Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Europe, un sommet contre les peuples et la démocratie

Europe, un sommet contre les peuples et la démocratie

L’Italie s'enfonce dans un gouffre économique,"Nous sommes dans les abysses. Nous ne sommes pas en guerre, mais les dégâts économiques infligés jusqu'à présent sont du niveau de ceux d'un conflit.".

Celui qui fait cette déclaration n'est pas un dangereux gauchiste, mais Luca Paolazzi, analyste en chef de Confindustria, c'est à dire la principale organisation patronale italienne.

C'est en fait toute l'Europe qui n'est plus qu'un champ de ruines, un continent dévasté et au bord de l'effondrement,c'est dans cette situation que le sort de l'Europe se joue à Bruxelles.

L'euphorie de la victoire contre Sarkozy avait duré quelques heures, après on nous a amusé et promené et même promis une loi mettant fin à la prostitution,s'ils en ont le temps nos ministres vont sans doute adopter des lois contre le crimeet le vol de mobylettes...

On nous a tenu tenu en haleine avec des fables sur la croissance ou la montée de la recrudescence et même obtenu d'Obama, et Merkel quelques mots gentils sur le sort des malheureux,mais voilà pourtant que les choses sérieuses commencent, les plans sociaux à Air France ou PSA, les coupes budgétaires et l'annonce des sacrifices à venir.

Pour une fois, les journalistes du Figaro mettent les pieds dans le plat comme si le temps des ronds de jambes et des tergiversations était passé.

Très concrètement, la question de la ratification du traité de discipline budgétaire va désormais se poser. Le texte, discuté l'automne dernier entre 26 pays de l'Union, est en suspens depuis la présidentielle.

Il est en suspens, mais apparemment il ne peut plus le rester,on sent à la fois de l'impatience et de l’inquiétude sous la plume de nos journalistes.

Certes, il devait obtenir un accord sur un « pacte de croissance ». Mais il reste la perspective d'un « approfondissement » de l'Union européenne qu'il n'excluait plus avant le sommet… Une idée qu'il va devoir imposer à sa majorité.

Ce que le journaliste appelle avec délicatesse une 'idée ' est en fait un plan d'une brutalité telle qu'elle mettrait en cause tous les rapports sociaux dans ce pays et la majorité à qui va falloir l'imposer n'est rien rien que les millions qui ont chassé Sarkozy pour justement en finir avec cette politique

On comprend que chacun est obligé de tortiller et d'épuiser toutes les circonvolutions possibles pour annoncer au bon peuple que ce gouvernement qu'il a élu va désormais gouverner contre lui

« Si nous obtenons les éléments qui font le volet croissance, nous pouvons imaginer ouvrir la discussion sur la ratification d'un dispositif comportant une discipline budgétaire », explique le ministre délégué aux Affaires européennes, Bernard Cazeneuve.

« Nous ne sommes pas choqués qu'il y ait un lien entre ce que nous faisons budgétairement et les autorités européennes », ajoute Cazeneuve. Tout le problème, pour François Hollande, est d'expliquer cette évolution au sein de son camp. »

M Cazeneuve n'est pas choqué par un traité qui instaurerait la mise sous tutelle de tous les gouvernements européens ,mais il comprend la difficulté d'expliquer cette évolution au sein de son camp,surtout si cette 'difficulté prend la forme d'une révolte de tous les peuples d'Europe contre ce maudit traité.

Il n'y en a qu'un qui ait l'air vraiment content : « C'est une querelle de symbole », pense le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS aux questions internationales.

Si c'est juste une querelle de symboles, lui a choisi le sien tout comme il avait choisi celui de la destruction de la Libye sous les bombes de l'OTAN, tout comme il soutient aujourd'hui une intervention armée, humanitaire bien sur, contre la Syrie,

Au sein du Parti socialiste, d'autres voix s'élèvent,comme elles s'élèvent dans le Front de gauche, comme elles s'élèvent dans les syndicats et toutes les organisations ouvrières

Dans le contexte économique actuel, « vouloir respecter à tout prix le calendrier de réduction des déficits, imposé par la Commission, signifie le choix de la rigueur que nous avons combattu au cours de la campagne », écrit le député européen Liem Hoang Ngoc dans une lettre aux militants. Il appelle, sans précision, « à refuser le traité d'austérité ». La fronde, à l'Assemblée, arrivera probablement du Parti de gauche et du Parti communiste, sur une ligne strictement eurosceptique.

La fronde dont parle le journaliste du Figaro, elle est en train de se lever dans toute l'Europe et elle va prendre une ampleur nouvelle avec le vote et la ratification du Traité.

Ce ne sont pas seulement des majorités parlementaires qui seront chancelantes, mais les gouvernements eux mêmes qui risquent d'être emportés.

En Allemagne même, le parti de Mme Merkel vient de subir une défaite électorale écrasante, le Président de la République a du suspendre la procédure de ratification du Traité et surtout les plus puissantes organisations syndicales, les unes après les autres prennent position contre la ratification, en appellent aux députés du SPD pour qu'ils refusent la ratification.

Qui l'emportera ? Nul ne le sait, mais les naufrageurs de la civilisation européenne sont prévenus, il y aura combat et ce combat se mènera à l'échelle de toute l'Europe et ce combat sera le moment de vérité pour tous les partis et toutes les organisations, parce que chacun devra choisir entre la défense de la civilisation ou le basculement dans la barbarie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • chapoutier 29 juin 2012 09:12

    Bonjour Rakovsky

    En effet, sauver leur système en sacrifiant les peuples, voilà le seul impératif des dirigeants européens !

    Mais l’impression qui se dégage c’est la panique de ces gens devant la crainte d’une explosion sociale qui est inéluctable.

    Sous la pression directe de l’impérialisme américain, les dirigeants des États européens cherchent à faire franchir à l’UE un nouveau pas dans la voie de l’instauration d’un instrument supranational à caractère fasciste au service des intérêts immédiats du capital financier.

    Ils ( les ’’dirigeants ’’ européens ) sont soumis aux impératifs de ce capital financier ( faire payer aux peuples le prix de la survie du système capitaliste) mais craignent les conséquences sociales que leur soumissions aux banquiers va faire exploser.

    C’est de nouveau la panique qui les saisit à l’occasion du sommet des 28 et 29 juin, il suffit d’écouter les commentateurs qui n’ont d’autres mots que ’’survie’’ de l’euro encore une fois car ils ont une trouille bleue de voir les peuples se révolter.

    Et de toute façon, quoique qu’il ressorte de leur sommet, ce ne sera qu’une rustine de plus qui ne fera que retarder les échéances.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tscg-mes-c-est-une-veritable-112280
    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/union-europeenne-un-pas-de-plus-112248


    • BA 29 juin 2012 11:07

      Vendredi 29 juin 2012 :

      Zone euro : voie ouverte à la recapitalisation directe des banques (Van Rompuy).

      La zone euro veut mettre en place d’ici fin 2012 un mécanisme qui permettra de recapitaliser les banques directement via ses fonds de secours et d’assouplir les conditions pour qu’ils achètent de la dette souveraine sur les marchés, accédant à une demande de l’Espagne et de l’Italie.

      « Quand ce sera prêt, le Mécanisme européen de stabilité (MES) pourra avoir la possibilité de recapitaliser directement les banques », a déclaré M. Van Rompuy lors d’une conférence de presse à Bruxelles au terme d’un sommet de la zone euro.

      La recapitalisation directe des banques se fera sous certaines conditions.

      « La zone euro est également prête à ce que les fonds de secours interviennent pour rassurer les marchés », a ajouté M. Van Rompuy, ce qui signifie que le FESF et le MES pourront acheter directement des titres de dette sur les marchés.

      http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_voie_ouverte_a_recapitalisation_di recte_des_banques_Van_Rompuy_RP_290620120642-23-204095.asp

      Cette dernière phrase est hilarante !

      « La zone euro est également prête à ce que les fonds de secours interviennent pour rassurer les marchés », a ajouté M. Van Rompuy, ce qui signifie que le FESF et le MES pourront acheter directement des titres de dette sur les marchés.

      Mais avec quel argent ?

      Avec quel argent le FESF et le MES pourront-ils acheter directement des titres de dettes sur les marchés ?

      Et c’est pareil pour la recapitalisation directe des banques : avec quel argent le FESF et le MES pourront-ils recapitaliser directement les banques ?

      Rappel : le FESF et le MES sont des coquilles vides. Le FESF et le MES n’ont pas les milliards d’euros nécessaires pour acheter directement des titres de dettes. Le FESF et le MES n’ont pas les milliards d’euros nécessaires pour recapitaliser directement les banques.

      Donc le FESF et le MES vont d’abord devoir emprunter des milliards d’euros sur les marchés internationaux.

      Ensuite, avec cet argent, le FESF et le MES pourront intervenir.

      Bref, on va rajouter des montagnes de dettes par-dessus les montagnes de dettes qui existent déjà !


      • chapoutier 29 juin 2012 11:15

        ’’Bref, on va rajouter des montagnes de dettes par-dessus les montagnes de dettes qui existent déjà !’ logique du point de vue des capitalistes et de leurs valets, puisqu’il s’agit d’augmenter la dette et les intérêts de la dette, véritable rente de situation pour les capitalistes mais qui mets à genoux les états qui ne sont ne sont plus en mesure de remboursés les intérêts malgré la succession de plans sociaux et de destructions des acquis sociaux.
         http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/crise-de-la-dette-non-le-pillage-117441
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/crise-de-la-dette-non-un-monde-a-l-117233
        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/crise-de-la-dette-non-un-systeme-116916


      • marsupilami marsupilami 29 juin 2012 11:21

        Avec quel argent on finance depuis des lustre ? Mais avec un bon vieux système « de cavalerie » !
        Puni par le CP mais pas par Bruxelles !!!
        Cette europe assise sur ce système ne pouvait pas marcher ! Des peuples différents à tous points de vue.
        On rajoute une couche au millefeuille des mesures déjà prises.
        La chute va être totale. Les peuples seront encore les sacrifiés !


        • cancrela 29 juin 2012 15:45

          Mais dans la barbarie, nous y sommes !!!
          Nous sommes au bord de la guerre civile ; on a jamais vu un tel fossé entre les dirigeants et le peuple.


          • rakosky rakosky 29 juin 2012 16:27

            Les prises de position se multiplient en France et en Europe contre la ratification du TSCG




            Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a adressé hier une lettre ouverte au président de la République pour s’opposer à la ratification du Traité européen signé le 2 mars.


            Pierre Laurent souligne, que le « pacte de croissance » que François Hollande veut adjoindre au TSCG « ne figurerait que dans un protocole annexé aux conclusions du Sommet ». Il n’aurait donc « aucune valeur de contrainte et sa portée réelle serait en tout point contredite par les mesures imposées par le Pacte budgétaire ».

            « Je vous le demande par conséquent, conclut Pierre Laurent, : ne signez pas les conclusions du sommet si elles devaient en rester là ». « Sinon, ajoute-t-il, vous le savez, nous ne ratifierons pas ce texte. Nous appellerons tous les parlementaires de gauche à en faire de même. Nous inviterons les Français à manifester leur opposition à une ratification contraire à votre propre engagement de renégociation ».


            Déclaration de la Commission exécutive confédérale FO du 28 juin 2012

            Alors que va se tenir une conférence sociale les 9 et 10 juillet 2012, la Commission exécutive rappelle l’opposition de Force Ouvrière à toute constitutionnalisation de la « démocratie sociale », qui serait attentatoire à la liberté syndicale et à la liberté de négociation. 

            Face à une crise du système capitaliste qui s’enracine et s’aggrave, alors que se tient un sommet européen il est indispensable de remettre en cause les traités qui depuis une vingtaine d’années ont ancré l’Europe dans le libéralisme économique, au mépris du progrès et des droits sociaux. 

            La Commission exécutive confirme, en particulier, la ferme opposition de Force Ouvrière au MES (Mécanisme européen de stabilité) et au TSCG (Traité de stabilité de coopération et de gouvernance). 

            Au plan national, déterminée à lutter contre le chômage et la précarité, la Commission exécutive réaffirme les revendications prioritaires de Force Ouvrière : 

            - Augmentation du pouvoir d’achat des salaires, retraites, pensions, allocations et minima sociaux ; De ce point de vue, l’augmentation récente du SMIC est très loin de répondre aux revendications (5% étaient demandés par FO pour parvenir progressivement à un SMIC à hauteur de 80% du salaire médian) ; 

            - Préservation et défense du service public républicain nécessitant dans l’immédiat l’arrêt de la RGPP ; 

            - Préservation des systèmes et régimes de protection sociale collective avec reconquête des droits, notamment en matière de retraite et opposition à toute réforme dite systémique ; 

            - Rétablissement de mécanismes de cessation anticipée d’activité ; 

            - Mise en place d’une réelle stratégie industrielle de la part de l’État, tant par la mise sur pied rapide de la Banque Nationale pour l’Industrie que par l’utilisation active des participations de l’État. 

            Dans cette logique la Commission exécutive confirme la détermination de Force Ouvrière à combattre toute politique d’austérité, socialement, économiquement et démocratiquement suicidaire. 

            Paris, le 28 juin 2012 

            Adoptée à l’unanimité



            A tous les élus du parlement fédéral d’Allemagne (Bundestag)

            Frank Bsirke, président de l’Administration fédérale de Ver.di, syndicat des fonctionnaires, s’adresse à tous les députés :

            Votez NON au Traité sur la stabilité la coordination et la gouvernance (TSCG)

             

            Traité fiscal ou TSCG

             

            Madame, Monsieur,

             

            Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) et le Traité pour la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance dans l’Union Economique et Monétaire (TSCG) du 2 mars 2012 (également connu sous le nom de « Traité fiscal ») doivent être bientôt débattus par les deux chambres du Parlement (Bundestag et Bundesrat).

             

            Le syndicat unifié des fonctionnaires Ver.di considère que ce Traité fiscal représente un instrument particulièrement dangereux d’affaiblissement de la démocratie, qu’il porte atteinte à l’économie et qu’il entraîne des conséquences sociales insupportables.

             

            Nous vous demandons de ne pas voter pour ce Traité Fiscal. Dans le texte joint, nous expliquons les raisons qui nous amènent à vous recommander de voter en ce sens.

            Vous priant de bien vouloir agréer nos salutations.

             


            De son côté le Parti ouvrier indépendant à adresser une lettre aux partis qui se termine par ces termes ,

            Il y a urgence. Au-delà du Conseil européen des 28 et 29 juin, le calendrier va se préciser. S’engager sur la voie de la 

            ratification serait tourner le dos aux aspirations de la majorité, ce serait se rendre prisonniers d’un carcan qui s’oppose 

            à toute possibilité de défendre les intérêts du peuple. En revanche, nous savons que l’unité réalisée entre toutes les 

            forces attachées à s’y opposer peut conduire à empêcher ce véritable coup porté à la démocratie, à la souveraineté et 

            aux droits ouvriers et démocratiques. 

            Rien n’est joué. Nous voyons déjà en Allemagne le président du puissant syndicat Ver.di et celui du syndicat des 

            enseignants s’adresser aux députés du Bundestag pour leur dire : ne ratifiez pas ce traité. Nous enregistrons dans 

            notre propre pays les nombreuses positions qui vont dans ce sens. Nous voyons, dans toute l’Europe, de la Grèce à 

            l’Espagne, les mobilisations des travailleurs. L’ancien président de la République portugaise, Mario Soares, n’a-t-il pas 

            lui-même déclaré : « Aucun député socialiste, aucun socialiste ne peut ratifier cela ! » ? 

            Rien n’est joué. Tout est possible. Unissons nos forces pour empêcher la ratification du traité TSCG. Nous vous 

            proposons de nous rencontrer au plus vite pour en débattre.


             



            • ykpaiha ykpaiha 29 juin 2012 19:03

              Je vous fait un lien vers un décryptage du sommet qui vient "de nous sOver tous, meme qu’on n’a rien demandé non plus.
              Exhaltant l’avenir a la sauce Van Rompuy...
              Vous y apprendrez les interlignes celles qui ne sont lues par personne, meme pas ceux qui disent gouverner.
              Entre autre la seule question qui vaille : est bien entendu : “où trouver de l’argent“, et du vrai, donc pas de l’argent emprunté… .

              Car emprunter pour sauver des banques equivaut a creuser la dette qui par les interets revient aussi aux banques !! Donc on paye 2 fois

              Vicieux dites vous ? Non Europeiste ....Vive Nigel farage président !!


              • aobc 29 juin 2012 19:30

                Bonjour,
                mon commentaire suivant n´a rien avoir directement avec l´article -
                il est de categorie : humour noir ( ? ) // décompensation !...... :

                La question qui se pose......... : Ya t´il vraiment une personne vivante, en chair dans cet avion ?????

                ATTENTION, ATTENTION - LE GRAND MACHIN NOUS PARLE :

                ==>
                "déclaration du sommet de la zone euro
                - 29 juin 2012 -

                - Nous affirmons ....blabla
                - Nous demandons ...blabla
                - Nous affirmons ...blabla
                - Nous chargeons l’Eurogroupe...blabla " Point. 
                http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=DOC/12/7&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=en

                Euh..... ?
                NOUS QUI ?!??

                 ==> http://www.youtube.com/watch?v=KF_6gI0xHzw

                GRAND MYSTERE 

                En revanche , voila le dévoilement d´un autre GRAND mystere important ......
                A quoi ressemble vraiment le revers d´un smiley ? Voici la reponse....
                 ==>
                 http://treybig.org/Humor/smileyface.gif

                 smiley  smiley  smiley cordialement, aobc


                • bergerlotois 29 juin 2012 21:19

                  C’est dingue comme on peut s’entéter dans la connerie, ils vont aller jusqu’au bout de leur logique, ils nous boufferons tout nos acquis, et encore on entendra un de ces tartuffes dire : « on a fait tout ce qu’on a pu, mais c’était un problème mondial », ou un problème ceci gna gna gna.

                  Et contrairement à ce qui est écrit dans l’article, je crois que le peuple ne se lèvera pas. Il allumera la télé où tf1 lui montrera qu’ailleurs, c’est encore pire, que les étrangers menacent etc etc... On les montera les uns contre les autres, ils se crèveront et c’est encore les mêmes qui tireront les marrons chauds...

                  "C’est pas un lieu commun celui de leur connaissance
                  Ils plaignent de tout cœur les petits malchanceux
                  Les petits maladroits qui n’eurent pas la présence
                  La présence d’esprit de voir le jour chez eux
                  Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
                  Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
                  Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
                  Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
                  "

                  Brassens


                  • papi 29 juin 2012 21:24

                    Et oui il faut le dire, : la dette ; le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, la désindustrialisation, les bénéfices du cac 40, tout ça c’est de la faute de ces salauds de fascistes, même s’ils n’ont jamais dirigé, ni eut de député, ni pu avoir aucun rôle politique en France , ! il faut le dire, c’est de leur faute !!
                    J’irais plus loin , la hausse du prix des énergies, avec l’augmentation du prix du gaz de
                    10 %, pour juillet, l’échec des eurobonds , la retraite, le smig à + 2% l’austérité qui va s’abattre sur le peuple !! c’est encore eux ! les salopards de faschos ! le FN quoi !!!
                     C’est pourquoi comme le dit notre petit père du peuple ! qu’il soit loué !
                    Pourfendons la lèpre extrémiste ! les véritables responsables de la merde dans laquelle nous sommes plongés jusqu’au cou ! Voilà la vérité !
                    Le peuple va vite comprendre cela !!
                    Nous nous sommes très en colère !,et nous lançons des carambars aux journaux  ! c’est dire comme on est en colère !! scrogneugneu !!!


                    • jeanclaude 29 juin 2012 21:55

                      C’est bien sympa votre position, mais incohérent. Je ne comprends pas quelle alternative vous proposez :
                      - continuer à augmenter la dette ?
                      - demander aux pays pouvant payer (à commencer par l’Allemagne), sans garantie que d’autres pays assainiront leurs finances ?

                      Comme toujours, vous êtes bien prolixes sur les « méchants » qui nous gouvernent, mais bien discrets sur une alternative jouable.

                      Ce qui vous gène le plus certainement, c’est qu’on va vers une plus grande intégration ; autrement dit une perte partielle de souveraineté.

                      Quand c’est l’union des pays marxistes qu’il fallait faire, vous applaudissiez probablement, malgré la brutalité de l’état leader. Maintenant vous freinez des quatre fers. Car la gauche marxiste se retrouverait bien minoritaire au sein d’une Europe plus fédérale. Une des raisons en est que beaucoup de pays de l’est et du centre du continent ont expérimenté en réel, et pas dans des livres, ce qu’est le régime communiste. Ainsi les jeunes soldats malgré nous incorporés dans la Wehrmacht et envoyés sur le front russe...


                      • ykpaiha ykpaiha 30 juin 2012 00:26

                        Pujadas Ferarri sort de ce corps on t’a reconnu.

                        Par contre le marxisme n"a rien a voir dans cette affaire....Juste une question de bon sens...

                        Je vous prete 10 euro a 3%, que vous me pretez a 7...et pour payer les 4% de différence j’emprunte a 10...vous devez combien au bout de quelques mois ?

                        Et un dernier petit rappel le capital n’est remboursé qu’apres les interets...4a6 mois apres vous me devez toujours 10 euros hehe !!


                      • Ariane Walter Ariane Walter 30 juin 2012 02:49

                        Ca fait du bien de lire quelqu’un qui écrit bien...
                        Grand plaisir.
                        ca c’est pour la forme, en pleine forme !!
                        Pour le fond, on y est !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rakosky

rakosky
Voir ses articles







Palmarès