Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La Grèce et la zone euro entre bluff et chantage

La Grèce et la zone euro entre bluff et chantage

Alors que nous devrions connaître dans moins de deux semaines le verdict de mois de négociations entre le gouvernement Grec et la troïka, difficile de savoir si les parties prenantes font du bluff pour renforcer leur jeu ou si nous sommes vraiment à quelques jours d’une rupture.

 
Qui a le plus peur de l’autre ?
 
La situation actuelle est extrêmement complexe. Pour pouvoir faire céder l’autre partie, il faut apparaître plus résolu, et même prêt à assumer une rupture. Mais personne ne sait si l’Union Européenne est véritablement prête à laisser Athènes sortir de la zone euro et faire défaut plutôt que céder à ses demandes  : après tout, la sortie pourrait enclencher le processus de démantèlement de cette construction européenne. Mais de l’autre côté, Tsipras est-il véritablement prêt à quitter la zone euro plutôt que de céder aux diktats de la troïka ? Du coup, difficile de savoir si les fuites concernant une préparation d’un défaut grec représentent une véritable préparation ou une posture destinée à faire peur à Athènes.
 
Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a affirmé que l’UE bluffe en affirmant « ne pas croire que les partenaires européens de la Grèce laisseront son pays sortir de la zone euro  ». Et si les dirigeants européens ne étaient pas prêts à laisser tomber une carte de leur château ? Il a affirmé qu’il ne « pense pas qu’il y ait un seul responsable européen sensé qui souhaite prendre ce risque  » et a dit espérer que l’UE et le FMI bluffaient dans les négociations. Mais, les discussions démarrées samedi dernier n’ont pas abouti puisque les négociateurs des deux parties se sont séparés dimanche. Elles doivent reprendre jeudi, lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro.
 
Le chantage de la zone euro
 
Pourtant, la Grèce fasse beaucoup de propositions. Samedi, Yanis Varoufakis a proposé que le MES fasse un prêt de trente ans à 1,5% à la Grèce et rachète pour 27 milliards d’euros de bons du Trésor Grecs. Et pour augmenter son excédent primaire, Athènes a proposé dimanche toute une batterie de mesures, entre une refonte de la TVA qui devrait rapporter 1,4 milliards, une taxe sur les bénéfices des entreprises, une hausse de l’impôt sur la solidarité, centrée sur les revenus supérieurs à 100 000 euros par an, une baisse des dépenses militaires et une limitation des pré-retraites. Athènes cède à ses créanciers avec un excédent primaire de 0,75% en 2015 et près de 2% en 2016.
 
Pourtant, la troïka a refusé ces propositions, les jugeant insuffisantes et réclamant un effort supplémentaire d’un point de PIB ainsi que de nouvelles coupes dans les retraites. Pour une source gouvernementale citée par le Monde, « la volonté de nos créanciers d’insister sur de nouvelles coupes dans les retraites est totalement idéologique et nous ne pouvons pas l’accepter  ». Pour Alexis Tsipras, cela « sert un dessein politique. Nous allons attendre patiemment que les créanciers accèdent au réalisme  ». La troïka semble être rentrée dans une logique fondamentaliste et antisociale en réclamant de nouvelles coupes dans les retraites. Ce faisant, elle semble également souhaiter humilier Athènes.
 

Dans quelques jours, nous saurons si une des parties bluffait. Nous saurons aussi si Syriza donne la priorité au mandat que les Grecs lui ont donné sur la peur d’être seul. Et même si les technocrates tortionnaires cédaient, Athènes aurait intérêt à partir de la zone euro pour définitivement briser ses chaines


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • confiture 16 juin 2015 10:56

    Théatre pour faire penser qu’il existe une issue possible pour les peuples, je pari sur le résultat, qui sera comme d’hab : TINA, mais au moins le système aura fait semblant.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 16 juin 2015 10:58

      La zone « euro » met en place un système pour se passer de la Grèce...donc cela prend un certain temps mais au final la Grèce sortira les pieds devant de l’UE...peuple de France à vos portes monnaies.. !


      • doctorix doctorix 16 juin 2015 16:13

        @Le p’tit Charles

        C’est maintenant que la Grèce est couchée.
        Elle va sortir, debout, libre, et grandie.
        Elle servira d’exemple pour les autres pays victimes, dont nous.
        C’est très réjouissant.
        Qui paiera ? Juste les spéculateurs de tout poil, qui apprendront qu’on ne peut tondre un œuf, et que prêter à taux usuraire n’est pas sans risque.
        Quant à la Grèce, son drachme affaibli va attirer le tourisme en masse, freiner ses importations, faire reculer son taux de chômage et favoriser ses exportations : rien que du positif.
        Tout à fait ce qui nous conviendrait.
        Elle aura de plus le soutien inconditionnel de la Russie et de la Chine, qui n’attendaient que ça.
        Il n’y aura guère que l’Europe des banquiers pour pleurer. Les peuples d’Europe, eux, se réjouiront avec elle..

      • fred.foyn Le p’tit Charles 16 juin 2015 18:15

        @doctorix...Vous ne pouvez pas comparer la Grèce et la France...aucun rapport...Vous mélangez la merde et la crème fraiche.. ?


      • rotule 16 juin 2015 19:44

        @Le p’tit Charles
        vivant en France, je trouve aussi que ça sent plus la merde que la crème fraiche ! Je vous plusse !


      • rosemar rosemar 17 juin 2015 17:04

        @Le p’tit Charles

        Un article à lire sur le sujet : POUR LE PEUPLE GREC : http://rosemar.over-blog.com/2015/06/pour-le-peuple-grec.html


      • zygzornifle zygzornifle 16 juin 2015 14:40

        on connait tous un voisin pauvre hé bien l’Europe a le sien .....


        • Samson Samson 16 juin 2015 18:14

          Pour ce que j’en lis sur différents sites, Syriza semble avoir très bien manœuvré et la montre se retourne maintenant contre la Troïka, qui n’a d’autre solution que de céder, tout en tentant de sauver la face !
          Un Grexit entraînerait le risque d’’effondrement de la zone €uro, et l’€urope a plus à y perdre et mettrait plus de temps à s’en remettre que la Grèce.
          D’autant qu’une accumulation de nuages noirs semble assombrir le destin de la Deutsche Bank, certains commentateurs U$ évoquant déjà le risque d’un nouveau Lehman Brothers germanique.


          • elpepe elpepe 17 juin 2015 03:49

             @Samson
            Deutsche Bank etait ds mon radar merci pour l update, definitivement la Grece a un sursis
            cdlt


          • lsga lsga 16 juin 2015 18:21

            Probabilité de rupture : ZERO

             
            L’Allemagne ne va pas risque de mettre en danger son système de retraite en foutant les grecs dehors. La France ne va risquer de réhausser se taux d’intérêt sur le marché international pour foutre tsipras dehors.
             
            La grèce ne paiera pas, et restera. Les QE, ça sert à ça.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 juin 2015 20:29

              Analyse de la situation par le Parti Communiste grec, opposé à la fois aux deux plans proposés, celui de la Troïka et celui de Tsipras. Le PC grec est favorable à une sortie de l’ UE, à une nationalisation des monopoles et une annulation de la dette. 


              La sortie de l’euro n’est qu’une partie de la souveraineté, 10 pays sont dans l’ UE sans avoir l’euro et doivent appliquer les Traités quand même et les plans d’austérité qui vont avec.
              C’est la sortie de l’ UE, de l’euro & de l’ OTAN qui redonnerait à la Grèce l’entière souveraineté.
              Ce qui n’est pas du tout dans les projets de Syriza.
               

              • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 2015 16:47

                @Fifi Brind_acier
                fastoche de critiquer quand on ne fait rien


              • coinfinger 17 juin 2015 16:55

                @Fifi Brind_acier
                Tout à fait d’accord avec çà . Tsipas / Yaroufakis Syriza , jouent un jeu d’équilibristes pour un améngement de la dette , sans plus . Question réformes dans le fonctionnement du pays c’est à peine une mise à jour aux normes Européennes , qui elles mémes auraient besoin d’étre sérieusement reconsidérées .
                Pour qu’il y ait souveraineté d’un pays faut déjà que l’état soit souverain intérieurement , ce qui n’est pas le cas et aucun plan en ce sens de Syriza , juste des aménagements . Les équilibres de comptes extérieurs et intérieurs ne peuvent concerner que du court terme .

                En un mot c’est de la communication , de la recherche d’audience , pas plus .


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juin 2015 20:22

                @Olivier Perriet
                L’ UPR a un équivalent en Grèce, c’est l’ EPAM.
                Le Front Populaire Uni de Grèce, pour la sortie de la Grèce de l’ UE & de l’euro.
                Mais les médias grecs ont préféré propulser Syriza qui veut rester dans l’ UE, plutôt que l’ EPAM.
                Et vous, vous faites quoi ? Vous proposez quoi ?


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juin 2015 12:09

                @Fifi Brind_acier
                Je propose quoi ?
                En tout cas pas de solutions toutes faites, on sait toujours qu’elles ne mènent jamais là où c’est prévu.

                Gardez les votres pour quand l’UPR sera élue, mais à mon avis c’est un rève.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juin 2015 12:18

                @Fifi Brind_acier
                De Gaulle, que vous devez bien connaître, revenu au pouvoir à la faveur des troubles en Algérie, a commencé par « Je vous ai compris » et a fini par lâcher l’Algérie.
                Alors...
                On va dire « le pragmatisme, c’est botter en touche » et d’une certaine manière c’est vrai. Mais dans certaines situations pourries, c’est difficile de faire autrement.


              • Spartacus Spartacus 16 juin 2015 21:13

                Un joueur perdant récurent au casino demande de l’argent pour se refaire.....

                Que c’est drôle, les préteur ne semblent pas avoir confiance....
                Quelle étonnement

                • Samson Samson 16 juin 2015 22:27

                  @Spartacus

                  Toute la question est de savoir qui - des prêteurs ou du joueur - a le plus à perdre !
                  Au delà du catéchisme néo-libéral et des séquences de musculation €uropéens à l’attention de l’opinion publique, l’exposition des seules France et Allemagne a la dette grecque s’élève à 160 milliards d’€uro : faut-il les passer au rang des pertes sèches, ou tenter d’en récupérer ce qui est possible ?
                  A force d’avoir joué la montre, la Troïka s’en mord maintenant les doigts et se retrouve acculée à s’accommoder des exigences de Syriza.

                  Et tant un Grexit qu’un assouplissement de la dette grecque inspireront immanquablement d’autres partenaires €uropéens à l’insoumission et à la renégociation des règles. smiley


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 juin 2015 07:59

                  @Spartacus
                  Qui a transformé la Grèce en casino ? Les Grecs ou Goldman Sachs ?
                  Et au bénéfice de qui ont été fait les restructurations de la dette ?

                  La réponse est dans un rapport du FMI qui a fuité dans la presse :
                  au bénéfice des grandes banques, en particulier européennes.
                  Pas au bénéfice des Grecs.


                • Spartacus Spartacus 17 juin 2015 11:17

                  @Fifi Brind_acier

                  Mince alors tu peux pas payer ta nouvelle porche, et t’accuse les préteurs car tu avais un pote qui t’avais fait des facilités dans la banque .....
                  La responsabilité est à celui qui emprunte et a celui qui fait passer les prêts.
                  La banque c’est normal qu’elle fasse des bénéfices, c’est son job


                • rotule 17 juin 2015 20:10

                  @Spartacus
                  Le preteur a prête à un taux qui inclut le risque. Il suffit de voir la différence des taux sur http://fr.investing.com/rates-bonds/world-government-bonds pour vous convaincre qu’une monnaie commune n’est pas unique et que la tête du client est déjà prise en compte.
                  Avait-il (le preteur = la banque commerciale) bien évalué le risque ? A-t-il les moyens de faire pression ? C’était son problème avant que les États ne remplacent les banques privées. Maintenant, le problème va arriver sur la feuille d’impôt ... on va dire merci à nos gouvernements, tous depuis 2008, UMP ou PS même panier, aucune raison de faire des différences.


                • Pere Plexe Pere Plexe 17 juin 2015 20:44

                  @Spartacus
                  Ils peuvent continuer à prêter au perdant si ils le désirent : le Casino leur appartient !
                  L’argent « perdu » va de toute façon dans leurs poches...
                  Il n’est pas ici question d’ économie mais de politique.
                  Il faut soumettre les peuples
                  Pour rappel la Grèce c’est 2% (en PIB) de l’UE...rien de significatif ou d’insurmontable.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 juin 2015 23:50

                  Enlevez « MES » et mettez Chine, Russie ou un pool des BRICS.... La Grece peut vendre la clef de la porte de service au marché Européen.... et tout le monde le sait. . Il s’agit de lui donner ce qu’elle veut sans que ca paraisse.... Accessoiremnent, on tente aussi sans doute de corrompre tous les décideurs, dont Tsipras le premier, par des promesses ou des menaces personelles.... mais ça non plus, ça ne doit pas trop paraitre. Dans 100 ans on verra cette période comme celle de la Grande Turpitude. a comparer avec celle de la chute de l’Empire Romain....


                  PJCA

                  • millesime 17 juin 2015 07:03

                    boutade célèbre :
                    si vous devez 100 000 euros à votre banquier, vous avez un problème
                    si vous lui devez 300 milliards, il a un problème.. !
                    Ce sont donc la BCE, le FMI etc..qui ont un problème...pas la Grèce

                    http://millesime57.canalblog.com


                    • De Bredevan marc (L'INFOTOX) De Bredevan marc (INFOTOX) 17 juin 2015 08:29

                      De manière plus générale, on notera que tant dans les domaines nationaux qu’internationaux, il suffit qu’un dossier sorte de la compétence des principaux concernés pour devenir la seule préoccupation idéologique de dirigeants politiques dont l’incompétence n’a souvent d’égale que l’irresponsabilité, celui-ci ne tarde pas à se transformer en un ballet médiatique fait de déclarations intempestives, contradictoires et stériles quitte à le rendre totalement contraire aux intérêts des seuls concernés, à savoir les citoyens que ces politiciens prétendent, main droite sur le coeur, main gauche sur leur portefeuille, vouloir défendre et préserver !.
                      Une analyse non exclusivement consacrée à la Grèce de ce phénomène somme toute assez récent vient d’être publiée sur Agoravox via ce lien : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/devenez-riches-suivez-les-conseils-168536


                      • Allexandre 17 juin 2015 12:08

                        Du bluff à coup sûr, et c’est bien dommage. Il faudrait que les Grecs aient le courage de mettre un coup de semonce à l’UE, histoire de faire trembler Bruxelles et tous ses corrompus.


                        • Werner Laferier Werner Laferier 17 juin 2015 13:51

                          L’europhobie obsessionnelle des nationalistes passéistes est sans bornes.
                          Quand la volonté populaire est de vivre à crédit, de tout dépenser plutôt que d’investir dans des banques, et que l’on crache au visage de celui à qui on demande de lui prêter encore de l’argent, on finit par prendre le mur des réalités.
                          Les extrémistes grecs obligés de venir manger dans la main de ceux qui les nourrissent depuis bien trop longtemps, ne peuvent se plaindre et rentreront dans le rang.
                          On ne peut plus tolérer ces tentatives de déstabilisation au sein de l’UE dirigé par les services russes, Tsipras est un pantin de Poutine, les Grecs doivent être punie d’une main implacable, qu’ils remboursent ce qu’ils doivent à l’UE.
                          Le fait que la Grèce soit devenue une carte pour des enjeux internationaux entre Washington et Moscou/Pékin est une preuve supplémentaire des attaques « commerciales » contre l’Union de la part de Moscou.
                          L’UE accordera encore une bonne dose de prêts à la Grèce. Les Grecs s’en moquent, ils savent très bien qu’ils sont membres de l’OTAN et qu’il en faut plus qu’un budget en déséquilibre pour se faire virer de l’alliance OTAN/UE.
                          Silence radios sur les comptes détenus par les Russes, plusieurs milliards dans les Îles caïman, alors que la Russie croule sous la pauvreté.
                          Il est largement temps que la Grèce se modernise en mettant en œuvre les mesures exigées par l’Europe avant les élections aux USA, les USA mettront l’oh " aux Grecs une fois que le président Jeb Bush, ou la présidente Hillary Clinton sera élu.


                          • Allexandre 21 juin 2015 17:41

                            @Werner Laferier
                            Quelle propagande éhontée et lourde pour les gentils financiers qui nous ont foutus dans la merde. Comment peut-on écrire de telles mensonges ? Soit par cynisme, soit pas pure bêtise


                          • Ben Schott 17 juin 2015 14:15

                             
                            “ les Grecs doivent être punie d’une main implacable ”
                             
                            Ça y est ! Après la Russie, voilà que le neuneu veut aller faire la guerre aux Grecs ! Il veut “ punir ”, le petit belliqueux (qui doit être taillé comme un animateur de Canal+) !


                            • COVADONGA722 COVADONGA722 17 juin 2015 14:52

                              faites chier !qui a encore laissé la cage de werner ouverte ?


                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 2015 15:27

                                @COVADONGA722
                                c’est du 3e degré ses interventions ? Non ?? smiley


                                • izarn 21 juin 2015 15:34

                                  On dirait que Syriza est payé par la CIA.
                                  Les USA detesteraient la fuite de la Grece hors d’Europe...
                                  Un jeu inversé : De fait les allemands voudraient que la Grece sorte, mais les USA non...
                                  De plus en plus je pense que ces gens de gauche sont des traitres.
                                  Le mieux c’est qu’ils sortent de l’euro, cela aiderait l’Europe des nations.
                                  Les USA disent à l’Allemagne : Payez !
                                  C’est sur qu’ils sont pas contents. Mais Merkel est une créature de l’OTAN...
                                  Se faire mettre par les grecs, deux fois, c’est quand meme dur...
                                  Que les grecs restent dans l’euro est immoral. Ils devraient se tirer, vu les fautes commises, les mensonges sur leurs dettes, les combines avec Goldman Sachs. C’est de la truanderie de premier ordre.
                                  Grecs, cassez vous ! Syrisa ou pas...Suffit de faire les marioles. Prenez vos responsabilités politiques, meme de ceux que vous avez élu depuis 20 ans...
                                  Vous plongez, la...Vous vous en rendez compte ?
                                  On ne voit donc pas que Tsipras se comporte comme un Mafieux ! Aboule le fric et vires moi si tu l’oses !
                                  Avec derrière Obama rigolard...
                                  L’Europe de Tsipras, mais personne n’en veut !


                                  • tf1Groupie 21 juin 2015 15:46

                                    ces gens de gauche sont des traitres
                                    Merkel est une créature de l’OTAN

                                    ces gens de gauche sont des traitres
                                    Merkel est une créature de l’OTAN

                                    ces gens de gauche sont des traitres
                                    Merkel est une créature de l’OTAN

                                     smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès