Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Islande « Le fait d’avoir notre propre monnaie nous a beaucoup aidés (...)

Islande « Le fait d’avoir notre propre monnaie nous a beaucoup aidés »

La croissance économique en Islande a été de 2,1 % en 2011. Pour 2012, la croissance prévue est, selon la commission, de 1,5 (le triple de l'Union européenne). Mais, selon le président du pays M. Grimsson, elle devrait être de 3%, et le taux de chômage autour de 6 %.

L'Islande, vous vous souvenez, c'est ce pays dont le système bancaire a explosé en vol et qui a refusé de transférer sur les contribuables les dettes des banques, au grand scandale de la communauté internationale et du système.

Elle se porte maintenant fort bien, et son président nous explique ce qu'elle a fait pour cela.

M. Grimsson a donné une interview au journal en ligne Metro.

Interrogé sur ce qui explique la reprise, il répond :

"Nous n'avons pas suivi l'orthodoxie qui guide les politiques en Europe et à l'international. D'abord, nous avons vite réalisé que cette crise n'était pas qu'économique et financière mais aussi politique et sociale, ce que l'Europe ne réalise que maintenant. Nous avons rapidement lancé des réformes politiques, sociales, judiciaires et mis sur pied une commission parlementaire qui, dans son rapport "Vérité", a expliqué pourquoi le système a échoué (et qui a abouti à la mise en examen du Premier ministre pendant la crise, Geir Haarde, poursuivi pour l'effondrement du système financier - son procès n'a pas encore eu lieu, ndlr).

Ensuite, on a laissé les banques faire faillite. On n'a pas injecté d'argent public pour les sauver, considérant que ce sont des entreprises privées comme les autres. Le fait d'avoir notre propre monnaie, la couronne, nous a aussi beaucoup aidés. Alors que le Fonds monétaire international considère que contrôler la monnaie est la pire des choses, nous avons choisi de la dévaluer, ce qui a été très bénéfique pour nos exportations.

Quand vous mettez tout ça bout à bout, ajouté à la résilience du peuple et à la force des ressources du pays (que sont le tourisme, la pêche, les énergies propres, la high tech et les technologies de l'information), vous comprenez pourquoi notre économie se redresse."

Tout le contraire de nos gouvernements, qui permettent aux banques de privatiser les profits et de socialiser les pertes, et qui les renflouent aux frais du contribuables tout en s'excusant de ce que leur peuple ait soi-disant vécu au dessus de ses moyens !

En Islande, les spéculateurs malchanceux font faillite, et les responsables sont recherchés.

Les banques islandaises malades firent donc faillite et, selon M. Grimsson, l'économie réelle ne s'en porta que mieux :

"Nous avons compris que les entreprises financières et bancaires accaparent, grâce à de bons salaires, l'essentiel des ingénieurs informatiques, des mathématiciens, des designers, etc. Au détriment de la high tech ou des technologies de l'information. Quand les banques se sont effondrées, tous ces talents ont retrouvé du travail dans ces secteurs qui, désormais, se portent bien mieux qu'avant ! La morale de cette histoire est qu'un important secteur bancaire, dans un pays dont le but est d'être à la pointe de l'économie de la connaissance, est une mauvaise nouvelle."

L'Islande peut-elle être un modèle pour les autres pays ?

M. Grimsson se garde bien de donner des leçons, mais il remarque que le FMI lui-même a trouvé des choses à apprendre de l'Islande.

En tous cas, pas question de presser le pas pour entrer dans l'Union européenne. La population n'est pas pressée (bien que des discussions d'adhésion soient en cours) :

"L'Islande était traditionnellement contre le fait d'intégrer l'UE, surtout en raison des restrictions à la pêche imposées par Bruxelles. Quand les banques islandaises se sont effondrées, la zone euro semblait en bonne santé. Beaucoup se sont donc dit qu'il était peut-être temps de l'intégrer. Mais la zone euro est aujourd'hui bien différente d'il y a deux ans... Désormais, la grande majorité des Islandais considèrent qu'il ne faut plus intégrer l'UE. Et ce d'autant plus que les politiques en matière de pêche sont désastreuses. Le secteur de la pêche étant primordial en Islande, les négociations seront difficiles."


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Richard Schneider Richard Schneider 14 janvier 2012 10:20

    Tout ce qu’avance l’auteur (e ?) dans cette article est exact. Mais l’Islande est trop « petite » pour en faire un cas d’école.

    Les économies des « grands pays » européens sont trop imbriquées les unes dans les autres pour qu’un seul de ces pays puisse sortir de l’Euroland sans dommages graves. Résumer la situation à : « il ne fallait pas voter oui aux différents traités pro-européens » est une réflexion à courte vue. Ce qui est fait est fait. On ne peut malheureusement pas revenir en arrière.
    De toute façon, l’hydre libérale l’a emporté. Depuis la Chute du Mur, la mondialisation ultra-libérale impose ses objectifs partout - et surtout en Europe.
    Seule un prise de conscience de tous les peuples européens (au moins) pourrait changer la situation. Ce n’est pas pour demain.

    • ottomatic 14 janvier 2012 15:05

      « On ne peut malheureusement pas revenir en arrière. »

      Formatage de cerveaux réussi !!!!!!!!!!!!

    • colza 14 janvier 2012 18:04

      Bien sur que si, on peut aller ailleurs que là où veulent nous entraîner les banquiers et les financiers. Ca pourrait même inspirer d’autres pays à faire la même chose. 

      Bien sûr qu’à court terme, ça va faire mal, mais comme de toutes façons on est dans le mur, ça ne pourra pas être beaucoup pire.
      Et comme je l’ai déjà dit ailleurs, je préfère être pauvre et libre en dehors de l’Europe et de l’Euro que pauvre et asservi dans la CE.

    • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 12:55

      Salut, Julutch.



    • Yohan Yohan 14 janvier 2012 10:53

      Quand on pense à ce que Madoff a pris aux US ’(150 ans de prison), et quand on voit le nombre de Madoff impunis chez nous (les Madoffs de la finance, des logements HLM, des retraites chapeau, ...) , on comprend mieux pourquoi ce pays est à la dérive.


      • blurpy 14 janvier 2012 11:00

        Quand on voit ce qu’on voit et quand on y pense, on comprend mieux qu’on sait ce qu’on sait.
        Bravo le café du commerce.


      • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 12:46

        Madoff a été puni et on s’en réjouit, mais, en même temps, ce n’était qu’un petit requin.


        Il a aspiré quelques grosses fortunes, mais cela n’en fait pas un malfaiteur systémique.

        Voir plutôt ce débat avec Etienne Chouard et Myret Zaki montrant que la crise a été fabriquée de toutes pièces lors d’une réunion de très gros banquiers à New York :


        C’est une stratégir pour pomper toutes les richesses.

        Et ceux-là, la justice américaine leur fout la paix.


      • Loatse Loatse 14 janvier 2012 15:35

        Bonjour Catherine,

        La perte du triple A est arrivée pile poil au moment ou l’euro était faible (1 euro= 1,23 dollar), que cette baisse nous aurait permis de relancer la croissance de 0,5 % et plus si cette baisse allait en dessous de 1,20 dollar pour 1 euro...

        Les taux d’intérêt faramineux sur la dette plus les mesures d’austérité en cours et à venir ne vont pas arranger les choses, loin de là...

        Tout ceci ressemble comme deux gouttes d’eau à une opération de sabordage économique et politique de l’europe...

        La question que je me pose est celle ci : pourrons nous arriver aux élections et décider de notre avenir comme les islandais ou bien nous retrouverons nous comme la grèce et l’italie dirigés par des éléments de la goldman sachs ?

        Risquons nous de perdre ce qui nous reste (fort peu) de liberté au point qu’il nous serait impossible de nationaliser les banques et retrouver notre monnaie ? (y a t’il encore des optimistes qui croient à l’euro ?)

        Le pire est encore possible : les socialistes européanistes qui risquent de se retrouver au pouvoir en France et en Allemagne lors des prochaines élections sont partisans d’une politique monétaire encore plus laxiste et d’un interventionnisme encore plus important de l’Etat pour contrer le libre jeu des marchés financiers...


      • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 15:41

        Bonjour Loatse,


        C’est clair que nous aurons un choix à faire aux élections.


      • Hetadame Hetadame 14 janvier 2012 16:46

        Vous dites : on comprend mieux pourquoi ce pays est a la dérive ! Il faudrait dire plutôt : ETAIT a la dérive ! L’article montre bien que ce pays, en retrouvant sa monnaie, est en plein redressement economique et social !!!!


      • Le taulier Le taulier 14 janvier 2012 14:31

        Sauf que le président ne parle pas des 20% de baisse de salaire dans un contexte inflationniste (puisque la devise nationale est dévaluée les prix grimpent) , qu’un nombre très important d’Islandais a émigré (En Norvège en particulier, qui serait prêt d’accueillir des millions de travailleurs français qui ne maitrisent pas l’anglais, arrogants et tourjous en train de se plaindre ?)


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 15:24

          Pour les baisses de salaires, tu dois confondre avec d’autres pays (ceux qui deisent amen à la BCE) :





        • Le taulier Le taulier 14 janvier 2012 19:22

          Je ne confonds pas je vais en Islande régulièrement.


        • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 19:42

          Si tu le dis ...



        • OMAR 14 janvier 2012 15:32

          Omar 33

          Pour une fois que la Saugrenue change de registre ( c’est une experte Es-Islamophobie), elle fout les pieds dans le plat...

          Comparer l’Islande un pays d’à peine 350.000 habitants dont l’économie repose essentiellement sur la pêche, avec la France !!!!

          http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27Islande

          Et qui risque aussi la récession....

          http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/03/08/l-islande-risque-a-nouveau-la-recession-economique_1489889_3234.html..

          C’est tout ce qu’on a trouvé comme idée au F. Haine ?

          La prochaine fois, choisissez le Vatican ou le Liechtenstein, vous serez peut-être plus crédible..


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 15:39

            Ce n’est pas une question de taille.


            Comme exemple de plus grand pays qui est en train de réussir sa sortie de crise sans sacrifier son peuple aux diktats des banques, il y a aussi l’Argentine :




          • papi 14 janvier 2012 18:54

            @ Catherinne

            Bonsoir et encore une fois un excéllent article qui met en évidence les solutions pronées par Marine, en ce qui concerne la taille du pays, il faudrait que les détracteurs se rappellent que même les ingénieurs utilise un modélisme pour recueillir des informations..
            Avec la perte de notre triple A, c’est aujourd’hui que l’abrogation de la loi de 73 trouverait
            être une riposte à la loi des marchés pervers..
            Salutations ..


            • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 19:42

              Salut, Papi.


            • arobase 14 janvier 2012 18:58

              l’auteur devrait expliquer à des lecteurs lambda comme moi qui n’ont pas fait d’études d’économie et pour qui tout ce bla bla est du chinois, exactement et de manière simple et concrète quels sont les avantages pour la population.


              le principe serait donc 1€ = 1 fr ?  et la dévaluation de 25% ?

              dans ce cas, le smic sera à combien ? 1300frs ? ou 1300-25%= 975 frs ?
              le loyer aujourd’hui de 500€ sera à combien ? 500 + 25%= 625 frs ?

              les produits importés : le tee shirt à 10 euros chinois passerait à 10+25% +taxes= au moins 15 € ?

              donc , en attendant (des années) que nous puissions produire chez nous à prix abordables

              on va gagner moins et payer plus cher ? est ce que je me trompe ?

              si oui expliquez nous la bonne nouvelle.



              • papi 14 janvier 2012 20:26

                Arobase

                Si vous avez un peu de mémoire, lors de notre dernière dévaluation compétitive, si la baguette était à 80 centimes de francs, le lendemain elle était toujours à 80 CTS..
                en ce qui concerne votre T-shirt, fabriqués en chine ils ne coutent que 3 euro/francs, même avec une dévaluation et un droit de douane, vous les toucheriez encore à 3.75 euros/francs .Légèrement plus chers mais quand même abordables, en compensation les entreprises referaient du chiffre et le chômage diminuerait .. De ce fait les entreprises Françaises seraient plus compétitives , et le tissus industriel se reconstruirait avec l’emploi à la clé..donc la croissance en positif..


              • papi 14 janvier 2012 20:14

                arobase

                Attendez donc d’être dans une merde noire, avec ce qui nous attends, puis le fait de payer le t-shirt 15 francs vous semblera un paradis .. car nous n’avons pas encore fini de tirer la langue.. Nous n’en sommes pas à une grécisation, mais nous sommes sur la bonne voie..
                Si personne ne nous sort de ce merdier..


                • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 20:25

                  De toutes façons, le programme de Marine comporte l’indexation des salaires et des retraites sur les prix.


                  Dans de telles conditions, un peu d’inflation ne me gêne pas.

                  Les Trente Glorieuses ont été sous le signe de l’inflation.



                • arobase 14 janvier 2012 21:10

                  si demain mon euro que je gagne ne vaut plus que 0.75€, en quoi ça me garanti de ne pas être dans une « merde noire » ?

                  « Si personne ne nous sort de ce merdier.  » 
                  en quoi me faire payer des taxes sur les produits importés (sans que mon salaire augmente car mon patron ne pourra jamais baisser les prix s’il me paye plus !) et réduire la valeur du peut que je gagne me « sort du merdier » ? 

                  il faudra être plus précis pour convaince. sarko nous a lanternés, on n’a pas l’intention de recommencer avec un autre ou une autre les yeux fermés.



                • arobase 14 janvier 2012 20:59

                  « Si personne ne nous sort de ce merdier. ».

                  je suis têtu et veux savoir .

                  deux choses l’une,ou bien vous ne savez pas car vous n’y comprenez pas plus que moi, et ce serait grave d’adopter et propager, encourager une mesure sans en comprendre la finalité, ou bien vous ne dites pas tout.

                  « -en ce qui concerne votre T-shirt, fabriqués en chine ils ne coutent que 3 euro/francs, même avec une dévaluation et un droit de douane, vous les toucheriez encore à 3.75 euros/francs.  »

                  s’il ne coûte que 3 euros/francs, pourquoi je le paye 10 aujourd’hui, et une fois taxé je le paierai 3.75 seulement ? un cadeau des chinois à lepen ?

                  -si les salaires sont indexés sur les prix, comment devient-on plus compétitifs ?

                  -indexés sur les prix des produits français ou des produits étrangers surtaxés ?

                  si mon salaire est dévalué de 25% tout ce que j’achète à l’étranger (car je ne produit rien en France et pour des années) est majoré d’autant, plus des taxes protectionnistes, je m’enrichit ?

                  mme lepen qui perçoit un double salaire conséquent n’achète aucun produit chinois. même avec un franc dévalué et des prix taxés et majorés, il lui restera toujours assez de fric pour se payer le fouquet’s régulièrement.

                  je fais quoi moi avec mes 1200 frs/mois et mon loyer à 500 frs ? et on est combien dans ce cas ? c’est ceux d’en haut ou ceux d’en bas que vous favorisez ?

                  je veux bien tenter de vous suivre mais on ne m’aura pas avec des incantations.  précisez svp ou bien renseignez vous, je me demande si vous même n’êtes pas en train de vous faire avoir.

                  ce qui m’intéresse, et tous les gens avec moi, c’est ce que me fait gagner concrètement le retour au franc. si c’est pour gagner moins et payer plus, sarkosy a déjà tout expérimenté.

                  si c’est la grandeur de la France uniquement, je peux encore m’en passer un moment., 







                  • arobase 14 janvier 2012 21:23

                    trompé et trahit par sakosy qui a fait cadeau aux riches 500 milliards en 5 ans tout en réduisant les autres à la misère, le peuple ne se laissera plus lanterner par de beaux discours. d’où qu’ils viennent.


                    la magouille du « point » annonçant 30% pour lepen (en ajoutant ceux qui votaient contre) a démontré qu’elle est toujours en dessous de 17%. 
                    donc pour progresser il faudra passer à une autre rhétorique que critiquer les camps adverses et annoncer des vérités que tout le monde connait, mais plutôt avancer ses solutions,
                    . le constat est fait et passons au concret :

                    la campagne va changer de braquet et il va falloir commencer à vendre sa propre salade, et démontrer que ses propositions sont les bonnes, dans des termes compréhensibles même par les no-énarques.

                    il faudra aussi compter sur des adversaires costauds et coriaces capables de démonter les bricolages et les irréalismes.

                    alors à vous de jouer. nous on ne demande qu’à mieux vivre.

                    • BA 14 janvier 2012 21:49

                      Pronostic : cinq Etats du sud de l’Europe vont quitter la zone euro (Espagne, Italie, Portugal, Chypre, Grèce).

                       

                      - Les cinq Etats du sud de l’Europe continuent de se rapprocher du défaut de paiement.

                       

                      - Sont abaissées d’un cran les notes : de la France, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de l’Autriche, qui tombe à AA+ sous perspective négative, de la Slovénie, de la Slovaquie et de Malte.

                       

                      - Standard and Poor’s abaisse de deux crans la note de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal et de Chypre, tous les quatre avec perspective négative.

                       

                      - Les banques ont annoncé vendredi qu’elles suspendaient leurs négociations avec Athènes sur les modalités de la restructuration de la dette publique de la Grèce, et laissé entendre qu’elles pourraient revenir sur leur engagement à en effacer volontairement une grande partie.

                      Grèce : taux des obligations à un an : 396,637 %.

                      Grèce : taux des obligations à 2 ans : 163,237 %.

                      Grèce : taux des obligations à 5 ans : 51,697 %.

                      Grèce : taux des obligations à 10 ans : 34,364 %.

                       

                      - Conséquence : le FESF et le MES vont être dégradés.

                       

                      - Conséquence numéro 2 : le FESF et le MES seront incapables de sauver du défaut de paiement les cinq Etats du sud de l’Europe.

                       

                      La zone euro va exploser : les cinq Etats du sud de l’Europe ne pourront pas rester dans la zone euro.


                      • daily.logan 18 janvier 2012 06:53

                        Il est vrai que les agences de notation sont totalement crédibles !

                        Elles ont noté des actifs pourris AAA pendant des années ; étant payées par les banques qui leur demandaient la notation. Bonjour le conflit d’intérêt.

                        Merci BA une fois encore pour cette non-info.


                      • LE CHAT LE CHAT 14 janvier 2012 21:55

                        salut Catherine ,
                        l’aventure islandaise prouve bien que l’on s’en sortira mieux en naviguant sur notre propre vaisseau que sur celui tenus par des rameurs hétéroclites et non coordonnés !


                        • Catherine Segurane Catherine Segurane 14 janvier 2012 23:38

                          Salut matou, et salut à tout ton cousinage.


                        • arobase 15 janvier 2012 01:15

                          pas de réponse ? étonnant ! aurais-je raison ? j’aimerais être sûr que vous savez exactement ce que sont les conséquences des mesures que vous recommandez si chaudement.


                          c’est très inquiétant pour des militants convaincus, de colporter des choses qui peuvent influer sur l’avenir d’un peuple par simple conviction idéologique plus que par l’analyse et l’adoption en toute connaissance de cause des conséquences très concrètes des mesures proposées.

                          de plus si l’islande a 350.000 habitants, c’est à dire la population d’une de nos petites villes, aucune mesure qui lui est applicable ne peut intéresser sérieusement nos 65 millions d’habitants.

                          pour ce qui me concerne, j’estime que mon interrogation n’est pas satisfaite et donc pas susceptible de guider mon choix vers votre candidat.. 
                          je ne suis pas sûr que vous lui fassiez gagner bien des partisans.

                          j’attendrai de voir les propositions des autres candidats pour me prononcer définitivement.

                          • 08 AOUT 16 janvier 2012 10:09

                            Arobase,

                            Vous êtes sans doute plus jeune que moi et vous vous souvenez moins bien de cette époque où :

                            - Notre pays avait la maîtrise de sa monnaie (le franc...) et de son budget

                            - Et où ses habitants vivaient mieux que maintenant.

                            Depuis notre adhésion à l’euro, qui devait nous apporter la prospérité, nous nous sommes appauvris et notre pauvre pays est dans une crise sans précédent depuis 1929.

                            Alors, que risquons-nous à retrouver la maîtrise de notre monnaie, de notre budget et de nos frontières ?

                            Les taxes d’importation feront baisser votre pouvoir d’achat dites-vous ? Mais la réindustrialisation le fera remonter via la baisse du chômage.

                            N’ayez pas peur... De l’indépendance nationale !


                            • arobase 16 janvier 2012 11:29

                              je ne croit plus aux sornettes j’ai 68 ans. les réponses lepénistes c’est toujours du vague et du slogan. moi je mange tous les jours, alors mourir guéri, ça ne me console pas.


                              réindustrialisation ? il faudra combien d’années ? recréer les usines, racheter les brevets, le savoir faire, l’outillage ? et pendant ce temps, salaire à la baisse pour être compétitifs et taxes supplémentaires ? certes lepen est à l’abri, elle est riche !

                              le principe serait donc 1€ = 1 fr ? et la dévaluation de 25% ?

                              dans ce cas, le smic sera à combien ? 1300frs ? ou 1300-25%= 975 frs ?
                              le loyer aujourd’hui de 500€ sera à combien ? 500 + 25%= 625 frs ?

                              les produits importés : le tee shirt à 10 euros chinois passerait à 10+25% +taxes= au moins 15 € ?
                              et il faudra l’acheter chinois car celui qui est produit en France est à 30€ !

                              donc , en attendant (des années) que nous puissions produire chez nous à prix abordables. on a le temps de crever !

                              on va gagner moins et payer plus cher ? est ce que je me trompe ?

                              tant que votre messie ne parlera pas de prendre l’argent là où il est, chez les riches de son espèce, tous les bla bla seront bons pour les ânes qui vont avoir le réveil difficile.



                              • 08 AOUT 16 janvier 2012 15:17

                                Excusez-moi, à la lecture de votre réaction, j’ai cru que vous faisiez partie de ces jeunes qui ne se souviennent plus de l’époque récente où nous avions encore notre propre monnaie et de celle, un peu plus lointaine il est vrai, où nous produisions chez nous les produits de première nécessité ! Ceux-ci n’étaient certes pas aussi bon marché que ceux produits par nos esclaves du Tiers-Monde mais nous n’étions finalement pas plus pauvres que maintenant.

                                Mais, à cette époque révolue, la France maîtrisait sa monnaie et ses frontières et réglementait prix et loyers. Et le chômage ne dévastait pas le pays.

                                Quant à Mme Le Pen, je ne la considère pas comme un Messie et je n’imagine pas du tout qu’elle se fera crucifier sur l’autel de l’indépendance nationale. Mais au moins elle propose d’autres solutions que celles de la doxa qui nous sacrifie, vous et moi entre autres, à l’économie ultralibérale et à l’euro à tout prix censés nous apporter la prospérité.

                                Mais après tout, vous êtes meilleur juge que moi de vos propres intérêts. Moi, les miens, tels que je les conçois, c’est que nos jeunes aient du travail chez nous.


                              • sdzdz 17 janvier 2012 09:11

                                Existe-il un « petit pays » pour un grand peuple !?!

                                Rajoutons la Norvège qu’on entend peu (E.Joly serait alors encore moins crédible que son score dans les sondages), la Hongrie... Je crains toutefois que les Français mettent trop de temps à comprendre d’ici l’élection présidentielle ! D’autant plus que les médias envoient quelques messages d’enfumage laissant penser à une baisse de pressions sur certains sujets, comme celui de la souveraineté monétaire.

                                Hors l’UE et l’euro, pas de salut !

                                http://www.la-France-contre-la-crise.over-blog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès