Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Toujours plus vite

Toujours plus vite

La Loire, sauvagement !

Oh, qu’elle est belle notre Loire ! C’est le dernier fleuve sauvage, la nature préservée et l’histoire magnifiée. On se plaît à rappeler les auteurs, les poètes qui l’ont chantée au fil des siècles. On la photographie, on l’admire, on lui fait la cour. Elle est la grande vedette des initiatives touristiques, elle est parcourue en kayak ou bien longée à bicyclette . Elle est l’écrin magnifique de la douceur de vivre …

Puis soudain, surgissent des fous furieux, des contemplatifs du compteur de vitesse. Ils fendent les flots sur des machines infernales qui sont déjà venues briser la tranquillité des côtes françaises. Ils sont les chantres de la modernité, les princes du décibel et de la vitesse. Ils sont fiers sur les engins motorisés : ils démontrent leur réussite sociale, ils attestent de leur jeunesse vivifiante.

Ils font des vagues et menacent l’équilibre naturel, ils dérangent la fraie, abîment les berges, perturbent les pêcheurs, traumatisent les oiseaux, indisposent les promeneurs, brisent nos oreilles mais ils sont puissants, riches, consommateurs avisés. En dépit des interdictions, nos responsables, si peu soucieux d’écologie au fond d’eux-mêmes, ferment les yeux, se bouchent les oreilles et détournent la tête. Ils faut avouer qu’ils auraient bien envie de faire comme ces fous furieux du guidon aquatique.

Le petit plaisir de quelques-uns est désormais prioritaire sur l’intérêt général, la préservation de l’espace et du bien commun. Il faut avouer qu’ils font vivre le commerce et que c’est bien la seule chose qui compte dans cette société sans véritable ligne de conduite. On le voit quand on croise des quads sur nos routes : ces engins qui devraient se contenter de porter assistance à ceux qui font métier de travailler en pleine nature, en rase campagne …

On permet tout et n’importe quoi au nom du commerce. On laisse des engins motorisés sur notre Loire, on dégrade son image et sa biodiversité pour faire une petite place aux intrépides décervelés. On les laisse dépasser les vitesses autorisées, violer les interdictions, faire grand vacarme dans le mépris de tous. Ils sont les éclaireurs de la modernité méprisante. La planète est leur terrain de jeu. Ils ont envahi les montagnes, les océans, les forêts, ils souillent, dégradent, détruisent pour leur seul plaisir, la griserie de la vitesse et des sensations fortes.

Pauvres malades, pauvres vaniteux qui estiment que rien ne peut entraver leurs caprices, leur volonté d’affirmer leur puissance, leur désir de briller devant quelques midinettes admiratives ! Car, la plupart du temps, ces chauffards des flots sont des mâles en quête de compensation. Ils se mettent entre les jambes ce qui doit leur faire défaut par ailleurs. Le gros cube en guise de substitution phallique, la Loire pour décor à leur complexe déplorable.

Fort heureusement, les bancs de sable veillent et, à la moindre maladresse, le bel engin va manger la poussière siliceuse. La panne et l’incident sont au rendez-vous de leur folle cavalcade. Puisque la loi se refuse à mettre à terre ces guignols désespérants, la rivière se chargera de les désarçonner. Il suffit d’un peu de patience, la culbute est prochaine !

J’enrage qu’il faille ainsi protester de ce qui ne devrait pas exister. Il y a des lois, il y a des règles mais jamais elles ne s’appliquent spontanément. La grande faiblesse de notre société est de considérer qu’une règle est faite pour être détournée. L’effet désastreux de ce principe se mesure aisément. Plus personne ne respecte rien. Chacun se plaît à s’offrir sa petite entorse à la règle.

Pour nos cinglés du jet-ski ou en hors-bord, ce n’est pas une entorse, c’est une fracture ligérienne, une insulte à tous ceux qui aiment cette rivière magnifique, qui la respectent, qui la chantent, la peignent, la photographient, la parcourent, la vénèrent. Ceux-là, n’ont aucune sensibilité, ils sont les chevaliers d’une société barbare, ils méprisent la nature, ignorent les lois, crachent sur les contemplatifs et les rétrogrades. Ils filent, ils vrombissent, ils sont la modernité inhumaine.

Colèriquement leur.

 

13530435_1777503582483741_845231927_n.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • mmbbb 6 juillet 11:24

    vous êtes naif Nabum c’est le « moi je » qui prime . L e respect ? Voyez dans ce média comme les personnes se respectent ! surtout les personnes qui s’avouent de gauche les pires alors dans la vie courante c’est pareil. C’est la meme chose partout Pres du Rhone parc urbain naturel amenagé, passez apres les barbecue le soir des depotoirs Des beaufs Personne n’en a plus rien a cirer . La seule menace comme en montagne si ce type de comportement avait lieu dans un parc national moto par exemple, est l’amende ce serait 1000 € Mentalite de con. 


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 juillet 11:56

      @mmbbb

      Je le sais mais je me refuse à l’accepter

      Comme mon MOI domine lui aussi , j’exprime ma différence


    • juluch juluch 6 juillet 12:01

      C’est au pouvoir public d’y mettre un terme ou d’aménager des zones exprès comme pour les motos.


      sur les cotes c’est très réglementé les scooter des mers.

      je pense que ça doit l’être également en milieu de rivière et de fleuves....c’est sur.

      celui qui fera la culbute.....au moins ça fera rire. c’est comme celui qui fait de la roue arrière et qui se casse la gueule comme un couillon !

      A bientôt babum.

      • C'est Nabum C’est Nabum 6 juillet 14:26

        @juluch

        Les pouvoirs publics aiment décréter des interdits, ne font rien ensuite pour les faire respecter et de temps en temps sévissent de manière aveugle et aléatoire
        Je ne compte pas sur eux pour faire appliquer la loi


      • Kelimp 6 juillet 19:01

        Mais vers où se passent ces excès ?
        Personne pour déposer plainte ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès