Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Stéphane Sanchez, animateur de la coordination nationales stop (...)

Stéphane Sanchez, animateur de la coordination nationales stop antennes-relais : « l’OMS définit les ondes électromagnétiques comme potentiellement cancérigènes »

Avec la coordination nationale stop antennes-relais dont il est l'animateur, Stéphane Sanchez se bat au quotidien contre les dangers liés aux ondes électromagnétiques. Soucieux de créer un mouvement unitaire et de faire pression sur opérateurs et parlementaires, il revient largement sur les problèmes de santé posés par la téléphonie mobile, les solutions à y apporter et l'avenir qu'il souhaite pour la coordination.

Maxence Peigné : Qu'est ce qu'une antenne relais ?

Stéphane Sanchez : Une antenne-relais est un émetteur-récepteur de signaux électromagnétiques utilisé pour la téléphonie mobile afin de faire le relais entre deux correspondants. Elles prennent souvent la forme de mâts et de pylônes sur le toit des immeubles.

MP : Qui décide de leur installation ?

SC : Le ministère de l'économie numérique, puisque depuis le 27 octobre 2011, le déploiement de la téléphonie mobile -qui était une compétence territoriale- a été recentralisé pour devenir une compétence ministérielle. Les riverains ne sont pas consultés et les maires n'ont plus leur mot à dire. Ils sont tout juste compétents pour autoriser les travaux de construction d'un petit muret entre deux parcelles, mais concernant l'installation d'un pylône de 13 mètres, on ne leur demande plus leur avis... C'est la démocratie qui est bafouée au profit des multinationales !

MP : Combien y a t-il de ces antennes aujourd'hui en France ?

SC : C'est un chiffre très compliqué à trouver. Le site de l'ANFR (Agence Nationale des Fréquences) qui est censé les recenser au niveau national est incomplet et imprécis. Il faut donc recouper ces informations avec celles des quatre opérateurs que sont Bouygues, Orange, Free et SFR, ce qui particulièrement fastidieux...

MP : Ces ondes électromagnétiques, émises notamment par les antennes-relais, en quoi sont-elles dangereuses ?

SC : Ce qu'il faut savoir, c'est que c'est l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), et pas les petits citoyens de base comme moi, qui les définie comme dangereuses. Le 31 mai 2011, elle a classé les ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile et des antennes relais comme potentiellement cancérigènes, dans la catégorie 2B, où l'on retrouve le plomb ou l'essence. Et il est intéressant de voir que l'assureur Lloyds a retiré toutes références à ces ondes de ses polices d'assurances. Mais la face immergée de l'iceberg, ce sont toutes ces personnes qui développent des syndromes d'hyperélectro-sensibilité qui, dans le moins pire des cas, donne lieu à des acouphènes, des maux de tête, des saignements de nez, des tremblements et des insomnies, mais dans le pire, des cancers du cerveaux ou des testicules. L'urgence pour les personnes atteintes, c'est de pouvoir mettre des « zones blanches », sans ondes, à leur disposition pour leur permettre de vivre dignement et en sécurité.

MP : Où trouve t-on ces ondes dans la vie de les jours ?

SC : Ce qui est intéressant, c'est que les antennes, en tant que pollution visuelle, mobilisent beaucoup, même si les ondes sont, par définition, inodores et invisibles. Ce mouvement de rejet nous permet d'ouvrir le sujet sur tous les domaines où l'on trouve des ondes et notamment les téléphones portables mais aussi nos logements, qui sont très exposés, puisque la wifi ou les ampoules basse-tension sont émettrices d'ondes électromagnétiques cancérigènes.

MP : Qu'est ce que le citoyen moyen peut faire pour éviter d'être trop exposé ?

SC : Nous ne pouvons que limiter l'impact des ondes. Il ne s'agit pas de rejeter la technologie mais de partir du principe que la technologie doit s'adapter à l'homme et non l'inverse. Puisque ni le gouvernement ni les opérateurs ne mènent de campagne de prévention sur ce sujet, le mieux que l'on puisse faire c'est de couper sa wifi le soir, ne pas garder son téléphone dans sa poche et à proximité de soi la nuit -notamment en l'utilisant comme réveil- ne pas téléphoner en voiture dont la carcasse fait effet ricochets, vérifier que la valeur DAS (Débit d’Absorption Spécifique) du portable soit la plus basse possible avant de l'acheter et se servir d'une oreillette pour téléphoner afin de le garder le plus éloigner possible son cerveau... Mais il faut également éviter l'utilisation du téléphone portable chez les personnes à risques comme les femmes enceintes, les enfants en pleine croissance ou les personnes âgées porteuses de pacemakers...

MP : Votre but, c'est de limiter la prolifération des antennes-relais dans la téléphonie mobile, un secteur très important et en plein essor. Comment peut-on continuer à téléphoner et suivre la demande avec moins d'installations ?

SC : C'est très simple, dans l'immédiat, les zones urbaines et péri-urbaines, où il y a une très grande concentration d'antennes, il n'y a pas besoin de nouvelles installations. Les opérateurs peuvent très bien se regrouper et mettre en place un maillage plus fin des différentes antennes pour éviter que les ondes s'entre-croisent. Mais le plus important c'est de développer les technologies de demain. Nous savons que la science évolue à grande vitesse et dans le futur, tout passera par la fibre optique et le câble. Donc l'idéal c'est le développement du filaire -à la fois en zone urbaine et rurale- et de plus petites antennes, que l'on appelle antennes picots. Bien sûr, comme cela coûte plus cher en terme d'installations, de zones d'implantation et d'entretien, les opérateurs ne mettent pas la main à la poche... D'autant plus qu'ils ont un décret d'application signé en 2002, par Lionel Jospin qui leur permet d'installer des antennes-relais à une puissance cent fois supérieur à ce que conseille aujourd'hui l'Europe (61 v/m contre 0.6V/m). Cent fois ! Ce qu'il faut c'est trouver un compromis entre le filaire, les antennes picots en extérieurs, pour les zones urbaines, et les grosses antennes dans les régions désertes pour couvrir tout le territoire.

MP : Quelles sont les perspectives que vous envisagez pour le futur de votre organisation ?

SC : Au delà de nos actions de terrain, nous avons un objectifs fondamental : créer un lobby unitaire contre les ondes électromagnétiques pour parler d'une seule voix, faire pression sur les opérateurs et pousser les parlementaire à légiférer. C'est au Sénat, le 25 mai dernier, que nous avons pris cette décision avec la plupart des organisations traitant le sujet. Nous nous retrouverons pour une table ronde début novembre et j'espère bien que le sujet sera rouvert à l'Assemblée avant la fin de l'année. La coordination avait d'ors et déjà été reçue le 14 décembre de l'année dernière par les députés à qui nous avions fourni une plate-forme de revendications pour une réglementation plus stricte. Dans un registre plus festif, nous organiserons à Bordeaux un concert de soutien avec les ramoneurs de menhir et Gric de Prat début 2013.

Propos recueillis par Maxence PEIGNÉ


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • ottomatic 5 juin 2012 12:33

    Sans doute le plus gros scandale de santé publique de tout les temps... Une expérience sur des milliards de gens...


    Remarquez la similitude du danger avéré des ondes type GSM/wifi et le traitement de l’amiante et du tabac : ce qui était su depuis des dizaines d’années a été enterré a coup d’étude bidon et de scientifiques achetés.

    • moorea34 6 juin 2012 09:32

      A propos de l’étude interphone : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1857

      Par ailleurs, jamais une seule personne se présentant comme « électrohypersensible » n’a pu prouver cette « capacité » à percevoir un champ magnétique. Jamais.
      TOUS les essais en double aveugle ont démontré (sans AUCUNE exception) l’incapacité de ces personnes à « détecter » un champ magnétique.

      Cela a permis d’écarter tout lien de cause à effet entre les champs magnétiques et le ressenti de ces personnes (syndrome d’hyperélectrosensibilité) qui, lui, est bien réel et handicapant.
      Malheureusement en cherchant dans la mauvaise direction, on fait tout sauf aider des personnes qui souffrent réellement.
       
      Pour des infos scientifiques : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?mot201


      • moorea34 6 juin 2012 09:42

        Un autre exemple dénoncé d’amalgames foireux et ascientifiques (pour ne pas dire malhonnêtes lorsque sont détournées les VRAIES conclusions de l’OMS) : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1866


      • moorea34 6 juin 2012 09:52

        Cette étude médicale, par contre, a mis en évidence l’effet nocebo engendré par tous les marchands de peur et les charlatans qui se sont emparés de l’affaire (la vente de toutes sortes de produitrs miracles censés protéger les électrohypersensibles est devenue une vraie industrie)  : 
         http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=rubin%20GJ%202010%20hypersensitivity


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 6 juin 2012 12:45

        Allez moorea34, soit courageux, installe-toi une année dans un champ à 61 Vm et voyons ce que donne ta formule sanguine.
        Si elle change pas c’est que tu n’es pas humain smiley


        • moorea34 6 juin 2012 13:12

          Aucun risque : j’ai mon bracelet révolutionnaire !! Enjoy...
          http://www.youtube.com/watch?v=kWeukCEqos4

          Bientôt des bracelets surpuissants vont même réparer le chromosome de l’intelligence défaillant.
           


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 juin 2012 11:50

          Cool, je sais quoi offrir aux réopenistes pour le prochain 11 septembre ! (^^)


        • ondine67 ondine67 6 juin 2012 20:00

          Pourquoi de tels commentaires concernant cet article ? L’auteur n’a fait que retranscrire une interview d’une personne qui ne se contente pas de donner son opinion, mais cite également un certain nombre de faits (classement OMS...).
          http://www.ondes-protection.fr


          • moorea34 6 juin 2012 22:01

            Ah bon, pour vous l’OMS est donc la référence ?

            Voici donc ce que recommande l’OMS :
            « le traitement des individus touchés doit se concentrer sur les symptômes sanitaires et sur le tableau clinique et non sur le ressenti de la personne quant à la nécessité de réduire ou d’éliminer les champs électromagnétiques à son poste de travail ou à son domicile ».

            ou encore

            « il n’existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire, ni base scientifique permettant de relier les symptômes de la HSEM [électro-hypersensibilité] à une exposition aux CEM [champs électromagnétiques] ».

            Le même communiqué de l’OMS, s’adressant aux gouvernements, demande que «  [soient fournies] aux individus se plaignant d’une HSEM, aux professionnels de la santé et aux employeurs des informations bien ciblées et pesées sur les dangers sanitaires potentiels des CEM. Ces informations doivent inclure une déclaration claire spécifiant qu’il n’existe actuellement aucune base scientifique permettant d’établir une relation entre HSEM et exposition aux CEM. »

            http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs296/fr/index.html





          • moorea34 6 juin 2012 22:06

            Les faits justement, lorsqu’on ne les présente pas de façon partielle (pour ne pas dire malhonnête), c’est que l’OMS a écarté à ce jour tout lien de cause à effet entre champ magnétique et et le syndrome d’électrohypersensibilité.

            http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1866

            Et ceci est un fait scientifique.


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 juin 2012 11:52

            De toute façon, les antennes relais commencent à passer de mode. De plus en plus de riverains se plaignent de ces symptômes mais accusent désormais les infrasons générés par les éoliennes.

            C’est fou cette capacité à accuser toute nouvelle technologie de causer systématiquement ce genre de troubles.


          • Ranjo 8 juin 2012 17:55

            l"AFIS n’a aucune crédibilité dans le domaine des effets des ondes électromagnétiques cette organisation  s’est ridiculisée en contribuant a réecrire la science pour aiderles industriels a polluer par exemple en dissimulant les effets des ondes sur les dispositifs médicaux (tromperie ou incompétance) , il suffit de lire qui est sa caution scientifique depuis l’automne 2009 pour comprendre dans quel plan de communication elle intervient : André Aurengo ex conseiller de Bouygues principal auteur des documents révisionistes  publiés par l’academie de médecine en 2009 falsifiant la réalité scientifique en dissimulant des effets des ondes et moyens de s’en protéger (tromperie) , inventant de toute piece des  principes scientifique imaginaires niant l’existance de la radio en modulation d’amplitude et colportant des ragots .(comme : les antenne relais n’emettent pas d’ETBF contrairement aux portables allégation grotesque qui est le comble de l’Anerie démontrant l’imposture scientiique de manière éclatante)

            http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-antennes-relais-cimetiere-de-88812

            Aucun membre de l’AFIS n’a été capable de lire la documentation d’un simple thermometre électronique qui ridiculise les thèses charlatanesque et obscurantiste qu’elle defend pretendant que le seul risque connu est thermique, ce qui donne un idée du niveau scientifique de ses publications de propagande.
             
            Le jour ou l’afis cessera de se faire ridiculiser par la lecture de la doc d’un  dispositif médical ou de la norme IEC60601-1-2 elle pourra commencer a exister scientifiquement elle se comporte actuellement exactement comme les charlatans qu’elle voit partout sauf dans ses rangs


          • Eh ben ça promet... 12 juin 2012 07:55

            Que de victimes de la marchandisation de la peur ?

            1. soyons honnête quelques secondes : le seul risque avéré aujourd’hui est de téléphoner au volant. Le reste tient de la PEUR, ou du FANTASME MILITANT.

            2. Ce n’est pas un peu simple de considérer que les gentils sont les associations et leurs amis et que les autres sont tous des assassins irresponsables et uniquement motivés par des considérations mercantiles (opérateurs, institutionnels, agences officielles de santé, chercheurs,…).Quelle vision simpliste et réconfortante. Même Mickey a l’esprit plus critique.

            2. Si le gouvernement ne légifère pas une bonne fois pour toute, c’est qu’un consensus scientifique international et national (OMS, AFFSET Ministère de la Santé, Académies de Médecine des sciences et des Technologies) a mis hors de cause les antennes relais et affirmé leur innocuité. Pour le téléphone mobile il est nécessaire de prendre plus de recul et d’adopter des règles de bonne conduite (oreillette, couverture, exposition, utilisation). Le problème concernant le mobile est que objectivement il est demandé aux citoyens : 1. un effort de discernement dans la jungle de la désinformation 2. de changer leur comportement vis-à-vis du mobile (oreilette, …). C’est sur que porter le blâme sur les méchants capitalistes meurtriers est plus rassurant pour la majorité bien pensante.

            3. J’ai remarqué dans cet article qu’on laisse la porte grande ouverte aux marchands de peur).C’est regrettable et indigne d’un média citoyen qui se veut clairvoyant.

            5. Il n’y a pas de raison scientifique de distinguer les ondes radio émies par les pylônes de radiodiffusion / télédiffusion (présentes sur le territoire depuis une CINQUANTAINE D’ANNEES) des antennes relais de téléphonie mobile. D’ailleurs les fréquences utilisées pour la TV analogique ( notre bonne vieille TV hertzienne) a été réaffecté pour la technologie….4G.

            5. Les autres responsables de cette stigmatisation polémique infondée sont les politiques couards et les médias enfin, toujours friands de sujets racoleurs et vendeurs, et dont les investigations s’arrêtent malheureusement souvent aux premiers lanceurs d’alerte aveuglés par leurs combats politiques.


            • Ranjo 12 juin 2012 19:51

              @ et be ca promet ...le fantasme est de croire que scientifique = honnête , scientifique falsificateur c’est malheureusement aussi une réalité surtout en matière de risques.

              Scientifique =comme les politiques ou comme le reste de la population plus ou moins magouilleur et prêt a  aider les amis .
               
              L’amiante, le médiator etc ça vous parle ? les lobbies noyautant les institutions c’est de la science fiction ou une spécialité francaise ?

              Les documents (sic) publiés par l’académie de médecine en 2009 auquel ont participé deux ex conseillers de Bouygues par une extraordinaire coïncidence  sont truffés de mensonges et de ragots, il suffit de lire la documentation des outils de travail des médecins ayant participé a cette mascarade destiné a faire pression sur la justice pour prouver la falsification de la réalité scientifique par l’academie de médecine.

              selon les academies  : il n’y a pas de risque connu autre que thermique une limite de 41V/ a 61V/m suffit a proteger la population est un mensoge grossier puisque 


              selon la doc d’un outils de travail quotidiens des médecins ayant écrit ces torchons( tensiometre ou thermometre etc. aussi utilises par les gens chez eux .)

              immunité : 3V/m de 80 MHz à 2,5 GHz

              « La force des champs d’émetteurs RF fixes, telle que déterminée par une étude électromagnétique du site,a devrait être en dessous du niveau de conformité dans chaque gamme de fréquence »

              source du risques : « Les forces des champs d’émetteurs fixes tels que les postes de base pour

              téléphones radio (cellulaire / sans fils) »

              allez dans votre armoire a pharmacie, lisez la doc du thermomètre électronique qui sert a mesurer la température de vos enfants , si vous avez une piscine et un détecteur de chute électronique lisez sa doc (si vous savez lire ça vous instruira)

               Les experts à qui vous accordez votre confiance ne savent  pas lire et compter peut on leur faire confiance pour nous dire l’état de la science, se documentent-t- ils dans le marc de café ou les cartes du tarot puisque incapable de trouver ce qui est écrit dans leur outils de travail quotidien.
              A moins que comme l’académie de médecine vous considériez que 61 V/m est plus petit que 3V/m , vous appellez cela de la science ? moi du charlatanime ou un acte de faussaire.
               
              Les inégalités c’est au programme de 5° (pour comparer 3 et 61) La lecture (pour lire la doc de ses outils de travail) c’est niveau cours préparatoire.

              CQFD le niveau scientifique des documents de l’académe de médecine c’est dernière année de maternelle ou 6° du collège.

              Vous considérez que les gens qui se prétent a ces clowneries peuvent encore être qualifiés de scientifiques ? comme ceux qui ont trompés les gens avec le médiator en noyautants les institutions, ils devront se justifier d’avoir menti un jour ou l’autre et auront probablement du sang sur les mains .


            • Eh ben ça promet... 22 août 2012 15:57

              Je vois que monsieur est connaisseur. Et se classe directement du coté des gentils experts.

              On se demande bien comment ces académies (car nous parlons bien de trois académies : Médecine, Sciences et Technologies) osent prendre la parole. Qu’on leur coupe la tête !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Max P.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès