Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Europe > L’UE va financer des « trolls » pour contrer les eurosceptiques en (...)

L’UE va financer des « trolls » pour contrer les eurosceptiques en vue des élections de 2014

On se pince pour y croire. Le Parlement européen va débourser environ 2 millions de livres sterling (2,5 millions d'euros) pour lancer une armée des "trolls" dans les forums de discussion en ligne, afin de lutter contre l'euroscepticisme galopant. Objectif : empêcher un désastre lors des prochaines élections européennes qui devraient avoir lieu entre le 5 et le 8 juin 2014. Citoyens, tenez-vous prêts ! Les trolls de Van Rompuy sont lâchés ! Et ils ne feront pas de quartier !

Ce n'est pas le Journal de Mickey qui sort l'information, mais bien le Daily Telegraph, journal peu réputé pour ses blagues et ses poissons d'avril (qui sont d'ailleurs encore peu de saison...), dans un article du 3 février 2013 signé Bruno Waterfield. Le Daily Telegraph a eu accès à des documents confidentiels qui révèlent la planification d'une campagne de propagande sans précédent, avant et pendant les élections de juin 2014.

Au coeur de cette nouvelle stratégie : "des outils de contrôle de l’opinion publique" destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique. Les communicants des institutions parlementaires devront être capables de décrypter les "sujets tendances" au sein des conversations et d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente ; il s'agit pour eux de "se joindre aux conversations et de les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes".

Big Brother : "La solution, c'est plus d'Europe"

La stratégie mise en place par l'UE rappelle fortement les préconisations du juriste Cass Sunstein, ancien administrateur de l'OIRA du gouvernement Obama, pour venir à bout des théories du complot sur la Toile. En 2008, il avait en effet co-signé avec Adrian Vermeule un article intitulé Conspiracy Theories, où il affirmait que la meilleure réponse aux théories du complot consistait dans l'infiltration cognitive des groupes extrêmistes, au niveau des réseaux sociaux, des forums, et même des réseaux physiques, dans le but de les désamorcer en soulevant des doutes au sujet de leurs prémisses factuelles ou de leurs implications logiques et causales du point de vue de l'action politique.

Selon le document mis à jour par le Daily Telegraph, les "trolls" européistes auront pour mission de subvertir le sentiment qu'expriment de plus en plus d'Européens, à savoir que "l’Europe est le problème", et de le retourner, de sorte que chacun en vienne à considérer que la réponse aux défis actuels est "plus d’Europe", et non pas "moins d’Europe". Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé - dans le roman 1984 de George Orwell - ne saurait être que fortuite. Des fonctionnaires européens grassement payés pour troller sur Twitter et Facebook réussiront-ils à convaincre les Grecs que plus d'Europe c'est la paix, ou les Espagnols que plus d'Europe c'est le plein emploi ?

Une attention toute particulière doit être accordée, nous dit-on, aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. La France, qui a massivement rejeté le Traité constitutionnel européen le 29 mai 2005 (55%), devrait donc être particulièrement ciblée par cette campagne de propagande, visant à redresser les jugements inadaptés - incorrects - sur la construction si prometteuse de ce "premier empire non impérial" qu'est l'UE, dixit Barroso.

En pleine crise économique, et alors que l'austérité est imposée aux Etats, l'UE ne devrait pas rechigner sur les moyens de sa propagande, puisqu'une augmentation de près de 2 millions d'euros des dépenses en "analyse qualitative des médias" serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants, et plus de 900.000 euros additionnels devraient être collectés l’an prochain.

Fanatisme et république bananière

Nigel Farage a été l'un des premiers députés européens à réagir aux révélations du Telegraph, le 7 février sur RT, estimant que l’UE ne valait pas mieux qu’une "république bananière".

Voici la traduction de son interview. Alors que la journaliste lui fait remarquer le côté loufoque de l'opération, Farage répond :

« Eh bien, c’est du sérieux, le Bureau du Parlement, c’est-à-dire l’organisation du Parlement européen qui décide de l’attribution des fonds, a décidé qu’ils allaient former du personnel en interne en vue des élections européennes de 2014, les former afin qu’ils aillent en ligne, sur Facebook, Twitter et d’autres réseaux sociaux, pour « corriger », c’est le terme qu’ils ont choisi, pas moi, pour « corriger » toute méprise pouvant exister au sujet de l’UE. Et je dois dire que le fait que ce soit un parlement qui fasse cela, utilisant l’argent du contribuable à ces fins, en dit long sur les institutions de l’UE.

Tout d’abord, un parlement est constitué d’un président, vous savez celui qui s’assoit sur la chaise (d’où son nom : en anglais : « chairman ») et qui à Westminster est appelé le « speaker », ou « chairman » dans d’autres parlements de par le monde, ensuite vous avez le reste du personnel, et ce dernier est censé être neutre, il n’est pas du tout censé être politisé. Le fait que le Parlement européen ait décidé d’engager des fonds afin de former ses équipes à cette tâche, montre franchement qu’il ne vaut pas mieux qu’une république bananière. Voilà quelque chose qu’on attendrait de Mugabe ou quelqu’un de ce genre. Sans doute des gens seront choqués de l’apprendre. Personnellement, y ayant travaillé durant treize ans, je ne suis pas du tout surpris : ils ont vraiment peur, ils ont peur car du nord au sud et d’est en ouest, dans toute l’Europe, les citoyens sont en train de dire : « nous n’avons jamais voté pour que cette union devienne les Etats-Unis d’Europe, nous n’avons jamais demandé que la majorité de nos lois soit élaborée ailleurs et par d’autres, et nous comptons bien remédier au problème ». Donc, ils ont peur, et se défendent. »

« Oui, d’accord, de fait ils ont peur, en revanche et en faisant abstraction des critiques sur le plan moral, ce projet est-il seulement légal ? »

« Les mots « légal » et « Union européenne » ne vont pas ensemble. Rien ici n’a vraiment d’importance : il n’y a pas de règles. Vous savez, le traité de Lisbonne, enfin ce qui est devenu le traité de Lisbonne après que les électeurs aient laissé tombé le projet de constitution européenne, le traité de Lisbonne, donc, avait interdit le renflouement des pays de la zone euro et pourtant cinq pays de cette zone euro ont aujourd’hui « bénéficié » de plans de renflouement. Il n’y a pas de règles. Ce que nous avons ici, c’est une croyance politique, fanatique, selon laquelle nous nous devons de construire une structure européenne, un Etat européen, doté de sa propre armée, de ses propres forces de police, de son propre Trésor, et au diable ce que pensent les peuples d’Europe, nous allons le faire nonobstant. Voilà ce qui motive ce projet européen ; ils ont un drapeau, ils ont un hymne, ils sont fanatiques, et je crois qu’ils sont les gens les plus dangereux que l’on ait vus en Europe depuis soixante-dix ans. »

« Bien, vous avez clairement exprimé votre point de vue. Maintenant, et brièvement, n’aurait-il pas été plus sensé de s’attaquer au problème à sa source, au lieu de dépenser l’argent du contribuable ainsi que vous le mentionniez sur les médias et réseaux sociaux en tentant de la sorte de changer l’opinion publique ? »

« Quand bien même vous dépenseriez un billion d’euros en tentant de régler le problème à la source… Le problème à la source, sur le plan économique, est que la zone euro ne peut ni ne va jamais fonctionner. Donc, il est inutile de tenter quoi que ce soit : on ne peut rien résoudre. Il s’agit d’une construction dont l’architecture même est inadaptée, autant sur les plans économique que politique, cela ne fonctionnera pas, et plutôt que d’admettre leur défaite, ce qu’ils vont tenter à présent est de traîner dans la boue les gens comme moi ou de remettre en question leur légitimité, et je pense que dans les années qui viennent la guerre des mots qui a lieu au sein de l’UE va de fait devenir de plus en plus aigre et sale. »

Obama, Van Rompuy, Pujadas : trolls ?

JPEG - 16.2 ko
Licence Creative Commons - Herman Van Rompuy - Caricature

Cette immense campagne de propagande qui s'annonce dans les mois à venir, une fois que les "trolls" du Parlement européen auront été formés avec l'argent public, m'a donné envie d'aller jeter un oeil sur le compte Twitter du troll-en-chef, le président du Conseil européen, Herman van Rompuy. Va-t-il prendre lui-même la tête de son armée de trolls ? A-t-il déjà déclenché les hostiliés ? Jugez-en par vous-mêmes... Voici son dernier tweet, posté le 13 février, qui pourrait donner le ton des messages à venir : 

Il vante l'accord de libre-échange euro-américain en train de prendre forme, le formidable espoir que représente, selon lui, le Grand Marché Transatlantique, quelques heures à peine après que Barack Obama y a lui-même fait référence dans son discours sur l'état de l'Union : "Nous allons lancer des discussions sur un accord transatlantique global sur le commerce et l'investissement avec l'Union européenne parce qu'un commerce libre et équitable de part et d'autre de l'Atlantique soutiendra des millions d'emplois américains bien payés", a déclaré le président des Etats-Unis mardi soir devant le Congrès à Washington. Belle synchronisation.

La déclaration d'Obama nous aura d'ailleurs valu un petit événement médiatique : la première évocation du Grand Marché Transatlantique, ce mercredi 13 février 2013, dans le journal de 20 heures de David Pujadas sur France 2. Maryse Burgot, la correspondante de la chaîne à Washington, est emballée et nous présente l'union euro-américaine comme une nécessité : "Face à la montée des pays émergents, face à la Chine, face au Brésil, les Européens et les Américains n'auraient pas aujourd'hui d'autre choix que de se mettre ensemble, c'est tout le sens de ce qui a été annoncé aujourd'hui".

Vidéo de mauvaise qualité, mais c'est le son qui compte

On regrettera ici l'absence de contextualisation, qui ne permet pas au téléspectateur d'imaginer que les origines de ce projet remontent à 1990 (on a, au contraire, l'impression que l'idée vient tout juste de sortir de la tête de Barack Obama), et qu'il a suscité bien de la défiance, jadis, tant au PS qu'au RPR (ancêtre de l'UMP). On n'entendra pas ainsi parler des réticences exprimées en octobre 2009 par celui qui est devenu le numéro un du Parti socialiste (Harlem Désir), ni des fortes objections avancées par le leader de la gauche radicale (Jean-Luc Mélenchon), sans parler des analyses très critiques d'un Pierre Hillard, situé de l'autre côté de l'échiquier politique. Pas d'allusion non plus à ce qu'un fonctionnaire international (E. Aperaude) écrivait dans Marianne en avril 2009, qui parlait de "l'Europe de la servitude volontaire", pointant que le projet d’unification euro-atlantique n’était pas seulement économique, mais aussi politique et militaire, et allait clairement dans le sens d’un alignement des Etats européens sur les Etats-Unis.

Et puis, Maryse Burgot nous assure que ce projet ne risque pas de voir le jour de sitôt, qu'on a le temps de voir venir : "Alors bien sûr, il y aura des réticences, il faudra des années avant de trouver un accord..." L'ennui, c'est que ces propos ne cadrent pas du tout avec le calendrier fixé par les deux hommes chargés du dossier, Karel de Gucht (le commissaire européen au Commerce) et Ron Kirk (le représentant au Commerce mandaté par Barack Obama), qui "espèrent que les négociations, ouvertes début 2013, seront bouclées en 18 mois. Donc que cette vaste zone de libre-échange devienne une réalité dès la mi-2014..."

A se demander si les "trolls" n'ont pas déjà commencé à oeuvrer... dans le petit écran.

JPEG - 34.5 ko
Maryse Burgot et David Pujadas

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (146 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • jako jako 14 février 2013 08:31

    Bonne information, merci, il y en a déja un ou deux notamment sur les sujets nucléaires. Ils seront bien accueillis.... 


    • La mouche du coche La mouche du coche 14 février 2013 13:26

      Maintenant que nous sommes prévenus, dès que l’un de nous en détectera un, il suffira de commenter en dessous « EURO-TROLL » pour le signaler aux autres. smiley


    • BA 14 février 2013 21:55

      Excellente idée !


    • subliminette subliminette 14 février 2013 08:56

      Ils pourront toujours envoyer mille trolls sur AVox, ce n’est pas ce qui changera ma vision de cette vaste couillonnade qu’est devenue l’Europe !

      Une fois de plus la presse est unanime pour... ne pas en parler.


      • Aldous Aldous 14 février 2013 09:25

        L’Union Soviétique Libérale en marche...


        • marc 15 février 2013 16:00

          Quel est le rapport entre l’Union Soviétique communiste et l’UE ultra-libérale dans les mains de la finance ? C’est l’exact opposé


        • Aldous Aldous 15 février 2013 21:04

          le système de gouvernance bancaire est calqué sur les soviets.


          La BCE est le soviet suprême constitué des gouverneurs des soviets, pardon, banques centrales, de chaque état. Et qui regroupent elles mêmes les gouverneurs des banques privées, soviets locaux.

          Le peuple étant absent du circuit.

          C’est un régime du parti unique mais ici c’est le parti des banquiers.

          Comme en URSS le président est nommé par le parti.

          Quand aux commissaires politiques (secrétariat central) ben, c’est la commission européenne.

          Oh bien sûr on organise des élections. Pour élire un parlement fantoche.

          Et on a des politiciens locaux comme dans les pays satellites de L’est. Si ils ne suivent pas la ligne du parti, heu..., des banquiers, le parti les remplace par des apparatchiks comme c’est arrivé à Papandreou et Berlusconi. Et sans doute a Benoit XVI.


        • Aldous Aldous 15 février 2013 21:11

          mais vous avez raison il y a un point opposé :


          Dans l’URSS l’idéologie unique c’était le socialisme.

          Dans l’UE l’idéologie unique c’est le libéralisme.

          En tous cas dans le discours idéologique, car dans les faits, n’a jamais vu les lendemains qui chantent en URSS...

          Un problème de déficit démocratique chronique.

          Mais dans l’UE, promis craché juré demain on réglera ce sacré déficit démocratique. 

          Demain.

          Ou après demain...

        • Leviathan Leviathan 14 février 2013 09:30

          Da ! tRès bon censuRes, commissaiRes politiques !


          • ricoxy ricoxy 17 février 2013 10:20

            Je rétablis :

            Da ! tЯès bon censuЯes, commissaiЯes politiques !


          • Scual 14 février 2013 09:31

            Malheureusement pour eux il se trouve que c’est totalement contre-productif : Chaque personne aussi sincère soit-elle qui défendra l’UE sera désormais directement catégorisée comme troll ou comme vendu et son point de vu, aussi majoritairement rependu par les trolls sera instantanément rangé dans le « non-recevable ».

            Du coup il est totalement impossible de convaincre qui que ce soit et à vrai dire, il n’y a désormais que les points de vue négatifs qui pourront être entendus sans être suspects.

            Ils m’ont l’air d’être aussi compétent en matière de communication qu’en matière d’économie ceux-là...


            • Bubble Bubble 14 février 2013 10:58

              @Scual

              Vous vous trompez un peu, ça a son utilité.
              Parce que le monde n’est pas séparé en 2 (par exemple pro et anti européens), il y a toujours une catégorie mitigée et sensible aux arguments (rationnels ou non)

              Un mitigé arrive sur un site avec, mettons, des trolls européistes et des anti-européens convaincus. La bataille fait rage, en bons trolls les insultes finissent par fuser et les anti-européens convaincus finissent par s’énerver et oublier son argumentation.

              Le mitigé, dans tout ça, ne voit plus qu’une série d’engueulades avec de temps à autres un peu de logique. Il a alors deux possibilités : soit il prend parti, et selon le degré de logique de l’argumentation sur laquelle il se base pour prendre parti, il devient plus ou moins manipulable. Soit il perd patience et se casse, et fera partie des non-votants qu’on peut utiliser sans leur avis, puisqu’ils n’en ont pas.

              Vous avez un doute sur l’utilité de la procédure ? Regardez la gestion du mariage pour tous sur Agoravox ou l’évolution du débat politique et du nombre de votes blancs aux élections. Le mitigé n’a plus droit de se faire un avis et vote blanc ou énervé (FN), les autres se cognent dessus et finissent par oublier de réfléchir. Evidemment que c’est utile.


            • Scual 14 février 2013 12:59

              @Bubble : Sauf que les anti-UE iront voter selon leur convictions puisqu’aucun troll ne les convaincra, tandis que c’est les autres qui risqueront de voter blanc...

              Pour que les européistes se déplacent pour voter, il faudrait les convaincre de l’importance et de l’utilité de leur vote et ce n’est pas avec du trollage qu’ils seront mobilisés.

              Il s’agit donc uniquement d’empêcher les anti-UE de convaincre les indécis en pourrissant le débat... Sauf que pour les anti-UE, que des gens ne votent pas plutôt que de avec eux ne change absolument rien tant que ces votes ne vont pas gonfler le score de leurs adversaires.

              Cette stratégie ne peut donc pas fonctionner pour amener une victoire des pro-UE. La seule chose que l’abstentionnisme énorme auquel on va avoir droit permettra, c’est que les médias parleront de l’abstentionnisme plutôt que de leur déculottée. Rien ne changera au fait que le parlement européen se remplira de parlementaires de la vraie gauche et de fachos.

              A vrai dire je pense que c’est la vraie raison de cette stratégie... ils savent qu’ils vont perdre et que RIEN ne peut plus les sauver et donc, ils veulent de l’abstentionnisme pour détourner le débat en parlant de désintéressement plutôt que de défiance envers l’UE. De plus cela délégitimerait un peu les futurs vainqueurs de ne pas être élus par des votes massifs. De plus quand on connait les pouvoirs « énormes » du parlement Européen, on sait qu’ils se fichent éperdument de gagner ou de perdre, ça sera toujours la commission européenne qui imposera sa dictature.


            • al.terre.natif 15 février 2013 09:46

              Ya un truc que je ne comprend pas dans les commentaires :

              on parle de vote, de mobilisation contre l’europe, mais je ne comprend pas en quoi voter va affaiblir l’europe ????

              Pour qui comptez vous voter pour affaiblir la dictature ?

              En quoi un vote blanc serait plus dangereux qu’un vote pour untel ou untel ?

              Votre vote ne servira qu’a renforcer l’europe, même si vous votez pour quelqu’un qui se dit contre l’europe : car voter vous donne l’impression d’agir, alors que vous jouez juste le jeu qui est prévu pour vous, le jeu de la démocratie virtuelle.

              Il faut construire autrement, violer les lois infames qui sont votés contre nous, et surtout ne pas nous diviser sur des sujets annexes et accessoires (type mariage pour tous), se soutenir les uns les autres, pas forcement ici, sur un NET si impersonnel, mais dans la vie réelle, avec vos voisins, votre famille.

              Reconstruisons la solidarité qu’ils ont remplacé par l’égoïsme et le cynisme !


            • Scual 15 février 2013 12:43

              Jouer leur jeu, c’est se recroqueviller en dehors de la politique comme vous le conseillez...


            • al.terre.natif 15 février 2013 13:56

              @scual

              « Jouer leur jeu, c’est se recroqueviller en dehors de la politique comme vous le conseillez... »

              et bien c’est là ou je manque d’arguments pour vous rejoindre.

              J’ai plus l’impression de faire le jeu de l’europe en votant, même pour le FDG ou le FN, qu’en m’abstenant et en construisant concrètement autre chose.

              Quel espoir portez vous sur les élus ? Quelle part les élus de la France représentent-ils dans la masse des élus européens ? Y-a-t-il réellement un espoir de sortir de l’europe par les députés européens ?

              Si vous avez quelques arguments en faveur de votre point de vue, ou des réponses à ces questions, je suis preneur !


            • marc 15 février 2013 16:02

              Ca marche pourtant bien pour le Hasbarah israelien. ( pas trop sûr de l’orthographe)


            • Aldous Aldous 14 février 2013 09:40

              Cette affaire de propagande active n’est pas la première, après le non au referendum en France et en Hollande, l’UE a recruté des porteurs de bonne parole de toutes les langues del’’union chargés d’animer des débats ’’explicatifs’’ aux électeurs réticents.


              Le libellé de l’annonce était un bijoux de stalinisme :

              Dans toute annonce de l’UE, il est indiqué que les postes sont ouverts à toutes les personnes sans discrimination de race, de sexe ou d’opinion.

              Et dans le même texte il était précisé que les candidats devaient être euro-enthousiastes...

              Mais dans un esprit de pluralité et d’equité, hein... c’etait donc ouvert aux euroceptiques euro-enthousiastes...

              Plus faux cul y’a pas.


              • Aldous Aldous 14 février 2013 09:47

                Au passage cela montre une chose : il faut désormais payer des gens pour dire du bien de l’UE.


                Spontanément y’a plus grand monde qui défende ces bureaucrates spoliateurs et imbéciles.

                En effet, il faudra se mobiliser aux européennes.

                • julius 1ER 15 février 2013 12:44

                  excellente réflexion Aldous, payer des gens pour faire l’apologie du système Ultra-Libéral sur fonds publics c’est du détournement de fonds (abus de fonds sociaux, est-ce que la court de justice européenne est compétente pour juger une autre instance européenne ?????, cela montre en tous cas que le système est aux abois il est sur la défensive, il est en train de se discréditer totalement mais une bête blessée peut devenir très dangereuse !!!!!!!


                • Anaxandre Anaxandre 17 février 2013 00:30

                   « En effet, il faudra se mobiliser aux européennes. »

                   Ce mobiliser pour qui, contre qui ?...
                   
                  AUCUN des partis présents - système de « démocratie » représentative d’opinion contrôlée oblige - ne proposera clairement la SORTIE DE L’U.E.
                   
                  Alors, un seul mot d’ordre : NE VOUS DÉPLACEZ PAS pour participer à cette mascarade : c’est le seul moyen, une première étape en quelque sorte, pour délégitimer ce « machin » qui tue nos Peuples et nos Nations.


                • Deneb Deneb 14 février 2013 09:55

                  Ils vont financer les trolls ?
                  Ils sont en retard. Toutes les autres forces politiques le font déjà depuis une belle lurette.


                  • Pyrathome Pyrathome 14 février 2013 13:39

                    Ben OUI, et toi ? t’es financé par qui ? le bloc identitaire ?...ah ah ah !!!!


                  • Deneb Deneb 14 février 2013 13:54

                    arrête de faire ton zouave, momo, tu va nous faire une crise cardiaque


                  • Pierre Pierre 14 février 2013 14:09

                    Je suis d’accord avec Debeb. Il y a longtemps que les forums sont soit censurés, soit pourris par des trolls. L’UE est simplement plus stupide parce qu’elle annonce qu’elle va le faire.


                  • Deneb Deneb 14 février 2013 14:18

                    D’ailleurs Agoravox en est un vrai vivier. Entre les multipseudos soliloques et les dévots des sectes Collon Asselineau Meyssan , voir Forsane Alizza, on se croirait sur un polygone d’entrainement à la cyber-guerre.
                    J’ai failli mentionner Chouard, mais je me suis autocensuré, notez le bien.


                  • Deneb Deneb 14 février 2013 14:21

                    Ah oui, y a le manuel du parfait cyber-guerrier, qu’ils connaissent tous pas coeur.


                  • HELIOS HELIOS 14 février 2013 15:02

                    c’est presque ça Deneb, reste a savoir si ceux qui reflehissent (encore) avec leur tête plutôt qu’avec leur telecommande-TF1-Pujadas seront capable de continuer et auront acces aux outils de communication !


                  • Pierre Pierre 14 février 2013 15:08
                    @ Deneb,

                    « Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique. » Cet article avait été proposé à la publication sur AgoraVox mais n’a pas été retenu par la modération. Dommage !
                    Je ne me fais pas beaucoup de soucis pour AgoraVox, les réactions des intervenants sont presque toujours bien argumentées et ils sont assez attentifs au trollage qui se voit d’ailleurs venir de loin. Il faudra faire attention au nouveaux inscrits qui trolleront plus intelligemment, à la manière jésuite comme le discret Herman Van Rompuy.


                  • Deneb Deneb 14 février 2013 16:28

                    Pierre : « Cet article avait été proposé à la publication sur AgoraVox mais n’a pas été retenu par la modération. »

                    On se demande pourquoi ...Enfin, on ne se le demande plus.


                  • Deneb Deneb 14 février 2013 22:13

                    Je voudrais juste signaler au multi plusseur-moinsseur compulsif qu’il s’est trompé - il plusse Pierre et il me moinsse, moi, on est pourtant d’accord. Il faut apprendre à lire, sinon c’est un peu gros, la modération va le remarquer et il va encore se faire virer.


                  • lionel 16 février 2013 10:21

                    Deneb lui même est objectivement un Troll. Ses intervention provocatrices, presque toujours inutiles et prenant une posture « détachée », provoquent un bruit qui empêche la lisibilité des commentaires, empêche les dialogues productifs. 




                  • Deneb Deneb 20 février 2013 07:45

                    Tiens, Lionel, on remarque que tes commentaires sont souvent les seuls en positif quand le multi tricheur moinsse tout le monde. Bizarre, bizarre ...


                  • devphil30 devphil30 14 février 2013 10:00

                    Merci pour cette information qui en dit long sur le régime démocratique « idéal » dans lequel nous vivons 

                    La manipulation des foules ne datent pas d’hier , la propagande a été initié et développé durant les années sombres du nazisme avec la radio , puis étendu avec la télévision dans la plupart des pays du monde.

                    Aujourd’hui avec internet , ce que l’on considère comme un outil de liberté va être de plus en plus contrôlé et investi par des manipulateurs d’opinions d’autant plus facilement que l’anonymat rend la manipulation plus insidieuse.

                    Si la manipulation ne suffit pas , des méthodes de blocage de réseaux sont possibles ( exemple de la chine , iran etc ...).

                    Internet et les portables sont des supers supports de liberté mais n’oublions pas qui les contrôle et surtout qui peux les bloquer..... !

                    Notre liberté est fragile ...........

                    Philippe 




                     


                    • glattering 14 février 2013 16:26

                      "La manipulation des foules ne datent pas d’hier , la propagande a été initié et développé durant les années sombres du nazisme avec la radio , puis étendu avec la télévision dans la plupart des pays du monde.« 

                      Meme pas, les techniques de propagande largement reprises par les dirigeants nazis ont été développées et perfectionnées aux Etats Unis dans les années 1900-1920. Renseignez vous sur l’entrée en guerre des Etats Unis dans la premiere guerre mondiale, par un gouvernement élu sur une base pacifiste. Une commission a ete créée pour retourner l’opinion publique, et ca a tres bien marché !

                      L’idee de base de la propagande, autrement appelée »relations publiques", est que dans un régime soit disant démocratique, c’est a dire dans lequel les institutions font croire que les décisions sont prises par le peuple, il faut quand meme un soutien d’une majorité, appelée l’opinion publique, car sinon la différence entre les décisions prises par les dirigeants réels et la volonté du peuple pourrait paraitre trop importante et dé-légitimer le pouvoir en place.


                    • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 14 février 2013 18:59

                      Vidéo « L’Europe, une dictature se met en place » de François Asselineau sur le site de l’ UPR.


                    • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 15 février 2013 06:15

                      Pendant 50 ans, la construction européenne et la marche vers Babel se faisait dans le silence des médias.... Déclaration de David Rockefeller à la réunion de la Trilatérale de 1991 :

                      « Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans.

                      Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années.

                      Mais le monde aujourd’hui est plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial.

                      La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés. »

                      Ciel ! Un complot mondial ! Mais que fait Caroline Fourest ??

                      Rappelons un autre complot, publié par le Daily Télégraph le 19 septembre 2000 par le journaliste Evans Pricher.

                       Il s’agit d’un document du Département d’ Etat (= Affaires Étrangères) américain déclassifié, sur la période 1950/1969. Il indique que les services secrets US ont mené une campagne pendant toutes ces années pour la création de l’ UE et de l’euro. Il est spécifié que tout cela devait se faire SANS DEBAT....

                      C’est aussi dans cette période (1949) qu’a été créé le Mouvement Européen, dont Daniel Cohn Bendit a été Vice Président pour la section française.
                      De là à penser qu’il a aidé le mouvement de 68 pour faire partir de Gaulle fortement opposé à la main mise des USA sur l’ Europe...


                    • Hermes Hermes 14 février 2013 10:38

                      La propagande distillée quotidiennement en masse par les quotidiens gratuits ne suffit plus apparemment.


                      • en.transit 14 février 2013 10:59

                        Bah ! on a vu ce que la propagande a donné comme résultat avec le dernier vote sur l’ Europe ou avec la vaccination anti-grippale, m’est avis qu’il va se passer la même chose tout au moins en France : un « allez vous faire f... voir » franc et massif ! 


                        • eau-du-robinet eau-du-robinet 14 février 2013 11:02

                          Voici un sujet pour les Trolls !

                          Le grand marché transatlantique prévue pour 2015 reçoit un coup d’accélérateur par l président américain Barrak Obama en personne (c’est passé hier dans les informations à la télé).

                          Dans son édition dominicale, la Neue Osnabrücker Zeitung a révélé par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, les objectifs profonds de la construction européenne : l’instauration vers 2015 d’un marché transatlantique sans entraves.
                          En fait, ce ministre n’est que le porte-voix d’une politique préparée en amont depuis longtemps. En effet, l’objectif consistant à créer un bloc transatlantique unifié est clairement affiché sur le site de la Commission européenne.
                          Tous ces documents sont relayés par le très puissant institut euro-américain, le Transatlantic Policy Network (TPN) ou en français « le réseau politique transatlantique » . Bénéficiant de l’appui financier d’une multitude de multinationales (Boeing, Microsoft, Nestlé…) et d’une myriade de think tanks (Chatham House, CFR, Bruegel…), le TPN est dirigé par le député anglais au Parlement européen, James Elles. Ce Parlement européen, véritable courroie de transmission, est à l’origine de l’élaboration de nombreux textes appelant entre autre à la création d’une assemblée transatlantique.
                          .....
                          Finalement, toute cette politique élaborée depuis longtemps par les élites était déjà résumée par le fondateur de la très mondialiste Paneurope, Richard de Coudenhove-Kalergi, qui, recevant en 1950 la plus haute distinction en faveur de la construction européenne, le « Prix Charlemagne », appelait à une « Union atlantique », véritable « Fédération à trois » où l’Angleterre ferait « le pont entre l’Amérique et l’Europe ».
                          source

                          A terme, c’est une plus grande symbiose entre les politiques et les législations américaines et européennes qui va être à l’œuvre. Mais l’on ne voit pas pourquoi et comment l’hyper puissance yankee n’imposerait pas ses normes et ses usages, dans la « protection » de l’environnement et des consommateurs, dans le domaine de la santé, au sujet du problème très sensible des OGM, , de la législation sur les produits chimiques. Tout cela se traduira inévitablement par une régression, à la grande satisfaction de ceux qui tentent, avec une obstination remarquable, de déréguler tous ces secteurs, sans trop de succès jusqu’à maintenant. Il est assuré que le Traité transatlantique va leur donner le sésame pour ouvrir toutes les portes, d’autant plus que ces combinaisons sont ficelées sans contrôle démocratique.
                          Ce traité achève donc la perte de la souveraineté de l’Europe, qui, pour autant, n’en a eu que dans l’étroite marge que lui laissait la puissance américaine. Celle des 27 nations européennes a pris fin l’an dernier, par le Traité d’équilibre budgétaire européen. Or, les lois qui régissent les relations internationales sont comme celles de la nature, nonobstant l’inévitable hypocrisie inhérente à l’espèce humaine. Le plus fort impose sa volonté, que l’on essaiera d’incarner, par exemple, par l’usage obligatoire de l’anglais comme langue maternelle.
                          .Parallèlement, la création d’un espace commun de contrôle des populations, d’une aire de coopération transatlantique en matière de « liberté de sécurité et de justice » est prévue d’ici 2014, surtout au profit de l’ultra sécuritaire Etat américain, obsédé par le terrorisme et encouragé par le Military Commissions Act of 2006, qui permet de poursuivre toute personne quelle qu’elle soit, y compris non américaine, considérée comme ennemi, « combattant illégal ».

                          L’étape suivante sera la réalisation d’un pouvoir exécutif, qui sera institué dans les dix ans, et qui usera comme il l’entend de la force judiciaire, policière et militaire. Les peuples devront se plier. Et comme le processus de domestication ne s’effectuera pas sans réactions, il est probable que des révoltes auront lieu, sans doute violentes, avec des réponses répressives adéquates. Une ère de dictature s’annonce.

                          Nous sommes, nous, Français, Européens, à un tournant de notre histoire. Sera-t-il dit que nous ne savions pas, et que, quand il sera trop tard, nous n’ayons d’autre choix qu’entre la servitude et la mort ?
                          source

                          Lundi 4 février 2013, une dépêche de l’agence Reuters est tombée :
                          « L’union européenne a levé lundi les restrictions qu’elle faisait peser sur l’importation de plusieurs viandes américaines, une décision constituant le premier pas vers un accord de libre-échange qui concernerait près de la moitié de la production mondiale. [...]

                          L’interdiction des importations de porcs vivants et de viande de boeuf lavée dans l’acide lactique, justifiée par des objections de l’UE sur les conditions d’élevage et d’hygiène dans la production de viande aux États-Unis, doit être levée le 25 février.

                          source

                          Puis après c’est le tour de la libéralisation de toute sorte des pesticides des OGM ... le tout soutenu par une »Projet non existant« de tracabilité.
                          Les industrielles se battent vehement contre une traçabilité ... voyez donc le scandale actuel avec la viande de cheval découvert dans le hachis parmentier de chez Findus ou en Angleterre ou on à trouvé en vente de la viande de porc »étiquette comme viande de bœuf« ...

                          Ce contrat de dit »libre échange transatlantique" nous conduit à la perte des nos dernières libertés ! La liberté des multinationales c’est la perte de nos liberté à nous opposer contre la malbouffe et contre l’ingérance politique des américains sur le sol européen !

                          Cette Europe dirigé par intermédiaire de 15.000 lobbyistes payée et travaillant aux services des multinationales et des banques privées on en veut pas.

                          Et maintenant avec notre agent l’Europe franchit vraiment les limites, avec une arrogance sans limites, en fiancent une campagne pro européenne pour convertir les Eurosceptiques. Trop c’est trop !

                          L’Heure de quitter cette Europe qui à détruit les services publiques, qui alimente artificièllement la crise par son programme d’Austérité (Austérité pour les peuples en Europe) car l’Austérité ne concerne pas les multinationales ni les banques privées.

                          Sortons de l’Europe ...il y à URGENCE .... et vite !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles







Palmarès