Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’Angleterre se met en grève

L’Angleterre se met en grève

C’est une grève sans précédent qui aura lieu mercredi 30 novembre 2011 au Royaume Uni. Il s’agira en effet de la plus importante grève depuis 1926 ! Les employés du secteur public cesseront le travail afin de protester contre la réforme annoncée de la retraite, qui prévoit de travailler plus longtemps en cotisant plus, pour au final toucher moins. Parmi les actions entreprises, les deux tiers des écoles seront fermées, les bibliothèques et Jobcentres (l’équivallent de notre ANPE) seront eux aussi fermés, le NHS (National Health Service, le système de santé public et gratuit britannique) sera touché, de même que le système judiciaire, et l’on parle de retards et d'annulations de vol, voire de chaos, dans les aéroports.

La réforme a déjà fait l’objet d’une révision, et le gouvernement conservateur de David Cameron espérait au début du mois de novembre que la nouvelle mouture serait acceptée par les syndicats qui, peu satisfaits par ce que le Premier Ministre nommait une « offre juste », ont maintenu leur mot d’ordre de grève.
 
Le gouvernement britannique argue que la réforme des retraites s’impose dans la mesure où les gens ayant de nos jours une espérance de vie allongée, il est normal que le nombre d’années de cotisations soit augmenté. Le coût des retraites des employés du secteur public, payées par les impôts, ayant augmenté d’un tiers, a-t-il annoncé, il n’était pas possible de laisser ces coûts augmenter encore. Pour justifier sa réforme, le gouvernement britannique avance que de toute façon les retraites du secteur public resteront supérieures à celle du secteur privé. Dans l’ensemble, côté conservateur, on pense également qu’il n’y a pas de raison que ceux du secteur privé doivent continuer à subventionner par leurs impôts les retraites d’un secteur public déconnecté de la réalité économique.
 
Il semblerait que peu de gens au Royaume Uni contestent l’utilité d’une réforme en elle-même, car le désaccord entre les syndicats et le gouvernement porte sur son contenu et non sur le principe même d’une réforme. Le leader syndical Brendan Barber (Secrétaire Général du Trade Union Congress) précise en effet que ce n’est pas le changement en lui-même qui est contesté, mais le fait que cette réforme, avec ses augmentations importantes dans les cotisations, est injuste et donne le sentiment qu’elle servira surtout à réduire le déficit à court terme.
 
Les syndicats ont jugé que les améliorations apportées à la réforme par le gouvernement étaient minimes, et espéraient qu’il dépose une offre plus acceptable. « En l’état actuel des choses, le plan pour le 30 novembre est maintenu » a annoncé Barber au début du mois de novembre. Il a plus tard renouvelé auprès du gouvernement sa demande de nouvelles propositions. Il précise que les fonctionnaires sont démoralisés, et sont motivés à faire grève par un immense sentiment d’injustice. Finalement, il pense que le gouvernement conservateur va subir des conséquences au niveau politique si aucun terrain d’entente n’est trouvé. Paul Kenny, un autre leader syndical, a fait remarquer que la grève était inévitable, et que c’était « très dommage ».
 
Côté Labour, on avance que les modifications de la réforme sont un pas dans la bonne direction, mais qu’il reste beaucoup à faire.
 
Certains Britanniques sont donc partagés quant au bien fondé de la grève elle-même. Ceux qui sont pour font remarquer qu’elle est justifiée parce qu’il n’est pas normal de devoir travailler plus longtemps en cotisant davantage pour au final recevoir une retraite réduite, et qu’on ne peut avoir la même énergie au travail lorsqu’on est jeune ou que l’on est proche de la retraite. Des employés du secteur privé interrogés par la BBC ne comprennent pas, quant à eux, ce qui motive ceux du secteur public, qui bénéficient de la garantie de l’emploi et sont certains d’obtenir au moins cinquante pour cent de leur salaire à la retraite, à stopper le travail.
 
Cependant, un sondage de la BBC News révèle que 61% des Britanniques pensent que la grève des employés du secteur public est justifiée. Les jeunes y seraient plus favorables que les personnes déjà retraitées.
 
Deux millions de personnes sont attendues dans la rue lors des manifestations de mercredi. Devant un pays brusquement à l'arrêt et deux millions -au moins- de personnes dans les rues, quelle sera la réponse du gouvernement conservateur de David Cameron ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Surya Surya 29 novembre 2011 11:06

    Juste une précision, histoire de ne pas trop simplifier : le gouvernement de David Cameron n’est pas totalement conservateur puisqu’il s’agit d’un gouvernement de coalition avec les Liberal Democrats. Celà dit, il y a tout de même 18 ministres conservateurs pour 5 LD.


    • LE CHAT LE CHAT 29 novembre 2011 13:03

      les lib dem , d’ailleurs assis sur les m^mes bancs que le modem , c’est vous dire que quand Bayrou dit qu’il incarne une troisième voie , on est morts de rire !


    • Surya Surya 29 novembre 2011 13:57

      Bonjour Le Chat,

      Le meilleur moyen de savoir si Bayrou incarne vraiment une troisième voie est certainement de l’élire aux prochaines présidentielles smiley


    • penajouir penajouir 29 novembre 2011 14:02

      Bayrou la 3eme voie, comme le matou je suis mort de rire !!!


    • LE CHAT LE CHAT 29 novembre 2011 15:20

      Bonjour Surya ,
       avec une rigueur budgétaire accrue et toujours plus d’Europe , il a tout pour plaire à Goldman Sachs ! smiley


    • Surya Surya 29 novembre 2011 15:44

      Tant que les candidats ne proposent pas de solutions extrêmistes, auxquelles je ne crois pas personnellement car beaucoup ne sont de toute façon que des « cache-misère », je m’interesserai de très près à leur programme et ferai mon choix le moment venu. Mais pour en revenir à l’Angleterre et parler de l’Europe, ce serait bien je trouve que le Royaume Uni fasse parti de l’espace Schengen. Ce serait plus pratique. Etre à moitié en Europe, si je peux dire, c’est une situation un peu bizarre. Ce n’est sûrement pas à l’ordre du jour vu qu’il me semble que le gouvernement britannique a fait des nouvelles propositions concernant l’immigration, des non européens, certes.


    • Arafel Arafel 29 novembre 2011 19:44

      Franchement, vous me faites bien rire avec vos « solutions extrémistes »....
      Sachant bien sur que les « modérés » ne sont modérés qu’avec les intérêts des autres, parce que dés qu’il s’agit de leurs intérêts, le mot « extrême » n’existe plus.
      Regardez par exemple la demande de diminution des « indemnités » de ces messieurs.
      Demande populiste ou extrême, qu’ils disent...
      Tiens, au fait, à ce sujet, combien d’entre eux emploient des membres de leur famille, avec la somme qu’ils perçoivent pour embaucher un attaché ?
      Il suffit de regarder de temps en temps la tv lors des retransmissions des cessions des soi disant parlementaires.
      Les bancs capitonnés avec du velours (faut bien que leur postérieur soit confortable) sont vides, les délibérations se font devant des hémicycles fantômes, souvent pas plus d’une trentaine de « parlementaires ».
      Ou sont les autres ?
      Ha oui, c’est vrai, ils ont 2 voir 3 mandats, ces cumulards. C’est la belle vie.
      Un salarié s’absente de son entreprise sans raison, il se fait virer illico presto.
      Et il ne peut avoir 2 boulots qu’à condition que les horaires ne n’empiètent pas l’un sur l’autre.
      Et bien, non, demander que ces messieurs diminuent leur indemnités excessives, c’est « extrémiste ».
      Et donc il faut être « modérés ».
      Par contre, lorsqu’il s’agit de taxer le citoyen lambda, là, la modération disparait tout d’un coup.
      Alors oui, bien sur, ils sont toujours modéré avec les intérêts des autres, mais dés qu’il s’agit des leurs, finis la modération !!
      Comme disait la mère de Napoléon : « Pourvu que ça dure ! »
      Ça n’a pas duré.
      Au fait, rappelez moi quel est le dictateur qui a finit pendu à un réverbère ?


    • Annie 29 novembre 2011 11:18

      Bonjour Surya,
      Je reprendrai juste un point : il n’y a aucune sécurité de l’emploi dans le secteur public. Les coupes budgétaires qui devraient atteindre 30% dans certains secteurs concernent principalement les effectifs et elles ont déjà commencé à se faire sentir dans les hôpitaux par exemple. Je vous joins un lien vers un article de la BBC publié il y a deux jours qui parle de 500.000 licenciements. http://www.bbc.co.uk/news/uk-15907858


      • Surya Surya 29 novembre 2011 11:46

        Bonjour Annie,

        Merci pour ces précisions. Pour la sécurité de l’emploi, je me suis basée sur ce qu’a annoncé Julie Rumble, cette propriétaire de magasin, interviewée par la BBC (vous avez dû la voir sur la chaîne BBC News), également sur cet article où ses propos sont repris :

        http://www.bbc.co.uk/news/uk-15910621

        J’ai donc hâtivement conclu qu’il y avait également la sécurité de l’emploi pour les fonctionnaires au Royaume Uni. Désolée pour cette erreur.

        La réforme des retraites reste-t-elle la principale revendication des grèvistes, ou les revendications sont-elles mises à part égale ?


      • Annie 29 novembre 2011 12:42

        La réforme des retraites est la principale revendication de ces grèves, mais elles ont en toile de fonds l’augmentation des frais universitaires (9000 livres par an), le chômage généralisé, qui touche surtout actuellement les jeunes sortant de l’université et les licenciements massifs, les bonus des banquiers etc. et le mouvement ne se limitera pas au service public.


      • Surya Surya 29 novembre 2011 13:04

        Merci Annie. Si des personnes du secteur privé décident de se mettre elles aussi en grève demain, j’espère qu’elles n’auront pas de problèmes avec leurs employeurs. Je ne suis pas sûre qu’ils le perçoivent mieux au Royaume Uni qu’en France. Je n’ai pas entendu dire que les transports de bus et de train (National Express par exemple) seront touchés, à part les transports aériens et, je crois aussi, maritimes. De même que les passages à la frontière, des queues interminables seraient à prévoir. J’imagine mal un accord entre le gouvernement et les syndicats trouvé à la dernière minute !


      • Annie 29 novembre 2011 11:22

        Je voudrai ajouter aussi que les retraites ne sont qu’un aspect de cette grêve. Le gouvernement a prévu un remaniement du code du travail pour que les employeurs puissent plus facilement licencier leurs employés, et ce n’est déjà pas très difficile, et d’établir des critères plus stricts pour toucher les allocations pour personne handicapée.


        • Dzan 29 novembre 2011 12:23

          Les Anglais ont toujours eu plus de c****les que les Français pétainistes et aphatiques.
          Quel peuple de couards sommes nous devenus.


          • Surya Surya 29 novembre 2011 12:35

            Je me suis toujours demandé si c’était la rédaction qui mettait les petites étoiles ou si c’était l’auteur du commentaire qui s’auto-censurait. Faudra que j’essaye un jour smiley


          • Moinsificator Moinsificator 29 novembre 2011 12:55

            Sans tomber dans les lieux-communs, les Anglais en général sont un peuple tenace, pragmatique, opiniâtre et plus sérieux que nous.

            S’ils décident de faire grève et de la maintenir, je pense que même les arguments les plus massus d’un Cameron, ultra-libéral qui n’hésitera pas, selon les traditions, d’envoyer les forces de l’ordre sur les grévistes, ne dissuaderont nos amis anglais de renforcer leur lutte.

            Il y a bien des leçons à pendre chez ce peuple-là, y compris les Irlandais.. On se souvient du dramatique épisode des mineurs anglais, des grèves de la faim sous l’abominable Tatcher. 

            Les Anglais sont plus « résistants » que nous. Ils l’ont prouvé pendant la dernière guerre mondiale.

             


          • Surya Surya 29 novembre 2011 14:05

            Comme vous dites, Moinsificator, si les Anglais sont tenaces, ils le seront tout autant côté manifestants et grévistes que côté gouvernemental.

            Je crois qu’en France il y a une très grande admiration pour l’attitude des Anglais durant la 2ème guerre mondiale, en particulier durant le Blitz. Je ne crois pas pour autant que les Français soient un peuple plus mou, en général les Français ne se laissent pas trop faire non plus, et puis, pendant la guerre, il y a peut être eu des collaborateurs partout finalement ?


          • ZARMO66 29 novembre 2011 16:13

            C’est linverse, les anglais ne se plaignent jamais, ne font pas gréve, ne manifestent que trés rarement...
            Ce mouvement est le signe de l’exaspération d’une population qui subit depuis des années les affres du libéralisme débridé !
            There Is No Alternative !!!


          • Annie 29 novembre 2011 19:30

            C’est un commentaire intéressant. M. Thatcher s’est chargée des syndicats. Vous ne savez peut-être pas que pour faire grève en Angleterre, il faut avoir un vote à la majorité. Et en général seuls les employés du secteur public peuvent se permettre de faire grève (c’est-à-dire qu’ils perdent une journée de salaire mais ne sont pas systématiquement licenciés comme dans le secteur privé). C’est peut-être à ce niveau qu’intervient la sécurité de l’emploi : c’est encore un droit accordé aux employés du service public, mais dans le secteur privé, personne n’ose. Un point aussi qui est important dans ce pays, est le phénomène de classes. Les infirmières par exemple ne se joindront pas à cette grève parce qu’elles n’ont jamais voulu être assimilées à la classe ouvrière, et qu’aujourd’hui elles ne souhaitent pas s’associer à ce mouvement. M.Thatcher était intelligente, et elle savait que pour régner, il fallait diviser.


          • Dzan 30 novembre 2011 09:52

            Surya
            Je vous rassure, je m’autocensure ( ça rime)
            Cojones, c’est pas mal non plus.


          • Annie 29 novembre 2011 18:19

            C’est vraiment un mauvais jour. Le nombre de licenciements dans le secteur public vient de passer aujour’hui à 710.000. http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-15931086


            • Moinsificator Moinsificator 29 novembre 2011 19:03

              Alchimie,

              Effectivement ils n’ont pas l’euro, mais ils ont la City !

              Ce qui revient au même.


            • Surya Surya 29 novembre 2011 19:30

              Re bonjour Annie,

              Pour le moment il ne s’agit heureusement que de prévisions, qui seront on l’espère revues à la baisse d’ici 2017, mais sait-on jamais...
              Par contre ce qu’ils ont malheureusement dû revoir à la baisse, ce sont les prévisions de croissance.


              • Annie 29 novembre 2011 19:46

                Rebonsoir Surya,
                Une chose que les Anglais n’ont pas oublié, et moi non plus d’ailleurs, est la potion que leur a fait avaler M. Thatcher. Elle a certainement remis l’économie sur pied, mais à quel prix ? Elle a fermé les mines et détruit des centaines de communautés de mineurs, qui n’ont jamais récupéré. Il suffit de visiter le Pays de Galles pour s’en rendre compte. Elle a vendu tous les logements sociaux, privatiser l’eau, le gaz, l’électricité, les réseaux ferroviaires, le téléphone, sacrifier le Nord qui a toujours dépendu des produits de manufaction. La liste est trop longue et j’espère que c’est une erreur qui ne se reproduira pas. Il y a un équilibre subtil à trouver entre stimuler l’économie et préserver le tissu social d’un pays. Heureusement la GB a un cinéma dynamique et vibrant qui a documenté ces années, sinon nous aurions pu croire que nous avions rêvé ou plutôt cauchemardé.


              • Micka FRENCH Micka FRENCH 29 novembre 2011 20:43

                Des nouvelles de l’Ecossaise et des petites grincheuses...

                A l’époque, mon père me racontait qu’une grève générale pouvait durer trois semaines.
                Trois longues et pénibles semaines sans un sou vaillant qui rentrait à la maison.

                A cette époque, les syndicats étaient tenus par des hommes, des vrais.

                Aujourd’hui , les petites grincheuses à la tête des syndicats font chacun leur petite grèvounette perso dans leur petit coin.

                Facile ensuite pour le beauf moyen de stigmatiser son facteur, son instit, sa banquière, le conducteur du bus, vautré dans son canapé, une bière à la main devant son aquarium en couleur !

                Sans compter avec le CFDT qui signerait TOUT, même le bulletin trimestriel de votre gros gosse aviné....

                Micka FRENCH en colère contre ses contemporains sur le Web depuis 1995 à 12H67...
                http://mickafrench.unblog.fr


                • easy easy 29 novembre 2011 21:42

                  Les retraites, en tous cas en France, reposent sur le même principe qui nous envoie dans le mur depuis deux siècles, celui du report de la charge à plus tard ou plus loin.
                  A la rigueur on peut rétropédaler pour en sortir progressivement mais il faudra forcément en sortir.
                  Même en reculant progressivement, il va arriver un moment, p’tet dans 25 ans, où la situation d’une personne sera très différente de celle qu’avait connue ses parents. 

                  En considérant que de toutes manières une personne âgée ne peut pas travailler de la même manière que dans sa jeunesse, il pourrait exister une solution claire et simple à mettre en place. Seuls les retraités pourraient mettre des biens en location.
                  L’activité de bailleur leur serait réservée.
                  Il y aurait alors dans nos pays une masse de jeunes tous locataires de retraités, une masse de quadragénaires qui commenceraient à devenir proprios et bien sûr la masse des retraités tous bailleurs.
                  Quant aux entreprises, elles devront rester indéfiniment locataires de groupement de bailleurs-retraités, y compris concernant leurs usines.
                  Aucun héritage immobilier ou foncier. Tout l’immobilier revenant à l’Etat au décès des retraités, l’Etat qui le revend alors aux quadragénaires. L’accession à la propriété (tant on est en vie, ne pouvant donc se faire que par des tractations avec l’Etat sous forme d’enchères publiques. L’Etat qui casse le trop vieux et qui reconstruit en mieux. 
                  Ce principe revenant donc à acquérir, à partir de 40 ans, comme une « charge à prébende immobilière »
                   
                  Fin de la spéculation immobilière. Fin des immeubles insalubres. Fin des fortunes immobilières. Fin du casse-tête des retraites.




                   




                  • Fergus Fergus 30 novembre 2011 09:27

                    Bonjour, Surya.

                    Je suis très curieux de voir comment cette grève va se dérouler en Grande-Bretagne. Si elle fonctionne, cela pourrait donner un signal fort à notre pays où les luttes sociales sont en voie de déliquescence pour cause de fatalisme et de repliement sur soi des travailleurs français. Même les manifestations contre la réforme des retraites en France ont donné lieu à des mobilisations insuffisantes et beaucoup trop « bon enfant » comme on dit généralement.

                    A suivre avec intérêt...

                    Cordiales salutations.


                    • Surya Surya 30 novembre 2011 10:17

                      Bonjour Fergus,

                      Je crois que la différence majeure entre la France et le Royaume Uni actuellement, au niveau du baromètre de satisfaction et de celui du raz le bol, est que David Cameron a été élu en 2010, et sera donc Premier Ministre jusqu’en 2014, tandis que la France connaîtra sa prochaine élection présidentielle dans quelques mois seulement. D’ou peut être cette impression de ralentissement dans les luttes sociales ? Les gens sont peut être déjà plus concentrés sur les prochaines campagnes des candidats ? Cela dit, vous avez entièrement raison sur le fait que si les Francais constatent qu’une énorme grève et des manifestations monstres peuvent faire plier un gouvernement, ils s’inspireront peut être de l’exemple britannique.
                      Pour ce qui est de la forme de cette grève, et non cette fois de son fond, je pense que si effectivement les Britanniques ne sont pas traditionnellement le genre à faire grève et manifester, une grève de cette ampleur accompagnée de manifestations tout aussi importantes impressionnera peut être le gouvernement de Cameron.
                       
                      Puisqu’en dehors de la grève et des manifestations, il n’y a pas vraiment de moyen (démocratique et non violent) d’exprimer son mécontentement, et que si une grève ne porte pas ses fruits, il ne reste plus grand chose à faire pour frapper plus fort, peut être est ce mieux en effet de faire une seule énorme grève, plutôt que plein de petites grèves éparpillées, qui expriment certes du mécontentement, mais ne montrent pas suffisamment de force de persuasion. A suivre donc avec intéret, en effet.

                      Très bonne journée a vous,


                    • Surya Surya 30 novembre 2011 10:27

                      D’ailleurs il faut dire « nommé » et non pas « élu » pour les PM britanniques.


                    • Moinsificator Moinsificator 30 novembre 2011 10:46

                      Ah oui, Fergus !

                      Très bon enfant, les grèves en France C’est même un grand cirque !

                      On tappe sur des bidons perchés sur des camions on passe de la musique samba !

                      Ca fait grosse rigolade !

                      Et au final, on l’a dans le baba !


                    • jaja jaja 30 novembre 2011 11:01

                      Il faut aussi dire qu’en France on a essayé de bloquer les entreprises et de passer à une étape supérieure : la grève générale illimitée...

                      Au plan politique la réponse des « anti-système » à la Marine a été de demander l’intervention des CRS contre les bloqueurs... et à gauche JLM a demandé en plein conflit...l’organisation d’un Référendum !....

                      Exit la grève générale (dont ne voulaient pas non plus les directions syndicales)... bref avec des « amis » comme ça, le mouvement ouvrier n’est pas près de renouer avec la victoire...

                      Ce qui amène les réactions désabusées...

                      le 13/12 nouvelle journée d’action. Pour la première fois de ma vie je ne serais pas en grève puisque je suis à la retraite depuis le 1er octobre.... mais j’irai bien sûr dans la rue et j’espère bien qu’un jour celle-ci va s’enflammer pour de bon...


                      • Zangao Zangao 30 novembre 2011 11:34

                        Quand les gens sont sans le sous, les dirigeants savent qu’une grève les rendra encore plus dépendants. Qui aujourd’hui a les moyens de perdre son salaire ? parce qu’une grève qui pourrait ouvrir sur des points positifs ne peut être que (très) longue. C’est perdu d’avance et ce ne sont pas les kermesses avec tambours, danses et chansons qui y changeront quoique ce soit.

                        Ce système vit de la consommation, c’est la qu’il doit être attaqué, au coeur ! S’il était possible de guerir nos concitoyens de l’épidémie de fièvre acheteuse, alors .....

                        Cessons de courir après les leurres qui nous aliènent, n’achetons pendant un temps défini que le strict nécessaire, et laissons le système hoqueter. C’est la seule voie intelligente qui peut court-circuiter ce système et l’obliger au dialogue.


                        • Surya Surya 30 novembre 2011 12:02

                          Bonjour Zangao,

                          Pourquoi pas en effet ? Mais n’acheter que le strict nécessaire, en définissant ses réels besoins, ne pas se laisser berner par la publicité, arrêter de se jeter sur les gadgets inutiles, peut aussi être une nouvelle philosophie de vie, au delà de son potentiel d’action, et être mise en oeuvre en permanence. Tout est fait pour que les gens dépensent en futilités l’argent qu’ils ont tant de mal a gagner, alors que nous devrions épargner pour construire de vrais projets de vie. Nous sommes sous dépendance. N’est-ce pas justement ce qu’ « ils » veulent ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès