Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le suicide de Quatremer : par deux tweets amalgamant Todd à Le (...)

Le suicide de Quatremer : par deux tweets amalgamant Todd à Le Pen

 L'Union Européenne peut être conçue comme une institution favorisant l'épanouissement de l'Europe, c'est à dire la démocratie et la prospérité en Europe, et l'entente et la coopération entre les habitants de l'Europe. C'est pour cela que l'UE est en soi une bonne chose, et qu'il faut la défendre.
    
 Mais parfois, comme Emmanuel Todd a cherché à le faire à la télévision, il faut défendre l'UE contre ceux qui se disent ou se croient ses amis, mais se comportent envers elle comme ses ennemis. Cela fait des années que, dans les colonnes de Libération, Jean Quatremer combat avec acharnement contre l'UE, en disant et croyant même pourtant, qu'il combat pour elle. Quatremer n'est pas le seul à faire cela : il y a aussi son collègue Bernard Guetta sur France Inter, et de manière moins emblématique, beaucoup d'autres journalistes et intervenants dans les médias et les journaux. Quand on défend une mauvaise conception d'une chose, on ne défend pas cette chose, mais on la combat, parfois même on la détruit : c'est ce que ces gens sont en train de faire avec l'UE, en préservant quand même ce qui pour eux est, avec les bons repas, sûrement très important : leur bonne conscience.

 La réalisation actuelle de l'UE, que défendent ces gens, est conforme à une très mauvaise conception de l'UE. Cette réalisation actuelle consiste en une institution non démocratique de par son architecture : elle ne permet pas que l'exercice du pouvoir qu'elle détient, s'inscrive dans des projets plébiscités par la population européenne, aux moments d'élections. Le Parlement européen, élu à l'échelle européenne, n'a qu'un droit de véto : c'est un simulacre de Parlement, si par Parlement on entend un organe de décision d'une vraie démocratie. Le Conseil européen, détenteur de l'essentiel du pouvoir, est élu lors d'élections dans les différents pays qui n'ont pas lieu en même temps : impossible donc qu'elles soient l'occasion du plébiscite par la population européenne dans son ensemble, d'un projet politique européen, à l'image des élections dans les vraies démocraties. Beaucoup d'orientations politiques sont de toute façon inscrites dans les traités, non susceptibles donc d'êtres changées par des élections, comme des lois de nature constitutionnelle plutôt que courante : par exemple la politique monétaire néo-libérale de la Banque Centrale. Il n'y a pas non plus beaucoup d'information des citoyens à l'échelle européenne, et c'est ainsi avec une forte opacité que le siège de la Commission à Bruxelles est, après Washington, le second pôle d'activité des lobbys dans le monde.

 Les lobbys ne sont pas à Bruxelles pour rien. A cette institution non démocratique à l'échelle européenne, les États européens ont transféré l'essentiel de leur pouvoir économique. Cette institution use alors de ce pouvoir d'une manière néo-libérale, qui affaiblit les économies européennes, notamment leurs industries, produit un chômage de masse en Europe : par le libre-échange et l'absence de politique monétaire keynésienne de relance. Elle produit encore de la pauvreté en déséquilibrant les règles du jeu économique, en défaveur de la plupart des européens, mais encore en faveur des gros détenteurs du capital : évanouissement du droit du travail ; institutions bancaires autorisant la spéculation sans risque et l'endettement des États, qui leur fait payer des gros intérêts ; mauvaise réglementation de la concurrence et mauvaise protection des consommateurs, créant ou gonflant les rentes de monopoles dans certains secteurs d'activité comme l'énergie, les autres infrastructures territoriales ou la grande distribution.

 A cette institution, les États ont aussi confié tout le pouvoir de prendre l'initiative de mettre en place des coopérations à l'échelle européenne, mais cette institution ne fait presque rien de ce pouvoir : elle ne peut coordonner des politiques industrielles à l'échelle européenne, puisque son esprit néo-libéral s'oppose à toute politique industrielle ; elle ne peut chercher à favoriser beaucoup d'échanges humains et culturels, puisqu'à nouveau cela supposerait de soutenir financièrement ces échanges avec de l'argent public, or son esprit néo-libéral veut que les dépenses publiques soient réduites au minimum.

 La réalisation actuelle de l'UE n'est pas une institution démocratique de par son architecture, mais de toute façon, l'UE bien conçue n'a pas vocation à être, au moins à moyen terme, une démocratie unique, pour plusieurs bonnes raisons.

 D'abord, les différentes sociétés européennes sont assez séparées les unes des autres. Par exemple, un Français se marie bien plus avec d'autres Français qu'avec d'autres Européens. Un Allemand compte parmi ses amis, surtout des Allemands, et peu d'autres Européens. Un Britannique habite plutôt sur le territoire britannique, que sur d'autres territoires européens, et ses voisins sont beaucoup plus des Britanniques que d'autres Européens. Les enfants d'un Italien côtoient à l'école d'autres enfants d'Italiens, bien plus que des enfants d'autres Européens. Quand un Espagnol sort le soir, ou participe à une activité publique, c'est bien plus d'autres Espagnols qu'il côtoie que d'autres Européens. Comme les mariages entre des Européens de différents pays ont jusqu'à présent été rares, chaque pays européen a sa propre ascendance à peu près commune, qui est assez séparée des ascendances à peu près communes des autres pays européens. Et comme les mariages entre des Européens de différents pays sont toujours rares, et le seront encore un certain temps, chaque population européenne a sa propre descendance commune, assez séparée de la descendance commune des autres populations européennes. En outre, les pays européens ne parlent pas les mêmes langues, n'ont pas exactement les mêmes codes de politesse ou d'honneur, les mêmes formes de sociabilité, les mêmes héritages culturels ; ils ne lisent même pas les mêmes journaux, n'écoutent pas les mêmes radios, ne regardent pas les mêmes chaines de télévision. De par cette absence de formes de cohésion à l'échelle de la population européenne, un espace de débat démocratique à l'échelle européenne, et donc une institution européenne démocratique, sont non seulement des choses qu'on n'a pas encore vues, mais aussi des choses impossibles dans de bonnes conditions à moyen terme.

 De plus, les populations européennes n'ont pas encore accepté un contrat social à l'échelle européenne, c'est à dire le fait que des choix politiques très importants puissent être faits par la majorité des européens, même quand la majorité de la population du pays auquel on appartient est opposée à ce choix : cela aussi est un obstacle important à l'existence dans de bonnes conditions d'une démocratie unique européenne.

 Il n'y a pas non plus de véritable État édifié à l'échelle européenne, car un véritable État collecte des impôts, et produit des services publics, en quantité importante : pas seulement 1% de la richesse du territoire qu'il encadre, comme l'UE ; mais plutôt une quantité d'impôts et de services produits qui représente entre 30% et 40% de la richesse produite sur le territoire, comme c'est habituel même dans les pays les plus néo-libéraux, sans compter les transferts de richesse associés à la retraite par répartition, l'assurance chômage ou l'assurance maladie, qui ne sont pas homogénéisés, ni même homogénéisables, au moins à moyen terme, à l'échelle européenne, et sont donc coordonnés séparément par chaque État européen.

 Enfin et surtout, ce dont chaque Européen a besoin pour être heureux, c'est de vivre dans une démocratie prospère et équitable : mais il n'a pas besoin que cette démocratie soit une démocratie à l'échelle européenne : une démocratie à l'échelle de son pays peut lui convenir. C'est pourquoi la fusion de toutes les démocraties européennes en une seule démocratie, n'est ni une possibilité à moyen terme, ni même une véritable finalité, à moins qu'il y ait des choses plus importantes que le bonheur des populations.

 L'UE n'ayant donc pas vocation à être, au moins à moyen terme, une démocratie unique, elle ne doit pas pour l'instant détenir de pouvoirs très importants, par respect pour la démocratie : les pouvoirs importants doivent être détenus par des démocraties. Pour l'instant, l'institution doit juste favoriser des échanges culturels et humains entre Européens, permettre aux États de prendre l'initiative de politiques industrielles européennes à géométrie variable, et favoriser des alliances géopolitiques entre européens, ce qui suppose sûrement de favoriser des mises en commun concrètes des intérêts géopolitiques européens. C'est ainsi conçue que l'UE favorise le mieux l'épanouissement de l'Europe, c'est à dire la prospérité et la démocratie en Europe, et les coopérations et échanges européens, et c'est ainsi donc qu'elle est bien conçue.

 Cette bonne conception, est une conception terrestre de l'UE. C'est une conception réaliste ou matérialiste, qui tient compte des choses terrestres, comme les formes réelles de cohésion des sociétés, les États réels avec leurs impôts réels et leurs organes réels de coordination, la réalisation de la démocratie, la prospérité économique, l'équité économique. C'est une conception eudémoniste, comme Aristote, Épicure ou Spinoza : qui se tourne vers la réalisation ici-bas du bonheur des européens, et qu'on pourrait donc placer sous le signe de Flore et Pomone, déesses romaines des fleurs et des fruits.

 Cette conception s'oppose à une conception beaucoup plus céleste de l'UE, bien représentée par les douze étoiles d'or, sur fond bleu azur, de son drapeau, et par les grands bâtiments de verre opaque de la Commission, du Parlement à Strasbourg, de la Banque Centrale à Francfort. C'est à cette conception très céleste, que la réalisation actuelle de l'UE est conforme : non-démocratique, néo-libérale, etc... Structure technocratique qui pèse sur les épaules des populations européennes, et qui ne leur apporte que de la misère et de l'aliénation politique, opposée à la tradition démocratique européenne, au sens du progrès en Europe, et terreau du fascisme ; mauvaise réalisation qui n'apporte même pas vraiment aux européens de coopérations et d'échanges réels ; et qui est prête à sacrifier le bonheur des européens, au nom d'un fantasme infantile de fusion fraternelle mal conçue, ou de puissance, quand ce n'est pas carrément avec des intentions consciemment anti-démocratiques et néo-libérales.

 

 Quatremer, et beaucoup de ses collègues intervenant dans les médias et journaux, défendent cette mauvaise conception et réalisation très céleste, contre une bonne conception terrestre. Ils veulent que l'UE continue à être conçue et réalisée comme une mauvaise chose, et c'est pourquoi ils se comportent comme des ennemis de l'épanouissement de l'Europe, même s'ils se disent ou se croient ses amis.

 Celui qui se dit ou se croit l'ami de quelqu'un ou de quelque chose, peut parfois se comporter comme son ennemi : cela était déjà dit par une fable indienne, qui fut recueillie au Vème siècle dans le Panchatantra, à partir de la tradition orale, par le brahmane Vishnusharman. La fable parvint aux Arabes, dans Le livre de Kalila et Dimna, écrit au VIIIème siècle par Ibn al-Muqaffa. Puis enfin la fable parvint en France et fut racontée en vers, au XVIIème siècle par La Fontaine. Quatremer et ses semblables y prennent la forme d'un Ours, et l'UE y prend la forme d'un Jardinier :

« L'Ours et le Jardinier » (version abrégée)

Il aimait les jardins, était Prêtre de Flore,
Il l'était de Pomone encore :
« Ces deux emplois sont beaux. Mais je voudrais parmi,
Quelque doux et discret ami.
Les jardins parlent peu, si ce n'est dans mon livre » ;
De façon que, lassé de vivre
Avec des gens muets, notre homme un beau matin
Va chercher compagnie, et se met en campagne.
 
L'Ours, porté d'un même dessein
Venait de quitter sa montagne :
Tous deux, par un cas surprenant
Se rencontrent en un tournant.
L'homme eut peur : mais comment esquiver ; et que faire ?
Se tirer en Gascon d'une semblable affaire
Est le mieux. Il sut donc dissimuler sa peur.

L'Ours, très mauvais complimenteur,
Lui dit : « Viens-t'en me voir. » L'autre reprit : « Seigneur,
Vous voyez mon logis ; si vous me vouliez faire
Tant d'honneur que d'y prendre un champêtre repas,
J'ai des fruits, j'ai du lait : Ce n'est peut-être pas
De nosseigneurs les Ours le manger ordinaire ;
Mais j'offre ce que j'ai. » L'Ours l'accepte ; et d'aller.
Les voilà bons amis avant que d'arriver.

Arrivés, les voilà se trouvant bien ensemble ;
Et bien qu'on soit, à ce qu'il semble,
Beaucoup mieux seul qu'avec des sots,
Comme l'Ours en un jour ne disait pas deux mots,
L'Homme pouvait sans bruit vaquer à son ouvrage.
L'Ours allait à la chasse, apportait du gibier,
Faisait son principal métier
D'être bon émoucheur, écartait du visage
De son ami dormant, ce parasite ailé,
Que nous avons mouche appelé.

Un jour que le vieillard dormait d'un profond somme,
Sur le bout de son nez une allant se placer
Mit l'Ours au désespoir ; il eut beau la chasser.
« Je t'attraperai bien », dit-il. Et voici comme.
Aussitôt fait que dit ; le fidèle émoucheur
Vous empoigne un pavé, le lance avec roideur,
Casse la tête à l'homme en écrasant la mouche,
Et non moins bon archer que mauvais raisonneur :
Roide mort étendu sur la place il le couche.
Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ;
Mieux vaudrait un sage ennemi.

 

 Dans l'émission Mots croisés sur France 2, Todd défendait cette bonne conception terrestre de l'UE, que Quatremer combat avec acharnement.

 En voyant Todd, Quatremer a eu envie d'envoyer deux tweets, qui ont produit un buzz, auquel ce billet participe. D'abord celui-la.

Puis celui-la.

 Ce journaliste qui croit rendre service à l'UE, mais la dessert continuellement, a cru aussi déshonorer Todd en l'insultant par ces tweets, alors que c'est seulement lui-même qu'il peut avoir déshonoré. Il a oublié qu'une insulte ne met pas seulement en cause l'honneur de celui à qui elle s'adresse, mais qu'elle met aussi en cause l'honneur de celui qui la prononce. Pour faire dans les règles de l'honneur un rapprochement entre Todd et Le Pen, il faut expliquer en quoi précisément, Todd peut être assimilé à Le Pen. En quoi donc Todd a en lui, ce dont Le Pen est ici, selon une convention plus ou moins justifiée, la représentante. En quoi donc Todd est raciste : pour cela il faut dire clairement ce qu'on appelle le racisme, et il faut dire aussi clairement, en quoi Todd est conforme à cette définition. Quatremer n'a pas expliqué cela, et c'est ainsi que celui qui est en position d'en juger, pourrait peut-être se dire qu'il s'est déshonoré. Mais il devrait importer peu pour nous qu'il ait ou non fait une faute : c'est lui seul qui est en position de se juger. La seule chose qui devrait importer pour nous, est que personne ne salisse personne avec des insultes spécieuses, et surtout que l'UE soit bien conçue. On peut facilement pardonner à Quatremer, et même succomber à son charme sympathique ; qu'après donc son suicide par tweets, Quatremer ressuscite, ou qu'il se réincarne en un ourson gentil, et vivement en Europe le triomphe de Flore !

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • ecolittoral ecolittoral 30 janvier 2013 11:15

    Samuel est un trentenaire. Je suis un quinquagénaire limite sexagénaire.

    A trente ans on peut rêver d’Europe. A presque soixante, on a vécu les deux !
    Des pays puis...ce machin. Des relations franco-Tunisiennes, franco-chinoises, franco-espagnoles, franco-grecques puis...ce machin.

    L’Européen n’existe pas. Le citoyen oui. 
    C’est celui qui maîtrise une partie de son environnement et confit une et une seule partie de sa vie à des élus identifiables, responsables et ayant des pouvoirs.
    C’était encore comme ça dans les années 70. Avant ce cancer que j’appelle ce « machin ».

    Pourquoi une fable indienne ? Parceque c’est mieux ailleurs ou plus loin ?
    « Le renard et le corbeau » est une fable française. qui fait très bien l’affaire..

    • samuel_ 30 janvier 2013 11:51

       smiley

      Assez d’accord, sauf sur les fables. La fable est indienne mais elle s’est transmise. La Fontaine lui a donné une nouvelle forme, de meme surement que l’auteur Arabe lui avait donné une nouvelle forme. Les fables articulent l’universel et le particulier, sans les opposer, comme les religions. La fable est partout, la religion est partout, et aussi le langage est partout, ou la politesse est partout et la sexualité est partout, mais partout ils prennent une forme singuliere.

      La fable du corbeau est du renard a aussi ete d’abord racontee en Grece ancienne par Esope, VIeme siecle avant JC, et reracontee par un auteur arabe au XIIème, avant d’etre reracontee par La Fontaine. Mais La Fontaine lui a encore donne une forme singuliere.


    • escoe 30 janvier 2013 12:03

      Melenchon a dit justement et depuis longtemps ce qu’il pensait de Quatremer : il faut éviter de marcher dessus.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 janvier 2013 12:16

        Quatremer vit de l’europe ......
        L’aurait du twitter « Touche pas au grisbi , sa...pe » !


        • Shawford Shawford42 30 janvier 2013 12:22

          L’avantage du Tweet par rapport à AV en passant, c’est que même quand on te désabonne d’un compte sans ton consentement, tu peux encore tweeter à tous sans que les destinataire ne puisse rien censurer de lui même.


          Reste à répondre du contenu du tweet bien sur devant les autorités compétentes.

        • Shawford Shawford42 30 janvier 2013 12:25

          Qu’est ce que j’ai pu balancé à l’Archange du Pronétariat d’ailleurs récemment : il a pas bronché ce C.. smileysmiley ? ) smiley


        • Scual 30 janvier 2013 12:44

          Ah Jean Quatremer.

          Je me souviens bien.

          Sur son blog il analysait les résultats d’une étude. Cette étude montrait en plein Sarkozysme que les Français rejetaient les actions du gouvernement. Tu m’étonnes ! Interprétation de Jean Quatremer : « les Français rejettent l’État nation et veulent plus d’Europe »

          Je poste un commentaire disant que c’était absurde comme raisonnement. Mais il faut croire que ce Monsieur a l’UE dans la peau puisqu’il a répondu à la manière de l’UE, censure sur son blog et grossièreté par E.mail... sans arguments évidement puisqu’il n’en avait aucun.

          Jean Quatremer est au journalisme ce que la Corée du Nord est à la Démocratie : l’inverse.


          • Aldous Aldous 30 janvier 2013 13:17

            Jean ne parles pas de Marie dans l’Apocalypse : 



            Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme. Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête ; Elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l’enfantement. 

            Cette femme peut être n’importe quelle femme reele ou symbolique, comme Europe, la fille d’Agénor, souvent representée sour la carte de l’Europe comme une femme allongée la tete à l’ouest et les pieds à l’est.

            Dans ce cas, la lune sous ses pieds est la Turquie.

            Les douze etoiles qui la couronne symbolise la souveraineté de l’UE.

            Resterait à savoir ce qu’elle va enfanter.




            • samuel_ 30 janvier 2013 13:24

              Il y a quand meme des elements qui peuvent faire penser que c’est marie :
               - le cote femme enceinte qui enfante
               - le cote reine du ciel
               - le fait que les Eglises ont, je crois interprete le texte de Jean comme parlant de Marie quand il parle de cette femme. Statues, tableaux, images ou vitraux de la vierge, avec couronne de 12 etoiles, visiblement inspires par le texte de Jean : en particulier, statue de notre dame de la medaille miraculeuse, vitrail de la cathedrale de strasbourg. Plus de choses sont expliquees sur wikipedia a l’article « drapeau europeen »


            • FritzTheCat FritzTheCat 30 janvier 2013 14:03

              Tous les europeistes béats à la sauce Quatremer ne sont que les lèches culs du système. L’Europe (enfin ce qu’il en reste) est un système moisi bien loin de l’idée de ses fondateurs. Le système prend l’eau de toutes parts en commençant par l’Euro fondé sur une construction idéologique sans tenir compte des réalités économiques et culturelles de chaque pays (bien présenté par Todd) avec comme conséquence une disparité de plus en plus grande entre chaque pays et une disparition à terme du tissu industriel français. Ce 4ieme Reich qui ne dit pas son nom est en train de laminer la France et l’Italie. Sans compter, sur cette raclure de Barroso et la commission européenne minée par la corruption et les lobbies (Bruxelles est la 2ième ville au monde après Washington où le lobbying est le plus actif).

              Bref, il est temps d’en finir avec ce machin, d’envoyer à la guillotine les Barroso et Von Rompuy et de botter le cul de Quatremer et de mettre au feu sa feuille de chou.


              • pas forcement faux, mais en même temps, la France aussi est une construction. Le Jacobinisme et l’ultra étatisme force à faire cohabiter 22 régions aux histoires différentes. Quel est le lien entre un francilien et un languedocien ? Entre un alsacien et un basque ? entre un breton et un savoyard ? Nous avons tous des cultures régionales tres différentes.


              • FritzTheCat FritzTheCat 30 janvier 2013 18:52

                Sophisme... vous partez d’un cas particulier pour en faire une généralité.


              • Ouallonsnous ? 30 janvier 2013 21:30

                Et nous avons une histoire bi-millénaire commune !


              • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral 1er février 2013 10:03

                NOUS ? Vous parlez de qui ? De la France (Senlis, Paris, Orleans) ou de Nice et de la Savoie (en France depuis 1860)


              • Ouallonsnous ? 1er février 2013 23:27

                Je parles de l’entité qui est devenue la France, depuis les Gaules, l’Empire romain, etc ...
                Un peu d’histoire, ignare que vous êtes !


              • robin 30 janvier 2013 15:52

                La pensée journalistique est tellement dégénérée que Parce que Le Pen dit quelque chose il faudarit forcément prendre la position inverse.

                Comme disait un autre humoristique commentateur, les Le Pen respirent , mangent, boivent etc.. il va donc falloir pour se désolidariser arrêter de manger, boire, respirer.....
                le degré -10 de la pensée !!


                • c’est un simulacre de Parlement, si par Parlement on entend un organe de décision d’une vraie démocratie. 


                  ah bon, l’Europe est devenue un vrai état fédéral ? Ou bien juste toujours une union d’Etats nation ? Exemple concret : si l’Europe était un pays unitaire et que le parlement légiférait pour TOUTE l’UE, alors le SMIC français disparaitrait puisque la Suède, l’Allemagne, le Royaume Uni n’ont pas de salaire minimum.

                  • Le Conseil européen, détenteur de l’essentiel du pouvoir, est élu lors d’élections dans les différents pays qui n’ont pas lieu en même temps : impossible donc qu’elles soient l’occasion du plébiscite par la population européenne dans son ensemble, d’un projet politique européen, à l’image des élections dans les vraies démocraties. 


                    au moins il est indirectement issu d’élections. Les ministres, au niveau français , ils sont nommés et non pas élus. 

                    • Beaucoup d’orientations politiques sont de toute façon inscrites dans les traités, non susceptibles donc d’êtres changées par des élections, comme des lois de nature constitutionnelle plutôt que courante : par exemple la politique monétaire de la Banque Centrale. 



                      meme chose au niveau national, cher ami ! Helas !

                      • Les lobbys ne sont pas à Bruxelles pour rien. 



                        et si vous parliez de ceux qui sont à Paris ? 
                        liste longue comme un jour sans pain

                        .

                        • chômage de masse en Europe 


                          taux de chômage en Allemagne 5.4%
                          en Suède 8.1%
                          Au Royaume Uni 8.2%
                          au Luxembourg 5.1%
                          aux Pays Bas 5.6%
                          en Finlande 7.9%
                          en Roumanie 7.1%

                          il n’y a pas de fatalité


                          • l’absence de politique monétaire keynésienne de relance.


                            une politique keynésienne, c’est quoi ? 
                            • L’État va accroître ses dépenses pour relancer la croissance.
                            • Une politique de relance ou plan de relance est un ensemble de mesures qui s’effectue par des dépenses publiques supplémentaires et de réduction de certains impôts, et donc dégradant le solde public, décidées par le gouvernement d’un pays ou d’une zone économique, dans le but de provoquer une « relance économique »
                            Or, depuis le ralentissement de 2007, TOUS Les états ont laissé filé les déficits pour augmenter la dépense publique. Avez vous vu un résultat positif ? Non. 
                            Au bout de 5 ans de politique ultra keynesienne, il est temps de comprendre que ca ne marche pas !

                            • institutions bancaires autorisant la spéculation sans risque


                              c’est ce que les ultra étatistes de tout poil ont voulu, pendant que les libéraux disaient : il faut laisser les banques en difficulté faire faillite. Est ce que on peut maintenant venir se plaindre ? 
                               

                              • l’endettement des États, qui leur fait payer des gros intérêts 



                                vous etes sur ? Les Etats s’endettent à tres bas cout, pourtant, en ce moment. 

                                Taux Moyen Pondéré
                                BTAN et OAT 
                                Moyenne des émissions annuelles (2013)
                                au 21 Janv. 2013 : 1,33 %
                                Tec 10


                                • bref n’accusons pas l’UE la où c’est la France qui a un probleme. 

                                  Par contre, que Quatremer s’étonne d’une proximité entre la fille à papa de Saint Cloud et Todd est une blague : tous les deux sont des socialistes cohérents. Ils savent qu’il n’y a pas de politique socialiste sans nationalisme et protectionnisme.


                                  • aliante 30 janvier 2013 18:55
                                    • l’Allemagne a signé une alliance avec les usa en 2003
                                    • signature à la maison blanche entre Bush et Schroder (le pacte Germano- Américain )pour le 21 eme siècle un coup de poignard dans le dos de la France ,l’Allemagne est la courroie de transmission des Usa
                                    • l’Axe Paris Berlin c’est Hollande soumis et la Maitresse Merkel et rien d’autre c’est l’humiliation
                                    • Les Allemands se fichent de la Grèce ,de Chypre ou du Portugal ,l’important c’est leur personne et le projet de balkaniser l’Europe pour soumettre les gens au pouvoir centrale de Bruxelles asservis à Washington ,Bruxelles se fichent des régionalismes ils les utilisent pour écraser l’état nation ,c’est une forme de subversion ,Est ce que l’état nation est pire que le pouvoir centrale bruxellois ? ,les régions s’en mordront les doigts quand elles seront soumis au Dictats de Bruxelles ,avec ces lobbys financiers ,multinationales apatrides ,et ces lois iniques Qu’est ce que pèsera une région ?
                                    • un pays ça a ses faiblesses mais une certaine force envers et malgré tout
                                    • on sait ce qu’on perd mais on ne sait pas ce qu’on trouve , Vom Rompuy la crapule qui a autant d’humanité qu’un serpent à sonnettes en est un parfait exemple
                                    • Que disait un ministre de l’économie sous Shroder d’ailleurs
                                    • l’Allemagne a plus gagné par l’économie qu’en faisant deux guerres mondiales ou
                                    • Pour construire l’Europe il faut défaire un peu la France ce sont des paroles allemandes
                                    • l’Europe n’est qu’un marche pied pour l’instauration de l’Amérique monde ,en 2015 le grand marché transatlantique ,on passe du marché unique qui a coulé tous les pays de la zone euro sauf l’Allemagne au grand marché transatlantique ,Elle s’arrête ou l’Europe pour l’auteur ??????????? qu’il l’explique
                                    • elle sont ou ses frontières ?????????????
                                    •  Quand ils vendent l’Europe aux gens depuis 20 ans l Europe va changer 
                                    • Mais bien sure vous pouvez toujours rêver
                                    • Tous les pays de l’Est en partie sont pro américain ,ils n’ont aucune confiance dans la France ou l’Angleterre pour les protéger d’un attaque des Russes alors ils utilisent la force américaines avec l’argent de l’Europe ils achètent des armes aux Usa ,ils installent une défense anti missile américaine ,
                                    • Comment ils veulent guérir le chômage en Europe avec des cures d’austérité
                                    • et plus de libéralisme, de flexibilité ,en fait la chimiothérapie qui tue le malade et casse le thermomètre
                                    • les lignes de l’Europe sont inscrites en toute lettre dans le Traité antisocial ratifié en catimini par Sarkozy ,ceux qui disent qu’il y a une autre Europe sont des menteurs ,il n’y a pas d’autre constitution vous voyez bien que les dirigeants soient de gauche ou de droite rien ne change ,pour changer l’Europe il faut déjà se sauver soi même pour ne pas disparaitre dans la masse balkaniser 
                                    • le but premier de ce mondialisme est de briser toutes les nations pour mieux les contrôler et les piller en faisant du prolétariat : des esclaves 
                                    • tous ceux qui ont été contre cette construction notamment Phillipe Seguin ont bien dessiné le dessein morbide de ce projet


                                    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 janvier 2013 19:09

                                      L’ Europe , l’avenir d’adieux des peuples !


                                      • arnulf arnulf 30 janvier 2013 21:04

                                        Pour constater l’infamie de Todd j’ai regardé le débat.
                                        Pauvre M. Quatremer. Bravo donc à M. Todd


                                        • DanielD2 DanielD2 30 janvier 2013 23:12

                                          Cette émission était très intéressante. C’est marrant comme tout le monde fini par être d’accord avec le FN avec 30 ans de retard. 


                                          • mortelune mortelune 31 janvier 2013 08:07

                                            Je rappelle que le FN ne souhaite pas quitter l’europe. Je crois bien qu’il n’y a pas beaucoup de formations politiques qui le propose.

                                            Si je ne suis pas sympathisante upr j’ai quand même pris le temps de visionner ces 4 vidéos. La France « grande et puissante » n’est pas ma tasse de thé et pourtant ce qui se passe dans notre dos à Bruxelles mérite notre curiosité. C’est hallucinant et ça donne vraiment envie de mettre un bon coup de pieds aux fesses à l’europe.


                                            Les grandes lignes politiques des pays échappent totalement aux gouvernants et au final les électeurs votent pour des ’potiches’.


                                          • mortelune mortelune 2 février 2013 18:01

                                            Les FNistes n’ont toujours pas compris que la blonde ne veut pas quitter l’UE et que c’est une perte de temps incroyable de lui faire confiance. Si elle siège au parlement européen, elle ne sert à rien... Il faut virer ce parlement et après on y verra plus clair.



                                          • jmc jmc 19 février 2013 19:06

                                            Une petite brise de lucidité souffle dans l’émission, quand à la vision de MLP, j’ai bien peur qu’elle s’arrête au pied de la vague qu’elle surfe depuis quelque temps. Emmanuel Todd a des explications en phase avec la situation européenne et aborder l’historique culturelle des nations me semble important pour la comprendre...idem, on peut appréhender la stratégie d’enrichissement de Mittal à travers son histoire personnelle (appartenance à la caste Marwari) comme le soulignait Lukacs dans une séquence de complément d’enquête. Je pense que pour communiquer avec les gens il faut s’intéresser à eux et essayer de faire co-naissance, c’est important et trop souvent négligé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

samuel_


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès