Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Dieu est-il encore espagnol ?

Dieu est-il encore espagnol ?

____On a décrit l' Espagne comme étant en déshérence économique et sociale. Une sorte d'économie de guerre. Les financiers et les élites politiques associés ont laissé le béton couler à tout va et vendre sans garantie des appartements comme des petits pains, avec la bénédiction des banques.

Dans le pays d' Isabelle la Catholique, la rigueur devient un jeu de massacre. Faut-il autant payer pour ses péchés, l'ivresse du crédit facile, que Bruxelles bénissait ?
Une politique suicidaire.
 
__Rajoy, partenaire docile de Bruxelles, appelle cela réforme !
L'Europe va encore une fois renflouer les banques, au frais du contribuable et céder encore plus au privé, même dans le domaine de la santé. Une épargne partie en fumée...
La chimiothérapie liberale fait des ravages.
 
Comment rebondir dans de telles circonstances, en état de choc, transformer l'abattement, l'effroi en énergie positive ?
 
 _______Beaucoup se demandent quel avenir attend leurs enfants :
 
"... Le sauvetage de l’Espagne, 4e économie de zone euro, n’est pas près de finir car les banques sont des gouffres sans fin, et les finances publiques, plombées par les plans d’austérité, n’ont aucune chance de revenir à un niveau acceptable dans les années à venir. Et pour cause, certains estiment que ledit sauvetage devrait couter au moins 300 milliards pour être vaguement efficace. L’équation est simple : pour que l’Etat finance les banques, on demande aux citoyens « faire des sacrifices ». Le même refrain que Balladur dans les années 90…
 
Et comme la Grèce, l’Espagne est entrée dans le cercle vicieux des économies à la petite semaine imposées par l’Europe, le FMI et les banques : pour rétablir un vague équilibre budgétaire, le gouvernement a coupé sec dans les dépenses publiques (donc baisse des allocations, du chômage etc.) tout en augmentant les impôts qui pèsent sur la classe moyenne. Du coup, la récession est inévitable, et plus le PIB baisse, plus les comptes du pays sont dans le rouge. Et plus l’Europe, le FMI et les banques demandent que le pays se serre la ceinture
 
En cette fin du mois de juillet, il est donc question que la BCE rachète la dette espagnole puisque les spéculateurs n’en veulent plus tant elle est risquée. D’ailleurs, on sait déjà que le pays ne pourra jamais tout rembourser, surtout avec des taux d’intérêt à 10 ans de 7,5%
 
En ce qui concerne l’Espagne, on peut parier que d’ici quelques semaines ou quelques mois, il faudra un plan d’envergure pour que le pays continue à emprunter pour filer l’argent à ses banques. Du coup, l’Europe va devoir trouver un moyen de faire passer ça devant les « Marchés », pour que l’euro passe ce cap. Jusqu’au prochain. Mais, déjà, on nous parle de créer une « structure de défaisance », c’est-à-dire une « bad bank », dans laquelle les banques mettraient tous leurs actifs pourris, avec garantie du gouvernement. L’Irlande avait fait pareil avec la NAMA, tandis qu’aux Etats Unis c’est la FED qui a servi de bad bank. 
 
De leur côté, les spéculateurs recommencent, comme ils l’ont fait avec la Grèce, à parier sur une banqueroute du pays, c’est-à-dire un non remboursement de la dette. Cela, en pariant à la baisse sur les titres de dette via les CDS (credit defaut swap, des sortes d’assurances contre un défaut de paiement de la dette du pays). Ceux-ci deviennent très prisés, et plus on en achète, moins la dette espagnole sera rentable (car trop risquée) et on s’achemine vers une défiance et un non remboursement..."
 

Documents joints à cet article

Dieu est-il encore espagnol ? Dieu est-il encore espagnol ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • flesh flesh 21 août 2012 18:00

    Effectivement, pobre pais.. Sans oublier les coups de matraque que les espagnols se prennent sur la gueule (comme le montre cette photo de femme ensanglantée) s’ils osent s’indigner trop bruyamment de cet état de fait. On n’ose d’ailleurs s’imaginer les cris d’orfraie de nos médiaputes envers Poutine si le dixième de la violence observées sur les manifestants occidentaux s’était déroulée à Moscou.


    • robert 21 août 2012 18:18

      Oui ceci dit, une amie revient de vacances de là bas, tout au « noir » comme elle dit, finalement elle a payé très cher et chaque touriste est attendu avec un fusil à lunette, c’est la chasse à l’americain, pays foutu comme d’autres mais bon on camoufle....


      • robert 21 août 2012 18:33

        superbe vue de villages ou villes en construction mais mais ... ya pas d’acheteurs ;; ;; que merde ! et pablo la croissance tu la redémarre ????, dans le cul les banques 100Milliards pourvu que cela n’arrive pas ici en france mais j’ai des doutes....


        • Antoine Diederick 21 août 2012 21:36

          Bonsoir Zen,

          Un petit passage amical.

          et alors ce vélo ? smiley


          • ZEN ZEN 21 août 2012 21:43

            Salut Antoine

            Ça roule...


            • alinea Alinea 22 août 2012 00:48

              Zen : lisez l’article de Luis Sepulveda dans Le monde Diplomatique d’août.
              Tout ça fait mal : on regarde, on a l’impression de comprendre le pourquoi du comment des choses , mais on n’a pas de solutions !
              Les espagnols, merde ! ne sont pas des mauviettes ! Ils vont bien finir par mettre un coup de pied dans cette fourmilière !
              Ils en ont fait d’autres, non ?


            • ZEN ZEN 22 août 2012 08:29

              Bonjour Alinea

              Oui, j’ai lu cet article (partiellement présenté ici)
              L’incurie, la corruption, la complicité des élites politiques et financières y sont bien analysées.
              Et dire que certains en France présentaient il y a peu l’Espagne comme un modèle de développement...


            • Fergus Fergus 21 août 2012 23:07

              Bonsoir, Zen.

              Eh oui, la situation espagnole ne cesse d’empirer, et celle de la zone euro également qui ne parvient pas à sortir de la spirale infernale. Il suffirait pourtant que la BCE se décide enfin à sauter le pas en prêtant directement aux états pour que tout le jeu de con des spéculateurs s’effondre. Et si Merkel cessait son blocage, contre son idéologie dévastatrice, mais dans l’espoir d’une réélection pour le moins aléatoire ? De toute manière, soit on viendra là, soit la zone euro explosera.


              • ZEN ZEN 22 août 2012 08:40

                Bonjour Fergus

                Ce jeu de con des spéculateurs asservit aussi les élites bruxelloises.
                Ça ne peut aller que plus mal, toute nouvelle orientation devenant de jour en jour plus problématique. Le tonneau des Danaïdes fonctionne encore...et toute agitation pour sortir du bourbier contribue à s’y enfoncer davantage
                Intéressant de voir Nicolas Baverez , décliniste de droite, exiger des mesures que Moscovici n’ose pas proposer.
                Soudaine lucidité dictée par la panique ?


              • Philippe MEONI Philippe MEONI 22 août 2012 00:39

                Je suis expatrié en Espagne depuis 2005, vis en concubinage avec une fonctionnaire espagnole et je vois couler le pays jour après jour...
                Les chiffres de la pauvreté ne cessent d’exploser à chaque nouvelle statistique, 2,3 millions d’enfants sous-alimentés, 1,7 millions de familles qui ne vivent qu’avec le « prepara » de 400 euros mensuels...
                Ça va empirer avec l’augmentation de la TVA au 1er septembre...
                Toute tentative de « résistance » est opprimée, même la plus désuète, telle elle de FACUA, association de défense de consommateurs, menacée par l’état de démantèlement si elle ne stoppe pas sa campagne de revendication, par vidéos interposées, contre les abus de la rigueur...
                Ça veut dire une remise en cause totale de la LIBERTÉ D’EXPRESSION...
                Cependant, même si une partie du peuple espagnol commence à souffrir, une très large majorité qui s’est fait les choux gras du fric européen depuis 25 ans, « les petits épargnants », ont encore trop à perdre pour ne pas appuyer la politique extrême droitiste de rajoy et ont tout intérêt à vouloir rester dans l’euro, quitte à sacrifier tout un pan du peu d’économie réelle qui pourrait subsister et tant pis pour les dommages collatéraux sur les crève la faim.
                Je les vois chaque jour, continuer à consommer comme des tarés, fringues dernier cri, voyages en avion, hôtels luxes et restaurants bondés, et les prix ne baissent que très peu, contre toute raison économique, sauf dans l’immobilier pour faciliter la purge de la dette privée vis à vis de l’empire banquier.
                Et dire que ça ne va pas si mal, tout de même, puisqu’on ne voit pas l’explosion de la délinquance de nécessité, vols, marché noir, contrebande, fraude, incontournables en pareil cas.
                Ne pleurez pas l’Espagne, je vous assure, il reste la cerveza, les fiestas et la siesta, le reste n’a pas l’air de trop émouvoir le bon peuple...


                • ZEN ZEN 22 août 2012 08:50

                  Bonjour Philippe

                  Merci pour votre témoignage
                  La question des libertés est préoccupante dans ce pays en état de choc
                  La très large majorité qui vit (encore ?) bien hyperconsomme sans doute par peur et par volonté d’oublier...
                  Tout va très bien
                  ...On connaît la chanson
                  J’ai un neveu, marié à une espagnole, qui travaille dans le tourisme, dans la région de Salamanque. C’est sans doute un secteur qui résiste encore bien, du moins pour l’instant et de manière saisonnière, le béton, l’autre mamelle du développement depuis Franco, s’étant effrité...


                  • ZEN ZEN 22 août 2012 09:06

                    L’austérité, pour que survivent les banques...
                    Les indignés de Madrid ont compris
                    Il manque des relais politiques pour concrétiser l’indignation...


                    • Philippe MEONI Philippe MEONI 22 août 2012 11:53

                      Ce qui a surtout plombé l’Espagne est d’avoir cru à son propre essor fulgurant sans se rappeler qu’il ne fut possible que grâce à son entrée dans l’union européenne à partir de 1986...
                      La grenouille qu voulait se faire plus grosse que le bœuf, sauf que les dirigeants Espagnols ne se sont jamais posé la question de la compatibilité culturelle avec le développement souhaité du pays...
                      Et effectivement, le « ladrillo » (immobilier) a été la plus grosse escroquerie, depuis 1996, sous l’impulsion d’Aznar, dont la bande de mafieux notoires se sont gavés avec la complicité des cajas de ahorro... La chaîne de corruption mise en place entre banques, promoteurs et politiques a permis le détournement de plus de 400 milliards d’euros à leur profit...
                      Le système a été dévoilé par la surfacturation de travaux publics d’infrastructures (autoroutes, aérports etc) tant inutiles que coûteux... Les plus fameux exemples qui commencent à faire réagir ici sont l’aéroport de Castellón, qui n’a jusque là vu qu’un seul avion : La sculture facturée 300.000 euros qui orne le parking et le pôle culturel de Madrid...
                      Et le fruit de la surfacturation était bien entendu partagé entre les gouvernants, les promoteurs (souvent des copains ou famille des gouvernants) et banques qui palpaient de surcroît les intérêts calqués sur un euribor trafiqué...
                      Mais, tant que les miettes revenaient au petit peuple, tout allait bien dans le meilleur des mondes et personne ne s’est jamais demandé comment rembourser les emprunts faits auprès de l’europe... Et finalement, la suite on la connaît, l’éclatement de la bulle subprimes aux USA suivie de celle d’Espagne, et voilà le boulot...


                    • ZEN ZEN 22 août 2012 09:53

                      Socialiste, Felipe Gonzalez ?
                      Est-ce de l’humour ?


                      • ZEN ZEN 22 août 2012 10:05

                        Les banques, comme Bankia, pour n’en citer qu’une, ont parfaitement compris le système, elles...


                        • goc goc 22 août 2012 15:12

                          et pour le père-noel, tu as des infos ???


                        • ZEN ZEN 22 août 2012 14:44

                          Aïe !
                          Que dolor, que pena !.. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès