Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La nomination bâclée de Mario Draghi et l’étouffement de la (...)

La nomination bâclée de Mario Draghi et l’étouffement de la falsification de la dette grecque

Sharon Bowles (lien) est la présidente du comité des Affaires Economiques et Monétaires (ECON) du parlement de l'UE (lien). A ce titre, elle est responsable du rapport (lien), datée du 16 Juin 2011, évaluant la nomination de Mario Draghi. Ce rapport de 36 pages, qui a été transmis aux députés en préalable au vote, a conclu à « un avis favorable de nommer Mario Draghi en tant que président de la BCE », pour un mandat de 8 ans, mais sans seulement mentionner les fortes réserves de certains membres du comité. Ces réserves étaient les soupçons quant à la responsabilité du candidat dans le maquillage de la dette grecque, alors qu'il était directeur éxécutif (Managing Director) à Goldman Sachs pour l'Europe, de 2002 à 2005. Sa défense lors d'une audition précédant le vote a été jugée obstructive et peu plausible, et un nouvel élément est venu la discréditer. Ces défaillances nous ont amené à regarder ce que fait concrètement ce comité, au sujet de la falsification de la dette grecque.

JPEG - 38.2 ko
Mario Draghi

Première partie : La nomination du Président de la BCE

Les réserves au sein du comité ECON

Le soupçon sérieux de la connexion Mario Draghi à la controverse a été connu publiquement en Mars 2011. Il est venu de Simon Johnson, dans un blog intitulé Mario Draghi et Goldman Sachs, Again (lien). Il est professeur au MIT, et l'ancien chef du département de recherche du FMI et cotoye le monde des banquiers centraux. Deux membres du comité ECON ont écrit conjointement un appel solennel, publié dans le journal Le Monde le 14 Juin 2011 (lien), demandant à Mario Draghi de clarifier son rôle. Le premier était le prédécesseur de Sharon Bowles comme présidente du Comité, Pervenche Berès (lien). La deuxième était Pascal Canfin (lien), qui avait réitéré l'appel directement à Mario Draghi lors d'une audience tenue le 15 Juin 2011, en ​​présence de Sharon Bowles. La réponse de Mario Draghi était incohérente et dite sur un ton irrité (lien) [1]. Pascal Canfin a donné son impression le 15 Juin 2011 dans une webdiffusion du Parlement Européen (lien). Il a averti de l'épée de Damoclès planant sur ​​la tête du président de la BCE (lien).

La communication du comité ECON au parlement

Le rapport présenté par Sharon Bowles ne fait aucune référence à ce que l'audience contenait. Il est seulement mentionné de nom : "considérant que le comité a ensuite tenu une audience de deux-et-un-demi-heure avec le candidat, le 14 Juin 2011". Le reste du rapport contenait la biographie de Mario Draghi et un long questionnaire ayant trait à la politique monétaire mais aussi la gouvernance de la BCE. Dans cette deuxième catégorie, on peut citer, par exemple, la parité des sexes (il est contre) et la proposition de faire en sorte que le parlement ne soit pas seulement consulté mais confirme les nominations, comme aux Etats-Unis (il est contre). En outre, le comité ECON a publié un communiqué de presse (lien) , le 15 Juin 2011. C'est pour qui veut le lire, contrairement au rapport qui a été spécifiquement adressé au Parlement. Il reconnaît les réserves existant au sein du comité. Cependant, il l'exonère l'intéressé comme suit (traduit de l'anglais) : « Des eurodéputés ont demandé à M. Draghi de clarifier son implication passée avec Goldman Sachs. M. Draghi a défendu son intégrité avec véhémence. Il a dit qu'il n'était pas impliqué dans les relations de la banque avec les gouvernements et que son attitude [comme régulateur] depuis lors envers le secteur bancaire prouve qu'il ne serait pas dans la poche de l'industrie financière. ». D'abord, ce qui lui était reproché était beaucoup plus précis : son implication dans la falsification des comptes publics grecs. Ensuite, la déclaration traite Mario Draghi comme juge et partie. Enfin, le 23 Juin 2011, Sharon Bowles a publié un soutien personnel (lien) dans lequel elle a dit : « J'ai été impressionné par les réponses qu'il a données à mon comité [...] Beaucoup d'autres réponses ont également été intéressantes et stimulantes, il a le respect de la commission et du Parlement [...]. ». On pourrait arguer, au contraire, que le Parlement avait le respect de Mario Draghi, car les données gênantes en étaient absentes. Un député qui aurait voulu savoir plus que le rapport aurait probablement lu le communiqué de la commission économique et monétaire. Ce dernier présente la défense de Mario Draghi comme si elle avait fait évaporer les soupçons de ceux qui les avaient initialement. C'est le contraire qui s'est produit.

Hypothèses sur le déroulement de l'opération

L'exonération de Mario Draghi était probablement motivée par un intérêt que la nomination se déroule le mieux possible. Ça a fonctionné merveilleusement bien. Aucun journal influent ne s'est inquiété de son mensonge présumé, jusqu'à un temps très court avant qu'il ne prenne ses fonctions le 1er Novembre 2011. Le 29 Octobre, le NY Times a donné un compte rendu fidèle de l'audience (lien). La preuve ultérieure du parjure a été rapportée par El Tiempo, le 16 Novembre 2011 (lien). Cet article cite des documents émanant de la Banque Centrale d'Italie invalidant son affirmation selon laquelle il n'a pas eu de contacts avec les gouvernements. Cette révélation est commentée par Pascal Canfin dans une webdiffusion (lien). Afin de mesurer la responsabilité de Sharon Bowles, voici la mission du comité ECON (lien) : « le principale rôle de cette commission est une forme de contrôle de la BCE (lien). Car si la BCE, de par le traité qui prévoit sa création, est indépendante, elle est tout de même responsable devant cette commission ». Elle est appuyée dans son rôle par quatre vice-présidents, José Manuel García-Margallo y Marfil ( lien ), Arlene McCarthy ( lien ), Theodor Dumitru Stolojan ( lien ) et Edward Scicluna ( lien ). 

On peut se faire une idée de l'ambiance qui a prévalu au sujet de ce vote parmi les députés en lisant leurs explications (lien) sous la rubrique « Rapport Sharon Bowles (A7-0229/2011) ». Sachez que c'est seulement un échantillon des députés. Prenez, par exemple, Alfredo Pallone ( lien ), qui est un membre du comité ECON. Son explication de vote est un éloge lyrique de Mario Draghi. Sharon Bowles a-t-elle donné le ton juste afin que le minimum d'impartialité que l'on attend de ce groupe d'eurodéputés dans l'exercice de cette mission particulière soit de mise ? Nous ne pouvons que spéculer sur les motifs de Sharon Bowles. Elle a suivi la recommendation du Conseil européen, c'est à dire, en réalité, les poids lourds, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, parce qu'elle n'est pas du genre à faire des vagues. Appelée à interagir avec Mario Draghi régulièrement, elle voulait éviter un précédent déplaisant. Enfin, Sharon Bowles a peut-être répondu à ce qu'elle voyait comme l'appel du devoir, dans un contexte de détérioration de la crise de l'euro.

 

Deuxième partie : la falsification de la dette grecque

Les audits de Eurostat

La question qui dérange certains, au sujet de Mario Draghi, n'a pas surgi à la dernière minute. Nous avons déjà mentionné la grave accusation de Simon Johnson en Mars 2011. La question de la falsification de la dette grecque, avec la complicité active de Goldman Sachs était connue, au moins de ceux qui lisent la presse économique et financière. Pour être précis à ce sujet, et afin de comprendre le point de vue de Sharon Bowles, nous allons nous concentrer sur les audits de l'office statistique de la Commission, Eurostat ; un institut avec lequel elle a nécessairement des contacts. Dans le jargon d'Eurostat, « une visite méthodologique » est un audit qui est "entrepris dans les cas où Eurostat détecte des risques importants ou des problèmes potentiels avec la qualité des données ». Les visites méthodologiques des finances publiques de la Grèce ont commencé en 2009 et se sont poursuivies jusqu'en 2010. Trois importants rapports ont été produits, l'un le 29 Octobre 2009, la deuxième le 8 Janvier 2010 et le troisième en Novembre 2010 ( lien ). Selon le dernier, une « série de manquements dans les arrangements institutionnels et la compilation des données concrètes du grec des finances publiques » ont été constatés. 

Il semble que seul le rapport de Novembre 2010, dans cette série, traite des transactions de swaps grecs (nous avons lu le dernier et survolé celui de Janvier). Il a conclu comme suit : « Prenant en compte [les rectifications éffectuées], comme décrit dans le présent rapport, la dernière représentation de la dette et des données du déficit pour la Grèce est maintenant fiable, [y compris pour les ] les années 2006-2009 ». Il est, par conséquent, un rapport important car il représente un avis final et fiable sur le plan comptable. Le résumé d'Eurostat de ses relations avec la Grèce en rapport avec la transaction controversée des swaps grecs contredit l'affirmation allègrement rapportée qu'elles étaient légales. Goldman Sachs donné la version optimiste dans un communiqué publié en Février 2010 ( lien ) : "Le gouvernement grec a déclaré (et nous sommes d'accord) que ces opérations étaient conformes avec les principes d'Eurostat qui régissent leur utilisation et leur application à l'époque [2000 et 2001]. ». Premièrement, Eurostat affirme que « Au début de l'année 2010, on a appris que la Grèce avait conclu en 2001 des accords de swap de devises hors marché avec Goldman Sachs, en utilisant un taux de change différent de l'endroit qui prévaut un. ». Chaque mot est important dans la détermination de la légalité, car il faut tout de même se souvenir que la controverse était connue dès 2003 grâce à une article de Risk.net intitulé face Méga Deal de Goldman Sachs avec la Grèce ( lien ). Cet article a dit que la recherche d'une meilleure notation de la signature grecque était parmi les motifs. Cette année-là, sa cote est passée de A à A +. Deuxièmement, Eurostat indique que la Grèce l'a manifestement trompé en 2008 en affirmant que son agence du trésor n'était engagé ni dans des contrats de « swaps FOREX, ni dans les swaps hors marché ». Or, ce sont exactement le type de transactions convenues entre la Grèce et Goldman Sachs en 2001 et ultérieurement, FOREX signifiant taux de change.

La communication de Goldman Sachs

Le fossé entre les interprétations des différentes parties reste une question en suspend : il y a du tri et des recoupements qui restent à faire pour y voir clair. En attendant, on peut déjà relever les intriguantes tournures de language du Directeur Général de Goldman Sachs, Gerald Corrigan ( lien ), dans son témoignage devant la Chambre des Communes en Février 2010. Incidemment, nous ne pouvons pas trouver la retranscription à parliament.uk alors que d'autres impliquant le même individu (qui a l'oreille du parlement britannique) sont retournées par les moteurs de recherche. De ce qui est rapporté dans le journal financier en ligne Finfacts Irland ( lien ), il a essentiellement placé le blâme sur l'UE pour ne pas avoir des règles strictes, admettant ainsi que le contrôle faible. Il a également déclaré que l'activité de la banque était monnaie courante dans l'industrie, un cas de rationalisation. La transaction aurait généré des centaines de millions de dollars pour l'entreprise ( lien ) [2]. En passant, la commission d'enquête fédérale sur la crise, la FCIC ( lien ), a révélé que Goldman Sachs fait entre 25% à 35% de ses revenus de l'activité de produits dérivés ( lien ). Revenant à la falsification de la dette grecque, l'acteur clé, Antigone Loudiadis, a fait une fortune considérable grâce à ces transactions. Et elle a connu ensuite une progression de carrière fulgurante ( lien ). Elle a fait à nouveau l'actualité, controversée, il n'y a pas longtemps, en tant que PDG de Rothesay Life, avec les "produits dérivés macabres" ( lien ). Les critères que nous avons énumérés a) contrôle défaillant, b) rationalisation des errements, et c) le gain financier ou la promotion de carrière comme mobiles, définissent le Triangle des Fraudes ( lien ). Ce sont les « trois facteurs qui sont présents dans toute situation de fraude », qui sont enseignées dans les cours d'introduction en juricomptabilité. Rappelons que Goldman Sachs a versé un demi-milliard de dollars pour régler des accusations de la SEC que Goldman a trompé les investisseurs dans un produit hypothécaire à risque, alors que le marché immobilier américain était en train de s'effondrer ( lien ). Et il y a plus à déplorer ( lien ). Une information que révèle l'audit d'Eurostat est que "en août 2005 une importante restructuration du contrat de swap a eu lieu". Sur la base de notre connaissance limitée de la déposition de Corrigan devant le parlement britannique, il a ommis ce fait très important. En effet, il en a résulté une augmentation du montant de la dette grecque non divulguée, de € 2,830 milliards en 2001 à € 5,125 milliards en 2006, soit un accroissement de 81%. Le second montant a persisté jusqu'en 2009, selon Eurostat, qui l'a régularisé dans les comptes nationaux de la Grèce en 2010 [3]. Or, Mario Draghi a été nommé à la tête de la Banque en Italie en 2006, marquant ainsi la fin de son mandat chez Goldman Sachs. Ce dernier avait commencé en 2002, lorsque Goldman Sachs était le chef de file, en jargon lead manager, du marché primaire de la dette de la Grèce. 

Le degré d’alerte du comité ECON

En tant que membre du Royaume-Uni du parti Libéral Démocrate, Sharon Bowles est de facto affiliée à l'Alliance des Libéraux Démocrates de l'Europe, abrégé ADLE ( lien ). Guy Verhofstadt est un député européen et chef de groupe de l'ADLE. Ce parti politique a publié une déclaration le 14 avril 2010, intitulé "Grèce : le moment de vérité", dans lequel il appelle Sharon Bowles à demander : « au directeur général d'Eurostat d'expliquer comment les comptes de la Grèce auraient pu être légalement modifiés et quelles mesures ont été prises pour prévenir de tels actes. » ( lien ). Ceci devait être discuté lors d'une audience le même jour, mais nous n'avons pas retrouvé la retranscription. En revanche nous avons trouvé la déposition (que nous avons seulement survolée pour l'instant), de Gerald Corrigan ( lien ) qui était invité au débat. On se souvient qu'il était dèjà le représentant de Goldman Sachs devant le parlement britannique. Le sujet a refait surface dans un débat au parlement de l'UE le 15 Juin 2010 ( lien ). Pour le cadrer Sharon Bowles avait affiché le 4 Juin 2010 la question de savoir « si toute [Etats membres] ont soumis des falsifications ou des données fausses ou de statistiques soit intentionnellement ou par négligence ? » ( lien ). Cette question paraît floue compte tenu des preuves disponibles à l'époque. Souvenons nous : ce débat faisait suite à celui du 14 avril 2010, intitulé « La Grèce : le moment de vérité ». De plus, Eurostat avait publié un audit en Janvier 2010, comme indiqué plus haut. Il déplorait « une representation frauduleuse (misreporting) généralisée du déficit et de la dette par les autorités grecques au cours de Novembre 2004, [...] et à cinq reprises entre 2005 et 2009 ». Incidemment, le Commissaire Olli Rehn Ilmari ( lien ) a fait deux longues réponses lors de ce « débat de fond », mais nous n'avons pas trouvé de réponse claire et précise à la question. Il nous semble que le comité ECON était en retard par rapport aux progrès des audits réalisés par Eurostat. Quant à l'audit de Novembre, il aurait fallu en tirer la substance avant l'audition de Mario Draghi et la comparer aux déclarations des parties en présence, comme nous avons tenté de le faire. Le puzzle est encore très incomplet.

L’obstruction de Jean Claude Trichet

Bloomberg a déposé une demande d'accès aux archives détaillant ces transactions auprès de la BCE en Novembre 2010. Elle a été refusée (lien). Bloomberg a contesté la décision au Tribunal de l'UE au Luxembourg (lien) en Décembre 2010 (lien). La BCE a demandé à la Cour générale de rejeter la plainte, en mai 2011, un mois seulement avant la nomination de Mario Draghi, apparemment en utilisant une prérogative de veto (lien). Bloomberg a réagi en Juin 2011 par ces mots : « La Banque centrale européenne n’a pas vu la crise grecque venir. Et maintenant, elle refuse de faire la lumière, au mépris des citoyens européens, sur les détails de ce montage frauduleux. Le secret et l’opacité ont été un facteur de la crise de l’Euro. Il faut maintenant faire preuve de transparence ». (link).

Que fait la police ?

Essayons de comprendre en regardant ce qui s'est passé dans un cas comparable, aux Etats-Unis, où le lobby financier est pourtant puissant. Les sénateurs américains de la commission d'enquête sur la grande crise financière, dirigée par Carl Levin ( lien ), ont sollicité une enquête criminelle en avril 2010 ( lien ). Cela a incité le ministère de la Justice et plusieurs agences gouvernementales, telles que la SEC, à prendre des mesures juridiques peu après ( lien ). En d'autres termes, pour que l'application des lois prennent effet, s’agissant de fraude systémique ( lien ), il doit être initié par l'exécutif ou le corps législatif. Est-ce que la chaîne des responsabilités est différente en Europe ? Non, ce n'est pas le cas. L'équivalent de la SEC, dans l'UE, est l'ESMA ( lien ), anciennement le CESR. Bien que depuis peu, il est doté d'un pouvoir exécutif, connu comme le niveau 4 de ses prérogatives. Au besoin, il peut « émettre une recommandation à une autorité nationale [pour mener à bien une action légale]", comme l'AMF en France, ou Bafin Allemagne. Pour ce faire, l'ESMA doit d'abord mener une enquête sur l'opportunité d'une telle action. Selon la même disposition (niveau 4), le Parlement européen, par le biais de Sharon Bowles, ou la Commission, par l'intermédiaire de Olli Rehn ( lien ), peuvent chacun demander à l'ESMA de faire une telle démarche. Tout est en place, et sur ce point, il est probable que Sharon Bowles ou son prédécesseur ait eu quelques mérites. La question c'est : est-ce que c'est utilisé ? 

La falsification de la dette grecque, basée sur ce qui a été dit jusqu'ici, et le fait que Goldman Sachs l'a tenue secrète ( lien ), constitueraient, de prime abord, une violation évidente de leur obligation fiduciaire d'intermédiare entre le marché et les gouvernements. Rappelons que ce statut, appellé spécialiste en valeur du trésor (SVT) en France, et dans le monde anglophone « primary dealer » est en général accordé par décret officiel. Il faut pour l'obtenir, en principe, satisfaire des obligations déontologiques et des conditions techniques. Quelqu'un est-il au courant si le comité ECON ou la Commission a mis en oeuvre la démarche présentée ci-dessus ? Essayons de le découvrir. En Octobre 2011, un nouveau directeur exécutif de l'ESMA, Verena Ross ( lien ), a été nommé, avec l'approbation —qui vaut ce qu'elle vaut, comme on l'a vu avec Draghi— du comité ECON. Elle a prononcé un discours à cet effet dans lequel elle a donné sa vision de « l'orientation future du travail [de l'ESMA] » ( lien ). Il y est principalement question de l'harmonisation des règles et des procédés à travers les États membres [4]. Rien de tout cela traite de la priorité flagrante de traduire en justice les auteurs présumés de crimes financiers. Toutefois, pour rendre compte de façon équilibrée de la situation, il était question d'une éventuelle démarche allant dans ce sens, de la part de certaines autorités nationales au sein de l'Europe, à savoir le FSA du Royaume-Uni ( lien ) et Bafin en Allemagne Bafin ( lien ), dans la première moitié de 2010. Mais depuis, c'est le silence. Si les enquêtes étaient au point mort ou ont été discrètement remisées au tirior, les cyniques diraient que c'est tant mieux, sachant que le nom de Mario Draghi pourrait éventuellement en surgir.  

Notons que, comme indiqué au début, nous nous sommes restreints aux données produites par la Commission européenne. Il y des analyses, par des experts financiers, alléguant une machination qui rappelle des pratiques déjà condamnés dans le cadre de la crise des subprimes. Ils peuvent être trouvés dans la note [5]. 

 

Conclusion

Nous savions déjà que le processus de nomination pour les postes importatns à la BCE était une entorse à la démocratie. Sous la pression de Jacques Chirac, le premier président, Wim Duisemberg, a démissionné à mi-parcours de son mandat, pour que Jean-Claude Trichet puisse le remplacer. Le plan, cependant, a été retardé à cause du procès pour fraude de l'intéressée, dans le cadre du scandale du Crédit Lyonnais (lien). Sans que le comité ECON soit mis en cause, nous supposons, par défaut. Plus maintenant, avec cette nouvelle nomination. La ligne de conduite juste aurait été de fidèlement relayer les réserves, avant, et juste après l'audition, exprimées par certains eurodéputés au sein du comité ECON. A défaut, on sait que la fonction cruciale du comité économique et monétaire dans l'équilibre des pouvoirs, au niveau de l'UE, est compromise. Nous avons montré des indices, par ailleurs, que le comité ECON, dans sa configuration actuelle, n'avait pas pour priorité de se tenir à jour des audits de Eurostat. On peut déduire de cela et les priorités affichées de ESMA (la police des marchés financiers), que donner une impulsion politique à la mise en marche de la justice dans l'affaire de la falsification de la dette grecque n'est pas au RV. Sur la période étudiée, Jean Claude Trichet a pour sa part bloqué avec force l’accès aux documents internes de la BCE détaillant ces transactions. Or, l'utilité du travail législatif de Sharon Bowles, en étroite collaboration avec ses partenaires à la Commission et l'ESMA, est conditionné à une bonne gouvernance.

 

Notes

[1] Rappelons ce qu'a été la « défense véhémente » de Mario Draghi au cours de l'audience. Elle reposait sur deux arguments. La première était que, puisque la transaction litigieuse a été faite en 2001, l'année précédant son embauche par Goldman Sachs, il s'ensuit qu'il n'avait aucun lien avec elle. Premièrement, les contrats étaient encore en vigueur pendant son mandat, et continuaient donc de revêtir un caractère frauduleux. Plus précisemment, Goldman Sachs a été le gestionnaire principal de la dette grecque en 2002, l'année Mario Draghi a été embauché. Deuxièmement, une renégociation a eu lieu en 2005. En conséquence, le montant de la dette grecque non divulguée, est passé de € 2,830 milliards en 2001 à € 5,125 milliards en 2006, d'après les chiffres de Eurostat dans son rapport de Novembre 2010, soit un accroissement de 81%. Le second argument est qu'il n'avait aucun contact avec les gouvernements, parce que ça ne l'intéressait pas, et réservait son talent au négociations avec le secteur privé. Qui a pu croire que Goldman Sachs avait renoncé à mettre à profit le carnet d'adresse de Mario Draghi ? En fait, la banque a publié un communiqué invalidant cette version à son embauche ( lien ). Un article de Bloomberg le 29 Décembre 2005 ( lien ) soit juste avant son entrée en fonction à la Banque d'Italie dit la même chose sur son profil au sein de la firme.

[2] La commission (jusqu'à 200 millions d'euros) semble élevée. Son au montant de la dette ainsi camouflée (€ 2,830 milliards en 2001) est de 7.1%.

[3] Pour être clair, Eurostat dit que ces montants doivent avoir été enregistrés comme des emprunts, avec Goldman Sachs en tant que prêteur. Le camouflage a consisté en deux types de swaps. La première transaction, un swap de devises, était censé neutraliser le risque de change résultant emprunts préexistants libellés en devises étrangère, ce qui est normal. Le hic, cependant, est que c'était en utilisant un taux de change différent de celui du marché, résultant en un paiement immédiat de Goldman Sachs à la Grèce. En verité il fallait considérer que c'était un prêt, alors que c'était comptabilisé comme un gain sur produits dérivés. Le second swap, également conclu avec des paramètres hors marché, équivalait à une promesse par la Grèce de faire une séries de paiements à Goldman Sachs—en réalité le remboursement du prêt, étalé sur une longue période. Cette période devait, d'après l'accord de 2001, se terminer en 2019. La renégociation en août 2005 a poussé cette échéance à 2037.

[4] La première a trait à l'harmonisation des règles à travers les états membres de l'UE. La seconde, "liée à la première", traite d'un autre aspect de l'harmonisation législative. Le troisième, se rapporte à l'"analyse des tendances des marchés financiers et d'identifier les risques » pour protéger les investisseurs, avec « comme ultime bâton », le pouvoir d' « interdire certains produits financier, si nécessaire ». Le quatrième est la supervision des agences de notation (CRA en anglais). Le cinquième, c'est la promotion de la stabilité financière en « contribuant activement à la production de données et de l'analyse »

[5] Articles à propos de la falsification de la dette grecque

Les intitulés apparaissant entre [ et ] sont traduits de l’anglais.  

* 17 Février 2010 : [Goldman Sachs, la Grèce n'a pas révélé les contrats de swap], Bloomberg (lien)

* 22 Février 2010 : [La femme derrière accord sur la dette de la Grèce], le Wall Street Journal (lien)

* 22 Février 2010 : [Auerback / Wray : Mémo pour la Grèce : faire la guerre, pas l'amour, avec Goldman Sachs], Nakedcapitalism, (lien)

* 23 Février 2010 : [Dans la tête d'un banquier d'investissement : la Grèce, Goldman et dérivés], Creditwritedowns (lien)

* 25 Février 2010 : [L'UE veut la divulgation des Swaps grecs], Bloomberg (lien)

* 26 Février 2010 : [La Fed enquête sur les contrats grecs de Goldman Sachs], Bloomberg (lien)

* Printemps 2010 : [Qu'est-ce qu'on sait sur la Grèce et Goldman Sachs], Diplomatic World Nº 26 (lien)

* 5 Novembre 2010 : [La BCE rejette la demande pour les fichiers sur dérivés grecs - Cite des risques aigus], Bloomberg (lien)

* 22 Décembre 2010 : [Bloomberg Sues BCE de forcer la divulgation des swaps grecs], Bloomberg (lien)

* 3 Janvier 2011 : [Éclairer Goldman Sachs & la Grèce], Hellenesonline (lien)

* 13 mai 2011 : [La BCE demande à la Cour de bloquer la divulgation de swap grec, Cites risque de marché], Bloomberg (lien)

* 16 Juillet 2011 : [Goldman a parié contre toute l'Europe —ses propres clients— Comme elle avait fait dans la crise des subprimes], ​​Washington's blog (lien)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 7 décembre 2011 09:38

    Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papadémos sont tous d’une manière ou d’une autre proche de Goldman Sachs la célèbre banque d’affaires américaines.La finance ne veut plus être relayée par des politiciens professionnels, elle veut diriger directement les pays. Lire ci-dessous :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/11/20/la-finance-dicte-sa-loi/


    • Jean 8 décembre 2011 17:04

      Les dix commandements de l’ oligarchie européiste :

      Commentaires Etienne Chouard

      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/resistance_a_tous_les_traites_constit utionnels.php

      il résume dans la vidéo :

      1) l’ UE encourage le chômage de masse.

      2) la création monétaire est abandonnée aux banques privées.

      3) liberté totale de mouvement des capitaux.

      4) soumission totale à l’ OTAN.

      5) accumulation des pouvoirs exécutif et législatif.

      6) les exécutifs contrôlent la carrière des juges.

      7) les citoyens n’ ont aucun moyen de résister.

      8) le pouvoir législatif est contrôlé par des organes non élus.

      9) les citoyens sont tenus à l’ écart du processus constituant.

      10) les tenants du pouvoir s’ écrivent les règles pour eux-mêmes.

      de quoi écouter et même transmettre au plus de monde possible, surtout ce qui concerne
      la reprise du pouvoir par le peuple (démocratie directe)

      C’ est pas impossible. Le nombre...

      http://www.democratiedirecte.fr/


    • millesime 7 décembre 2011 09:55

      Aucune sanction ni recours à l’égard de Goldman Sachs que l’on retrouve dans pratiquement tous les coups fourrés financiers, en Europe comme aux Etats-Unis.. !

      http://millesime.over-blog.com


      • kot begemot kot begemot 7 décembre 2011 18:07

        même la fille des Clinton est marriée avec le fils du PDG de Goldman Sacs


      • robin 7 décembre 2011 10:57

        L’affaire Goldman Sachs comme tant d’autres démontre à la face du monde que les conspirationistes avaient raison, mais il est bien tard pour en tirer les conclusions et les actions nécessaires, paralysés que nous avons été par les idiots utiles et les collabos de la dictature techno financière globale.


        • nicolas flamel 8 décembre 2011 19:47

          Après ce post d’anthologie, aussi rigoureux que remarquablement documenté, pourrait-on encore faire confiance à ceux qui voudraient nous faire accroire que la ’’BCE est indépendante et (qu’) elle le restera" si l’on n’était pas déjà convaincu du contraire. ?


        • JL JL1 7 décembre 2011 13:36

          Nos États nations sont désormais aux mains du capital cosmopolite.

          Quoi de plus normal que ceux qui possèdent la plus grande influence au conseil d’administration (*) désignent eux-même directement les dirigeants ?

          (*) Aussi difficile à cerner que celui des mafias.


          • bigglop bigglop 7 décembre 2011 13:45

            Bonjour à tous,
            Merci @ Jarreth pour cet article digne d’un professionnel (que vous pouvez être), clair, précis, argumenté, avec de nombreux liens utiles.

            Nicolas Sarkozy souhaitait que que Jean-Claude Trichet retrouve, après son départ de la BCE, un poste digne de ses compétences.

            C’est fait, pour le remercier de son action pour la stabilité de l’Euro, de ne pas avoir avoir « sorti » le dossier Goldman-Sachs/Grèce mettant en cause Mario Draghi, il a été nommé Président du Groupe des Trente.
            Think tank (et lobby) prestigieux qui n’est autre que le centre de réflexion du G30 ou il retrouvera in certain Mario Draghi.
            Et aussi :
            Mervin King, Banque Centrale UK
            Mark Carney, Banque Centrale du Canada
            Ziou Xiaochuan, Banque de Chine
            Paul Krugman Prix Nobel d’économie
            Kenneth Rogoff, ancien chef-économiste du FMI.

            Toutes mes félicitations pour cette retraite dorée à 68 ans


            • lloreen 7 décembre 2011 17:36

              Les islandais ouvrent la voie...en fichant les copains-coquins des Draghi et consorts devant les tribunaux...qu’attendons-nous pour prendre les choses en mains ?Ecrire c’est bien, informer aussi, mais à un moment il faut quand même envisager l’action contre ces corrompus cupides.

              http://www.cadtm.org/Quand-l-Islande-reinvente-la


              • lloreen 7 décembre 2011 17:41

                bigglop
                « ...en fonction de des compétences ».
                N’oubliez pas que Sarkozy et ses copains utilisent les mots dans un double sens...
                Ets compétent à leurs yeux tout ce qui appartient à la clique des escrocs.
                Pour réussir à créer l’argent à partir de rien en enfumant alentour , c’est quand même l’escroquerie avec un grand « e »...
                Ces « compétents » devraient se retrouver devant les tribunaux,car ils sont ceux qui ont servi de « modèle » à Madoff...


                • bigglop bigglop 7 décembre 2011 20:06

                  Bonsoir @ Lloreen,
                  Il ne faut pas prendre le « compétent » au premier degré, il y a aussi un humour décalé, et je vous remercie de votre réaction.


                • lloreen 7 décembre 2011 17:47

                  L’ arnaque de l’argent-dette expliquée dans toute sa simplicité...
                  http://www.youtube.com/watch?v=PjBOnfQk0KQ&feature=related

                  Si nous nous rassemblons en initiatives citoyennes et portons plainte contre nos indignes « représentants » corrompus pour escroquerie en bandes organisées, abus de biens sociaux, abus de confiance et imposons un referendum d’initiative populaire pour 2012, nous ferons changer les choses.
                  Les islandais l’ont fait,il suffit de le vouloir .Nous n’avons absolument RIEN à perdre et TOUT à gagner.
                  Par contre, eux ont TOUT à perdre si nous prenons les choses en mains...


                  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 7 décembre 2011 17:53

                    Bravo et merci pour cet article très bien documenté qui constitue une référence solide.


                    • paul 7 décembre 2011 18:26

                      Merci pour cette brillante démonstration d’une arnaque mondiale au service de l’oligarchie financière . Elle est belle leur concurrence libre et non faussée .Les peuples la paye cher .

                      Personne ne peut ignorer la vérité aujourd’hui . Ceux qui se taisent ou font semblant de regarder ailleurs, sont leurs complices, aidés par les grands médias qu’ils financent .
                      Les complices : ceux qui nous parlent de rigueur nécessaire, ou aussi ce beau programme pour « l’alternance » en 2012 : donner du sens à la rigueur !

                      QUE SE VAYAN TODOS  !


                      • Yvance77 7 décembre 2011 18:34

                        Salut,

                        Putain ce qui me surprend le plus est que tu en apprends plus en une heure sur un site sérieux de « média-citoyen » que toute une journée sur les sites d’infos en ligne à la télévision ou sur les radios d’état.

                        Encore heureux que certains citoyens n’ont pas trop de moyens pour l’investigation, sinon ce serait pire encore


                        • skejandi 7 décembre 2011 18:57

                          on parle encore de la dette grecque.... ?


                          étonnant non... 


                          comme aurait dit Desproges......







                          • Blé 8 décembre 2011 06:40

                            Extrait d’un article de Panagiotis Grigoriou sur Marianne qui vient confirmer ce que dit l’ auteur de l’ article ci-dessus.

                            [...]
                            "Eh bien, nous, nous avons une petite précision à apporter à cette analyse.
                            La punition de notre État, dit même primo-laxiste, par des taux d’intérêts élevés sur ses emprunts, est inscrite dans le budget… savamment établi par les marchés et les banques. L’hebdomadaire politique grec Epikaira, dans son édition électronique d’hier, détaille les chiffres du budget 2012.
                            Sur 170 milliards d’euros de dépenses, 88,5 milliards, serviront à payer des intérêts et autres agios aux marchés, ces figures désormais très connues du bestiaire thérianthropique de la finance mondiale, tandis que les prévisions sur les recettes de notre para-État, s’effectuent suivant une assiette fiscale, estimée à 54,7 milliards d’euros. Donc, 52% du budget 2012 devient du pur jus pour les escrocs mondiaux (intérêts et agios et non pas remboursement du capital), voilà en somme, la pierre philosophale du nouveau système de gouvernance dictatoriale en Europe. Ni plus, ni moins.
                            L’éditorialiste de Epikaira, compare alors la faillite de la Grèce en 1932, avec la situation actuelle. En 1932, l’État a été contraint d’annoncer officiellement le défaut, lorsque 43% du budget, servait à payer des intérêts et autres agios aux marchés de l’époque (pour la Grèce les créanciers étaient d’abord les banques britanniques). [...]

                            La « Dette » grecque n’est qu’un prototype de ce qui va concerner toute la zone euro. Il est même question (info ou intox ?) de dollars pour remplacer l’ euro.


                          • suumcuique suumcuique 7 décembre 2011 19:24

                            Draghi est un jésuite. 




                            • BA 7 décembre 2011 19:30

                              Mercredi 7 décembre 2011 :

                               

                              Zone euro : Sarkozy n’exclut pas un risque d’explosion.

                               

                              17h25.

                               

                              Sarkozy : « Le risque d’explosion est prégnant tant que l’accord avec Merkel n’est pas effectif ». 

                               

                              Devant les députés UMP, Nicolas Sarkozy a déclaré que « l’Europe n’est pas sortie de la crise. Le risque d’explosion est prégnant tant que les décisions prises avec Angela Merkel ne sont pas effectives », rapporte un des participants.

                               

                              « L’Europe a besoin de refinancer sa dette et les prêteurs n’ont plus confiance », a-t-il ajouté. « Pour la retrouver, il n’y a qu’une seule stratégie  : l’alliance entre la France et l’Allemagne. Il n’y a pas d’autres alternatives ». Le chef de l’Etat a aussi estimé que la souveraineté « ne s’exerce pas seul, mais avec les alliés, les amis, les voisins ». Il a également déclaré : « On ne peut pas continuer à être le marché le plus ouvert au monde et accepter les produits des pays qui ne respectent aucune règle. Pour cela, il faut refonder les traités ».

                               

                              http://www.leparisien.fr/crise-europe/en-direct-zone-euro-sarkozy-n-exclut-pas-un-risque-d-explosion-07-12-2011-1756811.php?google_editors_picks=true


                              • panpan 7 décembre 2011 21:21

                                Ce type (Mario Dragui) a une gueule de vieux lézard frippé, de vieux dragon...


                                • yvesduc 7 décembre 2011 22:44

                                  Merci pour cet article très intéressant et très fouillé qui met en lumière les insuffisances européennes et l’impunité de Goldman Sachs.


                                  • wesson wesson 8 décembre 2011 02:09

                                    Bonsoir l’auteur,
                                    moi ce qui ne cesse de m’étonner, c’est à quel point les gens sont endormis. J’aurai tant aimé que Berlusconi dégage par exemple par hélico pour aller se réfugier aux US suite à une manif qui dégénère, mais non, ceux qui l’ont foutu dehors c’est les marchés financiers, et pas le peuple. Dans ces conditions là, il ne faut pas s’étonner que le mec mis à la place soit parfaitement raccord avec le système.

                                    En Italie (comme en France), les 3 piliers de la stabilité sont : la télé, la flicaille et le Lexomil. Berlusconi a été viré mais il possède encore la télé. Si Dragui se retrouve foutu à la porte, Berlusconi reviendra .

                                    Il conviendra aussi de donner le nom réel de ces nouveaux gouvernements, tant Italien que Grec : ce sont des Juntes .
                                    Tout ça va se terminer très mal !


                                    • FYI FYI 8 décembre 2011 02:42

                                      Ah le TINA ne marche plus, ces escrocs sortent du bois car ils sont acculés. Ces voyous tirent leurs dernières cartouches...
                                      Prochaine étape, le nettoyage des médias dit mainstream, après çà se sera le carnage pour tous les complices de la douleur voulue des populations.
                                      L’Année 2012 va être un requiem pour tout leur système illégitime et illégal.


                                        • suumcuique suumcuique 8 décembre 2011 21:38

                                          « Ce type (Mario Dragui) a une gueule de vieux lézard frippé, de vieux dragon... »


                                          Draghi (pluriel de drago) et non Dragui.

                                          • BA 11 décembre 2011 21:09

                                            Dimanche 11 décembre 2011 :

                                             

                                            Fabriquer la monnaie, éviter la panique : mode d’emploi pour sortir de l’euro.

                                             

                                            Comment ressusciter les pesetas, les drachmes ou les lires ? Le scénario, même s’il reste perçu comme « de la science-fiction », n’est plus tabou pour les économistes, qui imaginent son déroulé concret, où la priorité serait d’éviter la panique de la population.

                                             

                                            D’abord "les autorités monétaires de la zone euro cesseraient de reconnaître l’euro en tant que monnaie commune, déclenchant une série de procédures qui exigeraient à nouveau l’émission de monnaie par les banques centrales nationales", estime Paulo Reis Mourao, de l’université du Minho à Braga (Portugal).

                                             

                                            Car les anciennes devises ont été détruites, même si les Européens en gardent un peu au fond des tiroirs : l’équivalent d’1,7 milliard d’euros en pesetas, 1,3 milliard d’euros en lires, 600 millions d’euros en francs, 6,8 milliards d’euros en deutsche mark...

                                             

                                            Les fabriques nationales de monnaie se mettraient donc au travail pour plusieurs mois, abandonnant la production de l’euro (l’Espagne imprime par exemple des billets de 5 et 20 euros).

                                             

                                            Le Wall Street Journal affirmait d’ailleurs jeudi que certaines banques centrales européennes se préparaient déjà à réimprimer des monnaies nationales. L’Irlande, citée dans l’article, a toutefois fermement démenti.

                                             

                                            Mais à peine la drachme, la peseta ou l’escudo réintroduits, le cours de ces monnaies, émises par des pays économiquement fragiles, fondrait sous la pression des marchés tandis que celui du mark allemand grimperait.

                                             

                                            De quoi faire paniquer les habitants, dont l’épargne pourrait perdre 50 % de sa valeur selon plusieurs études, ce qui les inciterait à retirer en masse leur argent des banques, entraînant "l’effondrement du système financier", prévient Federico Steinberg, économiste à l’institut espagnol Elcano.

                                             

                                            Du coup faut-il agir par surprise ou vendre d’abord l’idée à la population, pour la rassurer ? Les opinions divergent.

                                             

                                            "Il faudrait que secrètement tout soit décidé en une nuit et que le lendemain matin les marchés, les banques soient fermées au moins durant douze heures pour empêcher qui que ce soit de bouger son argent", pense Franco Bruni, professeur à l’université Bocconi de Milan (Italie).

                                             

                                            "Une manière de faire serait d’annoncer un jour sans que personne ne le sache auparavant : nous gelons vos comptes car nous allons revenir à la monnaie de départ", dit Gayle Allard de l’IE Business School de Madrid, qui s’interroge alors : "comment fabriquer suffisamment de billets en secret ?"

                                             

                                            Pour Eduardo Martinez-Abascal au contraire, "il faut faire une spectaculaire campagne de communication, pour dire : nous sommes arrivés à la conclusion qu’il faut revenir à la peseta (ou à la drachme) et il y a comme avantages ceci, cela...", explique ce professeur de l’IESE Business School de Madrid, autre grande école de la capitale espagnole.

                                             

                                            Une devise faible apporte quelques atouts : ainsi, "la Grèce pourrait vendre à l’extérieur à moitié prix« tandis que, »redevenue un pays pas cher« , elle »se remplirait de touristes", poursuit-il.

                                             

                                            « Il y a un effet merveilleux » en cas de sortie de l’euro, observe aussi Mme Allard : "le pays récupère son taux de change, sa monnaie peut baisser« et donc il peut »croître via les exportations".

                                             

                                            Mais, tempère M. Bruni, chaque Etat chercherait à être moins cher que son voisin via « une course à la dévaluation ».

                                             

                                            Or avec une monnaie affaiblie, les produits importés comme le pétrole seraient hors de prix : "nous aurions une chute du pouvoir d’achat, des tendances inflationnistes et un niveau de vie en baisse", admet M. Mourao et « il nous faudrait 10 à 15 ans pour stabiliser la situation ».

                                             

                                            A cela s’ajoutent des problèmes légaux. "Imaginez une banque espagnole qui a des dettes aux Pays-Bas : comment sera calculée sa dette si on abandonne l’euro, en florins ou en pesetas ?", se demande Thomas Cool, ancien économiste de l’Office central des statistiques aux Pays-Bas.

                                             

                                            Et la dette publique, resterait-elle libellée en euros, obligeant l’Etat à entrer en défaut de paiement, ou serait-elle convertie en ancienne monnaie, ce qui rendrait furieux les marchés ?

                                             

                                            Comme le rappelle M. Steinberg, "l’introduction de l’euro a été un processus très délicat, planifié pendant plus de deux ans, et donc l’idéal, pour qui voudrait abandonner l’euro, serait de prendre le même temps pour défaire cela".

                                             

                                            Mais "le problème est que s’il y a une sortie de l’euro, cela va sûrement être abrupt et désordonné...", ajoute-t-il.

                                             

                                            http://www.boursorama.com/actualites/fabriquer-la-monnaie-eviter-la-panique-mode-d-emploi-pour-sortir-de-l-euro-b4cdd8848a0ed0cdc9e3d6f2d968fd59

                                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jarreth


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès