Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Comment le dogme du libre marché à tout prix va tuer notre agriculture

Comment le dogme du libre marché à tout prix va tuer notre agriculture

Alors que les statistiques font état de deux agriculteurs qui se suicident par jour en France, l'Union Européenne ne trouve rien de mieux que de signer des accords de libre échange qui risquent de livrer nos agriculteurs à un concurrence toujours plus féroce.

L’Europe veut signer un accord de libre échange et c'est maintenant avec le Mercosur qui regroupe aujourd’hui le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay et le Venezuela, plus de 240 millions d’habitants, soit 70 % de la population de l’Amérique du Sud, pour un PIB équivalent à celui de L’Allemagne (3 000 Milliards d’euros) qui a une population de 81 Millions d’habitants…

Une concurrence déjà en vigueur avec de nombreux autres pays :

Je ne comprends pas ce qui pousse l’Europe à vouloir signer des accords de libre-échanges avec le monde entier ! L’accord avec le Maroc concernant les produits agricoles vient d’être signé malgré le fait qu’on sache pertinemment que cela n’aidera ni les agriculteurs Marocains, ni les agriculteurs Français. 

(Voir précédent article : https://www.facebook.com/photo.php ?fbid=500108040051819&set=a.493212604074696.116946.493158890746734&type=1&theater)

Alors que nos agriculteurs étaient déjà mis en concurrence avec ceux de l’Union Européenne, avec ceux du Maroc, avec ceux du Pérou et de Colombie (qui rentrent en vigueur au 1er mars 2013)… 

Jusqu’où l’Europe va-t-elle aller dans sa frénésie du libre marché sur les produits agricole et autres, alors que je rappelle les statistiques font état d’une moyenne de deux agriculteurs par jours qui se suicident en France… Quoi qu’il en soit, l’accord risque de voir le jour très vite.

(Lien : http://www.romandie.com/news/n/_Les_presidents_du_Bresil_et_de_l_Europe_appellent_a_conclure_l_accord_UE_Mercosur85240120132208.asp ?)

Des rapports accablants pour l'avenir de notre agriculture :

Comme avec le Maroc, la Commission a demandé un rapport pour évaluer les risques d’une tel accord, et comme avec le Maroc le rapport est alarmant, je vous livre ici quelques phrases relevées :

« Il a montré que jusqu'à 33.000 emplois pourraient être perdus agricoles en Europe si le projet UE-Mercosur opération était approuvée. »

« L'impact global d'un possible accord UE-Mercosur de libre-échange dans le secteur agricole de l'UE est négatif, mais l'intensité des effets varie considérablement selon les produits agricoles [et] les régions », 

En 2020, la production bovine de l'UE diminuerait de plus de 150.000 tonnes par an, avec des prix à la production pour la viande en baisse de près de 8%, selon l'étude.
L'Irlande verrait ses revenus agricoles annuels chuter de plus de 4% en 2020, en raison de la part importante de la production de viande bovine dans la production agricole globale, tandis que le revenu agricole en Grande-Bretagne et en France baisserait de 3% et 2% respectivement, selon l'étude.

(Lien des commentaires sur l’étude : http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/ue-un-accord-avec-le-mercosur-aurait-un-impact-negatif-sur-l-agriculture-europeenne-etude-42158.html)

Un problème de concurrence, mais également sanitaire :

Je rappelle que du point de vue sanitaire ces pays produisent des OGM, de la Viande clonée pour la consommation des ménages et que l’Union Européenne a autorisé ces pratiques, mais elles restent marginales sur notre continent contrairement à l’Amérique Latine. 

Un accord de libre-échange voudra donc dire plus d’OGM et plus de viande clonée dans nos assiettes, moins de travail pour nos agriculteurs, et l’exploitation des travailleurs latino-américains soumis à une pression de l’industrie agro-alimentaire afin d’espérer s’ouvrir au marché européen.

Donc voici (encore une fois un accord) qui va dans le sens contraire d’une logique visant à protéger les citoyens européens et à aider les citoyens latino-américains dans un processus d’accords raisonnés qui aiderait au développement commun des deux régions. 

L'industrie agro-alimentaire, grande gagnante de l'éventuel accord :

L’Europe n’a pas fait ce choix, elle a préféré comme bien souvent un accord de libre échange qui ne contentera que les gros industriels pour vous donner un idée avant de me faire traiter par l'insulte à la mode "popouliste" une citation de Ed Loyd, un porte-parole de Chiquita avait déclaré au Wall Street Journal : 

« à chaque baisse de 10 euros des droits de douanes européens (par tonne de banane) la multinationale pourrait empocher pas moins de 12 millions de dollars par an…. ». Je ne suis pas sure que cet argent reviendra aux producteurs locaux, ou bénéficiera aux consommateurs européens…

(Lien : http://online.wsj.com/article/SB126089161812692163.html ?KEYWORDS=Chiquita+EUROPEAN)

L'Union Européenne ou le dogme du libre marché à tout prix :

Pour conclure, nous avons encore un accord de libre échange en préparation qui ne tient pas compte des différentes mises en garde des syndicats d’agriculteurs,ni de l'avis des consommateurs européens (79% refusaient de manger de la viande clonée.)

(Voir mon article : https://www.facebook.com/photo.php ?fbid=494946917234598&set=a.493212604074696.116946.493158890746734&type=1&theater).

Je ne le répéterais jamais assez, comment peut-on avoir foi dans une institution :

-Qui s’est construite sur un vol démocratique (référendum de 2005), 
-Qui ne respecte pas l’avis de ses citoyens (voir les différents sondages sur les OGM, la viande clonée, l’ouverture au libre échange..)
-Qui ne tient pas compte des rapports alarmistes qu’elle-même a demandés.

Une explication réside peut-être dans cette citation de Monsieur Pascal Lamy, ancien commissaire européen de 1999-2004 et directeur de l’OMC actuellement : « Il n’y a pas de raison de financer actuellement l’agriculture. Les Européens doivent apprendre à acheter leur vin en Australie ou en Californie, leur viande en Argentine ou au Mexique leur blé en Ukraine ou aux Etats Unis » et c’était en Aout 2003… 

Voila qui en dit long quand au pouvoir que le peuple pourrait avoir sur des orientations préparées de très longues date…

(Lien : https://www.facebook.com/photo.php ?fbid=579638595381433&set=a.579638495381443.1073741825.500114793333814&type=1&theater)

J’espère qu’un jour le peuple aura le droit de poser ces questions à nos représentants politiques, en attendant, si vous pensez que ça en vaut la peine, merci de partager cet article !


Moyenne des avis sur cet article :  4.85/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Montagnais Montagnais 16 mars 2013 13:03

     On est tous d’accord avec votre analyse, tous ..


    Mais vous dites en fin de parcours : « J’espère qu’un jour le peuple aura le droit de poser ces questions à nos représentants politiquse ... »


    1) Le peuple existe pas, plus, c’est là que ceux qui pense qu’il faut - et qu’on peut - faire quelque chose entrent en Utopie, se mettent bras dans l’oeil


    2) Le « peuple », même s’il existait, n’en a rien, mais rien à br..er, rien à fout.. .. Proprole, y veut du Spectron, du Labiche, pâturer gras, faire vroum-vroum et les congés payés, la distraction .. Il est complice avec le modèle du NOM, l’industrie de l’amusement public.


    3) Un député ? un représentant politique ? on lui en parlerait ? on voterait ? regardez le traité de commerce européen .. retoqué grave par le « peuple », passé par la caste politique en loose day..

    Vous analysez juste, mais vous égarez sur l’action, vous méprenez ..

    Hessel aurait du gueuler « Réveillez-les » !

    • Croa Croa 17 mars 2013 11:09

      Comme nous sommes, parait-il, en « démocratie » il se trouve que nous pouvons déjà poser toutes les questions que nous voulons et même manifester dans la rue.

      Toutefois, ainsi que le disait Coluche, « la démocratie c’est ’’Chante beau merle’’ ». Hessel, de son coté propose l’indignation, autre chose qui ne mange pas de pain ! 


    • tesla_droid84 18 mars 2013 14:09

      Andy et Larry Wachowsky résume bien l’idée :
      La Matrice est un système Néo. Ce système est notre ennemi.
      Quand on est à l’intérieur, que voit-on : des hommes d’affaires, des enseignants, des avocats, des charpentiers. Les nombreux esprits que nous essayons de sauver.
      Mais en attendant, ces gens font partie de ce système, et ce qui fait d’eux nos ennemis.

      Ce que tu dois comprendre, c’est que la plupart ne sont pas prêt à se laisser débrancher. Beaucoup d’entre eux sont tellement inconscients et dépendants du système qu’ils se battraient pour le protéger.


    • fcpgismo fcpgismo 16 mars 2013 14:36

      Ce n’ est pas l’ Europe mais le capitalisme mondial et local qui anéanti l’ agriculture paysanne pour supprimer toute autonomie des territoires et des Hommes.Cette action est volontaire elle vise a détruire toute action qui rend un Homme autonome vis à vis du marché mondial.C’ est une mise à mort qui date de plus de 50 ans.D’ autant plus que la France comme la majorité des pays d’ Europe n’ est et n’ a jamais été une Démocratie, seulement des monarchies et des Républiques oligarchiques Ploutocrate.Avec celà la papauté qui parasite l’ Humanité depuis plus de 2000 ans. 


      • taktak 16 mars 2013 22:52

        Si c’est bien l’Europe. Cela n’a rien de contradictoire avec votre propos. Il suffit de constater que l’UE est fondamentalement capitaliste. Sa raison d’être est d’imposer, y compris contre la volonté des peuples lorsqu’il le faut, les dogmes du capitalisme.
        C’est pourquoi vouloir lutter contre le capitalisme, demande d’être conséquent et de lutter pour sortir de l’UE et pour la souveraineté de la nation c’est à dire du peuple. C’est à cette condition que l’on peut envisager de changer la société. Plus concrétement sortir de l’UE est indispensable pour envisager une révolution.

        https://www.facebook.com/SortonsDeLunionEuropeenneParLaGauche
        http://www.initiative-communiste.fr


      • alinea Alinea 16 mars 2013 15:19

        S’il existe encore quelques agriculteurs qui n’ont pas envie de se suicider, qu’ils envoient paître la grande distribution, l’Europe et ses faux nez ; qu’ils reviennent à une polyculture, de proximité ; tous ceux qui l’ont fait, en bio, pour quitter cet enfer, vivent mieux, à tous les sens du terme !
        Si on attend le bonheur par les politiques liés pieds et poings avec l’agro alimentaire et la grande distribution, oui, alors, il vaut mieux se suicider !


          • Ricquet Ricquet 16 mars 2013 16:15

            « J’espère qu’un jour le peuple aura le droit de poser ces questions à nos représentants politiques, en attendant, si vous pensez que ça en vaut la peine, merci de partager cet article ! »

            3 citations pour induire une réponse :

            • Un bulletin de vote est plus fort qu’une balle de fusil. (Lincoln)
            • Ce qui compte, ce n’est pas qui vote, mais qui compte les votes.(Staline)
            • Le Sénat est une assemblée d’hommes à idées fixes, heureusement corrigée par une abondante mortalité.(Herriot)

            La solution se profile t-elle ? 

            Je crois qu’il ne faut rien attendre d’eux, ceux sont des moutons aux ordres (probablement mis en avant par les médias et les instances pour leur conformisme). 

            Par contre, tu peux faire la tournée des villages ou prendre ton estafette pour dire ton indignation... (Tel que Beppe Grillo en Italie...)

            Si chacun agit ainsi localement...


            • Robert GIL ROBERT GIL 16 mars 2013 16:30

              Les paysans sont obligés de vivre d’aides et de subventions payées par nos impôts. Et lorsque nous nous rendons aux supermarchés, nous repayons une deuxième fois les produits issus de l’agriculture et de l’élevage. Le système est implacable, il exploite honteusement ceux qui produisent, et vident les poches de ceux qui consomment. Il faut en finir avec la libéralisation agricole et le pillage par les grands groupes capitalistes de l’agroalimentaire et de la grande distribution qui appauvrissent et précarisent les éleveurs, les agriculteurs et les consommateurs...

              voir : LE PROBLEME EST DANS LE PRE


              • Login Login 16 mars 2013 19:59
                La solution : Passez au AMAP de deuxieme generation.
                 Développement de circuits de distribution basé sur des infrastructure P2P intégrant l’agriculteur, des transporteurs individuels, les acheteurs, proposition aux PME de 1er transformation d’entrer dans l’écosystème, mise en place d’une plateforme 100% open source pour gérer la demande et l’offre par client, par producteur, gestion dynamique des prix en intégrant la chaîne de bout et bout, et partage sur la VA global, Plateforme de fixation des prix en ligne, éducation...................

                Et en plus, cela est parfaitement réalisable.......

                • yvesduc 17 mars 2013 10:56
                  L’historienne Marion Sigaut suggère que trois grosses crises alimentaires, dues non pas à de mauvaises récoltes mais à trois tentatives d’introduire le libéralisme au cours des 15 ans qui ont précédé la Révolution Française, a (largement) contribué à ladite Révolution. Libéralisé, le marché a profité aux spéculateurs et les stocks se sont accumulés dans l’espoir de profits futurs, tandis que les prix grimpaient et devenaient hors d’atteinte d’une partie la population.

                  Comme dans les pays en voie de développement aujourd’hui, le libéralisme appliqué à l’agriculture pénalise les peuples dans leur ensemble mais aussi, paradoxalement, les paysans traditionnels, dont la production n’est plus compétitive et qui rejoignent les rangs des chômeurs et les bidonvilles. Dans les pays industrialisés, le même documentaire explique comment la mise en concurrence mondiale met en danger également les agriculteurs des pays du nord, les prix étant tirés vers le bas par les pays à bas coût.

                  L’association altermondialiste ATTAC a, depuis longtemps, décrit les effets du libéralisme : course au moins disant social, casse sociale, délocalisation et nivellement par le bas. C’est exactement ce que nous observons. La solution passe par une prise de conscience de cette « religion » dangereuse et criminelle qu’est le libéralisme, criminelle en particulier en matière alimentaire.

                  • Croa Croa 17 mars 2013 11:36

                    Le libéralisme ne profite pas qu’à la grande distribution mais aussi aux banques parce que la mise en concurrence effrénée force au sur-investissement de ceux qui croient encore possible de s’en sortir et le sur-investissement, ça passe forcément par l’endettement et là se trouve l’embuscade de la banque !  smiley


                    • RICAURET 17 mars 2013 22:53

                      il y a quelques jours notre président disait qu il était vainqueur des transactions avec les partenaires européen il avait un enfant dans le dos le voila et il a lâché 30% de aides aux ONG en Europe 

                      nous devenons pour eux qu une variable d ajustement en U N mot

                       des ESCLAVES 


                      • Denzo75018 18 mars 2013 07:00

                        Les Professionnels proposent, les Consommateurs disposent !

                        Malheureusement on savait les Français être des « Veaux » en Politique mais même en matière de consommation ils sont aussi des « Veaux » et n’exercent pas leur Pouvoir de plébisciter les choix proposés en privilégiant d’acheter tel ou tel produit !

                        Encore une fois, ils attendent que le Gouverement décide et organise pour eux ......


                        • bo bo 18 mars 2013 16:00

                          Libre échange = culte du Dieu unique ARGENT qui s’accompagne des apôtres qui sont misères du tiers monde, ruinent des travailleurs des pays dits « développés »...et plus largement de tous les habitants de la planète .......SAUF pour les « happy few » .....les dirigeants des conglomérats néocapitalistes, des multinationales, des marchands de canons et autres .....et leurs complices les élus qui nous représentent si mal.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès