Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > ELENA – un fichier national des « mauvais salariés »

ELENA – un fichier national des « mauvais salariés »

En 2008 le fichier nommé ELENA gagne le prix BigBrotherAward dans la catégorie politique pour l’enregistrement des salaires et ressources de tous les salariés en Allemagne. Une année plus tard on découvre encore d’autres « qualités » à ELENA : c’est aussi une base de données qui fiche tous les grévistes avec le temps de grève, la légitimité de la grève, mais aussi les salariés licenciés avec la raison du licenciement et d’autres informations sensibles. Le besoin de l’État que le citoyen soit transparent est symptomatique de nos jours.

Postface à la conférence pour l’attribution du BigBrotherAward 2008 dans la catégorie politique. Ce qui ressemble à un mauvais rêve, ou disons-le franchement, à un cauchemar, est la réalité : un fichier national qui recense le temps de grève de tous les salariés d’Allemagne, la légitimité ou non-légitimité d’une grève, les rappels à l’ordre à l’égard des employés, des temps de lock-out et, accrochez-vous, les raisons d’un licenciement (faute grave, refus de suivi d’ordre, inadaptation, incompétence etc.). C’est le fichier des « bons » et des « mauvais » salariés. Il est important de savoir (surtout pour un employeur) si un postulant a un jour dans sa vie participé à une grève estimée « non légitime ». Pas de ceux-là dans notre entreprise ! Théoriquement, l’entreprise n’a pas accès à ces données hautement confidentielles. Théoriquement. Et théoriquement, une démocratie digne de ce nom n’a pas besoin d’un tel fichier.
 
La justification de ce beau fichier est (non, cette fois-ci ce n’est ni le terrorisme ni la pédophilie) une « simplification » des démarches administratives, un gain de temps et d’argent, une sécurité contre la fameuse fraude dans la demande de prestations sociales et un « avantage » pour les salariés qui auraient rapidement besoin d’une attestation de travail que l’employeur refuserait de leur fournir (dans les temps). C’est pour ces raisons prétextées qu’un fichier central national de salaire est introduit sous le doux nom d’une jolie dame : ELENA. (Elektronischer Einkommensnachweis que l’on pourrait traduire par « preuve électronique de revenus »). Et par la même occasion, on enregistre d’autres données comme celles sur des grévistes et autres péchés anticapitalistes tant qu’on y est.
 
Le fichier était si « bien fichu » et si peu respectueux de la vie privée qu’il a gagné le BigBrotherAwards (BBA) de 2008 les doigts dans le nez, mais à ce moment c’était uniquement (et c’était largement suffisant) pour le stockage central national des salaires de tous les salariés d’Allemagne, ce qui est déjà en soi un abus de fichage. Mais quand l’anti-prix BBA fut attribué par Foebud - l’association qui organise les BBA - l’intention que d’autres données hautement sensibles comme le temps de grève, la raison du licenciement etc. devraient aussi être enregistrées dans ce fichier n’était pas encore connue. Le BBA est donc doublement mérité. Le quotidien Frankfurter Rundschau titre le 14 janvier 2010 : Qui fait la grève sera fiché.
 
La Bundesagentur für Arbeit (BA, agence fédéral pour l’emploi) essaie de se justifier : on aurait besoin de connaître le temps de grève non légitime pour punir – pardon – déduire ce temps de l’allocation de chômage auquel un licencié a droit. Quand les chômeurs font la queue devant l’Anpe, les salariés ont intérêt à se tenir tranquilles. Quand la BA ne peut plus faire semblant d’ignorer les critiques qui pleuvent, elle publie un communiqué de presse : «  ELENA décharge les salariés1 ». Dans ce communiqué de presse, la BA voudrait calmer l’inquiétude et la colère des salariés et des différentes organisations qui s’engagent pour la protection de la vie privée : « Il n’est pas obligatoire de recenser les temps de grève ». Oui, c’est très rassurant et ça nous fait une belle jambe. Ce n’est pas obligatoire mais pas interdit non plus. La ministre pour le travail et les affaires sociales, Ursula von der Leyen, continue son valium verbal : « Je vais proposer que les représentants des salariés ont un droit d’être écoutés lors de la prise de décision quel contenu sera enregistré. » Nous connaissons la capacité d’écoute de nos gouvernants : cause toujours. Ursula von der Leyen est d’ailleurs l’initiatrice d’un filtrage d’internet dans son combat contre la pédopornographie. Au lieu d’effacer des contenus qui peuvent intéresser un pédophile, elle préfère afficher un panneau : stop, veuillez ne pas regarder. Ici se trouvent des images pédopornographiques. Pour sa politique de cache-sexe et de construction de toute une infrastructure de censure sur internet, la ministre a gagné le BigBrotherAward de 2009 dans la catégorie politique2. Comme quoi, les abonnés aux BigBrotherAwards se retrouvent.
Stephan M.
[1]ELENA entlastet Arbeitnehmer - 5 janvier 2010
[2]BBA 2009 catégorie politique : Dr. Ursula von der Leyen, ministre pour la Famille, les séniors, les femmes et la jeunesse

Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • nephilim 18 janvier 2010 12:05

    Merci je ne connaissais pas.
    C’est en effet dramatique, le flicage devient de jour en jour toujours plus present.
    Une seule solution.....................tout faire pour arreter ces derives fascistes.
    Le monde se transforme nous ne nous en apercevons quasiment plus.
    les medias ne relaient que le sport, les peoples, les grandes catastrophes, il est temps de redefinir ce qui compte réellement.
    Regardez meme sur ce site, on parle autant des sujets traités et pas forcement mieux (H1N1 Haiti Identité nationale musulmans) par les journeaux de tf1 france 2.
    finalement le site citoyen est devenu la vitrine des chaines de télé tout les gros titres de la presse de merde sont repris de la meme maniere ici. et les autres articles faisant reference au recul du droit du travail, au licensiement, au vol de l’etat aux petits coups financiers des banques là !! et bien on en parle pas ou tres peu !!
    finalement ceux qui decident ce qui doit etre lu ou pas sur ce site sont des veaux qui suivent l’actualité bollorienne, des amis du pouvoir.


    • Cipango 18 janvier 2010 14:51

      Vous ne pourrez stopper la dérive de la surveillance, le flicage. Ce mouvement est généralisé et porté par la population vieillissante qui devient majoritaire... Quant aux médias, ils ne changeront pas d’attitude, c’est trop vendeur et ca ne coute rien.


    • pandora box 18 janvier 2010 19:13

      salut Nephilim,

      je suis d’accord avec toi sur le fond de ton commentaire.
      si beaucoup d’articles traitent de sujets rebattus dans les médias : c’est du à la puissance d’impact de ces dits me(r)dias ,autrement dit , à leur capacité de nuisance .

      par contre on ne peut pas reprocher à ceux qui modèrent les articles ou à ceux qui les écrivent de suivre « l’actualité ».

      le « YA’ KA » ne sert à rien,si on est pas satisfait des articles sur A.V. ,rien ne nous interdit d’en écrire et d’en proposer !!!

      cordialement
      Pandora Box


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 25 janvier 2010 00:24

      Dans la société actuelle, l’évolution des sciences et des technologies développe et amplifie les moyens de domination des classes dominantes. Il n’y a pas que ce qui reste encore plus ou moins visible, il y a surtout de plus en plus de domaines où le contrôle citoyen ou institutionnel devient très insuffisant, voire même impossible dans le système actuel.

      Il y a plus d’un an, nous écrivions à propos des nanotechnologies :

      Nanotechnologies, recherche, éthique et contrôle citoyen

      (...) Le National Research Council des Etats-Unis a émis un constat très sévère des insuffisances du programme de recherche de ce pays sur les nanotechnologies, en ce qui concerne l’étude des risques et des conséquences pour la santé. Mais quelle est la situation de ce côté-ci de l’Atlantique ?

      (...)

      A la séance publique du 5 novembre du COMETS, Comité d’Ethique du CNRS, concernant notamment les nanotechnologies, un membre de notre Collectif (Luis Gonzalez-Mestres) a adressé cette question orale aux organisateurs :

      «  Est-ce que quelqu’un a essayé de faire une évaluation, dans le domaine du volet santé, de la pertinence du budget et des garanties d’indépendance de la recherche sur des domaines (...) [tels que, par exemple : ] nanoparticules et cancer, nanoparticules et maladies urbaines, voire même nanoparticules et sécheresse oculaire (...) ? »

      (fin de citation)

      Le réponse, donnée oralement par Jacques Lefrançois, a été très claire : « Les budgets sont définis, mais il n’y a pas d’instance d’évaluation des évaluateurs d’opportunité. Autrement dit, non, (...) il n’y a pas d’évaluation »

      Telle semble donc avoir été il y a moins de deux mois la situation en France, mais aussi au sein de l’Union Européenne. Les propositions les plus avancées se heurtant à la résistance des lobbies industriels.

      Aucune instance indépendante n’avait évalué l’adéquation des moyens investis dans les domaines de recherche évoqués concernant les risques des nanotechnologies, pas plus que les modalités de fonctionnement de cette recherche compte tenu des exigences éthiques en matière d’apparence d’impartialité et d’indépendance.

      (...)

      (fin de citation)

      Avec la stratégie de Lisbonne et le « ’marché de la connaissance », tout savoir devient payant. En France, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) déclare financer les projets d’après une prétendue « pertinence économique par rapport aux entreprises », voir :

      http://www.agence-nationale-recherche.fr/Agence

      ainsi que notre article :

      MDRGF, CNRS et « pertinence économique pour les entreprises »

      En réalité, le partenariat avec le secteur privé est de plus en plus exigé d’une recherche publique dont la raison d’être institutionnelle est le service public et le progrès d’une connaissance à la portée de tous, et pas de faire gagner de l’argent à telle ou telle multinationale.

      Qui pourra encore défendre l’intérêt général ? Le premier problème étant celui de la liberté de l’information scientifique et des recherches « hors lobby ».

      De ce point de vue, les dangers paraissent plus graves encore que ce que rapporte l’auteur à propos des fichiers allemands.

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • David Meyers 18 janvier 2010 12:25

      ah une grève peut être non légitime ?


      va-t-on ficher alors une direction incompétente qui n’a pas su dialoguer ni éviter la grève pour éviter de remettre des incapables à des postes de direction ?

      (suivez mon regard vers Franztelecom, la Znzf, la Boste, exzetera...)

      Achh Monzieur le Directheur, vous n’avez pas bu ébiter une grebe
      alors fou ne bouvez plus sieger dans notre gonzeil d’administrazion

      • K K 19 janvier 2010 09:13

        une grève peut être illégitime dans de nombreux pays. Pas en France où c’est un droit constitutionnel. En Finlande par exemple, une grève est illégale si aucune négociation pour l’éviter n’a eu lieu.


      • bluboux bluboux 24 janvier 2010 15:00

        C’est vrai K, mais pour combien de temps encore ?
        Le 21 janvier dernier, lors de la manifestation à Nice, deux personnes ont été arrêtées parce qu’elles portaient des masques de Sarkozy ! Toues les manifestations importantes, d’envergure internationnale, que ce soit à Colmar, Starsbourg etc. ont été repoussées dans les faubourgs. Bientôt il faudra aller manifester en pleine campagne, en faisant attention à ne pas abimer des plants d’OGM de peur d’être arrêté sur plainte de Monsanto.
        La dérive sécuritaire est de plus en plus inquiétante, nous sommes aux portes de la dictature constitutionnelle.


      • StephanM 18 janvier 2010 12:41

        Bonjour,

        même en Allemagne cette info n’a pas eu une grande attention de la part des média, et pourtant ce fichage va très loin. Cette évolution est inquiétante, mais au moins nous, citoyen inconnu, peuvent partager publiquement ce type d’informations sur des sites comme Agoravox, sur les blogs etc. Combien de temps encore pourrons-nous le faire ?


        • Gemini Gemini 18 janvier 2010 13:50

          Tout simplement hallucinant. Il n’y a pas d’autres mots. Comment se fait-il que notre cher Président de la République n’y ai pas encore pensé ? Ses amis du MEDEF ont pourtant déjà dû lui souffler l’idée.


          • pandora box 18 janvier 2010 19:15

            chut Gemini ,pas trop fort, ils pourraient entendre.


          • zazacubana zazacubana 18 janvier 2010 21:48

            Tout cela est normal ...
            si t’es pas un voleur ou un violeur, tu ne crains pas les multiples caméras ...
            si t’es un bon esclave, t’as pas peur du fichier elena ....
            si t’es pas un poseur de bombe, tu dis oui quand on veut te mettre un petit doigt dans le derrière avant de monter dans l’avion ...
            si t’es pas de l’islam, tu t’en fou de pas pouvoir mettre de cagoule en hiver
            et si t’es pas un salaud, tu te fais vacciner H1N1 pour pas refiler le virus à mémé ou à bébé
            si t’es pas un feignant, tu acceptes de faire 80 km par jour avec ta bagnole qui prend l’eau pour 900 euros par mois
            si t’es pas un alcolo, tu t’en fiches de devoir souffler dans le ballon
            si t’es pas ...
            bref ... en un mot ... si t’es devenu une « merde » ... t’es un type capitalistiquement bien ....

             smiley


            • sheeldon 19 janvier 2010 08:39

              http://www.acrimed.org/article3289.html

              vivement loppsi II chez nous !


              • LE CHAT LE CHAT 19 janvier 2010 09:40

                Merci pour cet article qui sort des sentiers battus sur un vrai sujet de société , c’est vraiment révoltant ce flicage !


                • Bélial Bélial 19 janvier 2010 09:56

                  Il va falloir que tous ces gens se calment sur le flicage, ça fait longtemps qu’ils ont passé la limite de l’acceptable et ils ont encore l’intention d’aller toujours plus loin. Un jour ces monstres utilitaristes qui rêvent de l’humain malléable qui d’insère parfaitement dans leur puzzle voudront vous implanter une puce RFID sous la peau pour vous servir de carte d’identité et de paiement, le lobbying de sociétés comme Applied Digital (puce Verichip) a déjà commencé.

                  Etre bien inséré dans une société profondément malade n’est pas un signe de bonne santé.


                  • Gavroche Gavroche 24 janvier 2010 14:29

                    Salut Krishnamurti


                  • ZEN ZEN 19 janvier 2010 10:24

                    Et la douce Angela qui n’est pas au courant...


                    • zadig 24 janvier 2010 12:46

                      Merci pour cet article « effrayant »

                      A mon avis ce fichier est incomplet, il devrait être enrichi par des informations en
                      provenance des machines à voter et accessible aux forces de l’ordre.

                      Intérêt :
                      .Savoir qui vote pour qui ?
                      .Connaitre à l’avance les contrevenants en puissance, en effet un mauvais salarié
                       à toutes les chances de mal se comporter.
                      .Etc

                      Je m’étonne que les allemands puissent supporter un truc pareil.
                      .


                      • alberto alberto 24 janvier 2010 17:28

                        Bonjour,

                        Cet excellent article nous comment un état dit démocratique tente de s’approprier des informations confidentielles sur la vie privée de ses concitoyens en faisant sournoisement tomber les remparts qui les protégeaient.

                        Quel est le but , si ce n’est d’acquérir le « contrôle » des populations ?

                        Moi je verrais ça comme un cheminement à petit pas vers une dictature...

                        Mais est on sûr de ce qui ce concocte dans ce domaine dans notre beau pays ?

                        Pour info, ayant autrefois conseillé des salariés sur la façons de conduire leur procédure de licenciement, et après que ceux-ci aient été indemnisés suite à un jugement prud’homal, ils eurent les plus grandes difficultés à retrouver un emploi dans la branche où ils exerçaient précédemment : je ne puis m’empêcher de penser qu’un petit fichier discret soit établi par d’honorables correspondants au bénéfice de certains employeurs...

                        Bien à vous.


                        • StephanM 24 janvier 2010 18:17

                          " et après que ceux-ci aient été indemnisés suite à un jugement prud’homal, ils eurent les plus grandes difficultés à retrouver un emploi dans la branche où ils exerçaient précédemment : je ne puis m’empêcher de penser qu’un petit fichier discret soit établi par d’honorables correspondants au bénéfice de certains employeurs... « 

                          C’est exactement cette dérive qui est à craindre. Et quand ce type de fichier existe officiellement, rien de plus simple pour l’Etat d’identifier ceux qui luttent un peu »trop". Au début, l’utilisation la plus vertueuse d’un fichier est toujours promis au peuple. Quant à la réalité ...


                        • eugène wermelinger eugène wermelinger 24 janvier 2010 17:37

                          Petite question indiscrète :

                          Pourquoi ici-même faut-il être reconnaissable pour ne serait-ce que voter oui ou non pour un article, et aussi pour faire un commentaire, et même pour noter un commentaire.
                          Y-a-t-il quelque part une comptabilisation de ces votes ? Et le cas échéant, à quelles fins ?


                          • StephanM 24 janvier 2010 18:06

                            Bonjour,
                            je ne suis pas sûr mais j’imagine que c’est pour garantir que l’on ne puisse voter qu’une seule fois. Dans le cas contraire, chaque auteur pourrait voter pour son propre article autant de fois qu’il le souhaite. Pareil pour ceux qui veulent « descendre » un article.


                          • casp casp 24 janvier 2010 19:39

                            Penser vous que les peuples européens ont encore suffisament la notion de solidarité, de bien commun, et de courage pour pouvoir changer le cours de l’histoire ?

                            j’ai des doutes... Le peuple vieillis approuvant ce flicage. Quand à la jeunesse, elle est complètement désabusé, sans utopie, sans rêve, et à accepter son destin.

                            Qui vas se révolter ici ? Les ouvriers ? Ils ne sont plus majoritaire et sont très facilement étrangler au niveau économique. Deplus comme je l’ai dis la notion de solidarité a été tellement delavé, que des grèves générale risque d’être impossible à réaliser.

                            J’ai bien peur que le combat est perdu d’avance. L’histoire s’arrête ici pour l’occident, l’avenir se jous ailleurs. Dans d’autre pays, la solidarité, le combat et les notions qui ont fait avancer l’occident, sont encore vrai.

                            Vous voulez un exemple pour illustrer mes propos.

                            cet automne pour la première fois de l’humanité il y a eu une marche mondiale pour la paix. La plus noble des utopies. Qui pourtant à fait vibrer bien des coeur en occident autrefois.

                            He bien.. cette marche à du mobiliser quelques milliers de personnes en europe à tout cassé...
                            Quand en amérique du sud ou en asie elle en a rassemblé des centaines de milliers...

                            Je crois que l’europe est fatigué...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès