Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Grèce : Sarkozy et la BCE ne veulent pas faire payer les banques

Grèce : Sarkozy et la BCE ne veulent pas faire payer les banques

Réunis au chevet de la Grèce, les grands argentiers de l'Eurozone ont conditionné le déblocage de la deuxième tranche d'aide (110 milliards d'euros de prêts sur trois ans) à des privatisations supplémentaires et de nouvelles mesures d’austérité. Contrairement à l’Allemagne qui voulait mettre les créanciers (banques et assureurs) à contribution, Nicolas Sarkozy et la Banque Centrale Européenne ont imposé une solution qui exonère les financiers privés de tout sacrifice.

Comme le faisait remarquer Arnaud Montebourg au Grand Jury RTL-Le Figaro, la question qui se pose, c'est de savoir "qui doit payer la facture" : les Grecs, les contribuables européens ou les banques par un effacement partiel de la dette ?

La morale voudrait que l'effort soit réparti équitablement entre ces trois catégories. Le député de Saône-et-Loire fait remarquer que "les programmes d'aide ont été une très bonne affaire pour ceux qui ont prêté" et s'interroge sur l'impunité des banques : "est-ce que ce sont les banques qui vont continuer à faire danser les Etats et les contribuables ?"

La question n'est pas neutre d'autant que la menace d'un effet domino à d'autres pays de la zone euro ne peut être écartée.

Fatiguée de jouer les pompiers, l'opinion publique Allemande, par la voix de sa Chancelière, demandait une mise à contribution du secteur financier privé.

Au final l'effort arraché aux banquiers et assureurs est insignifiant à savoir, remplacer les prêts arrivant à maturité par d'autres de même montant. Ce lissage a été assuré sous la double pression de Nicolas Sarkozy et de Jean-Claude Trichet. Non seulement, l'engagement des investisseurs se fera sur la base du volontariat mais il ne s'agit que d'un rééchelonnement, en aucun cas d'un effacement partiel de la dette. A l'aune des nouveaux efforts draconiens demandés au peuple grec, le décalage est saisissant.

On est donc très loin de la contribution "substantielle" que demandait au départ Angela Merkel. Passés les effets de tribune devant les délégués de son parti à Berlin, la Chancelière a tout lâché pour se ranger derrière la solution défendue par la France et la BCE sur le modèle de "l'initiative de Vienne".

La pilule est difficile à avaler Outre-Rhin où l'on a à l'esprit que les Banques et assureurs ont massivement investi dans la dette grecque et engrangent, grâce à des taux d'intérêt d'usurier, des sommes colossales sans vouloir assumer un risque qu'ils facturent pourtant au prix fort.

Le quotidien Les Echos donne les clés de compréhension du recul d’Angela Merkel : "A Luxembourg, les ministres se sont aussi faits sermonnés par le directeur général adjoint du FMI, John Lipsky, qui leur a demandé d'arrêter leurs enfantillages « improductifs » sur le « reprofilage » de la dette. Il leur a rappelé qu'une mauvaise gestion de la crise de la dette souveraine des pays périphériques pourrait affecter la solidité des banques européennes et déclencher ainsi une nouvelle crise systémique. Enfin, il leur a répété que le FMI ne déboursera rien tant qu'il n'aura pas de visibilité sur le financement à plus long terme du pays".

Nicolas Sarkozy a défendu lui avec succès les banques françaises très impliquées dans la dette grecque (publique et privée) puisqu'elles en détiennent 41% ce qui équivaut à environ 60 milliards d'euros. Il réalise au passage un nouveau grand écart entre les déclarations incantatoires de moralisation du système financier et les travaux pratiques.

La crise grecque devrait être l'occasion de faire un peu le ménage dans les institutions européennes notamment la BCE qui a prêté massivement des liquidités aux banques à des taux très bas allégrement reprêtées avec une marge confortable aux États afin de combler leur déficit.

Plutôt que de continuer à mettre du beurre dans les épinards des banquiers et de leurs actionnaires une solution aurait pu résider dans l'émission d'Euro-obligations (Eurobonds) pour financer les dettes des Etats.

Au-delà de l'urgence financière, on peut reprocher aux dirigeants européens leur incapacité à esquisser des perspectives et à poursuivre l'approfondissement de l'Union à partir des crises qu'elle traverse. C'est d'ailleurs, selon Les Echos, ce qu'a, une nouvelle fois, vainement réclamé Jean-Claude Juncker.

Ce changement de braquet est appelé de ses vœux par Nicolas Demorand dans Libération et il a raison. Avec la crise grecque, l'Europe se retrouve à la croisée des chemins : progresser ou régresser. Une alternative que le patron du quotidien de gauche résume dans la formule "la faillite ou le fédéralisme".

Faute de s'inventer un avenir notre continent risque d'être rattrapé par ses vieux démons du passé. A ce titre, l'évocation de plus en plus fréquente en Grèce de la question des réparations allemandes (jamais versées) au titre de la seconde guerre mondiale constitue un signal d'alerte et une porte ouverte au délitement de 60 ans de construction européenne.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

159 réactions à cet article    


  • filendrick 21 juin 2011 12:25

    Ils poussent le bouchon de plus en plus loin

    clairement il y a une volonté d’exploser le systeme.

    affolant ? pour les petites gens en tout cas.


    • Aldous Aldous 22 juin 2011 12:17

      Ben oui, c’est clair non : « la faillite ou le fédéralisme »

      On peut le dire sous la forme négative aussi pour ceux qui ne comprennent pas bien :

      « Abdiquez votre vouveraineté ou on vous ruine. »

      Le nouvel ordre mondial sera imposé de gré ou de force a expliqué Sarko.


    • platon613 26 juin 2011 17:36

      Ça ne s’arrêtera pas là...

      Roubini : 2013 l’année fatale

      Éclatementde la zone Euro, « hard landing » en Chine, risque accru de nouvelle récession mondiale... L’économiste américain Nouriel Roubini a fait un retour remarqué dans les médias ces derniers jours, administrant une série de piqûres de rappel sur les risques qui menacent l’économie mondiale à horizon 2013...

      http://www.news-26.com/econmie/714-roubini-2013-lannee-fatale.html


    • LE CHAT LE CHAT 21 juin 2011 12:57

      je crois que les allemands n’ont pas interêt à passer leurs vacances en Grèce cette année , ni en Espagne par ailleurs ....


      • jinule 21 juin 2011 13:01

        alors les états débloquent 110miliards, pour la troisième fois, alors qu’avec ces sommes la dette aurait été intégralement remboursé ? ça me parais étrange... pourquoi chercher à maintenir ce pays dans la crise ?

        surtout que ce sont juste quelques connards derrières leurs écrans qui attribuent des points à ceux qu’ils veulent (comme si une petite fille dans la cour de récré passait ses journées à notes ses petits camarades) qui ont mis la grêce dans la merde !

        c’est eux qui devraient payer, et pas le peuple !


        • Digger 21 juin 2011 13:37

          C’est une bonne question. Seule une dette qu’on ne peut pas rembourser permet de faire passer l’huissier et d’embarquer les meubles. Il faut crééer une dette non remboursable pour persuader les Grecs (et l’opinion mondiale) qu’il faut vendre leurs îles, leurs services publics, supprimer des fonctionnaires, démonter le système social.
          Ca ne coûte rien d’avancer de l’argent aux banquiers ils le créent . Ils peuvent très facilement créer des dettes qu’on ne peut pas rembourser d’autant plus que les agences de notation comme vous le signalez fixent les taux.
          Maintenir la relation débiteur-créancier c’est le but. Des débiteurs ont parfois dû se vendre comme esclaves
          http://www.alembert.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=824062017&catid=1312593401:jurisprudence&Itemid=150


        • filendrick 21 juin 2011 13:38

          alors les états débloquent 110miliards, pour la troisième fois, alors qu’avec ces sommes la dette aurait été intégralement remboursé ? ça me parais étrange... pourquoi chercher à maintenir ce pays dans la crise ?

           car si ils font tomber l’euro, les marchés se refugient dans le dollard


        • Digger 21 juin 2011 13:50

          Aussi, oui. La finance veut se goinfrer et le complexe militaro-industriel américain veut sauver le dollar. Tout le monde veut tirer profit de cette merveilleuse dette. Il y a quand même eu du tirage entre les partisans de la restructuration de la dette qui aurait fait exploser l’euro et ceux du remboursement par confiscation générale du pays.


        • Aldous Aldous 21 juin 2011 17:31

          pour mettre en place un ordre nouveau, il faut démolir l’ancien.

          Là nous assistons au début de la démolition de l’ordre des nations européennes.

          Vous savez, la « vielle Europe » comme disaient les néo-cons

          La Grèce est un terrain d’expérimentation pour lever les lièvres.

          En fonction de la réaction des Grecs et des institutions grecques, les financier mondialistes modifieront leur stratégie de vente à la découpe pour liquider le reste de nations européennes.

          En préparation, ils y ont implémenté (comme dane le reste de l’UE et aux USA) les nouvelles structures chargées de prendre le relais.

          C’est ce qu’on a appelé la régionalisation et la décentralisation.

          En Grèce aussi on a cours-cicuité la démocratie locale en lui retirant l’éducation (fermeture des écoles) la justice (nouvelle carte judiciaire), on a créé en doublon des Nômes (départements) les régions européennes à suffrage indirect idéal pour caser les apparatchiks du nouvel ordre.

          Le parlement national est une chambre d’enregistrement des règlements européens.

          Les marionnettes qui font office de gouvernement sont payées pour démolir l’ordre ancien, ce n’est pas d’eux qu’il faut attendre la moindre réaction salutaire et c’est pourquoi elle ont endetté les pays sans sourciller.

          Vous n’avez pas voté pour un nouvel ordre mondial ?

          Peu importe, dans le nouvel ordre on ne vous demandera pas votre avis de toutes façons.

          La démocratie n’est pas au programme. les droits de l’Homme ne seront plus politiques mais juridiques.

          On bafoue vos droits ? Prennez un avocat et allez a la Cours Européenne des droits de l’homme...

          Vous n’en avez pas les moyens ? Alors vous n’avez pas de droits.

          Au passage, porter plainte coutera 30 Euros.


        • filendrick 22 juin 2011 00:41

          super résumé du film en cours.

          Prochain round au 2 aout pour le relevement de la dette americaine ?


        • BIEN SUR ILS N ONT QUE DES AMIS BANQUIERS OU AVOCATS D AFFAIRES...

          ET LES BANQUES DOIVENT REMERCIER LEUR PARTIS...ET EUX AUSSI..CE SONT DES MARIONETTES..

          APRES DSK TOMBE DANS LE PIEGE SARKO ESSAYE DE SALIR HOLLANDE...AIDE PAR LA FINANCE INTERNATIONALE

          OU S ARRETERA CE DIABLE DE PETIT POLITICO-FINANCIER...OU,,,,,,,,,, ????

          tousensemble


        • HELIOS HELIOS 22 juin 2011 10:57

          @ TOUS ENSEMBLE etc...

          ...penser que Hollande est different, c’est une illusion. Ne vous etes vous pas fait déjà baiser, vous qui parlez de representation sociale.
          S’il y a une difference entre Hollande et les autres, elle est a la marge, et s’il parait que Aubry et cie se battent contre Hollande, ce n’est pas parce qu’il est different, c’est tout simplement qu’il veut une part du gateau qui a été accaparée par les autres.

          il n’y a pas 36 solutions tout le monde le sait. je vous laisse reflechir 5 mn et pensez que lorsque vous allez chez le dentiste, ça fait parfois mal avant d’etre soigné. Mettez votre mouchoir SVP sur des idées-valeurs-je-ne-sais-quoi et votez pour etre gueri.

          La Grece est une preuve de plus de ce que j’avance.... le systeme est tellement mafieux, que même les parrains americains « grondent » les europeens de ne pas etre assez ferme avec le peuple grec. Où sont ils ces europeens, ceux qui ont encore un peu de dignité pour ne pas se laisser dicter leur actes par je ne sais quel fonctionnauire US et respecter leurs peuples ?

          arretez la masturbation, choisissez bien, et ne vous plaignez pas ensuite.


        • platon613 22 juin 2011 14:45

          Voici une bonne analyse !

          L’euro : autopsie d’une catastrophe

          Il est évident que le dossier économique de l’euro était très défavorable, voire désastreux, avant même sa mise en œuvre, ce qui a été confirmé en tous points, et même au-delà, par la suite des événements...

          http://www.news-26.com/econmie/696-leuro-autopsie-dune-catastrophe.html


        • Robert GIL ROBERT GIL 21 juin 2011 13:03

          Les États, donc nous, ont investi des centaines de milliards pour soutenir l’activité.
          Ce qui a eu comme résultat l’envolée de l’endettement public. Nos gouvernants
          sautent sur l’occasion pour nous dire que cela va rendre indispensable les réformes
          que l’on repousse depuis 20 ans : à commencer par les retraites, puis la sécurité
          sociale. Les banquiers ont ruiné la planète, les contribuables ont payé prés de 3000
          milliards de dollars pour éviter l’effondrement du système, et l’on nous dit que les
          retraites vont être baissées et la sécu réformée car il n’y a plus d’argent pour les
          payer. Ceux qui sont responsables vont s’en sortir sans soucis, et les autres vont
          devoir se serrer la ceinture. Jusqu’à quand allons-nous l’accepter.Lire ci-dessous :

          http://2ccr.unblog.fr/2010/11/07/sus-a-la-crise/


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 juin 2011 16:05

            @ Robert Gil


             Les banquiers n’ont pas ruiné la planète. Ils ont posé des gestes qui en empêchent le fonctionnement parce que nous sommes naïvement crédules et croyons que leurs simagrées dans le miroir ont un impact immédiat sur la réalité, alors que cet impact n’est possible que si NOUS modifions notre comportement pour obéir à cette gesticulation. 

            Il suffirait que l’État grec dénonce ces engagements financiers et prenne en charge l’économie grecque : rien dans la réalité ne serait modifié que le climat social qui serait amélioré… un euphémisme. IL EN SERAIT DE MÊME DANS TOUS LES AUTRES PAYS, D’AILLEURS.

            L’obstacle ? La lâcheté des gouvernements et la trahison des élites qui, saboteraient cette prise en charge. L’obstacle ne sera supprimé que quand ces élites corrompus auront été mises hors d’état de nuire et la corruption punie, ce qui ne peut être fait qua par la froide volonté de chaque individu de détruire le système. 

            Cet impératif donnera certes lieu à des gestes regrettables, mais ce n’est pas les souhaiter que de prévoir qu’ils se produiront.



            Pierre JC Allard




          • kiouty 21 juin 2011 17:06

            L’obstacle ne sera supprimé que quand ces élites corrompus auront été mises hors d’état de nuire et la corruption punie, ce qui ne peut être fait qua par la froide volonté de chaque individu de détruire le système.

            Tout le problème, depuis la nuit des temps, c’est de trouver des dirigeants qui ne vbasculent pas du coté obscur une fois qu’ils sont au pouvoir.
            Personne n’est corrompu de nature, on le devient, et si la masse éjecte l’élite parce qu’elle en a marre et veut se gaver aussi comme l’élite actuelle, elle devra bien se choisir des représentants qui s’auto-corrompront, à moins d’une droiture morale absolument inhumaine, malheureusement.

            Je ne suis pas aussi optimiste que vous sur la méchante élite et la gentille masse. Ce qu’il faut, c’est améliorer sans cesse le cadre institutionnel garant des libertés publiques des droits de l’homme et autres à chaque changement de système. C’est ça qui est important, dans le changement, et pas de botter le cul à une élite qui fait ce que n’importe qui d’autre aurait fait à sa place.


          • oncle archibald 21 juin 2011 18:53

            Les banquiers n’ont pas ruiné la planète, ils ont prêté, c’est leur métier et vous voudriez d’un coup de baguette magique, ou par décret, dire aux banquiers « vilains garçons, voyous, voleurs, nous n’honorerons pas les engagements que nous avons pris avec vous et allez donc voir ailleurs si j’y suis .

            Ceux qui ont ruiné leurs pays ce sont les politiques qui ont emprunté au delà de toute raison pour soi-disant »soutenir l’économie« . Ce sont eux, qui en notre nom et sans que personne ne proteste. Au contraire, on trouve qu’ils n’ont pas assez emprunté sans doute puisqu’il subsiste un fort chômage. 

            Ce sont eux qui ont fait les gestes qui empêchent le fonctionnement des états parce que nous sommes naïvement crédules et que nous avons cru que l’on peut emprunter sans avoir un jour à rembourser. . Cela marchait bien du temps ou l’inflation était admise et ou l’argent public était emprunté aux banques nationales. On remboursait en faisant tourner la planche à billets. Lorsque sous Pompidou et sous Giscard cette règle du jeu fut remplacée par l’obligation pour les états d’emprunter aux banques privées comme de vulgaires ménagères qui veulent changer de frigo tout devenait différent et personne n’a dit attention il ne faut plus laisser filer les dettes sinon boum dans le mur .. Au contraire ils ont fait comme les ménagères les plus têtes brulées, ils ont pris un deuxième crédit revolving pour payer le premier et ainsi de suite .. Qui a protesté ? Vous en avez entendu des politiques en vue crier attention on va dans le mur ?

            Personne ne l’a dit parce qu’on ne se fait pas élire en disant »vous allez d’abord vous serrer la ceinture et peut être un jour, quand on aura remboursé ce que vos pères et grands pères ont emprunté, éventuellement et si on y arrive, ça pourrait aller mieux "..

            La lâcheté des gouvernements que nous nous sommes choisis, ne pas oublier ce facteur important, c’est de ne pas avoir dit cette stricte vérité. La lâcheté des gouvernements c’est de faire semblant, c’est de répéter que tout va bien, ou presque, enfin demain tout ira bien, alors qu’il n’en est rien. La lâcheté des gouvernements et des partis politiques influents c’est de ne pas avoir en temps utile stoppé la machine infernale. 

            Et alors oui, en effet, pour moraliser tout cela il faut demander à ceux qui se sont goinfrés d’argent public, donc de notre argent, grâce à ce système et avec la complicité bienveillante des gouvernements et des partis, c’est à ceux là qu’il faut demander des efforts très particuliers pour essayer de remettre en ordre de marche une machine qui est cassée. 

          • jpm jpm 21 juin 2011 19:26

            Ceux qui ont ruine le pays ce sont surtout ceux qui ont vote des baisses d´impots... generalement pour les plus riches. Effectivement les deficits viennent surtout du manque de recettes... surtout en periode de crises ou il n´est pas possible de reduire des depenses sociales. Alors ce sont ce sont les gouvernements souvent de droite et les gens qui ont approuve ces baisses d´impots aux plus riches qui sont responsables des deficits... et donc de l´augmentation de la dette publique.

            Le plus paradoxal, c´est que ce sont bien souvent les memes personnes qui ont beneficie des economies d´impots qui prettent aux etats en achetant des obligations d´etat... a travers leur assurance vie ou leur sicav. La seule solution est donc bien de reaugmenter les impots pour tout le monde mais surtout pour les plus riches... afin que les recettes de l´etat redeviennent au niveau des depenses... et que cessent les deficits qui compromettent serieusement l´avenir.

            Il existe dailleurs un impot parfait pour cela... qui ne genera pas la reprise, ni ne penalisera pas les travailleurs... c´est l ´impot sur les successions. En plus, on est sur de toucher un jour ou l´autre tout ceux qui se sont enrichis grace aux baisses d´impots du passe smiley


          • oncle archibald 21 juin 2011 19:39

            Tout à fait d’accord JPM, un projet présidentiel digne de ce nom devrait être pour l’essentiel une énorme réforme de la fiscalité, et avec du doigté, car il faut arriver à faire payer ceux qui en ont trop, sans massacrer ceux qui en ont comme il faut et sans pénaliser ceux qui n’en ont que tout juste assez ... 

            Ce projet qui devrait mettre à bas toutes les exonérations « de faveur » devrait aussi rendre l’impôt très progressif et l’imposition quelle qu’elle soit devrait être « par tranches » de façon à ne léser personne mais très « confiscatoire » lorsqu’il s’agit de sommes qui deviennent indécentes. Moi je voudrais bien voir des chiffres dans les programmes des candidats à la place des vagues promesses du genre « on fera payer les riches » ou « nul ne devra payer en impôts plus de la moitié de ce qu’il gagne » qui n’est en fait une mesure utile que pour une poignée de très très riches, qui s’ils avaient la fibre patriotique devraient être super fiers de contribuer beaucoup à la bonne marche de leur pays.

            Vous voulez une confidence ? Je suis volontaire pour payer de très gros impots sur le revenu ... ce qui sous entendrait d’abord que j’ai gagné beaucoup d’argent ..

          • kalon 21 juin 2011 23:39

            Tu as raison, il suffit de dire NON mais qui va dire NON parmis ceux qui, a la fois, profitent de ce systéme et en font les lois ?
            Une guerre remettrait les mémes en place, il ne nous reste qu’une révolution, mais une révolution ne se décrète pas comme on peut le faire avec une guerre.
            Une révolution, c’est un moment que personne ne peut organiser, c’est un attracteur étrange en matiére de mouvements chaotiques.
            C’est le battement d’aile d’un papillon sud américain qui crée un tsunami au Japon !
            Actuellement, ce sont des programmes avec intélligence artificielle qui gérent la spéculation boursiére, hors, il est évident que ces programmes vont s’emballer du fait que nos élites tergiversent de trop et que ces programmes ne pourrons plus s’adapter à de telles modifications irrationnelles.
            Ce systéme est occupé à s’auto-détruire, regardons le faire, et attendons !


          • filendrick 22 juin 2011 00:45

            oui ok, mais comme par hasard et avec le temps, sont tous devenu super copains, et c’est pas les politiques qui avaient les idées.

            la vielle histoire de qui de l’oeuf ou la poule ?


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 juin 2011 13:16

            Les banquiers et les détenteurs de titres Grecs en question étaient présents lors de la fête du Fouquet’s au soir de l’élection du nabot. Vous ne pensiez tout de même pas qu’il allait poignarder ses convives dans le dos ?


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 21 juin 2011 13:24

              Et souvenez-vous de l’économiste Marc de Scitivaux qui, traduisant la parole de Sarkozy, déclarait sur i>Télé « qu’il ne s’agit pas d’aider les Grecs. Il s’agit de sauver l’euro jusqu’au dernier Grec vivant ».


            • Aldous Aldous 21 juin 2011 17:36

              Il ne s’agit pas de sauver l’Euro, qui ne cours aucun danger.

              Il s’agir d’étrangler les Grecs pour les obliger à capituler ce qui leur reste de souveraineté, d’institutions et de bien public.

              Une fois la capitulation signée et la Grèce annexée vous verrez qu’on s’empressera de liquider la dette et de dire au peuple grec : « Le Nouvel Ordre Mondial vous a sauvé : prosternez vous... »


            • Kessonfait ? 21 juin 2011 21:31

              Aldous,

              Je pense que tu te trompes en disant que l’euro n’est pas en danger. C’est une monnaie qui sert les intérêts de ce cartel bancaire afin de spéculer et détruire tous ce qui existe de productif. L’économie qui soutient cette monnaie me paraît plus être virtuelle que réelle. De plus en plus de gens en Europe sont dans la merde.

              Il nous était aussi évoqué en 2008 que les subprines ne toucherait pas l’Europe. Et maintenant c’est on renfloue une dernière fois ou pas. Si les spéculateurs veulent jouer ce doit être avec leur argent pas le notre et celui de la population européenne, ainsi si ils perdent c’est la faillite. Pour revenir à cela il faut séparer les activités bancaires.


            • kalon 21 juin 2011 23:52

              Demander aux politiciens actuels de dénoncer les banques est comme demander à un junkie de dénoncer son dealer.
              Mission impossible !


            • Aldous Aldous 22 juin 2011 12:19

              L’euro en danger ?

              Vous pensez si c’est le problème !

              Quand on vous braque, vous vous inquietez de l’entretien du flingue vous ?


            • platon613 23 juin 2011 10:24

              Fed : La Grèce est une menace pour la finance mondial

              Ben Bernanke, le patron de la Banque Centrale des Etats-Unis (Fed) a tenu une conférence de presse lors de laquelle il a laissé entendre que la crise grecque pourrait constituer une menace pour la stabilité du système financier mondial...

              http://www.news-26.com/econmie/701-fed-la-grece-est-une-menace-pour-la-finance-mondiale.html


            • vinvin 21 juin 2011 13:25

              Et si ce n’ est pas les banques des pays « civilisés » de l’ europe de l’ ouest qui doivent payés la dette de la Grèce, alors c’ est qui qui va « cracher au bassinet » ?.... Encore les peuples de l’ europe « civilisée » d’ en bas ?....


              Je me demande meme si je vais aller voter en 2012, car pour voter en faveurs des fils de putes qui asservissent la population qui les a mis au pouvoir, cela ne sert a rien, et mieux vaut encore s’ abstenir de voter.

              Jusqu’ a présent, j’ ai toujours été outré par les salauds qui braquaient des fourgons blindés, qui faisaient des détournements de fonts, du trafic de drogue, proxénétisme, etc, etc....(Mais si ça continue, je vais finir par donner raison a ses gens-là) ! ......





              VINVIN.

              • Aldous Aldous 21 juin 2011 17:40

                Vous posez la mauvaise question :

                La vrai question est pourquoi une dette insolvable gonfle-t-elle au lieu de s’effondrer ?

                Une dette titrisée, c’est comme une action de société.

                Si elle s’effondre elle ne vaux plus rien et on peu se désendetter à bon compte.

                C’est ce qu’a fait l’Equateur en 2005.

                L’action de la BCE, du FMI et de l’UE maintiennent artificiellement la valeur de la dette et la font exploser au lieu de laisser la loi de l’offre et de la demande faire son effet.

                Alors la question est pourquoi tue-t-on la Grèce ?


              • kalon 21 juin 2011 23:47

                Voter n’a jamais servit à grand’chose mais ne plus aller voter nous permettrait, pour le moins, de nous distancier par rapport à un futur que nous ne désirons pas.
                Il est mieux, aujourd’hui, de ne plus aller voter, je pense.
                Cela posera un probléme de légitimité aux fossoyeurs ! smiley


              • vinvin 22 juin 2011 07:08

                (@ALDOUS).


                Je crois plutôt que la question qu’ il faut se poser est celle-ci :

                Pourquoi avoir fait entrer certains pays de l’ ancien bloc soviétique dans l’ UE, alors que certains de ses pays étaient des pays sous-développés a l’ image de certains pays Africains ?....

                Les Dictateurs de « Mache-triche » ou/ et de Bruxelles, ont voulu prendre ses pays de merde dans les bras, et a présent nous les avons sur le dos !


                Quand je pense que ce sont des gens politique qui ont fait des hautes études pour prendre ce genre de décision a la con, ( je me demande quels sont le style d’ étude que ses cons ont bien pu faire ) ?.......


                (Par-ce que si ses cons possèdent un cerveau, alors moi je suis dieu) ! .....



                LA PREMIÈRE DES CHOSES A EVITER DE FAIRE, ÉTAIT DE FAIRE ENTRER DES PAYS DE TRAÎNES « SAVATES » DANS L’ UE. ( Grèce, Roumanie, Estronie, Lituanie, etc, etc....) 

                Et nos « Zélites » sans ailes, nous parlent de faire entrer la Turquie, (voir Istraél,) dans l’ UE ?... (et pourquoi pas le MO-ZAM-BIQUE, aussi, Non ?...).

                (Comme ça nous aurons le complet,) en matière de « boulets » ! 





                VINVIN.

              • vinvin 22 juin 2011 07:45

                (@KALON).



                Mais bien sur que de voter n’ a jamais servie a rien !...

                Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, nous avons essayer la droite « classique » ainsi que la gauche « classique » et on a pu s’ apercevoir qu’ il n’ y avait aucune différence entre les deux.


                Donc, soit il faut voter pour des partis politiques que nous n’ avons pas encore essayés, ( a savoir le PCF ou/et/ le FN,) soit ne pas voter, soit voter « blanc », ou bien encore voter pour quelqu’ un qui n’ existe pas !....

                (Je ne suis pas croyant,) mais a titre d’ exemple, si tout le monde barrait le nom du candidat, et inscrivait au verso, DIEU, ou bien encore JÉSUS, meme si ses deux types n’ on jamais existés, je pense que un 95% dieu ou Jésus ferait un « déclic » qui ferait peut-être réfléchir nos politiques qui se remettraient peut-être en question ?......


                De plus, ( ce n’ est pas le sujet de l’ article,) mais je vais quand-meme le dire brièvement....

                A propos de Socialiste, ( le mot Socialiste et/ou/ Socialisme, étant un diminutif du mot SOCIAL,) Pour moi, un vrai Socialiste ne dois pas crécher dans des suites au Sofitel au cours de ses voyages, ( suivez mon regard,....) mais plutôt dans un « Capoutche » a 35 euros la nuit, et avec la différence de prix entre le « Capoutche » et le Sofitel se servir de cette économie d’ argent pour investir dans une oeuvre Sociale. (voila ce qu’ est un vrai Socialiste) !

                Les autres qui crèchent dans des suites présidentielles au Sofitel (ou ailleurs) ne sont pas plus Socialistes que ce que moi je suis archevêque !




                VINVIN.


              • vinvin 22 juin 2011 07:52

                (Ha merde, déjà moins un dans mon « post » de 07 heure 08 ) !....


                Ho putain, je me suis trompé, ( je n’ aurais pas du citer l’ état illégitime de Yahvé,) parmi les états qui n’ ont rien a foutre dans l’ UE ! ...... 



                VINVIN.



              • Aldous Aldous 22 juin 2011 12:26

                @vinvin

                "Pourquoi avoir fait entrer certains pays de l’ ancien bloc soviétique dans l’ UE ?« 

                Pour le mettre sous les ordres d’un maoiste notoire... José Manuel Barosso.

                Sinon si la question est »dans quel but" la réponse est simple : pour les inféauder.

                L’UE est un empire. Rien d’autre.
                C’est Barosso qui le dit.

                http://www.youtube.com/watch?v=-I8M1T-GgRU



              • robin 21 juin 2011 13:30
                Grèce : Sarkozy et la BCE ne veulent pas faire payer les banques ...


                Sans blagues....quel scoop !
                Nos bons dirigeants sont à leurs ordres on imagine mal comment ils s’y prendraient


                • Jimmy 21 juin 2011 13:33

                  l’Europe se retrouve à la croisée des chemins : progresser ou régresser

                  non, l’Europe à le choix entre s’effondrer tout de suite ou s’effondrer plus tard

                  le plus tôt sera le mieux


                  • Aldous Aldous 21 juin 2011 17:43

                    Vous confondez l’Europe avec l’UE et la BCE.

                    L’Europe est un continent, l’UE une bureaucratie non représentative et la BCE un organisme privé représentant les banques centrales (privées aussi).


                  • djonzs 21 juin 2011 13:47

                    Pas spécialiste dans l’affaire mais si on fait casquer les banques, les premières banques touchées ne seraient-elles pas les banques grecques qui - contrairement aux banques étrangères - ne pourront pas éponger ces pertes et capoteront à coup sûr ? Les Grecs, premiers touchés, perdront jusqu’à leurs dernières économies - après avoir perdu tout le reste. Après, évidemment, s’il y a contagion, d’autres pays y passeront également.


                    • HELIOS HELIOS 22 juin 2011 16:51

                      ... mais non Djonzs, vous vous etes fait intoxiquer !

                      Si les banques grecques crevent que va-t-il se passer en grece ? RIEN, strictement rien (pour le commun des pekins comme vous et moi.)
                      A votre avis, le mec qui fait de la feta avec ses brebis, ne va-t-il plus les traire ?, le boucher, le boulanger etc tous continueront a vivre, en respectant leur pays, c’est a dire en achetant dans l’economie locale, celle qui continuera a etre accessible.

                      Par contre, les banquiers grecs, et les entreprises « financiarisées » n’y arriveront plus, car ils n’auront plus de sous et plus de credit. Personnellement je dis : qu’elles crevent !!! c’est bien ca la loi du marché, la concurrence libre et non faussée !!! et puis, en fait, d’autres, plus etiques et orientées vers le service a la population plutot que le service des actionnaires vont naitre et se developper.

                      Comble de joie, ces banquiers grecs qui vont etre dans la m... ce ne sera pas a cause des grecs qu’ils ont etranglés, mais de leurs copains etrangers, notamment allemands et français qui vont les poursuivre jusqu’au bout pour etre remboursés.

                      Oui, c’est par ailleurs vrai, la situation risque d’etre un peu difficile, mais pas trop car la Grece n’est surement pas autonome, toutes les multinationales se sont bien arangées, par delocalisation, fragmentation etc pour rendre le pays en situation de dépendance. Mais cela ne perdurea pas, juste le temps que l’economie locale s’organise.

                      Les riches se fourniront a l’etranger et les grecs « normaux » redecouvriront l’interet de creer une entreprise qui FAIT quelque chose.

                      Et c’est sans compter sur l’aide europeene, la vraie, celle des peuples, qui d’abord etonnée puis ensuite mefiante et enfin sooumise au même risque va regler le compte, oh combien je l’espere, a tous ces mafieux qui nous gouvernent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès