• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le grand bluff de Paris et Bruxelles sur les travailleurs détachés

Le grand bluff de Paris et Bruxelles sur les travailleurs détachés

C’est un sujet de plus en plus chaud pour nos dirigeants et l’UE, le symbole de toutes les dérives permises par ses règles : les travailleurs détachés se sont invités dans les médias il y a trois ans, et fait l’objet d’une émission spéciale de Cash Investigation en mars. Aujourd’hui, après le coup de menton de Paris, Bruxelles annonce des changements. Vraie remise en cause ou pas  ?

 
Le diable est dans les détails…
 
Pour la Pravda bruxelloise qu’est le Monde, pas d’ambiguité : « Bruxelles va bel et bien réviser la directive sur les travailleurs détachés (…) Bruxelles a décidé de rester ferme (…) (et) propose de réduire la différence de coût du travail entre les salariés qui exercent dans un même pays  ». Un article détaillant les mesures qui sont annoncées reprend tous les arguments de la commission, assurant qu’il « deviendrait donc impossible, pour une entreprise française par exemple, de payer un chaudronnier polonais au smic alors qu’un français occupant le même poste gagnerait 2 000 ou 2 500 euros ». Une autre disposition reprend une législation française mise en place en 2014 sur les sous-traitants, dont on ne voit pas ce qu’elle a apporté. Enfin, il y a des annonces sur les intérimaires et la durée du détachement.
 
Pourtant, pour qui ne se contente pas de juste survoler les articles de la Pravda eurobéate, on peut penser que pas grand chose ne changera. D’abord, on peut noter qu’elle soulève l’opposition de onze pays qui ont déclenché une procédure pour bloquer cette initiative. Il n’est même pas sûr que le projet passe. Et, dans le détail, outre l’admission des effets délétères de ces règles par le quotidien du soir, les conclusions semblent très optimistes par rapport aux textes proposés par la commission. Il semble extrêmement présomptueux de tirer la conclusion que les salaires des chaudronniers seront alignés avec une directive qui se contente de dire que « la rémunération devra comprendre non seulement les taux de salaire minimal, mais aussi d’autres éléments, tels que les primes ou les indemnités le cas échéant  ».
 
En quoi cela produirait une convergence, alors qu’on voit déjà la difficulé à la réaliser pour les femmes ? Un tel texte est purement cosmétique. Il permettra éventuellement un rattrapage sur quelques primes, mais pas plus. L’adoption des règles françaises sur les sous-traitants est dérisoire quand on voit ce qui se passe chez nous, comme détaillé par Cash Investigation. Et les règles de durée ne semblent pas incontournables. Pire, le projet ne touche pas au principe du paiement des cotisations sociales du pays d’origine du travailleur : bref, on pourrait continuer à faire travailler un polonais aux conditions sociales polonaises en France ! Et pourtant, en 2015, le nombre de travailleurs détachés en France a augmenté de pas moins de 25%, avec 286 025 travailleurs, venus d’Europe de l’Est ou du Sud !
 

En somme, la situation continue à se dégrader de manière accélérée, et pour tenter de donner le change, l’UE fait mine de se décider à agir suite aux pseudos remontrances de Manuel Valls. Mais même si ce projet passait en l’état, en fait, rien ne changerait. La concurrence déloyale des travailleurs étrangers continuerait de se développer, créant chômage et pression sur les salaires.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 21 juillet 2016 11:36

    « le symbole de toutes les dérives permises par ses règles »


    La subtilité des politiques est de faire passer pour des « dérives » ce qui constitue le véritable but de l’U.E. : jouer sur les différentiels des réglementations des différents pays membres pour acheter le travail ramené au statut de marchandise le moins cher possible et élargir les zones de distribution des produits d’une manière exponentielle, comme on joue à la hausse ou à la baisse à la bourse.

    Contrairement aux affirmations, les tireurs de ficelle n’ont pas du tout envie de construire une réplique des Etats-Unis pour les concurrencer. Ce jeu de dupes deviendrait impossible. Le véritable objectif était de transformer l’espace européen en nouveau « far-west » dans lequel des bandits sans foi ni loi spolient les fermiers, les commerçants et les éleveurs de bétail. Et ils y sont arrivés.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 juillet 2016 15:50

      @Jeussey de Sourcesûre
      Une bonne analyse ;
      Dommage que lorsque les britanniques décident de quitter ce bourbier vous ne les approuviez pas


    • Ar zen Ar zen 21 juillet 2016 16:15

      @Jeussey de Sourcesûre

      Merci de m’accompagner à la rame concernant l’idée qui se cache derrière la construction européenne. Une union faite par les élites financières, pour les élites financières. La ruse est de faire croire aux peuples nigauds que l’Union c’est la force, le plein emploi et la croissance.

      Comme vous le dîtes : « ils y sont arrivés ». Je minore vos propos : « ils s’y sont presque arrivés ». Nous avons sans doute une dernière carte à jouer en 2017, probablement la dernière. Ensuite, si notre choix collectif nous fait rester dans l’UE, la France finira le prochain quinquennat dans une situation proche de celle de la Grèce. Le désarroi, le chaos, le renoncement feront notre quotidien. Nous prendrons le même chemin que les peuples en voie de développement, nous serons réduit en esclavage. Cette perspective ne m’enchante pas pour les générations futures.

      La propagande européiste marche très fort pour que les peuples se laissent embobiner. Terrible constat.


    • Alpo47 Alpo47 21 juillet 2016 12:17

      Jeuffrey, au dessus, a déjà donné l’essentiel. Je pense de même. L’UE est d’abord au service des entreprises, donc du profit. Les salariés sont « la variable d’ajustement ».
      On se rappelle le rejet français de la directive Bolkeinstein, la caricature des médias, les promesses (populistes) de J.Chirac. Mensonges. Car le plombier Polonais , il est là. Et dans les autres corps de métier.

      Mais nos (hélas) dirigeants auront toujours du mal à admettre publiquement (on peut imaginer qu’ils le savent fort bien) que 500 ;000 salariés étrangers chez nous, c’est 500.000 français qui ne trouvent pas de travail, donc qui ne paient pas de charges, consomment peu ... et la crise qui se renforce.
      L’entreprise n’a qu’un vue à court terme, le profit rapide pour les actionnaires. Au détriment de l’investissement et de la redistribution aux salariés et de la société en général. Pour eux, il sera toujours temps de vendre les actions et d’acheter ailleurs si l’entreprise périclite.

      Juste une énième démonstration du capitalisme sauvage ... et du piège de l’UE.


      • Jo.Di Jo.Di 22 juillet 2016 00:51

        Rien que mardi , juste de Lybie - Plus de 3.200 colons ont été importés
         
        du travailleur détaché ... pour l’ubérisation et la fin du droit du travail ... pour la PdGôôôche du Capital ....


        • Habana Habana 22 juillet 2016 07:55

          Bruxelles annonce des changements...Bruxelles décide d’être ferme...Bruxelles va tout changer....bla bla bla. Je bois trop mais demain j’arrête c’est promis !

          Panier de crabes et de mafieux et gros foutage de gueule.
          Quant aux pays qui en profitent un max (pays de l’Est) ils refuseront les pov’ changements « placebo » de Bruxelles qui ne changeront en rien la situation dans notre pays....et c’est tant mieux car ceci en plus, ne fera qu’avancer la mort de l’UE.

          • ENZOLIGARK 22 juillet 2016 08:01

            Barroso , le clown zooropeen , vient juste d ’ etre detache chez les Yankees ... !!! . ... АФФ ИСС ...


            • Le p’tit Charles 22 juillet 2016 08:19
              « les travailleurs détachés » ou encore des mensonges du gouvernement pour finir de vendre la France...Et toujours pas de REVOLUTION... ?

              • Spartacus Spartacus 22 juillet 2016 11:08

                Ha les travailleurs détachés......Quel faribole et chiffon rouge des bobos


                Ces 400 000 Français employés dans des pays ou ils sont moins cher que des locaux....
                Ces Français en concurrence déloyale...

                • zygzornifle zygzornifle 23 juillet 2016 08:04

                  ils sont détachés après avoir fait un passage au pressing Bruxellois ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès