Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les 5 territoires européens nominés pour un futur indépendant sont (...)

Les 5 territoires européens nominés pour un futur indépendant sont ...

   L'invasion russe en Crimée, soulève la question du statut futur de la province autonome ukrainienne : sera-t-elle indépendante ? Sera-t-elle rattachée à la Russie ? Restera-t-elle ukrainienne ?

  Alors que les Européens proclamaient unanimement l'intangibilité des frontières méridiennes du continent africain au lendemain de la décolonisation, on observe au contraire en Europe une fragmentation du territoire, s'organisant de plus en plus autour de micro-Etats. La chute de l'URSS en 1991 et la dislocation de la Yougoslavie en 1999 ont été les moteurs de cet éclatement des territoires, modifiant considérablement les frontières européennes, et ouvrant la voie à l’affirmation de l'Etat-nation.

   Qu'en est-il de la fragmentation européenne aujourd'hui ? Beaucoup de territoires, plus ou moins sérieusement, souhaitent et proclament tour à tour leur indépendance. Voici une liste non exhaustive des 5 candidats les plus « sérieux » à l'indépendance. 

  • 1 – Le Kosovo

En Yougoslavie, les tensions s'attisent en 1980, à la mort du dictateur communiste Tito. La répartition du pouvoir entre les provinces de l'ex Yougoslavie pose le problème du différentiel économique entre les riches au nord (Slovènes et Croates) et les provinces moins développées du sud.

Dès 1991, la Croatie, la Slovénie déclarent leur indépendance. Vient ensuite la Macédoine puis la Bosnie-Herzégovine en 1992 au terme d'une guerre qui prend fin avec les accords de Dayton et l'intervention de l'OTAN contre les Serbes en 1995.

Les États se constituent alors en nations, où les différentes ethnies, un temps communément appelées les "slaves du sud'' (yougoslaves) s'affirment et se rassemblent à l'intérieur de nouvelles frontières. En 2006, ce sont les Monténégrins, qui les derniers, obtiennent de l'ONU leur reconnaissance en tant qu’État indépendant.

Les Kosovars espèrent bien être les prochains sur la liste à se détacher du bloc serbe. L'indépendance du Kosovo a été proclamée unilatéralement en 2008, mais n'est pas encore reconnue par la Serbie, ni par la majorité des membres de l'ONU où règne un climat de guerre froide. En effet reconnue de manière générale par les pays d'Occident, la Russie fait pression et apporte son soutien ainsi que celui de ses alliés à la Serbie empêchant ainsi le vote de l'ONU de basculer en faveur du peuple Kosovar.

La situation aujourd'hui entre le Kosovo et la Serbie semble s'être pacifiée, le Kosovo jouit d'une forte autonomie qui devrait à terme constituer le Kosovo en un État indépendant.

  • 2 – L'Ecosse

L’Écosse est rattachée en 1707 à la monarchie britannique, elle jouit cependant d'une grande autonomie depuis 1998, avec un parlement et un gouvernement propre.

Le Scottish National Party (SNP) appuyé par l'emblématique Sean Conery milite pour que l’Écosse retrouve son indépendance. Sortir de la tutelle britannique paraissait utopique pour beaucoup mais la découverte d'importantes réserves de Pétrole au large des eaux territoriales écossaises change la donne, car elles offrent la perspective d'une Écosse indépendante et viable économiquement, qui pourrait devenir l'un des pays les plus riches du monde.

Ainsi le SNP d'Alex Salmond signe l'accord d’Édimbourg avec David Cameroun. Il prévoit pour septembre 2014 la mise en place d'un nouveau référendum en Écosse (deux ont déjà été tenus en 1979 et 1997), avec comme question de fond leur indépendance.

On imagine mal cependant le Royaume-Uni laisser les Écossais se désolidariser de la dette publique et partir avec l'ensemble des réserves pétrolières.

Les pressions se multiplient sur Édimbourg, menacé d'isolement : l'Angleterre en cas de divorce prévient qu'elle ne partagera pas la livre sterling, de son côté l'UE de Manuel Barroso précise que le rattachement à l'UE sera très difficile voire impossible.

A l'annonce du référendum, un vent de liberté a soufflé sur l’Écosse, les sondages montraient le "oui" largement gagnant, mais depuis peu le "non" est passé devant. L'issu du référendum est encore incertaine, mais l'indépendance promise semble s'éloigner de plus en plus.

  • 3 - Chypre, le nord et le sud

Bien que la situation semble aujourd'hui apaisée, la rupture à Chypre demeure réelle, et cela même si l’île est entrée dans l'UE en 2004.

C'est au moment de la décolonisation anglaise que les tensions entre les musulmans proches de la Turquie et les Orthodoxes proches de la Grèce s’exacerbent. En 1974 appuyés par la Turquie, les musulmans chypriotes sont appelés à se rassembler au nord de la ligne verte, constituant alors un État non reconnu, la République turque de Chypre du nord. Au moment de l'entrée de la Chypre dans l'UE, l'ONU de Koffi Annan propose un plan de réconciliation, visant à accorder l'autonomie (et non l'indépendance) de la partie nord de l’île, fonctionnant alors sur la base d'un système fédéral. Le plan, soumis au référendum est accepté par la partie nord de l’île, mais refusé par la partie sud à 75% .

L’île est donc toujours séparée en deux, et bien que officiellement intégrée entièrement à l'UE, la partie nord est exclue de l'espace Schengen.

  • 4 – Le Caucase 

Le Caucase est une des régions les plus composites aux monde avec plus d'une dizaine d'ethnies et de religions différentes. Ces ethnies subissent encore les conséquences de la politique stalinienne qui visait à l'insertion de minorités pour contrebalancer le poids des ethnies éponymes. Ces minorités étaient dotés d'une forme d'autonomie territoriale. Un temps rassemblées dans l'ancienne province soviet de la Transcaucasie, l’éclatement du bloc soviétique en 1991 attise les revendications territoriales ou les aspirations indépendantistes.

La Tchétchénie et le Daguestan

Tenue d'un main de fer par Poutine les républiques de Tchétchénie et du Daguestan ne semblent pouvoir s'unir derrière un véritable projet nationaliste. La contestation du régime de Moscou passe désormais par la voie du terrorisme et de la radicalisation des mouvements islamistes.

Haut-Karabagh, Ossétie du sud et Abkhazie

Dans les pays du Caucase (Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan), la situation semble plus propice, le Haut-Karabagh région annexée à l'Azerbaïdjan mais peuplée essentiellement d'Arméniens lutte pour son indépendance ou son rattachement à l'Arménie. Le chemin pour une reconnaissance officielle à l'ONU semble particulièrement long et difficile mais pas encore impossible, notamment lorsqu'il s'agit pour l'Occident de se faire des alliés dans le voisinage russe. A l'inverse l'indépendance de l'Ossétie du sud et de l’Abkhazie est appuyée par la Russie et ses alliés pour affaiblir la Géorgie jugée bien trop proche de l'Occident.

  • 5 – La Catalogne

Comme l’Écosse, la Catalogne souffre de l'autorité castillane et manifeste depuis longtemps son envie de faire sécession. Le tumultueux et nationaliste chef de la région catalane, Arthur Mas prévoit la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne en novembre 2014. Rejeté catégoriquement par Mariano Rajoy, celui-ci est jugé anticonstitutionnel. Pour les catalans, l'indépendance permettrait de protéger leur économie des ingérences de Madrid, mais également leur culture.

La Catalogne comme État indépendant semble néanmoins encore utopique, Madrid se montre très ferme sur la question et refuse catégoriquement de toucher aux frontières du royaume d'Espagne.


Moyenne des avis sur cet article :  1.96/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • mac 7 mars 2014 15:42

    Il existe un autre territoire susceptible de prendre un jour son indépendance et il est beaucoup plus riche et puissant que la plupart de ceux que vous citez. Il s’agit du Québec qui avec un territoire trois fois plus grand que la France, des ressources naturelles immenses, une économie moderne et une haute technologie des plus avancées se place devant la Norvège pour son PIB et aurait le potentiel de rejoindre celui de la suède avec un peuplement un peu plus important.

    Le Québec serait-il trop proche des USA pour que l’on évoque son indépendance et que diraient son puissant voisin si la Russie ou la Chine se mêlaient de soutenir ne serait-ce que verbalement les indépendantistes québécois ?
     


    • Reykjavik. 7 mars 2014 15:57

      Mais le Quebec n’est pas en Europe. 


    • epicure 7 mars 2014 21:12

      poutine criant : « vive le Québec libre ! »  ? smiley


    • Ruut Ruut 7 mars 2014 16:36

      La Belgique est aussi un bon candidat.
      La France et ses départements d’outre mer.
      etc...
      L’Europe c’est la guerre par destruction de la souveraineté des nations et des peuples.

      Diviser pour mieux régner.


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 mars 2014 17:01

        Si la Flandre pourrait à terme devenir indépendante, les DOMTOM français ne risquent rien à ce sujet.


        Les indépendantistes ne passent pas la barre des 10 % aux élections, même locales.

        Même la Nouvelle-Calédonie, qui devrait voter dans les 4 ans sur la question, est désormais majoritairement contre l’indépendance.

      • Reykjavik. 7 mars 2014 17:31

        Oui c’est vrai, la Belgique est un bon candidat également, elle aurait mérité d’y être bien que l’on parle davantage d’un rattachement de la Wallonie à la France que d’une déclaration d’indépendance des flamands. 


      • asterix asterix 8 mars 2014 06:03

        Ah oui ? Curieux, car il n’y a même pas 3% des Wallons qui veulent de rattachement à la France. C’est une idée fixe française, rien d’autre !
        Mà où je suis d’accord, c’est avec Ruut : l’auteur a oublié la Flandre où l’extrême-droite sera majoritaire d’ici deux mois et demi. Cette indépendance dont la Wallonie ne veut pas...
        Et nous les Bruxellois qui ne voulons ni de l’un, ni de l’autre, refuserons la colonisation, cela va de soi. Cela fera donc trois états supplémentaires : un parce qu’il se croit supérieur ( la Flandre ) Un autre pour assurer la prééminence d’un socialisme déviant de l’autre ( la Wallonie ) et le troisième parce qu’il abrite les structures de la Communauté ( Bruxelles )
        Quant au referendum éventuel pour fixer les frontières qui aurait valeur de recensement, jamais les Flamands n’en voudront.
        Cela promet !

        Et l’auteur a AUSSI oublié la Catalogne !


      • Abou Antoun Abou Antoun 8 mars 2014 07:57

        Et l’auteur a AUSSI oublié la Catalogne !
        Non (n°5)


      • Reykjavik. 8 mars 2014 09:39
        Asterix : 

        Non vous confondez ... 2 à 3% des belges soutiennent le RWD (parti favorable au rattachement en Wallonie) mais près de 39% des Wallons sont favorables au rattachement. Le mouvement n’est pas soutenu en France, il est donc peu probable que la Wallonie prenne son indépendance, l’intégrité du territoire belge n’est donc a mon avis pas si menacé que ça.

      • asterix asterix 8 mars 2014 10:42

        Bonjour à l’auteur

        Désolé pour mon affirmation sur l’oubli de la Catalogne. Je m’en étais directement aperçu mais n’ai pu m’en excuser plutôt, les lignes laotiennes sont parfois très faibles.
        Quant à l’intervenant qui relève que près d’un tiers des Wallons sont pour le rattachement à la France, c’est sentimentalement possible, mais ne s’exprime qu’à raison de 3% dans les urnes. Une Feance de gauche les acceptera les bras ouverts car cela ferait 3 départements - et mettons 6 circonscriptions au vote de gauche assuré. Une France de droite ferait le calcul inverse. Comme le referendum n’est pas inscrit dans le prescrit constitutionnel, le chiffre que je mets en avant est le seul véritablement fiable. Mais Liège, la ville principautaire n’a jamais fait mystère de son profond attachement à la France, c’est vrai également.
        Mes salutations à tous deux


      • mac 7 mars 2014 16:40

        Le Québec n’est pas en Europe merci de me le rappeler !

        Mais d’une part l’Europe est loin d’être le centre du monde et d’autre part elle est un nain politique sans réelle indépendance depuis bien longtemps.
        Mon commentaire faisait suite à votre article car toutes ces velléités d’indépendance sont à voir avec les lunettes des tensions géopolitiques mondiales surtout lorsqu’elles sont entretenus par des puissances étrangères.
        Enfin en tant que français et francophones, si le Québec venait à devenir indépendant nous pourrions être aussi impactés que si une petite province européenne y parvenait...



        • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 mars 2014 16:59

          Il est peu probable que le Québec devienne indépendant désormais.


          La « génération dorée » qui a porté le « oui » à 49 % en 95 est éteinte. Le « oui » ne regroupe plus qu’entre 30 et 40 % des suffrages.

          Tout simplement parce que l’indépendantisme était une affaire d’une génération. Les jeunes québécois ne veulent pas affaiblir leur province en la détachant du Canada car ils savent que le sens de l’ Histoire porte vers les grands ensembles géopolitiques, et non plus vers les Nations homogènes rivales.

        • mac 7 mars 2014 17:20

          Les peuples européens commencent à penser exactement le contraire de ce que vous dites et vous savez très bien que si des référendum étaient effectués en Europe (ce que l’on se garde bien de faire vu que ça ne va pas dans l’intérêt des oligarques et des multinationales) beaucoup de peuples voteraient pour une sortie du grand ensemble européen.

          Quant au Québec, si la prudence et les médias dominants font que l’indépendance n’est pas à l’ordre du jour, il n’en reste pas moins que la question de l’indépendance y demeure présente depuis...1760 et pas seulement chez les vieux.



        • Rensk Rensk 7 mars 2014 20:24

          Tout a fait raison mac,

          C’est d’ailleurs le pourquoi de nos relations profond...

          Le Jura offre une horloge géante à la Ville de Québec

          L’horloge « porte-bonheur » offerte à la Ville de Québec à l’occasion de son 400e anniversaire par le canton du Jura a été présentée vendredi à Porrentruy.

          L’oeuvre imposante a été dévoilée en présence du maire de Québec Régis Labeaume et du Gouvernement jurassien.


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 mars 2014 16:50

          Le Kosovo est considéré comme étant indépendant de facto, reconnu comme tel par une majorité d’ Etats européens.


          En ce qui concerne l’ Ecosse, il est peu probable qu’elle vote son indépendance. Contrairement à ce que vous affirmez, le « oui » n’a jamais été majoritaire dans l’opinion publique. Il oscille entre 35 et 40 % depuis le départ, ce sera sans doute le résultat final.

          Ce référendum n’est rendu possible que par la majorité acquise par les indépendantistes écossais au parlement d’ Edinbourg, mais la population est majoritairement contre pour deux raisons :

          - l’ Ecosse est trop intégrée au sein du Royaume-Uni, de façon culturelle, mais aussi politique et sociale.

          - les écossais savent bien que la manne pétrolière, utilisée comme justification à la pérennité de l’indépendance, est d’ors et déjà en train de se tarir. La production baisse d’année en année et les prospections ne donnent aucun espoir pour le moment de nouveaux gisements.

          C’est la même chose pour la Catalogne. Entre 35 et 45 % des sondés sont favorables à l’indépendance.

          • Reykjavik. 7 mars 2014 17:37

            Les réserves pétrolières en Ecosse demeurent important surtout pour un territoire de superficie et de population limitées. De plus les Écossais jouent la carte depuis plusieurs années des énergie renouvelables. Le vrai soucis pour l’Ecosse ce sont les menaces d’isolement qui vont à l’encontre des promesse du SNP de rester dans l’Europe et de garder la livre. Je suis pas sur que le référendum soit joué d’avance, il reste une part importante d’indécis.


            Pour le Kosovo, c’est un Etat de facto certes, mais qui n’en demeure pas moins un territoire autonome integré à la Serbie et non un Etat indépendant reconnu par l’ONU. 

            • Rensk Rensk 7 mars 2014 20:08

              L’invasion russe en Crimée ???

              Selon le Général français Vincent Desportes :

              La Russie ne viole aucune loi, qu’elle soit internationale ou autre, selon les accords signés avec l’Ukraine, la fédération est autorisé à disposer d’une force de 25 000 hommes sur le territoire ukrainien, actuellement, même avec les derniers mouvements de troupes, les forces russes ne s’élèvent pas à plus de 15 000 hommes en Crimée, comme le souligne le Général français nous sommes encore loin du compte, d’autre part, le Général souligne le fait que l’Ukraine ne fait ni partie de l’Europe, ni de l’Otan, de ce fait, ni l’UE ni l’Otan ne sont disposés ou autorisés à intervenir en Ukraine."


              • mac 7 mars 2014 20:45

                Vous avez raison l’auteur commence son article par « l’invasion russe en Crimée » ce qui laisse à penser qu’il ne prend pas beaucoup de recul face à l’actualité et que son article n’est peut-être pas si impartial qu’il en a l’air, sans oublier son commentaire sur la construction des « grands ensembles ».... 

                Rien de tel pour supprimer les nations que de raviver les velléités d’indépendances régionales. 




              • Reykjavik. 7 mars 2014 21:28

                Je n’ai jamais dis que j’étais impartial mais tant mieux si mon article « en a l’air » par contre cela ne m’empêche pas d’être objectif et d’avoir du recul. Le terme « invasion » se justifie, je rappelle que les soldats russes ont fait le siège des casernes ukrainiennes. On a vu plus violent comme invasion certes, mais ce n’est pas correcte de fermer les yeux et prétendre que les Russes sont là de plein droit. De plus la Russie en 1994 faisait partie des pays se portant garant de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. 


                Cependant l’article ne parle pas de la Crimée ....

                Quant aux « grands ensembles » je ne suis pas sur de voir à quoi vous faîtes allusion, si c’est pour le Québec, je soulignais juste le fait que cette province ne se trouve pas en Europe ... d’où le fait que je n’en parle pas. 

              • mac 7 mars 2014 22:08
                Le russes régissent vivement, vous avez raison, mais ne piétine-t-on pas sur ses plates-bandes depuis quelques années ?
                Je parle du Québec car si on venait titiller leur grand voisin aussi proche je ne suis pas certain qu’il resterait les bras croisés bien longtemps...
                Nos ingérences occidentales au nom de la démocratie ou de luttes contres des armes de destructions massives dont on sait qu’elles étaient fictives sont-elles vraiment légitimes, elles ?


              • Rensk Rensk 7 mars 2014 22:15

                Faudra que tu cause avec ton général... qui lui ne marche pas dans la propagande les yeux bandés... Tu as son nom, a toi de t’approcher de lui : Vincent Desportes


              • Rensk Rensk 7 mars 2014 22:19

                Faudra que tu cause avec votre général, il n’a pas été nommé a ce grade parce qu’il suit la propagande aveuglément (il l’a été pour défendre la France et qu’il a les deux pieds sur terre)... son nom pour te rappeler qui tu doit contacter : Vincent Desportes


              • Reykjavik. 7 mars 2014 22:36

                Il a beau dire ton général, il a tord ... il faut s’en remettre, c’est pas le premier. 


              • izarn 8 mars 2014 00:57

                Bombarder la Serbie pour récuperer le Kosovo et y installer une base, c’était trés correct en effet. Ceci dit il n’est pas prouvé que se sont des russes qui cernent les quelques casernes qui ne se sont pas rendues. Il est possible que ce soit des révoltés, ou plutot des fidèles au régime officiel de Kiev selon la Russie. En effet la Russie ne reconnait pas l’actuel gouvernement de l’Ukraine, et soutient les révoltés de la révolte illégale.
                C’est sur c’est un peu compliqué pour les crétins des médias occidentaux...


              • Reykjavik. 8 mars 2014 09:50

                A Izarn


                Il faut arrêter de diaboliser les médias occidentaux au prétexte qu’on veut prendre un peu de recul sur ce qu’ils disent. Aujourd’hui ceux qui veulent avoir un discours anti-occident partent directement dans les extrêmes et disent n’importe quoi... La Russie intervient en Ukraine, c’est un fait. Il va y avoir conflit avec l’UE qui a évidemment des intérêts en Ukraine c’est un fait aussi. 

                La situation en Ukraine n’est pas si différente de la situation en Géorgie en 2008, où les Russes ont envahi la Géorgie pour la dissuader de se rapprocher de l’UE. En disant ça je ne prend pas forcément parti pour l’Occident .... 




              • Werner Laferier Werner Laferier 8 mars 2014 12:24

                Bravo Yeyjkavik, vous avez mon soutien.


              • Yohan Yohan 7 mars 2014 20:25

                La Bretagne, je vous dis que ça ne va pas tarder


                • Rensk Rensk 7 mars 2014 20:35

                  29.07.10... Source française (c’est en mouvement n’en déplaise a certains).

                  Ils seraient des États dans l’État... a ne pas négliger !!!

                  Quand Dominique Baettig a proposé, en mars dernier, d’annexer à la Suisse ses territoires frontaliers, l’ensemble de la classe politique a doucement rigolé. Ce psychiatre voulait autoriser plusieurs régions d’Allemagne, d’Italie, d’Autriche et de France à adopter le drapeau rouge à la croix blanche. Cette « Grande Suisse » comprendrait plus de 24 millions d’habitants...

                  Mais aujourd’hui, à Berne, cette farce ne fait plus sourire. Un sondage paru dans l’hebdomadaire alémanique Die Weltwoche révèle qu’ils sont 52% dans le Vorarlberg (Autriche), 48% en Savoie-Haute-Savoie comme dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne) et 52% à Côme-Varèse (Italie) à se prononcer pour cette intégration. Les jeunes et les électeurs de droite sont particulièrement enthousiastes.


                • izarn 8 mars 2014 00:49

                  Le problème ce n’est pas l’indépendance, mais dans quel camp ces régions se trouvent...
                  Mais il est vrai que dans le cerveau fanatique néo-conservatuer américains, français et autres, la question ne se pose pas : Il n’y a qu’un seul camp ; le notre.
                  Et ceux qui ne sont pas de notre coté sont dans l’axe du mal et il faut les détruire.
                  Car ils sont dirigés par des dictateurs qui massacrent leur peuple dans un bain de sang. Il recoivent la visite de BHL qui les nomme candidat à la vraie démocratie de marché aprés avoir été escroqué et volé par le FMI pour quelques misérables dollars de pret.

                  Voila le scénario de western débile vendu par la presse, qui d’ailleurs commence à se faire insulter et caillasser dés qu’elle se montre dans la rue....En occident !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 mars 2014 11:13

                    Les exemples donnés montrent surtout que l’indépendance est bonne quand elle arrange l’UE et l’ OTAN, et mauvaise et illégitime, quand ça ne les arrange pas.

                    Les euro-régions sont dans les cartons de l’ UE depuis des dizaines d’années.
                    Elles sont destinées à morceler tous les Etats européens, diviser pour mieux régner et supprimer les Etats Nations.

                    Pour que les Etats européens ne puissent pas se défendre, ni faire voter des lois contraires aux intérêts de la finance et des multinationales : « Les euro-régions. »

                    Les accords transatlantiques viennent chapeauter l’ensemble.

                    Si l’indépendance est à l’ordre du jour, c’est qu’elle concerne l’ Ukraine et la Crimée.
                    La soumission de l’ Ukraine a été planifiée dès 1997 par Brzezinski :

                    « Entre 2005 et 2010 l’ Ukraine doit être prête à des négociations sérieuses avec l’ OTAN. Après 2010, le principal noyau de sécurité en Europe sera la France, l’ Allemagne, la Pologne et l’ UKRAINE ».

                    « Analyse de Michel Collon »

                    « Analyse de François Asselineau »

                    Qui peut expliquer pourquoi BHL est notre Ministre des Affaires étrangères, et pourquoi aussi bien sous Sarkozy que sous Hollande cet olibrius représente la France ?



                    • Reykjavik. 8 mars 2014 11:43

                      Les exemples donnés montrent surtout que l’indépendance est bonne quand elle arrange l’UE et l’ OTAN, et mauvaise et illégitime, quand ça ne les arrange pas.


                      A aucun moment je me prononce en faveur ou défaveur de l’indépendance d’un pays, j’expose des faits.
                      De plus vous avez tord, seule l’indépendance du Kosovo est appuyée par l’UE. L’Ecosse, la Catalogne, Chypre du Nord, l’Abkhazie, le Haut-Karabagh, l’Ossétie du Sud ne sont pas des « indépendances qui arrangent l’Europe » et je ne les ai jamais prétendu « illégitime ». 


                      Michel Collon !!!!!!

                      Je comprend mieux votre message. C’est ce dont je parlais plus haut, à force de vouloir critiquer les médias et contester la vision occidentale (tous deux critiquables à juste titre d’ailleurs) vous tombez dans la caricature et l’excès à citer des polémistes inutiles proches des Soral et compagnie. Vous êtes tellement dans la caricature de l’Occident pervers que vous en venez à justifier des Bachar al Assad et des Vladimir Poutine ... 

                      Attention donc à ne pas tomber dans la caricature ... d’un coté comme de l’autre d’ailleur s.




                    • Werner Laferier Werner Laferier 8 mars 2014 12:28

                      Fifi est un imbécile propagandiste, ces sources proviennent en grande partie d’Asselinau, un extrémiste français, Fifi diffuse la voie de son maitre.

                      Soyons sérieux, je ne voie pas qu’elle dialogue peut on tenir avec des extrémistes anti-démocratie qui soutienne quotidiennement des dictateurs au lieu de les condamner et d’appeler à un renversement de leurs régimes.


                    • Werner Laferier Werner Laferier 8 mars 2014 12:22

                      Il n’en demeure pas moins que grâce à l’Europe le vieux continent a vécu en paix depuis plus de 50 ans. C’est grâce à l’idée européenne et à des hommes comme Adenauer et Sarkozy qu’a pu se réaliser la réconciliation franco-allemande clé de voute de la construction européenne. N’oublions jamais qu’en moins d’un siècle -1870 1940 l’’Europe s’est déchirée 3 fois en raison des conflits entre la France et l’Allemagne qui ont fait des millions de morts. Ne fut-ce que pour cette raison considérons que l’Europe - malgré ces imperfection- est une réussite et gardon nous bien de retomber dans les utopies nationalistes qui finissent dans des aventures aussi catastrophiques que tragique.


                      • Reykjavik. 8 mars 2014 12:33

                        Je suis bien d’accord pour l’idée européennes, par contre je ne partage pas la référence à Sarkozy pour le coup. 



                      • Rensk Rensk 9 mars 2014 13:31

                        En Paix depuis 50 ans ??? Et la guerre de l’OTAN en ex-Yougoslavie ???


                      • Jelena XCII 8 mars 2014 12:33

                        Fais moi plaisir l’islandais, plutôt que de faire copier/coller en provenance de wikipedia pour expliquer le cas du Kosovo, contente toi d’écrire des articles sur ton tout petit pays.


                        • Reykjavik. 8 mars 2014 12:40

                          Avec des arguments derrière c’est mieux.


                          • Jelena XCII 8 mars 2014 13:00

                            Tu veux des arguments ?

                            >> la mort du dictateur communiste Tito (...)

                            Le « dictateur », il a combattu pendant 5 ans les nazis.

                            >> la Russie fait pression et apporte son soutien ainsi (...)

                            Parce que les USA n’ont pas fait pression sur les pays de l’UE ?

                            >> Les Kosovars espèrent bien être les prochains sur la liste à se détacher du bloc serbe.

                            Les kosovars ce sont des serbes, eux ce sont des albanais à qui l’Otan à donner le Kosovo.

                            >> La situation aujourd’hui entre le Kosovo et la Serbie semble s’être pacifiée (...)

                            Et les 1500 soldats de la KOFOR à la frontière, c’est pourquoi ? Pour faire la circulation ?

                            >> le Kosovo jouit d’une forte autonomie qui devrait à terme (...)

                            Une « forte autonomie » ? Et les coupures journalières de gaz et d’électricité c’est du à quoi ? Le Kosovo à un PIB inférieur à celui de l’Ethiopie.

                            Tu ne connais rien de ce pays.


                          • mortelune mortelune 8 mars 2014 13:16
                            Les territoires européens nominés pour un futur dépendant sont ...
                            La France, l’Angleterre, L’Allemagne etc...
                            nota : si les russes faisaient suer le mexique pour emm les US que dirait l’auteur de cet article à deux balles ?

                            • Reykjavik. 8 mars 2014 13:34

                              1 - Et alors Staline aussi s’est battu contre le nazisme, quel rapport ? Tito était à la tête d’un parti unique en Yougoslavie, autoproclamé président à vie ... Donc oui on peut parler de dicatature. 


                              2 - Ai-je à un moment dis que les USA n’avait pas fait pression sur les pays de l’UE ? Non, ce n’était pas mon sujet. 

                              3 - Non au kosovo ce ne sont pas des serbes, mais bien une majorité albanaise qui revendique le Kosovo (88% d’Albanais contre 4% de Serbes). 

                              4 - Oui la situation s’est pacifiée. la KFOR (et non la KOFOR) est une armée sous mandat international de maintien de la paix. On peut critiquer des ingérences internationales, mais c’est un fait, l’UE maintien la paix au Kosovo et les relations avec la Serbie se sont largement calmée depuis les années 1990. Evidemment on est toujours dans un climat de conflit gelé, je ne vous parle pas de relation de bon voisinage. 

                              5 - Avoir un PIB faible et être autonome, ce n’est pas contradictoire. Le Kosovo est un Etat casi indépendant jouissant d’un parlement, d’un gouvernement et d’institutions propres. 

                              Ne viens pas me dire que je ne sais pas de quoi je parle et que je fais du copier/coller wikipédia. Mon article n’a pas vocation a être polémique, c’est simplement un résumé assez sommaire de la situation en Europe. Arretez de tout classer sous le contexte d’une eternel guerre froide UE-USA/URSS. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ABCD


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès