à l’appui afin d’expliquer le fonctionnement d’ un réacteur nucléaire.
                                      je suis sûr que l’émission aurait bcp de succès avis aux annonceurs !!!
                                      en tout cas merci pour cet article didactique particulièrement intéressant.
                                      une manière de vulgariser qui permet ,je pense, à beaucoup de gens comme moi de comprendre ce qui se passe probablement tout en espérant que les choses se déroulent ainsi.


                                      • slipenfer 14 mars 2011 11:42

                                        Des précipitations se dirigent sur le Japon
                                        c’est le moment de faire des super démo et de plomber toutes les particules au sol,pour les citoyens, comme d’ab

                                        Le Maître des Tempêtes
                                        http://www.jp-petit.org/Presse/ARMES/armes_meteorologiques/controler_cyclones.htm

                                        et puis la flotte un peu moins un peu plus .

                                        L’iodure d’argent c’est pas si grave pas

                                        Un poisson mutant résiste aux PCB super NON

                                        http://www.sylviesimonrevelations.com/article-un-poisson-mutant-resiste-aux-pcb-67998051.html


                                        • epapel epapel 14 mars 2011 14:54

                                          On va finir par croire que vous êtes irradié.


                                        • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 17:48

                                          @ Slipenfer,
                                          Attends, j’y crois pas ! C’est vraiment pro-nuc city ici !
                                          Et ça se soutinet, et ça se congratule, que c’est intéressant, que c’est clair...
                                          C’est certes clair mais dans un autre sens !!


                                        • slipenfer 14 mars 2011 18:29

                                          certainement
                                          à moins que ce soit les pesticides qui m’ont refilés 2 cancers
                                          pour mon père je ne sait pas non, plus ni ma sœur, ni mon
                                          frère,pour mon oncle je sais c’est l’amiante (cancer du poumon)
                                          décédé a 61 ans, mes amis Dominique 47ans,jean-Yves 36
                                          jean 51 ans,aucune idée ,et un cousin qui avais le sida lui, sa maladie ne la
                                          pas tué c’est aussi un cancer qui là emporté a 48 ans.

                                          Je ne vais plus aux enterrements


                                        • slipenfer 14 mars 2011 18:33

                                          le message était pour epapel

                                          sinon mon grand père est mort a 94 ans et sont père a 92
                                          trouver l’erreur
                                           


                                        • epapel epapel 14 mars 2011 22:21

                                          Je répondrais que pour le moment vous ne pouvez pas généraliser votre cas et celui de votre famille étant donné que l’espérance de vie continue de croître.


                                        • lolet lolet 20 mars 2011 18:12

                                          Mr epapel , pour vous, avec votre look de 1er de la classe, héals oui, votre espérance de vie augmente.
                                          Par contre, pour les ouvriers, petits fonctionnaires, paysans, ... non, l’espérance de vie n’augmente pas, elle diminue.

                                          Ne dites pas n’importe quoi, merci.


                                        • Airbus Airbus 14 mars 2011 11:46

                                          Amis lecteur, voici un récit imaginatif avant de passer au casse-croute.

                                          dicsours du président à 20 h en ce jour du 14 mars 2011

                                          Français, Française

                                          La situation que nous vivons est l’une des plus difficile depuis la 2de guerre mondiale. Face à cette situation, j’le répète, j’ai décidé de faire voter une loi historique afin de remettre le débat sur la foulard au voisinage des centrales au sein de notre histoire républicaine et démocratique. Je n’accepterai pas, dans un pays laic, qu’on y est quelque chose à y cacher. Mon ministre de l’intérieur sera attentif a cette nouvelle provocation et sera extrêmement sévère envers les délinquants multi-récidiviste, qui n’ont pas leur place dans un pays des droits de l’homme.
                                           
                                          L’équipe gouvernemental qui m’entoure irréprochable et moi même, qui n’a pas la tâche facile, demanderons des comptes aux présumés coupables de ces agissements que je qualifie encore une fois de véritable délinquants pédophiles.

                                          Comment peut-on en toute impunité se promener autour des centrales avec coiffe et gans blanc en n’arguant les forces de l’ordre exemplaire dans leur rôle qui est le leur dont l’histoire sait nous rappeler leur devotion pour le service de l’état. Je n’ai pas menti, j’ai dit ce que j’allais faire alors je le ferrai.

                                          La situation au Japon va provoquer des hordes jaunes, dont la délinquence dès 3 ans n’est plus à prouver, qui une fois sur le territoire national, fourniquerons pour nous envahir. J’ai des décisions difficiles à prendre en tant que président de la république, et je n’accepterai pas que le peuple Japonnais dont je salut l’héroique historique, de venir proliférer avec nos compratriotes vétus de chador de protection autour de nos 85 réacteurs.

                                          Le ministre de l’immigration prendra des dispositions de répression historiques, afin d’empêcher la déferlente japonnaise. D’ici le mois de juillet, un décret sur l’instauration d’un couvre-feu sera signé pour sécuriser nos installations. Une nouvelle base de donnée sera crée afin de croiser les croisements entre français et asiatique. Je n’acceptera pas que dans notre pays nos lois soient bafouées. Les magistrats, véritables irresponsables, devront rendre compte de leurs décisions à un nouvel organisme, crée à cet effet et qui centralisera les jugements rendus afin de les valider par la haute autorité de l’état.

                                           
                                          Français, Française, je suis le seul aujourd’hui à pouvoir vous défendre, à pouvoir vous rassurer et vous protéger. La situation demande une extrême détermination.

                                          Chers compatriotes


                                          • JL JL 14 mars 2011 12:03

                                            Airbus,

                                            comment avez vous fait pour vous procurer ce document avant les conseillers du président ?

                                            Bravo pour ce bel exploit.

                                             smiley


                                          • Olorin 14 mars 2011 13:56

                                            Oui, très fort pour vous procurer ce papier de sarko !


                                          • Ariane Walter Ariane Walter 14 mars 2011 17:49

                                            Excellent airbus, rions un peu au milieu de cette déliquescence.


                                          • Traroth Traroth 14 mars 2011 11:51

                                            Ce que l’auteur oublie de préciser, c’est que plus la demi-vie d’un élément est brève, plus il est radioactif. Il ne fera pas bon être de ceux qui inhaleront les isotopes d’azote lâchés par cette centrale...


                                            • Depi Depi 14 mars 2011 12:03

                                              Il faudrait aussi expliquer ce que signifie une demi-vie parce que vu comment est tournée l’explication de Wesson, on pourrait penser que l’effet radioactif va disparaitre dans 5 jours en ce qui concerne le Xenon 135, alors que ce n’est pas le cas.


                                            • roro46 14 mars 2011 12:00

                                              "Et j’en suis arrivé à la conclusion qu’il n’y a pas eu, et qu’il n’y aura pas un dégagement significatif de radioactivité depuis l’usine nucléaire de Fukushima.« 

                                              Exactement l’avis inverse - non, pas l’AVIS, mais l’information inverse - ce matin sur les ondes de radio france :

                                               »on sait maintenant qu’il y a eu dégagement très important de radioactivité, au moins lors de la 1ère explosion"

                                              Si l’info en question est fausse, tant mieux......... mais bon...............

                                              De plus, j’admire (façon de parler) votre optimisme - et surtout votre sureté - quand vous qu’il n’y AURA pas de dégagement important !!
                                              Aucun expert digne de ce nom n’est capable à l’heure actuelle d’assurer cela. (et on les comprend)


                                              • Pyrathome Pierre-Aline 14 mars 2011 12:17

                                                Article à vocation rassurante mais qui ne rassure en rien......
                                                Les centrales nucléaires sont déjà une ineptie en tant que telle, alors en construire sur des zones fortement sismiques ou près du littoral sont d’une absurdité sans nom, on a les mêmes configuration en France.......il eût été pertinent de nous le préciser......
                                                La question serait plutôt, a t-on le droit de faire peser une menace incommensurable à la population, à la faune et à la flore dans une région, un pays au nom du productivisme et de l’intérêt d’un lobbie et de quelques uns, la réponse est clairement NON.......
                                                Le Japon (et les nombreux autres accidents avant) viennent nous montrer l’inconséquence, l’irresponsabilité et l’immaturité de la science et du mode de fonctionnement de nos sociétés cupides et infantilisées......
                                                Et comme disait Einstein,
                                                 « Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mis dans les mains d’un psychopathe »

                                                Cordialement...


                                                • wesson wesson 14 mars 2011 14:37

                                                  Bonjour Pyralène,

                                                  "Les centrales nucléaires sont déjà une ineptie en tant que telle, alors en construire sur des zones fortement sismiques ou près du littoral sont d’une absurdité sans nom, on a les mêmes configuration en France"

                                                  Parfaitement d’accord avec vous, mais ce n’était pas l’objet de l’article. Ce que j’ai essayé de faire, c’est décrire les fait, les expliquer, et éventuellement dédramatiser la situation sur les évolutions possibles, à maintenant 4 jours du tremblement de terre.


                                                • Pyrathome Pierre-Aline 14 mars 2011 14:48

                                                  Je comprend votre démarche et les explications techniques sont pertinentes, mais c’était l’occasion de placer cette « rhétorique récurrente » depuis des années, on a tout simplement pas le droit de prendre un tel risque, il y a eu de nombreux avertissements et de nombreuses manifestations Japonaises et Greenpeace contre le nucléaire, souvenez-vous  !!
                                                  On leur imposé ce risque inconsidéré au nom du productivisme, et il était bon de le rappeler et d’en tirer toutes les conséquences ... smiley


                                                • JET67 JET67 14 mars 2011 12:19

                                                  Tout va très bien, Madame la Marquise... tout va très bien, tout va très biiiieeen !!!

                                                  Je propose à l’auteur de cet article fort didactique d’aller se rendre compte de la conformité de ses conclusions directement sur place, de façon à ce que nous puissions ensuite vérifier par nous mêmes de leur pertinence !!!


                                                  • secular 14 mars 2011 12:28

                                                    Bel essai pour rassurer.... les angoissés, mais bon :


                                                    Japon : des barres de combustibles nucléaires à l’air libre, risque de fusion

                                                    « Une fusion du coeur du réacteur n°2 de la centrale atomique de Fukushima-Daiichine ne peut-être exclue », écrit l’agence de presse japonaise Jiji citant le propriétaire de la centrales et dont les propos sont rapportés par l’agence Reuters. 

                                                    « Le circuit de refroidissement de ce réacteur-là a cessé de fonctionner, et le niveau de l’eau a tellement baissé de ce fait que les cartouches de combustible nucléaire sont désormais totalement à l’air libre », est-il également précisé. 


                                                    Siource :




                                                    • Nanar M Nanar M 14 mars 2011 12:34

                                                      On sait tous depuis Tchernobyl qu’en france on ne craint rien.
                                                      Les nuages nucléaires guidés probablement par la main invisible des marchés évitent notre beau pays producteur d’énergie bon marché.
                                                      Tiens encore une preuve, besson et kosuiko machin chose se sont empressé de le clamer !


                                                      • robin 14 mars 2011 12:44

                                                        Article très clair, contrairement aux infos des merdias.

                                                        C’est bien ce que je pensais dès lros qu’on a des éléments lourds comme le césium à l’extérieur des bâtiments c’est bien que les réacteurs ne sont plus indemnes contrairement aux mensonges des merdias.


                                                        • ZEN ZEN 14 mars 2011 12:51

                                                          La privatisation aggrave tout...
                                                          Pas difficile à comprendre


                                                          • titi 14 mars 2011 13:18

                                                            Et tchernobyl s’était privatisé ? Tiens j’aurai pas cru...


                                                          • Pyrathome Pierre-Aline 14 mars 2011 14:14

                                                            Nationalisées ou privatisée à fortiori , c’est une ineptie....point barre !!!


                                                          • Alain-Goethe 14 mars 2011 15:44

                                                            Zen : J’ai pas vérifié ton lien

                                                            Mais sur Agoravox, il y avait eu en 2008 un article de :

                                                            J.C LENY ( PDG de FRAMATOME, au moment où j’ai travaillé là pendant 5 ans).

                                                            N° 35592

                                                            Teneur de l’article :

                                                            La filière nucléaire doit rester dans le domaine de l’ETAT


                                                          • Hadj Ahmed 14 mars 2011 13:01

                                                            Bonjour et merci.
                                                            Une chose m’échappe.
                                                            Les 8h d’autonomie des chantiers batterie des alimentations statiques in-interruptibles prouvent qu’il n’y avait pas ...« confiance » totale en les groupes électrogènes ; sinon cette autonomie aurait été de 10 à 30 mn pourquoi plus en présence de groupes fiables n’est-ce pas ?

                                                            Lors de la conception, le défaut ou la non accessibilité des groupes électrogènes ont bien été envisagés mais dans ce cas, pourquoi seulement 8H d’autonomie batterie pour le refroidissement d’urgence ? Et qu’on ne me dise pas que les chantiers batteries ça prend de la place, le niveau de puissance duquel on parle est la 30 aine de kva à peine par pompe.



                                                              • titi 14 mars 2011 13:23

                                                                C’est très bête comme remarque.

                                                                Et qu’en pense les nippons qui habitaient aux pieds des barrages hydroélectriques ?
                                                                http://www.europe1.fr/International/Japon-rupture-d-un-barrage-a-Fukushima-449771/
                                                                Ne pensez vous pas qu’ils préfereraient que l’electricité de « leur barrage » aie été fournie par une centrale nucléaire ?

                                                                En tout cas voilà qui illustre bien la réalité actuelle : celle des politiques menées à courtes vues en fonction des réactions du cityoyen à l’actualité.


                                                              • titi 14 mars 2011 13:48

                                                                On se tutoie ? Cool.

                                                                N’empêche qu’utiliser ce qui se passe au Japon pour envisager la sortie du nucléaire, c’est du même niveau que faire des lois sur l’immigration lorsqu’il y a un incident à la Courneuve.

                                                                Finalement entre les Verts et l’UMP les méthodes sont bien les mêmes.

                                                                Soulmanfred garde tes réflexions pour le JT de TF1.


                                                              • titi 14 mars 2011 14:29

                                                                Pour sûr !!!
                                                                Alors pourquoi suggérer à Wesson d’aller habiter au Japon ?

                                                                Je suis peut être bigleux, mais tu es tordu... ou de mauvaise foi.


                                                              • Pyrathome Pierre-Aline 14 mars 2011 14:39

                                                                Tiens, Krolik a changé de pseudo ?....


                                                              • epapel epapel 14 mars 2011 14:59

                                                                Wesson :
                                                                "J’ai vécu à proximité (3 Km à vol d’oiseau) d’une centrale nucléaire pendant 15 ans ce qui m’as amené à m’interesser à ce sujet, et à dépasser les opinions toutes faites des uns et des autres, afin de savoir que faire et quoi penser si un problème survient, en tenant compte du manque d’information fiable qui est la règle en pareil cas."

                                                                Wesson 1, soulmanfred 0.


                                                              • roro46 14 mars 2011 15:14

                                                                soulmanfred :
                                                                « Il est bigleux ou il sait pas lire ? »

                                                                mais non ; kolik est là juste pour vomir sa propagande et énerver le monde.
                                                                Ne nourrissons pas la bête immonde, y a mieux à faire.


                                                              • epapel epapel 14 mars 2011 15:29

                                                                Soulmanfred : un expert es inquiétudes


                                                              • titi 14 mars 2011 15:35

                                                                @roro46

                                                                « kolik est là juste pour vomir sa propagande et énerver le monde. »
                                                                Vue la qualité de vos interventions je prends ca comme un compliment.

                                                                PS : c’est qui « kolik » ?


                                                              • Nestor 14 mars 2011 15:41

                                                                Salut Soulmanfred !

                                                                « J’ai habité proche de la centrale de Creys Malville »

                                                                Ça se voit ! Comme quoi l’irradiation et super dangereuse et laisse de graves séquelles irrémédiables ...

                                                                A tous ceux qui sont pour le nucléaire je vous conseil désormais d’être contre histoire de ne pas finir comme notre ami Soulmanfred ...

                                                                « Soulmanfred, je déconne bien sûr » 


                                                              • Nestor 14 mars 2011 16:30

                                                                Je l’avais complet zappé celle-là !

                                                                Le problème avec le nucléaire c’est que même si on peut parfois en rire il risque tôt ou tard de nous faire pleurer, les quelques secondes de rire qu’il nous apporte ne sont pas comparable aux milliers d’années de souffrance qu’il peut nous amener.

                                                                J’ai horreur des fours micro-ondes, alors imagine ce que je peux penser des centrales nucléaires, malheureusement je n’ai pas le choix je suis bien obligé de m’en servir comme tous.

                                                                Je me suis renseigné pour le photovoltaïque, mais le prix du rachat d’énergie a baissé 58 centimes du Kwat à l’heure d’aujourd’hui contre 60 voir plus il y a peu, le crédit d’impôt à diminué de moitié, 4000 Euro « aujourd’hui » alors qu’il était de 8000 « hier ».

                                                                On nous bassine avec l’écologie, mais on retire et diminue tous les avantages qui pourraient inciter de plus en plus de gens à franchir le pas qui mène à l’énergie propre.

                                                                En fait, au lieu d’avancer on recule !

                                                                Les blablas de Stockholm, juste un banquet de plus entre puissant de ce monde et rien de plus, une petite réunion de quelques millions d’euros aux frais des contribuables pour rien, en tout cas pour nous ça n’a rien changé, enfin si, au contraire ça a empiré !


                                                              • tinga 14 mars 2011 13:06

                                                                Un accident est un phénomène chaotique, il est sans doute un peu tôt pour avoir une idée précise de la situation, les propos alarmistes, tout comme ceux plus rassurants me semble prématurés, l’opacité qui règne cependant sur le nucléaire en général amènera logiquement le public à ne pas prendre au sérieux les différents communiqués fournis par les entreprises concernées tout autant que ceux émanant des états dont l’enfumage est la pratique de base... 


                                                                • Voltaire Voltaire 14 mars 2011 13:18

                                                                  Bon article explicatif.

                                                                  Il y a néanmoins quelques bémols à apporter.

                                                                  L’injection d’eau de mer dans le système signifie que toutes les procédures normales ont échouées. L’action corrosive de l’eau de mer va entrainer de fait l’abandon des réacteurs affectés, avec les problèmes de démantèlement et de sécurisation que l’on imagine (plus question de retirer le combustible usé pour retraitement...). De plus, il va bien falloir rejetter cette eau de refroidissement quelque part (dans la mer...) ; si les barres de combustibels sont intactes, ce n’est pas un problème, mais si elles ont partiellement fondues, il y a aura nécessairement pollution. Cela ne sera pas massif et peut être correctement dilué en mer, mais c’est quand même ennuyeux.

                                                                  On ne sait toujours pas s’il y a eu ou pas rupture de la « cocotte » : les informations sont imprécises à ce sujet. Y a t-il eu ou pas libération de césium... ? si ce n’est pas le cas, alors on peut en effet être raisonnablement optimiste en termes de santé publique, même si, encore une fois, il faudra gérer les suites. S’il y a eu rupture, c’est beaucoup plus sérieux...

                                                                  Je partage votre avis sur la nécessaire relativisation de l’importance de l’incident nucléaire par rapport à celui des dégats causés par le tsunami. Je suis assez surpris de l’absence totale de réaction par rapport à l’impact de ce type d’évènement (en termes de pertes en vies humaines, plus de 10.000, comme d’impact économique, plus de 100 milliards d’euros) alors que la partie nucléaire occupe tous les journalistes et politiques. Dans ce type de catastrophes, les mesures de préventions sont essentielles, et nul doute que sans les mesures prises au niveau des bâtiments au Japon, les domages eussent été encore plus considérables. Plusieurs zones de notre pays (notamment aux antilles) sont exposées à des risques naturels importants, sans commune mesure avec le risque nucléaire. Mais bon...



                                                                   


                                                                  • epapel epapel 14 mars 2011 15:05

                                                                    Sans doute parce que peu se sentent concernés par les séismes et les tsunamis tandis que beaucoup ont peur d’un accident nucléaire même à l’autre bout du monde.

                                                                    S’il y avait eu au Japon un club med ravagé avec des français dedans, les réactions ne seraient pas les mêmes.


                                                                  • JL JL 14 mars 2011 18:39

                                                                    « Sans doute parce que peu se sentent concernés par les séismes et les tsunamis » (epapel)

                                                                    epapel n’en rate pas une ! Que je sache, en Thaïlande il n’y avait pas de centrales nucléaires ! Et pourtant, les gens ont tellement fait de dons que les ONG ne savaient plus qu’en faire !


                                                                  • epapel epapel 14 mars 2011 22:24

                                                                    C’est à cause de Pukhet. Pour Haïti, il y en a eu très peu.


                                                                  • JL JL 15 mars 2011 08:03

                                                                    epapel,

                                                                    Peut-être que les gens commencent à comprendre ce que c’est que le capitalisme de catastrophes ? Phucket en est un bonne illustration.

                                                                    Je ne sais pas si vous connaissez l’oeuvre de Naomi Klein, mais je me prermets de vous y renvoyer.


                                                                  • non666 non666 14 mars 2011 13:20

                                                                    Assez d’accord avec l’auteur sur ce type de reacteurs.

                                                                    Quand a savoir pourquoi les ingenieurs ont laché la pression DANS l’encenite de beton plutot qu’en dehors, la reponse la plus simple est a mon avis la meiulleure : ils n’ont pas eu le temps de faire autrement .
                                                                    Sans electricité , ils ont du faire tout en manuel et ouvrir les vannes d’eau de mer ET les soupapes d’evacuations , simultanement a du generé le delta qui va bien (qui va mal ici...)
                                                                    Les 12 morts dans l’enceinte doivent venir de la sinon, pourquoi rester dans l’enceinte a ce moment la ?

                                                                    ces mecs se sont sacrifiés (ou ont pris un risque phenomenal) pour sauver la centrale (et leurs concitoyens alentours par la meme occasion).
                                                                    Ils ont eu le succès au prix fort.


                                                                    • g.jacquin g.jacquin 14 mars 2011 14:46

                                                                      @Non666

                                                                      pression dans le batiment :

                                                                      Peut-être ???? mais c’est très surprenant puisqu’ils savaient depuis quelques heures que les systèmes de refroidissement etaient HS ?????

                                                                      Dans ces conditions, pourquoi prendre le risque de faire exploser le bâtiment ? De toute façon, la quantité de radiation relachée est liée à la pression dans la cuve du réacteur... et cette radiation se retrouvera obligatoirement dans l’atmosphère.

                                                                      De plus, sur le fond, c’est très surprenant puisque l’eau de mer est à 15 m du réacteur ????

                                                                      On nous explique que le tsunami a détruit les sources d’alimentations annexes (GE) mais pendant ces quelques heures avant l’explosion, pourquoi ne pas avoir raccordé une pompe sur un GE tous deux amenés par hélicoptère ou autres ????

                                                                      Je serais très étonné que le process de refroidissement ne permette pas le raccordement de tuyauteries externes ....

                                                                      Bref plein de question dont on aura peut-être les réponses un jour ! ou pas !!!!

                                                                      En tous les cas, il semble que les organismes de contrôle internationaux aient été complètement défaillants, mais cela veut dire également que nos centrales ont peut-être les mêmes problèmes puisque...les mêmes experts !!!
                                                                      Le fait que la France soit sur une zone moins sensible aux séismes n’est pas une raison pour ne pas envisager le pire....

                                                                      D’ailleurs la regle qui consiste à prendre la valeur de magnitude richter connue la plus élevée pour un site de centrale et de rajouter 1, me semble aux antipodes de la technologie employée...

                                                                      J’aimerai biens connaître les procédures de mise en sécurité des reacteurs Français...


                                                                    • Nometon Nometon 14 mars 2011 13:36

                                                                      Excellent et courageux article.


                                                                      • Pyrathome Pierre-Aline 14 mars 2011 13:50

                                                                        Certes, on comprend sa démarche....faire du catastrophisme béat dans son salon devant son clavier est indécent, comme venir faire de l’angélisme débile facon NKM/Besson....
                                                                        Mais la situation est suffisamment grave pour ne pas se voiler la face devant l’inconséquence et l’irresponsabilité des lobbies nuke.....


                                                                      • Pyrathome Pierre-Aline 14 mars 2011 13:39

                                                                        Vous devriez rester prudent, « élémentaire mon cher Wesson...... »
                                                                        Deux nouvelles explosions viennent de se produire à Fukushima....
                                                                        c’est la pravda qui le dit....
                                                                        Quand aux experts de greenpeace, ils sont plus inquiets que vous....


                                                                        • Nemo8 Sam Lowry 14 mars 2011 13:41

                                                                          Si avant cette catastrophe, on vous avait forcé à emménager auprès d’une centrale nucléaire d’un pays de votre choix, qui allait connaitre un séisme de très haute intensité, vers quel pays se serait porté votre choix : La France, les USA, la Russie ou le Japon ?


                                                                          • kéké02360 14 mars 2011 13:50

                                                                            Bad News : Tatsu Suzuki -Nuclear Update : Another bad news. TEPCO announced that the efforts to pour seawater into Fukushima Daiichi(1) unit 2 do not seem to be working well, suggesting all fuel are possibly exposed. They continue to work hard to raise water level to cover the fuel. Let’s pray again...(19:54 JST)


                                                                            • papi 14 mars 2011 13:53

                                                                              @ l’auteur

                                                                               La maitrise de cette énergie est malheureusement sujette à caution !!En fait on pourrait dire que
                                                                               ça marche quand tout va bien, et qu’aucun facteur extérieurs ne vient perturber l’équilibre, à contrario, le moindre grain de sable dans la machine peut amener les techniciens certes compétents, à être dépassés par les événements, et à adopter la politique de la rustine ce qui me semble très hasardeux quand on parle de nucléaire.. Lorsque la situation est encore gérable
                                                                              on applique des procédures, mais quand on a épuisé les procédures ? et bien on finit par jeter des sacs de sable et du ciment par hélicoptère..puis de faire un gros sarcophage sur l’ensemble
                                                                              un peu comme on place un couvercle sur une poubelle..
                                                                              La solution n’est-elle pas dans le changement de système , pourquoi pas le thorium  ????
                                                                               


                                                                              • titi 14 mars 2011 14:57

                                                                                « le moindre grain de sable dans la machine »

                                                                                Un tremblement de terre de 8.9, suivi d’un Tsunami...
                                                                                Heureusement qu’il s’agit d’un grain de sable et pas d’une poignée...


                                                                              • papi 14 mars 2011 23:28

                                                                                @titi

                                                                                Si vous connaissiez le nombre d’incidents dans les centrales, type vanne endommagées, et qui provoquent de grosses trouilles à nos ingénieurs, vous comprendriez que sans parler d’un séïsme de 8.9 , un petit rien peut devenir rapidement une grosse merde..


                                                                              • easy easy 14 mars 2011 14:05

                                                                                Première enceinte, seconde enveloppe, troisième enveloppe, quatrième enveloppe, en aucun cas les ingénieurs de la centrale n’accepteraient qu’elles explosent. Ou alors ils les annonceraient. en manière de « Bon dans quelques minutes, nous allons sacrifier volontairement une enveloppe parce que c’est la meilleure soluce »


                                                                                Or il y a eu des explosions qu’ils n’avaient su ni prévoir, ni annoncer ni empêcher.
                                                                                Ils ne contrôlent donc pas tout. Non seulement ils ont été surpris par une première mais ils se sont encore laissés surprendre par d’autres.




                                                                                Au-delà des problématiques à chaud, les prométhéens n’avaient pas prévu qu’un séisme dépasse 8,5. Considérant sans doute qu’au-dessus, tout étant ravagé, il n’y aurait de toutes manières plus rien à sauver. Ce qui peut avoir un certain sens argumentaire.
                                                                                En effet si un TDT ou un tsunami tue déjà tout le monde, l’effondrement des centrales peut n’avoir que peu de conséquences négatives suplémentaires.

                                                                                Or, à force de mieux construire les immeubles, ils arrivent désormais à encaisser du 8,9 sans écraser leurs occupants. On pourrait, sans trop de difficultés, construire des immeubles encore plus solides, capables de rester entiers à l’envers après un TDT de force 10. 

                                                                                Et pour se protéger des tsunamis, on saura construire en hauteur. Il suffirait d’installer dans chaque ville côtière des abris surélevés à portée de chacun en 10 minutes et équipés de sémaphores à bras, de tyroliennes aussi pour qu’il n’y ait quasiment plus de morts et que se maintienne une communication minimale. Et ça ne coûterait pas les yeux de la tête (On laisserait les immeubles fragiles et inondables, pas grave).

                                                                                Mais une population miraculée de TDT et de tsunami, ne tolèrera pas d’être empoisonnée ensuite par des pollutions mortelles émanant des centrales ou autres industries, nettement plus fragiles

                                                                                Toute usine joue de la gravitation et tout changement de la verticalité peut conduire à une cata. Tous les détecteurs de niveau de liquides tablent sur une verticalité constante. Bien des détecteurs de pression ou de dépression de gaz tablent aussi sur une verticalité constante. Des alarmes de surpression de salle blanches sont calées sur une verticale considérée comme constante. Enormément d’automatismes font n’importe quoi en cas de changement de verticale.

                                                                                Et plus récemment, il y a de plus en plus d’appareils ou d’automates qui tablent sur une position géodésique constante. Alors quand un pays se déplace de 2 m...

                                                                                Faisons seulement onduler la croûte terrestre « calmement » mais plus amplement que d’ordinaire et tous les systèmes de positionnement se brouillant les uns les autres, tout serait égaré.

                                                                                Il faudrait donc que les usines soient non seulement incassables mais il faudrait en plus les poser sur cardans et bientôt sur radeau géostationnaire. Hors de prix.

                                                                                Elles resteront donc les maillons faibles de toutes les modernisations.



                                                                                Chaque fois qu’une industrie, même de mélasse ou de vélo, s’installe dans un endroit, elle soumet la population à sa faiblesse.
                                                                                Et quand on évalue la dangerosité d’un lieu, on doit d’abord considérer la dangerosité de ses industries.

                                                                                Tout cela est déjà compris et considéré par quasiment tout le monde et en tous cas par les autorités. Mais l’argent, l’emploi et le prométhéisme sont facteurs de corruption des esprits.

                                                                                On parle beaucoup de l’effet Milgram au sens de la soumission à l’autorité d’un individu. Mais au fond, nous sommes essentiellement soumis à l’autorité de la masse, au panurgisme donc. On arrive dans une région où il y a du monde, on n’effectue pas ses propres contrôles de dangerosité et on s’y installe en se fiant à « l’avis de la masse qui paraît confiante ».

                                                                                Cet effet a été flagrant dans le cas de la passerelle du Queen Mary effondrée à Saint Nazaire. Sur les dizaines de personnes qui sont montées dessus, il y avait forcément des ingénieurs ou des super bricoleurs, des gens du bâtiment qui tous savent évaluer à vue les limites mécaniques des constructions, des matériaux, mais aucun n’a dit que ça lui semblait trop juste. La peur de passer pour un trouillard, un lâche, un trouble fête, sans doute.


                                                                                • Philodeme Philodeme 14 mars 2011 14:23

                                                                                  Le Monde.fr a « communiqué » ou « manipulé ???? » sur le communiqué du FN : ici

                                                                                  http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/03/14/le-fn-contre-les-manipulations-des-cassandre-anti-nucleaires_1492729_823448.html

                                                                                  Mais mais mais

                                                                                  Du communiqué du FN Lemonde.fr semble, sauf erreur de ma part, avoir omis ce paragraphe important pour nos santés :

                                                                                  "En effet, ce type de centrale (les japonaises) est conçu différemment des centrales nucléaires françaises, la portée d’une explosion dans ce bâtiment est donc potentiellement moins problématique qu’une explosion dans un bâtiment français. Car dans ces derniers, le bâtiment se confond avec l’enceinte de confinement. Une explosion en France impliquerait donc une explosion de l’enceinte, ce qui ne semble pas être le cas de la centrale de Fukushima Daiichi d’après les éléments donc nous disposons à l’heure actuelle."

                                                                                  Les manipulations vont s’accentuer tout azimuts, on a intérêt, quand on le peut, à retourner aux sources !!!!!!!!!!!!! ici :
                                                                                  http://www.frontnational.com/?p=6602


                                                                                  • easy easy 14 mars 2011 14:37

                                                                                    Je vois des commentaires, comme celui que Kerjean a fait et qui a été automatiquement effacé, qui vont à dire que Wesson en parle à son aise. Qu’il n’a pas trop peur parce qu’il ne se trouve pas dans les parages de Fukushima.

                                                                                    Wesson a vécu 15 ans au pied d’une centrale. Pendant 15 ans, il a eu a travailler sa peur pour tenir le coup et rassurer les siens. Et il n’y a pas vécu d’accident. Il a donc développé la plus grande résistance possible à la transcendance effrayante des centrales nucléaires.
                                                                                    C’est très bien qu’il nous insufle cette maîtrise des nerfs au moment où nous allons plutôt à être à cran. Nous avons besoin d’arguments allant à pondérer notre peur. S’il n’y avait plus que des cris d’orfraie, nous perdrions toute raison.



                                                                                    Nous sommes en train de nous diviser.

                                                                                    Déjà les anti nucléaires trompettent.

                                                                                    Mais dans l’autre groupe (sans avis marqué ou militant sur le nucléaire) aussi il se forme des divisions. Ne serait-ce qu’entre ceux qui ont les proches là-bas et les autres. Ne serait-ce qu’entre ceux qui, sur place, cherchent à faire honneur à leur sens de la solidarité avec les Japonais et ceux qui, sur place aussi, ne se sentent pas de devoir de solidarité. En tous cas pas au point d y « mourir bêtement ».

                                                                                    Et il ne s’agit pas de divisions calmes. Elles vont plutôt à l’hystérie puisqu’il est question de vie ou de mort. Les insultes fusent en même temps que les barres de combustible nucléaire.



                                                                                    • Christoff_M Christoff_M 14 mars 2011 14:38

                                                                                      Attention à la réplique qui va toucher les grandes villes dont Tokyo...

                                                                                      Pour ce qui est des centrales bon article à condition que la centrale soit sur un support sain et pas en mouvement et que les différents cloisonnements entre les circuits ne soient pas endommagés !!

                                                                                      Qui nous dit que nous ne sommes pas tous malades depuis Tchernobyl... le nombre de problèmes liés à la thyroïde, apparus depuis devraient nous alerter !!

                                                                                      Le problème de grosses têtes scientifiques c’est qu’ils calculent tout dans des conditions idéales, c’est à dire des conditions de labo ( conditions normales de température et de pression) Or la j’ai bien peur que nous soyons dans des conditions exceptionnelles et que tous les calculs et les théories de labo soient à coté de la plaque !!

                                                                                      Une chance pour nous grands spécialistes du nucléaire, un accent grandeur nature qui se passe loin de nous !! c’est malheureux à dire mais ce n’est que en grandeur nature qu’on peut voir la résistance ou pas de certains éléments ou le comportement pas prévu d’autres...

                                                                                      Nous les « modernes » nous vivons de plus en plus avec des modèles et des simulations virtuelles, n’est qu’a voir tous les accidents de trains dans le monde, pour voir que malgré des études régulières on ne peut pas prévoir des catastrophes, mais modestement essayer de limiter les dégâts !!

                                                                                      Ici ce qui m’inquiète c’est que tout va bien tant que les parois reposent sur du dur !! mais si le sol se dérobe ??

                                                                                      Peut être que malheureusement cela mettra un terme la bas à un espèce de culte du progrès et de la technique, et à des génération endoctrinées par une science élevée au rang de religion au Japon !! Avec des incendies internes, les japonais attendent encore qu’on leur donne l’ordre de s’éloigner ou d’évacuer... chez nous ce serait déja la panique !!

                                                                                      A noter le « réveil » de nos charmants écolos chez nous qu’on croirait sortis de leur torpeur par cet évènement... démagogie un peu mal placée et opportuniste pour des gens dont on attend toujours les projets concrets !! Les panneaux solaires sont installés par des entreprises étrangères chez nous !! Bcp de gens se sont fait escroquer sur des installations privées de panneaux ou d’éoliennes individuelles !! On attend toujours un parti avec des scientifiques et autre chose que des bobos citadins qui roulent en velib et vont chrcher leur panier bio, tout en ayant l’impression d’etre des militants révolutionnaires !!


                                                                                      • Christoff_M Christoff_M 14 mars 2011 14:50

                                                                                        Maintenant dans un pays « exemple » de la technique on peut avoir une idée de ce que donnerait une coupure d’électricité géante chez nous...

                                                                                        Vous imaginez ce que cela donnerait avec de nombreuses voitures équipées à l’electrique !!

                                                                                        Relisez RAVAGES de Barjavel cela vous redonnera une idées de la petitesse d’une société toute axée sur les écrans et l’informatique, coupée de tout écran, des tours sans ascenseurs, des petites machines sans batterie, etc, etc....

                                                                                        Cela nous rappelle la limite des constructions de l’homme face à la nature, le scientifique de haut niveau qui plane et qui croit avoir toujours réponse à tout depuis son labo !!

                                                                                        Un peu de modestie ne ferait pas de mal à l’homme moderne !! plus il va vouloir créer des conditions de vie artificielles, plus la nature va lui rappeler que ce n’est pas lui petite entité, qui donne les ordres et qui maitrise les effets de ses changements imposés à la planète !!


                                                                                      • JMBerniolles 14 mars 2011 14:45

                                                                                        Au moins sur Fukushima Daiichi 1, le processus d’accident grave, du au Tsunami qui a provoqué les problèmes sur le circuit de refroidissement de secours, s’est développé de manière importante.
                                                                                        1) le coeur s’est échauffé sous l’action de la puissance dite « résiduelle », (la réaction neutronique en chaine a été bien stopée au moment du séisme) soit de l’ordre de 10 à 20 MWth
                                                                                        2) il y a eu dans le coeur une réaction Zircalloy/ vapeur d’eau générant de l’hydrogène qui a été relâché vers les bâtiments du réacteur et a provoqué l’explosion à ce niveau.
                                                                                        3) le coeur a fondu partiellement
                                                                                        4) obligatoirement cela implique un relâchement des produits de fission voltatils : Xenon, Iode, Cesium, Tellure, Lanthane .... qui transportent une part importante de l’inventaire de la radioactivité du coeur. D’autre radioéléments comme le Baryum, le Strontium, le Ruthénium .. ont vraisemblablement été aussi relâchés.

                                                                                        Ces radioéléments se retrouvent sous forme d’aérosols principalement dans l’enceinte réacteur, mais une partie est sûrement sortie vers l’extérieur.

                                                                                        L’ambiance en radioactivité de l’enceinte doit être très importante et au environ du réacteur le niveau de réactivité doit également être assez élevé. L’IRSN estime le débit de dose à l’extérieur à 1 milliSievert/heure au moment de l’explosion et encore 0,040 millisievert/heure dans la journée qui a suivi l’explosion. C’est très important, disons un niveau supérieur de 1000 fois à la normale.

                                                                                        Ce qui signifie que les techniciens qui ont réussi à brancher un système de refroidissement à eau de mer borée sur le réacteur 1 et d’autres sans doute, ont été très fortement irradiés.
                                                                                         La situation semble être maîtrisée. le risque va durer encore au moins une semaine.

                                                                                        Tout ceci se passe dans un rayon assez réduit autour de la centrale nucléaire. La population évacuée à temps et avec des mesures type distribution d’Iode n’est pas dangeureusement atteinte par ces menaces.

                                                                                        JMB


                                                                                        • keiser keiser 14 mars 2011 15:23

                                                                                          @ L’auteur .

                                                                                          Est il utile de rappeler qu’il y a , en ce moment au Japon :
                                                                                          - 7 réacteurs en situation d’urgence .
                                                                                          - Deux sont en début de fusion et non de fission , avec explosion d’hydrogène .
                                                                                          - Un autre avec des problèmes de refroidissement .
                                                                                          - plusieurs dégagements de vapeurs radioactive pour relâcher de la pression .
                                                                                          - Et d’autres petites réjouissances diverses ...
                                                                                           -Sans compter que ce n’est qu’un début .

                                                                                          Alors on peu jouer sur les mots , entre fission et fusion mais pour moi cela me suffit amplement pour penser que l’on est devant La Catastrophe la plus importante de l’histoire du nucléaire .

                                                                                          Pour moi , maintenant , le mot « ’inquiétude » est largement dépassé . smiley


                                                                                          • galien 14 mars 2011 15:26

                                                                                            Mais pourquoi vous inquiétez vous tant, vous savez bien que le monde s’auto-détruira de toute façon fin 2012. Alors foutu pour foutu...


                                                                                          • galien 14 mars 2011 15:24

                                                                                            Bon article de Wesson, clair et objectif, bref de l’information plutôt que de l’agitation de la part d’écolos tartufes qui je trouve font preuve d’un opportunisme particulièrement abjecte au regard du drame que subit le peuple japonais.

                                                                                            Je me posais une petite question sur cet évènement en terme de gestion du risque. Les divers systèmes auxiliaires de refroidissement font baisser la probabilité d’une panne généralisée du refroidissement, seulement la submersion du dispositif, ajouté à au fait que le système ne soit pas réparable du fait des désordre a rendu le dispositif inopérant.

                                                                                            D’où la question suivante, pourquoi les systèmes auxiliaires n’utilisent pas l’énergie même du réacteur pour alimenter un système auxiliaire de refroidissement ? Il me semble que cela éviterait une panne de refroidissement totale, en tout cas réduirait la probabilité que cela arrive.


                                                                                            • Loatse Loatse 14 mars 2011 15:44

                                                                                              @ l’auteur, vous travaillez pour la TEPCO ????

                                                                                              TEPCO ET L’INDUSTRIE NUCLEAIRE AU JAPON

                                                                                              Neuf ans plus tôt, le directeur général de Tepco avait dû quitter l’entreprise avec les autres gestionnaires. Le plus grand producteur d’électricité du Japon étaient soupçonné d’avoir falsifié des documents de maintenance dans 29 cas.

                                                                                              A charge de Tepco, des accidents et des allégations des documents falsifiés.

                                                                                              En août 2004, quatre travailleurs sont décédés dans la centrale nucléaire de Mihama suite à une fuite de vapeur bouillante..

                                                                                              En 2006, le groupe a été accusé d’avoir falsifié des données sur la température de l’eau de refroidissement dans leurs réacteurs dans les années 1985 et 1988. Les données ont été présentées en 2005 pour une inspection.

                                                                                              Après le scandale public, en 2007 Tepco reporta d’un an l’achèvement des nouvelles centrales nucléaires au Fukushima-Daiichi, qui se trouvent près du réacteur du désastre actuel. En fait, les nouveaux réacteurs devraient être opérationnels en 2013 et 2014. Le plan semble maintenant en exiger la correction.

                                                                                              Non seulement les scandales de camouflage, mais aussi les échecs ont façonné l’histoire de la centrale nucléaire de Fukushima, à 200 km au nord-est de Tokyo ;

                                                                                              - Après un tremblement de terre en juin 2008, de l’eau radioactive a été déversé d’un réservoir dans lesquels ont été stockés des barres de combustible irradié.

                                                                                              - En 2006, de la vapeur radioactive est sortie d’un tube

                                                                                              - En 2002, des fissures dans les conduites d’eau ont été découverts.

                                                                                              - En 2000, un réacteur devait être fermé en raison d’un trou dans une tige de carburant.

                                                                                              - En 1997 et en 1994, il y a des incidents similaires dans lequel de la radioactivité s’est échappée.

                                                                                              La catastrophe actuelle aurait sans doute pu être empêchée : L’unité 1 de Fukushima-Daiichi devait être arrêté ce mois-ci après environ 40 ans en service. Une base de données du centre de recherche « Nucléaire Training Centre » (ICJT) en Slovénie affirme que la « date de fermeture prévue » était mars 2011.

                                                                                              Le désastre de la centrale nucléaire pourrait endommager l’activité de l’entreprise à long terme, de nombreux japonais avaient déjà émis des réserves quand à l’utilisation de l’énergie nucléaire bien avant le tremblement de terre. L’opposition à l’énergie nucléaire est forte au Japon - ce qui s’explique aussi par l’histoire : le pays est traumatisé par le larguage de la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki à la fin de la seconde guerre mondiale, donc la puissance destructrice de l’énergie nucléaire est devenu claire.

                                                                                              les centrales nucléaires japonaises ont causé bien des inquiétudes ces dernières années du fait de plusieurs incidents qui s’y sont produits. En raison de son manque de matières premières cependant, le Japon est dépendant de l’énergie nucléaire. Le pays gagne environ 30 % de son électricité à partir de 54 centrales la nation nucléaires.

                                                                                              (sources le Spiegel)
                                                                                              traduction loatse


                                                                                              • Loatse Loatse 14 mars 2011 15:49

                                                                                                Ceci pour vous donner une idée de la crédibilité de la dite entreprise...

                                                                                                Concernant l’accident de ce matin, voici ce qu’on peut lire dans le Daily Yomiuri de ce matin :

                                                                                                L’explosion de l’hydrogène au réacteur no 1, qui a eu lieu peu de temps après 3 h 30 samedi, a fait sauter loin le toit et les murs de l’édifice qui abrite le navire de confinement du réacteur, laissant seulement son cadre.

                                                                                                Mais les plus récentes explosions au réacteur no 3 était accompagnées de non seulement une fumée, blanche qui est propre à une explosion de l’hydrogène, mais aussi avec le feu et la fumée de gris-brun tourbillonnant supérieur. D’éminents spécialistes soupconnent une autre anomalie dans le réacteur.

                                                                                                Toujours optimiste ?


                                                                                              • Yohan Yohan 14 mars 2011 17:37

                                                                                                toujours smiley


                                                                                              • Kalevala 14 mars 2011 15:46

                                                                                                Bonjour Wesson

                                                                                                 Vous n’évoquez pas que va devenir ses supers cocotes fondues. ce site va devoir aller aux rébus. Et là il s’est avérer la total irresponsabilité de la filaire Nucléaire, le retraitement des rébus, des déchets en tous genres.
                                                                                                Votre optimiste est à relativisée à l’aune de notre espérance de vie.
                                                                                                 Dans se sentiment optimiste, il n’est pas pris en compte les petits paquets radioactifs disséminer sur toutes la surface de la terre, de cette pollution invisible, insidieuse, qui se retrouve dans toute la chaine alimentaire.

                                                                                                Vous oubliez dans votre exposer que sur 100% du déchet combustible Nucléaire, c’est en réalité 5% cent qui est réemployer et 95% vont aux rébus. Pour la France il est envoyer en Sibérie.
                                                                                                Il y a une estimation de 1998 de l’OCDE que la production annuelle du plutonium dans les combustibles irradiés était de 50 tommes en 1998, 1010 tonnes en 2000, 1520 tonnes en 2010.
                                                                                                Avec cela, votre optimise est d’une naïveté affligeante.

                                                                                                 . 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès